Hollande renonce : « La France aime les perdants », lance Pascal Praud

02/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
« Le renouvellement, c’est maintenant !« , lance Pascal Praud. « Quelle affaire ! Tout doit disparaître; comme aux Galeries Lafayette », constate-t-il. « Sarko, bing ! Juppé, bing ! Hollande, bing ! Et chacun observe qu’ils n’ont jamais été aussi bons, aussi émouvants, aussi touchants que dans la défaite. Quelle élégance, quel panache !« , raille le journaliste.

« Je pense surtout qu’ils n’avaient pas trop le choix. Mais bon, panache !« , admet Pascal Praud. « Figurez-vous que c’est le dernier mot de Cyrano de Bergerac : ‘Mon panache' », rappelle-t-il. « Or Cyrano, c’est notre héros par excellence. Vous savez pourquoi ? C’est un perdant, c’est le loser absolu : il meurt ruiné, il n’a jamais eu Roxane, c’est le Poulidor de l’amour. Mais il garde son panache« , analyse-t-il.

« Sarkozy, Juppé et Hollande, on les aime aujourd’hui parce qu’ils s’en vont, parce qu’ils touchent un genou à terre« , affirme le journaliste. « C’est pas joli, joli l’esprit français ! Du coup, je vais faire pareil : je suis venu te dire que je m’en vais, au revoir« , conclut-il en référence à la chanson de Gainsbourg et aux adieux de Valéry Giscard d’Estaing.


L’Assemblée a voté la possibilité de « funérailles républicaines »

funerailles

02/12/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Il existait déjà le « baptême républicain ». L’Assemblée nationale a introduit un nouveau rituel laïc : les « funérailles républicaines ». Le projet, déposé par le groupe socialiste, se pare des vertus du pragmatique. Affirmant que quatre Français sur dix se déclarent non croyants, le rapport socialiste Hervé Féron a déploré que « les familles [soient] souvent contraintes d’accepter des obsèques religieuses ». Grâce à la nouvelle loi, chaque commune mettra, lorsque c’est possible, une salle municipale à la disposition des proches du défunt. La présence d’un élu pourra asseoir le sérieux de la chose mais le texte ne précise pas si un Vénérable pourrait faire l’affaire…

Qu’y a-t-il derrière ces très peu pieuses intentions ? Pour les Radicaux et les élus Front de gauche, il s’agit d’accompagner « la forte croissance de l’organisation de rites républicains ». Même constat de la part du député centriste (UDI) du Territoire de Belfort, Michel Zumkeller. Quant aux Républicains, ils ont juste souligné le problème du coût de ce nouveau dispositif. Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard avaient déposé des amendements à cette proposition, mais ils n’ont pu être présents lors des débats.

La seule opposition est venue de Jacques Bompard qui a dénoncé un texte « foncièrement idéologique », d’un « spiritualisme prégnant ». « Si la République veut s’arroger le respect des morts, a ironisé le maire d’Orange, elle doit faire œuvre d’introspection » Une allusion à la Terreur révolutionnaire et au génocide vendéen, que la République n’a jamais reconnu. L’élu du Vaucluse a conclu : « Le christianisme dispose de rites pour exclure la violence de la cité, et notamment l’instrumentalisation de la violence par des forces tierces. Aujourd’hui, un certain nombre d’idéologues désirent ardemment mimer les cérémonies chrétiennes pour s’arroger de droits nouveaux sur l’homme et la société. »

Le texte doit encore être débattu au Sénat.

« En vérité, Hollande n’a jamais été président », estime Alexis Brézet

francois-hollande-le-dieu-de-la-pluie

02/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Hollande n’a jamais été président, estime Alexis Brézet, le directeur des rédactions du Figaro, dans son éditorial consécutif à l’annonce par François Hollande qu’il ne se représenterait pas. Extraits.

« Il aurait pu, pour son dernier message politique, prendre un peu de hauteur. Adresser aux Français une exhortation solennelle. Laisser à la gauche un testament spirituel. Fouetter les énergies, transmettre le flambeau. Au lieu de cela, qu’avons-nous vu ? La navrante tentative d’autojustification, prononcée d’une voix blanche, d’un homme comme absent de lui-même. Triste épilogue d’un quinquennat nul et non avenu : poussé vers la sortie par Manuel Valls, et plus encore par l’évidence d’un désastre, personnel et politique, qui n’a aucun précédent sous la Ve République, François Hollande n’a pas même cherché à sauver les apparences. Une fois encore, il ne décide rien : il s’incline. Il quitte la scène comme il l’a occupée : la cravate de travers, flottant dans des habits trop grands.

De son calamiteux mandat, que retiendront les Français ? Quelques images qui ont consommé un abaissement sans équivalent de la fonction présidentielle : les insolences télévisées de Leonarda, la photo volée d’un scooter au petit matin, et ce livre, accablant concentré de cynisme et d’autosatisfaction, reflet d’un Narcisse au miroir des journalistes.

 

« Par quel ahurissant mystère, se demande Alexis Brézet, un homme qu’on disait intelligent, subtil – et qui l’est assurément – a-t-il pu à ce point s’abîmer dans le ridicule et l’incurie d’une présidence sans grandeur ni vision ? Les historiens essaieront peut-être de trancher le point, qui relève plus sûrement des psychologues :

La France, elle, a déjà tourné la page. Elle sait bien qu’hier soir François Hollande n’a pas renoncé à briguer un second mandat. En vérité, il n’a jamais été président.

Marine Le Pen : « Nous sommes à l’aube de la fin d’un vieux monde »

Marine Le Pen Lyon

02/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Si Marine Le Pen n’a pas encore commenté le renoncement de François Hollande, le hasard – le destin ? – a voulu que la présidente du Front national lance la mobilisation pour ses Assises présidentielles de Lyon quelques heures avant que le chef de l’Etat n’annonce la meilleure décision qu’il ait jamais prise. Hollande s’en va, Marine Le Pen arrive ! Prémonitoire, elle annonçait en effet que nous sommes « à l’aube d’un basculement, d’une révolution des esprits, et de la fin d’un vieux monde. Ce qui semblait encore impossible il y a peu de temps est désormais inéluctable. Le peuple souverain se réapproprie ses droits, la démocratie retrouve sa raison d’être, la liberté balaie les tenants d’un système usé, acculé, discrédité ».

« Il y a quelques semaines, écrit Marine Le Pen, nos regards se sont tournés emplis d’espérance, au-delà des mers et des océans, au cœur même de ces vieilles démocraties où s’est joué l’avenir des de peuples libres. Là-bas, des hommes et des femmes ont décidé de reprendre la main sur leur destin, là-bas, des peuples ont repris le pouvoir à une caste qui l’avait accaparé. L’ère des faiseurs d’opinion, de l’oligarchie dominatrice, des élites autoproclamées, touche à sa fin. Le pouvoir change de main par la volonté des peuples de nouveau libres. »

Oui, il y a des choix démocratiques contre les traités et les diktats, oui, il y a une alternative à la mondialisation ultralibérale et son cortège de malheurs : l’austérité sans fin, la désindustrialisation, la paupérisation, le creusement des inégalités, l’immigration massive, le multiculturalisme conflictuel.

« Ce qui a été accompli avec succès outre-Manche et outre-Atlantique le sera ici, chez nous, si tant est que le peuple le veuille. Ces quelques semaines qui nous séparent de cette élection fondamentale doivent être mises à profit pour convaincre les indécis, ceux qui hésitent encore à franchir le pas. »

Bernard Cazeneuve ne croit pas à la réélection de François Hollande

bernard-cazeneuve

01/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Bernard Cazeneuve croit tellement peu à la réélection de François Hollande que, selon le quotidien L’Opinion, il est en train de préparer sa reconversion comme avocat d’affaires. « Il devrait redevenir avocat au grand cabinet parisien August et Debouzy, pour lequel il avait déjà travaillé dans les années 2000. Même si son entourage “dément formellement“, l’affaire serait suffisamment engagée pour que August et Deboyzy se préoccupe de lui trouver un bureau et une assistante. »

Le ministre de l’Intérieur intégrerait ainsi l’un des plus grands cabinets d’avocats français, qui présente cette particularité d’être en pointe dans le business avec l’Iran. August et Deboyzy s’est en effet doté, dès 2015, d’un « Desk Iran », car « nous avons toujours considéré que la situation internationale de l’Iran était amenée à changer à moyen terme, ouvrant de nouveau l’Iran, dont le marché intérieur est particulièrement prometteur, aux investissements et à la reprise d’un courant d’affaires qui avait été très important par le passé ».

Monsieur Noël fait interdire par la justice la crèche d’Hénin-Beaumont !

creche-henin-beaumont

01/12/2016 – HENIN-BEAUMONT (NOVOpress) : Le tribunal administratif de Lille a annulé aujourd’hui la décision de la municipalité d’Hénin-Beaumont, dirigée par le maire FN Steeve Briois, d’installer une crèche dans le hall de l’hôtel de ville. Les attendus du jugement prononcé par la 2e chambre présidée par M. Lepers, qui n’est pas donné favori à Questions pour un champion, sont tout simplement hallucinants.

Le tribunal estime par exemple que les « sujets » de ladite crèche – Marie, Joseph, l’Enfant-Jésus… – « ne sont en rien liés à une tradition minière spécifique » que pourrait justifier « la tenue simultanée d’une exposition dans le hall reconstituant la cité minière de Darcy », ou encore qu’« il n’est pas établi qu’elle s’enracine dans une tradition locale préexistante ou qu’elle puisse être considérée comme une extension du marché de Noël qui se tient à l’extérieur du bâtiment et sans proximité immédiate avec celui-ci ».

A propos de « tradition locale », une simple consultation de Wikipédia aurait permis à M. Lepers d’apprendre que la première église connue de la ville fut érigée en l’an 360 et que Hénin fut définitivement christianisée au VIIe siècle ! Quant à sous-entendre que la crèche aurait été accepté si elle avait été « une extension du marché de Noël », cela revient à dire qu’elle ne saurait être tolérée que dans une optique commerciale !

Le tribunal avait été saisi, en décembre de l’an dernier, par un opposant communiste à Steeve Briois qui répond au nom… de David Noël ! Cet individu est déjà connu de nos lecteurs : c’est sur sa dénonciation que Le Monde avait, le mois dernier, obtenu la censure d’un livre d’histoire-géographie qui citait le site Breizh-info.

Le jugement interdit donc la crèche de 2015 – il est des fois où l’on ne peut se réjouir des lenteurs de la procédure… – mais pas celle de cette année, puisqu’elle est installée cette fois… au marché de Noël – la fête chrétienne, pas le coco délateur.

Eric Zemmour sur l’école : « Le niveau ne baisse pas, il s’effondre »

eric-zemmour

01/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Le mythe du niveau qui monte dans l’Education nationale, rapporte Eric Zemmour ce matin sur RTL, s’est effondré : « Plus personne n’ose proférer désormais une telle énormité. Même la presse de gauche doit avouer la triste réalité […] Le niveau ne monte pas, il baisse ; il ne baisse pas, il s’effondre. Pas seulement en orthographe mais aussi en français. Pas seulement en français mais aussi en maths. Une à une les digues de l’excellence française sont tombées. Il ne reste que des ruines. »

« Les meilleurs lycées parisiens, explique l’essayiste, font travailler les élèves avec les anciens programmes. Les autres ne savent plus ce qu’est une démonstration mathématique mais sont incollables sur l’égalité hommes/femmes, l’antiracisme, le développement durable. La propagande citoyenne bat son plein. »

Eric Zemmour conclut en ces termes :

« Dans les années soixante-dix, les gauchistes promettaient de détruire la culture bourgeoise et les idéologues du pédagogisme juraient d’en finir avec une méritocratie républicaine qu’ils jugeaient injuste et inégalitaire. Promesse tenue. »

Délit d’entrave à l’IVG : les évêques en colère

Evêques IVG

Il fallait que le gouvernement aille loin pour réveiller ainsi la colère de la conférence des évêques de France, d’habitude si discrète… En 1974, Simone Veil elle-même avait reconnu que si les évêques s’étaient mobilisés – et leurs ouailles derrière eux – le texte n’aurait jamais pu passer l’Assemblée nationale. L’opposition avait été bien trop discrète et les quelques courageux réunis autour du professeur Jérôme Lejeune n’avaient pas été entendus.

Quarante ans plus tard, le sujet n’est pas clos et les conséquences désastreuses de cette loi continuent à se multiplier. Mais cette fois-ci, les « cathos » ne comptent pas laisser faire, trop c’est trop.

C’est d’abord le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, qui a posé une question ayant le mérite de la clarté : « Quelle est l’obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l’avortement comme point d’intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça, je ne sais pas. » Le constat est aussi factuel que glaçant, et renforcé par une remarque de Jean-Frédéric Poisson, député et rapporteur d’une étude sur les moyens de l’Etat islamique, qui affirmait sur le plateau de BFM TV, en face de Laurence Rossignol : « Lorsque j’ai demandé l’interdiction des sites djihadistes, on m’a répondu qu’il était impossible de les bloquer en raison de la liberté de l’information. » Au moins les choses sont claires : on peut donc islamiser tranquillement, mais s’opposer efficacement à l’avortement, certainement pas.

Un tel entêtement – sans réaction majeure de l’opposition politique – relève évidemment d’un acharnement qui flirte dangereusement avec le totalitarisme.

En effet : après avoir fait de l’avortement un « droit fondamental », supprimé la notion de détresse puis le délai de réflexion obligatoire avant un tel acte, le gouvernement s’attaque cette fois-ci à ses opposants, ceux qui continuent – sur internet – à dire la réalité de l’avortement, à prévenir des conséquences psychologiques qu’il peut engendrer et à proposer des alternatives.

C’est la raison pour laquelle Monseigneur Pontier, porte-parole de la CEF a directement écrit une lettre à François Hollande, lui demandant clairement de supprimer purement et simplement cette proposition de loi, décrite comme une « grave » atteinte aux libertés. Le ministre répond qu’il s’agit de faire taire ceux qui dissuadent en faisant peur : gênant, puisque c’est la simple description de l’avortement qui est dissuasive, et donc la vérité…

Le Cardinal Vingt-Trois a lui aussi pesé ses mots d’ordinaire si modérés pour s’opposer frontalement au projet : c’est un projet « très grave » dont l’objectif est « de faire la promotion de l’avortement comme l’issue normale d’une grossesse. » En clair, la « culture de mort » dénoncée il y a déjà des années par Saint Jean-Paul II, puis Benoît XVI et le pape François après lui.

La loi sera discutée à l’Assemblée nationale ce jeudi après-midi et l’ambiance risque d’être… animée. Huit députés ont déposé des amendements contre le texte, et certains sont prêts à ne rien lâcher. Puisqu’en politique les courageux sont rares, il convient de les citer : Jacques Bompard, Véronique Besse, Jean-Frédéric Poisson, Patrick Hetzel, Philippe Gosselin, Marion Maréchal Le Pen, Hervé Mariton et Yannick Moreau.

Marie Pommeret

Article paru dans Présent daté du 2 décembre

Comment répondre aux mensonges autour des migrants (argumentaire V des Identitaires) ?

01/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Les Identitaires publient des fiches argumentaires sur leur site web. Voici un extrait d’un cinquième document qui propose de répondre aux mensonges autour des attentats islamistes. Il s’agit de répondre à l’assertion selon laquelle les migrants sont des réfugiés politiques et qu’ils fuient avant tout la guerre.

Ils disent souvent « Les migrants sont des réfugiés politiques, ils fuient la guerre. ». Mais pourquoi le disent-ils ?

Le terme de «réfugié» désigne normalement des individus souffrant de persécutions dans leur pays d’origine et pouvant ainsi éventuellement prétendre au droit d’asile. droit qui a été largement dévoyé et s’est transformé en une nouvelle filière d’immigration en Europe. En parlant de «réfugiés» plutôt que de «clandestins», on vise à tromper les Européens en les poussant à s’apitoyer sur le sort des millions d’immigrés qui submergent leur continent.

Pourquoi c’est faux ? d’après le Haut-Commissaire de l’Agence des nations Unies pour les réfugiés (UnHCr), 72% des migrants
clandestins entrés en Europe sont des hommes (rapport de 2015). S’ils fuyaient la guerre, ces immigrés illégaux partiraient avec leur famille. Leur venue solitaire en Europe est la preuve que leur motivation est essentiellement économique.

Découvrir cette fiche-argumentaire : http://www.les-identitaires.com/2016/11/argumentaire-v-migrants-refugies-politiques-fuient-guerre/


Focus sur la Corse : 3 mois après les évènements de Sisco

01/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Hervé Grandchamp a réalisé un remarquable reportage sur la Corse, 3 mois après les événements de Sisco.

D’Ajaccio à la plage de Sisco, le reporter multiplie les témoignages pour mieux comprendre l’embrasement des Corses face aux actes de racisme anti-Français qui ont ponctué la vie de l’île depuis Noël 2015.

Le document, réalisé pour le compte de la Fondation Polémia et de Jean-Yves Le Gallou, apporte de nombreuses réponses et rétablit la vérité !
Découvrez sans plus attendre, un reportage qui nous plonge au coeur de l’Ile de beauté qui entend conserver son identité et ses spécificités.


Le calisson d’Aix, une spécialité chinoise !

Calisson d'Aix

01/12/2016 – CHINE (NOVOpress) : Dans un monde où tout n’est que marchandise, tout est possible. Même d’interdire aux Aixois de vendre leur spécialité séculaire sous son propre nom ! Ye Chunlin, un industriel de la région de Shanghaï, vient en effet de déposer cette dénomination commerciale au niveau mondial en Chine auprès du Sipo, , l’équivalent de notre Inpi (Institut national de la propriété industrielle), « faisant de lui le fabricant officiel de cette confiserie provençale sur l’ensemble de la planète ».

« En fait, explique BFM Business, la marque « Calisson d’Aix » est bien protégée, mais seulement en France. Quant à la protection mondiale, une demande d’IGP (indication géographique protégée) est en cours… depuis 14 ans, comme le révèle La Provence. »

« Pour Laure Pierrisnard, directrice de la Confiserie du Roy René et présidente de l’Union des fabricants de calissons d’Aix-en-Provence (UFCA), la bataille n’est pas encore perdue. « Nous avons déposé un dossier d’opposition auprès de l’office chinois des marques qui peut bloquer le dépôt car Calisson d’Aix n’est pas une marque, c’est une appellation » », a-t-elle confié à BFM Business, qui ajoute :

« Arrivera-t-elle à faire plier l’autorité chinoise de la propriété industrielle ? Beaucoup en doutent. »