[vidéo] Jean Raspail : « Il n’y aura pas de solution sans force ! »

15/06/2020 – FRANCE (NOVOpress)
En avril 2016, Jean Raspail, qui nous a quittés le 13 juin, répondait aux questions de Charlotte d’Ornellas pour Boulevard Voltaire.

L’auteur du Camp des saints revenait sur les événements tragiques que la France avait connus en 2015 et donnait sa vision de l’avenir. Selon lui, les armes parleront.


Chasse aux blancs dans les médias américains, les têtes tombent

Pendant la grande chasse aux blancs du printemps 2020, sous prétexte d’anti-racisme, au milieu des génuflexions, des repentances, des larmes, des excuses, des soupirs, des prosternations, les résultats ne se font pas attendre dans les médias américains. Les têtes tombent, toutes blanches.

Tempête au New York Times

Le New York Times publie le 3 juin 2020, une tribune libre d’un sénateur républicain américain dans la rubrique « Opinions » du journal. Il y qualifie les manifestants d’« émeutiers, insurgés, casseurs ». Soulignons qu’il s’agit d’une tribune libre, pas d’ un article et encore moins d’un éditorial. Branle-bas au quotidien, plusieurs centaines de journalistes dénoncent la tribune ; mieux quelques dizaines publient sur Twitter un texte protestant contre une tribune qui « met en danger les salariés noirs du NYT » (sic).

Résultat des courses, James Bennet responsable de la rubrique « Opinions » et pressenti pour prendre la direction du journal, défend sa ligne d’ouverture à différentes sensibilités politiques (ce qui au NYT ne va pas bien loin) mais il est contraint à la démission.

…Et ailleurs

Vous connaissez le Philadelphia Inquirer ? Le quotidien vient d’enregistrer la démission de Stan Wischnowski son directeur de la rédaction. Après que les émeutiers dits anti-racistes aient brûlés ou endommagés un certain nombre d’immeubles de la ville, il publie une tribune libre « Buildings matter, too » (les immeubles comptent, eux aussi). Fureur des journalistes noirs qui débraient et obtiennent le départ du responsable.

Des mouvements semblables ont lieu dans d’autres rédactions. Le directeur du magazine culinaire Bon appétit, (groupe Condé Nast), Adam Rapoport avait été photographié en 2013 lors d’une fête d’Halloween… déguisé en latino-américain. Il doit remettre sa démission. Au site féminin Refinery29 des salariées noires se plaignent d’être placées sous la direction de jeunes rédacteurs blancs. Un sac de cendres sur la tête, la directrice, Nikole Hannah Jones, se repent et démissionne : « Nous devons faire mieux et cela passe par laisser sa place à d’autres » (source AFP). Dans un contexte différent, le même mouvement se déroule en Allemagne.

Justification professionnelle et fin de l’honnêteté

Certains pourraient croire que cette chasse aux Blancs émeut les instances du journalisme. C’est le contraire. Un certain Jay Rosen, professeur de journalisme à l’université de New York les justifie pleinement : « Les journalistes issus des minorités ont été recrutés pour apporter une autre vision du monde et de nouvelles perspectives. Mais on leur demande d’effacer leurs points de vue au nom de l’objectivité et de l’honnêteté ». Autrement dit le respect du réel (l’honnêteté de base) n’existe plus, ne doit plus même exister, place au journalisme de repentance. Les Blancs sont sommés de céder la place, si possible en disant merci, comme Madame Nikole Hannah Jones en a donné l’exemple. Un mouvement dont on peut deviner qu’il sera copié en France avec la complicité, active ou passive, des écoles de journalisme, d’une partie des rédactions et la bénédiction des pouvoirs publics.

Article repris du site OJIM

Thaïs d’Escufon (Génération identitaire): « Nous recevons beaucoup d’insultes, mais bien plus encore de remerciements ! »

Thaïs, vous avez 21 ans, vous êtes étudiante et, samedi, vous faisiez partie de ces jeunes qui ont déployé une banderole sur les toits de Paris au passage de la manif « contre le racisme et les violence policières ». Pouvez-vous nous expliquer l’objet de cette action ?

Le gouvernement s’est incliné devant le gang Traoré. L’essentiel de la classe politique s’est soumis activement ou passivement depuis des semaines. Nous ne sommes pas la génération « genou à terre », nous sommes la Génération identitaire, alors nous avons décidé d’agir.

Constatant le silence et l’inaction de ceux qui nous gouvernent, nous avons décidé d’agir symboliquement en déployant une immense banderole portant ces inscriptions : « Justice pour les victimes du racisme anti-blanc #WhiteLivesMatter » à partir du toit d’un immeuble parisien situé place de la République.

Sitôt que la banderole a été déroulée – l’un d’entre nous a dû descendre en rappel pour l’étendre car le balcon du dessous l’avait bloquée -, nous avons vu l’ensemble du cortège se tourner brusquement vers nous, nous insulter, nous adresser des signes obscènes et, enfin, nous viser avec des pétards et des tirs de mortier. C’était assez dangereux, car même si le toit n’était pas très pentu, nous avons bien failli être déséquilibrés par ces tirs et aurions pu glisser. Il est vrai que cela n’aurait sans doute ému aucun « people »…

Pendant ce temps-là, des occupants de l’immeuble, plus bas, ont tenté de découper par la fenêtre au ciseau le bas de notre banderole, heureusement sans réussir à en arracher l’essentiel.

C’est devenu encore plus compliqué lorsque des antifas ont débarqué…

Nous sommes, en effet, restés là cependant deux bonnes heures, puis nous avons vu soudain surgir de nulle part (nous avions pourtant fermé derrière nous) un groupe de racailles très excitées et violentes, désireuses d’en découdre. Mes camarades les ont donc affrontées, avec succès, les repoussant à l’autre bout du toit.

On peut dire que vous avez fait le buzz sur les réseaux sociaux. Sur votre compte Twitter, vous avez d’ailleurs posté les captures d’écran des insultes que vous recevez. Vous ne craignez pas de parler ainsi à visage découvert ?

Nous avons toujours insisté sur le militantisme à visage découvert. Nous sommes fiers de nos idées et nous les assumons.

Heureusement, il y a bien plus (il y en a, d’ailleurs, énormément !) de messages de soutien et de remerciements que d’injures, mais je pense qu’il est important de montrer de quoi est capable le supposé « camp du bien » et les tombereaux de propos ignobles qu’ils déversent sur nous…

Actuellement, des messages circulent pour balancer nos noms, nos adresses, là où nous travaillons… mais ce n’est pas une surprise, nous nous y attendions. Cela fait partie des risques. Nous les acceptons pleinement, car c’est la survie de notre civilisation qui est en jeu.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

En pleine manifestation du comité « Justice pour Adama », Génération identitaire dénonce le racisme anti-blanc !

15/06/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Ce samedi 13 juin, vers 14h45, une banderole sur laquelle est inscrit «Justice pour les victimes du «racisme anti-blanc – White Lives Matter» a été déployée sur le toit d’un immeuble donnant sur la place de la République à Paris, en pleine manifestation contre les «violences policières» organisée par le comité «La vérité pour Adama».

Génération Identitaire avait décidé de rendre visite aux manifestants du comité « Justice pour Adama ». Avec un message très fort : « On ne met pas le genou à terre ! »

Interrogé sur cette action, Nicolas Bay a notamment déclaré : « Génération Identitaire a fait son action avec un certain panache. »

Pour soutenir Génération identitaire : https://generationidentitaire.org/soutenir/


Philippe de Villiers : « La France est notre mère, aimons-la. Ceux qui ne la respectent pas, qu’ils dégagent ! »

Dans son dernier livre, Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde, Philippe de Villiers, critique la gestion de la crise sanitaire par Emmanuel Macron et le « nouveau monde » prôné par le Président.

Au micro de Boulevard Voltaire, le fondateur du Puy du Fou revient sur ses récents échanges avec Emmanuel Macron et explique le concept de nouveau monde et ses incohérences. Il réagit également à l’actualité récente, en particulier sur les contestations « antiracistes ».

Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde. C’est le titre du livre que vous publiez chez Fayard. Hier, vous étiez sur le plateau de BFM TV et vous avez détaillé ce qu’a dit Emmanuel Macron d’Édouard Philippe lorsque vous lui demandiez « pourquoi Édouard Philippe ne déconfine t-il pas ? » Emmanuel Macron vous a répondu « il gère son risque pénal ».
Quelle est précisément votre relation avec Emmanuel Macron ?

Il y a le Puy du Fou et la France. Le Puy du Fou, c’est la passion d’une vie et Emmanuel Macron a multiplié les attentions depuis qu’il est venu au Puy du Fou. Il serait inélégant, voire insultant pour moi, de croire qu’Emmanuel Macron a voulu par ses attentions acheter le silence d’un esprit libre. Je lui ai demandé deux choses. De sauver le Puy du Fou, c’est fait. Et de sauver la France, ce n’est pas fait.

Il aurait voulu « assassiner son Premier ministre ». Vous auriez été un parfait missile de croisière sur cette séquence…

Il me parle et ne m’a jamais dit de garder pour moi ce qu’il me dit. Je considère que le missile de croisière en question est arrivé sur le Puy du Fou. On a failli mourir et le pays est en train de crever. Il faut établir les responsabilités. “Les Gaulois réfractaires” est une expression d’Emmanuel Macron. Les Gaulois réfractaires réputés indociles et indisciplinés sont sortis de leurs parois où ils étaient devenus des troglodytes recroquevillés, enfermés, encasernés, embastillés.
Le premier lecteur de ce livre a été Emmanuel Macron. Je l’ai appelé et lui ai dit « je vous appelle pour vous inviter à l’enterrement prochain du Puy du Fou. Comme vous êtes un ami du Puy du Fou, vous aurez une place d’honneur ». Il m’a répondu « que se passe-t-il ? » Je lui ai dit « on va mourir ».
On nous parle de ne pas ouvrir de tout l’été. Pendant son intervention où il a regardé la France dans le fond des yeux comme dirait Giscard, il a dit « il va falloir se réinventer, moi le premier ». Je lui ai demandé s’il avait bien dit cela et il m’a répondu oui. j’ai donc ajouté que j’allais lui écrire un petit manuel de réinvention, une sorte de trousse d’urgence dont j’espère, il en fera bon usage ».
Les relations sont très simples. Quand on parle du Puy du Fou, tout se passe bien. En revanche, dès qu’on parle de la France, tout se passe mal. Ce n’est pas pour cette raison qu’il faut éviter de se parler.



Vous avez dit qu’Emmanuel Macron était le liquidateur amiable de la France. Cette entreprise de démolition a démarré il y a déjà bien longtemps…

L’expression liquidateur veut dire que l’entreprise est mal depuis longtemps.
Quand j’étais étudiant en 68, une chose m’avait beaucoup marqué. En peinture dégoulinante, il était inscrit sur la Sorbonne « cours camarade, l’Ancien Monde est derrière toi ». C’était la gestation du Nouveau Monde. Le Nouveau Monde est né le 10 novembre 1989 après la chute du mur de Berlin. On nous a promis un village global unifié débarrassé des frontières, des souverainetés, des États de l’autonomie stratégique et avec le primat de l’économique sur le politique. C’est une chose inouïe dans l’Histoire. La logique des intérêts privés, ce qu’on appelle les chaînes de valeurs globales plutôt que la protection régalienne. On nous a expliqué que grâce au marché planétaire de masse qui serait le régulateur des tensions humaines et des relations des États déclinants en voie de disparition, la main invisible permettrait une interconnexion, une interdépendance avec la religion des flux qui est le communisme des imbéciles. Dans une société liquide où la paix perpétuelle est assurée par le marché, il n’y a plus besoin de prévoir, de stocker et de faire des réserves. On va chercher son paracétamol en Chine quand on en a besoin. En réalité, le village global unifié n’a plus de frontières. Il n’y a pas de problèmes puisqu’il n’y a pas d’épidémie. Les épidémies c’est le Moyen Âge… Un seul virus circule, la lèpre populiste. Il n’y avait pas de virus, plus d’épidémie, plus de guerre, on évacuait la mort surtout la mort de masse. Pourquoi des frontières et pourquoi le souverainisme ?
À l’époque, le souverainisme était le repli nationaliste, les égoïsmes nationaux. Tout s’est effondré et le Nouveau Monde est mort du coronavirus. Le village global unifié s’est fracturé. On retrouve les frontières des souverainetés, des États et de l’autonomie stratégique. Le primat de l’économique sur le politique s’est renversé. Quand la mort revient au village, quand la maladie fait irruption, quand la pandémie nous submerge, alors on revient au carré magique de la survie. On l’a vu pendant l’épidémie.
Premier coin du carré, la frontière. Deuxième coin du carré, la souveraineté. Troisième coin du carré, le local, le circuit court. Quatrième coin du carré, la famille, première sécurité sociale dans une société de solidaire solitaire. C’est l’Ancien Monde. Le Nouveau Nouveau Monde, le monde d’après le Nouveau Monde, le jour d’après, la France d’après doit être rebâtie sur ces mots-là. Ces mots étaient des mots maudits, de parias et qui vous valaient l’injure.
À quoi pressentons la victoire intellectuelle de ce qu’on a toujours défendu ? C’est lorsque l’adversaire pille votre lexique.
Bruno Le Maire en appelle au souverainisme économique et Emmanuel Macron fait son mea culpa en disant « il va falloir relocaliser », alors que pendant trente ans, on n’a fait que délocaliser.
Je ne vais pas faire un exercice d’auto éblouissement comme font la plupart des hommes politiques, mais on avait tout dit du souverainisme.
À Nevers en 1994, je me souviens d’une salle bondée. Jimmy Goldsmith avait dit « c’est simple, lorsqu’on va abolir les frontières sanitaires avec le libre échangisme mondial, quand il y aura la grippe à New Delhi, on aura la grippe dans le Berry ». La salle riait en se disant qu’il allait un peu loin.

Comme cette société liquide est en passe de s’effondrer, ce serait pour l’État le moment de reprendre ses fonctions régaliennes. Or, cela tombe très mal puisqu’on voit ce qu’il se passe en France…

Castaner et Belloubet , Fripounet et Marisette, nous font revivre à la fois l’affaire Léonarda dans ce qu’elle avait de grotesque et le roman Soumission de Houellebecq.
Castaner désavoue l’institution dont il a la garde. Il tire dans le dos des policiers. Il instille le soupçon avéré qui est un oxymore du troisième type inventé par En Marche. Plus précisément, la présomption de culpabilité. C’est une grande première en France. Et enfin, il désarme la police. Il leur interdit l’étranglement. C’est lui qui fait l’étranglement. C’est très grave.
Quant à Madame Belloubet, elle s’affranchit d’une loi élémentaire, la non-intervention du Garde des Sceaux dans une affaire judiciaire en cours. Elle condamne d’avance les gendarmes qui jusqu’à présent ne sont que témoins assistés. Elle prend parti pour cette famille Traoré bien sous tout rapport. Il suffit de regarder le dossier de plus près pour voir que Assa Traoré est la nouvelle Jeanne d’Arc avec Greta Thunberg. On a là, le couple de l’avenir pour sauver la planète !
Je ne supporte pas tout cela. Ce n’est pas du courage idéologique, c’est la trouille. En Marche est le gouvernement de la pétoche. C’est comme cela qu’ils ont fait le confinement. Ils ont lu une modélisation de Neil Ferguson de l’Impérial Collège repris par l’Institut Pasteur. Ce gouvernement a peur de son peuple et de la première vaguelette. Il a surtout peur de ceux qui veulent nous détruire. Il est prêt à collaborer avec ceux qui veulent nous détruire. Les militants racialistes veulent en finir avec la France. Jacques Bainville, le grand historien disait « c’est mieux qu’une race, c’est une nation ».
À Europe 1, j’ai rencontré par hasard Laurent Nunez. Il a passé un sale quart d’heure. Je ne sais pas si cela sortira dans la presse puisque c’était privé. Je lui ai dit « alors, l’émotion s’affranchit des règles juridiques ? Votre ministre a dit : en cas d’émotion, on s’affranchit des règles juridiques. » Je lui ai dit que j’étais très content pour le Puy du Fou. Il m’a demandé pourquoi. Et je lui ai répondu que la Cinéscénie était l’émotion. Depuis quarante ans, 13 000 personnes sont présentes tous les soirs, mais aujourd’hui on est limité par la règle juridique des 5000 personnes. Si vous ne faites pas sauter la règle pour nous, légendaires Français, j’ai une solution. On fait un spectacle sur la famille Traoré. La première Cinéscénie est prévue le 24 juillet, mais pour l’instant les préfets de région et de département ne nous disent pas si on aura le droit. Avec Traoré, il y a l’émotion. Avec le Puy du Fou légendaire français, il n’y a pas d’émotion. Ils se foutent de notre gueule.
En plus, le Premier ministre est prêt à faire la génuflexion. La génuflexion oblique du dévôt pressé devant la déesse Assa Traoré, la déesse de l’anti racisme.
J’appelle tous les Français à se lever et à dire « ça suffit » ! Je suis sorti de ma tanière, car je n’en peux plus !
Réfléchissons un instant. Partout dans la rue, les gens portent des masques, les Gaulois réfractaires portent des masques. Ce sont les mêmes qui nous ont interdit de porter des masques lorsque c’était nécessaire. Maintenant, ils nous obligent à porter des masques, alors que ce n’est plus nécessaire.

Lire la suite

Attaque islamiste de la préfecture de Paris : l’accablant rapport de la commission parlementaire, par Franck Deletraz

Après huit mois d’enquête, la commission parlementaire dirigée par Eric Ciotti (LR) et chargée de faire la lumière sur l’attaque de la préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019, par l’islamiste Mickaël Harpon, a rendu mercredi son rapport. Un rapport sans grande surprise, puisqu’une bonne partie de son contenu a déjà été révélée en février, mais qui conclut une fois de plus à « de graves défaillances » dans le suivi de Harpon, dont des actes auraient dû alerter sa hiérarchie.

Une succession de « signaux » ignorés

Présenté à huis clos, ce rapport, révélé par Le JDD et Le Parisien, souligne ainsi que plusieurs signaux auraient dû alerter les autorités au sujet de Harpon. A commencer par les propos que celui-ci avait tenus devant ses collègues en janvier 2015 au sujet des attentats de Charlie Hebdo. Des propos qui, rappellent les auteurs du rapport, « revêtaient une évidente gravité », mais n’ont pourtant fait l’objet d’aucun signalement. Pour la commission d’enquête, c’est « le dysfonctionnement le plus grave de l’affaire Harpon ». L’autre élément à charge contre le comportement de l’informaticien et contre le suivi de son évolution est sa conversion à l’islam après son mariage entre 2009 et 2011, conversion qui l’avait notamment conduit à ne plus saluer les femmes. Or, malgré plusieurs remarques de ses supérieurs, souligne la commission d’enquête, là encore, aucun signalement n’avait été effectué… Bref, autant de « failles » de sécurité inconcevables, insistent les députés, qui ont permis à Harpon de passer à travers les radars de l’antiterrorisme et de tuer à l’arme blanche quatre de ses collègues.

Les propositions de la commission

Pour prévenir de nouveaux actes « de l’intérieur » à l’avenir, la commission d’enquête formule alors dans son rapport 35 propositions, à commencer par « la refonte totale » de la DRPP. Face à la nécessité de rehausser les standards de recrutement au sein de celle-ci, la première proposition est de confier à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et au renseignement interne des armées (DRSD) le « rôle de chefs de file des recrutements au sein des services de renseignement ». La commission ne va pas jusqu’à préconiser dès à présent une suppression de la DRPP, mais elle suggère « à moyen terme » de la « repositionner » au sein du renseignement intérieur selon deux scenarii possibles, allant de « sa refonte totale au transfert a minima des activités de lutte contre le terrorisme vers la DGSI ». Par ailleurs, concernant la détection des signes de radicalisation, la commission préconise d’intensifier les efforts et les formations au sein des services de sécurité sur ces sujets. Afin de renforcer les procédures de recrutement, elle propose en outre « d’étendre le champ des enquêtes administratives préalables au recrutement des personnels administratifs des administrations remplissant une mission de sécurité et des personnels civils dans les armées, afin d’assurer un contrôle de l’ensemble des personnels, même non habilités ». Enfin, s’agissant des procédures d’habilitation, les auteurs du rapport font plusieurs propositions afin de les renforcer (réduction de la validité, suivi, signalement…), et préconisent l’instauration d’une prestation de serment affirmant l’adhésion aux valeurs de la République pour « l’ensemble des professions sensibles ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 10 juin 2020

Antiracisme et antifascisme comme prétextes, par Jean-Gilles Malliarakis

Dérivatifs presque aussi mondialement répandus que la pandémie du coronavirus, les manifestations mais aussi les violences et pillages de ces derniers jours, laissent évidemment perplexes. Partout dans le monde on nous somme de rendre hommage à George Floyd, cet honnête délinquant victime aux États-Unis d’une brutalité policière, certes assez choquante.

Et en France, par un effet de mimétisme inexplicable, on déterre une affaire présentée comme analogue remontant à plusieurs années, et des militants se rassemblent par milliers pour dénoncer un « racisme dans la police » amenant le ministre de l’Intérieur à s’aligner et à ordonner qu’on fasse de ce problème une priorité.

Sans doute les excès du confinement ont-ils contribué préparer une partie de la population à cette divagation unilatérale conduisant surtout au racisme anti-flic.

Or, dans la vague nouvelle de délires d’experts votre chroniqueur serait assez disposé à accorder une palme à un entretien avec Mme Naomi Klein militante écologiste et anticapitaliste canadienne de renommée mondiale publié par Le Monde ce 7 juin[1].

De son monceau de fadaises et pétitions de principes péremptoires pieusement recueillies on peut extraire cet aveu involontaire, fièrement résumé dans la phrase suivante : « Tous ces combats dans lesquels nous sommes engagés, que ce soit le combat contre les violences policières, contre le dérèglement climatique ou pour une économie juste, sont liés. »

Paradoxalement, oui, ces combats sont liés : par un même mensonge, par une même manipulation.

Quel autre rapport en effet, sinon celui d’une manipulation identique des prétextes au rassemblement des utiles idiots.

Car rien de tout cela ne doit être considéré comme vraiment nouveau.

C’est par exemple en 1935 que le Komintern adopta sous la conduite de Dimitrov l’étiquette antifasciste. Jusque-là l’Union soviétique avait fait fort bon ménage avec le gouvernement qui dirigeait l’Italie depuis 1922, ses principaux adversaires désignés étant l’Empire britannique et, secondairement la France. Au cours de la guerre d’Espagne certes Staline encadrera les fameuses Brigades internationales sous prétexte de soutenir le gouvernement républicain, mais il se révéla très vite que leurs cibles principales étaient les trotskistes et autres anarchistes. De même en 1939, il s’allia avec Hitler qui « traîtreusement » se retourna contre lui en 1941, etc.

Mais pour la terre entière la vaillante URSS était devenue le parangon de la lutte contre le fascisme.

De même pour le « racisme » dont on nous assure désormais qu’il caractériserait la société française. Pas assez accueillante nous dit-on.

La société soviétique d’hier et la société chinoise d’aujourd’hui, alors que les communistes du monde entier répercutaient les slogans « antiracistes » à sens unique, n’ont jamais accueilli les vagues de migrants qui frappent aux portes de l’Europe. On se demande pourquoi.

Face à la folie et au mensonge, une seule réponse : raison garder.

Face à l’islamo-terrorisme et à l’invasion, en revanche, la vigilance et la lutte s’imposent, sans concession.

[1] cf. Entretien avec Naomi Klein : »Seule une réponse très audacieuse à la crise nous mènera quelque part »

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Marion Maréchal : « Je n’ai pas à m’excuser en tant que Blanche et en tant que Française »

12/06/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Marion Maréchal a réagi très fortement dans une vidéo postée sur Facebook, refusant la repentance et la culpabilisation :

Je n’ai pas à m’excuser en tant que Blanche et en tant que Française – vous voyez à quoi on est réduit en devant se positionner de la sorte. Je n’ai pas à m’excuser pour la mort d’un Afro-Américain aux Etats-Unis. Je n’ai pas à m’excuser pour la mort d’un délinquant, Adama Traoré, une mort accidentelle qui a eu lieu à la suite d’une interpellation qui n’était pas liée, c’est important de le rappeler, à sa couleur de peau, mais aux crimes qu’il aurait commis.

Avec ce coup de sang sur l’affaire Floyd et Traoré, Marion Maréchal précise : « Comme beaucoup de Français, je refuse de mettre « un genoux à terre » et de laisser mon pays devenir le terrain de jeu des « antiracistes ».

Invitée par la suite sur LCI, Marion Maréchal a ajouté :

Avec ce type de raisonnement et bien je vous le dis franchement, oui, nous allons déboulonner Napoléon, oui, nous allons déboulonner de Gaulle et nous allons déboulonner probablement tous les socialistes de la IIIe République qui ont fait la république universelle, qui est censée être la république des droits de l’Homme [et] qui a promu l’égalité des droits.


Genou à terre : soumission et masochisme

Le genou à terre, qui se voulait un hommage aux victimes du racisme, s’est vite transformé en symbole de la soumission à l’idéologie antiraciste. On a même vu un policier blanc, ayant sans doute peur de ne pas en faire assez, se mettre à plat ventre comme cela se faisait dans certaines cours orientales de potentats se prenant pour des dieux.

L’antiracisme est une religion

L’antiracisme est bien une religion, un nouveau monothéisme exigeant la soumission totale et la repentance permanent et absolue.

On dit que le phénomène est mondial, c’est faux. Ni les Russes, ni les Iraniens, ni les Arabes, ni les Chinois, ni les Indiens ne mettent genou à terre. La soumission-humiliation est réservée aux Blancs. Cela étant, le phénomène est d’une certaine ampleur dans ce qui, autrefois, était fier d’être l’Occident. Il est vrai aussi qu’il n’y a pas que des Noirs qui se victimisent. Il y a énormément de jeunes Blancs qui se sentent solidaires et demandent en fait pardon au nom de leur race… qui pourtant n’existe pas ! Le raciste est par définition un sadique, mais l antiraciste est parfois un maso qui s’ignore. L’antiracisme a réinventé les races, c’est l’un de ses paradoxes. On est face à une mobilisation surdimensionnée par les médias mais réelle, gauchiste et générationnelle. Peu de vieux Blancs mettent le genou à terre.

On pense aux manifestations monstres contre la guerre au Vietnam. Mais, derrière le pacifisme de la jeunesse aux colliers de fleurs, il y a eu l’abandon de populations entières à l’oppression, voire au génocide (cas du Cambodge) du marxisme asiatique.

L’antiracisme est une idéologie politique dominante et obligatoire, relayée depuis des décennies par l’Education nationale et les médias. En France, contrairement aux USA, personne ne peut se dire raciste puisque, chez nous ce n’est pas une opinion, mais un délit. Depuis des semaines maintenant, nos journalistes moralisateurs s’en donnent à cœur joie comme jamais, pour imposer en continu aux téléspectateurs culpabilisés leur vision du monde. C’est un monde métissé où il faut, pour l’imposer, arracher les racines historiques des peuples blancs fondateurs de civilisations admirables et même incomparables. La victimisation des populations issues de la colonisation ou de l’immigration est une arme de destruction massive au service d’une idéologie qui déteste tout ce qui a fait notre identité traditionnelle.

Même se taire est un délit !

Outre-Atlantique, c’est la mémoire de l’esclavage et de la ségrégation qui servent à saper un état jugé suprémaciste blanc, depuis surtout l’élection de Trump.

Ce mouvement émotionnel et instrumentalisé peut-il déboucher sur des bouleversements politiques ?

Aux USA l’objectif est simple : battre Trump. En France, c’est plus subtil, c’est interdire toute contestation du discours antiraciste et victimaire. Ainsi, qui oserait dire à la télévision depuis ces derniers jours que notre police est devenue plus raciste qu’avant parce qu’elle est objectivement confrontée depuis des décennies a des populations de plus en plus racialisées, en particulier par le rap dont les pires dérives raciales restent impunies, et qui expriment leur haine de l’Etat français en s’attaquant aux policiers.

L’antiracisme ne supporte pas la liberté d’expression puisque ne pas penser comme lui est un délit. Le dire est quasi impossible mais il y a plus : aujourd’hui, même le silence est jugé suspect car complice du racisme. Il y a une loi médiatique des suspects, car qui ne dit mot en fait s’oppose. Qui ne dit mot refuse de mettre un genou à terre, qui ne dit mot est un raciste.

La diabolisation à des beaux jours devant elle.

Pierre Boisguilbert

Texte repris du site Polémia

Les Traoré : Leonarda en pire !, par Philippe Bilger

Au regard du présent et de sa déréliction politique et judiciaire, l’affaire Leonarda et le dialogue entre celle-ci et l’ex-président Hollande vont bientôt apparaître comme un exemple de gentillesse républicaine.

Parce que l’information ouverte – toujours en cours, c’est le point central – à la suite de la mort d’Adama Traoré, les interventions multiples qu’elle suscite, les immixtions scandaleuses qu’elle engendre, les pressions et la complaisance médiatiques concernant la famille Traoré « vendue » tel un exemple à suivre mais dont le passé, pour certains de ses membres, est rien moins qu’irréprochable, dépassent l’entendement.

Plus une mobilisation nationale prévue, à l’initiative de cette même famille, le 10 juin mais il va de soi qu’on respecte l’indépendance de la Justice !

J’espère que les « émotions » de Christophe Castaner ne l’empêcheront pas d’être ministre !

Mais on n’avait encore rien vu !

Si le président de la République a demandé à la garde des Sceaux de recevoir les soeurs d’Adama Traoré, je considère que c’est une honte.

S’il ne l’a pas fait mais que l’idée ait germé dans la tête de Nicole Belloubet et que celle-ci ait été prête à favoriser cette indécence, j’estime que c’est un scandale.

Que la République soit humiliée au point de devoir recevoir des leçons de la famille Traoré sur l’état de droit et la séparation des pouvoirs, représente un affront dont normalement on ne devrait pas se remettre.

On peut compter sur celle-ci et son avocat, Me Yassine Bouzrou, l’une et l’autre s’excitant et se « chauffant », pour tirer profit de cette pantalonnade où le fond est atteint.

D’autant plus que le procureur de la République de Paris a éprouvé le besoin de faire un communiqué sur cette affaire : il est clair qu’elle n’était pas encore assez hypertrophiée !

Indépendance et sérénité de la Justice mises à mal.

Démocratie ridiculisée.

Etat de droit enseigné par de piètres professeurs.

L’honneur de la France est bien ébréché.

Philippe Bilger

Tribune reprise de Philippebilger.com

Jean Lassalle : « Résistons ! » à la mondialisation

11/06/2020 – FRANCE (NOVOpress)
A l’occasion de la publication de son livre, « Aurore ou crépuscule Résistons ! » (Ed. Cherche-Midi), le truculent député des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle a accordé un entretien d’actualité à Sputnik afin d’évoquer les conséquences politiques de la crise sanitaire, son appel à s’opposer à la globalisation et au « capitalisme financiarisé » et à réinvestir la campagne.


L’émoi fait loi – Castaner : l’impardonnable forfaiture, par Etienne Defay

La mesure est comble et la lâcheté du ministre de l’Intérieur commence à devenir non dissimulable. Après le magnifique « soupçon avéré » de racisme concernant les policiers, l’inimitable premier flic de France a annoncé que les manifestations de soutien à George Floyd et Adama Traoré seraient autorisées. Une décision qui va à l’encontre de tout principe législatif. « L’émotion est supérieure au droit dans ces cas-là. »

On invitera le lecteur à méditer cette phrase. Car elle est une synthèse parfaite. Comme le rappelle avec ironie la journaliste du Figaro Eugénie Bastié : « Castaner vient de trouver l’épitaphe de la civilisation occidentale. » En effet, c’est beau, c’est propre, c’est presque du Philippe Muray dénonçant la société festiviste basée sur l’injonction permanente de la fête et de l’émotion. Muray ? Pas seulement. Car il y a aussi du Houellebecq chez Castaner. Il faut pour cela se reporter à l’avant-dernière publication de l’écrivain, Soumission. « Castaner ploie les deux genoux au sol » dénonce l’éditorialiste Guillaume Bigot sur Boulevard Voltaire.

L’émotion supplante le droit… Dira-il cela à ceux qui n’ont pas pu enterrer leurs proches à cause des restrictions de liberté liées à l’épidémie ? Soutiendra-il cela face aux éborgnés, aux mutilés, aux laissés pour compte de la mondialisation ? Ils ne sont rien, me répondrez-vous. Ceux-là qui ont la dignité de crever en silence, qu’ils soient retraités, paysans, policiers, infirmiers, militaires ou ouvriers, ne pourront prétendre à cette supériorité de l’émotion. Pour eux, ce sera la loi appliquée avec un zèle des plus iniques.

Parallèlement, LREM demande à tous les citoyens de respecter 8 min 47 de silence ce mardi à 18 heures en l’honneur de George Floyd. Ce même soir, les Insoumis Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens s’agenouillaient place de la République avec les manifestants conviés par SOS Racisme. Il ne manquait plus que cela à vrai dire, les Insoumis qui ne méritent plus leur préfixe depuis longtemps et LREM sont donc en lice pour une compétition victimaire dont le pactole sera électoral à n’en pas douter. Tout le cynisme, le mépris politique et la haine de soi poussés à une sorte de paroxysme…

Pour les policiers, la coupe est pleine. Pris dans une tornade créée par la haine communautarisée, le mépris des bourgeois blancs flagellant leurs privilèges et lâchés par leur chef, nos forces de l’ordre accusent le coup. Un coup d’autant plus violent qu’il ne vient pas de l’ennemi en face mais d’un coup dans le dos porté par un chef qui aurait dû se trouver devant eux.

Castaner n’évoquera pas les suicides de policiers, les blessés, les mutilés, les tués, les internés. Castaner n’aura pas de mot pour ceux assassinés par le terrorisme. Castaner a, au nom d’une émotion supérieure au droit, trahi ses hommes et déshonoré une République qui à force d’être souillée finira par ressembler à ceux qui la violent. Pour la première fois, cher lecteur, le dégoût nous prend à la gorge.

Etienne Defay

Article paru dans Présent daté du 10 juin 2020

Eric Zemmour : « Vous avez vu où on en est ! On en est à des blancs qui s’agenouillent devant les noirs ! On en est là… »

Guillaume Bigot : « Castaner a mis les deux genoux au sol ! »

Un ministre de la Justice qui se voit opposer une fin de non-recevoir à sa proposition de recevoir la famille Traoré, le ministre de l’Intérieur qui annonce ne pas sanctionner une manifestation pourtant interdite, que se passe-t-il en France ?

Pour Guillaume Bigot, il s’agit d’une manipulation : créer une fracture du corps social permet de faire diversion et de ne pas aborder les problèmes de fond.

Le feuilleton n’en finit plus entre l’affaire Traoré et l’exécutif. D’après Christophe Castaner, ces manifestations interdites ne feront pas l’objet de poursuite. Le garde des Sceaux demande à rencontrer la famille d’Adama Traoré. Cette demande a été rejetée par l’avocat au nom de la séparation des pouvoirs. On a l’impression qu’on s’oriente vers l’affaire Leonarda puissance 10.

Quelle est votre impression ?

On ne peut pas poursuivre une foule. Cela n’a pas de sens, même si on peut poursuivre les organisateurs. Il y a, bien évidemment, deux parties qui s’affrontent. La famille Traoré et l’avocat de la famille Traoré, comme tous les avocats, font feu de tout bois pour obtenir la satisfaction de leur demande devant les tribunaux. Il n’y a rien de très étonnant. En revanche, ce qui est étonnant, c’est la réaction de l’État incarnée par Christophe Castaner parce qu’il y a de 15.000 à 20.000 policiers blessés dans l’exercice de leur fonction, dont plusieurs milliers très gravement, qui finissent en chaise roulante et handicapés. Dans un contexte de violence et de tension, il peut y avoir des bavures. C’est peut-être le cas pour Traoré, mais on ne sait pas. En revanche, on sait que son arrestation a été brutale et violente. Dans ce contexte-là, il est tout de même très étonnant que Christophe Castaner pose les deux genoux à terre et ne défende pas ses troupes. Il ne défend pas ce CRS noir qui a été sifflé et traité de vendu. C’est inacceptable.

On a l’impression que, pour ce pouvoir, la loi n’est plus la même pour tous. Il déchire le pacte républicain et le contrat social. S’il pense faire passer cela pour de l’antiracisme, c’est bien évidemment du racisme. Comme les fascistes noirs du CRAN sont des racistes. Comme les indigénistes sont des racistes. Ce pouvoir est tétanisé. La bourgeoisie a très peur d’être accusée de racisme. Finalement, elle tombe dans ce qu’elle dénonce. L’état d’urgence sanitaire et le confinement ne doivent pas être appliqués de la même façon des religions, des quartiers et des couleurs de peau, cela s’appelle du racisme. Si vous ne défendez pas vos troupes parce qu’on les accuse de racisme avec une présomption de racisme parce que la personne en face qui vous accuse de présomption de racisme n’a pas la bonne couleur de peau, c’est du racisme. Si, en face, il y avait des suprémacistes blancs, des gens d’extrême droite qui faisaient la même chose, on leur tomberait dessus à juste titre pour les faire taire et leur dire qu’ils sont racistes. Là, ce n’est pas le cas, il y a une gêne. Cette gêne de la bourgeoisie montre bien que, pour les bourgeois dont M. Castaner et M. Macron font partie, nos compatriotes d’origine musulmane ne sont finalement pas des Français comme les autres. Il faut prendre des pincettes avec eux. C’est du racisme.

Ce deux poids deux mesures permanent rend les choses complètement dingues…

On peut soupçonner une manœuvre politicienne. Il y a une forme d’antiracisme exacerbé et maladif. Quand votre frère ou votre ami fait des bêtises, vous vous fichez de sa couleur de peau et de son origine. Vous le lui dites et vous n’éprouvez pas cette gêne. Au-delà de cette gêne qui est à connotation raciste, il y a une manœuvre politicienne. C’est très intéressant de remplacer la lutte des classes par la guerre des races. Premièrement, cela va diviser les gens modestes, les salariés et les pauvres face au capital. Ils vont se taper dessus entre eux à raison de leurs religions, de leurs origines ou de leurs races supposées.

Deuxièmement, cela va remuer des choses assez profondes et qui correspondent à des représentations de la société qui sont quasiment antagoniques. Or, la dignité et le rôle du politique sont non seulement d’assurer la paix dans la cité, mais aussi d’unir. Le politique concerne au premier chef le bien commun et l’intérêt général. Et là, c’est précisément l’inverse. Ce sont des tactiques employées pour que les gens se divisent. Cela fonctionne très bien.

Sur les sujets comme la légalisation du cannabis, l’adoption pour les homosexuels ou le racisme en France, vous avez immédiatement les pour et les anti. Vous avez une sorte de cristallisation et, pendant ce temps-là, comme dirait les tontons flingueurs, « touche pas au grisbi, salope ». On n’aborde pas les sujets de fond que sont la mise en place du soutien à nos entreprises, la protection dans certains secteurs vulnérables de la mondialisation. On n’a pas le droit de parler de la machine infernale qui va dévorer la démocratie de l’intérieur en construisant deux forces. Il y a une manipulation.

À plus petite échelle, les élections font croire qu’il existe un racisme systémique. Cela permet aux gens totalement convertis au marché et au capitalisme de faire croire qu’ils sont de gauche.

Si on lit entre les lignes, d’énormes critiques se préparaient à l’encontre du gouvernement suite à cette gestion de Covid-19. Tous les problèmes politiques passent au second plan derrière ce faux débat sur la race…

Bien sûr, cela fait diversion. Ils savent que cela va choquer. Emmanuel Macron, avec ses photographies prises dans les Antilles, à Saint-Martin, ou avec l’espèce de fête de la Musique qu’il a transformée en Gay Pride à l’Élysée, est une stratégie de provocation probablement volontaire. Il y a, dans la mentalité de cette pseudo-élite, l’idée que le peuple, la masse des citoyens anonymes seraient tous racistes et homophobes. C’est à la fois le moyen de vérifier ses propres fantasmes et son mépris de classe. C’est aussi le moyen de fracturer le corps social et l’électorat. Cela fait vraiment diversion et conforte la classe dirigeante dans ses préjugés. Ils nous mettent dans un sac où tous les Français sont racistes, xénophobes, islamophobes et homophobes. À chaque fois qu’on provoque, on a un phénomène de division de la société et on peut réactiver de manière absolument factice des clivages.

En réalité, il y a évidemment du racisme. C’est indiscutable. Cela existe dans la société. Il y a du racisme noir à l’égard des Blancs, mais aussi du racisme de certains Blancs à l’égard des Noirs, etc.

Vous avez quand même des policiers noirs, blancs, jaunes et maghrébins d’origine qui sont tous unis sous le même uniforme et qui essaient de rétablir l’ordre pour pas beaucoup d’argent et un énorme manque de moyens. Certains d’eux commettent des fautes, mais dans l’ensemble, ils font bien leur travail. Malgré cela, ils se font cracher au visage.

On peut comprendre la souffrance de la famille Traoré qui a perdu un enfant de 24 ans. C’est terrible, il n’y a pas de doute là-dessus, mais quand on regarde le pedigree d’Adama d’abord, et de la famille Traoré ensuite, les bras nous en tombent. Évidemment cela ne justifiait en rien sa mort. Il faut que toute la lumière soit faite sur sa mort, que les juges s’emparent de cette question et que la justice passe. Si les policiers ou les gendarmes ont commis des fautes, qu’ils soient durement sanctionnés. Ce n’est pas la question.

L’idée est de prendre une tête d’épingle et de cacher la forêt grâce à cette tête d’épingle.

Je vous rappelle que la forêt, c’est 20.000 fonctionnaires de police blessés et une violence physique gratuite contre les personnes toutes les trois minutes en France. C’est cela, la masse du problème. On prend un détail et, grâce à ce dernier, on fait diversion.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Rassemblements normalement interdits ? Castaner ne sanctionnera pas les manifestations contre le racisme et les violences policières

«Les manifestations ne sont pas autorisées dans les faits car il y a un décret du premier ministre dans le cadre de la deuxième phase du déconfinement qui interdit les rassemblements de plus de dix personnes. Mais je crois que l’émotion mondiale, qui est une émotion saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent»

Cette déclaration politique de M. le ministre de l’Intérieur est d’un intérêt exceptionnel au regard de ce qu’elle nous apprend, ou nous confirme, sur l’évolution de la politique et de la société actuelles dans le monde occidental et en particulier en France. La source essentielle de l’autorité ne se situe plus dans les règles juridiques, c’est-à-dire le droit international, la Constitution, les lois et les règlements, mais dans l’émotion mondiale qui, dès lors qu’elle est « saine » , prédomine sur le droit. Ces paroles ne font que traduire une vérité soigneusement occultée du monde contemporain. Une image fortement médiatisée, bouleversante, déclenchant une vague d’émotion planétaire, partie de n’importe quel point du village global, l’emporte, par sa puissance sur toute norme juridique existante.

Les conséquences de ce phénomène sont titanesques. Il signifie que les notions de souveraineté, de démocratie, de frontières, d’Etat, sont réduites à néant. Il suffit d’une image, venue de n’importe quel point du globe, pour balayer d’un revers de main les principes, les règles de droit que les peuples se sont forgées par la voie du suffrage universel. L’autorité de l’Etat s’efface, comme balayée par de grandes vagues d’émotion mondiale. « L’émotion saine », déclenchée par delà les frontières, se traduit donc, sur le terrain, par l’affaiblissement ou la disparition des règles du jeu fondatrices de la vie sociale, forgées par la voie démocratique. Or, comme le disait Charles Péguy, « L’ordre et l’ordre seul, en définitive, fait la liberté ». Ce sont bien les règles de l’Etat de droit qui protègent les hommes, les femmes, les familles, de la violence et de la tyrannie des gangs et des mafias ou autre formes de terreur. « Qui veut faire l’ange fait la bête » disait aussi Pascal. Ou comment la logique de « l‘émotion saine » peut déboucher, à terme, sur le chaos l’abolition de toute démocratie – pourquoi voter dès lors que les lois ne servent plus à rien? – et le pire des despotismes.

Maxime Tandonnet

Texte repris du blog de Maxime Tandonnet