Les bobards médiatiques, instruments de domination de la Super Classe Mondiale

Quel rapport entre la cérémonie des Bobards d’Or et la Super Classe Mondiale ? Le pouvoir médiatique bien sûr. Car la fréquence des bobards démontre que les médias ont changé de nature en Occident : ils ne sont plus un contre-pouvoir, mais au contraire un instrument du pouvoir, un pouvoir au service du pouvoir.

Mais de quel pouvoir parle-t-on ? Non plus, comme hier, de celui des gouvernements ou des Etats , qui ne cesse de décliner en Europe ; mais celui d’une nouvelle oligarchie qui s’est imposée en Occident dans la seconde moitié du XXème siècle, notamment en profitant de la chute du communisme et de la surpuissance américaine.

Les médias sont en effet devenus la propriété des puissances économiques et financières. Et donc les porte-paroles d’une oligarchie nouvelle parce que celle-ci est désormais transnationale et qu’elle dispose de pouvoirs supérieurs à ceux des Etats. En particulier celui de se localiser où elle veut, pour augmenter sans cesse sa richesseet passer outre aux législations et aux régulations nationales.

Cette nouvelle oligarchie constitue la Super Classe Mondiale justement : c’est bien une classe sociale car tous les oligarques qui la composent se ressemblent et partagent plus de traits et d’intérêts communs qu’avec leurs propres concitoyens. Elle prétend aussi se placer au-dessus des peuples ,des nations et des gouvernements. Enfin elle est mondialisée et mondialiste parce qu’elle est cosmopolite.

Les médias bobardent parce qu’ils sont au service de cette nouvelle oligarchie qui a pour projet de gouverner à la place des gouvernements, mais sans se soumettre à la régulation démocratique. Les médias défendent ses intérêts et diffusent en permanence son idéologie libérale/libertaire et cosmopolite.

Les médias bobardent également pour diaboliser tous ceux qui s’opposent à la Super Classe mondiale, ses pompes et ses oeuvres.

Les médias bobardent enfin parce qu’ils remplissent une fonction de divertissement, au sens propre de ce terme : afin de nous empêcher de voir ce qui est vraiment important aujourd’hui. Nous cacher par exemple la réalité du Grand Remplacement des Européens sur leurs propre sol. Nous cacher les effets catastrophiques de la dérégulation financière, économique et sociale pour le plus grand nombre. Nous faire croire que les gouvernements gouvernent alors qu’en réalité ils sont devenus les mandataires de l’oligarchie.

Mais surtout nous cacher que le projet de gouvernement mondial de la Super Classe Mondiale signifie en réalité, non pas l’instauration d’une prétendue « démocratie planétaire », mais au contraire la mise en servitude de toute l’humanité et en particulier celle des peuples européens.

En d’autres termes les médias bobardent pour nous empêcher de voir le monde tel qu’il est et de mesurer l’ampleur de notre déchéance .

On ne peut donc pas comprendre, non seulement les dérives du pouvoir médiatique mais bien le monde d’aujourd’hui, si on ne prend pas conscience de l’existence de cette nouvelle oligarchie, des nouveaux rapports de force qu’elle implique et de l’agenda qu’elle met en œuvre. En particulier si on ne prend pas conscience de la stratégie chaotique qu’elle conduit pour asseoir son emprise croissante sur la population. Car si on ne l’identifie pas, on ne sera pas capable de lutter contre elle.

C’est pourquoi mon livre La Super Classe Mondiale contre les Peuples, qui sort en ce moment aux Editions Via Romana, constitue le prolongement logique de la cérémonie des Bobards d’Or.

Michel Geoffroy

Texte repris du site polemia

Mur anti-immigration : Donald Trump s’est rendu à la frontière mexicaine

14/03/2018 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Donald Trump s’est rendu, mardi soir, à la frontière mexicaine, à Otay Mesa, sur le site où se dressent huit prototypes de l’immense barrière physique qu’il entend dresser entre les deux pays. Alignés les uns à côtés des autres sur un vaste terrain désaffecté, au pied des collines mexicaines, ils sont en béton ou en acier, et mesurent près de 9 mètres de haut.

Certains Californiens sont contre cette idée et le font savoir.

Pas de quoi déstabiliser Donald Trump. “si vous n’avez pas de mur, vous ne pouvez pas avoir de pays. Il y a beaucoup de problèmes au Mexique, et sans mur, il y aura du grabuge!“, a lancé le chef de l’Etat américain.


Carrières-sous-Poissy : Bientôt une manifestation contre la gigantesque décharge causée par des Roms

14/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis près de 10 ans, à Carrières-sous-Poissy dans les Yvelines, la succession de dépôts sauvages venant de plusieurs camps de Roms a donné naissance à une immense décharge à ciel ouvert à 15 km de Paris.

S’étendant sur près de 300 hectares, soit 7 terrains de rugby, la décharge régulièrement alimentée n’a cessé de s’étendre depuis une décennie.

Une pétition a été lancée par des riverains excédés. Une manifestation sera organisée sur place le 31 mars prochain.

La présidence autrichienne de l’UE veut fermer les frontières, par Olivier Bault

L’Autriche prendra la présidence du Conseil de l’UE en juillet après les six mois de présidence bulgare. Le chancelier Sebastian Kurz, qui préside la coalition ÖVP-FPÖ, a annoncé vendredi en conférence de presse les priorités de la présidence autrichienne. Parmi ces priorités, il y aura la lutte contre l’immigration illégale. Kurz souhaite que l’on cesse de parler de relocalisation des demandeurs d’asile à l’intérieur de l’UE et que l’on empêche l’arrivée de nouvelles vagues d’immigrants ! Pour cela, Kurz a indiqué qu’il ne suffisait pas de protéger les frontières mais qu’il fallait renvoyer les immigrants illégaux en Afrique après leur sauvetage en mer, et non pas chercher à les relocaliser vers des pays qui n’en veulent pas.

Une option pourrait être d’étendre le mandat de l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex, mais cela dépendra des négociations entre pays européens, y compris lors du sommet sur l’immigration et la sécurité prévu pour le 20 septembre.

Parmi les autres priorités de la présidence autrichienne, il y a aussi l’adhésion à l’UE des pays des Balkans occidentaux, et notamment de la Serbie et du Monténégro.

Ces priorités de la présidence autrichienne de l’UE confirment le rapprochement de l’Autriche avec le Groupe de Visegrád (V4). Un rapprochement amorcé sous le gouvernement précédent avec la fermeture, début 2016, de la route des Balkans aux immigrants clandestins par un effort coordonné de l’Autriche et du V4. Mais depuis la formation d’un gouvernement de coalition des droites sous la houlette de Sebastian Kurz, ce rapprochement s’est accentué, et quand le jeune chancelier autrichien a reçu le Hongrois Viktor Orbán fin janvier, les deux hommes étaient sur la même ligne en ce qui concerne la gestion de l’immigration. L’élargissement de l’UE vers les Balkans occidentaux est aussi un sujet important pour les capitales du V4.

Il faut donc s’attendre à des tensions entre la présidence autrichienne du Conseil de l’UE et la Commission européenne favorable à la politique des frontières ouvertes. Le commissaire grec aux affaires intérieures Dimitris Avramópoulos est intervenu lundi devant le Conseil de l’UE pour mettre en garde le futur gouvernement italien contre un changement de politique en matière d’immigration. « Nous comptons beaucoup sur la contribution italienne et sur le soutien de l’Italie à notre stratégie commune en matière d’immigration », a-t-il indiqué, avant de vanter la politique migratoire du gouvernement Gentiloni, alors que la route de la Méditerranée centrale, passant par l’Italie, semble justement retrouver une certaine popularité chez les candidats à l’émigration illégale vers l’Europe (5 247 arrivées en janvier-février, contre 2 653 en Grèce et 2 306 en Espagne).

Le 6 mars 2017, le même Avramópoulos déclarait à Genève que « les Vingt-Sept auront besoin à l’avenir de six millions d’immigrés ». En décembre 2017, il se fendait d’un article sur le site Politico pour expliquer que les immigrants arrivés illégalement en Europe étaient là pour rester et que nous devions nous y adapter.

La présidence autrichienne de l’UE nous promet donc une intensification du conflit dans l’UE entre les partisans du grand remplacement et les patriotes. Dans un entretien à la télévision hongroise mis en ligne sur le profil Facebook du Visegrád Post, le président du Parlement hongrois a expliqué à ce propos : « Nous avons en face de nous des idiots. »

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 14 mars 2018

Le parti médiatique existe, je l’ai rencontré. L’audiovisuel est peuplé de clones journalistiques

Quand on parle de parti médiatique, on se réfère à l’audiovisuel qui manipule en prétendant l’informer, 80 % de la population. Ce parti existe.
Les rédactions des radios et télévisions sont constituées de journalistes ayant la même sensibilité à plus de 80 % et les autres se taisent. Ils sortent d’écoles syndicalisées au niveau très disparate mais à l’endoctrinement uniforme. Il suffit d être dans le moule pour devenir journaliste. La compétence et la culture sont des critères moins décisifs.

La carte de presse ne prouve plus rien depuis longtemps dans la plupart des cas.

Ce n’est plus un certificat de compétence professionnelle. On peut ne rien savoir sur rien, devenir journaliste et être propulsé spécialiste selon les besoins du paracétamol ou du Kosovo.
Ces journalistes clonés qui, dans les chaînes d’infos en continu, se multiplient à une vitesse aussi effrénée que la profession se féminise, pensent tous la même chose. Leur modèle c’est en gros Libération, Le Monde, un zeste d’Obs et une pointe de Canard Enchaîné. De temps en temps un éditorialiste de droite est là pour donner le change.
Ces journalistes pensent avoir la noble tâche non pas d’informer mais de former et ce n’est pas la même chose. Ils se sentent investis de la mission de protéger la démocratie. Tous résistants contre la bête immonde dont le ventre est encore fécond.

Il y a un parti médiatique sinon pourquoi aurait-on, dans toutes les chaines audiovisuelles, les mêmes sujets dans la même hiérarchie et au même moment avec les mêmes points de vues.
La diversité de l’information audiovisuelle est un mensonge. La multiplication des médias disant la même chose est le contraire de la diversité des opinions, qui seule prouve la liberté de la presse. La liberté d’opinion est faites pour toutes les opinions surtout celles qui contestent le système dominant.
Car quelle différence entre des médias d’un régime autoritaire disant tous la même chose et les médias d’une soi-disant démocratie disant tous la même chose ? Aucune !

Quelle est donc la ligne politique du parti médiatique.

Elle est antiraciste, féministe, contre toutes les discriminations et exclusions. C’est la soutane des gentils curés cathodiques contre les forces du mal.
Les forces du mal, ce sont ceux qui se référent aux valeurs qui ont fait les civilisations différenciées et qui n’ont pas honte notamment d’être blancs, mâles et hétérosexuels .Le mâle blanc hétérosexuel, le voilà l’ennemi du parti médiatique.

Les médias sont pour le cannabis contre le vin rouge, pour tout ce qui est mondialiste et contre l’héritage des traditions.
Pour le mariage homo contre les familles à la catholique, pour toutes les races qui n’existent pas sauf la blanche qui est raciste, pour l’avortement mais plus en Europe qu’ailleurs, pour les droits de la femme et des minorités surtout musulmanes, pour les migrants et les immigrés contre ceux qui ont fait les nations.

Le parti médiatique est un gauchisme sociétal audiovisuel.

Son point faible est de vouloir assumer tout le monde. Il se retrouve dans la position du caméléon qui meurt à force de vouloir prendre toutes les couleurs de la couverture écossaise.
Le parti médiatique ne cesse heureusement de se discréditer. C’est pourquoi il traque les faks news et à partir de cas particuliers pour interdire un traitement de l’information, déviant par rapport à des dogmes politiques et sociétaux.
Le parti médiatique, c’est croire informer en disant que Poutine est méchant sans rien connaitre ni comprendre l’âme russe. Et c’est cela pour tous les sujets. Il y a pire que la Fake news, il y a la désinformation dominante, fille de l’inculture et du militantisme.

Les lanceurs d’alerte et autres journalistes citoyens ou blogueurs de l’impossible sont la preuve de la bonne conscience politique d’ une profession qui a perdu le sens de sa vocation d’informer à charge et à décharge laissant aux éditorialistes le rôle de dire ce qu’ils pensent et à eux seuls.

Chaque journaliste se croit aujourd’hui éditorialiste de ses propres préférences politiques. La carte de presse ne lui donne pas le droit de tenter d’imposer ses préférences. Il affirme ne pas être dans un Parti, mais il est partisan.

Plus personne n’est dupe. Le dégagisme ne l’épargne plus. L’affolement d’une caste journalistique vis à vis de certaines attaques politiques est très dangereux pour ce qui reste dans les médias audiovisuels du droit de ne pas être d’accord avec l’idéologie dominante.

Car si les medias ne sont pas un parti structuré, ils sont une idéologie.

Jean Ansar

Texte repris du site Metamag

Haro sur la liberté d’expression au Royaume-Uni

13/03/2018 – GRANDE-BRETAGNE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Ces trois derniers jours ont été mouvementés à la frontière britannique, alors que devait se tenir un événement sur la liberté d’expression à Londres, à l’appel de la branche britannique du mouvement Génération Identitaire. Martin Sellner, dirigeant de la branche autrichienne du mouvement, était invité à tenir un discours sur la liberté d’expression lors d’un rassemblement déclaré à Londres, dans le célèbre Hyde Park.

Il devait s’y rendre en compagnie de sa petite amie Brittany Pettibone, journaliste indépendante états-unienne de la réinfosphère, qui devait en profiter pour conduire une entrevue avec Tommy Robinson, journaliste indépendant et figure de la droite alternative britannique.

A leur arrivée au Royaume-Uni, ils ont tous deux été arrêtés puis placés dans un centre de détention durant trois jours avant d’être expulsés vers l’Autriche. La raison invoquée pour cette expulsion est le motif de leur visite ainsi que la nature de leur engagement et des idées qu’ils défendent.

Mais ce ne sont pas les seuls à avoir fait face à ce genre de traitement ces derniers jours

Quelques jours après cette première affaire, la journaliste indépendante canadienne Lauren Southern a elle aussi rencontré des difficultés à la frontière britannique. Alors qu’elle revenait d’Afrique du Sud où elle a filmé un reportage sur les fermiers blancs et qu’elles venait de participer à des conférences en Pologne et en Belgique, la jeune journaliste devait également se rendre au Royaume-Uni.

Au moment de franchir la frontière à Calais, elle a été interrogée par la police des frontières britanniques au sujet de ses engagements politiques, de son éventuelle « radicalisation chrétienne » et de son « racisme », en faisant référence à des tracts qu’elle avait distribués avec Tommy Robinson le mois dernier.

Suite à cet interrogatoire, elle s’est vue refuser l’entrée du pays et s’est vue signifier une interdiction permanente de pénétrer au Royaume-Uni. Une fin de semaine mouvementée au Royaume-Uni donc, alors que le pays est accusé par certains acteurs de la droite nationale locale d’être laxiste avec les islamistes et les clandestins.

Nadine Morano : “On sacrifie nos anciens pour traiter la politique migratoire dans ce pays”

13/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce mardi 13 mars, Nadine Morano s’est exprimée sur de nombreux sujets.

Interrogée notamment sur la situation des personnes âgées, Nadine Morano estime que le gouvernement Macron “sacrifie les anciens”.

Est-ce que vous avez vu un gouvernement qui attaque autant nos anciens ? On sacrifie nos anciens pour traiter la politique migratoire dans ce pays : on les sacrifie !


Hier se déroulait la 9ème cérémonie des Bobards d’or organisé par la Fondation Polémia

13/03/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le rendez-vous était donné à 19h30 et la foule se pressait à l’heure dite aux portes du théâtre du Gymnase à Paris. Nous vous avions présenté tous les bobards au fur et à mesure dans nos diverses éditions du bulletin de réinformation. Ne gardons pas le suspense plus longtemps. Le grand vainqueur de la soirée est Yann Moix sur son traitement des immigrés clandestins de Calais.

Selon lui, ils étaient gazés, traqués et venaient en France parce qu’ils connaissaient je cite « Victor Hugo sur le bout des doigts », l’ayant lu en farsi. Mais Yann Moix est suivi de près par l’ensemble des médias pour le traitement de l’affaire Théo.

A noter également la remise du grand prix du jury à l’AFP pour son œuvre passée et présente, et toujours dans les propositions des bobards d’or.

Il y a aussi eu d’autres interventions pendant cette cérémonie.

Raheem Kassan responsable de Breitbart News est venu remercier la fondation Polémia et son président Jean Yves Le Gallou, pour le concept de cette cérémonie. Il a ensuite précisé qu’après sa présence l’année dernière, il avait soufflé l’idée à Donald Trump. Celui-ci a donc remis en janvier ces « Fake News Awards » pour les plus gros mensonges de la presse étasunienne.

Ce sont aussi succédé sur la scène Breizh Info, l’Observatoire du journalisme Français et le Salon Beige, trois exemples de sites chasseurs, traqueurs de bobards en France et site de réinformation.


L’union des droites, cauchemar de la Macronie, par Ivan Rioufol

Les exemples de l’Autriche et de l’Italie le démontrent : les droites unies font gagner des élections. En France, la Macronie a tout intérêt à rendre cette union inatteignable, si elle veut conserver sa position centrale actuellement dominante. Un feu nourri a accueilli la décision de Marine le Pen, dimanche au congrès de Lille, de débaptiser le Front national pour en faire le Rassemblement national. Les vieilles ficelles de la diabolisation vont à nouveau être tirées pour faire passer l’idée que de FN nouvelle formule resterait en fait un parti d’extrême droite. En réalité, ce qui fut vrai avec Jean-Marie le Pen dans son attrait pour la violence et le coup de force ne l’est plus avec sa fille, même si des abrutis et des racistes peuvent encore se manifester ici et là. Si l’Aube Dorée, en Grèce, ou le Jobbik, en Hongrie, méritent la qualification d’extrême droite, le mouvement populiste dans lequel s’inscrit le FN se réclame d’abord de la démocratie et de sa préservation.

C’est au nom de la démocratie et que ces mouvements souverainistes européens demandent une meilleure écoute des citoyens oubliés et alertent sur le totalitarisme que représente la nouvelle idéologie islamiste. Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump, invité surprise du congrès, n’a pas eu tort de rappeler, samedi : “L’Histoire est de notre côté”. Des médias ont publié une photo de Bannon tendant le bras à la manière du “Heil” hitlérien, alors qu’il saluait l’assistance…

Observer le gouvernement lancer des réformes comme à Gravelotte, dans une fuite en avant brouillonne et illisible, fait comprendre la vulnérabilité de la stratégie d’Emmanuel Macron. S’il s’arrête de pédaler, il tombe. Or ce risque se profile tant ce bougisme persiste à faire l’impasse sur les grandes questions sociétales qui réveillent les peuples, partout en Europe et aux Etats-Unis. La Macronie va évidemment persister à brasser du vent et à redoubler ses accusations contre le FN, présenté comme un repoussoir. L’union des droites est son cauchemar. En revanche, les Républicains ne peuvent poursuivre cette même tactique absurde. Rien de distingue vraiment les discours de Laurent Wauquiez de ceux de Marine Le Pen sur l’immigration de masse ou le communautarisme. L’économie est un sujet qui se prête à des compromis.

A l’évidence, des passerelles idéologiques existent. Thierry Mariani, député LR, a raison de constater qu’il y a des “points communs” entre les deux formations. Son idée d’un “rapprochement” n’a rien de saugrenue : elle ne fait que reprendre, mais avec plus de quarante ans de retard, la stratégie gagnante de François Mitterrand quand il fit l’Union des gauches entre le PS et le très stalinien PCF. La vague conservatrice, que Macron prétend pouvoir contenir, est prête à passer outre les lignes rouges. L’opinion ne craint plus d’être caricaturée. Encore faudrait-il que les droites aient enfin l’intelligence de s’apercevoir qu’elles visent le même objectif.

Ivan Rioufol

Texte daté du 12 mars 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

« Populistes » de tous les pays, unissez-vous !, par Guy Rouvrais

« L’histoire est de notre côté », a affirmé Steve Bannon qui fut un des principaux artisans de la victoire de Trump aux Etats-Unis, ce succès premier n’étant pas effacé par la disgrâce présidentielle dont il fut la victime un peu plus tard. Il dit « notre » car ce qui s’est passé dans son pays est ce à quoi de plus en plus de peuples d’Europe aspirent : reconquérir le pouvoir pour défendre l’intérêt et la grandeur de la nation, sa culture, ses traditions, sa foi, contre les mondialistes niveleurs, les technocrates anonymes et les financiers gloutons : « Les banques centrales contrôlent votre argent, les gouvernements centraux votre citoyenneté, et les forces capitalistes sont là pour maîtriser jusqu’à votre citoyenneté », a clamé Bannon. Cette libération est… en marche. Il n’est que de regarder la carte de l’Europe, les partis opposés à l’UE ne cessent de progresser de façon spectaculaire et, déjà, ils gouvernent, seuls ou au sein d’une coalition, en Pologne, en Hongrie, en Autriche, en République tchèque. Et, en Allemagne, sans gouverner, l’AfD pèse d’un poids toujours plus lourd sur la coalition en place. Car entre Schultz et Merkel, ce n’est pas un mariage d’amour – ils ont tant dit du mal l’un de l’autre pendant la campagne électorale ! –, c’est une union forcée : en l’absence d’alliance, de nouvelles élections étaient inévitables et la droite nationale eût alors devancé les sociaux-démocrates du SPD. « L’histoire est de notre côté et va nous mener de victoire en victoire. Vous faites partie d’un mouvement mondial qui est plus grand que la France, plus grand que l’Italie, plus grand que la Hongrie, plus grand que tout ça. L’histoire est avec nous, c’est pour ça qu’ils [l’establishment] ont tellement peur de vous », a insisté Bannon.

D’où les calomnies pour tenter de disqualifier les nationaux, sans même s’aviser de ce qu’ils insultent aussi leurs électeurs, des citoyens à part entière qui se reconnaissent en eux ! Qu’importe ! assure Bannon : « Vous vous battez pour votre liberté ? Ils vous traitent de xénophobes. Vous vous battez pour votre pays ? On vous appelle “racistes”. Mais les temps de ces paroles dégueulasses sont finis. Laissez-vous appeler racistes, xénophobes, portez-le comme un badge d’honneur. Parce que chaque jour, nous devenons plus forts et eux s’affaiblissent. » C’est en somme un « Populistes de tous les pays, unissez-vous ! » qu’il lance. Quand Steve Bannon parle de victoire aux congressistes du Front, ce ne sont pas des paroles de théoricien en chambre mais celles d’un praticien qui a fait gagner un homme dont toute la classe politico-médiatique américaine se gaussait, trop sûr de sa défaite face à la candidate du système, Hillary Clinton.

Bruxelles est une citadelle assiégée, mais les dirigeants croient toujours qu’ils sont légitimes, qu’il leur revient de guider les peuples vers les délices d’une Europe fédérale et, s’ils rechignent, c’est parce que ce sont des ignares influencés par de mauvais bergers. Alors, il faut les contraindre à aller de l’avant dans le précipice, en les menaçant de les priver des subsides européens. Mais ça, c’est fini, l’avenir de cette Europe-là est derrière elle. Nos dirigeants sont à contre-sens de l’histoire. C’est à ceux qu’ils appellent « populistes » qu’appartient l’avenir.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 8 mars 2018

A Budapest, les représentants du V4 prônent une voie alternative pour l’Europe

12/03/2018 – HONGRIE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Réunis le 3 mars dernier, les représentants des parlements de Pologne, de Hongrie, de Tchéquie et de Slovaquie, ont réaffirmé un certain nombre de positions communes : développement de la coopération entre les parlements, respect des particularités nationales, défense des valeurs chrétiennes et de la natalité face à l’immigration.

Souhaitant garder les meilleures relations possibles avec le Royaume Uni, dans le contexte du Brexit, ils militent en faveur d’un élargissement vers l’Est de l’Union Européenne.

Se sentant boudés par le tandem franco-allemand, les pays du V4 font valoir leur poids économique croissant dans l’Union européenne : ainsi le commerce extérieur entre l’Allemagne et les pays de Visegrad est-il 45 % fois plus élevé qu’entre l’Allemagne et la France.

Des réalités que les poids lourds de Bruxelles et les grands médias ont du mal à prendre en compte.

Les 5 candidats aux Bobards d’Or 2018 sont officiellement connus !

Ils étaient des dizaines de milliers à manifester pour l’indépendance de Catalogne

12/03/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Des milliers de manifestants se sont rassemblés, dimanche 11 mars, à Barcelone pour demander la libération d’indépendantistes et de l’ancien président de l’Assemblé nationale catalane et l’instauration d’une République catalane.

Nous sommes plus de deux millions de citoyens de Catalogne qui voulons avancer maintenant, clairement, vers la république catalane“, a déclaré à des journalistes le vice-président de l’ANC, Agusti Alcoberro.


Loi anti-fausses nouvelles, la menace se précise

12/03/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Pour se soustraire à l’obligation de saisir le Conseil d’Etat pour « avis », c’est un député de la Commission Culture et non le gouvernement qui proposera dans quelques semaines à l’Assemblée, un texte visant à combattre les « fausses nouvelles », une traduction bien approximative de « fake news », de nature à comporter de nombreuses ambiguïtés. Car existe-t-il toujours un critère objectif permettant de dire si une nouvelle est « fausse » ou « faussée » et sur quel fondement ce pouvoir d’appréciation serait-il confié au juge ?

Mais, quel est donc le but poursuivi ?

Il s’agit, nous dit-on, de faire cesser les « fausses nouvelles » en période électorale et de lutter contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet. Invité au traditionnel dîner du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, Emmanuel Macron a d’ailleurs déclaré –je cite- vouloir « faire la guerre à la cyber-haine ». Il confie officiellement au vice-président du CRIF et à l’écrivain franco-algérien Karim Amellal, une mission d’étude sur la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Ainsi, au nom de la défense du politiquement correct, tout un arsenal de mesures seront proposées :

Le renforcement du pouvoir du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, la surveillance accrue des sites internet suspectés d’être sous influence étrangère, la mise en place d’une procédure de référé judiciaire. Ainsi un juge pourra ordonner le déréférencement d’un site, le retrait d’un contenu, la fermeture d’un compte utilisateur ou encore le blocage d’un accès à internet.

Un projet qui n’a pas manqué d’alarmer Dominique Pradalié, secrétaire générale du SNJ Syndicat National des Journalistes qui déclare sur RT France, à l’occasion du centenaire de ce syndicat: « si ça se passait en Pologne, tout le monde crierait ! ».

L’ONU via Le Monde : « une migration bien gérée est à l’avantage de tout le monde »

C’est sous ce titre anodin et en apparence facilement partagé par beaucoup de monde que le quotidien du soir interroge (numéro daté du 4/5 mars 2018) Louise Arbour représentante spéciale de l’ONU pour les migrations internationales. En juillet 2017 nous analysions les « recommandations » de l’Union Européenne concernant les « bons usages journalistiques » face à la question migratoire. Dimitri Avramopoulos, commissaire européen aux Migrations et aux Affaires Intérieures, affirmait de son côté à la Tribune de Genève en mars 2017 : « L’Europe va avoir besoin de 6 millions d’immigrés. Nous allons ouvrir des bureaux (pour les permis de séjour) dans tous les pays de la rive sud de la Méditerranée et en Afrique de l’Ouest ». Un langage assez proche de celui de Madame Barbour. Extraits commentés.

Un titre biaisé

« Une migration bien gérée est à l’avantage de tout le monde », le titre peut paraître neutre mais il induit dans son intitulé que la migration est une donnée incontournable et qu’elle doit se poursuivre. Seuls son rythme et son intensité sont discutables. Louise Arbour met de côté ceux qu’elle appelle les « réfugiés » (vrais ou faux, les Nigérians qui ont dépecé une jeune italienne en février 2018 n’étaient pas des réfugiés) et dont elle estime le nombre à 25 millions. Ceux ci ont droit « à la protection de la convention de 1951 … qui fait partie de notre histoire ». Une convention internationale signée il y a 67 ans, à une époque où les migrations ne représentaient pas la même problématique. Elle ajoute que la « mouvance migratoire » (hors réfugiés) représente 225 millions de personnes. Ces personnes par défaut « sont appelés migrants économiques. Mais cette appellation véhicule la perception qu’ils sont un fardeau ou une menace… ». Si nous comprenons bien c’est la perception qu’il faut faire évoluer.

Opinion publique et démocratie

Alors que le secrétaire général de l’ONU veut présenter celle-ci comme un « atout pour la société », Louise Arbour constate que les opinions publiques ne sont pas à l’unisson. « Les hommes politiques dans les pays démocratiques nous disent toujours “Notre opinion publique n’est pas en mesure de suivre“. Je pense que c’est là le plus gros défi… » . Et elle ajoute ingénument « Convaincre les décideurs politiques serait relativement facile s’il était possible de changer cette perception négative ». Traduisons : les élites oligarchiques mondialisées ont déjà intégré l’impératif politique et moral migratoire, reste à convaincre les peuples. Les résultats des élections du 5 mars 2018 en Italie avec la poussée du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue de Matteo Salvini ne semblent pas aller dans ce sens.

Pacte mondial en préparation

Les opinions publiques sont vent debout et il faudra « un certain courage politique » (sic) pour les convaincre ou les contraindre car (ces pays) « devront s’ouvrir à une main d’œuvre étrangère », dont il faudra « améliorer les conditions de travail » et bien entendu « combattre la xénophobie et le racisme ». L’objectif de la représentante de l’Onu c’est un « pacte mondial pour la migration ». Un pacte en théorie non juridiquement contraignant mais qui permettra aux partisans de l’immigration d’avoir un discours moral encore plus impératif. In fine Louise Arbour dévoile le fonds du discours onusien « Il faut arrêter de parler des pays comme pays d’origine, de transit ou de destination, il sont tout cela à la fois ». Plus d’origine, plus de destination, plus de pays non plus, tout est dans tout et réciproquement. Amen.

Texte repris du site OJIM

Front National : le nouveau nom sera “le marqueur d’une transformation”, estime l’historien Jean Garrigues

12/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Jean Garrigues, historien spécialiste de la politique, le nouveau nom d’un parti peut incarner un changement de direction.

Pour l’historien Jean Garrigues, spécialiste d’histoire politique, “c’est quand même très, très important (…) Le nom est une identité qui a longtemps été idéologique, puis qui est devenue une identité d’objectif politique“.

Les partis politiques, surtout ceux de droite, sont habitués au changement de nom. La création du RPR par Jacques Chirac en 1974 “avait marqué quelque chose qui voulait rassembler, donc ça peut être l’indication d’un rebond“, explique Jean Garrigues. Mais pour le Front national, “ce sera plutôt le marqueur d’une transformation, d’une nouvelle époque, plus que le catalyseur d’un nouveau départ“.


Le nouveau nom du FN, “Rassemblement national”, est déjà déposé à l’Inpi. Marine Le Pen annonce des poursuites pour “utilisation frauduleuse”

12/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
A l’issue du congrès du Front National qui s’est tenu ce week-end à Lille, Marine Le Pen a donc proposé de rebaptiser son parti : le “rassemblement national”.

Nous ne sommes pas anti-européens, nous sommes opposés à l’Union Européenne“, a déclaré Marine Le Pen, “c’est-à-dire à l’organisation fédérale de l’Europe. Et je dirais même que c’est parce que nous sommes européens que sommes contre l’Union Européenne“.

Marine Le Pen a cité plusieurs fois en exemple son allié italien, la Ligue de Matteo Salvini arrivé en tête de la coalition de droite lors des législatives début mars. Comme lui, la dirigeante frontiste cible la mondialisation, et brandit un discours hostile à l’immigration.

L’immigration légale et illégale n’est plus tenable. L’argent des Français doit d’abord revenir aux Français.

En revanche, certains médias annoncent que la dénomination “Rassemblement National” aurait été déposée le 30 décembre 2013 à l’Institut national de la propriété intellectuelle par un certain Frédérick Bigrat. Marine Le Pen assure que le FN avait déposé ce nom en 1986 et annonce des poursuites pour “utilisation frauduleuse“.