les_copains

Brèves politiques (France)

30/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)

À gauche, la politique des copains se poursuit

Une fois n’est pas coutume. Mercredi, Christian Gravel, directeur du service d’information du gouvernement, a été nommé préfet « hors cadre ». Il faut, tout d’abord, rappeler à nos lecteurs que l’État peut nommer sept préfets hors cadre pour des emplois supérieurs comportant une mission de service public relevant du gouvernement. Cette nomination de Christian Gravel, un proche de Manuel Valls, fait suite à celle de Sébastien Gros, un autre proche collaborateur du Premier ministre.

Ces nominations sont de plus en plus courantes, mais elles font du bruit. La Cour des comptes s’alarme, dans un rapport de septembre 2014, sur une hausse de 70 % des nominations en 30 ans. On peut ainsi rappeler la nomination des sarkozystes Brice Hortefeux (en 1995) et Laurent Solly (en 2006).

À droite, c’est la politique des vassaux

Le vassal pour exister a bien besoin de son seigneur. C’est ainsi que les deux fondateurs de la Droite forte, un courant interne à l’UMP, ont souhaité se démarquer de leur grand champion Nicolas Sarkozy. C’est Guillaume Peltier qui a lancé l’offensive en déclarant, je cite : « J’aime trop mon pays pour soutenir uniquement par fidélité un candidat parmi d’autres ». Il a également ajouté avoir rencontré tous les autres ténors du futur parti des Républicains. N’oublions pas que Guillaume Peltier restera chez les Républicains après avoir été l’étoile montante du parti Vendéen mené par Philippe de Villiers. L’autre fondateur de la Droite forte Geoffroy Didier a lui aussi marqué son indépendance tout en déclarant, je cite : « Rester loyal ». Fin de citation.

Régionales : l’UMP nomme des candidats qui ne souhaitent pas revenir sur la loi Taubira

Le politologue Dominique Reynié a été choisi pour diriger la liste rassemblant l’UMP et l’UDI dans la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon aux élections du mois de décembre. Connu pour ses positions favorables au lobby LGBT, Reynié est un acteur de la dérive vers la gauche de l’UMP, notamment au sein de la Fondation pour l’Innovation Politique. On se souvient que ce « think tank » chiraquien a apporté dès 2005 son soutien au mariage homosexuel : Dominique Reynié avait eu une place centrale dans cette « ouverture » vers les mouvements homophiles les plus extrémistes, dont Act-Up, notamment lors d’un colloque de décembre 2004.

Crédit photo : SteveR- via Flickr (CC)


Remaniements dynastiques en Arabie saoudite

30/04/2014 – MONDE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Remaniement, le terme remaniement n’est pas tout à fait exact. Il s’agit plutôt d’une confirmation dynastique. Le roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud d’Arabie saoudite a en effet nommé hier un de ses neveux prince héritier.

Si la ligne directe ne semble pas nécessairement privilégiée pour les années à venir, cette décision impacts le long terme, car pour l’heure c’est un de ses fils qui héritera du trône. Il s’agit cependant d’inscrire le royaume dans la durée. Il y a depuis quelque temps une volonté de rajeunir la ploutocratie alliée des États-Unis qui probablement sent le vent tourner.

Et qui est le nouveau prince-héritier ?
Le neveu du roi qui héritera en second du royaume est un des neveux du roi. Il a été formé aux États-Unis ce qui n’a rien d’étonnant au regard des liens entre Saoudiens et Américains. Mohammed Ben Nayef — c’est son nom — est également un ancien ennemi d’Al-Qaida. À force d’opposition au mouvement terroriste islamique, Ben Nayef faillit être assassiné en 2009… Du côté de ses fonctions, il était jusqu’à présent ministre de l’Intérieur — qui gère la police et la police politique. Il vient d’être nommé vice-Premier ministre.

Dans quel contexte intervient cette nomination ?
L’Arabie saoudite a besoin de consolider son pouvoir à l’intérieur comme à l’extérieur. À l’intérieur, le pays qui vit du pétrole peut aussi être menacé par des révoltes même si c’est peu probable. Ces révoltes pourraient être soutenues par les djihadistes de l’État islamique. D’ailleurs, mardi dernier, le pouvoir saoudien annonçait avoir arrêté 93 suspects. Ces derniers seraient liés à l’État islamique et fomentaient un attentat contre l’ambassade américaine. On y vient.

Car c’est surtout à l’extérieur que tout se joue. L’allié américain doit montrer qu’il est un allié durable. Alors que l’Iran comme Daesh gagnent du pouvoir, l’Arabie saoudite souhaite garder ses alliances pour ne pas trop s’isoler. De l’Iran, elle a peur des rapprochements qui ont eu lieu avec Washington au cours notamment des négociations sur le nucléaire. De Daesh, l’Arabie saoudite a peur des capacités de nuisance. Le pays a d’ailleurs lancé une immense modernisation des frontières. À la pointe des technologies, cette nouvelle frontière pourrait arrêter même une souris avec des capteurs vidéo et des patrouilles très mobiles.


Publié le
Message d'une gambienne naufragée de 12 ans aux futurs migrants : « ne venez pas »

Message d’une jeune gambienne naufragée aux futurs migrants : « ne venez pas »

30/04/2015 – REGGIO DE CALABRE (NOVOpress)
Une fille de 12 ans, originaire de Gambie, ayant survécu à un naufrage en Méditerranée dans lequel sa famille a disparu ainsi que 400 migrants, a écrit une émouvante lettre pour dissuader les autres candidats au voyage de venir en Europe.

Selon l’organisation « La Communauté pape Jean XXIII » qui l’a accueillie, la fillette a demandé elle-même à ce que cette lettre soit diffusée :

Je viens de Gambie. J’ai traversé la mer pour venir en Italie. Beaucoup de gens sont morts, mes meilleurs amis, et mes sœurs et mes frères sont morts dans la vague , raconte-elle. J’ai vu beaucoup de choses dont je ne peux pas parler. Tout ce que je peux dire, c’est de prévenir les gens qui veulent venir: ne venez pas s’il vous plaît, mes frères et sœurs, parce que c’est dur de dire au revoir, a t-elle imploré.

Cette jeune Gambienne a débarqué le 14 avril à Reggio de Calabre (sud) avec près de 150 autres survivants du naufrage. Ses parents ont embarqué en Libye avec son frère dans la cale du bateau, mais, ils avaient payé plus cher pour que sa sœur aînée et elle voyagent sur le pont.

Quand le bateau a chaviré le 12 avril, probablement à la suite d’un mouvement de foule à l’arrivée d’un cargo dépêché par les secours, l’aînée a sauvé la plus jeune mais y a laissé la vie. Une semaine plus tard, un autre naufrage dans des conditions similaires a fait près de 750 morts.

Crédit photo : Hippolyte (cc)


 

Présidentielle : Roselyne Bachelot voterait François Hollande face à Marine Le Pen

30/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Roselyne Bachelot, interrogée sur BFMTV quant à la projection de ses choix électoraux, a déclaré qu’elle voterait pour François Hollande face à Marine Le Pen dans l’hypothèse d’un second tour opposant la Parti socialiste au Front national.

 

Elle a affirmé qu’elle était partisane du Front républicain. Toutefois, comme d’autres avant elle, elle n’a pas précisé en quoi le FN n’était pas un parti républicain, alors qu’il est justement présent depuis sa genèse jusqu’à aujourd’hui dans l’ensemble des élections républicaines et qu’il ne contrevenait ni à la République, ni à ses lois.

Publié le

Préférence étrangère : florilège de l’absurde

Dorénavant, un clandestin a plus de droits qu’un Français. Maire de Cogolin, Marc-Etienne Lansade a été obligé de marier une clandestine extra-européenne. Choqué par cette situation, il fait le point sur la préférence étrangère en France. Où comment nous nous tirons une balle dans le pied tous seuls.

Crédit photo : Audrey Xavier Brulu via Flickr (CC)


Le droit au logement opposable maintenant pour les immigrés clandestins

 

Le département du Vaucluse paie à Rachid les réparations de sa voiture

 

A Paris, les clandestins ont droit à l’Aide Médicale d’Etat, une aide juridictionnelle, un hébergement, le soutien de la mairie… et vous ? 

 

Allocations familiales : justice sociale ou préférence étrangère ?

Publié le
Luz ne veut plus dessiner Mahomet

Charlie hebdo : Luz ne veut plus dessiner Mahomet

30/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Lors d’un entretien accordé au magazine Les Inrocks, le rédacteur en chef de Charlie-Hebdo a déclaré ne plus vouloir caricaturer Mahomet, ni Nicolas Sarkozy. Doit-on en conclure qu’il se cantonnera à croquer Jésus et la famille Le Pen dans les postures les plus outrageantes comme à son habitude ? Et que de cela, il ne s’en est pas lassé, parce que ce n’est ni polémique, ni dangereux ?

Je ne dessinerai plus le personnage de Mahomet, il ne m’intéresse plus. Je m’en suis lassé, tout comme de celui de Sarkozy. Je ne vais pas passer ma vie à les dessiner. ».

Le numéro dit des « survivants » de janvier avec la caricature de Mahomet en couverture qui tenait une pancarte « Je suis Charlie » et le surtitre « Tout est pardonné », avait suscité des manifestations parfois violentes dans plusieurs pays musulmans. Toutefois, l’opinion du dessinateur s’est résumée à trouver que survivant est un nom « à la con ! » et que résistant, c’est mieux.

Sorti une semaine après la tuerie perpétrée par les frères Kouachi, le 7 janvier, qui avait fait douze morts, il avait été diffusé à huit millions d’exemplaires, un record historique pour la presse française.

Interrogé sur la tribune parue dans Le Monde et appelant à une « refondation de Charlie Hebdo », Luz réfute l’idée que deux camps, la direction et la rédaction, soient en train de s’affronter : « Cette tribune montre qu’il y a une vraie possibilité de collectif. Elle met les questions sur la place publique et demande qu’on y voie plus clair. Il faut discuter de la ligne éditoriale et trouver une structure commune. (…) Comment créer une nouvelle ligne dans le respect de l’ancienne et de ce que l’on est devenu ? “Charlie” est-il encore un journal politique ? Peut-il devenir un “news mag” ? Une nouvelle formule est censée sortir en septembre mais on n’en sait pas plus. Va-t-il y en avoir une ? »


Manuel Valls annonce une structure d'accueil pour les jeunes djihadistes de retour en France

Manuel Valls annonce une structure d’accueil pour les djihadistes de retour en France

30/04/2015 – Paris (NOVOpress)
Leur place, représentant un grave danger pour la population, n’est ni en France, ni en liberté, et pourtant…
Aller tuer du chrétien d’Orient pour l’État islamique va assurer un emploi aux djihadistes de retour en France, une prise en charge avec cellule psychologique. C’est la très indécente mesure prise par Manuel Valls. Dans un excès d’indulgence qui rejoint l’inconscience, le Premier ministre a annoncé qu’une structure d’accueil des jeunes “de retour de zones de conflit” devrait être mise en place dans quelques mois.

« Depuis un an, grâce à nos initiatives, près de 1 900 signalements ont été reçus dont un quart concerne des mineurs et – fait notable souvent oublié – plus de 40 % de jeunes femmes »

a déclaré Manuel Valls. C’est pendant les rencontres internationales des magistrats antiterroristes qui se tiennent à Paris depuis ce lundi 27 avril que Manuel Valls a fait le bilan du plan de lutte contre la radicalisation (plateforme téléphonique, site internet dédié). « Ces individus jeunes qui sont signalés doivent faire l’objet d’un suivi. Nous devons aussi apprendre à mieux détecter les signes avant-coureurs de ces ruptures. Dans le cadre du plan de lutte contre la radicalisation, 2 500 fonctionnaires de différents ministères sur tout le territoire ont d’ores et déjà été formés », s’est-il vanté.

« Une prise en charge psychologique »

Dans son désir d’« aller plus loin et explorer de nouvelles pistes », M. Valls a décidé qu’une structure serait « créée d’ici la fin de l’année afin de prendre en charge, sur la base du volontariat, des jeunes de retour de zones de conflit et ne faisant pas (…) l’objet de poursuites judiciaires ».Par un accompagnement individualisé, une prise en charge psychologique et un encadrement renforcé, ces jeunes devraient retrouver toute leur place dans notre société, a-t-il ajouté, précisant qu’une telle structure lui a été proposée par le ministre de l’Intérieur.

« 1 605 Français ou résidents en France sont actuellement recensés pour leur implication dans (des) filières terroristes. Parmi ceux-ci, on estime que 445 se trouvent actuellement en Syrie. 99 y sont morts. »

Défendant à nouveau la loi sur le renseignement qui doit être votée mardi à l’Assemblée, il assure qu’elle va « préserver un juste équilibre entre la protection des personnes vis-à-vis notamment de la menace terroriste, et la protection les libertés garanties par la Constitution ».

Crédit photo : Parti Socialiste (cc)


 

 

 

 

 

Zone commerciale en banlieue

Le consumérisme enlaidit la France et détruit son identité

Source : Figaro.fr – Produire plus, consommer plus, voilà l’alpha et l’oméga de notre société… et la principale cause de l’enlaidissement de la France. Paysages saccagés zébrés d’éoliennes, pollution visuelle de la publicité, banlieues défigurées à coups de zones commerciales et industrielles, Perico Legas s’insurge contre les ravages faits à l’un des fondements de notre identité, la douceur de vivre.

Non content de ravager nos valeurs morales, notre culture, notre vivre ensemble (le vrai, pas celui des politiques), la mondialisation libérale détruit aussi l’identité esthétique de notre pays. C’est à un véritable viol de notre territoire, à coups de zones commerciales uniformes, de panneaux publicitaires envahissants, de remplacement de nos habitats traditionnels par des maisons préfabriquées, auquel nous assistons. La douceur de vivre en France, c’était aussi l’harmonie et la variété de ses paysages. Ils sont depuis trente ou quarante ans sacrifiés sur l’autel de la surconsommation de masse.

Se pourrir la vue c’est déjà se pourrir la vie

L’urbanisation obéit aujourd’hui à la logique de la grande distribution : d’un côté, la ville avec sa population, que l’on pourrait qualifier de « zone clientèle », en barres d’HLM ou en zone pavillonnaire, et à côté, l’étalage à grande échelle des produits que l’on pourrait qualifier de « zones consommation » (zones commerciales, industrielles ou économiques). Le tout obéit à une double logique d’uniformisation et de concentration, économies d’échelle obligent. L’habitat n’échappe pas à cette logique, pas plus que la production agricole (cultures hors-sol, élevage industriel), qui, au lieu de préserver le cadre de vie comme elle le faisait traditionnellement, contribue à le détruire.

La défiguration de quelques-uns de nos plus beaux paysages à coups d’éoliennes n’est elle là que pour nous donner une bonne conscience écologique. En effet, la seule démarche écologique serait d’inverser cette logique du consommer toujours plus et donc de pouvoir se passer de l’énergie fournie par les éoliennes et autres panneaux solaires.
Bien sûr, tout le monde doit vivre et trouver du travail, mais à ce prix ? Le choix n’est pas forcément entre une France musée et une France zone commerciale polluée. Mourir riches et puissants en pleine croissance ou durer dans le bon sens décroissant ? Riches et pollués à mort ou pauvres, mais en bonne santé ?

Ma criminelle indifférence pour le Français Atlaoui - Tribune de Flavien Blanchon

Ma criminelle indifférence pour le Français Atlaoui – Tribune de Flavien Blanchon

Je fais des efforts. J’essaie de ne pas souhaiter, pour que cette exaspérante hystérie trouve du moins un autre objet, que l’Indonésie fusille au plus vite M. Serge Areski Atlaoui (photo). Quoi que ce personnage ait commis, il n’est pas responsable de ceux qui le soutiennent. Mais qu’on ne me demande pas de me lamenter sur sa possible exécution. L’indifférence est le mieux que je puisse faire.

En temps ordinaire, aux yeux de la caste politico-médiatique, être Français est tout sauf un titre à la considération. Le Français est naturellement coupable, pour les crimes de ses pères et pour son propre racisme, et ceux qui l’agressent, le volent ou l’assassinent sont toujours des victimes.

Jamais vous ne lirez dans les journaux que la petite Française Jeanne ou Marie a été violée et torturée, le jeune Français Paul ou Pierre tabassé et laissé pour mort. La moindre suggestion qu’il ne serait pas aberrant, en France, de faire une différence entre les Français et les autres, déchaîne des flots d’indignation.

Tout change dès lors que le détenteur plus ou moins improbable d’un passeport français a des ennuis judiciaires à l’étranger. En ce cas, il est invariablement innocent. Celle-ci passe des mois dans un ranch où des prisonniers sont torturés dans les caves, sans rien voir ni entendre et sans non plus se demander de quoi vit donc son beau basané. Ceux-là avaient ramassé en toute innocence des enfants qu’ils avaient pris pour des orphelins, pour les vendre par bonté d’âme à des bourgeois français en mal de parentalité.

Et M. Areski Atlaoui n’a rien trouvé d’étrange à ce qu’on lui offrît d’aller faire un peu de soudure au noir en Indonésie, en gagnant chaque semaine plus que le revenu annuel moyen du pays : il le valait bien !

Ce serait à croire que le peuple qui s’est longtemps fait gloire d’être le plus spirituel de la terre n’est désormais composé que de jocrisses et d’enfants de chœur.

Lire la suite

Défilé du 14 juillet 2010

Focus Défense (½) : Budget, le pire est évité… pour l’instant

29/04/2014 – FRANCE (NOVOpress)
18 500 postes sauvés et 3,8 milliards d’euros de crédits budgétaires, l’armée peut respirer. François Hollande a rendu des arbitrages moins mauvais que prévu. Il faut dire que notre outil de défense est au bord de la rupture tant humaine que matérielle.

François Hollande aime les OPEX (opérations militaires extérieures). Son mandat aura vu le déclenchement des opérations Serval et Barkhane au Mali, Sangaris en Centrafrique, des livraisons d’armes clandestines en Syrie ou l’engagement des Rafale français en Irak contre Daech. Le chef de l’État envisage d’intervenir en Libye, non seulement sur les côtes pour stopper les afflux de migrants, mais aussi parce que ce foyer de déstabilisation menace le Mali et constitue une zone pivot entre le Proche-Orient et le Sahel, par laquelle les différents califats pourraient opérer une jonction. Tout cela sans parler des opérations en cours depuis plus longtemps, au Liban, au Tchad, en Côte d’Ivoire, dans le Golfe de Guinée et de la présence militaire à Djibouti, aux Émirats Arabes Unis, au Gabon et au Sénégal (environ 4000 hommes en 2014). Et bien sûr sans oublier le front intérieur, avec l’opération Sentinelle, soit 7000 à 10 000 hommes déployés en permanence pour protéger les sites sensibles sur le territoire français.

Un long préambule pour expliquer pourquoi le président a décidé de ne pas (complètement) casser son jouet. Le conseil de Défense qui s’est tenu aujourd’hui a en effet acté de la très forte sollicitation des forces armées et a rendu des arbitrages budgétaires dans ce sens. La loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoyait en effet un budget annuel de 31,4 milliards d’euros et 34 000 suppressions de postes. Impensable dans le contexte actuel où l’usure des troupes et des matériels nécessitent, selon les estimations, 8 à 9 milliards d’Euros et où les armées étaient menacées d’une cessation de paiement d’ici l’été prochain en raison du retard dans l’encaissement de recettes exceptionnelles (REX) à hauteur de 2,2 milliards d’Euros.

Lire la suite

classe

Dimitri Casali : J’ai pris ces nouveaux programmes scolaires comme un nouveau coup de poignard à ce qui fonde notre identité

Source : Atlantico — Dimitri Casali, historien et directeur de collection, livre ses réflexions sur les nouveaux programmes d’histoire. Il explique en quoi ils menacent les fondements de notre identité et préparent les guerres civiles françaises de demain.

Les concepteurs des programmes n’ont pas tiré les leçons des attentats du 11 janvier, ni compris l’attente de tout un peuple pour retrouver ses racines : la transmission de la culture est le premier facteur d’intégration. Pour éviter que des événements comme ceux de janvier ne se reproduisent, il faut réapprendre à nos élèves à aimer la France. Le projet de programme d’histoire au collège manqué de ce grand récit fédérateur, qui parle à tous les Français, quelle que soit leur origine ou leur religion. Exit l’humanisme de Montaigne et l’esprit des Lumières, à la trappe Napoléon Ier, Louis Philippe, la IIe république et Napoléon III, Gambetta, optionnel l’enseignement du christianisme à l’époque médiévale. En revanche, l’étude de l’islam et de la traite négrière sont obligatoires. La France est le produit d’un double héritage chrétien et monarchiste et républicain et laïc. Effacer des programmes scolaires ces périodes revient à effacer ce qui fait l’identité de la France.

Les concepteurs des programmes pensent avoir affaire à de jeunes universitaires qui savent déjà tout de l’histoire de France, alors qu’en réalité 25 % des élèves qui entrent en 6e ne savent ni lire ni écrire. Cette réforme, qui vient s’ajouter à la suppression du grec et du latin, est révélatrice des partis pris idéologiques des technocrates de la rue de Grenelle.
Ils affichent leur volonté de plaire aux nouveaux arrivants en supprimant tout ce qui peut les heurter : l’enseignement des racines chrétiennes et l’exercice de l’esprit critique si français. On s’étonne ensuite que des Coulibaly, des Kouachi et des Merah, qui tous ont suivi consciencieusement le cursus scolaire français, puissent en arriver à des telles extrémités.
Ces garçons sont le pur produit des travers de la société française tout entière, et en particulier de ceux du ministère de l’Éducation nationale qui ont déconstruit nos valeurs et nos repères depuis une trentaine d’années

Crédit photo : Michel Montignon via Flickr (CC)


Éric Zemmour : "La Manif pour tous, un drame pour l'UMP"

Éric Zemmour : “Le territoire national est en train de redevenir un lieu de guerre”

29/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis la chute du mur du Berlin, en 1989, le ministère de la Défense est le premier à réduire ses dépenses. Alors qu’à ce sujet, l’armée avait pris le parti du silence, elle s’exprime désormais haut et fort et demande des soldats. Pourtant la France est exsangue. La gauche doit donc faire des choix. Et l’armée française manque de moyens.

En dix ans, l’armée de Terre a perdu 45.000 hommes et arrive aujourd’hui à un seuil de 100.000 hommes.

Éric Zemmour va plus loin :

Actuellement près de 10.000 hommes sont chargés de la sécurité des lieux publics. Autant que ceux engagés dans les interventions extérieures, au Mali ou en Centrafrique. Le territoire national est en train de redevenir un lieu de guerre.


nazislamisme

ISLAM = NAZISME… Le parti Conservateur du Danemark déclare la guerre au «Nazislamisme »

29/04/2014 – EUROPE (NOVOpress)  – Un parti politique au Danemark ose comparer L’Islam et le Nazisme : le Jyllands Posten a interviewé Søren Pape Poulsen, président du parti des Conservateurs Danois. NOVOpress relate pour vous cet entretien avec un homme qui ne se paye pas de mots

Les politiques sont conscients du grand nombre de voix à gagner à ne plus avoir peur de critiquer l’Islam. Les Conservateurs dans leur nouvelle campagne controversée se déclarent en guerre contre l’« Islamisme nazi » provoquant de fortes réactions indignées de la part de la gauche et des musulmans sur Facebook. Mais Søren Pape, chef de file des conservateurs, qui admet que « Nazislamisme » est un mot fort » – maintient qu’« islamistes et nazis partagent fondamentalement le même état d’esprit ». Les Conservateurs sont très populaires aujourd’hui. Et tandis que le président du parti Søren Pape Poulsen a lancé une nouvelle campagne autour d’un certain nombre de questions politiques, celle qui a retenu le plus l’attention est celle dont le thème est « Stop Nazi islamisme. »
Le président du parti, Søren Pape Poulsen, ainsi que le candidat au parlement d’Aarhus, Naser Khader, pensent qu’il existe de grandes similitudes entre l’islamisme et le nazisme. Voilà pourquoi ils n’hésitent plus à employer l’expression « Nazislamisme ».

Lire la suite

Il était une fois un génocide, par Hélios d’Alexandrie

Source : Poste de Veille – Hélios d’Alexandrie revient sur le génocide des arméniens et autres populations chrétiennes en Turquie. des rappels historiques précieux sur sur le sort des dhimmis en terre d’islam, qui trouve une résonance particulière avec l’actualité de cette région. Le même Etat qui hier perpétrait ce génocide soutient aujourd’hui DAESH dans sa volonté de “purification religieuse” de la région. 

Ils étaient de bons et loyaux sujets du Sultan ottoman, calife de son état, siégeant à la « Sublime Porte » dans la ville de Constantinople. Ils étaient chez eux, dans leur pays, ils appartiennent à une nation trois fois millénaire, fidèlement chrétienne depuis le quatrième siècle. Dans cet empire multiculturel, multiethnique et multiconfessionnel, ils parvinrent malgré leur foi qui leur interdisait l’accès aux postes de commandement, à réussir et à prospérer à force de sérieux et de travail. Comme ailleurs dans le monde islamique ils furent, de par leur statut de chrétiens, les pionniers et les accoucheurs de la modernité.

La résistance à l’oppression

Ils, ce sont les Arméniens, mais également, quoiqu’en nombre à peine moins grand, les syriaques, les Assyriens, les Chaldéens et les Grecs. Si les minorités chrétiennes opprimées réussissent beaucoup mieux que leurs oppresseurs musulmans, c’est que l’injustice et l’oppression sont comme un aiguillon qui les pousse à surmonter les obstacles, à relever les défis, à passer outre aux humiliations et à regagner leur fierté. Les minorités chrétiennes savent se rendre indispensables, leur secret c’est le savoir, la culture, l’ouverture à la modernité, les habiletés manuelles et techniques, le travail dans le silence, l’endurance, l’art précieux de produire la richesse, l’honnêteté, la droiture et la loyauté. Citoyens de seconde zone, mais exemplaires, que peut-on leur reprocher, si ce n’est de résister à leur manière contre le mépris ?

Survivre est également une autre facette de la résistance. Survivre à la haine religieuse et aux persécutions, rester fidèle à sa foi chrétienne, l’approfondir, la célébrer, répliquer à la haine par l’amour en suivant le chemin difficile tracé par les évangiles : « aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous persécutent ! » Dans un empire où ils ne détiennent aucun droit, où ils subissent des brimades au quotidien et sont soumis à l’arbitraire du Sultan, ils savent que rien ni personne ne les protégera le jour où l’autorité politique suprême donnera l’ordre de les annihiler. Ils auraient pu s’affranchir de cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de leurs têtes durant cinq siècles, il leur suffisait de céder sur l’essentiel, de cesser d’être eux-mêmes, de s’identifier à leurs persécuteurs, de devenir musulmans comme eux. Quelques-uns cédèrent et obtinrent finalement la paix, mais une majorité écrasante est restée fidèle à la religion de ses ancêtres.

Lire la suite

L’Etat continue à rechercher des réductions de dépenses

L’Etat continue à rechercher des réductions de dépenses

29/04/2014 – FRANCE (NOVOpress)
C’est ce qu’on appelle le marathon budgétaire. Cette course à la réduction des dépenses publiques a pris un nouveau tournant hier. L’Etat devra réduire ses dépenses de 2,8 milliards d’euros supplémentaires, en 2016 par rapport à la loi de programmation budgétaire votée à l’automne dernier.

Pour effectuer ces réductions, Manuel Valls a envoyé à tous ses ministres des lettres de cadrage leur intimant de continuer à chercher des dépenses à éliminer.

Selon le journal économique les Echos, ces lettres de cadrage donnent des objectifs chiffrés clairs : 1 % de réduction de la masse salariale ainsi que 3 % de réduction des autres dépenses. Ces 2,8 milliards d’euros de réductions s’inscrivent dans un plan plus large. Michel Sapin et Christian Eckert, respectivement ministres des Finances et secrétaire d’Etat au budget avaient annoncé la semaine dernière un nouveau plan de réduction de 4 milliards d’euros pour 2015 et 5 milliards pour 2016.

Lire la suite

Jacques Bompard à L'Assemblée

Jacques Bompard souhaite un meilleur contrôle des subventions aux associations

En France, 7 % des associations reçoivent 70 % des subventions publiques alors que 80 % des associations n’en reçoivent pas. Les associations recevaient en 2012 plus de 1,8 milliards d’euros de subventions, dont une part non négligeable va à des partis de gauche et à des mouvements aidant les migrants en situation irrégulière telles SOS Racisme, la Ligue des Droits de l’Homme, le Groupe d’Information de Soutien des Immigrés [GITSI]… parfois à hauteur de 95 % de leur budget, comme Ni Putes Ni Soumises. La seule association France Terre d’Asiles reçu plus de 26 millions d’euros !

Ce financement opaque, arbitraire et parfois abusif a d’ailleurs fait l’objet d’un enquête des Contribuables Associés pointant du doigt les abus, détournements de fonds, subventions excessives. Quelques exemples :
– Julien Dray est accusé d’avoir détourné 351 027 euros dans un scandale impliquant SOS Racisme et la Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL) créée par les étudiants de SOS Racisme (accusé en 2009)
– Harlem Désir, lui, aurait détourné 202 560 francs soit 30 880 euros lors d’un emploi fictif chez l’Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants (Arfem) alors qu’il dirigeait SOS Racisme (accusé en 2012)
– Sihem Habchi, présidente de Ni Putes Ni Soumises, est accusée de de détournements de fonds : « 20 000 euros pour refaire le site de l’association », des factures de 3 000 euros de taxis par mois (accusée en 2011)

C’est pour éviter de tels abus que le député Jacques Bompard a rédigé une proposition de loi visant à contrôler le financement public du monde associatif sur trois aspects :
• Un volet économique : que les associations profitent vraiment à la France et aux Français. Des associations soutenues à plus de 95 % par l’Etat démontrent par la faiblesse de leurs dons privés le peu d’intérêt que les français y portent et en retirent.
• Un volet identitaire : les subventions allouées doivent être au service des citoyens français et non pas, par exemple, à celui de l’immigration clandestine (Jean-Paul Gourévitch estime que 220 millions d’euros par an sont alloués aux associations d’aide aux immigrés)
• Le député souhaite enfin que les associations qui se portent partie civile de manière abusive soient sanctionnées.

Immigrés clandestins aujourd’hui, islamistes demain ?

 

28/04/2014 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Une tribune de Clément Martin, Conseiller fédéral de Génération identitaire et membre de Nissa Rebela.

Dimanche dernier, 800 immigrés clandestins ont trouvé la mort au large des côtes italiennes en tentant de traverser la mer Méditerranée pour rejoindre l’Europe. S’est alors déclenché un ouragan médiatique contre « l’Europe forteresse », responsable de la mort de tous ceux qui veulent y pénétrer illégalement. La pauvre Europe, il est vrai, n’accueille « que » 300 000 clandestins par an : c’est comme si une nouvelle Nice s’installait en Europe chaque année, entièrement peuplée d’immigrés illégaux. Pour certains, il faut aller encore plus loin. Pour Libération, il faut « légaliser l’immigration ». Remarquons l’approximation sémantique : l’immigration est déjà bien légale en Europe et la France en accueille tristement sa part puisque près de 200 000 titres de séjour sont délivrés chaque année. Pour éviter l’immigration illégale, il faut simplement l’autoriser. De la même manière que pour mettre fin au trafic de drogue, il faut ouvrir des salles de shoot ?
Mais la réalité est toute autre : si les « frontières » de l’Europe sont encore plus ouvertes, les morts vont se multiplier. À moins, bien sûr, que l’Union européenne n’affrète, encore, des bateaux ? Ou creuse un tunnel ? Africastar : la voie rêvée de l’Eldorado, où attendent aides sociales, France Terre d’Asile et allocation premier-enfant, pour tous les clandestins.

Clement-Martin-Generation-Identitaire

Autoriser l’immigration ? Devrons-nous aussi affréter nous-mêmes les bateaux de clandestins ?

Tous les jours, de nouvelles embarcations pleines de clandestins arrivent sur nos côtes, sous le regard de garde-côtes, dont l’unique mission est de les ramener sur notre terre ferme. Et ces clandestins, que l’on ne veut pas renvoyer, peuventtranquillement s’installer chez nous, traverser les frontières et faire venir femmes et enfants un peu plus tard. Une fois les familles réunies aux frais du contribuable, notre administration encourage le « renouvellement de population », soit, en d’autres termes, le remplacement des Européens de souche. Ce sont à ces mêmes « de souche » à qui l’on demande de supporter au quotidien trafics, insécurité et africanisation, mais aussi d’accepter de vivre avec ces nouveaux voisins.

« Combien de terroristes dans ces barques ? » demandait Marine Le Pen, après les attentats de Mohammed Merah. Et, comme souvent, les patriotes avaient raison. Rappelons-nous de la chute de Kadhafi, quand les prisons ont été ouvertes et que beaucoup des anciens détenus ont tenté la traversée : devons-nous les accueillir, ou alors, comme toute personne saine d’esprit le ferait, faut-il les laisser sur le pas de notre porte ? Ajoutons, en sus, que l’État Islamique a menacé l’Europe de l’ensevelir sous des torrents migratoires composés, en partie, de ses moudjahidines. Pour les torrents migratoires, c’est déjà fait. Pour les islamistes, c’est en cours ?

Un risque sécuritaire, économique, social et surtout civilisationnel insupportable

Face à cette déferlante, la fermeté est l’unique solution qui s’offre à nous en ces temps périlleux. Le Camp des Saints de Raspail n’était pas une vue de l’esprit, mais une prophétie, qui se déroule sous nos yeux, aujourd’hui même. Il est temps que les Européens s’unissent pour lutter ensemble contre ce grand remplacement et pour leur identité. Le problème n’est pas « économique », ni « social », mais tout simplement civilisationnel : des peuples sont en train d’envahir l’Europe et nous devons vaincre ou périr. La seule politique migratoire qui vaille est celle qui dissuade et qui repousse les clandestins. L’Australie a suivi cette voie : l’immigration a été réduite de manière drastique et les tentatives d’entrée illégale sont si faibles, qu’en 2015, aucun n’a péri en tentant de rejoindre l’île.
Nous savons que les naufrages en Méditerranée sont des drames. Mais il existe un autre drame qui se déroule tous les jours, c’est celui du remplacement des populations européennes par d’autres, venues essentiellement d’Afrique. Et seul un changement radical de rapport au monde et de conscience politique pourra nous sauver de cette chute. Là est le devoir de chaque homme doté d’une véritable conscience identitaire : nous sommes là pour défendre une civilisation menacée de disparaître. « Chacun de nous est le dernier des Européens » ! Toute autre considération doit être perçue a minima comme une faute grave, si ce n’est une trahison.

Clément Martin,
Conseiller fédéral de Génération identitaire et membre de Nissa Rebela