Capitaine Danrit, le «Jules Verne militaire» le 9 septembre à Nancy

02/09/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Sous l’égide de la revue Éléments, Laurent Schang et Jean-Jacques Langendorf, historien militaire, romancier, essayiste, maître de recherches à l’Institut de Stratégie et des Conflits – Commission Française d’Histoire Militaire (ISC-CFHM) animeront une conférence «Capitaine Danrit, les visions du “Jules Verne militaire”», au Musée Lorrain, Palais des Duc de Lorraine, mercredi 9 septembre 2015 à 19 h 30.
Officier, gendre du général Boulanger, élu député de Nancy, Emile Driant connut une carrière littéraire prolifique sous le pseudonyme du capitaine Danrit. Adoubé par Jules Verne, Danrit fut surnommé l’«utopiste de la guerre» en raison de ses descriptions futuristes des conflits à venir.
Une œuvre étonnante qui mêle un sens aigu de l’anticipation, nourri des progrès des techniques de son temps à un art du rebondissement propre à la littérature populaire. À l’occasion des 99 ans de sa mort au bois des Caures, le 22 février 1916, l’excellente maison d’édition nancéienne Le Polémarque, créée par Laurent Schang, publie Driant-Danrit, biographie inédite de Jean Mabire.
Inv-noire2

Contact : pascal.eysseric@revue-elements.com
Éléments
Fondée en 1973, la revue Éléments est l’une des plus anciennes revues d’idées d’expression française, qui interroge l’histoire et les arts, met en perspective les recherches scientifiques et les travaux des philosophes, analyse les mouvements d’idées. Une aventure intellectuelle sans équivalent contre la pensée unique et les vieux clivages droite-gauche. Internet : www.revue-elements.com
Le Polémarque
Manuels tactiques, traités de stratégie, histoires de soldats : livre après livre, Le Polémarque resserre les liens distendus entre le lecteur et l’esprit de défense. Adresse : Le Polémarque 29 rue des Jardiniers 54000 Nancy. Internet : http://www.editions-lepolemarque.com
L’AAJM ou Association des Amis de Jean Mabire
L’AAJM a pour but de mieux faire connaître l’œuvre littéraire, historique et artistique de l’écrivain Jean Mabire, à la diffuser et la rendre accessible au plus grand nombre, assurer le regroupement et la conservation de ses archives et de la documentation qu’il a réunie. Adresse : 15 route de Breuilles 17330 Bernay Saint Martin. Internet : http://www.jean-mabire.com

Le vrai visage du sans-frontiérisme ! Tribune Libre de Vincent Revel

01/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Quand les élites trahissent leur peuple au profit des firmes transnationales, quand les défenseurs des travailleurs promeuvent aussi la mondialisation sauvage et défendent les sans-papiers, c’est que nous sommes dans le règne de la trahison sans-frontiériste.

À l’heure où l’Europe vit selon les volontés allemandes, des technocrates bruxellois et de ceux du FMI, les mots : mobilité, reconversion, disponibilité, délocalisation, chômage, concurrence déloyale, austérité sont, aujourd’hui, devenus courants. Le travailleur doit sans cesse savoir se remettre en cause, mais aussi s’adapter à des changements parfois violents et difficiles. Chaque semaine qui passe nous donne des exemples de ce qu’est un monde sans frontière où les hommes sont devenus de simples marchandises, assujettis aux besoins des marchés selon l’offre, la demande et les intérêts des oligarques mondiaux et des grands groupes internationaux. La suppression de 50 000 emplois par la Banque HSBC, alors que cette institution de la finance enregistre tout de même un bénéfice de 13 milliards de dollars, est devenue un évènement presque ordinaire dans notre monde progressiste et néo-libéral.

Comme dans une tragédie grecque, nos responsables politiques continuent à jouer leur rôle d’hypocrites sans réellement se soucier de savoir s’ils sont crédibles et efficaces. En Occident, comme le disait Cornélius Castoriadis,

il y a longtemps que le clivage gauche-droite ne correspond plus ni aux grands problèmes de notre temps ni à des choix politiques radicalement opposés.

Plus rien ne les émeut tellement ils sont déracinés de la terre de leurs pères. En caste privilégiée, ils se font seulement les relais des grands de ce monde pour qui l’objectif premier du capitalisme n’est pas de produire des valeurs d’usage, mais uniquement « de produire toujours plus de marchandises » au coût de production le plus faible. Même les grands fleurons de notre industrie ne sont plus à l’abri de la trahison de nos élus.

Lire la suite

Avant l’immigration, pensons d’abord à l’émigration

L’incapacité de l’Europe à gérer efficacement le problème de l’immigration – par Vincent Revel

Source : Boulevard Voltaire. Le seul moyen d’arrêter l’immigration en Europe est d’aider les États afin que les peuples puissent rester enracinés dans leur culture et leur territoire.

Le président polonais Andrzej Duda a exprimé son inquiétude, vendredi dernier, avant sa rencontre avec son homologue allemand, devant l’afflux de migrants en provenance d’Ukraine.

C’est par milliers que des Ukrainiens franchissent la frontière polonaise ou hongroise, fuyant leur pays.

Son inquiétude est légitime mais, toutefois, démontre une fois de plus l’incohérence de la politique étrangère de l’Europe. Comment se plaindre des problèmes que pose l’immigration lorsque l’on fait tout pour que le peuple d’un État émigre ?

Si, par servilité ou vénalité, la Pologne a soutenu un coup d’État, elle ne peut se plaindre des conséquences. L’Ukraine est devenue invivable pour une grande partie de la population active.

L’effondrement économique et la guerre civile générés par le coup d’État font qu’un citoyen, désormais, a le choix entre devenir de la chair à canon, aller en prison pour désertion ou non-paiement de ses factures d’énergie, ou bien encore fuir ce pays qui ne lui propose plus une vie décente.

Pire : aujourd’hui, la Pologne maintient son soutien à un gouvernement qui, jour après jour, enterre le pays. À sa décharge, elle se comporte en fidèle soutien des USA dans sa politique mondiale de pillage.

L’Europe, qui n’en peut plus de l’immigration du Proche-Orient et du Maghreb, voit poindre à ses portes une nouvelle source d’immigration.

Comment imaginer que les conséquences d’un tel coup d’État n’étaient pas prévisibles pour nos « élites » ? Elles l’étaient et c’est en toute connaissance de cause que nos politiques ont orchestré ce drame de l’émigration, donc de l’immigration.

Pensent-ils que le seul moyen de résoudre le chômage est de faire s’exterminer les peuples entre eux, et que vider un pays de ses habitants rend sa mise à sac plus aisée ?

Après avoir vidé de leur substance les mots liberté et démocratie, l’objectif est de vider les hommes de leur propre substance, de leurs racines.

La nature humaine fait que les hommes aspirent à vivre sur la terre qui les a vus naître et grandir. Ils sont enracinés dans un terroir et dans une culture.

Nous allons bientôt fêter les 70 ans de l’ONU, qui a inscrit dans sa charte le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le corollaire est que les États ont un devoir de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un pays, et surtout pas pour les fameux principes de démocratie et de liberté. La démocratie prônée par nos élites consiste à demander l’avis du peuple pour ne pas en tenir compte ensuite, et la liberté qu’ils proposent est l’asservissement économique et financier.

Le seul moyen d’arrêter l’immigration en Europe est d’aider les États afin que les peuples puissent rester enracinés dans leur culture et leur territoire, de ne pas créer l’illusion d’un ailleurs meilleur à l’aune du matérialisme déshumanisant.

Au plan humain, l’émigration forcée est d’abord un drame pour le migrant, et l’immigration massive une atteinte à l’intégrité intime des peuples.

Ronald Zonca

Bientôt chez nous : foules haineuses, «Allah Akbar»… L’Europe de l’Est, laboratoire de l’invasion migratoire

01/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Alors que les journaux officiels font dans l’émotionnel en décrivant quelques cas individuels de clandestins, souvent des femmes avec enfants pourtant notoirement sous-représentées dans les flots de « migrants », voici la réalité telle que la vivent nos voisins d’Europe de l’Est. Les mêmes scènes en France ? C’est pour bientôt !

A peine arrivé en Hongrie, ces clandestins manifestent violemment au cri de Allah Akbar, brandissant des drapeaux islamiques. Vous avez dit envahisseurs ?

Gare centrale de Budapest, inaccessible. Des milliers de clandestins se massent à l’ombre de ses bâtiments.

 

Ces clandestins tentent de gagner l’Allemagne, vi a l’Autriche, depuis Budapest.

Une manifestation éclate alors que la police tente de les évacuer :

 

Lire la suite

L’État à genoux face à une bande de gitans

01/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Après avoir obtenu la libération de deux des leurs par la violence et la casse (Présent d’hier), les gitans ont mis la ville de Roye en état de siège pour les obsèques des quatre personnes tuées dans un règlement de comptes (dont un gendarme et un bébé).
Les habitants, les forces de l’ordre, les pouvoirs publics ont été priés de se mettre au garde à vous, le petit doigt sur la couture du pantalon, pour ce rassemblement regroupant de nombreux truands (dont le fils et le neveu de l’une des victimes condamnés respectivement à six et quatre ans de prison pour trafics de voitures).
8430-P1
Le maire de la commune avait demandé aux habitants de ne pas sortir de chez eux avant la fin des cérémonies. Le périmètre a été bouclé pour ne pas incommoder ces braves gens dont les caravanes ont afflué dès le dimanche soir sur les parkings ou ailleurs. 800 « membres de la communauté » et environ 300 caravanes, pour une ville qui compte à peine 6 000 habitants.
L’accès à l’église Saint-Pierre avait été fermé à la circulation tandis que des centaines de policiers et de gendarmes quadrillaient le secteur pour intercepter les journalistes (dont la présence avait été interdite par les gitans, le soir des faits, deux d’entre eux avaient été tabassés) et empêcher les nouveaux règlements de compte autour des cercueils. À part ça, tout est normal…
Depuis la fusillade, la communauté gitane a multiplié les actes de vandalisme (500 000 euros de dégâts sur l’autoroute A1) et fait plier les pouvoirs publics comme des spaghettis chauds.

« C’est le signe manifeste de l’affaiblissement de l’autorité de l’État », dénonce Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat de policiers Synergie officiers qui s’alarme : « Force doit rester à la loi, mais cette fois la force a changé de camp. »

Aucune arrestation, pas de garde à vue, aucun message de fermeté de la part de l’État, ni une quelconque intention de donner suite à ces actes de vandalisme. L’inaction est assumée, souligne Le Figaro. Interrogée dimanche, Nicole Klein, préfet de Picardie, l’a justifiée en indiquant qu’une intervention des forces de l’ordre, lors du blocage, aurait pu entraîner, dit-elle, « des débordements ». Du côté de Beauvau, on soutient cette ligne de conduite : « Dans le cadre d’un climat particulièrement tendu, la crise a finalement pu être gérée sans faire d’autres blessés », se félicite-t-on dans l’entourage du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.
L’État est écrasé par une bande de délinquants. Alors face aux légions de Daesh… Un seul mot : votez bien !

Caroline Parmentier

Chelles : Ouverture d’une agence de finance islamique qui respecte la charia

01/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La société NoorAssur vient d’annoncer l’ouverture d’une première agence dédiée à la finance islamique à Chelles. Ce type d’établissement qui respecte la charia, annonce interdire la spéculation ou les investissements considérés comme nuisibles à la société : tabac, alcool, armement… (les islamistes armés ne respecteraient donc pas la charia ?…).

Cette agence proposerait également une salle de prière. NoorAssur vise l’ouverture d’une vingtaine d’agences en France courant 2016.


Vénissieux : la haine anti-française se déchaîne en toute impunité

"Il serait plus courageux de dissoudre l’Union Racaille", Renaud Camus

01/09/2015 – FRANCE (NOVOpress) Le Bloc Identitaire Lyon a été le premier mouvement politique à parler de cette affaire. Pour donner un éclairage nouveau, voici une liste non exhaustive d’actes de haine anti-française à Vénissieux (69)

A Vénissieux, un boulanger exerçant dans le quartier du Moulin-à-vent fait l’expérience douloureuse du mirage du « vivre-Ensemble » cher à nos dirigeants politiques. Face au racisme anti-Français d’une bande de racailles, sa boulangerie est obligée de fermer à 15 h. Une situation qui l’empêche de développer son chiffre d’affaires et de pouvoir embaucher du personnel !
boulanger agressé
Le quotidien du personnel de la boulangerie est fait de menaces, d’insultes et de coups, car selon le boulanger les racailles « lui reprochent de mettre du porc dans certains produits. » (Le Progrès, 23/08/2015)
Pour l’instant, ni la mairie de Vénissieux, ni la préfecture, ni les associations antiracistes n’ont souhaité apporter leur aide ou dénoncer ces violences anti-françaises.

Pourtant, cette haine à l’encontre des Français est devenue une réalité banale à Vénissieux.
Déjà en 1981, après des émeutes aux Minguettes, ce quartier enregistrait « un départ massif des Français » fuyant l’insécurité et la promiscuité avec une population immigrée multipliée par trois, passant de 15 % à 45 % des habitants !

Las d’être pris à partie du fait de la couleur de leur peau, les « Gaulois » ont préféré fuir Vénissieux. En 1981, pour Mokrane Kessi – aujourd’hui conseiller municipal à Vénissieux et adolescent aux moments des faits —, les tensions raciales étaient l’une des motivations principales des émeutiers :

On avait parfois le sentiment que l’on ne pouvait pas descendre dans le centre de Vénissieux. On sentait une certaine animosité entre les deux quartiers. C’était, en quelque sorte, la cité des immigrés contre la ville des Blancs.

Et cette situation n’a cessé d’empirer avec les années. L’ancien maire communiste de Vénissieux (de 1985 à 2009), André Gerin, l’a d’ailleurs avoué, «

dès les années 90, on commence à voir dans certains quartiers l’antisémitisme, le racisme anti-blanc, le sexisme. Nous avons ignoré le problème.

Il ne reste à Vénissieux, comme dans beaucoup de villes de banlieue, que très peu de Français de souche. Une situation particulièrement difficile à vivre pour les Françaises de souche, qui se retrouvent de fait en première ligne face au Grand Remplacement. Le témoignage de Laëtitia, habitante de la cité des Minguettes, dans un reportage du journal de 20 h de Tf1 donne un aperçu de la vulnérabilité de ces jeunes femmes. Elle déclare avoir peur d’être « victime d’une tournante », car elle s’estime « être une proie facile » en tant que « Française », avant d’ajouter « qu’elle aurait aimé être une Maghrébine et avoir un grand frère » pour « avoir du respect ».

http://www.youtube.com/watch?v=JDV5HCvjTck

Plus de quarante ans de silence, d’aveuglement et de mensonges des pouvoirs publics ont conduit à cette situation, dont chacun sait qu’elle mènera à une issue dramatique.

Christian Estrosi : Marion Maréchal-Le Pen « la plus dangereuse des trois », les Identitaires « des repris de justice »

01/09/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Christian Estrosi attaque en règle son adversaire aux régionales : pour le député-maire de Nice, Marion Maréchal-Le Pen est « la plus dangereuse des trois », qui fait alliance avec le Bloc Identitaire, « des repris de justice ». Déjà condamné pour injures publiques en 2012, Estrosi paiera-t-il cette fois aussi pour ses propos ?

Invité au complaisant micro de Jean-Pierre Elkabbach, lundi sur Europe 1, Christian Estrosi s’est laissé aller à un flot de haine verbale à l’encontre de son adversaire aux prochaines élections régionales, Marion Maréchal-Le Pen. Pour lui, « Ce que son grand-père n’a jamais accepté de faire, elle vient de le faire », évoquant une « alliance avec le Bloc Identitaire », et affirmant à leur sujet

Elle prend sur ses listes des repris de justice, condamnés à la fois pour antisémitisme, racisme, xénophobie, etc.

Estrosi ne s’est pas arrêté en si bon chemin : « Elle vient de traiter dans un discours à Carpentras les protestants comme ayant été complices des occupants nazis. Elle dit tout simplement que tous les musulmans de France sont des islamistes. C’est la plus dangereuse des trois » Le Pen, a-t-il conclu.

La réaction de cette dernière ne s’est pas fait attendre, elle porte plainte pour « Mensonges et diffamations »

Cela fait des semaines que Christian Estrosi raconte n’importe quoi sur mes déclarations, sur le Front national, sur mes colistiers ou à mon encontre. Ce fut encore le cas ce matin même lors de son entretien sur la radio Europe 1.

déclare la benjamine de l’Assemblée Nationale, qui espère que son passage par la case justice « va enfin mettre un coup d’arrêt » aux « déclarations affligeantes » de Christian Estrosi, « et permettre d’élever un peu le niveau du débat ».
Et de conclure : «

J’aimerais pour ma part que l’on parle de notre vision pour la région PACA, de notre ambition et de notre projet pour celle-ci. Si M. Estrosi n’a manifestement rien à dire sur le sujet, ce n’est pas mon cas.

Crédit photo : Capture d’écran de l’émission de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, avec Christian Estrosi



L’attaque en règle de Christian Estrosi contre… par Europe1fr