Congrès du Front national : cap sur l’Elysée (Présent 8242)

Congrès du Front national : cap sur l’Elysée (Présent 8242)

01/12/2014 – LYON (NOVOpress)
Elle n’a pas pris la parole devant les congressistes mais ils ne parlaient que d’elle. La plus jeune députée de France est arrivée en tête du scrutin du Comité central. La plus discrète possible (peine perdue) cachée derrière un rideau de cheveux blonds, Marion Maréchal-Le Pen a distancé nettement Florian Philippot (arrivé 4ème juste devant Bruno Gollinisch et derrière Louis Aliot et Steeve Briois). Marine Le Pen a été réélue pour sa part présidente du Front national (FN) avec un score à faire pâlir d’envie Nicolas Sarkozy.


Paris, Gare de Lyon, samedi, 8 heures du matin : pas de Présent au Relay de la gare de Lyon et Jacques Attali tout desséché qui achète L’Ob’s. Ça commence bien… Pourvu que je ne l’aie pas en vis à vis dans le train, ça va me saper le moral.

Une du numéro 8242 de "Présent"
Une du numéro 8242 de “Présent”

Dès 10 heures au Palais des Congrès de Lyon, la nouvelle qui a fuité dans Le Figaro se répand dans la salle de presse : Marion est plébiscitée par la base. Philippot, pourtant omniprésent dans les médias n’est que 44ème. Ce qui ne changera rien pour Marion Maréchal dans l’immédiat puisqu’elle a refusé d’entrer dans l’exécutif du mouvement mais qui lui donne incontestablement du poids et nous dit quelque chose des préoccupations de la base. La ravissante Marion qui a rattrapé plus d’une fois en matière de questions sociétales les dérapages de Florian Philippot et a fini par incarner un courant plus traditionnel-conservateur, a fait un tabac.

Elle a pris la tête des cortèges des Manifs pour tous où elle était régulièrement acclamée. Elle est présentée par les médias comme celle qui remet en cause le remboursement de l’avortement. Elle a répondu à ce sujet très clairement à nos questions.

Jean-Marie forever

A midi dans la salle plénière, l’arrivée de Jean-Marie Le Pen soulève une véritable ovation. Il rappellera les slogans historiques qui ont jalonné l’histoire du FN : « Unis les Français sont invincibles », « Non à l’islamisme », « Tête haute, mains propres », « Avec nous avant qu’il ne soit trop tard »… Avant de conclure, grave : « Entre nous et le désastre, il n’y a plus aujourd’hui que le Front national et les patriotes qui le suivent. » De longues minutes d’applaudissements debout. Son apparition a été précédée d’un très bon clip retraçant les points forts de sa carrière (coups de gueule à l’Assemblée, minute de silence aux victimes du Goulag, défense de l’Indochine et de l’Algérie) mais aussi le montrant en train de boxer, courir, danser, faire le coup de poing ! Le tout sur une adaptation musicale soul-funk de « Sunny » très enlevée. La foule conquise, est émue et ravie.

Lire la suiteCongrès du Front national : cap sur l’Elysée (Présent 8242)

Nicolas Bay : “On est chez nous”, c’est “un cri du coeur du peuple français”

Immigration : Nicolas Bay (FN) évoque l'opération Triton et l'exemple australien

01/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Invité de France Inter, Nicolas Bay – le nouveau secrétaire général du Front national – a été interrogé sur la question du Grand Remplacement. Léa Salamé a ainsi rappelé que Jean-Marie Le Pen avait parlé – lors du Congrès – de substitution de population.

Pour Nicolas Bay, la question c’est plutôt l’immigration massive. Tout en précisant : dire “On est chez nous”, c’est “un cri du coeur du peuple français”.

Léa Salamé lui demandant ce que signifie “On”, Nicolas Bay a parlé de ces Français qui ne veulent plus être des parias dans leur propre pays.

Omar Omsen, cet émir qui recrute des djihadistes “français” pour la Syrie

01/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Al Jazeera a diffusé, le 30 novembre dernier, la première interview d’Omar Omsen réalisée en Syrie. Ce “Niçois” se présente comme l’émir fondateur d’une brigade de djihadistes français.

Dans cette vidéo, cet ancien délinquant originaire de Nice y incite les musulmans français à rejoindre le combat des islamistes radicaux en Syrie.

La Manif pour tous est décidée à influer sur l’avenir des droites

01/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Le Chercheur en science politique, Gaël Brustier, propose – dans une tribune publiée sur le site Slate – une analyse intéressante sur la stratégie de la Manif pour tous afin de peser dans le débat politique.

Extraits :

Voici deux semaines, le mouvement Sens Commun était parvenu à faire plier Nicolas Sarkozy qui avait fini par prononcer le mot «abrogation», scandé par une salle survoltée. Ce mouvement authentiquement conservateur, créé par d’anciens cadres de La Manif pour tous, a réussi son pari: imposer à l’ancien Président de la République son idée fixe, à savoir l’abrogation de la loi Taubira. «Ça ne coûte pas cher» leur a lancé un Nicolas Sarkozy trahissant ainsi, par cette expression maladroite, son manque d’aisance face à LMPT.

(…)

Depuis septembre 2012, ce qui était une mobilisation «spontanée» de la France la plus catholique s’est progressivement mué en un vaste mouvement conservateur. Au fil des mois allant de septembre 2012 à mai 2013, La Manif pour tous a vu certains de ses compagnons de route se radicaliser (le Printemps Français) et d’autres, comme les Identitaires, chercher à obtenir un brevet de respectabilité en participant aux cortèges roses et bleus menés par Frigide Barjot et non à ceux de Civitas. L’ensemble du mouvement est décidé à influencer le débat public, à imposer ses thèmes et désormais à agir sur la vie des partis politiques.


Décryptage : « Immigration et délinquance, l’enquête qui dérange »

Décryptage : « Immigration et délinquance, l’enquête qui dérange »

01/12/2014 – PARIS (NOVOpress) – Le mardi 25 novembre, France 2, dans le cadre du magazine Infrarouge, a diffusé un documentaire de Christophe Nick et John Paul Lepers sobrement intitulé Immigration et délinquance, l’enquête qui dérange. « Qui dérange qui ? » peut-on se demander. Car elle ne va certainement pas déranger l’establishment politique. Peu de risques que ses auteurs soient attaqués en justice par une association quelconque au nom d’un prétexte bidon. D’ailleurs, cette enquête dérange tellement qu’elle a bénéficié d’une promotion élogieuse de la part du Monde et du Nouvel Observateur. Avouez qu’en matière de dérangement, on a déjà vu mieux…

Mais passons sur le titre, et lançons-nous dans cette fameuse enquête. On y découvre un John Paul Lepers attristé car, dans sa vie de tous les jours, il ne peut s’empêcher de faire le lien entre délinquant et immigré. Victime de dissonance cognitive, sa réalité quotidienne va à l’encontre de son idéologie, ce n’est vraiment pas acceptable. John Paul Lepers est non seulement triste, mais il est surtout « en colère » : le rapport immigration – délinquance est un sujet grave, et personne ne l’étudie sérieusement.

Et c’est là, au bout de cinq minutes de reportage, que l’on peut déjà jeter cette soi-disant enquête. Parce que dire que personne n’a étudié le lien immigration – délinquance, c’est tout simplement faux.
Ne parlons pas d’études menées par on ne sait trop quelle association considérée comme étant l’antichambre de la réaction ; pas plus des témoignages de policiers, magistrats ou gardiens de prison. Nous parlons d’études universitaires, menées par des chercheurs connus et reconnus par leurs pairs, respectant toutes les règles de la rigueur scientifique : il s’agit des travaux de Sébastian Roché et d’Hugues Lagrange, qui ont, le hasard fait bien les choses, été présentés par Novopress le 11 novembre dernier.

Lire la suiteDécryptage : « Immigration et délinquance, l’enquête qui dérange »

Nous sommes en guerre économique – “La paix est un souhait, la guerre est un fait”

Editorial de Pascal Gauchon dans le Hors-série n°1 d’hiver 2014 de la revue Conflits. Extraits :

Comme celle de géopolitique, et pour des raisons comparables, la notion de guerre économique est longtemps restée taboue après la Seconde Guerre mondiale. Elle renvoyait au protectionnisme des années 1930, elle était rendue responsable de la durée de la crise, elle était soupçonnée d’avoir contribué à l’éclatement du conflit. La situation s’est à peine améliorée. C’est que l’idée de guerre économique s’inscrit en faux contre les idées libérales qui se sont imposées dans le monde.

[…]
Mais :
Une fois les portes ouvertes, encore faut-il que toutes les nations respectent les règles de l’échange « loyal ». Sinon c’est le « dumping social », le « dumping fiscal », le « dumping environnemental » que certains États rendent possibles en adoptant des réglementations minimales et en réduisant les impôts et les cotisations sociales (quand elles existent !).
[…]

 

[Tribune libre] Douze raisons de ne jamais voter Sarkozy, par Henry de Lesquen

[Tribune libre] Douze raisons de ne jamais voter Sarkozy, par Henry de Lesquen

Henry de Lesquen est président du Club de l’Horloge

♦« Adopté en 2007 par le Parlement à la demande du nouveau président de la République N. Sarkozy, c’est, écrite autrement, la constitution européenne repoussée par référendum en 2005 ».

Les électeurs votent souvent sur des promesses. Mais peut-on passer sous silence les bilans ? Ce n’est pas l’avis d’Henry de Lesquen. Farouche contempteur de Nicolas Sarkozy, Henry de Lesquen relève ici douze points de faiblesse dans la direction des affaires d’Etat de l’ancien président de la République. Un texte polémique mais d’une précision chirurgicale.
Polémia.


1 Accélération de l’immigration

200.000 immigrés légaux par an, sans compter les illégaux, alors que ce n’était « que » 150.000 par an avant 2002, du temps où le socialiste Jospin était premier ministre. Cela fait plus de deux millions en dix ans, de 2002 à 2012 (Sarkozy a été ministre de l’Intérieur de 2002 à 2007, à quelques mois près, président de la République de 2007 à 2012, et c’est lui qui, pendant ces dix années, a eu la haute main sur la politique de l’immigration).

2 Forfaiture du Traité de Lisbonne

Adopté en 2007 par le Parlement à la demande du nouveau président de la République N. Sarkozy, c’est, écrite autrement, la constitution européenne repoussée par référendum en 2005.

3 Réintégration dans l’OTAN et soumission aux Etats-Unis

Comment un souverainiste ou un gaulliste pourrait-il voter pour Sarkozy sans se renier ?

4 Accroissement de 600 milliards d’euros de la dette publique

De 1.200 milliards en 2007 la dette publique passe à 1.800 milliards en 2008. Soit 10.000 euros de plus par Français.

Lire la suite[Tribune libre] Douze raisons de ne jamais voter Sarkozy, par Henry de Lesquen

Le temps de l’Avent commence

<div id=”fb-root”></div> <script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = “//connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1″; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script>
<div data-href=”https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/738099332922095″ data-width=”466″><div><a href=”https://www.facebook.com/bvoltaire.fr/posts/738099332922095″>Publication</a> by <a href=”https://www.facebook.com/bvoltaire.fr”>Boulevard Voltaire</a>.</div></div>