Récalcitrants au vaccin du Covid : fichés en Espagne… et ailleurs ?

vaccin covid fichage

31/12/2020 – EUROPE (NOVOpress)
En Espagne, le ministre de la Santé a annoncé prévoir un registre pour inscrire les « non-vaccinés ». Une mention qui ne sera pas publiée mais partagée avec les États européens.

Tandis qu’en Chine est incarcérée une journaliste coupable d’avoir enquêté à Wuhan lors de l’épidémie de coronavirus. Va-t-on vers une restriction généralisée de nos libertés fondamentales ?


Douze mois sous le signe du COVID

covid-19

Le dernier jour de l’année étant traditionnellement pour les journalistes le moment de dresser le bilan des douze mois écoulés et d’en souligner les faits majeurs, comment ne pas reconnaître avec nos confrères que 2020 aura été essentiellement marquée par l’épidémie de COVID et ses terribles conséquences ? Parti de Chine en novembre 2019, le nouveau virus aura en effet contaminé en un an près de 80 millions personnes à travers la planète, causé la mort de plus de 1,7 million de ses habitants, entièrement désorganisé les économies de ses pays, et contraint quelque quatre milliards d’êtres humains à vivre confinés chez eux pendant des semaines. Si, aujourd’hui, la plupart de nos grands médias s’efforcent surtout de dresser l’historique de la progression de l’épidémie dans le monde et en France, à Présent, nous retiendrons surtout de ces douze mois l’incapacité totale du gouvernement français à faire face à cette crise sanitaire et, pire encore, ses mensonges répétés à destination de nos compatriotes.

Des mensonges à la pelle

Dire que Macron et ses gouvernements Philippe puis Castex ont été complètement dépassés par cette pandémie serait leur faire encore trop d’honneur. Alors même que l’hécatombe avait commencé dès novembre 2019 en Chine et que l’OMS avait lancé un message d’alerte des plus inquiétants le 31 décembre, le gouvernement français, lui, nous sortait le premier d’une longue série de mensonges, en nous assurant que ce nouveau virus n’était rien d’autre qu’« une grippette » ! L’apparition des premiers cas sur notre sol, en janvier, puis des premiers morts, et surtout le très rapide encombrement de nos services de réanimation, allaient hélas nous montrer que non. Ils allaient aussi mettre cruellement en lumière l’incroyable état de délabrement du système de santé français, pourtant vanté depuis des années par nos gouvernements comme étant… « le meilleur du monde ».

Incurie et malhonnêteté

Mais le plus scandaleux restait encore à venir. Totalement dépourvu du matériel le plus élémentaire en cas d’épidémie – et notamment de masques – après des années d’imprévoyance et d’économies de bouts de chandelles, le gouvernement allait, pour tenter de cacher son incurie, nous expliquer que « le masque n’est d’aucune utilité ». Avant de rendre son port obligatoire quelques mois plus tard, sous peine de verbalisation ! Même chose pour les tests. Du début de la crise jusqu’à aujourd’hui, la prétendue « guerre » de Macron contre le COVID n’aura été en réalité que gestion de la pénurie, improvisation, tâtonnement, incohérence, restrictions absurdes, mesures archaïques et liberticides. Comme ces confinements, reconfinements et autre couvre-feu, dont l’efficacité en matière sanitaire reste encore à démontrer, mais dont les conséquences catastrophiques pour notre économie sont quant à elles certaines. Bref, si l’on veut mesurer l’incroyable nullité (et malhonnêteté) dont a fait preuve jusqu’ici le gouvernement français dans sa gestion de l’épidémie de COVID, il suffit de se plonger dans la lecture des deux rapports accablants publiés respectivement par la Commission d’enquête de l’Assemblée et celle du Sénat (voir Présent daté du 4 décembre 2020). Deux documents particulièrement édifiants, dont on aurait pu penser qu’ils pousseraient le gouvernement à revoir d’urgence sa « stratégie ». Mais, au vu de ses dernières interventions, il y a fort à craindre, hélas, que l’année 2021 ressemble de près à celle que nous venons de vivre.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 30 décembre 2020

[vidéo] Brexit : cinq minutes pour retracer quatre ans de négociations

brexit-farage

31/12/2020 – EUROPE (NOVOpress)
Il aura fallu 59 ans ! 59 ans pour que l’Union européenne, qui n’avait connu que des vagues d’adhésion depuis sa genèse en 1957, soit contrainte de faire face à sa première sécession.

Car c’est précisément le 23 juin 2016 que le destin de l’UE bascule. Estelle Farge fait le bilan de quatre ans de longues négociations et incertitudes.


2020, année islamiste – 2020 annus horribilis, par Paul Vermeulen

samuel paty islamistes

L’assassinat du professeur Samuel Paty par le musulman islamiste tchétchène Abdoullakh Anzorov, perpétré le vendredi 16 octobre 2020 à proximité du collège où il travaillait, est venu rappeler combien la France est victime d’une véritable offensive islamiste. Cet attentat est un terrible symbole de cette offensive, comme le furent les attentats de Charlie Hebdo. Dans les deux cas, ce furent des attentats contre la liberté de conscience, une des principales valeurs des « démocraties libérales ». Dans les deux cas, comme pour tous les attentats, les revendications se font au nom de la lutte contre la « Chrétienté ». Pour les musulmans, nous sommes des mécréants, et encore des chrétiens.

Par ailleurs, le meurtre de Samuel Paty a été le fait d’un musulman ayant obtenu le statut de « réfugié » en 2020, à l’instar de toute sa famille, arrivé en France à l’âge de six ans, toujours pas intégré une douzaine d’années plus tard. Cet attentat traduit ainsi l’échec des politiques migratoires et des politiques dites d’intégration menées par les gouvernements s’étant succédé au pouvoir en France, comme par l’idéologie européiste, depuis maintenant quarante ans. Il montre aussi l’incapacité de l’école à remplir le rôle d’intégration qui lui est assigné : c’est impossible, tout simplement. La mort de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique, montre ce fait de façon criante, tout comme elle est un révélateur du poids incroyable des populations musulmanes dans les établissements scolaires, parents et élèves imposant leur mode de vie, de pensée et leurs pratiques religieuses. Et même la polygamie et l’excision dans de nombreux quartiers.

La digue a cédé devant l’islamisation

2020 aura ainsi été l’année ou même un exécutif d’idéologie libérale libertaire, mêlant des sociaux-démocrates de gauche et de droite libérale, sous la houlette d’un président caricatural en ce domaine, se retrouve contraint de tenter la mise en oeuvre d’une « loi contre les séparatismes », vite devenue « loi confortant les principes républicains » afin de ne pas choquer les musulmans tant l’islamisation est grande, comme dans ces rues où la langue de la République n’est plus le français.

L’offensive islamiste, dont l’assassinat de Samuel Paty aura été le terrifiant point d’orgue, bénéficie de multiples complicités d’élus, notamment de LFI et du PCF, mais pas seulement, déversant des subventions dont l’utilisation est douteuse, mais aussi de la bienveillance de tous les tenants de l’idéologie du Progrès. C’est ainsi que l’année 2020 se termine, à Lyon, par le soutien apporté par un membre de la « Jeune garde antifasciste » aux islamistes radicaux. Un marqueur d’islamisation parmi d’autres, dont le moindre n’est pas la prolifération des femmes voilées et des commerces islamistes. Le poids de l’islamisation est tel que lundi 28 décembre 2020, la Grande mosquée de Paris annonçait se retirer du processus de création du conseil national des imams. La raison ? Les organisations islamistes contrôlent ce processus.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 30 décembre 2020

Officiellement remisé au placard par l’exécutif il y a quelques jours, l’idée d’un passeport sanitaire est déjà de retour.

Covid-19 : vaccination et contamination médiatique

vaccins covid

Les médias sont indignés. Les Français sont de plus en plus réticents à la vaccination. Mais les médias en sont justement les principaux responsables. Il ne s’agit pas ici de rentrer dans le débat pro ou anti vaccin, mais de constater le rôle des médias dans l’évolution de l’opinion. 15 % de convaincus et 15 % d’irréductibles réfractaires. Et une immense majorité qui hésite. Or, le vaccin a été traité — comme tout le reste — par les médias sur le mode anxiogène car il s’agit de faire de l’audience, plus que d’informer objectivement.

Journalistes ou influenceurs ?

Ainsi, à l’approche de la vaccination, se sont multipliées d’interminables mises en garde. Sur la rapidité de conception du vaccin, le manque de recul, son efficacité et le risque d’effets secondaires inconnus mais forcément tapis dans l’ombre. Comment ne pas déstabiliser le téléspectateur qui, pour nos informateurs se voulant avant tout influenceurs, ne sera jamais ni adulte ni vacciné ? Et la preuve est évidente : nous ne sommes pas vaccinés, enfin pas tous, contre la contamination médiatique. Il n’est pas encore prêt, le vaccin contre la manipulation de l’opinion qui pourrait déboucher sur une immunité collective !

Pour autant, il est évident que la santé des Français n’est qu’un moyen d’assurer la santé économique des chaines télés en continu en prolongeant à l’infini le confinement de l’intelligence et de l’esprit critique. Sur le Covid-19, il faudra un jour juger le rôle des médias dans notre soumission à l’épidémie et à ceux qui l’ont si mal gérée et en sont finalement si fiers.

Comment ne pas se rendre compte que les médias ont sélectionnés leurs spécialistes, toujours les mêmes qui se multiplient sur les plateaux plus vite que le virus mutant ? Comment ne pas s’étonner que l’on nous dise tous les jours ce que l’on doit faire ou ne pas faire et que ces leçons de civisme sanitaire soient rabâchées à longueurs de journées dans les mêmes termes par des donneurs de leçons avec carte de presse ? Comme ci la carte de presse garantissait l’omniscience et la crédibilité !

L’inquiétude est réelle. On ne fait plus confiance aux politiques ni aux médecins. Les journalistes font l’objet d’une défiance générale peut-être encore plus forte. Et pourtant, ils continuent à peser sur l’opinion. On peut même dire que l’épidémie leur a rendu une influence qu’ils étaient en train de perdre. Ils n’ont aucun intérêt idéologique à la fin de l’épidémie. Ils n’aiment donc pas le vaccin… Ce qui ne les empêche d’ailleurs pas de sermonner et de culpabiliser ceux qui les écoutent et n’en veulent pas.

Faire confiance à son libre-arbitre

Pro ou anti-vaccin, soyez-le donc en fonction de vos idées et de votre esprit critique. Sans vous laisser effrayer ou convaincre par des gens dont la directive première est de faire de l’audience et donc de s’assurer un public captif par la peur.

La vaccination reste donc en question pour certains, mais la contamination médiatique du libre-arbitre vaccin ou non continue.

Pierre Boisguilbert

Tribune reprise de Polémia

Qui a peur de Marion Maréchal ?, par Jean-Gilles Malliarakis

Depuis le 27 décembre, une étrange bronca se développe dans les rangs de la gauche et de la petite gauche qui, ralliée à la Macronie en 2017, n’en conserve pas moins ses réflexes sectaires. La caque sent toujours le hareng.

Rendez-vous compte du scandale : un collaborateur de l’Élysée, sans fonction officielle très précise à dire vrai, Bruno Robert-Petit a osé déjeuner avec la directrice de la nouvelle école libre de Sciences politiques, l’Issep, qui ose elle-même concurrencer, à Lyon, l’institut parisien de la Rue Saint-Guillaume, désormais décadent. Madame Marion Maréchal portant le lourd fardeau d’un grand-père nationaliste bien connu, ayant siégé le temps d’une législature comme élue de Carpentras, est donc désignée infréquentable, contagieuse, etc. Partager avec elle un repas où on a peut-être même évoqué autre chose que le réchauffement climatique, c’est à peu près comme avoir porté un uniforme d’infamie.

L’inventaire des réactions indignées ne manque pas de faire sourire, une fois surmonté le premier étonnement.

Ce sont vraiment de glorieuses sentinelles de l’antifascisme qui montent au créneau.

Astrid Panosyan, cofondatrice et trésorière d’En marche s’exprime d’un tweet : “Il y a des gens qu’on ne “sonde” pas “à titre personnel”, on les combat à titre collectif. Marion Maréchal et toute sa clique en font clairement partie“.

Bariza Khiari, membre de la direction de La République en marche s’étrangle : “Incompréhensible, ce déjeuner. Une faute !

Hugues Renson, vice-président macronien de l’Assemblée nationale, théorise : “Avec l’extrême droite, on ne discute pas, on ne transige pas. On la combat.”

François Cormier-Bouligeon député LRM du Cher égrène la liste de ses détestations : “pour aider à se souvenir de ce qu’est l’extrême droite française : Le Pen père, fille, nièce, Tixier-Vignancour, Pétain, Laval, Maurras, Barrès, Déroulède“.

Jean-Michel Mis député LRM se rengorge :”il n’y a rien que l’on fasse “à titre personnel” quand on a la chance[sic]de détenir une fonction éminente dans le premier cercle du pouvoir“.

Bien entendu, l’opposition de gauche surenchérit.

Alexis Corbière, élu de Bagnolet, supposé représenter lui-même la face civilisée du parti mélenchoniste La France insoumise fait mine de s’interroger : “Le macronisme, face à l’extrême droite, un rempart ? Non, un rencard.”

Clémentine Autain, dans tous les bons coups, surenchérit :”Un rempart ? Plutôt une passoire.”

Aurélie Filippetti, l’ancienne ministre de la Culture dont on se croyait débarrassé, se réveille et tranche : si Bruno Roger-Petit n’est pas démissionné immédiatement de ses fonctions imprécises, “c’est que le prétendu “nouveau” monde est en train de basculer vers du très très rance“.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo s’essaye à l’ironie : “Maurras et Pétain n’étaient pas dispos…

Esther Benbassa sénatrice Europe Ecologie-Les Verts croit pouvoir plastronner : “Macron s’invite chez l’extrême droite soi-disant discrètement. Raté. Tout le monde le sait“.

En regard de ce délirant, grotesque et révélateur florilège, on doit se féliciter de la sobriété de la réaction de la droite classique.

On peut en effet ne pas adhérer à toutes les opinions qu’exprime, en général avec talent Marion Maréchal. Reste que le “concept” qu’elle incarne fait légitimement peur à la gauche destructrice : c’est celui de l’union des droites, de toutes les droites. Depuis Mitterrand qui avait remis en selle Jean-Marie Le Pen en 1981 il est clairement établi, théorisé par Mitterrand lui-même, que la gauche en France ne peut être majoritaire qu’artificiellement, en divisant les droites, majoritaires dans l’opinion française.

Ce qu’il a fait, il convient de le défaire. Marion Maréchal s’y emploie.

Quoiqu’on puisse penser de telle ou telle de ses prises de position, il faut la soutenir sur ce point et les réactions de nos adversaires le prouvent.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Les offensives contre Noël

symboles Noël

Qu’ils prennent pour prétexte la lutte contre la propagation du Covid-19 ou bien encore la défense de leur fausse laïcité, les « bouffeurs de curés » et autres nervis christianophobes ont bien du mal à camoufler leur violence offensive visant à obtenir de l’Etat l’interdiction de toute référence publique à cette grande fête chrétienne et française qu’est la célébration de la naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Il faut dire que, pour la première fois peut-être depuis plus d’un siècle, ils rencontrent un écho largement favorable dans les plus hautes sphères du pouvoir. Nous l’avons bien vu lors du premier confinement, avec la décision du gouvernement Philippe d’interdire formellement la célébration de la messe et les sacrements. Puis, lors du déconfinement, avec le choix totalement arbitraire du pouvoir en place de prolonger l’interdiction de la célébration des cultes alors même qu’il autorisait au même moment la réouverture d’une foule d’espaces publics. Et nous le voyons encore aujourd’hui avec les très nombreuses et sévères restrictions imposées par le gouvernement Castex aux chrétiens. Bref, on aura rarement vu, sous la Ve, un pouvoir politique aussi hostile aux chrétiens, et surtout n’hésitant pas à assumer régulièrement sa cathophobie.

Effacer tous les symboles de Noël

Une attitude d’autant plus grave et inquiétante que, au cours de ces dernières années, le lobby laïciste et anticlérical n’a cessé de redoubler d’efforts pour chasser toute référence à Noël de la sphère publique française. On rappellera ici, à titre d’exemples, le choix purement idéologique du maire écolo de Bordeaux, Pierre Hurmic, d’interdire cette année l’installation du traditionnel sapin de Noël géant de la place Pey-Berland, pour le motif que celui-ci constituerait une entorse à la laïcité… Ou encore l’incroyable battage fait par les militants du PRG et autres gauchistes à Périgueux contre le calendrier de l’Avent géant installé le 1er décembre dernier sur la façade de la mairie, et qualifié par ces enragés de « provocation pour tout militant laïc ». Autre grand symbole de Noël que les ennemis de la vraie foi rêvent, bien sûr, de faire disparaître : la crèche et ses santons traditionnels. C’est ainsi que, cette année encore, Robert Ménard aura dû batailler ferme contre une smala d’associations laïcardes et antiracistes pour pouvoir simplement installer une crèche dans le hall de sa Maison commune de Béziers. Et il est loin d’être le seul : parmi tant d’autres cas, on rappellera celui de Lyon, où l’installation de plusieurs crèches dans le hall d’accueil de l’hôtel de région, a valu aussi à Laurent Wauquiez un lynchage politico-médiatique en règle…

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 29 décembre 2020

Certains seraient-ils à ce point masochistes qu’ils ne viendraient en France que pour s’y faire discriminer… ?, par Bernard Lugan

Bernard Lugan

« Selon que vous naissiez homme blanc ou femme noire en Afrique ou en France, vous savez que vous avez plus de chance » vient de déclarer sur LCI, Madame Elisabeth Moreno, native de la République du Cap-Vert, et présentement ministre français en charge de « l’Egalité entre les femmes et les hommes ». A quand un ministère de l’Egalité entre les petits et les grands, les gros et les maigres, les blonds et les roux ?

Madame le ministre en charge de « l’Egalité entre les femmes et les hommes », vient donc de faire un constat qui avait jusque-là échappé à l’esprit humain. A savoir que la population qui a créé un pays depuis des siècles ou même des millénaires, celle des indigènes, des primo-occupants, de ceux qui, par définition, sont de « souche », est naturellement davantage chez elle que les pérégrins. Un « privilège » universel qui est « jaune » au Japon ou en Chine, « noir » en Afrique et arabe en Arabie…

Question incidente à Madame le ministre français en charge de « l’Egalité entre les femmes et les hommes »: au Cap-Vert, et plus généralement en Afrique, y-a-t-il beaucoup de présentateurs blancs, d’hommes politiques blancs et pourquoi pas de femmes blanches ministres en charge de « l’Egalité entre les femmes et les hommes »?

Plutôt que ces incessantes et arrogantes jérémiades quasi quotidiennement assénées par certains néo-Français semblant être à ce point masochistes qu’ils paraissent n’être venus en France que pour s’y faire « discriminer », ne serait-il pas plus juste et honnête de leur part de dire :

« D’être venu vivre chez vous m’a privilégié car j’ai pu avoir accès à un statut que je n’aurais pas eu chez moi. J’ai en effet pu profiter des infrastructures nées du labeur et des sacrifices de vos générations passées. Celles de ces paysans blancs qui ont défriché et bonifié votre terre, celles de ces mineurs de fond blancs qui mouraient de maladie avant 40 ans, celles de ces centaines de milliers d’ouvrier blancs qui ouvrirent vos routes, vos canaux et vos voies de chemin de fer à la pioche, celles de ces millions d’hommes blancs morts pour défendre la terre de leurs ancêtres, et dont les descendants ont aujourd’hui pour dernier « privilège » celui de devoir payer des impôts pour financer la CMU et pour loger, nourrir, éduquer, soigner, habiller, un nombre indéterminé de « citoyens du monde » venus, tels des coucous, profiter de nids qu’ils n’ont pas bâtis…. »
Mais il y a aussi un « privilège noir ». C’est celui de pouvoir cracher sur un footballeur blanc sans que cela provoque de réel émoi… Imaginons l’inverse !!! Ou de pouvoir, comme Madame Afsa Aksar, vice-présidente de l’UNEF dire :

– « On devrait gazer tout (sic) les blancs (resic) cette sous race.
– « Tout ce que j’ai à dire c’est les blancs (sic) arrêtez de vous reproduire ».
– « Non à la mixité avec les blancs (sic)»
– « Je suis une extrémiste anti-blanc »
– « Le monde serait bien mieux sans les blancs (sic) » etc.,

Ou encore, comme Madame le député Obono qui a légitimé la formule « Nique la France », et à laquelle l’on pourrait légitimement poser la question de savoir ce qui arriverait à un Blanc qui, au Gabon, son pays de naissance, s’aventurerait à dire « Nique le Gabon »…

Là est le vrai « privilège ». Celui d’être au-dessus des lois, de ne pas être « inquiété » pour de tels propos par les ligues « antiracistes » subventionnées par les impôts des « privilégiés » blancs, ni poursuivi par certains juges dont la principale activité semble être de guetter le moindre « dérapage » verbal des hommes et des femmes blancs, et de « droite », afin de pouvoir les traîner devant les tribunaux… Celui aussi, d’être recruté, non plus au mérite, mais selon ces discriminants quotas « raciaux » non officiels, et qui écartent de bons candidats malheureusement nés leucodermes, au profit de médiocres impétrants ayant eu la chance, eux, de naître mélanodermes en France…

Mais tout cela aura une fin le jour où se lèvera un chef qui, tel Cicéron devant le Sénat romain, osera dire aux arrogants forts de notre faiblesse et parce que nous sommes à genoux : « Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? (Jusques à quand, enfin, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?».
L’église pourra alors être remise au centre du village…

Bernard Lugan

Texte repris du Blog de Bernard Lugan

Guillaume Bigot : « Le gouvernement choisit la stratégie de la peur pour faire accepter ses mesures sanitaires à la population »

29/12/2020 – FRANCE (NOVOpress)
La Populophobie. Le gouvernement de l’élite, par l’élite et pour l’élite est le titre du dernier ouvrage de Guillaume Bigot.

Il vient de donner un entretien passionnant à Boulevard Voltaire.

Selon lui, avec la crise sanitaire, on assiste à la mise en place de « mesures suspensives de nos libertés » et « le divorce est consommé entre les gouvernants et les gouvernés ».


2020, l’année de la « table rase », par Maxime Tandonnet

mémoire histoire

Les faits peuvent sembler anecdotiques au regard de la crise sanitaire du covid 19 qui a balayé la planète. Pourtant, ils sont révélateurs d’une crise de la conscience qui ébranle le monde occidental, l’Europe et surtout notre pays, dans ses profondeurs. Et quand l’épidémie sera terminée ou sous contrôle, cette crise morale continuera à miner nos sociétés et les affaiblir.

Le 23 juin dernier, la statue de Colbert, l’ancien ministre de Louis XIV, a été taguée à Paris, au nom de la lutte contre le racisme et de la mémoire de l’esclavagisme. Pendant l’année, d’autres statues ont été dégradées au même motif, celles de Victor Schoelcher ou de Christophe Colomb à Philadelphie, de Churchill à Londres. Cette phobie nouvelle ne s’applique pas qu’aux statues mais aussi à la littérature. Ainsi l’œuvre d’Agata Christie les dix petits nègres a été rebaptisée en « ils étaient Dix ». Elle touche le cinéma : le Grand Rex déprogrammant sous la pression Autant en emporte le vent. Dans la même logique, les nouveaux dirigeants écologistes à Lyon ont fustigé le Tour de France et ceux de Bordeaux s’en sont pris au sapin de Noël. Les projets de supprimer les fêtes chrétiennes du calendrier sont du même acabit.

A travers cette obsession de la table rase, chasse aux traces de l’histoire, deux phénomènes mentaux sont à l’œuvre. Le premier est idéologique. L’idée de supprimer les traces du passé qui dérange exprime à l’évidence un renouveau de l’esprit totalitaire : « Du passé faisons table rase », selon le titre de l’ouvrage de Stéphane Courtois. L’idée d’effacer la culture, l’histoire, pour engendrer un homme neuf, apuré de ses références morales, traditionnelles, intellectuelles, et le rendre parfaitement hors sol et malléable à merci, soumis au pouvoir, est au centre de tout projet révolutionnaire de droite ou de gauche. Les idéologies totalitaires ne sont pas mortes, elles se métamorphosent et rejaillissent sous d’autres formes.

Le second est le déclin de la culture et du niveau intellectuel. Tous les voyants sont au rouge. Le niveau scolaire des élèves de cinquième d’aujourd’hui est équivalent à celui du CM2 en 1987 vient de révéler une étude. Le dernier classement PISA de l’OCDE, situe la France à la 23e place, pour la lecture, ou compréhension de textes écrits, reléguée à des années-lumière des pays asiatiques. Une autre étude internationale, réalisée sur les élèves de CM1 et des classes de 4e révèle la chute du niveau en mathématiques : avant-dernier rang dans l’OCDE. Ce vertigineux déclin a pour effet de désarmer les jeunes Français face au retour de la table rase. Colbert réduit à l’image d’un esclavagiste : il faut des décennies d’effondrement de l’enseignement de l’histoire pour en arriver là. De fait, le retour de l’instinct totalitaire se nourrit de la montée de l’ignorance.

Maxime Tandonnet

Texte repris du blog de Maxime Tandonnet

Thaïs de Génération identitaire a quelque chose à vous demander… et c’est URGENT !

29/12/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Les regards des militants de Génération Identitaire se tournent déjà vers 2021 et les nombreuses actions qu’ils devrons mener contre tous les ennemis de notre identité.

Mais avant de reprendre le combat, Thaïs a quelque chose d’important à dire à tous ceux qui sont sensibles aux combats menés par les Identitaires.

Regardez cette vidéo et diffusez-la maintenant auprès de vos amis.


Vaccins anti-Covid : la méfiance – Une forme de réponse aux mensonges gouvernementaux

vaccins covid

L’énorme battage publicitaire en faveur de la vaccination, à l’occasion des toutes premières injections du vaccin Pfizer dans un EHPAD, n’aura pas réussi à cacher cette terrible réalité pour le gouvernement : malgré ses efforts de communication, 60 % au moins des Français déclarent aujourd’hui qu’ils ne se feront pas vacciner contre le Covid-19. Un taux impressionnant, qui range nos compatriotes dans la catégorie des peuples les plus hostiles à la vaccination, et dont les tenants du système, avec malhonnêteté, rendent les « antivax » responsables. Or, loin d’être le signe d’un rejet par principe des vaccins par une écrasante majorité de Français, ce chiffre reflète d’abord et surtout la défiance sans cesse croissante de nos compatriotes à l’égard d’un gouvernement qui n’a cessé de leur mentir depuis le début de la crise sanitaire.

Au moins 60 % de Français réticents

Samedi encore, les médias rendaient compte d’une enquête réalisée entre les 14 et 16 décembre derniers par Santé publique France, dont les conclusions s’avéraient « inquiétantes » pour cette institution sanitaire. En effet, selon SPF, « moins de la moitié des personnes interrogées (40 %) répondait vouloir certainement ou probablement se faire vacciner contre le Covid-19 ». Un taux qui, malgré l’énorme effort de communication fait par le gouvernement depuis des semaines, ne cesse de baisser puisque, comme le rappelait encore SPF, le pourcentage de Français déclarant vouloir se faire vacciner était de 60 % en juillet, et de 53 % en novembre ! Ces chiffres placent notre pays parmi ceux dont les populations sont les plus méfiantes, voire les plus hostiles, envers les vaccins anti-Covid, comme vient d’ailleurs de le constater une enquête réalisée par BVA dans 32 pays avec les instituts de sondage du réseau WIN sur « les intentions de vaccination dans le monde ». Selon celle-ci, en effet, seuls 44 % de nos concitoyens envisagent de recevoir le vaccin, parmi lesquels 13 % à peine se déclarent « certains » de le faire. Des taux qui font de la France – avec le Liban, la Croatie et la Serbie – l’un des quatre seuls pays où cette intention est minoritaire, quand le Danemark affiche de son côté un taux d’adhésion au vaccin de 87 %, la Grande-Bretagne de 81 %, l’Italie de 70 %, les Etats-Unis de 67 %, l’Espagne de 66 %, et l’Allemagne de 65 %. Un tableau par pays qui permet de constater au passage que les Etats dont les populations sont les moins réticentes, et donc les plus confiantes envers leurs gouvernements, sont aussi souvent ceux dont nos grands médias n’ont cessé de fustiger la politique sanitaire…

Rien à voir avec le « complotisme »

C’est que, contrairement à ce que voudraient nous faire croire le gouvernement et les grands médias, cette méfiance massive des Français à l’égard des vaccins anti-Covid n’a absolument rien à voir avec un rejet par principe de la vaccination, ni même avec un quelconque « complotisme ». Elle n’est que la conséquence logique de la politique sanitaire désastreuse menée depuis bientôt un an par le gouvernement, et en particulier les innombrables mensonges proférés par ce dernier (sur la dangerosité du virus, l’utilité des masques, etc.). C’est d’ailleurs la principale raison de ces mauvais chiffres invoquée par Edouard Lecerf, le directeur général adjoint de BVA qui, dans son analyse, note que ces résultats s’expliquent d’abord par un « scepticisme devenu structurel envers toutes les décisions qui viennent d’en haut ». Non sans rappeler judicieusement au passage que, quand 63 % des Allemands et 50 % des Italiens se disent aujourd’hui satisfaits de la gestion de l’épidémie de Covid par leurs gouvernements, seuls 35 % de nos compatriotes estiment que l’Etat français a bien géré cette crise.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 28 décembre 2020

Immigration : la folle politique de peuplement du gouvernement français

immigration migrants

En dépit de vagues déclarations sur la nécessité de réguler l’immigration, le gouvernement dirigé par Jean Castex ne fait comme ses prédécesseurs qu’accompagner les arrivées croissantes d’extra-Européens en France. Les dispositifs en faveur de l’immigration sont nombreux et accréditent la thèse d’une véritable volonté de peuplement de notre pays, « quoi qu’il en coûte ».

Pour prendre en charge l’immigration légale et clandestine, l’État français déploie des moyens de plus en plus considérables. Au travers des nombreux dispositifs qu’il organise et dont certains sont abordés dans le présent article, c’est bien une politique de peuplement à bas bruit qui est menée en France. La seule variable d’ajustement à la pression migratoire qu’utilise le gouvernement est d’accorder toujours plus de moyens à l’accueil des migrants légaux ou clandestins. Cette politique s’apparente à une fuite en avant totalement suicidaire pour le pays.

La « mise à l’abri », première étape du peuplement

Le président Macron en a fait une priorité au début de son quinquennat : il annonçait le 27 juillet 2017 qu’il ne voulait plus un migrant dans la rue (1). Si cet objectif d’accueil inconditionnel n’a pas été atteint, le « dispositif national d’accueil » qui est déployé dépasse toutefois désormais les 110 000 places.

Chaque département français dispose de structures dont les noms désignent la vocation : « centres d’accueil de demandeurs d’asile », « centres d’accueil et d’orientation », « centres d’accueil et d’étude des situations », etc. Mais l’incessante création de places d’hébergement n’a pas résolu le problème, bien au contraire : elle n’a fait qu’attiser l’appel d’air à l’immigration. Faute de places suffisantes dans les centres d’accueil, l’État doit en complément verser à plus de 70 000 personnes le montant additionnel de l’allocation pour demandeur d’asile (2).

Le gouvernement ne va pas s’arrêter en si bon chemin : plus de 4 700 places supplémentaires d’hébergement pour les migrants vont être créées en 2021 (3). Ce sont autant de locaux de services publics et d’hôtels qui sont reconvertis sur tout le territoire français, comme une partie du réseau des hôtels Formule 1 transformés pour l’occasion (4). La « mise à l’abri » passe également par l’accueil dans l’hébergement d’urgence de droit commun d’un nombre croissant de clandestins (5).

Les jeunes extra-Européens qui se prétendent mineurs sont également très nombreux à arriver en France.

Ils étaient plus de 40 000 fin 2018 (6), et un nombre équivalent est arrivé cette année (7). Mais prendre en charge à grands frais les jeunes étrangers jusqu’à leur majorité n’était visiblement pas suffisant. Des associations pro-migrants exigent maintenant un hébergement des jeunes évalués majeurs jusqu’à épuisement de leurs possibilités de recours. Une revendication qui a obtenu satisfaction notamment à Paris (8). Des départements construisent pour les jeunes migrants des « parcours d’insertion » dont l’obtention d’un titre de séjour, pour pérenniser le séjour en France, est le précieux sésame (9).

La presse locale s’en fait l’écho fréquemment, les « mises à l’abri », en centres d’hébergement d’urgence, à l’hôtel, etc., sont également nombreuses quand des étrangers sont évacués des squats présents dans les grandes villes françaises. C’est dans la quasi-totalité des cas la pérennisation du séjour en France qui est organisée, et non le retour au pays.

La répartition sur le territoire national, deuxième étape du peuplement

Plutôt que d’endiguer fermement l’immigration, l’État s’emploie au contraire à répartir le flux incessant de migrants sur l’ensemble du territoire français. C’est ainsi qu’il organise une répartition géographique administrée des demandeurs d’asile. Ce que la ministre déléguée chargée de la citoyenneté appelle « mieux organiser la solidarité territoriale » (10). Cette répartition se fait au moyen d’une formule de calcul prenant en compte différents indicateurs des régions françaises (population, PIB, etc.). Une augmentation du nombre de demandeurs d’asile répartis à travers la France est d’ores et déjà envisagée pour l’année 2022.

Les jeunes migrants ne sont pas en reste. Chaque année, un décret fixe un objectif de répartition entre départements des « mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille » (11). Cette formulation ne manque pas de piquant quand on connaît la stratégie des jeunes extra-Européens pour bénéficier d’une prise en charge intégrale. Pire, elle illustre soit l’aveuglement soit la complaisance des autorités vis-à-vis de l’immigration de peuplement.

Pour lire la suite, c’est ici !

Covid-19 : création d’un fichier de données pour suivre les personnes vaccinées

COVID-19

28/12/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Le gouvernement français a publié un décret autorisant la mise en place d’un fichier de traitement des données à caractère personnel relatif aux vaccinations contre le Covid-19.

Baptisé «SI Vaccin Covid», ce fichier a pour objectif «la mise en œuvre, le suivi et le pilotage des campagnes vaccinales contre la Covid-19».


Un cadeau de Noël pour leurs concitoyens ? Les députés allemands demandent plus de migrants !

migrants Allemagne

Lu sur Remix News, le site conservateur anglophone d’information sur l’Europe centrale : 243 députés du Bundestag ont signé une lettre pour demander l’accélération du transfert des immigrants illégaux en Allemagne depuis les camps grecs. La lettre a été signée par des représentants de tous les partis représentés au parlement allemand sauf l’Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Pour les signataires, le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer doit répondre aux appels des États fédérés et des municipalités qui se sont dits prêts à accueillir des « réfugiés » après que certains d’entre eux eurent incendié leur centre d’accueil à Lesbos puis à Samos. Des centres dont les installations neuves avaient coûté des millions d’euros. La presse allemande, quand elle parle de ces « réfugiés » à accueillir, oublie cependant généralement de rappeler ce fait. Elle oublie aussi de mentionner que cinq immigrants illégaux originaires d’Afghanistan ont déjà été inculpés par les autorités grecques pour ces incendies volontaires au moyen desquels ils espéraient justement forcer les autorités à les transférer sur le continent européen.

Une attitude que les députés allemands voudraient ainsi encourager en faisant venir toujours plus d’immigrants illégaux en Allemagne. On pourrait se dire que c’est leur affaire si cela n’accroissait pas la pression migratoire sur la Grèce et les pays des Balkans et s’ils ne mentionnaient pas aussi, dans leur lettre, la nécessité d’une « solidarité » européenne pour l’accueil des « migrants », c’est-à-dire en fait d’un système européen de redistribution des « migrants », le fameux système de relocalisation bloqué depuis 2015 par les pays du Groupe de Visegrád.

Les signataires de l’appel évoquent les violences subies par les « réfugiés » dans les camps, sans se soucier du fait que les auteurs des violences sont du nombre quand on fait venir des immigrants sans papier en Europe, et qu’ils font aussi des victimes parmi les Allemands et d’autres populations européennes vivant dans l’espace sans frontières de Schengen.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 24 décembre 2020