Concours de journalisme, reflet du malaise identitaire

30/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation) Un concours à l’image du malaise identitaire : cette année, les lauréats du concours de l’École de Journalisme, Science Politique et du Journal du Dimanche ont de quoi surprendre

Ce sont, en effet, les deux premiers lauréats qui présentent chacun un versant particulier de la crise qui traverse actuellement notre pays. D’un côté nous avons une journaliste, Adèle Humbert, pour avoir tracé le portrait d’un imam, Mohamed Ali, qui est aussi aumônier militaire, il a notamment été au Tchad. Celui-ci déclare : « Notre rôle, en tant qu’aumôniers militaires, consiste à montrer que les Français de confession musulmane peuvent être de parfaits citoyens ». Les seconds lauréats par contre sont un couple d’anciens militants de gauche : Pierre Cassen et Christine Tasin (photo), qui se sont lancés dans une croisade contre l’islamisation de la France aux côtés notamment du Bloc Identitaire. Organisateurs entre autres de l’apéro saucisson-pinard, en 2010, qui fut interdit. Leur but est de s’opposer à la conquête progressive des « barbus en djellaba » chose que ne fait pas l’actuel gouvernement qu’ils qualifient de « lèche-babouches ».

Pétrole / Gaz : les Européens doivent fermer les robinets des Américains et des pays musulmans

30/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La disparition soudaine de Christophe de Margerie le 20 octobre 2014 a profondément attristé l’ensemble des Français. Elle a aussi brutalement fait prendre conscience à beaucoup l’importance d’une société comme Total pour l’indépendance de la France et de l’Europe, qui doivent se dégager de la tutelle énergétique des USA et des pays musulmans.

Une Europe agressée par l’alliance américano-musulmane
Depuis plusieurs décennies, et cela s’accentuant gravement il n’est plus possible pour nos « élites » collaboratrices et leurs médias de le cacher aux peuples européens, l’Europe est en guerre sur deux fronts contre deux civilisations impérialistes que sont la civilisation américaine (à travers l’idéologie du Mondialisme) et la civilisation islamique. L’analyste Guillaume Faye qualifie d’« alliance américano-musulmane » cette convergence d’intérêts. Concrètement, les dollars d’un côté servant à racheter les entreprises européennes, la construction de mosquées sur le sol européen de l’autre ; une guerre économico-religieuse livrée aux Européens et à leur civilisation, mais une guerre menée par des colonisateurs d’une lâcheté historique, car celle-ci, menée en douceur depuis des décennies de façon à ne pas éveiller les soupçons, n’a jamais été officiellement déclarée aux Européens.

Le pétrole, principale cause du malheur des Européens
Pilier de l’économie contemporaine, le pétrole est une source d’énergie vitale pour la France et l’Europe. « Les produits pétroliers couvrent 97 % des besoins de carburant. Le pétrole est donc indispensable dans le secteur du transport et sans lui aucune activité économique n’est possible », explique Jean-Pierre Favennec, directeur expert à l’IFP, dans son livre Géopolitique de l’énergie.
Or, « le pétrole est une des bases économiques de l’hégémonie américaine et des moyens financiers des États musulmans », remarque quant à lui Guillaume Faye dans Pourquoi nous combattons – manifeste de la Résistance européenne ;

l’industrie pétrolière est détenue à 80 % par des sociétés anglo-saxonnes. […] Le soutien américain objectif, comme celui de la gauche européenne pro-US, aux musulmans tchétchènes est lié à la volonté américaine de contrôler la route pétrolière des champs de la Caspienne. De même, les principaux producteurs de gaz (Algérie, Indonésie, Asie centrale) sont des pays musulmans. La production pétrogazière est entre les mains des intérêts américano-musulmans.

De tous les pays musulmans producteurs de pétrole, l’Arabie saoudite est celui qui représente le mieux cette « alliance américano-musulmane ». Jean-Pierre Favennec écrit qu’« avec 15 % des importations américaines de pétrole brut, l’Arabie saoudite est un partenaire-clé des États-Unis. Elle s’est ainsi alignée sur la politique de sécurité américaine et admet une présence militaire dans trois bases sur son sol afin d’atténuer l’instabilité de la région et l’impact sur les prix du brut. Les deux pays sont en effet fortement liés par des intérêts stratégiques et énergétiques communs. Depuis la fondation du royaume dans les années 1930, les termes du contrat sont clairs : les États-Unis assurent la sécurité du royaume wahhabite, en échange de quoi ce dernier s’engage à approvisionner l’Occident en pétrole. » Le pétrole est le cœur de cette alliance, ne parle-t-on pas de « pétrodollars » ?
Lire la suite

Des musulmans « normaux » ? (Présent 8386)

30/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)

C’est à n’y rien comprendre : après des années de matraquage politico-médiatique nous expliquant qu’islamo-terrorisme et autres abominations de l’EI n’ont « absolument rien à voir avec l’islam », voilà maintenant que la femme, les proches et la plupart des connaissances de l’égorgeur Yassin Salhi n’ont de cesse de nous répéter que celui qui a décapité son patron et placé sa tête entre deux drapeaux islamistes, n’est rien d’autre qu’un… « musulman normal ».

Amalgame involontaire…
8386-P1
Ainsi, dans un entretien accordé samedi à Europe 1, l’épouse de Salhi, placée en garde à vue depuis, insistait-elle auprès des journalistes : « Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. » Une version confirmée par la plupart des proches de l’assassin, y compris par Nacer Benyahia, le président de la mosquée de Pontarlier, où est né Salhi.

Rappelons que celui-ci, né en mars 1980 d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine, avait tout de même fait l’objet, en 2006, d’une fiche S et d’une surveillance de la Sécurité intérieure en raison de sa « radicalisation » et de ses « liens avec des groupes salafistes » de Besançon. Une surveillance finalement levée en 2008, avant que l’homme ne soit à nouveau repéré entre 2011 et 2014 à cause de « ses liens avec la mouvance salafiste lyonnaise ». Ce qui ne devait pas l’empêcher de trancher vendredi la tête de son patron et de la placer sur un grillage entre deux drapeaux islamistes. Ni d’envoyer dans la foulée, avec son téléphone portable, un « selfie » le représentant à côté de la tête coupée de la victime à un de ses amis parti combattre en Syrie à l’automne 2014.

Ou aveu involontaire ?

Quoi de plus « normal », en effet… Le problème, c’est que ce « musulman normal », qui suit à la lettre les enseignements du Prophète et ne reconnaît que la charia, a des amis djihadistes en Syrie et décapite un infidèle – comme l’y encouragent les sourates 8,12-13 et 47,4 du Coran – ne cadre pas vraiment avec cette « religion d’amour et pacifique » que l’on cherche à nous vendre à longueur de journée. A moins que nos politiques et médias ne fassent erreur. Et que, au fond, les proches de Yassin Salhi ne croient pas si bien dire en affirmant être des « musulmans normaux ».

Franck Delétraz

Immigration, délinquance, islamisme, pas d’amalgame, des cartes !

Source : la carto du samedi
Suivons les conseils de nos hommes politiques, ne faisons pas d’amalgame. Contentons-nous d’observer quelques cartes construites à partir de statistiques officielles, mises en forme par Sébastien Munier. Si ce travail date un peu, les ordre de grandeur restent les mêmes et les cartes présentée permettent de mieux visualiser la répartition géographique des chiffres de la délinquance et de l’immigration.

Nombre de mosquées sur le territoire français

Nombre de mosquées sur le territoire français

La première carte présente le nombre de mosquées recensées à ce jour sur le territoire français (il en existe actuellement 2264 en activité, soit près de 25 par département en moyenne). Ces chiffres sont issus de la communauté musulmane elle-même, ce qui les rend a priori relativement fiables. (http://www.trouvetamosquee.fr). Sur cette même carte figure en dégradé de gris la part de la population décrite comme d’origine étrangère (donc immigrée) par l’INSEE (voir définition)
Lire la suite

Loupé du marketing de la dhimmitude : ils remettent ça !

30/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Toujours aussi impayables, les dhimmis anglais du marketing ethnique mettent en avant des roulades de porc pour les promos « spécial ramadan ».

La chaîne de distribution anglaise Morrisons est sous le feu des critiques pour la mise en avant de spécialités au porc pour le ramadan. Les consommateurs musulmans ont vivement réagi en se déclarant « choqués » et déçus par le manque d’attention de la chaîne.
Les nombreux Tweets outragés demandent la démission des services commerciaux pour cette injure.
La chaîne s’est bien entendu formellement excusée et a indiqué que ces autocollants ont été immédiatement retirés.
Cette gaffe intervient quelques jours après la promotion spéciale ramadan de chips au bacon d’une autre grande chaîne de supermarchés, Tesco.
Il est intéressant de noter que ces gaffes de la dhimmitude suscitent des réactions bien plus outragées de la part des musulmans Britanniques que les attentats de Sousse, qui ont fait 30 victimes anglaises…

À la rédaction, nous proposons pour notre part de promouvoir le vivre ensemble en proposant des apéros saucisson-pinard à nos voisins musulmans pour la rupture du jeûne. Ah, il ne fallait pas ?


“Guerre de civilisation” : “Manuel Valls sait-il vraiment ce qu’il dit ?”

30/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Éric Zemmour revient sur la formule employée pour la première fois par le Premier ministre pour faire face au terrorisme islamiste.

Le polémiste s’interroge :

Manuel Valls sait-il ce qu’il dit ? Connait-il le sens des mots qu’il emploie ? Maîtrise-t-il toutes les subtilités de la langue française ? Est-il un provocateur impétueux ou un ignorant ingénu ? Guerre de civilisation ou guerre de civilisations ? Guerre pour la civilisation contre des barbares ou entre civilisations ?

Pour le journaliste, le Premier ministre ne semble pas lui-même en mesure de répondre à ces questions. “Manuel Valls explique qu’il ne fait pas la guerre à l’islam mais au terrorisme, et que les premières victimes de ce terrorisme sont les musulmans”.


Publié le

Fermez les mosquées salafistes ! (Présent 8385)

30/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Comment combattre un mal sans vouloir le nommer ? Si l’on esquive le mot, comment peut-on affronter sa réalité ? C’est pourtant ce que ne cesse de faire François Hollande.

De Bruxelles, apprenant la tuerie en Isère, il a doctement révélé qu’il s’agissait « d’une attaque de nature terroriste ». Mais quel terrorisme ? Il a promis qu’il allait « éradiquer les groupes ou les individus responsables de tels actes ». Quels groupes ? Quels individus ? Ils n’ont ni visage, ni idéologie, aucune appartenance, comment éradiquer ces assassins anonymes ? Il sait pourtant que ne sont pas des terroristes péruviens du Sentier lumineux, ce sont des islamistes.
8385-Une
Mais le mot lui écorche les lèvres. Car, si le président entend combattre le terrorisme, il lutte dans le même mouvement contre « l’amalgame » et « l’islamophobie », comme s’il s’agissait de maux aussi redoutables que le terrorisme lui-même. Dans « islamisme », il y a islam, il espère que ses périphrases le feront oublier aux Français. La vérité est qu’il ne veut faire nulle peine, même légère, aux musulmans qui, en 2012, ont voté à 93 % pour lui, il espère qu’ils recommenceront en 2017.

Ce que l’égorgeur isérois a en commun avec les autres terroristes, ce n’est pas seulement l’islamisme, c’est d’être bien connu de la police. Yassin Salhi figurait au fichier « S », c’est-à-dire des personnes signalées comme ayant un lien avec l’islamisme radical, comme les frères Kouachi, Amedy Coulibaly, les tueurs du 7 janvier, comme Mohamed Merah ou cet autre qui a attaqué trois militaires à l’arme blanche à Nice. Après chaque attentat, Cazeneuve nous « rassure » : ils étaient connus de nos services.
Tous fichés, ou presque. Tous recensés, tous répertoriés, tous signalés et tous perdus de vue, tous oubliés, tous enfuis, tous négligés et tous, finalement, ont frappé, tué, massacré ou égorgé.
C’est qu’il y en a tellement qu’on ne peut pas les suivre à la trace, comprenez-nous ! Les policiers ne sont pas assez nombreux. Et alors ? Il faut donc en recruter autant que nécessaire ou, au moins, en prendre la décision, c’est cela « tout faire » pour combattre le terrorisme. Ce n’est pas rester les bras ballants en déplorant dans un soupir résigné le manque d’effectifs. D’autant que, lorsque le gouvernement le veut, il le peut. Dès lundi sont prévus 200 policiers de plus en renfort dans les rues de la capitale. Il n’a fallu que quarante-huit heures pour en décider et trouver les hommes. C’est à cause de la guerre. Pas celle que nous livre le terrorisme islamique, non, celle qui sévit entre taxis et chauffeurs d’UberPop, que la police veut verbaliser massivement.

La nécessaire répression doit s’accompagner de l’extinction de ces foyers de propagande islamiste que sont les mosquées salafistes, comme le demande Marine Le Pen. Tous les salafistes ne sont évidemment pas de la graine de terroriste, mais tous les terroristes, ou presque, sont salafistes. C’est pourquoi le gouvernement tunisien, après l’attentat de Sousse, a annoncé la fermeture des 80 mosquées de cette obédience, comme avant en Égypte. Hollande sera-t-il plus protecteur de ces musulmans-là que ces chefs d’État musulmans ?

Guy Rouvrais

Euractiv, le site euro-atlantiste qui réclame la tête d'Aymeric Chauprade

Aymeric Chauprade : pas de place pour les « tièdes » dans le combat contre le totalitarisme islamique

Source : Boulevard Voltaire

« La France est en guerre avec des musulmans », disiez-vous dans une vidéo qui vous a valu bien des ennuis avec votre propre parti. Vous le maintenez ?
J’aurais préféré me tromper ! Oui, la France est en guerre avec des musulmans, elle est en guerre avec une part non négligeable des musulmans qui vivent à l’extérieur ou chez nous, profitent d’ailleurs des largesses de notre État-providence tout en étant hostiles à ce que nous sommes, à nos valeurs, à notre civilisation.
Il faut avoir le courage de le dire, parce que c’est une vérité essentielle à reconnaître si nous voulons maintenir l’unité de notre nation. S’il devait y avoir une seule raison ayant justifié mon passage de la société civile à l’engagement politique, c’est cette conviction profonde que le totalitarisme islamique nous mène une guerre implacable, et que notre classe politique refuse de regarder cette réalité en face, comme elle a refusé de le faire dans les années 30 face aux totalitarismes nazi et communiste.

Le terrorisme continue d’être analysé en France comme une simple manifestation criminelle, comme une sorte de désordre psychologique (avez-vous remarqué cette épidémie de « fous » qui crient « Allah Akhbar » en agressant des gens ?) appelant des réponses sociales et judiciaires. Or, le terrorisme islamique, c’est l’expression, pour l’instant sporadique, d’une guerre mondiale contre ce que nous sommes, et cette guerre est d’autant plus inquiétante que son réservoir de recrutement en Europe est énorme.

Vous êtes d’accord avec Christian Estrosi quand il parle de « 5e colonne » à propos des islamistes en France ?
Peu importe de savoir si c’est lui qui est d’accord avec moi ou l’inverse, et puis il y aussi Nadine Morano ou Jacques Myard et d’autres encore qui emploient cet expression de « 5e colonne » pour désigner le puissant ennemi intérieur qui est en train de grandir sur le territoire national. Quand il s’agit de résistance face à l’ennemi, il faut être capable de refuser le sectarisme politique…
Le problème, c’est que cette 5e colonne, ce ne sont pas seulement les 5.000 fiches dites « S » que l’on ne surveille même pas, c’est plus que cela, c’est l’immense armée des sympathisants, de ceux qui se sentent de l’Oumma plus que de France, de ceux qui, à mesure que le rapport de force démographique leur est favorable, sont de plus en plus tentés par le passage à l’acte. J’ose le dire, l’unité d’une nation est incompatible avec une masse de gens qui rêvent mentalement de prendre le dessus sur vous, de mettre à terre votre civilisation, et ces gens-là, j’en suis le premier désolé, mais ils sont déjà des centaines de milliers en France.
Lire la suite

Attentats islamiques : « Je suis Charlie »… mais pas Hervé

29/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les élus et mouvements politiques du régime ont abondamment commenté les derniers attentats islamiques, notamment en Isère. Aucun n’a rappelé le nom de la victime ni mentionné le mot musulman ou islam.

Pour rappel, avant que la presse officielle ne se dépêche de faire disparaitre toute trace de ce meurtre, la victime s’appelait Hervé Cornara, un père de famille âgé de 54 ans dirigeant d’une société de transport en pleine expansion et président d’une association locale de défense de locataires du quartier où il a passé toute son enfance.
Il a été décapité par Yassim Salhi, un musulman très pratiquant, qui a exposé sa tête entre deux drapeaux islamistes sur le grillage de la société où il a ensuite blessé plusieurs personnes. Notez bien que la plupart des images de cette scène macabre reprises dans nos médias sont en plan très large. volonté d’épargner au lecteur / spectateur la vision horrible d’une tête coupée ou la vision encore plus insupportable aux dévots du vivre-ensemble de cette même tête encadrée par des drapeaux islamistes ?


Lire la suite

Attentat islamiste de Sousse : premiers portraits, premières arrestations

29/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Un jeune homme bien tranquille, autoradicalisé, selon les premiers portraits dressés par les médias de l’auteur de la tuerie de Sousse (38 morts, 39 blessés). Pourtant les autorités tunisiennes procèdent à des arrestations.

Un film amateur le montre quitter tranquillement la plage d’El-Kantaoui, près de Sousse, après son carnage (38 morts, 39 blessés), la kalach pendant négligemment à son bras. Seifeddine Rezgui, étudiant de 23 ans se dirige vers la ville, où il sera abattu peu après par la police, un témoin de cette dernière scène le décrivant comme « sous l’emprise de morphine ». Nous ne saurons peut-être pas si le terroriste s’était shooté avant de commettre son acte, ce qui est sûr, c’est sa motivation : il était là pour descendre de l’infidèle au nom de l’État Islamique (qui a revendiqué l’attentat), ayant même demandé aux employés musulmans de l’hôtel Riu Imperial Marhaba de quitter les lieux pour ne pas prendre de balle perdue. Certains se sont pourtant interposés, faisant bouclier entre les touristes et le tireur.

Lire la suite

Croix-Rouge, la montagne qui accouche d’une souris

29/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Comment la Croix-Rouge a-t-elle récolté un demi-milliard de dollars pour Haïti — et construit six maisons. Edité par NOVOpress

LE QUARTIER DE CAMPÊCHE s’étend sur un flanc de colline escarpé dans la capitale de Port-au-Prince. Des chèvres fouillent dans les ordures qui n’ont pas été ramassées depuis des lustres. Des enfants frappent dans un ballon de volley à moitié dégonflé, au milieu d’un terrain poussiéreux bordé par un mur où s’affiche le logo peint à la main de la Croix-Rouge américaine.
Fin 2011, la Croix-Rouge a lancé une campagne de plusieurs millions de dollars destinée à réhabiliter cette zone désespérément pauvre, durement frappée par le tremblement de terre qui avait secoué Haïti l’année précédente. Ce programme – intitulé LAMIKA, acronyme de Lavi Nan Miyò Katye Pam ou « Une meilleure vie dans mon quartier » en créole – avait pour but principal la construction de plusieurs centaines de maisons permanentes.
Après le séisme, la Croix-Rouge a reçu une avalanche de dons dont le total s’élevait à près d’un demi-milliard de dollars.
La PDG de la Croix-Rouge américaine, Gail McGovern, avait alors a dévoilé un plan ambitieux destiné à « développer de toutes nouvelles communautés ».
Aucune n’a jamais vu le jour.
Lire la suite

Alexandra Laignel-Lavastine : «Face à l’islamisme, certains intellectuels «progressistes» sont dangereux»

29/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dans un entretien accordé à FigaroVox, Alexandra Laignel-Lavastine dénonce la capitulation des « élites » face à la montée de l’islamisme radical. Selon l’auteur du livre “Essai La pensée égarée, “Certains intellectuels progressistes sont dangereux et cons”.


 

Euro, Grèce, année zéro ?

29/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le « scénario-catastrophe » tant agité est sous nos yeux. Après la rupture des négociations sur la dette grecque, on voit mal ce qui pourrait « sauver » la présence de la Grèce au sein de l’euro. Dans l’immédiat, le pays – et l’Union européenne — s’enfoncent dans une zone de fortes turbulences.

L’intransigeance des deux camps a fini par avoir raison des négociations. Après l’annonce d’Alexis Tsipras vendredi de soumettre les dernières demandes de la troïka à un référendum, les créanciers ont annoncé dans la foulée la rupture des négociations. La Grèce

a mis fin aux discussions de manière unilatérale

selon l’Allemand Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances et partisan de la ligne dure contre la Grèce. Athènes a en théorie jusqu’à demain, le 30 juin, pour rembourser au Fonds monétaire international un prêt d’un milliard et demi d’euros et si elle ne trouve pas cet argent, c’est le défaut de paiement qui guette, prélude à une éventuelle sortie de la zone euro.

Dans l’immédiat, cette perspective semble plus faire peur aux 18 autres membres de l’Union monétaire qu’au gouvernement grec. En effet, contrairement à la fermeté affichée samedi, la Banque Centrale Européenne a décidé hier de répondre favorablement à Alexis Tsipiras, qui demande des délais à ses créanciers. La BCE maintient a

u vu des circonstances actuelles le plafond de fourniture de liquidités d’urgence aux banques grecques au niveau décidé vendredi

Cette perfusion permet au pays de survivre financièrement au jour le jour, mais pas de rembourser ses dettes.
Lire la suite

Attentat islamiste en France : Yassin Salhi avoue avoir tué et décapité son patron

29/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Après 48 heures de garde à vue, Yassin Salhi a avoué dimanche aux enquêteurs avoir tué son patron vendredi. On sait aussi qu’il a envoyé une photo de la tête de sa victime à un “Français” parti en Syrie. Cette aurait été envoyée avec l’application WhatsApp pour laisser “une trace de son geste”.

Une source proche de l’enquête s’interroge :

La question est de savoir si Yassin Salhi a envoyé cette photo à la personne qu’il connaissait la plus proche des cercles djihadistes pour valoriser son acte criminel, ou s’il s’agissait d’une démarche de revendication réfléchie, voire encouragée depuis l’étranger.

Son ancien professeur de sport – qui l’a initié aux sports de combat – a livré le témoignage suivant :

Lors des combats en face à face, il se laissait taper sans réagir, sans même protéger son visage. Et puis, au bout de quelques minutes, il explosait de colère et frappait dans tous les sens avec une rage inouïe. Il était dangereux, pour lui-même et pour les autres. Il ne se battait pas: il faisait la guerre.

Yassin Salhi lui aurait confié avoir voyagé durant “six mois en Syrie” entre 2010 et 2011, période durant laquelle il aurait étudié “dans une école coranique”.



 

Projet de mosquée de Mantes-la-Ville : la guerre de propagande se poursuit

29/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dénoncé par le Bloc Identitaire, le passage en force de Paul Martinez pour implanter une mosquée sur le territoire de Mantes-la-Ville continue de susciter des remous. Le président de la Communauté d’Agglomération de Mantes en Yvelines a tenu à se justifier dans un communiqué diffusé à ses administrés.

Face à l’opposition du maire de Mantes-la-Ville de voir un bâtiment de sa commune transformé en mosquée, Paul Martinez a organisé un vote au niveau de la communauté d’agglomération, dont il est président, pour vendre ladite ancienne trésorerie à l’Association des Musulmans de Mantes Sud (AMMS) pour la transformer en mosquée. Dénoncée par le Bloc Identitaire, la manœuvre fait clairement fi de la démocratie locale lorsqu’il s’agit de construction de mosquée.

Face à la mobilisation du Bloc Identitaire contre son projet de mosquée à Mantes-la-Ville, Pascal Martinez  tente de se justifier auprès de ses administrés.

Face à la mobilisation du Bloc Identitaire contre son projet de mosquée à Mantes-la-Ville, Pascal Martinez tente de se justifier auprès de ses administrés.

Également maire de Buchelay, Paul Martinez a cru nécessaire de se justifier en diffusant une lettre à ses administrés datée du 29 mai, expliquant notamment qu’il n’avait nulle intention de construire une mosquée sur le territoire de sa commune. Argument fallacieux, puisque c’est bien sur le territoire de Mantes-la-Ville que le projet doit se déployer contre la volonté de la municipalité locale, laquelle a d’ailleurs annoncé sa volonté de faire jouer le droit de préemption pour réaménager l’ancienne trésorerie en commissariat municipal. Soutenu par une partie des habitants qui commencent à se mobiliser, ce projet voulu par le maire Front National sera soumis au vote du conseil municipal aujourd’hui.

De plus, Paul Martinez tente de minimiser la portée de son intervention en expliquant qu’il s’agit d’un simple transfert (souligné par lui) d’un lieu de culte vers un autre. Or, il n’y a pas d’équivalence entre la salle de prière qu’occupe actuellement l’AMMS dans un pavillon et le projet de vraie mosquée que promeut cette association :

L’approche sera contemporaine avec intégration harmonieuse de symboles de décoration de l’architecture islamique.

Explique l’AMMS sur son site, dont les illustrations ne laissent pas de doute quant aux symboles à intégrer harmonieusement : minaret, dôme surmonté d’un croissant, encadrements de portes et fenêtres à l’Orientale, etc. Souligons au passage que l’actuel lieu de culte aurait dû être évacué depuis plus d’un an pour des raisons de salubrité publique.

À noter que le maire de Mantes-la-Ville, Cyril Nauth, n’avait jamais exprimé son opposition à la présence de tout lieu de culte musulman sur sa commune, mais simplement à ce projet précis. Des alternatives portées par d’autres associations musulmanes (El Fethe, en l’occurrence), jugées porteuses de moins de problèmes que celle soutenue par l’AMMS et le président de la communauté d’agglomération, sont aussi à l’étude à Mantes-la-Ville.

Le projet d’El Fethe poserait moins de problèmes a priori que le projet de l’AMMS. La trésorerie sur laquelle l’AMMS a jeté son dévolu est située à côté d’un cimetière, sur un des axes de la ville et en face d’une des principales salles des spectacles : on déplace le problème. D’autres élus avaient émis des réserves, le Front national n’a fait que dire les choses de façon plus directe et plus virile. Le projet d’El Feth sera étudié, mais, dans un premier temps, mon objectif est d’empêcher la vente de la trésorerie.

Déclarait ainsi Cyril Nauth dans un entretien au quotidien « Présent » daté du 19 mai.

Crédit photo : À gauche : camy-info.fr = Paul Martinez, président de la Communauté d’Agglomération de Mantes en Yvelines
À droite : fdesouche.fr = Cyril Nauth, maire de Mantes-la-Ville

L’Occident profondément malade…mais il reste un espoir ! Par Vincent Revel

L’Occident profondément malade…mais il reste un espoir ! Par Vincent Revel

Comme nombre d’entre vous, je n’ai plus aucune illusion, plus aucune attente particulière vis-à-vis de nos hommes politiques. Ceux qui savent à quoi risque de nous mener l’idéologie cosmopolite du moment, savent très bien qu’il est utopique de parler d’un islam de France tellement cette religion est étrangère aux grands principes européens.

Quand Manuel Valls, Premier ministre socialiste, déclare la main sur le cœur que « l’islam est en France pour y rester » tout en demandant à la laïcité «  de mieux connaitre » cette religion pour mieux lui faire une place, il y a de quoi nous inquiéter. L’ordre du jour à l’Assemblée nationale est de « permettre à l’islam de se développer en France » ! Là est la première préoccupation de nos élus ! Pour mieux répondre aux attentes de la communauté musulmane présente en France, très bien formulée par Dalil Boubakeur (un besoin de 5000 mosquées et le remplacement d’églises vides par des mosquées), tout est mis en œuvre pour que demain cette religion-politique, fortement opposée à la laïcité, à la démocratie, susceptible en de nombreuses régions du monde d’engendrer les pires crimes et les actes les plus abjectes, devienne incontournable jusqu’au risque de remettre en cause notre mode de vie, notre héritage civilisationnel.

Parallèlement à cette politique mise en œuvre depuis bientôt vingt ans, qui contraint les Européens à accepter l’intolérable et un risque de remplacement ethnique, culturel et cultuel, une volonté d’effacement agit au sein de nos institutions. Comme le dit René Marchand, auteur de Reconquista ou mort de l’Europe,

« jamais dans l’histoire on n’aura vu des peuples apporter un concours aussi actif à une entreprise mettant en cause leur existence, des individus participer avec autant d’efficacité à leur asservissement, une civilisation anticiper sa disparition avec autant d’empressement. »

Lire la suite