De nouvelles découvertes sur l’évolution de l’espèce humaine mettent à mal la théorie de l’homme « sorti d’Afrique »

14/09/2017 – SCIENCES (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Ces derniers mois ont été le théâtre de plusieurs découvertes majeures en paléoanthropologie. Celles ci questionnent l’origine de l’humanité et amènent à repenser les classifications enseignées jusqu’alors. Le bulletin de réinformation vous en présente deux d’entre elles.

C’est en juin qu’a retenti, le coup de tonnerre qui a vieilli l’humanité dite moderne de 100 000 ans

Alors que l’on pensait le berceau des hommes actuels situé en Afrique de l’Est, c’est à Jebel Irhoud, au Maroc qu’ont été trouvés des restes d’Homo sapiens datés de 300 000 ans, et ce grâce à la technique de datation : la thermoluminescence, exécutée pour ces fossiles en Suisse.
D’après le Français Jean Jacques Hublin, co-auteur de ces travaux, l’homme de Jebel Irhoud nous ressemble tant qu’on pourrait le croiser dans le métro sans le différencier de nous. Mais la boîte crânienne est encore bien différente de la morphologie moderne.

Cette grande découverte amène à penser un nouveau scénario évolutif

Plutôt que de cantonner le berceau de l’espèce Homo sapiens seulement au Maroc, les scientifiques penchent pour un déploiement de l’espèce dans toute l’Afrique, antérieur à 300 000 ans. Mais il n’y a bien sûr aucune raison objective que ce déploiement ait concerné uniquement l’Afrique.
Ce qui permet au paléoanthropologue Antoine Balzeau d’affirmer : « Il y a donc eu pendant longtemps plusieurs espèces d’hommes à travers le monde, qui se sont croisées, ont cohabité, échangé des gènes »

Autre découverte importante, celle de traces de pas laissés par un pré-humain, il y 5,7 millions d’années, en Crète

C’est 2 millions d’années de plus que les plus anciennes traces d’homininés connues jusqu’à lors. Ces empreintes de pas auraient été laissées par quelqu’un marchant debout, sur ses jambes, et elles sont très similaires à celles des humains.

Cependant, la découverte reste à confirmer. Si tel est le cas, l’aire biogéographique de nos lointains ancêtres devra être revue, car elle s’étendrait au-delà de l’Afrique

Déjà, au début de cette année, les restes d’un homininé vieux de 7,2 millions d’années avaient été retrouvés entre la Bulgarie et la Grèce. Les découvertes non conformes à l’idéologie selon laquelle nous serions « tous des Africains » se succèdent donc.

Tatyana Festerling (Fortress Europe) : « Il faut d’urgence reconstruire le rideau de fer »

Tatyana Festerling Fortress Europe

13/09/2017 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : Tatjana Festerling a été la porte-parole de Pegida à Dresde, avant de se lancer en 2016 dans une tournée européenne avec le projet Fortress Europe (« Europe Forteresse »). Dans un entretien pour TV Libertés réalisé par Nicolas de Lamberterie, elle relate ses expériences sur la crise migratoire en Bulgarie avec les volontaires qui défendent la frontière, mais aussi à Calais ou en Sicile. Elle dresse un portrait au vitriol d’Angela Merkel, mais aussi d’une partie des Allemands qui acceptent les différents volets de sa politique. Elle en arrive même à la conclusion provocante de souhaiter le retour d’une forme de rideau de fer pour préserver l’Europe centrale et orientale et des dérives de l’Europe occidentale.

Eric Zemmour à Emmanuel Todd : « L’enjeu majeur, c’est l’invasion de l’Europe par le Sud »

Eric Zemmour Emmanuel Todd

13/09/2017 – FRANCE (NOVOpress) : A l’occasion de la parution de l’ouvrage d’Emmanuel Todd, Où en sommes-nous ? (Seuil), Le Figaro a organisé un passionnant débat entre son auteur et Eric Zemmour, débat animé par Alexandre Devecchio et Eugénie Bastié. En voici quelques extraits, ceux qui portent sur l’islam et sur l’immigration.

Todd Où en sommes-nousEric ZEMMOUR. – Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans votre raisonnement. Vous expliquez pendant 480 pages que l’économie est secondaire, et au sujet de l’islam vous vous cachez derrière le blocage économique qui dure depuis 20 ans. L’islam a toujours imposé ses modèles familiaux, l’islam est inassimilable. Vous ne pouvez pas dire qu’il va se fondre dans un fond français égalitaire.

Emmanuel TODD. – Je dis aussi que l’économie a sa valeur. 20 ans de blocage économique et de taux de croissance zéro ont eu un impact sur les phénomènes d’assimilation. Une société bloquée ne peut pas assimiler. Il faut être réaliste et tenir compte de l’anthropologie et de l’économie. Même en Allemagne où l’économie tourne bien. La politique frénétique d’immigration de Merkel, si l’on tient compte de la disparité des systèmes familiaux (je ne parle pas ici de religion) est suicidaire. C’est une question de quantité et de rythme.

Pour vous Emmanuel Todd, la question de l’identité est donc secondaire ?

Emmanuel TODD. – Je pense qu’Éric est plus passionnément national que moi. Il a une vision mystique de la France, qu’il voit avec une mission dans le monde. Moi je suis juste content d’y vivre, je n’ai simplement pas envie d’être Allemand ! J’étais un anti-maastrichtien de la première heure, non parce que j’avais une idée sublime de la France, mais parce que je pensais que ça ne pouvait pas marcher sur le plan économique. Je ne suis pas parti en guerre en 1992 contre des cinglés qui pensent que la nation n’existe plus pour me retrouver avec d’autres cinglés qui pensent que la nation est tout.

Eric ZEMMOUR. – Je ne suis pas un absolutiste de la nation. Je pense que l’enjeu majeur c’est l’explosion démographique du sud et l’invasion de l’Europe par le sud. Je pense que nous vivons un moment comparable à ce qui s’est passé au XIXe siècle avec une révolution démographique en Europe qui a conduit à la colonisation. Quand les armées françaises arrivent en Algérie en 1830, la population algérienne représente deux millions de personnes, pour 28 millions de Français. Le rapport démographique s’est inversé. C’est là, l’enjeu du siècle.

Emmanuel TODD. – Je ressens exactement le contraire. Je crois que le problème majeur de la France c’est qu’elle a été mise en état de paralysie sociale par la construction européenne. La seule chose qui éventuellement pourrait la remettre d’aplomb, c’est la sortie de la monnaie unique. Mais pour cela, la précondition fondamentale c’est la solidarité des Français sur le territoire. Il faudrait une grande fête de la Fédération rassemblant toutes les provinces, les musulmans n’étant qu’une nouvelle province !

Eric ZEMMOUR. – La République c’est l’assimilation, pas le communautarisme. Historiquement la fête de la Fédération c’est en 1790 : trois ans après c’était la Terreur. Ça finit toujours comme ça en France.

Extrait du débat publié par Le Figaro

Brexit : la loi sur la sortie de l’Union européenne en débat à Westminster

brexit

Le projet de loi révoquant la loi de 1972 sur l’entrée du Royaume-Uni dans la Communauté économique européenne et donnant aux ministres le pouvoir de transposer, là où c’est nécessaire, l’acquis législatif européen dans les textes britanniques, a été adopté lundi en deuxième lecture par la Chambre des communes.

La procédure législative n’est toutefois pas terminée, et le Premier ministre Theresa May n’est pas assurée du résultat final, car la majorité de lundi est fragile et n’a été rendue possible qu’en raison du vote dissident de certains députés travaillistes qui n’ont pas voulu se plier aux consignes de Jeremy Corbyn, le chef du Labour. Celui-ci appelait à voter contre. Le camp gouvernemental a lui aussi été affecté par une rébellion et une partie des Tories n’ont apporté leur soutien à ce projet de loi qu’à la condition de donner au Parlement un droit de veto sur l’accord final entre le Royaume-Uni et l’UE. Au total, 157 amendements ont été déposés, y compris par des « conservateurs » pro-UE.

Certains, dans la majorité comme dans l’opposition, rêvent même déjà d’un veto du Parlement de Westminster suivi d’un deuxième référendum sur le Brexit !

Jeremy Corbyn voudrait, en dépit du vote des Britanniques dans le référendum sur le Brexit, préserver l’appartenance du Royaume-Uni au Marché unique et la libre circulation des personnes. Son illustre prédécesseur à la tête du Labour, l’ancien Premier ministre Tony Blair, propose encore autre chose. Il a rédigé un rapport où il avance que le Royaume-Uni pourrait reprendre le contrôle de son immigration sans sortir de l’UE. Il s’agirait par exemple d’exiger que les travailleurs des autres pays de l’Union aient déjà une proposition d’emploi avant de pouvoir se rendre en Grande-Bretagne pour y travailler, et d’interdire à ceux qui n’ont pas de travail de louer un logement, d’ouvrir un compte en banque ou d’accéder aux prestations sociales. De telles propositions suscitent un certain étonnement de la part de celui qui, Premier ministre, avait immédiatement ouvert en grand le marché du travail britannique aux citoyens des anciens pays de l’Est qui ont adhéré à l’UE en 2004. Les règles européennes ne l’y obligeaient pourtant pas, il aurait pu reporter l’ouverture du marché du travail du Royaume-Uni de plusieurs années comme l’ont fait, par exemple, l’Allemagne et la France. 

Un autre sujet d’inquiétude pour les partisans d’un retour à la souveraineté du Royaume-Uni, ce sont les projets de participation à la politique de défense commune de l’UE, confirmés par le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson dans un article publié mardi dans The Times. Cela va même jusqu’à ne pas exclure « que des troupes britanniques servent sous des structures de commandement de l’UE et de continuer à contribuer au budget des affaires étrangères de l’UE ».

Pour l’association de vétérans Veterans for Britain, qui avait fait campagne pour le Brexit, cela reviendrait à « abdiquer les pouvoirs en matière de défense » et à « trahir les électeurs britanniques ».

Les électeurs ont mal voté et les élites pro-UE se démènent comme elles le peuvent pour corriger le tir.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 14 septembre 2017

Le subclaquant Bouteflika bouge encore (un peu), par Alain Sanders

Bouteflika Chard

Bouteflika Septembre 2017Si Macron, comme il l’a programmé, veut se rendre à Alger pour se vautrer devant Bouteflika et, de conserve avec lui, cracher sur la France « coloniale », il ferait bien de se dépêcher… Maintenu plus ou moins en vie grâce à des séjours répétés dans les hôpitaux militaires… français, Bouteflika est apparu façon zombie à la télévision algérienne, le 6 septembre dernier.

Cette apparition devait, en principe, « rassurer » les Algériens (qui ne sont plus dupes de rien) après que le satrape d’Alger a annulé des rencontres prévues avec Angela Merkel, le président iranien Hassan Rohani et le ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dati.

On l’aura ainsi vu… trente secondes sur la télé d’Etat, histoire de suggérer qu’il est toujours en possession de ses facultés physiques et intellectuelles. Aphone, mutique, hagard, il est apparu, ratatiné sur sa chaise, aux côtés des membres du gouvernement.

Et puis… Et puis, raconte M’Hamed Hamrouch dans « le360 », « il y a eu aussi, et surtout, la séquence où l’on a usé et abusé de tous les subterfuges pour tenter de vivifier un président incapable de la moindre motricité et élocution. Plans de coupes, zooms arrière, plans fixes sur les ministres visiblement gênés de jouer les figurants dans un spectacle de très bas niveau et où, suivez mon regard, même les lustres de la salle dans laquelle devait se tenir le Conseil des ministres présidé par Son Excellence ont eu droit à des images ! »

Il y a eu encore cette séquence zoomée où Bouteflika a feint de tourner des pages de façon mécanique, mais sans pouvoir tourner quoi que ce soit, toujours figé dans un mutisme éloquent…

Pour de nombreux observateurs, c’est « la mise en scène de trop ». De nombreux Algériens demandent l’application de l’article 102 pour la destitution de cet ersatz de président depuis son accident vasculaire cérébral de 2013.

Déjà, en mars dernier, on avait tenté d’expliquer que Bouteflika avait pu « s’entretenir » avec le président congolais Denis Sassou Nguesso alors que les images montrant cet « entretien » tenaient d’un pathétique soliloque.

N’empêche que, périodiquement, on le sort du lit médicalisé où il passe la plupart de son temps. Dans une tentative de masquer, mais en vain, la vacance du pouvoir. Des shows instrumentalisés par ceux qui préparent sa succession. A commencer par le général Gaïd Salah (accusé par l’opposition de mettre au point rien de moins qu’un putsch militaire).

Ces mascarades à répétition provoquent la colère – entre compassion et dérision – des internautes : « Quelle honte devant le monde entier de montrer une momie comme dans un zoo pour présenter une nouvelle bête ! » ; « Qu’on le laisse mourir tranquillement ».

Le problème, c’est que la caste militaire FLN a encore besoin (comme dans le film Under Fire où un journaliste maquillait le cadavre d’un leader sandino-communiste pour ne pas désespérer la guérilla) de Boutef. Le temps de peaufiner une prise de pouvoir qui, compte tenu de la situation actuelle, ne saurait tarder.

Alain Sanders

Article et dessin de Chard repris du quotidien Présent

La mode s’y met aussi : quand la nouvelle icône des podiums porte le hijab – par Marie Delarue

Pour celles qui veulent sortir du lot dans un milieu où les jeunes créatures se bousculent, porter le voile peut-être un outil de promotion.

Elle s’appelle Halima Aden, est âgée de 19 ans, et le monde de la mode se l’arrache.

Comme souvent les Somaliennes (son origine), elle est longue comme une liane, le visage fin, gracieuse et gracile. Rien à voir avec les fatties au milieu desquelles elle a passé son enfance et son adolescence à Saint Cloud, dans le Minnesota. Mais ce n’est pas ce qui fait d’elle la coqueluche des magazines. Non, son ascension fulgurante au Panthéon du bling-bling, Halima Aden le doit au fait qu’elle est la seule mannequin voilée d’une agence occidentale.

C’est une histoire, vraie ou fausse, comme on aime s’en raconter chez l’Oncle Trump. Une version XXL du rêve américain. Ici, celle de la petite fille née dans un camp de réfugiés au Kenya, qui arrive aux États-Unis à 6 ans, supplie sa maman de la laisser porter le hijab, devient reine de promo dans son lycée parce qu’elle le porte, puis décroche son contrat de mannequinat en défilant pour le concours de Miss USA Minnesota il y a moins d’un an.

Il ne manquait pas de jolies filles sur le podium ce jour-là, mais seule Halima a défilé avec son hijab, et quand le troupeau s’est présenté en maillot de bain sur talons hauts, Halima était en burkini. Ça se remarque, forcément. En quelques semaines la belle Américano-Soudanaise est ainsi devenue la jeune beauté noire que tout le monde s’arrache, et comme on ne l’expose jamais nue, elle dame le pion aux portemanteaux décharnés qui promènent leur squelette sur les podiums.

Halima Aden est sans aucun doute intelligente, servant à qui le veut le discours convenu sur l’émancipation des femmes musulmanes. Magnifique faire-valoir, elle est ainsi une double caution : d’un côté, pour les marques qui se l’arrachent et s’ouvrent avec elle un marché difficile à pénétrer (elle a fait la une de Vogue Arabia) ; de l’autre, pour les chanteuses « ethniques » qui se trémoussent fesses et mamelles à l’air, comme Rihanna dont elle promeut la ligne de beauté. Avoir à ses côtés une femme voilée permet de se refaire une virginité religieuse aux yeux de la communauté.

C’est un secret de polichinelle : pour celles qui veulent sortir du lot dans un milieu où les jeunes créatures se bousculent, porter le voile peut être un outil de promotion. On a vu, chez nous, actrices et rappeuses en mal de notoriété tenter de relancer ainsi une carrière. Ce fut le cas de Sophie Guillemin, par exemple, qui se promenait nue comme un ver dans Harry, un ami qui vous veut du bien (en 2000) avant de nous revenir voilée, deux ans plus tard. Et d’enchaîner les interviews pour expliquer que son « cheminement spirituel » et l’amour l’avaient conduite sous la bâche. Retour cinq ans plus tard, à découvert cette fois… et interviews pour expliquer combien c’était étouffant.

On a vu aussi cette pauvre Diam’s, rappeuse pas très intelligente sur le déclin, dodue sous le niqab, puis un peu dévoilée, divorcée et « retrouvant l’amour » avec un salafiste repenti.

Bref, les voiles se posent et s’envolent au gré de la notoriété. Et si l’univers de la mode, flairant le filon, a décidé de s’en mêler, on verra bientôt dans les rues pléthore de midinettes enchiffonnées, persuadées, avec leur petite cervelle de « fashion victime », qu’elles concourent ainsi à l’émancipation des femmes.

Marie Delarue

Texte repris du site Boulevard Voltaire

Rohingyas : qui a donc intérêt à jeter de l’huile sur le feu ?

Rohingyas

13/09/2017 – MYANMAR (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : L’attention des médias est dirigée vers des violences ethniques mineures au Myanmar, l’ancienne Birmanie. Selon la presse « occidentale », les Rohingyas musulmans sont injustement ostracisés, chassés et tués par des foules bouddhistes et par l’armée dans l’Etat d’Arakan près de la frontière avec le Bangladesh. Les organisations humanitaires occidentales comme Human Rights Watch joignent leurs voix à celles d’islamistes comme le président de la Turquie, Erdogan, pour déplorer le sort des Rohingyas. Cette curieuse alliance s’est également nouée pendant les guerres en Libye et en Syrie. Est‑ce que quelqu’un jette de l’huile sur le feu ?

Il semble que oui. L’ancien conflit ethnique dans l’Etat d’Arakan est très ancien. Mais il s’est transformé au cours des dernières années en une guerre de guérilla djihadiste. Selon le site de réinformation « Moon of Alabama », cette guerre serait financée et dirigée par des Etats musulmans telle l’Arabie saoudite.

La zone a en effet un intérêt géostratégique. L’Etat d’Arakan est une sortie vers l’Océan Indien. Dans cette zone sont prévues des réalisations chinoises pour un montant d’un milliard de dollars : une zone économique, un port en eau profonde. Des oléoducs et gazoducs sont reliés à la province chinoise du Yunnan. Ils permettent l’importation d’hydrocarbures du golfe persique vers la Chine tout en évitant le goulet d’étranglement du détroit de Malacca et les sites de la mer de Chine méridionale qui font l’objet d’une contestation. Les puissances du Golfe et les Etats‑Unis peuvent ainsi avoir intérêt à mettre des bâtons dans les roues des projets chinois, en ravivant une opposition ethnique latente.

Les Rohingyas ont‑ils une légitimité historique à vivre en Birmanie ? Les Rohingyas sont des immigrés, de plus ou moins longue date. Ils immigrent dans les régions du nord de l’Etat actuel d’Arakan au Myanmar depuis le XVIe siècle. Il y a eu une grande vague d’immigration sous l’occupation impériale britannique, il y a environ cent ans. L’immigration illégale en provenance du Bangladesh s’est poursuivie au cours des dernières décennies. Au total, environ 1,1 million de Rohingyas musulmans vivent au Myanmar. Le taux de natalité des Rohingyas est plus élevé que celui des Bouddhistes locaux d’Arakan. Ces derniers se sentent sous pression dans leur propre pays, qui a localement connu un grand remplacement de population.

Opération Mélenchon : comment le Système fabrique une opposition factice à Macron

Mélenchon Macron

La promotion médiatique de Jean-Luc Mélenchon et de sa France insoumise a pris son essor à l’occasion de l’élection présidentielle de 2017. Mais depuis la victoire d’Emmanuel Macron, elle n’a pas cessé, bien au contraire : au point que Jean-Luc Mélenchon fait figure d’opposition officielle de Sa Majesté, omniprésente dans les médias mainstream. Pourquoi ? Parce que la promotion d’une alternative de gauche radicale et immigrationniste s’inscrit dans la stratégie européenne de la superclasse mondiale.

Deux mâchoires, un même piège

La superclasse mondiale a deux fers au feu en effet :

  • d’un côté, promouvoir, bien sûr, les hommes politiques qui s’affichent libéraux et libertaires, donc qui se rangent officiellement sous la bannière de son idéologie ; en France elle a donc assuré la promotion d’Emmanuel Macron ;
  • mais, d’un autre côté, elle s’efforce aussi de promouvoir une opposition de gauche à ces mêmes politiciens. De façon à empêcher l’émergence d’une véritable opposition patriote et alternative au mondialisme et au néo-capitalisme en Europe. C’est la fonction dévolue en France à Jean-Luc Mélenchon.

Ce sont les deux mâchoires du même piège destiné à museler les Européens.

Les précédents européens

syriza-3Ce dispositif a déjà été expérimenté en Grèce, en Espagne et en Italie. Le Système a assuré la promotion de Syriza en Grèce et de Podemos en Espagne, pour capter la colère populaire au profit de l’ultragauche altermondialiste et immigrationniste.

En Grèce, cela s’est d’ailleurs justement fait après avoir démantelé l’opposition de la droite patriote qui progressait à chaque élection en s’attaquant au mouvement Aube Dorée, opportunément présenté comme une organisation criminelle à caractère néo-nazi. Un grand classique de la diabolisation des dissidents en Europe !

En Italie, le Mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo s’inscrivait dans un processus comparable, même s’il se positionnait moins nettement à gauche : il a surtout servi à concurrencer l’opposition de droite aux élections en captant à son profit le rejet des électeurs vis-à-vis des partis institutionnels.

Une opposition factice au Système

Or cette gauche et ces mouvements « alternatifs » présentent la caractéristique essentielle et commune de ne rien entreprendre de sérieux pour changer le Système : en Grèce, Syriza applique avec zèle le programme déflationniste défini par la « troïka » bruxelloise et, en Espagne, Podemos a surtout réussi à rendre le pays ingouvernable, en refusant toute alliance politique.

En outre cette gauche prétendument alternative se prononce toujours en faveur de l’ouverture des frontières et de l’immigration : elle ne gêne donc nullement la superclasse mondiale qui se sert du chaos migratoire comme brise-glace des nations européennes.

Et en Italie, les élus locaux « cinq étoiles » n’ont pas réussi grand-chose sinon démontrer « qu’ils ne savaient pas gouverner », selon le propos peu amène du président du Conseil Matteo Renzi : ils viennent d’ailleurs d’être largement sanctionnés par les électeurs aux élections municipales de juin 2017.

Voter pour ces formations ne menace donc en aucune façon l’oligarchie ! Elle permet en effet de neutraliser la révolte populaire.

Opération Mélenchon

Mélenchon MarseilleEn France, la promotion médiatique de Jean-Luc Mélenchon sert l’oligarchie de deux façons.

Lors de la campagne présidentielle, elle a d’abord servi à marginaliser la candidature de Benoît Hamon et surtout à concurrencer Marine Le Pen – l’objectif principal – en captant au profit de la France insoumise une partie de l’électorat populaire, séduit par les saillies du tribun Mélenchon. Le piège s’est refermé lorsque Marine Le Pen a essayé de concurrencer sur sa gauche le programme crypto-communiste de la France insoumise, ce qui a déçu ses soutiens de droite et favorisé par contrecoup l’élection d’Emmanuel Macron.

Depuis la victoire de ce dernier, la promotion de Jean-Luc Mélenchon a désormais pour fonction principale de rendre l’opposition de droite et patriote aphone. Les médias mainstream n’évoquent en effet cette opposition que pour s’étendre à l’infini sur ses divisions : que ce soit pour insister sur la pluralité de candidatures à la présidence des Républicains ou pour gloser à l’infini sur les luttes de tendances au sein du Front national. Mais jamais pour lui donner la parole comme opposition.

Champ libre, donc, pour les soliloques médiatiques de Jean-Luc Mélenchon !

Un repoussoir commode

Mais Jean-Luc Mélenchon ne menace nullement le Système comme il le prétend.

Son programme évoque, certes, une sortie des traités européens et de l’Otan. Mais il reste écologiquement correct (il préconise même une planification écologique !), culturellement correct (il préconise la création culturelle émancipée…), juridiquement correct (il propose d’inscrire de nouveaux droits de l’homme dans la Constitution) et surtout correct sur les plans migratoire et communautaire : pendant la campagne électorale il a même organisé une minute de silence en faveur des migrants disparus en mer ! Et son programme économique est suffisamment ringard pour dissuader les milieux économiques.

La France insoumise sert donc de repoussoir commode à la France en marche ! Mais toutes s’accordent sur un point : faire taire l’opposition nationale et patriote par tous les moyens. Les « gros ballots », comme dit si aimablement Jean-Luc Mélenchon.

La superclasse mondiale s’appuie aussi sur la gauche extrême

France insoumise immigrationLes poings levés des élus de la France insoumise et les drapeaux rouges et noirs de l’extrême gauche brandis devant les caméras, comme hier les cols Mao des bobos, ne tromperont que le public naïf des médias mainstream : cette extrême gauche n’est pas contre le Système, elle roule au contraire pour lui.

Car ces prétendus anticapitalistes combattent avant tout ceux qui… refusent la loi de l’argent, les patriotes et les identitaires. Comme durant la campagne présidentielle les candidats d’extrême gauche ont surtout attaqué Marine Le Pen et François Fillon, mais quasiment jamais Emmanuel Macron.

Comme ces prétendus « altermondialistes » ne militent pas contre le mondialisme : ils veulent seulement un mondialisme qui aille dans leur sens. Comme ces prétendus « antifascistes » font des risettes aux islamistes. Comme ces prétendus militants de « la cause animale » ne trouvent jamais rien à dire contre l’abattage hallal. Comme ces « féministes » estiment que le voile islamique libère les femmes. Comme les No Border, en favorisant par tous les moyens l’immigration en Europe, concourent activement à la constitution de l’armée de réserve du capital.

La superclasse mondiale s’accommode très bien, aujourd’hui comme hier, de l’extrême gauche, même si elle pense que le néo-libéralisme réussira là où la Révolution communiste a échoué. Car tout ce qui peut ébranler les nations européennes contribue à renforcer son pouvoir transnational.

La France insoumise et la France en Marche ne s’opposent pas : elles avancent au contraire main dans la main.

Michel Geoffroy

Texte repris du site de la fondation Polémia

Gilbert Collard : « La dédiabolisation, c’est un piège à cons »

13/09/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Lundi dernier, le député du Front national a déclaré sur Sud Radio :

J’ai fait une véritable révolution copernicienne : j’ai toujours été un partisan de La dédiabolisation, et bien c’est un piège à cons. Parce que de toute manière ils ne cesseront de nous diaboliser pour une bonne raison, c’est qu’ils ont besoin absolument de nous mettre sur le côté pour continuer à combiner entre eux. On est le repoussoir qui permet de faire aller les uns et les autres dans leurs propres bras. Donc, la diabolisation, même si on voulait nous canoniser, elle continuerait d’exister, parce que c’est un instrument politique majeur de la domination du pouvoir par le système, la classe, en place.

L’élu a ainsi signifié sa volonté de voir le Front national se tourner vers une union des droites autour des thèmes identitaires plutôt que de s’entêter à vouloir donner des gages aux médias de l’oligarchie et à une gauche qui ne les acceptera jamais.


De Gaulle et Maurras : la leçon de Paul-Marie Coûteaux à Valérie Pécresse

De Gaulle Jeanne d'Arc

13/09/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « Ce qui fait la force d’âme de la droite, c’est d’avoir toujours préféré Charles de Gaulle à Charles Maurras », a déclaré dimanche Valérie Pécresse. Mais quelle gourde ! Dans le numéro de Minute paru ce matin, l’ancien député Paul-Marie Coûteaux, membre de la Fondation Charles-de-Gaulle et directeur des Cahiers de l’indépendance, lui répond. Sous forme de cours magistral d’histoire politique. Extrait.

Paul-Marie Couteaux 3
Paul-Marie Couteaux

« Que dire devant une telle ineptie ? D’abord que la droite française n’a pas « toujours » préféré de Gaulle à Maurras, notamment à l’époque où l’école d’Action française, que Maurras a fondée et inspirée pendant des décennies, a dominé la jeunesse intellectuelle française, la droite bien sûr mais au delà – l’AF soutint d’ailleurs tous les gouvernements de la Grande Guerre. Parmi tant d‘autres, le jeune Charles de Gaulle dont les parents ont lu et financé l’Action française, journal que, selon le témoignage qu’en a donné sa sœur Agnès, le jeune Charles, puis l’encombrant officier contestataire a constamment lu jusqu’à la seconde guerre.

« Entre autres choses, il en empruntera les conceptions de défense nationale, notamment « l’Armée de métier », et bien sûr sa politique étrangère, « capétienne », de même son obsession d’un exécutif fort et son choix « du pouvoir personnel plutôt que de l’impuissance impersonnelle » comme il le dira à Peyrefitte – c’est d’ailleurs à bon droit que l’on souligne le caractère monarchique de la Ve République, monarchie certes imparfaite comme son fondateur l’a plusieurs fois éprouvé et avoué, tentant des années durant de pousser le Comte de Paris à se présenter à l’élection présidentielle dont il jugeait l’onction indispensable après « une si longue interruption »…

« Sur l’inspiration politique, notamment diplomatique et institutionnelle du Général (qui fut souvent décrit comme royaliste, y compris à l’étranger, de Staline à Roosevelt qui en prirent prétexte pour tenter cent fois de l’écarter), les faits et témoignages sont si multiples qu’il est impossible de tous les reprendre ici : rappelons que, dans les années 1920, de Gaulle donna ses premières conférences au Cercle Fustel de Coulanges, furieusement royaliste, qu’il entretint une longue correspondance avec le Comte de Paris dans laquelle il témoigna envers Lui (il mettait toujours la majuscule !), d’une déférence sans équivoque, et que, quand, un jour, à l’Elysée, Philippe de Saint Robert évoqua son monarchisme, il rectifia de lui-même : non, royalisme ! (cf. Philippe de Saint Robert, Le Secret des jours, Lattès, 1996).

Envoi De-Gaulle-Maurras« Pour ce qui est de Maurras, on sait (mais apparemment Mme Pécresse ne sait pas) que de Gaulle dédicaça la plupart de ses ouvrages au « maître de Martigues », qu’il reprit souvent son fameux, et très profond « politique d’abord » et s’entendit plus tard avec Malraux sur cette formule qui va loin : « Marras eut tellement raison qu’il en est devenu fou. » Des divergences, certes, mais entre qui n’y en a-t-il pas (comme avec Péguy ou Barrès, leurs grands mécontemporains) ? Surtout, que de points communs, y compris, comme le montre Stéphane Blanchonnet dans son récent « petit dictionnaire maurassien » sur la République elle-même, que l’un et l’autre entendaient comme Res-Publica, ce que Péguy nommait « Notre Royaume de France » en un beau souci de syncrétisme.

« Et que de détestations communes […] »

Extrait de « Pour instruire Mme Pécresse sur Maurras et sur De Gaulle » par Paul-Marie Coûteaux paru dans Minute n° 2838 daté du 13 septembre 2017

En Allemagne, la violence des immigrants s’affiche encore une fois

12/09/2017 – ALLEMAGNE (NOVOpress)

Dans le centre de Berlin, au cours du week-end dans le cadre de deux bagarres de masse, 16 clandestins ont été arrêtés. Le journaliste allemand ajoute que la baston impliquait probablement des bandes d’Afghans et de Syriens, armés de couteaux et de gaz lacrymogènes. La rixe aurait fait au moins six blessés dont un homme poignardé dans le dos.

Toujours en Allemagne, en marge d’une fête foraine à Hirschaid, la soirée s’est terminée par une rixe opposants « migrants » et visiteurs de la fête foraine. A cette occasion, plusieurs clandestins syriens et irakiens ont agressé sexuellement trois mineures dont la plus jeune avait 13 ans. Trois agresseurs ont pu être arrêtés, mais plusieurs se sont échappés et sont encore recherchés.


Éric Zemmour : « Fainéants » : « Emmanuel devrait un peu plus écouter Macron »

Eric Zemmour

12/09/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Fainéants. Un mot qui « fera flores » dans la manifestation de ce mardi 12 septembre contre la réforme du Code du travail, lance Éric Zemmour.

Les leaders de la CGT seront des fainéants glorieux ; et Mélenchon et ses acolytes de la France insoumise, des fainéants d’honneur. Tous ceux qui voudront s’opposer à la politique gouvernementale s’affubleront de l’adjectif maudit. Ou plutôt béni.

Pour Éric Zemmour : « Macron ne pouvait pas leur faire un plus beau cadeau. Insulter un adversaire l’anoblit« .

Si Emmanuel Macron n’est pas le premier président « à se fourvoyer ainsi« , Éric Zemmour rappelle que l’actuel locataire de l’Élysée avait « choisi de renoncer à cette stratégie, de rétablir la parole rare« . Pour le journaliste, « Emmanuel Macron, c’est Docteur Jekyll et Mister Hyde : Emmanuel qui parle à tort et à travers, et Macron qui théorise le silence monarchique« .

Avant de lancer en guise de conseil : « Emmanuel devrait un peu plus écouter Macron ».


Ouragan Irma : l’Etat a-t-il failli ?

Accusé depuis plusieurs jours par l’opposition d’incompétence et d’impréparation face à l’ouragan Irma qui a totalement dévasté mercredi dernier les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, le gouvernement s’est dit prêt lundi à accepter la création d’une commission d’enquête parlementaire sur la gestion de cette catastrophe naturelle.

« Scènes de violences et de pillages »

Rappelons que l’ouragan Irma, né fin août au large des côtes africaines et qui a ravagé depuis plus d’une dizaine de territoires entre le Cap-Vert et la Floride, en faisant au moins une quarantaine de morts sur son passage, continuait toujours sa route lundi vers le nord de la Floride. Or, dans sa course folle, Irma traversait mercredi dernier l’île française de Saint-Barthélemy, puis celle franco-néerlandaise de Saint-Martin, avec des rafales atteignant 360 km/h ! Des vents violents qui ont causé à Saint-Barthélemy la mort d’une quinzaine de personnes et plus d’un milliard d’euros de dégâts, puis dix morts dans la partie française de Saint-Martin, et des dégâts évalués à 1,2 milliard d’euros. Mais, outre les ravages résultant de son passage, cet ouragan a donné lieu à d’importantes scènes de pillages.

Aussi, plusieurs élus de l’opposition ont-ils rapidement dénoncé l’impréparation de l’Etat. Dont Sébastien Chenu (FN) qui, après avoir observé que « les scènes de violences et de pillages menées par des bandes armées terrorisant la population signent une absence totale d’anticipation des plus hautes autorités de l’Etat dans la gestion du plus violent ouragan de l’histoire aux Antilles Françaises », a annoncé avoir officiellement demandé l’ouverture d’une commission d’enquête sur la gestion de la crise. Demande également effectuée par Eric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon.

« Critiques déplacées » ?

Des reproches qui ont bien sûr immédiatement suscité l’« indignation » des membres du gouvernement. Certains, tel le ministre des Outre-mer Annick Girardin parlant de « critiques déplacées ». D’autres, comme Edouard Philippe, allant jusqu’à expliquer lamentablement avoir parfois « le sentiment qu’alléchés par la souffrance, (les élus de l’opposition) bondissent sur l’opportunité d’une polémique politicienne »…

Reste que, à écouter le président de l’Assemblée et le ministre de l’Intérieur, le principe de l’ouverture prochaine d’une commission d’enquête semblait acquis lundi. Estimant qu’« il vaudrait mieux éviter de polémiquer immédiatement sur ces catastrophes », François de Rugy ajoutait cependant : « Après, qu’il y ait une commission d’enquête parlementaire je trouverais ça tout à fait normal. Chaque groupe peut créer au moins une commission d’enquête parlementaire par an donc il n’y a aucun problème ». Quant à Gérard Collomb, interrogé à ce sujet dans la matinée sur France 2, il devait indiquer que « nous sommes pour l’évaluation et donc nous acceptons volontiers une commission parlementaire ».

Franck Delétraz

Article paru dans Présent daté du 13 septembre 2017

Le centre de déradicalisation de Pontourny était bien une escroquerie ! – par Fabrice Robert

En février dernier, la mission d’information « Désendoctrinement, désembrigadement et réinsertion des djihadistes en Europe » avait déjà dressé un premier bilan très mitigé de la politique de déradicalisation menée en France. Les deux sénatrices, Esther Benbassa et Catherine Troendlé, dénonçaient notamment un véritable « business » tout en pointant du doigt la « gabegie financière » de l’État. Catherine Troendlé allait même très loin en déclarant : « Nous savons que nos programmes sont inutiles pour les djihadistes radicaux de conviction. »

Dans le rapport final rendu public le 12 juillet dernier, les deux sénatrices ont notamment proposé la fermeture du centre de Pontourny, dont le but était d’accueillir des musulmans en voie de radicalisation sur la base du volontariat. Selon elles, il semble nécessaire de « mettre fin à l’expérimentation et renoncer à sa généralisation ». Rappelons tout de même que les candidatures volontaires se comptaient en réalité sur les doigts des deux mains. Pire encore : c’est Europe 1 qui avait révélé que le dernier pensionnaire avait été exclu après sa condamnation pour violences et apologie du terrorisme islamiste.

« Son passage [dans le centre] a eu l’effet inverse de celui recherché. L’encadrement avait noté qu’il vivait le programme comme du prosélytisme anti-islam et qu’il semblait se radicaliser davantage. Son rejet de la France tendait à s’amplifier. »

L’issue semblait ainsi de plus en plus évidente. Et, le 28 juillet dernier, le ministère de l’Intérieur s’est donc enfin décidé à annoncer la fermeture du centre de Pontourny. La Place Beauvau s’est contentée du strict minimum dans sa communication : « Malgré la compétence, la détermination et l’investissement des personnels du centre […] l’expérience ne s’est pas révélée concluante », tout en ajoutant : « Aucun de ces jeunes n’a suivi le programme jusqu’à son terme. » Toutefois, cet abandon est accompagné d’une réflexion sur la mise en place de « structures de petite taille », une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Toujours le même angélisme que l’on retrouve aussi, dans une certaine mesure, chez la sénatrice Esther Benbassa : « Je ne crois pas que l’on puisse déradicaliser les gens mais on peut les réinsérer, les resocialiser. » Comme si des mesures de « réinsertion » (sic) et quelques centres de dimension plus réduite pouvaient éradiquer la gangrène islamiste. Comme s’il était possible de transformer des barbus en djellabas en adorateurs de la République française.

La fermeture du centre de Pontourny constitue déjà, à elle seule, une petite victoire. En effet, les Identitaires ont mené campagne pour dénoncer l’escroquerie de ces centres de déradicalisation. Le 11 février dernier, ils avaient battu le pavé aux côtés de responsables du Front national et des habitants de Pontourny, excédés par la présence d’adeptes du djihad dans leur village. Mais le combat doit continuer. En effet, il est illusoire de penser que ce type d’établissement réussira à promouvoir « des valeurs de citoyenneté, de respect d’autrui, de la règle de droit et des valeurs de la République et de la démocratie ». C’était, en tout cas, le pari fait par les créateurs du centre de Pontourny. Le projet de mise en place d’éventuels établissements de petite taille aboutira au même échec.

Financé par nos impôts, ce type de centre de déradicalisation ou de réinsertion – bientôt le nouveau terme consacré ? – reste une escroquerie intellectuelle et financière qui n’arrêtera en rien le terrorisme islamiste en France.

Fabrice Robert,
directeur national à l’action des Identitaires

Texte publié initialement par Boulevard Voltaire

Climat de guerre civile et violences ethniques dans l’île antillaise de Saint Martin

12/09/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :

Les Saint Martinois font face à une situation de chaos après le passage de l’ouragan Irma qui a détruit 95 % des habitations et causé des dégâts matériels évalués à 1.2 milliard d’euros. Le nombre de morts est encore trop incertain pour être avancé. Des gangs armés, composés d’individus d’origine africaine, volent tous types de denrées dans le but de créer un marché noir et instaurent un climat de terreur.

Les forces de l’ordre ont tardé à arriver et le gouvernement est critiqué pour son impréparation et sa gestion calamiteuse de la crise

Côté néerlandais de l’île, l’armée avait déjà été déployée en amont de l’ouragan afin d’anticiper les pillages. Côté français, ce sont 1 100 gendarmes, policiers et soldats qui sont arrivés seulement vendredi sur les îles de Saint Martin et de Saint Barthélemy. Le président français, après avoir organisé une réunion d’urgence ce samedi, a décidé d’envoyer 240 gendarmes supplémentaires et 30 hommes du GIGN.

Plus grave, les habitants blancs font état de violences ethniques à leur égard

Exactions, menaces de mort et coups de feu omniprésents, les habitants livrés à eux mêmes sont obligés de créer des milices pour se protéger. Les gangs meurtriers ont dévalisé l’armurerie de la police aux frontières et des douanes. Ils sillonnent l’île et défoncent les portes des habitations, armes au poing en criant « dehors les blancs ». Cette chasse aux blancs terrorise les Saint Martinois qui veulent à tout prix être évacués, car ils se savent en danger de mort.