Tirage au sort universités Marine Le Pen

Universités : le sort des étudiants ne peut être réglé à pile ou face, par Marine Le Pen

Le gouvernement a décidé de passer en catimini une circulaire qui entérine le tirage au sort comme moyen de sélection à l’Université. Déjà en place dans certaines filières très demandées (première année de médecine, Staps, droit…), le tirage au sort deviendra donc la règle pour l’ensemble des filières où les demandes excèdent les capacités d’accueil.

À quelques jours de la fin d’un quinquennat épouvantable sur les questions étudiantes, c’est donc une position absurde que vient de valider Najat Vallaud-Belkacem. Elle est en effet injuste puisque le tirage au sort ne prend pas en compte les résultats, le parcours scolaire ou le mérite de l’étudiant et il écartera chaque année plusieurs milliers d’étudiants au seul motif que le hasard ne les a pas choisis. Enfin, cette décision ne règle absolument rien sur le fond puisque les étudiants qui se pressent vers les filières universitaires sont toujours plus nombreux.

Face à l’urgence de la situation et au flou d’Emmanuel Macron sur ces questions, je propose de changer de modèle : chaque étudiant doit être orienté vers la filière qui lui correspond le mieux. Nous devons ainsi en finir avec la sélection par l’échec actuellement à l’œuvre et réaffirmer totalement la méritocratie républicaine. Je refuse donc le tirage au sort comme moyen de sélection et j’annulerai cette circulaire dès mon élection afin qu’elle ne soit pas la règle pour la prochaine rentrée scolaire.

Le système d’orientation sera revu de fond en comble afin de privilégier les résultats scolaires, l’assimilation des savoirs et le mérite. Enfin, je revaloriserai en parallèle de l’Université les filières professionnelles – trop longtemps dénigrées – mais qui offrent des perspectives d’emplois nombreuses. De cette manière, chaque étudiant trouvera la filière dans laquelle il s’épanouira et obtiendra les meilleurs résultats.

Marine Le Pen

Communiqué de Marine Le Pen

Marine Le Pen Gardanne 1

Marine Le Pen en visite surprise devant l’usine Alteo de Gardanne

Marine Le Pen Gardanne 230/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Accompagnée de Stéphane Ravier, sénateur-maire du 7e secteur de Marseille, Marine Le Pen s’est rendue ce matin à Gardanne (Bouches-du-Rhône) sur le site de l’usine Alteo pour évoquer le scandale des boues rouges et parler de ses propositions en matière de santé et d’environnement.

Les portes de l’usine sont restées fermées mais devant les médias présents, Marine Le Pen a affirmé : « Ici c’est un symbole car on veut nous faire croire que soit on fait le choix de la santé de nos compatriotes et de l’environnement, soit on fait le choix de l’emploi. Je viens dire que précisément dans le cadre de la planification écologique que je veux voir mettre en œuvre par l’Etat stratège, il n’y aura plus ce choix à effectuer. »

Jacques de Guillebon : “Face au candidat de la post-humanité, il est logique de soutenir Marine Le Pen”

29/04/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Cinq membres de l’Avant-Garde ont signé un texte appelant à voter Marine Le Pen. Jacques de Guillebon est l’un d’entre eux. Pour lui, face à Emmanuel Macron – le candidat de la mondialisation, de la GPA, du monde euthanasique et abortif, du dépassement de toutes les frontières, physiques, géographique, humaines, bref, le candidat de la post-humanité – il est logique de soutenir Marine Le Pen qui, quoi qu’on puisse lui reprocher par ailleurs, a un amour de la France, une vraie vision anthropologique. Elle est en sus une candidate proche du peuple quand Emmanuel Macron est le candidat de l’oligarchie.

Il appelle aussi “la droite du toit du manoir” à dépasser enfin ses peurs économiques irrationnelles et à sortir une bonne fois du conformisme imposé depuis 40 ans par la malédiction de François Mitterrand.



Jacques de Guillebon : "Face au candidat de la… par bvoltaire

Emmanuel Macron

Rien ne va plus entre Macron et les médias russes

29/04/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Le 26 avril, le parti d’Emmanuel Macron a interdit l’accès de son QG de campagne à des journalistes de RT et Sputnik France. Le candidat accuse les deux médias russes de propager des “informations mensongères” visant à influer sur l’élection présidentielle. Ce que les deux organes de presse démentent.


Critique du film « À bras ouverts » : un lynchage médiatique « à bras raccourcis » !

Source : OJIM – “Critique du film « À bras ouverts » : un lynchage médiatique « à bras raccourcis » ! “

La nouvelle comédie intitulée « À bras ouverts » du réalisateur Philippe de Chauveron ne laisse pas les critiques cinématographiques indifférents.

Le Parisien estime que le film « brosse un portrait ultra-caricatural et indigne de la communauté rom ». « Avec de la tendresse et de l’empathie, le film aurait peut-être évité le racisme. »Pour Le Monde, il s’agit de « racisme à doses allopathiques ». Pour les Inrocks, nous sommes en présence d’un « un sommet d’humour discriminatoire… ». On pourrait multiplier les exemples.

Mais la palme du lynchage revient à France Culture. La chaine de radio a en effet consacré une partie de l’émission « Du grain à moudre » du jeudi 13 avril à la dénonciation du caractère prétendument raciste du film. Les invités ont déployé sans aucune contradiction leur réquisitoire, l’animateur de l’émission jouant le rôle de faire valoir, relançant le débat par des questions complaisantes.

Les critiques discordantes sont rares, comme le relève Valeurs actuelles. Le Figaro évoque « une vraie comédie de mœurs sur notre société multiculturelle” et un film qui “fait valser les préjugés et les clichés ». Causeur estime que ce film « potache » « se moque gentiment des bourgeois de gauche aux grands discours humanitaires ».

Ne trouverait-on pas là une partie de l’explication du lynchage médiatique de ce film par une classe de bobos piquée à vif et mise devant ses contradictions ?

Nos Trissotin contemporains manquent singulièrement de recul et d’humour. En 1976, Ettore Scola dressait dans « Affreux, sale et méchant » un portait féroce d’habitants d’un bidonville romain. Notre époque triste et politiquement correcte laisserait-elle encore s’exprimer comme en 1982 « zézette » dans le film « Le père Noel est une ordure » ? Ne serait-elle pas désormais qualifiée de « caricaturale » et de « dégradante » ?

Seul motif de consolation : le public réserve un très bon accueil au film, avec 411 000 entrées la semaine de sa sortie (près de 700 000 entrées à ce jour) !

La majestueuse cathédrale de Chartres retrouve son éclat du moyen Age

29/04/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis 2008, la cathédrale de Chartres est en chantier. De nombreux corps de métiers se sont activés depuis près de 10 années d’un patient travail, afin de restituer à ce chef d’œuvre médiéval son aspect originel du XIIIe siècle.

A la fin des années 1980, on a découvert que 80% des parements originels de la cathédrale étaient encore présents et qu’il était tout à fait possible de dégager les différentes couches de décor superposées.

C’est ce qui a conduit aux travaux actuels. Plusieurs chantiers ont été menés de front. Notamment, la restauration des vitraux, du tour de chœur et du parement de pierres de la cathédrale.

Désormais, la cathédrale si chère au poète Charles Péguy est de nouveau rayonnante de lumière !

Le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen provoque un tollé

29/04/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Le candidat de Debout la France, qui est arrivé sixième avec 4,7 % des voix au premier tour de la présidentielle, a affirmé avoir passé un “accord de gouvernement” avec Marine Le Pen. Ce nouveau soutien provoque un tollé.

Je soutiendrai Marine Le Pen, je ferai campagne même avec elle sur un projet de gouvernement élargi.
J’aurais pu faire comme beaucoup de personnalités politiques, me laver les mains au second tour, l’intérêt personnel, c’est de faire ça, l’intérêt de mon parti aussi, qui n’a jamais donné de consigne de vote. Mais je pense que la France est à la croisée des chemins. Notre pays […] a vécu cinq ans terribles avec François Hollande, et je pense que Macron est un François Hollande puissance dix, fabriqué par des intérêts financiers, médiatiques.

Ce soutien apporté à Marine Le Pen a provoqué un tollé. Dominique Jamet, vice-président de Debout la France, a annoncé qu’il quittait le mouvement, tout comme Éric Anceau.
François Bayrou, qui n’a pas honte d’avoir soutenu Hollande, a déclaré : “Dupont-Aignan : qu’on ose se dire gaulliste en faisant un tel choix, immense honte !


La moitié des Français ruraux se sentent loin de tout

29/04/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Selon une étude menée par Ipsos et la société Boston Consulting Group, les Français passent en moyenne 7h12 par semaine à se déplacer, que ce soit pour aller au travail ou accompagner leurs enfants… Ils sont pourtant les moins mal lotis des Européens !
En effet, les Allemands perdent 9h23 par semaine dans des trajets, les Italiens et les Slovaques un peu plus de 10h, et les Grecs, 13 h.

Mais cette insatisfaction des Français viendrait de leur perception de la disponibilité des transports en commun, très différente selon les catégories sociales, dessinant une fois de plus le visage d’une France à deux vitesses. 46 % des habitants en zone rurale souffrent du sentiment d’être « loin de tout », souligne l’étude.

Macron 23 Avril

Comment la soirée électorale du 23 avril a mis en scène le sacre de Macron

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : La soirée électorale du 23 avril a mis en scène le sacre du candidat Emmanuel Macron, comme s’il était déjà élu à l’Elysée ! Un fait médiatique que décrypte Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés dans cette nouvelle édition d’I-Médias.

1:38 Soirée électorale, le sacre de Macron
Mise en scène et intronisation de Macron comme nouveau président… dès le soir du premier tour. Entre vainqueur du premier tour et futur président, pour les médias, le pas est franchi.

Pour Jeff Wittenberg, journaliste politique de France 2, il n’y a pas de doute, « on a l’impression de voir un président élu, et c’est assez impressionnant ». Cette impression, il en est l’auteur, il l’a fabriquée via les images diffusées : Les motos étaient de sortie pour suivre Emmanuel Macron. Ce type d’escorte était jusqu’alors réservé au vainqueur du second tour de la présidentielle.

12:11 Le zapping d’I-Média
France Inter s’enfonce un peu plus dans le politiquement correct : pour le journaliste Bruno Donnet, la chaine C8 a apporté son soutien à Marine Le Pen en diffusant un spectacle des Chevaliers du Fiel à 48 heures du premier tour de l’élection présidentielle. Le comédien a fait huer par les spectateurs l’ensemble des candidats, sauf… Marine Le Pen. Pour les journalistes de France Inter, la dénonciation est facile et le diable se cache dans les détails.

Pierre Emmanuel Barré quant à lui est privé d’antenne. L’humoriste de France Inter désirait défendre le point de vue des abstentionnistes. Nagui, producteur et animateur de l’émission, a tout simplement refusé le billet car « encourager l’abstention, c’est faire le jeu du FN ».

20:55 Macron à Whirlpool : BFM sauve la mise.
Whirpool, sujet de l’attention des candidats, Marine Le Pen comme Emmanuel Macron ont rendu visite à l’usine en cours de fermeture. L’accueil des ouvriers s’est avéré houleux pour le candidat du mouvement en Marche. Heureusement, BFM était là pour lui sauver la mise.

32:14 Les tweets de la semaine
La presse papier s’engage et vous donne des consignes de votes. Pour le premier et le second tour de l’élection présidentielle, les journaux y sont allés de leurs avis. Pour le Figaro : François Fillon est le seul candidat à avoir un bon programme. Pour Libération il faut lutter contre le « poison du FN ». Enfin, le Parisien vend le candidat d’En Marche, comme la « sensation Macron ». Sensation, un mot très largement utilisé par les publicitaires.

38:43 Facebook et Google à l’assaut de l’information
Festival international du journalisme à Pérouse (Italie), les deux sponsors novateurs, Google et Facebook, ont annoncé des mesures importantes pour contrôler l’information. Place à la moraline, adieu neutralité du net !

Marine Mélenchon

Marine Le Pen lance un appel aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Par une vidéo mise en ligne ce vendredi à 14 h 45, Marine Le Pen lance un appel aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon. « Faisons barrage à Macron ! », lance-t-elle dans cet « appel aux Insoumis ». Elle y vante la campagne apaisée de Jean-Luc Mélenchon, s’y dit sensible au déploiement de drapeaux tricolores dans ses rassemblements et vante ce « beau symbole » du rameau d’olivier arboré par le candidat de La France insoumise à Marseille.

Le projet d’Emmanuel Macron, leur explique-t-elle, est celui d’un banquier qui « représente la finance arrogante que François Hollande avait promis de combattre » et d’un partisan du libre-échange généralisé. Aux « Insoumis », elle propose de mettre « les querelles et les divergences de côté » car « il n’est pas possible de laisser les manettes de la France à Emmanuel Macron ».

Dernier Panache Puy du Fou

Le Puy du Fou reçoit l’« Oscar » de la meilleure création mondiale à Los Angeles

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Le célèbre parc à thèmes historiques du Puy du Fou vient d’être couronné pour la deuxième année consécutive d’un Thea Award pour le spectacle Le Dernier Panache. Ce prix récompense la meilleure création mondiale dans le secteur des parcs d’attractions.

Le Dernier Panache est une fresque historique qui fait revivre François Athanase Charette, héros des guerres de Vendée et de la guerre d’indépendance américaine. L’an dernier, c’était le spectacle Les Amoureux de Verdun qui avait déjà été distingué.

Une belle récompense pour le parc, créé par Philippe de Villiers, qui fête ses 40 ans cette année. Celui ci poursuit son développement, avec l’annonce par Nicolas de Villiers, son président, de l’ouverture d’un nouveau parc près de Tolède en Espagne en 2020.

Présidentielle : la profession de foi de Marine Le Pen pour le second tour

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Elle n’a pas encore distribuée aux électeurs : voici la profession de Marine Le Pen pour le second tour de l’élection présidentielle. Elle comprend notamment ce texte de Marine Le Pen :

« Nous ne pouvons pas continuer à mener la même politique que celle du quinquennat Hollande où la France s’est effondrée dans tous les domaines. C’est pourtant ce que veut mon adversaire, soutenu par toutes les anciennes figures du système dont François Hollande, et déterminé à aller plus loin dans le saccage de la France, de notre protection sociale et de notre identité nationale.

Je vous propose à l’inverse de choisir la France.

Choisir la France, c’est retrouver notre indépendance, c’est protéger notre mode de vie, préserver notre pays de l’immigration massive et du communautarisme. C’est permettre le respect d’une laïcité ferme, protéger les droits des femmes. C’est aussi mener une lutte implacable contre le terrorisme islamiste et l’insécurité chronique qui empoisonnent la vie de millions d’entre vous.

Choisir la France, c’est faire en sorte que les emplois soient créés sur notre territoire, au bénéfice des Français, c’est lutter contre la concurrence internationale déloyale et renforcer le pouvoir d’achat de nos compatriotes, c’est rendre à la France la possibilité de faire du patriotisme économique et de se protéger dans la mondialisation sauvage.

Ne renoncez pas, soyez fiers d’être Français. Vous n’avez que la France pour vous défendre, la France n’a que vous pour la défendre. »

Profession de foi Marine Le Pen 1

 

Profession de foi Marine Le Pen 2

Profession de foi Marine Le Pen 3

Profession de foi Marine Le Pen 4

Présidentielle, deux dynamiques différentes entre Le Pen et Macron

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le week end dernier, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se qualifiaient pour le second tour de la présidentielle française. Mélenchon et Fillon, qui rêvaient de créer la surprise ces dernières semaines, ont été mis sur la touche. La soirée électorale fut sans ambiguïté : les cinq premiers, s’ils n’ont pas tous appelé explicitement à voter pour Macron, ont rejeté l’idée de se prononcer pour Madame Le Pen. Aussi, au soir du premier tour, les pronostics étaient clairs : 34 % des voix pour Marine Le Pen et 66 % pour Emmanuel Macron.

Et où en sommes nous aujourd’hui ? Selon le sondage publié hier par Ifop Fiducial, Marine Le Pen est à 39,5 % des suffrages, tandis que Macron est à 60,5 %. Selon celui publié aujourd’hui par OpinionWay, Marine Le Pen est à 40 %, Emmanuel Macron à 60 %.

Comment peut-on expliquer cette évolution ? Plusieurs points sont à regarder : le premier est probablement le fait que les sondages du soir de la présidentielle étaient influencés par les prises de paroles successives des hommes politiques qui appelaient à voter Macron. Le second est probablement la différence entre les préoccupations qui sont différentes pour les deux candidats. Alors que Marine cherche toujours à créer la surprise, Macron donne l’impression de l’avoir déjà gagnée et de penser à l’après.

Des différences de comportement pourraient être aussi importantes. Pour 61 % des Français, Marine Le Pen a fait un début de campagne du second tour meilleur que celui de Macron. En cause, bien évidemment, le dîner de ce dernier à La Rotonde, alors que Marine Le Pen visitait un marché du nord de la France.

Quel point de leur programme les candidats ont-ils mis en avant ?
Si Marine Le Pen a passé hier la matinée avec des marins pêcheurs, alors que Macron visitait Sarcelles, ce n’est pas une coïncidence. Tous deux cherchent à mettre en avant l’idée de la France qu’ils se font. Et ce n’est vraiment pas la même…

RTL Le Maire Marocain

Le scoop de RTL : Bruno Le Maire « court après un Marocain » !

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : C’est un scoop de RTL, passé inaperçu, alors que la révélation est pourtant stupéfiante : Bruno Le Maire « court après un Marocain » ! Oui, il s’agit bien de l’ancien candidat à la primaire de la droite, qui soutient désormais Emmanuel Macron ! Et il n’est pas le seul ! Selon Eric Zemmour, qui a divulgué cette information hier matin sur RTL durant sa chronique, « tous les anciens juppéistes » courent eux aussi « après un Marocain », ainsi que Jean-François Copé !

En fait, il semble que RTL ait embauché le célèbre stagiaire de BFM TV, réputé pour ses bandeaux défilants très approximatifs. Bruno Le Maire ne court évidemment pas « après un Marocain », comme il est affiché à l’écran (à revoir ci-dessous à partir de 2 mn), mais « après un maroquin », c’est-à-dire un portefeuille ministériel.

Comme disait Zemmour à propos de l’Education nationale : « Le niveau ne baisse pas, il s’effondre. » En dessous du niveau de la mer… Méditerranée.

Zemmour Domenach Calvi RTL

Eric Zemmour : « Mélenchon a été le seul digne dans cette histoire »

28/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : En débat ce matin sur RTL face à Nicolas Domenach, Eric Zemmour ne s’est pas montré choqué par les réjouissances d’Emmanuel Macron au soir du premier. Pour lui, « Macron a gagné au soir du premier tour », du moins, a-t-il corrigé, « il y a neuf chances et demi sur dix qu’il ait gagné ».

Concernant les visites de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron à Whirlpool, Eric Zemmour pense « que c’est de la com’ de tous les côtés. » « Tout cela n’est pas très intéressant », dit-il, ajoutant :

« Ce qui m’intéresse, c’est ce que cette élection signifie […] Nous sommes revenus en 1848 avec une lutte des luttes entre les vainqueurs et les vaincus de la mondialisation, entre les pauvres et ceux qui profitent du système. »

A la question posée par Yves Calvi : « Pensez-vous que Marine Le Pen puisse être élue présidente de la République », Eric Zemmour, tout en trouvant « grotesque » les appels au « front républicain », estime que « Marine Le Pen a très peu de chances d’être élue ». Mais il note que « Mélenchon a été le seul digne dans cette histoire ».

Le candidat de La France insoumise doit s’exprimer ce matin sur sa chaîne YouTube.

Macron, le mondialisme contre la France, par Eric Letty

Macron mondialisme Monde et VieLe 23 avril, le parti du mondialisme a acquis une sérieuse chance de diriger la France. Par son passé, son programme, ses soutiens, Emmanuel Macron est le champion de la Finance que François Hollande, voilà cinq ans au Bourget, avait désignée comme son « ennemie » et qu’il aura en réalité portée au pouvoir si, comme il y a lieu de le redouter, le candidat d’« En marche ! » l’emporte sur Marine Le Pen au deuxième tour.

Au moins l’enjeu est clair : selon qu’ils voteront pour l’un ou l’autre des candidats, les Français choisiront le mondialisme ou la France.

Emmanuel Macron avait beau feindre, le 23 avril, d’en appeler aux « patriotes », il reste un produit marketing créé par ce que l’on appelait autrefois la « fortune anonyme et vagabonde », les forces de l’Argent, qui, en mettant à son service leur puissance médiatique, ont donné à celui qui fut administrateur de Rothschild, secrétaire général adjoint de François Hollande à l’Élysée, ministre de l’économie du gouvernement socialiste, le moyen de se déguiser en homme du renouveau, de la page vierge et du rassemblement au-dessus des partis. Un comble ! Son avènement, s’il est élu, sera un sacre médiatique.

Il suffit de considérer ses soutiens (au-delà de la sphère financière) pour comprendre qui est le candidat d’« En Marche ! » : on y trouve Alain Minc à côté de Cohn-Bendit, Robert Hue près d’Alain Madelin, Bernard-Henri Lévy et Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne. Sans oublier son pygmalion, Jacques Attali, qui était présent le 23 avril au dîner organisé à la Rotonde (le
« Fouquet’s » était sans doute trop chargé de souvenirs…).

Hors-système, Macron ? Il est au contraire, selon le mot de Laurent Wauquiez (qui semble ne plus s’en souvenir) « l’incarnation de l’élite mondialisée ».

Au-dessus des partis ? Il en ramasse au contraire les transfuges et les porte-gamelle, au point d’apparaître comme le canot de sauvetage luxueux de la Hollandie. Qu’est-il d’autre, en effet, que le clone de François Hollande, sans bedaine, ni teinture et la cravate à l’endroit ? Il n’en diffère sur aucun des grands sujets de politique, intérieure ou extérieure.

Avec lui, la France sera encore plus ligotée par l’Europe, vassalisée par l’Allemagne, inféodée à la politique américaine, elle avancera plus vite sur la voie du libéralisme libertaire, renoncera davantage à son identité, à ses racines chrétiennes, aux grands principes sur lesquels s’est bâtie sa civilisation (dont il ignore l’existence…), sera encore plus ouverte à l’immigration, plus exposée aux conséquences du libre-échangisme. C’est l’effarante leçon de démocratie que l’on peut tirer de ce premier tour : malgré toute l’impopularité de Hollande, les électeurs ont placé son héritier en tête !

À quelques nuances près, la distance n’est pas grande non plus entre Emmanuel Macron et François Fillon. Ils appartiennent au même système et cette proximité explique qu’il n’ait pas fallu attendre plus cinq minutes après la publication des premiers résultats, pour que le candidat de la conservation appelle à voter en faveur de son homologue progressiste.

En face, Marine Le Pen porte le drapeau de l’indépendance et des libertés françaises pour lesquelles, voilà cent ans, nos grands-parents ont versé leur sang et auxquelles, avant eux et avant nous, des générations de Français ont travaillé.

Ce qui est en jeu, désormais, c’est l’existence même de la France, cette « petite fille moqueuse et tendre, qui n’appartient à personne » dont parlait Bernanos, et que les amis d’Emmanuel, si nous les laissons faire, vendront demain, nue, sur le marché aux esclaves de la finance internationale.

Eric Letty

Editorial du n° 939 du Monde & Vie daté d’avril 2017

eric-zemmour

Zemmour : « Pour Mélenchon, Marine Le Pen n’est pas un adversaire mais un rival »

27/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans ce second tour d’élection présidentielle, « il y a comme un manque », constate Eric Zemmour, un brin moqueur : « Pas de jeunes dans la rue. Pas de cris “le fascisme ne passera pas“. Pas d’émission sur France Télévisions pour rappeler les heures les plus sombres de notre histoire. Tout fout le camp. » « Le front républicain a des ratés », ajoute-t-il, avant de railler ainsi :

« Heureusement, il reste les représentants des religions chrétienne, juive, musulmane pour se mettre comme un seul homme derrière Emmanuel Macron. L’habitude, sans doute, de croire en un seul Dieu. »

« Pourtant, enchaîne l’éditorialiste, tout avait commencé sur les chapeaux de roue. A la manière des dirigeants socialistes le soir du 21 avril 2002, François Fillon s’était empressé d’annoncer son ralliement à son rival heureux […] Mais Jean-Luc Mélenchon, lui, ne jouait pas le jeu et refusait de se coucher devant le nouveau maître ». 

Pour Eric Zemmour, ce n’est apparemment pas une surprise. Selon lui, il n’est pas étonnant que Mélenchon « se soit d’instinct montré le plus revêche au front républicain » :

« Dans sa campagne, le candidat de la France Insoumise a basculé dans le nouveau clivage entre le peuple et les élites, entre le bas et le haut, refusant de rester dans les vieilles cases de l’affrontement droite-gauche. Pour Mélenchon, Marine Le Pen n’est pas un adversaire, mais un rival. Emmanuel Macron a voulu inaugurer une nouvelle ère, il est servi. »