Discours contradictoire du pape sur l’immigration au Parlement européen

Le Pape appelle l'UE à se laisser envahir par les immigrés clandestins

26/11/2014 – STRASBOURG (NOVOpress)
En visite à Strasbourg ce 25 novembre, devant les députés européens, le pape François a tenu un discours pour le moins contradictoire, si on s’arrête à la seule dimension politique, quant aux clandestins qui débarquent quotidiennement.

En effet, d’un côté, le Saint Père affirme :

L’Europe sera en mesure de faire face aux problématiques liées à l’immigration si elle sait proposer avec clarté sa propre identité culturelle et mettre en acte des législations adéquates qui sachent en même temps protéger les droits des citoyens européens

(…)

L’Europe est une famille des peuples, lesquels pourront sentir les institutions de l’Union proches dans la mesure où elles sauront sagement conjuguer l’idéal de l’unité à laquelle on aspire, à la diversité propre de chacun, valorisant les traditions particulières, prenant conscience de son histoire et de ses racines.

Une position pour le moins surprenante et qui eut ravir patriotes et défenseur de nos identités.

Pour autant, malheureusement, le pape considère qu’il faut toujours accueillir ces clandestins :

On ne peut tolérer que la mer Méditerranéenne devienne un grand cimetière ! Dans les barques qui arrivent quotidiennement sur les côtes européennes, il y a des hommes et des femmes qui ont besoin d’accueil et d’aide. L’absence d’un soutien réciproque au sein de l’Union Européenne risque d’encourager des solutions particularistes aux problèmes, qui ne tiennent pas compte de la dignité humaine des immigrés

La position de François n’a donc pas totalement changée depuis qu’en juillet 2013 il avait choisi de faire son premier voyage à Lampedusa où il avait déclaré «Bienvenue à nos chers immigrés musulmans».

D’après Le Figaro le discours du pape avait été préparé – fait exceptionnel – avec le président social-démocrate du Parlement européen, Martin Schulz, venu spécialement à Rome pour cela.

Ferguson : légitime défense pour le policier blanc (Présent 8239)

26/11/2014 – FERGUSON (NOVOpress)
Du correspondant permanent de Présent aux Etats-Unis

Sur un décor lugubre de guerre civile où les nuages de fumée montaient en volutes, où les sirènes de pompiers mugissaient à chaque carrefour, où les appels au calme paraissaient dérisoires, près de 2 000 Noirs, semblables à des fantômes dans une ville subitement sans éclairage, ont labouré toute la nuit de lundi à mardi les rues de Ferguson, ville de 21 000 habitants dans l’Etat du Missouri, multipliant les incendies, jetant des cocktails Molotov, brandissant des barres de fer, transportant des bidons d’essence et, pour quelques-uns, agitant des pancartes où l’on pouvait lire : « Mort aux Whitey » – mort aux Blancs.

Ferguson : légitime défense pour le policier blanc (Présent 8239)Le bilan est très lourd : une quinzaine d’immeubles partis en fumée, une vingtaine de voitures brûlées, des magasins pillés, saccagés puis réduits en cendres, 61 arrestations, 14 blessés, des centaines de millions de dollars de dégâts. Un coup de sang, une crise de folie, l’expression d’une rage meurtrière : ce fut tout cela à la fois qui surgit comme une explosion dans le centre de Ferguson quelques minutes après le verdict rendu par un grand jury chargé de juger un policier blanc qui avait, début août, tué un jeune noir. Tous les Noirs, ou presque, souhaitaient un verdict de culpabilité. Or, c’est un acquittement que prononça le grand jury. Le policier blanc sortit libre du tribunal. Ce fut l’étincelle de la violence.

Les faits

Lire la suite

De l’identité… Par Renaud Camus

De l’identité… Par Renaud Camus

26/11/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)

“La question de l’identité ne peut plus être posée sans que surgisse aussitôt celle de la survie.”

À quelques jours du congrès du Front national, la presse remplaciste, c’est-à-dire la presse (car il n’y en a pour ainsi dire pas d’autre), parle unanimement de nos amis identitaires comme constituant au sein du FN une sorte de lobby — le mot apparaît fréquemment (lobby identitaire, ce n’est pas du tout une expression suspecte, idéologiquement : au contraire). Les mêmes, d’autre part, sont couramment dépeints comme étant situés à la droite du FN : ce qui, vu des Inrockuptibles, du Figaro ou du Monde, est évidemment très très très à droite.

Je crois ce tableau complètement erroné, et même absurde. D’abord les identitaires sont beaucoup plus qu’un lobby. Et surtout leurs convictions sont beaucoup trop répandues dans le corps social, à défaut du corps politique, pour qu’elles et eux puissent être cantonnés sans ridicule et sans mésinterprétation sérieuse à la droite de la droite. Ce n’est d’ailleurs pas les désobliger, j’espère, que d’observer que leurs idées (qui pour l’essentiel sont les miennes) dépassent très largement leur présence et leur force objectives, numériquement. Disons, pour tourner les choses autrement, et avec la grande sympathie que j’ai pour eux, que l’identité est une chose trop importante pour être laissée aux seuls identitaires.

Lire la suite

Recension : Extra Pure, Voyage dans l’économie de la cocaïne

Recension : Extra Pure, Voyage dans l’économie de la cocaïne

26/11/2014 – PARIS (NOVOpress) – Après l’excellent Gomorra, enquête approfondie sur la Camorra et son empire, le journaliste italien Roberto Saviano publie un nouveau livre portant sur le crime organisé, en suivant cette fois la poudre blanche : Extra pure, Voyage dans l’économie de la cocaïne (Gallimard, 2014).

Extra Pure, Voyage dans l’économie de la cocaïneGomorra était un voyage au plus profond de la Campanie qui, servie par les qualités d’écrivain de Roberto Saviano, nous présentait un portrait sociologique saisissant et terrifiant de Naples et de sa région. Dans Extra pure, Saviano rédige à nouveau un portrait, mais de la cocaïne elle-même cette fois. La coke est bien le personnage principal de son livre, et ses effets, racontés par Roberto Saviano, sont terribles.

L’auteur nous entraîne au Mexique, État en guerre contre les Cartels, et ne nous épargnera aucune des horreurs commises par ceux-ci pour contrôler le marché de la poudre blanche. Il passera par la Colombie, terre de production de plus de la moitié de la cocaïne produite dans le monde, qui fut également le lieu de naissance des premiers Cartels. Et il nous présentera les trafiquants eux-mêmes : Cartels mexicains aux méthodes dignes de l’État Islamique, Sacra Cronoa Unita dans les Pouilles, Maras salvadoriens…

« La cocaïne est une valeur refuge. La cocaïne est un bien anticyclique. La cocaïne est le bien qui ne craint ni l’épuisement des ressources ni l’inflation. De nombreux endroits du monde vivent sans hôpitaux, sans Internet ni eau courante. Mais pas sans coke. L’ONU affirme que, en 2009 l’Afrique en a consommé 21 tonnes, l’Asie 14, et l’Océanie 2. Plus de 100 pour l’ensemble de l’Amérique latine et des Caraïbes. Tout le monde en veut, tout le monde en consomme, tous ceux qui ont commencé à en prendre en ont besoin. Les dépenses sont minimes, la vendre est immédiat, les marges réalisées énormes. La cocaïne se vend plus facilement que l’or, et ses bénéfices peuvent dépasser ceux du pétrole. L’or a besoin d’intermédiaires et les négociations prennent du temps. Le pétrole, lui, nécessite des puits, des raffineries, des oléoducs. La cocaïne est le dernier bien qui permet l’accumulation primitive du capital. » Extra pure, pages 99-100 (source : LeMonde.fr)

Il nous fera suivre les efforts déployés par les polices du monde entier, de la DEA américaine aux services anti-mafia d’Italie, en passant par l’engagement militaire au Mexique ou en Colombie. Malgré les centaines de tonnes saisies tous les ans, malgré les agents infiltrés et les repentis, malgré la mobilisation des marines de guerre occidentales, malgré les chiens stups (dont certains, menacés de mort, sont placés sous protection policière !), malgré une coordination internationale de plus en plus poussée, les efforts des États apparaissent vains face à l’immensité du trafic et à la puissance de ses protagonistes.

En suivant le trafic de cocaïne, Roberto Saviano se retrouve à suivre la mondialisation. Car la cocaïne, comme n’importe quel fruit produit au Brésil pour être consommé en France, doit être transporté de son lieu de production, l’Amérique du Sud, vers son lieu de consommation, les États-Unis et l’Europe. Toutes les facettes de la mondialisation économique sont ainsi utilisées par les trafiquants : navires transportant des containers, clandestins sud-américains traversant la frontière texane au péril de leur vie, faux touristes qui avalent des boulettes et les régurgitent par voie naturelle une fois arrivé à bon port (les fameuses mules)…
Hommes, bateaux, avions, et mêmes sous-marins, tout est bon pour transporter de la coke ! Les trafiquants ne s’interdisent rien, font preuve d’une imagination sans limite, et ont toujours une longueur d’avance sur les services de répression afin que leur marchandise parvienne à sa destination : les narines occidentales.

Car la poudre blanche est le carburant de la mondialisation, au même titre que le pétrole. La cocaïne permet aux traders de tenir leur rythme et de supporter des journées de travail démentielles. La cocaïne multiplie la productivité, permet une meilleure précision et une plus grande énergie. La cocaïne décuple les prouesses sexuelles. Jusqu’au jour où les effets secondaires commencent à prendre le dessus…

Face à ce besoin irrépressible de cocaïne, devant cette demande effrénée de poudre blanche des sociétés modernes, Roberto Saviano ne voit rien d’autre que la légalisation de la vente et de la consommation de cocaïne, afin d’assécher les réseaux criminels. Pour autant, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander : si la consommation de cocaïne est rendue nécessaire par le rythme de la vie moderne, plutôt que de légaliser un poison, ne serait-il pas plus sain de revenir sur la mondialisation ?

Crédit photo : spookman01 via Flickr (cc)

Pour Noël Mamère, “Zemmour est un petit peu l’idiot utile de Marine Le Pen”

La "zemmourisation" du débat public ? (Présent 8236)

26/11/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Jean-Jacques Bourdin recevait Noël Mamère, député de la Gironde et maire de Bègles, le mardi 25 novembre dernier sur BFMTV et RMC. Interrogé sur la position politique d’Éric Zemmour, le député a estimé que son livre, “Le Suicide français”, était “une sorte de passerelle” entre Jean-Pierre Chevènement, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, ajoutant qu’Éric Zemmour “est un petit peu l’idiot utile de Marine Le Pen”.

Ce maire UMP qui danse sur une musique du groupe de rap NTM

26/11/2014 – ROCHEFORT (NOVOpress)
Hervé Blanché, maire UMP de la commune de Rochefort (Charente-Maritime), souhaitait faire la promotion de sa ville. Pour cela, il a choisi de s’associer à deux danseurs de hip-hop – Aziz et Tony M – pour faire des figures acrobatiques dans son bureau au son du groupe NTM (Nique ta mère).

Hervé Blanché a lui-même reconnu “ne pas être un maire normal”…

Pourquoi l’État Islamique montre des images d’un camp d’entraînement pour enfants

26/11/2014 – IRAK (NOVOpress via Les Inrocks)
Le lundi 24 novembre l’État Islamique a mis en ligne une vidéo de propagande mettant en avant des camps d’entraînement djihadistes pour enfants.
David Thomson, reporter pour RFI, et Wassim Nasr, journaliste à France 24, décryptent la stratégie des islamistes.

Quel est l’intérêt et l’impact propagandiste recherchés par l’Etat Islamique à travers la diffusion de cette vidéo ?

Wassim Nasr – La diffusion de cette vidéo tournée à Ninive, la province où se trouve Mossoul en Irak, permet de montrer qu’ils sont en train de former la relève, les futurs combattants du jihad. Il s’agit donc d’un message adressé au monde, pour dire qu’ils sont bien établis, qu’ils ont les moyens de leur ambition. C’est le fond de l’affaire : démontrer qu’ils sont là pour durer est plus important en terme de propagande que de montrer qu’ils sont en train de former des enfants. Ils justifient cela en disant qu’aux Etats-Unis les jeunes sont entraînés au maniement des armes au même âge, comme en Israël, et qu’ils sont seuls contre tous. Ils sont en train de former une société combattante, comme à leur sens la société américaine, ou israélienne.

Le fait que l’on voit pour la première fois des enfants recevoir un entraînement dans un camp jihadiste correspond-il à une stratégie du choc poursuivie par l’EI ?

David Thomson – Toutes les vidéos de l’EI visent à choquer, et à chaque fois l’idée est de choquer un public particulier. Quand c’est un Français, ils savent qu’ils vont choquer la population française, que cela va décupler le choc médiatique et psychologique, d’autant plus s’il réalise des exactions. En l’occurrence il s’agit de marquer les esprits en montrant la détermination du groupe, qui dès le plus jeune âge entraîne ses enfants au jihad. Cela vise clairement à choquer.


Un immigré africain en Italie : “Tous les Italiens sont des racistes de merde”

Un immigré africain en Italie : “Tous les Italiens sont des racistes de merde”

26/11/2014 – ROME (NOVOpress)
La semaine passée lors des manifestations à Tor Sapienza (Rome) un immigré africain crie : “Tous les Italiens sont des racistes de merde, va te faire enculer !” ce qui exacerbe la colère des Italiens. La vidéo démarre à 7min48, la phrase est à 8min20.

Les habitants manifestaient contre les exactions des immigrés clandestins du centre d’hébergement situé dans le quartier.

La ville de Ferguson (Etats-Unis) touchée par des émeutes raciales

La ville de Ferguson (Etats-Unis) touchée par des émeutes raciales

25/11/2014 – FERGUSON (NOVOpress)
Ce qui était annoncé s’est produit. En décidant de ne pas poursuivre le policier blanc accusé du meurtre de l’Afro-Américain Michael Brown, dans la ville de Ferguson, le grand jury a mis le feu aux poudres que les émeutiers attendaient pour ravager et piller Ferguson.

Fidèles à leur réputation, les médias français se sont livrés à une grille d’analyse racialiste, réduisant ce fait divers, où il apparaît que Michael Brown n’est pas l’innocente victime prétendue, à une énième bavure d’une police blanche obligatoirement raciste contre des Noirs chargés de toutes les vertus et éternelles victimes…

Pis, ce matin Christiane Taubira, qui a pour habitude de ne pas soucier des victimes en France, s’est permise une ingérence pour le coup sidérante dans les affaires judiciaires d’un pays souverain… En effet, fidèle à sa grille d’analyse racialiste, le garde des Sceaux a critiqué la décision du grand jury allant jusqu’à citer… Bob Marley et sa chanson où il parle de tuer le shérif. Edifiant.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Des animateurs de colo façon djihadistes (Présent 8238)

Des animateurs de colo façon djihadistes (Présent 8238)

25/11/2014 – COLOMBES (NOVOpress)
A Colombes, dans les Hauts-de-Seine, la petite expo photos en souvenir des « jolies colonies de vacances » du mois d’août dernier à l’île de Groix est tombée à l’eau. En effet, en épluchant les clichés pris lors de ces séjours, le maire UMP Nicole Goueta et son équipe n’ont pas seulement découvert que les « monos » fumaient gentiment des joints en présence des enfants. Mais aussi qu’ils reconstituaient des décapitations d’otages façon EI sur certains gamins…

Des animateurs de colo façon djihadistes (Présent 8238)Apologie du terrorisme

Elles sont dix-huit au total. Dix-huit photos sur lesquelles ces animateurs payés par les contribuables mimeraient des actes de torture et de barbarie. Sur l’une d’entre elles notamment, un otage agenouillé, une cagoule sur la tête et un journal dans les mains, apparaît entouré de trois « jeunes » dont l’un simule un égorgement et un autre lui colle un pistolet sur la tempe. Sur une autre, on apercevrait même un enfant au coin, assis par terre, au pied d’un animateur, le regard terrorisé…

Un tantinet choquée, Nicole Goueta a immédiatement suspendu de leurs fonctions les quatre agents concernés, dont les noms et prénoms n’ont « curieusement » pas été dévoilés à la presse [bien qu’ils soient majeurs.], et a également déposé plainte auprès du procureur de la République de Nanterre contre eux pour apologie d’acte de terrorisme, maltraitance sur personne vulnérable et usage de stupéfiants. Puis, témoignant samedi dans Le Parisien, le maire de Colombes ne cachait pas sa colère contre ces gens auxquels les habitants de Colombes confient leurs enfants. « C’est une attitude inadmissible, a-t-elle en effet déclaré. La seule existence de ces photos m’oblige à agir avec fermeté. Je veux savoir dans quelle mesure les enfants de Colombes ont pu assister à de telles scènes. Pour le reste et vu le contexte international, il reviendra aux services de police et à la justice de savoir si ces agents sont perméables aux thèses de l’islamisme radical. »

Lire la suite

Astérix : déjà un demi-siècle au cinéma pour le Gaulois

25/11/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Astérix revient sur grand écran ce 26 novembre en version animée avec “Le Domaine des Dieux”. Sous la houlette d’Alexandre Astier, le créateur de “Kameloot”, le héros d’Uderzo et Goscinny s’offre une nouvelle jeunesse réjouissante.

Retour sur 50 ans d’aventures du petit Gaulois sur grand écran.


Astérix : déjà un demi-siècle au cinéma pour le… par rtl-fr

#YPJ « The Lions Of Rojava » : face à l’État islamique, des combattants occidentaux aident les peshmerga Kurdes

#YPJ « The Lions Of Rojava » : face à l'État islamique, des combattants occidentaux aident les peshmerga Kurdes

25/11/2014 – PARIS (NOVOpress) – James Hughes, 26 ans, et Jamie Read, 24 ans, sont deux anciens soldats britanniques. Ils aident les peshmerga Kurdes à défendre la ville de Kobane contre les assauts de l’EI. Ils sont membres des “Lions Of Rojava“, qui appelle et accueille ouvertement les volontaires à s’engager pour rejoindre le combat armé contre l’État islamique.

Sur le site web de la société de surveillance qu’ils ont fondée, Hughes et Read précisent qu’ils ont été guidés par « leur conscience » pour partir en zone de guerre et aider des innocents à faire face à la terreur de l’EI. Pour eux il était inimaginable de ne rien faire tandis que des hommes, des femmes et des enfants sont torturés et assassinés par l’État Islamique et que la communauté internationale se contente de « discuter et observer ces massacres de leurs luxueuses salles de conférence ou de derrière les chars postés sur les collines en face ».

Sur Facebook, Jamie Read décrit comment il a été impliqué dans un combat particulièrement violent contre des djihadistes et où Jordan Matson, un vétéran américain de 28 ans se battant lui aussi avec les Kurdes, a été blessé : « c’est toujours intéressant la première fois que vous avez des balles qui bourdonnent autour de votre tête. »

En août dernier, un coiffeur du sud de Londres a été signalé comme étant le premier Britannique parti pour se battre du côté des forces kurdes. Le mois dernier, il a été signalé qu’un fusilier marin britannique de 22 ans, actuellement en service, avait été interrogé par la police, car soupçonné de vouloir se battre avec des milices kurdes pendant sa permission. Deux femmes, une Canadienne et une Danoise sont aussi allées se battre avec les Kurdes, inspirées peut-être par les images de combattantes féminines en première ligne contre des terroristes de l’EI. Ces nouveaux membres s’ajoutent à ceux en provenance de Hollande et d’Allemagne déjà présents depuis plusieurs semaines dans les environs de Kobane.

Depuis, beaucoup d’autres ont été enthousiasmés à l’idée de prendre les armes contre l’État Islamique, peut-être aussi inspirés par l’expérience socialiste radicale en cours dans la région autonome Kurde de Rojava. Ce mouvement a été théorisé par l’écologiste social et anarchiste Murray Bookchin dont la vision de « municipalisme libertaire » appelle les Kurdes à créer des communautés autonomes.

 

 

La finance islamique pèserait plus de 2.000 milliards de dollars

25/11/2014 – DUBAI (NOVOpress via Le Figaro)
Il y a quelques jours se tenait à Dubaï la 10ème édition du Forum Islamique Economique Mondial (WIEF), un événement qui a réuni de nombreux acteurs de la finance islamique. Basée sur les principes de la loi islamique (charia), cette dernière connaît une croissance effrénée, plus importante que celle de la finance conventionnelle.

Apparue en 1975 à Dubaï avec la Dubai Islamic Bank, cette finance impose le respect de plusieurs principes religieux fondamentaux dans l’Islam: l’interdiction du «riba» (l’intérêt assimilé à l’usure), du «gharar» et du «maysir» (l’incertitude, la spéculation), du financement d’activités «haram» (alcool, viande de porc, pornographie…). La finance islamique fonctionne également sur le principe de la «Moucharaka», c’est-à-dire le partage des profits et des pertes entre les différentes parties, ainsi que l’obligation d’investir dans l’économie réelle via des actifs tangibles.

(…)

La finance islamique avec son fort potentiel séduit de nombreux pays occidentaux qui cherchent à capter les revenus des investisseurs du monde arabe. La Grande-Bretagne est la plus entreprenante: en juin dernier, le pays est devenu le premier émetteur de «sukuk» en dehors des pays islamiques avec une émission de 323 millions de dollars qui a été 12 fois sur-souscrite. C’est aussi à Londres que s’est tenue la 9e édition du Forum Islamique Economique Mondial l’an dernier. D’autres pays européens se sont lancés dans l’aventure dont l’Italie où le nombre d’opérations d’investissements liées à la finance islamique a doublé cette année à un milliard de dollars. En France, les équipes de Nicolas Sarkozy ont mis en place fin 2008 «des aménagements fiscaux pour favoriser les montages de finance islamique afin d’attirer les investisseurs du Proche-Orient»

Obama régularise les clandestins : vers l’explosion des USA ? par Guillaume Faye

Obama régularise les clandestins : vers l’explosion des USA ? par Guillaume Faye

25/11/2014 – WASHINGTON (via le blogue de Guillaume Faye)
Passant par dessus l’avis du Congrès et utilisant la procédure du ”décret exécutif”, le président Obama vient de régulariser 5 millions de clandestins ”latinos”, originaires du Mexique et d’Amérique latine ; sur un total estimé (ou sous-estimé) de 11 millions de sans-papiers présents aux États-Unis. C’est la plus grande régularisation de toute l’histoire du pays, celles de Clinton et de Reagan ayant été beaucoup plus limitées. Un journal new-yorkais parle d’« obamnestie ».

La vague hispanique

Après sa déroute aux élections législatives de mi-mandat le 4 novembre face aux Républicains hostiles à la régularisation des sans-papiers, Obama a décidé de passer en force. John Boehner, le chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants l’a accusé d’agir « en roi ou en empereur ». Joe Arpaio, un shérif du comté de Maricopa (Arizona) qui lutte depuis longtemps contre l’arrivée incessante des illégaux depuis le Mexique a lancé une procédure en justice contre le président. Les gouverneurs du Texas, Rick Perry, et du Wisconsin, Scott Walker, menacent de l’imiter.

Le Congrès pourrait aussi refuser les crédits que nécessiteront cette régularisation en provoquant un shutdown (”verrouillage”) budgétaire. Les partisans de cette régularisation de grande ampleur avancent un argument sophistique auquel il fallait penser : cela fera 5 millions de contribuables en plus, puisqu’ils ne travailleront plus au noir !

Cela fait longtemps que les États-Unis font face à une véritable invasion migratoire venue d’Amérique latine. Pourtant, ils essayent de se protéger beaucoup plus efficacement que l’Europe de Schengen par la construction d’un mur et l’organisation de patrouilles de nombreux garde-frontières, le long du Rio Grande. La population blanche du Midwest est de plus en plus inquiète de cette vague hispanique qui bouleverse l’équilibre démographique, racial et culturel de la région.

Autant dire que la décision d’Obama apparaît comme une aggravation de la menace et une catastrophe. L’élue républicaine du Minnesota, Michelle Bachman a déclaré : « tout ce que nous allons récolter, ce sont des électeurs illettrés », en créant un scandale dans la sphère du politiquement correct, même dans son parti.

En effet, cette régularisation va avoir un effet d’attraction sur les millions d’autres candidats qui, au Mexique et en Amérique latine (voir venus d’ailleurs dans le monde !) ne rêvent que d’entrer illégalement aux Etats-Unis. Maintenant, ils peuvent espérer pénétrer d’abord et être régularisés ensuite, un jour.

Lire la suite

L’archevêque d’Agrigente : « Si j’étais immigré, moi aussi je deviendrais méchant ! »

L’archevêque d’Agrigente : « Si j’étais immigré, moi aussi je deviendrais méchant ! »

Mise à jour du 04/01/2014 : Dimanche, le pape François a annoncé que Mgr Montenegro, en récompense de son action en faveur des migrants, était nommé cardinal.

24/11/2014 – ROME (NOVOpress)
Ces derniers jours, les quartiers populaires de Rome ont été le théâtre de manifestations contre les centres d’accueil pour immigrés clandestins et les nuisances insupportables qu’ils entraînent pour les habitants. Stanze Vaticane, l’émission religieuse de TGcom24 (une des chaînes du groupe Mediaset de la famille Berlusconi) a interrogé sur le sujet Mgr Francesco Montenegro, archevêque d’Agrigente, président de la commission de la Conférence épiscopale italienne pour les migrations et de la fondation “Migrantes” pour l’accueil des immigrés.

Question : « Il y a eu des affrontements ces jours derniers entre réfugiés [sic] et habitants de Tor Sapienza qui ont attaqué le centre d’accueil. Les migrants [sic] hébergés par l’établissement seraient auteurs de vols, d’actes de vandalisme, de tapage nocturne. »

Réponse de Mgr Montenegro : « Qu’on pense à ces réfugiés, qui doivent rester dans des centres dans toute l’Italie des mois et des mois, certains même des années, avant d’avoir une réponse [à leur demande de statut de réfugié, N.d.T.]. Si moi, par exemple, j’étais un migrant de 20/30 ans, qui doit rester toute la journée sans rien faire, à attendre une réponse sur son propre avenir, après quelques jours moi aussi je deviendrais méchant ! Ce sont des “grands garçons”, qui auraient envie de faire quelque chose avec nos jeunes, et on ne le leur permet pas. Au lieu de ça, ils sont contraints de vivre dans un centre d’accueil sans rien faire pendant des mois, à regarder la route et le ciel. Et nous voudrions en plus qu’ils deviennent impeccables. Ça serait ça l’accueil ? »

Le journaliste insiste : « A propos d’Agrigente et de Lampedusa, nous vivons aussi aujourd’hui le risque que, parmi les migrants qui arrivent sur les bateaux depuis l’Afrique du Nord, il y ait aussi des infiltrés de l’ISIS…
 »

Mgr Montenegro balaie l’objection d’un revers de main: « Nous ne pouvons pas vivre comme si nous étions dans une bulle de savon, comme dit le Pape François ».

Image en Une : copie d’écran du deuxième lien cité. DR