[Tribune libre] Le rôle du pouvoir est l’action, non la compassion… – par Christian Vanneste

[Tribune libre] Le rôle du pouvoir est l’action, non la compassion… - par Christian Vanneste

30/07/2014 – PARIS (via le site de Christian Vanneste)
L’Etat nounou est de plus en plus la forme privilégiée par les démocraties médiatiques. La politique s’y résume en une gestion de l’image du pouvoir. Celui-ci doit être proche des gens et semblable à la plupart d’entre eux. C’est l’astuce d’Obama, l’homme le plus puissant du globe, mais qui va dans les boutiques ou les cafétérias comme tout le monde et s’excuse s’il doit resquiller un peu dans les queues. La proximité compassionnelle est la première des règles. Dès qu’un malheur revêt un dimension un peu collective, le pouvoir incarné au plus haut niveau doit être présent et participer à l’émotion. Chacun sait que les moyens publics seraient mobilisés selon la loi avec ou sans lui. Toutefois, avec le temps, l’émotion qui envahit la vie sociale grâce à la permanence et à la rapidité de l’information augmente l’exigence que ce soit le principal détenteur de pouvoir qui s’investisse dans la gestion de la crise… émotionnelle. Les absences ou les distances ne pardonnent pas. Un ministre de la Santé qui commente, en pull, les effets dévastateurs de la canicule sur les personnes âgées, un président qui se contente de survoler les inondations de la Nouvelle-Orléans, sont des fautes inexpiables. Schröder fut réélu pour avoir chaussé ses bottes lors des inondations allemandes… Evidemment, la distinction s’impose entre la réaction face à un drame où l’Etat ne joue qu’un rôle faible, voire pas de rôle du tout et celui qui dépend en amont de son action. Soit il peut être, alors, accusé de négligence, soit il peut énergiquement mobiliser sa résilience. C’est ce que Bush avait su faire en 2001. Certains hommes politiques ont plus de talents comme Shérif et d’autres pour animer les cellules de soutien psychologique. Poutine appartient manifestement à la première catégorie.

Notre Président dont l’action politique proprement dite semble vouée à un insuccès certain tente de reconquérir l’opinion en optant pour le second rôle. On ne peut a priori lui reprocher. Tandis que les chiffres du chômage soulignent une fois encore le contre-sens de la politique française, des accidents endeuillent nombre de familles françaises. Le Président de la République a tenu des discours compassionnels et s’est fait l’organisateur principal de la réaction face à ces drames. Celle-ci sur tous les plans semble à la hauteur et il faut s’en féliciter. Le déploiement rapide des moyens après la catastrophe aérienne du Mali et le soutien aux familles des victimes paraissent répondre à l’attente. De plus, M. Hollande a habilement su éviter les images sur fond de carte postale dans l’océan Indien alors que l’actualité est dramatique. Il est resté à Paris et reçoit les familles. Pour autant, il faut s’interroger sur l’exercice de communication dont on souligne ici et là la réussite et l’évolution de la fonction présidentielle.

Lire la suite

Le « numéro vert anti-djihâd » contacté au sujet des livres islamistes vendus chez Carrefour

Le « numéro vert anti-djihâd » contacté sur les livres islamistes chez Carrefour

https://www.youtube.com/watch?v=a9dymYsZBtg

30/07/2014 – VIDÉO – Suite à la mise en place d’un « numéro vert anti-djihâd » par le gouvernement, le chercheur Joachim Veliocas, responsable du site www.islamisation.fr, a tenté un appel pour leur signaler la vente de livres appelant au djihad dans les hypermarchés Carrefour. La réponse de l’interlocutrice laisse pantois…

Retour sur un strip-tease dans les Chambres. On est gouverné par des Thénardier (Présent n°8154)

Retour sur un strip-tease dans les Chambres. On est gouverné par des Thénardier (Présent n°8154)

29/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – D’accord… Pas question de dire que tous les députés et les sénateurs qui viennent (plus ou moins et plutôt moins pour certains) de rendre publiques, sur le Net, leurs déclarations d’intérêts (1), sont des Thénardier (lesquels avaient fait leur beurre en allant détrousser les cadavres de Waterloo). N’empêche que cette opération “Transparence” permet de découvrir, çà et là, quelques joyeux rapaces.

Retour sur un strip-tease dans les Chambres. On est gouverné par des Thénardier (Présent n°8154)Henri Guaino, qui a toujours l’air aussi franc qu’un âne qui recule, ne décolère pas : « La folie de la transparence met en danger la vie privée et l’intimité. » Ah bon ? Et la sournoiserie de l’opacité, elle, elle ne met pas en danger la vie politique ? Ces députés, ces sénateurs, qui vivent à nos crochets et qui, pour certains, sont des cumulards de revenus, sont des hommes publics (2). Ils nous doivent donc des comptes, que ça leur plaise ou non.

Dans un pays où, le 15 du mois, des familles ne savent pas comment elles vont le finir, ce mois, où les chômeurs se comptent par millions, où des gens, qui ont pourtant un emploi, ont à peine de quoi se nourrir après avoir payé leur loyer, on ressent, à la découverte de ces Picsous bourrés de thunes, comme de la nausée. Une sorte d’antiparlementarisme ? Oui. Même si ça fait de la peine à Guaino et consorts. Quand certains députés gagnent plus de 100 000 euros par an en plus de leurs indemnités, on n’est pas obligé de trouver ça “normal”…

Lire la suite

[Lu sur Internet] La cause des chrétiens d’Orient mérite l’union des Français ! – par Charlotte d’Ornellas

[Lu sur Internet] La cause des chrétiens d’Orient mérite l’union des Français ! - par Charlotte d'Ornellas

29/07/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Pendant qu’en Irak les chrétiens sont chassés de leur terre et menacés de disparition par les djihadistes de l’État islamique, en France on fait la fine bouche…

Le collectif de « gens bien » qui a organisé la manifestation de dimanche sur le parvis de Notre-Dame s’était publiquement dissocié du rassemblement prévu samedi après-midi au Trocadéro (photo ci-dessus), craignant qu’il soit l’initiative de mouvements « proches de l’extrême droite ».

Le motif ? « Il ne faut demander rien d’autre que la paix en Irak. Des messages de haine et de violence auraient des répercussions graves sur place, ça s’est vérifié dans le passé. » Intéressante, cette manière de prendre « l’extrême droite » pour un ramassis d’imbéciles incapables de comprendre que ces chrétiens aspirent d’abord à la paix. Et pourtant, les chrétiens irakiens, eux, étaient nombreux samedi comme dimanche, et les prières entrecoupées de leurs chants sur le parvis du Trocadéro n’avaient vraiment rien d’un appel au massacre…

(…)

Et puis allons plus loin. Non à la récupération politique ? Très bien. Samedi, seuls les drapeaux français, assyriens et irakiens flottaient au Trocadéro, et le micro se passait de bouche en bouche pour entonner chants ou prières.

Lire la suite

[Lu sur Internet ] Comment va évoluer notre société si tous les métiers appartiennent à des robots ?

[Lu sur Internet ] Comment va évoluer notre société si tous les métiers appartiennent à des robots ?

29/07/2014 – PARIS (via Daily Geek Show)
De nos jours, de plus en plus d’activités sont réalisées par des machines automatisées et ce mouvement prend de plus en plus d’ampleur. Que se passera-t-il alors lorsque les robots nous auront tous remplacés au travail ? DGS vous apporte la réponse.

Zeynep Tufekci est une chercheuse à l‘université de Caroline du Nord, passionnée de technologie et de sociologie. Elle nous donne sa vision des choses lorsqu’on se pose la question de savoir si les humains devront toujours travailler lorsque les robots nous auront remplacés dans notre travail. Actuellement, nous avons un manque de personnes pour s’occuper d’autres personnes qui en ont besoin (dans les hôpitaux par exemple). En réalité, le problème vient du fait que ces emplois ne sont pas assez payés pour attirer les travailleurs.

Cette situation est souvent négligée dans tous les secteurs nécessitant une certaine qualification. L’économie de marché impose le fait que les pénuries de travailleurs augmenteront les salaires de ces derniers. Si les employés sont rares, leur valeur augmentera. Mais dans ce type d’industries présentes dans les pays développés, les salaires stagnent malgré le fait que ces personnes soient peu nombreuses. Lorsque le monde des affaires dit « il n’y a pas assez de travailleurs », il faut ajouter « qui veulent effectuer la tâche au prix que l’on propose ».

(…)

D’autres économistes pensent que tout cela mènera à des politiques de redistribution de richesses, une façon de recycler le capitalisme. Ils sont très peu nombreux à penser que l’abondance rend les marchés obsolètes. Le droit à la propriété pourrait être une façon de répartir des ressources, mais lorsque les robots auront remplacé les ouvriers et que tout sera disponible en abondance, aurons-nous toujours besoin de richesses ?

Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : Aldebaran Robotics via Wikipédia (cc).