Italie : un curé dénonce « la discrimination raciale » pro-immigrés

31/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
En Italie, un curé a dénoncé le racisme dont sont victimes… les Italiens, défavorisés par rapport aux clandestins.

Un curé qui s’indigne de la préférence étrangère et a le courage de protester publiquement, voilà qui n’est pas courant. L’altercation, devant les caméras de la chaîne régionale Telenorba, entre le maire de Tarente, dans les Pouilles, Ippazio Stefano, et le curé de la paroisse du Sacré Cœur, l’abbé Luigi Larizza, a donc fait sensation en Italie.

Il faut dire que le maire, qui appartient au petit parti ultra-immigrationniste SEL (Gauche, écologie et liberté), a hautement affiché ses prédilections. D’un côté, il est allé en grande pompe apporter des croissants chauds aux immigrés clandestins dans leur centre d’accueil. De l’autre, il n’a toujours rien fait pour douze familles italiennes de la ville (environ quarante personnes), devenues SDF depuis l’effondrement de leur immeuble, il y a quinze jours, et réduites à dormir sous un porche, dans l’attente d’un relogement.

Le curé, qui avait passé la nuit sur le parvis de l’église avec les SDF italiens, est donc allé voir le maire dans son luxueux bureau de l’Hôtel de Ville et l’a vivement apostrophé, après lui avoir rappelé ses croissants aux clandestins : « C’est de la discrimination raciale au détriment des citoyens italiens ». Le maire tente de le culpabiliser : « Vous parlez un langage qui vraiment me bouleverse, par rapport à votre mission ». Et il a recours à l’habituel canard immigrationniste : les clandestins sont « des enfants qui fuient la guerre et la torture ». Mais le curé ne se laisse pas intimider : « Je parle l’italien et je dis la vérité. Démissionnez de votre mandat de maire ! »

Comme on pouvait s’y attendre, l’archevêque de Tarente a immédiatement désavoué le courageux curé dans un communiqué : « Il n’y a aucun doute que ce qui est arrivé déforme l’attitude de charité du diocèse qui ne voit devant lui que les pauvres, sans distinctions éthiques [sic, pour ethniques ?] et religieuses. Cela se vérifie aisément dans l’activité quotidienne des sections paroissiales de la Caritas [le Secours catholique italien] et des associations. Tarente est une cité accueillante et généreuse. Nous continuerons dans l’assistance aux pauvres et dans l’accueil de ces frères [immigrés clandestins] qui fuient la guerre et la famine ».
Une illustration de plus de l’opposition fondamentale, dans toute l’Europe, entre le catholicisme des gens et celui des prélats, fauteurs de l’invasion.


Clandestins : l’Allemagne durcit le ton… trop tard ?

31/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
L’Allemagne va durcir les conditions de regroupement familial et d’entrée sur le territoire pour certaines catégories de « migrants ». Trop tard pour l’opinion publique, alors que 40 % des Allemands veulent la démission d’Angela Merkel.

L’Allemagne veut limiter l’afflux de clandestins en durcissant les conditions du regroupement familial et en plaçant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie sur la liste des pays d’origine « sûrs », ce qui limitera de façon drastique les cas dans lesquels les ressortissants de ce pays pourront obtenir l’asile.

Les clandestins qui bénéficieront de la « protection subsidiaire » n’auront ainsi plus le droit « pendant deux ans » de faire venir leur famille, a indiqué M. Gabriel, ministre de l’Économie. Cette mesure concernera aussi les Syriens, qui ont longtemps bénéficié d’un droit d’asile quasi-automatique. Mais depuis le 1er janvier, Berlin a réintroduit l’examen individuel des demandes, y compris pour les Syriens.
La « protection subsidiaire » est un cran en dessous du statut de réfugiés : elle est octroyée à certains déboutés du droit d’asile ou du statut de réfugiés qu’on ne peut toutefois pas expulser, car ils risquent torture ou peine de mort dans leur pays. Renouvelable, elle limite le premier droit de séjour à un an, contre trois ans pour le statut de réfugié.

Ces demi-mesures ont fait l’objet d’âpres négociations entre les principaux partis politiques allemands : CDU et CSU voulaient réduire drastiquement le regroupement familial, ce que refusait le SPD.

« Je crois qu’aujourd’hui était un bon jour, puisque nous avons mis en route » ces mesures, a déclaré Mme Merkel après une réunion avec les patrons des Länder, les États régionaux allemands.
Un optimisme de façade que dément un sondage paru récemment, selon lequel 40 % des Allemands souhaitent la démission d’Angela Merkel en raison de sa politique en matière d’accueil des réfugiés, contre 45 % à estimer le contraire et 15 % de sans opinion sur cette question.

État d’urgence : rien à cacher, rien à craindre…

Source : You Will Die Over There
Une très bonne analyse de l’État d’urgence et de la réforme constitutionnelle qui servent entre autres de diversion à la préparation de la « loi renforçant la lutte contre le crime organisé et son financement, l’efficacité et les garanties de la procédure pénale » (qui ne s’appela peut être finalement pas loi Taubira), laquelle prévoit de faire passer dans le régime courant nombre de dispositions de l’État d’urgence. Quand on vous disait qu’il menaçait de devenir permanent… A lire jusqu’au bout.

Comme je vous l’écrivais en décembre dernier, la prorogation de l’état d’urgence semble de plus en plus inéluctable. Avant de continuer ce billet, il me semble indispensable d’inscrire le bilan de ces premières semaines d’état d’urgence, publié jeudi dernier et basé sur les chiffres fournis par les ministères de la Justice et de l’Intérieur :

En chiffres
Selon les sources des ministères de la Justice et de l’Intérieur, depuis l’instauration de l’état d’urgence, 3099 perquisitions administratives ont eu lieu. Par ailleurs, 542 procédures judiciaires ont été ouvertes. Et 382 assignations à résidence ont été décidées.
De manière plus anecdotique, trois fermetures provisoires des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion ont été déclarées. De plus, un couvre-feu a été ordonné, sans oublier que trois zones de protection de sécurité ont été annoncées. En tout, le bilan s’élève à 366 personnes interpellées, 316 gardes à vues et 500 armes découvertes. Ce schéma donne un aperçu de ces chiffres à la date du 7 janvier 2016.
[…]
Un régime contesté
En janvier, selon les Décodeurs du Monde, la plupart des infractions n’ont aucun rapport avec le terrorisme. Sur les 464 infractions répertoriées, seules 25 infractions sont en liens avec le terrorisme et 4 concernent les procédures antiterroristes.
Lire la suite

L’indépendance des médias et journalistes bientôt débattue à l’Assemblée

Source : OJIM
Président socialiste de la commission de la Culture à l’Assemblée nationale, Patrick Bloche vient de dévoiler une proposition de loi qui va, sans doute, entraîner de vifs débats dans l’hémicycle.

Pour renforcer l’indépendance des médias, M. Bloche propose en effet plusieurs solutions concrètes. En premier lieu, il souhaite mieux protéger les journalistes des pressions de leur direction en ajoutant, dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse, un article qui stipule que « tout journaliste a le droit de refuser toute pression, de refuser de signer un article, une émission, partie d’émission ou une contribution dont la forme ou le contenu auraient été modifiés à son insu ou contre sa volonté ». Ainsi, un journaliste ne pourra plus « être contraint à accepter un acte contraire à son intime conviction professionnelle ».

Ensuite, alors que la reprise en main de Canal+ par Vincent Bolloré a fait beaucoup parler, Patrick Bloche souhaite généraliser les comités d’éthique au sein de toute chaîne de télévision et radio « diffusant des émissions d’information politique et générale ». Ces comités devront veiller à « l’honnêteté, l’indépendance, le pluralisme de l’information et des programmes ». S’ils constatent un manquement à ces garanties, ils pourront s’auto-saisir et faire part de leurs remarques au CSA.

Depuis peu, un comité d’éthique a été mis en place au sein de Canal++. Cependant, ce dernier a fait l’objet de nombreuses critiques quant à sa composition et à son indépendance. Pour éviter cela, le projet de loi propose que toute personne ayant eu, « pendant ses fonctions et dans un délai de trois ans avant sa nomination », un lien avec la chaîne, l’un de ses actionnaires, ou une société dans laquelle la chaîne ou un actionnaire détiennent une participation, ne pourra pas en être membre. « Soit on respectera ces dispositions et on sera dans la légalité. Soit on ne les respectera pas et on sera dans l’illégalité », a simplement fait savoir Patrick Bloche.

Enfin, le député socialiste souhaite s’attaquer à l’opacité de l’actionnariat des médias en forçant ces derniers à dévoiler publiquement, chaque année, l’identité de leurs actionnaires ainsi que la part qu’ils détiennent dans la société. S’il ce texte est adopté, ce volet nous réservera sans doute de nombreuses surprises… À ce propos, Canal++ et NextRadioTV (BFM, RMC…) ont déjà demandé à être entendus sur ce dossier.

Le texte devrait être déposé à l’Assemblée la semaine prochaine. S’il s’attend à de vifs débats, Patrick Bloche espère néanmoins conclure sa première lecture devant la chambre basse avant le printemps.

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Sanctions contre la Russie : boomerang contre la France – Par Guillaume Faye

30/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Les sanctions économiques contre la Russie et les mesures de rétorsion russes qui ont logiquement suivi sont désastreuses pour l’économie française. À la suite de la crise ukrainienne, le gouvernement français, oubliant le principe de souveraineté nationale, a choisi une stratégie anti-russe, dictée par Washington et adoptée par les autres pays de l’UE. Cette position est catastrophique pour les intérêts français – mais aussi européens.

L’avertissement de l’ambassadeur de Russie

La dégradation de la relation franco-russe, création d’une inimitié factice, nuit plus à la France qu’à la Russie. La politique étrangère française commet une grosse erreur d’analyse, sur les plans politique comme stratégique. M. Alexandre Orlov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France, déplore cette situation dans ses vœux : « je suis obligé de constater avec regret que la France, tout comme un certain nombre d’autres pays de l’UE, suit les règles d’un jeu qui n’est pas le sien en s’enfonçant dans une confrontation absolument inutile, insensée et dangereuse avec la Russie que J–P. Chevènement a qualifié de ”spirale de la folie” ».

Et il donne des statistiques inquiétantes : en 2014, déjà, le chiffre d’affaires des échanges et coopérations franco-russes avait chuté de 17,6%. Mais, en 2015, en milieu d’année (dernières statistiques connues), il s’est effondré de 44% ! Les sanctions contre la Russie de l’UE risquent de coûter 0,5% de PIB à la France et lui faire perdre 165.000 emplois. Sans compter les perspectives d’investissements, d’exportations futures compromises, les projets économiques annulés. Il ne s’agit pas seulement des programmes d’investissements français en Russie mais aussi des plans d’investissements russes en France.

Lire la suite

Marine Le Pen à Milan, star de la droite patriote européenne

30/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Star du groupe parlementaire européen « Europe, Nations et Liberté » qui s’est réuni hier à Milan, Marine Le Pen a tiré à boulets rouges sur l’Europe de Bruxelles.

La droite patriote s’est retrouvée hier à Milan à l’invitation de Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord. Du PVV du Hollandais Geert Wilders au FPÖ Autrichien, en passant par le Vlaams Belang et des partis europhobes polonais et roumains et bien sûr le Front National, le groupe « Europe, Nations et Liberté » tenait sa première convention.

Acclamée telle une star, Marine Le Pen a pu allègrement qualifier le Traité de Schengen « d’infamie » et prédire la fin de l’Europe de Bruxelles.

Manuel Valls en France, Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Christine Lagarde à Washington, tous s’affolent de la dislocation en cours de l’Union Européenne. Il est vrai que de toutes parts l’édifice européiste tel qu’ils l’ont eux-mêmes si maladroitement dessiné s’effondre. Mais je veux le faire savoir aux citoyens des nations d’Europe : ils n’ont rien à regretter de la fin de ce monde antique. Au contraire, ils ont tout à espérer du retour des nations et de leurs libertés.

Plaidant pour une refonte de l’Europe, le retour des monnaies nationales à côté d’un euro « monnaie commune », Marine Le Pen a dessiné les contours d’un Eirope des nations, seule à même de lutter contre les dangers qui la menacent, dans le respect de la liberté et de l’identité des peuples qui la composent.

Car Bruxelles ne menace pas seulement la liberté, mais aussi l’existence même des peuples européens, menacée par « la subversion migratoire voulue par Bruxelles et Berlin », a expliqué en substance la présidente du Front National.

C’est l’ultime bras armé de la politique européiste et de son projet funeste : appauvrir et dissoudre les nations européennes, noyer à jamais les civilisations.

Elle a ajouté concernant les évènements de Cologne qu’ils avaient « révélés les menaces que l’immigration de masse faisait peser sur les droits des femmes et la pérennité de la civilisation occidentale ».
Mais s’est réjoui que « les peuples européens commencent enfin à se lever face à cette atteinte majeure à leur sécurité, à leur prospérité, et à leur identité ».

De son côté, Matteo Salvini s’est particulièrement emporté contre une Europe qui « s’écroule sous la faim, les clandestins et le chômage. » Tandis que Marcel de Graaff, du Parti de la liberté néerlandais, a parlé de « l’échec de l’Union européenne qui apporte des centaines de milliers de clandestins lesquels menacent femmes et enfants. »
Sur le diagnostic, ces partis sont tous d’accord dans les grandes lignes. Il leur reste à accéder aux responsabilités.



[Vidéo] Sur qui règnent les fonds souverains ?

30/01/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Leurs noms sont inconnus et pourtant, fin 2015, ils géraient 7 193 milliards de dollars, plus de 10% de la capitalisation boursière mondiale. Eux, ce sont les fonds souverains.

Ces fonds d’investissements dirigés par des États n’ont cessé de croitre depuis plus de 50 ans, notamment grâce à l’exploitation du le pétrole, cet or noir.

Cette vidéo permet de mieux découvrir cette galaxie qui joue un rôle important dans la finance internationale.


La Russie accuse l’Allemagne de cacher le viol d’une enfant de 13 ans par des clandestins

29/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Sources:TV 1 / BBC

Le viol présumé d’une jeune fille russe de 13 ans à Berlin, par des demandeurs d’asile, a provoqué de fortes réactions de l’importante communauté russe d’Allemagne.
Mais le scandale a été déclenché par la machine de propagande médiatique russe avec l’appui du Kremlin. Des milliers de russophones sont descendus dans les rues dans toute l’Allemagne ce week-end pour protester contre ce qu’ils pensent être une dissimulation de la police. « Nos enfants sont en danger, » peut-on lire sur une pancarte, « Touche pas à mon enfant, » sur une autre.

700 manifestants se sont rassemblés devant la chancellerie samedi dernier et d’autres manifestations ont eu lieu devant des foyers de demandeurs d’asile à Berlin et dans le sud de l’Allemagne.
Les manifestants étaient en colère après que la télévision russe Channel One ait signalé qu’une enfant russe de 13 ans avait été enlevée sur le chemin de l’école et violée par les demandeurs d’asile « d’origine arabe ».
Mais la police allemande a indiqué qu’après un interrogatoire et des examens, il était clair que Lisa F. n’avait pas été enlevée et violée. Les rapports sexuels n’avaient pas été forcés a expliqué la police.
Cependant vu l’âge de la jeune fille, seulement 13 ans, le procureur va poursuivre deux hommes pour maltraitance sur enfant. L’âge du consentement sexuel en Allemagne est de 14 ans et des relations sexuelles avec un enfant mineur sont considérées techniquement comme un viol, mais si la force n’est pas utilisée cela sera généralement classé comme de la simple maltraitance.

Le 11 janvier, Lisa F. a été portée disparue par sa famille auprès de la police. Elle est réapparue le lendemain. Mais une interview télévisée donnée par la tante supposée de la jeune fille a laissé entendre que la jeune fille avait été violée par plusieurs hommes pendant les 30 heures de sa disparition. Cette intervention s’est répandue sur les réseaux sociaux et a été vue plus d’un million de fois sur Facebook.
L’Avocat allemand Martin Luithle a déposé plainte à la police pour incitation à la haine raciale contre le journaliste russe qui a lancé cette histoire, Ivan Blagoy.
L’affaire a été reprise avec enthousiasme par les extrémistes de droite pour discriminer encore plus les migrants qui est récemment devenu un sujet explosif en Allemagne.
Lire la suite

Zoom : Ghislaine Dumesnil – l’ islamisation de la RATP‬

29/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Ghislaine Dumesnil a travaillé 16 ans à la RATP. Dans un témoignage poignant, elle raconte comment son entreprise a évolué au gré des « plans banlieues » et de l’arrivée d’employés islamistes. Brimades sexistes, refus de prendre un bus derrière les femmes… son quotidien l’a poussé à quitter la RATP … et la région parisienne. Un témoignage de TV Libertés qui complète et confirme celui que nous avions recueilli à propos de l’islamisation la SNCF.

Publié le

Grand Remplacement : vers une prise de conscience européenne

29/01/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’arrivée massive depuis plus d’un an de clandestins originaires pour la plupart de pays majoritairement musulmans vire à la submersion migratoire
Une submersion organisée par Bruxelles avec la complicité des chefs d’État et de gouvernement du Vieux Continent. Visitant ce mercredi le centre Jules-Ferry, qui jouxte la « jungle » de Calais, Alain Juppé, déclarait « Je ne m’attendais pas à voir cela. C’est vrai que je connaissais la situation via des reportages, des images, mais rien ne remplace la venue sur place. » Bel exemple de déconnexion des « élites » par rapport aux réalités que vivent les Français. L’ex-Premier ministre en a remis une couche dans le politiquement correct, en ajoutant que les conditions d’accueil des migrants « Ne sont pas dignes de ce que la France doit faire », alors même que les Calaisiens vivent un enfer, et que forces de l’ordre et transporteurs routiers subissent quotidiennement des agressions de plus en plus violentes.

Un début de prise de conscience, tout de même, de la part de politiciens du système…
Alors que le nombre de déclarations d’agressions et de viols perpétrés la nuit du Nouvel An dans de nombreuses villes d’Allemagne vient de dépasser le millier, le député Les Républicains Jean-Frédéric Poisson avertit « Ce qui s’est passé en Allemagne peut arriver à tout moment en France ». Son collègue Philippe Gosselin le rejoint « Il n’y a pas de raison objective pour que des viols de masse ne se produisent pas aussi à Calais (…) Le gouvernement gère la situation à la petite semaine !».

Organisés à l’appel de PEGIDA Allemagne et de Tommy Robinson, le fondateur de l’English Defence League, plusieurs rassemblements sont prévus le 6 et le 7 février prochain dans 14 pays européens sur le thème : « Sauvons notre pays, sauvons notre culture, sauvons notre futur »
Riposte laïque et Résistance républicaine, co-organisatrices pour la France de ces deux journées, dénoncent l’existence : « D’une cinquième colonne islamiste qui a décidé, par la violence et, la terreur, d’imposer ses pratiques à l’ensemble des Européens. L’accélération de l’invasion migratoire ne peut que renforcer ces desseins, l’État islamique se vantant d’avoir infiltré les flots de migrants qui arrivent dans nos pays ». Pour tous renseignements sur le déroulement de ces manifestations, rendez-vous sur les sites de ces deux associations.

Suède : Remigration !

29/01/2016 – EUROPE (Présent 8535)

La Suède, l’un des pays à la politique migratoire la plus attractive d’Europe, est soumise à une telle submersion qu’elle est en train de revoir précipitamment ses positions. Question de survie. Le gouvernement parle aujourd’hui d’affréter des charters pour renvoyer 80 000 migrants !
8535-Une
La pompe aspirante a fonctionné à fond dans la Suède multiculturaliste où une politique radicale de remplacement de la population est mise en œuvre depuis des années. (Le pays verse 2 300 euros à chaque demandeur d’asile, et procure des cours intensifs de suédois aux nouveaux arrivants). Selon l’OCDE, la Suède a le nombre de demandeurs d’asile par habitant le plus élevé du monde.

Des agressions sexuelles commises par des migrants ont eu lieu cet été dans un festival de la jeunesse, soigneusement dissimulées par la police comme en Allemagne (23 % des Suédoises violées le sont par des allogènes). À Mölndal, une employée d’un centre d’accueil pour migrants mineurs, âgée de 22 ans, vient d’être assassinée à coups de couteau par ses pensionnaires. Les violences entre la population et les migrants sont quotidiennes.

En novembre dernier, le premier ministre social-démocrate Stefan Löfven, en larmes, a annoncé que la Suède « ne peut plus accueillir autant de demandeurs d’asile, car il existe une menace contre l’ordre public ». Inutile de dire que l’expulsion n’est pas gagnée, car de nombreux migrants disparaissent dans la nature aussitôt leur demande rejetée. De plus, beaucoup de pays d’origine, comme le Maroc (le fameux Maroc en guerre) refusent de reprendre leurs « réfugiés ». Mais le processus d’inversion est enclenché. Déjà dans les esprits.

Au Danemark aussi. (Le revirement est d’autant plus extrême que la politique d’immigration-invasion était frénétique.) Le pays prévoit la confiscation des biens des migrants et l’allongement des délais du regroupement familial. La police pourra désormais fouiller les bagages des migrants afin de saisir l’argent liquide et les valeurs au-delà de 10 000 couronnes (1 340 euros). « Ce que nous disons, c’est que si vous voulez venir en Europe, mieux vaut éviter le Danemark ». Évidemment l’opinion internationale a ses vapeurs. Le Washington Post a comparé ce projet de confiscation à la spoliation des Juifs par les nazis.
Mais le gouvernement danois tient le cap, fort du soutien de sa population. Ça vaut mieux que la guerre civile.

Caroline Parmentier

Apartheid au conseil régional : personne ne veut s’asseoir à côté des élus FN

Source : Boulevard Voltaire
Il y en a pour qui accepter les règles de la démocratie n’est pas chose simple.

Il y en a pour qui accepter les règles de la démocratie n’est pas chose simple. De ces partis politiques pourtant autoproclamés héritiers des valeurs de la République. À s’en attribuer le patronyme. Républicains.
Les élections régionales ont vu entrer des conseillers régionaux FN par dizaines dans des hémicycles peu enclins à partager leur terrain de jeux, et l’aller-retour entre les déclarations de principe et la mise en place de la volonté des urnes tourne au cul-de-sac.
Ainsi, pour la première session du conseil régional d’Île-de-France présidée par Valérie Pécresse, les élus FN ont eu la surprise de voir les sièges autour d’eux vacants.
Isolés de leurs homologues Les Républicains par quatre places laissées vides entre le rang de la majorité et celui des élus frontistes.
Lire la suite

Statues couverte à Rome pour plaire à l’Iran: la civilisation européenne trahie

29/01/2016 – EUROPE (NOVOpress via FigaroVox)
Des statues ont donc été camouflées pour la visite à Rome du président iranien. Louis Manaranche, agrégé d’histoire et président du laboratoire d’idées Fonder demain, revient sur ce scandale qui a provoqué une vive polémique en Italie.

Cacher, chez soi, des statues antiques au motif qu’elles ne sont pas tout à fait conformes à la tradition culturelle de l’hôte que l’on accueille, c’est trahir l’identité européenne. Il ne s’agit pas seulement du reniement d’un rapport hérité à sa culture. Il s’agit aussi d’un signe de soumission à l’idée que la culture de l’autre peut légitimement être un absolu à visée hégémonique.


Fin de vie : la loi est adoptée

29/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Par un vote mercredi à l’Assemblée, le Parlement a adopté la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie
Après quatre ans de gestation, la loi Claeys-Leonetti a obtenu l’approbation du PS et des Républicains. Hollande se félicite d’avoir tenu une de ses promesses de campagne de 2012. Cette loi est supposée venir compléter la loi Leonetti de 2005.

Une grande nouveauté : l’affirmation du « droit à la sédation profonde et continue »
Cette loi est une étape historique puisqu’elle prévoit un « droit à la sédation profonde et continue » jusqu’au décès, pour, notamment, les personnes atteintes d’une maladie grave et incurable. L’application de ce droit se veut encadrée par des directives anticipées formalisées, qui donnent la possibilité au malade de se prononcer sur un éventuel « acharnement thérapeutique ». Paradoxalement, la loi prévoit également la possibilité de sédation pour les patients hors d’état d’exprimer leur volonté en situation d’acharnement thérapeutique.

Une loi qui joue donc sur l’ambiguïté ?
Le premier souci des instigateurs de la loi a été d’affirmer que ce texte n’ouvre pas un droit à la mort, à l’euthanasie ou au suicide assisté. Toutefois, on retrouve la même ambiguïté, sans doute intrinsèque au sujet, le médecin pouvant trancher en dernier recours. Une fois de plus, le législateur rend opaques ses lois pour ne pas heurter l’opinion publique.

Une loi qui ne satisfait ni les pro-euthanasie ni les pro-vie
L’ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité) a qualifié le texte « De fruit d’un consensus mou [qui] propose pour seule issue la déshydratation et la nutrition », souhaitant une solution plus radicale, impliquant un protocole médicalisé actif. De son côté, la Conférence des évêques de France s’est félicitée que soient développés l’accès et la formation aux soins palliatifs, avec l’annonce par le gouvernement de la mise en œuvre d’un plan triennal en ce sens.

Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »

Source : OJIM
Au lendemain de la démission de Christiane Taubira du ministère de la justice, les journaux ont largement traité le sujet, avec parfois des maladresses involontaires.

En premier lieu, Le Monde a bien compris que le vocabulaire taubiresque était désormais sévèrement balisé. Ainsi, comme le rapporte Le Salon Beige, un article initialement intitulé « Christiane Taubira, égérie et bête noire » a été renommé en catastrophe pour devenir : « Christiane Taubira, encensée et détestée ».

Ayant fait de la couleur de sa peau un puissant bouclier contre les critiques au cours de son mandat, Christiane Taubira n’aurait sans doute pas laissé passé cela, quand bien même cette expression n’a évidemment rien à voir avec un quelconque jugement raciste.

Mais en la matière, mieux vaut être prudent et les expressions de tous les jours ou même l’humour s’effacent devant la hantise du racisme. Minute, condamné pour avoir titré en couverture « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane » ou encore le dessinateur Miège, poursuivi et relaxé pour avoir dessiné un singe se plaignant d’avoir été « caricaturé en Mme Taubira », pourront en témoigner…

Prison à vie requise pour des journalistes turcs dissidents

29/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ceux-ci sont enfermés depuis le 26 novembre pour avoir diffusé une vidéo prouvant le soutien militaire turc à des rebelles islamistes. Ils publiaient auparavant pour un des principaux journaux turcs dissident.

Qualifiant l’acte de trahison, le président Erdogan lui-même serait plaignant avec le chef de ses services secrets. Il avait promis à la télévision turque que les deux hommes paieraient le prix fort pour avoir dévoilé cette vidéo.

Les procureurs du tribunal d’Istanbul ont requis à l’encontre des deux hommes une peine de réclusion à perpétuité aggravée, ainsi qu’une peine de perpétuité ordinaire.

Alep 2016 : Vivre avec les derniers chrétiens

28/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Un reportage au plus près du terrain dans la ville d’Alep, assiégée par les sicaires de l’Etat Islamique. Les derniers chrétiens présents survivent dans des conditions difficiles avec le soutien d’ONG (Croix Rouge, SOS Chrétiens d’Orient). Un excellent document de nos confrères de Boulevard Voltaire.

Attentat islamiste déjoué à Disneyland Paris

28/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Pardon pour le titre racoleur, nous aurions dû écrire :
“Un loup solitaire déséquilibré interpellé à l’entrée du parc d’attractions. En sa possession : un Coran, deux pistolets automatiques et des cartouches. À date, aucun lien avec l’islam n’a été établi.”

Interpellé avec deux pistolets automatiques et un Coran dans son sac à dos, alors qu’il tenté de pénétrer dans un hôtel de Disneyland Paris, un homme s’apprêtait vraisemblablement à commettre un attentat. L’homme de 28 ans a été « repéré à son arrivée à l’hôtel dans le site Disneyland où il avait une réservation », selon la police. Sa compagne en fuite est activement recherchée.
Domicilié à Paris, selon ses papiers, l’individu était connu des services de police pour une simple affaire de conduite sans permis. Le préfet de Seine-et-Marne Jean-Luc Marx a déclaré à la presse :

Je souligne que les services de sécurité de Disney et les forces de l’ordre ont été immédiatement réactifs pour que cette personne soit mise hors d’état de nuire, si tant est qu’elle ait eu l’intention de nuire, ce que l’on ne sait pas.

En effet. Deux armes de poing et un stock de cartouches, c’était uniquement pour sa protection personnelle. Rien à voir avec un attentat islamiste.

Crédit photo : Jackie Nell via Flickr (CC) = Disneyland Forever