Allah commande l’armée néerlandaise !

Allah commande l’armée néerlandaise !

26/02/12 – 10h00
LA HAYE (NOVOpress) –
Début février, la première salle de prière musulmane de l’armée néerlandaise a été ouverte au sein de la caserne Bernhard d’Amersfoort. La salle accessible à tout le monde est également utilisée à des fins d’étude. L’ouverture de cette salle de prière trouve son origine dans une initiative d’un dignitaire musulman au sein de l’armée, en la personne du colonel Ali Eddaoudi.

Ce gradé a été sollicité par les soldats de confession musulmane afin que ces derniers puissent bénéficier d’un lieu de prière. Un document a indiqué que des supérieurs ont classé l’endroit comme un “lieu de paix” sans préciser toutefois sa localisation. Eddaoudi souhaitait “un endroit qui soit conçu à l’intérieur comme une mosquée, avec une chaire et un mihrab’‘, précise-t-il sur le site Web du ministère de la Défense.

Par ailleurs un rapport de l’édition en ligne De Stad Amersfoort fait part de la stupeur provoquée par l’admission au rang de colonel de l’imam. Sa nomination en 2009 par l’armée hollandaise au poste d’imam avait suscité de vives émotions. Le site Nieuw Religieus Peil apporte des précisions complémentaires : le ministère de la Défense a nommé Ali Eddaoudi et Souad Aydin imams dans les forces armées. Eddaoudi, ancien journaliste et iman dans la prison de Breda, a commencé par refuser de serrer la main aux femmes tout en s’opposant contre l’interdiction de la burqa. Peu enclin à l’œcuménisme, il s’est exprimé sur l’impossibilité d’une existence fraternelle entre chrétiens et musulmans étayant son propos sur ce qui se passe en Afghanistan qui signifie selon lui vouloir “terroriser les Afghans dans leur propre pays.”
De son coté, Aydin est en liaison avec l’organisation turque Milli Görüs qui dirige la mosquée Fatih à Soest dont il est un des dignitaires.

Durant les dernières semaines écoulées, Eddaoudi et Aydin ont assisté à un cours organisé par le ministère de la Défense, afin d’assimiler les connaissances nécessaires au sujet des forces armées. Le béret leur a été décerné lors d’une cérémonie privée qui a eu lieu à l’Académie Militaire Royale de Breda.

Cette rapide promotion au grade de colonel s’explique par le déroulement d’une carrière militaire au sein de l’armée hollandaise. Dans n’importe quel autre pays, le grade de colonel est obtenu à condition de fréquenter une école militaire, d’être passé par des années d’études et de formation, puis de faire un début modeste en tant que lieutenant. Un parcours que n’a pas connu Eddaoudi dans la mesure où il a même pu sauter certains grades. Sachant que le rang suivant au sein de la hiérarchie militaire néerlandaise est celui de général de brigade, un iman pourrait prochainement commander des troupes armées. En outre, faisant fi de son devoir de réserve dévolu à sa fonction, le colonel Eddaoudi n’hésite pas à exprimer ses opinions politiques en fustigeant notamment la présence des troupes néerlandaises en Afghanistan. Il s’est par ailleurs élevé publiquement à plusieurs reprises contre Geert Wilders et son Parti de la liberté (PVV) cela sans susciter la moindre réaction d’incompatibilité avec son statut de “serviteur de la reine Beatrix et de la patrie.”

Imaginez pareille situation en Turquie ou au Maroc : un protestant ou un prêtre catholique admis dans l’armée nationale comme aumônier, immédiatement promu au grade de colonel avec plein salaire et qui se permettrait de critiquer ouvertement Erdogan ou le Roi Mohammed du Maroc…

Lorient : une femme en niqab fait son cinéma

Lorient : une femme en niqab fait son cinéma

26/02/2012 – 08h30
LORIENT (NOVOpress Breizh) – Après l’affaire de la femme conduisant en niqab à Nantes qui avait défrayé la chronique l’an passé, mardi dernier c’est la vidéo faite par une femme en niqab – à qui l’on refusait l’accès au tribunal de Lorient – qui fait du reuz sur le net.

Mardi dernier, une femme se présentait à l’entrée du tribunal de grande instance de Lorient le visage recouvert d’un niqab . Le port de ce dernier étant interdit dans les espaces publics depuis le 11 avril 2011, date de l’entrée en vigueur de la loi, le vigile chargé de surveiller l’accès à la juridiction lui a donc demandé d’ôter le voile recouvrant son visage. Mal lui en a pris. Très en colère, la femme a pris l’homme à partie, le filmant à l’aide de son portable, avant de finalement repartir. Fin de l’incident ? Pas tout à fait.

Quelques heures plus tard en effet la vidéo était mise en ligne sur internet. Dans celle-ci, on peut entendre la femme fustiger véhémentement l’attitude du vigile. « Regardez bien son visage mes sœurs. T’as pas honte ! T’as pas honte ! T’as pas honte ! T’as vraiment pas honte ! » Inutile de dire que l’affaire a suscité une forte émotion dans le petit monde judiciaire lorientais.

«J’ai déjà eu à gérer des comportements agressifs. C’est mon métier. Mais c’est la première fois que je vis une telle situation» a déclaré l’agent de sécurité au Télégramme. L’homme, qui se déclare « musulman et partisan d’un islam modéré», n’a pas apprécié les qualificatifs peu amènes qui le mettent en cause sur le site où est hébergée la vidéo. Il a donc décidé de porter plainte.

« Une enquête doit être ouverte, a déclaré le procureur de Lorient. Nous souhaitons entendre la femme dans les prochains jours pour connaître les raisons qui l’ont poussé à agir ainsi. » Selon la loi, la femme encourt, pour port de niqab dans un espace public, une contravention de… 35 euros.

La vidéo, après une longue introduction :

Poutine sera réélu par le peuple russe pour le Bien de la Russie et de l’Europe ! Par Marc Rousset

Poutine sera réélu par le peuple russe pour le Bien de la Russie et de l’Europe ! Par Marc Rousset

Monsieur André Glucksmann, obsédé par Vladimir  Poutine,  le contre-modèle exemplaire de  ses rêves politiquement corrects  et droit de l’hommistes, n’hésite pas à écrire  dans une chronique du Figaro du Vendredi  24 Février 2012 : « Poutine réussira-t-il la falsification administrative des élections présidentielles ? Devra-t-il fomenter une épidémie d’attentats attribués à d’imaginaires ennemis pour mieux réprimer les contestataires ensuite ? Ou pourquoi pas, lancera-t-il une expédition militaire, genre deuxième guerre de Géorgie,  afin de s’imposer comme l’homme fort et insubmersible de la Russie ? »
A noter que  Monsieur Glucksmann n’est pas à une contre-vérité près car les faits et les enquêtes impartiales de l’Union Européenne  démontrent que c’est bel et bien la Géorgie du jeune, inconscient et fougueux Président  Mikhaïl Saakachvili  qui a commencé en Aout 2008  les hostilités militaires en Ossétie du Sud  et les a terminées  dans une  totale déroute.

Or, le jeudi 23 Février 2012, devant une foule  réunie dans le stade moscovite de Loujkini  et évaluée par les autorités à 130 000 personnes, Poutine a montré au monde que les mouvements d’opposition peinent à trouver leur second souffle.  « Désormais, il n’y aura plus lieu de parler de la révolution orange car la rue nous appartient » a pu déclarer Vladimir Bourmatov, un député de Russie unie (1). Il est probable que Poutine sera réélu avec plus de 50% des voix et non plus des scores de 71% des voix comme en 2004, mais quoi d’anormal ? Les peuples  européens de l’Ouest ont-ils été reconnaissants  par leurs votes à  Winston Churchill, à Clemenceau, à De Gaulle ?

Poutine, l’obsession des Etats-Unis et des Occidentaux

L’Amérique  veut déstabiliser et faire sauter  le verrou Poutine pour plusieurs raisons. La Russie  est  devenue une superpuissance pétrolière respectée, à défaut d’être crainte. Poutine a brisé les rêves de Mikhaïl Khodorkovski , patron de Youkos, et ceux  des Etats-Unis  qui voulaient mettre la main   sur les ressources énergétiques de la Russie.

Poutine veut également réarmer la Russie, immense pays  richissime ouvert aux quatre vents et deux fois plus grand que les Etats-Unis avec au grand maximum  130 millions de Russes en 2050 ! Poutine veut dépenser 590 milliards d’euros d’ici à dix ans pour se protéger de la menace militaire de l’OTAN et des États-Unis. Selon le quotidien Rossiskaya Gazeta,  le plan de modernisation militaire lancé il y a un an par Poutine comprendrait : construction de 400 missiles balistiques d’ici à 2022, 8 croiseurs sous-marins  lance-missiles stratégiques, 20 sous-marins polyvalents, 50 navires de surface, 600 chasseurs de cinquième génération, mille hélicoptères, 2300 chars modernes, 2000 canons automoteurs, 28 régiments de systèmes de missile sol-air S400. Tout spécialiste des problèmes militaires sait en effet parfaitement que le système  américain de bouclier antimissile est dirigé contre la Russie, l’Iran n’étant qu’un prétexte !

Poutine n’a pas digéré non plus l’erreur de Dimitri Medvedev qui n’a pas  mis son véto au Conseil de Sécurité de l’ONU , d’où  la brèche éhontée dans laquelle s’est engouffrée l’Occident en bombardant la Libye et en intervenant avec des troupes au sol dans un conflit tribal interne, en lieu et place d’une zone d’exclusion aérienne, ce  qui n’est  pas sans rappeler la mauvaise foi de l’expansion de l’OTAN  à l’Est, contrairement aux promesses qui avaient été faites lors de la chute du Mur de Berlin  à Gorbatchev et  plus tard à Boris Eltsine !

Poutine s’oppose à l’intervention militaire occidentale en Syrie pour protéger  les exportations russes d’armement ainsi que la seule et unique base maritime pour la flotte russe en Méditerranée !

Poutine sera réélu par le peuple russe pour le Bien de la Russie et de l’Europe ! Par Marc Rousset
Marc Rousset

Poutine peut enfin se prévaloir d’un succès sur le plan économique à faire pâlir d’envie les Occidentaux. La croissance du PIB devrait frôler les 4,5% en 2011 et en 2012.Le taux de chômage est descendu à 6,3% ; la dette du pays est faible, inférieure à 10%du PIB. Les réserves de change sont d’environ 500 milliards de dollars. L’inflation est à la baisse, estimée à 6,5% , soit son plus faible niveau depuis 20ans.La Russie est déjà aujourd’hui la 10ème économie du monde en PIB nominal et la 6ème en termes de parité de pouvoir d’achat. La Russie devrait être la 4èmeéconomie de la planète en 2020.

Poutine propose un contre-modèle à  l’Europe décadente

Poutine a dores et déjà sauvé la Russie, mais il est d’autant plus dangereux qu’il propose à l’Europe occidentale  un autre modèle que le droit de l’hommisme et l’incite à se libérer du protectorat militaire américain. Poutine a compris que le redressement, le rétablissement de la Russie  passait par les valeurs traditionnelles, le patriotisme, l’Eglise orthodoxe, le sens de l’effort et du dépassement, constituant un magnifique contre-exemple pour les démocraties européennes décadentes et aveugles. Alors que les droits de l’hommistes souhaitent que la Russie s’adapte au modèle occidental, c’est bien au contraire, selon Vladimir Poutine,  aux Européens de l’Ouest de retrouver leurs valeurs traditionnelles, de ne plus pratiquer la repentance. En ce sens, Poutine est le sauveur potentiel de l’Europe de l’Ouest !

Poutine est enfin dangereux  car  il est  natif de Saint Petersburg , la ville symbole du rapprochement européen fondée par Pierre Le Grand ; il  parle allemand , il  a travaillé pour le KGB  à Dresde et  a une vision continentale européenne historique que n’ont pas nos dirigeants  atlantistes actuels !

C’est ainsi que devant le Bundestag, il a pu dire :

« Si à une certaine époque, la réconciliation historique de la France et de l’Allemagne fut l’une des conditions de base de l’intégration ouest-européenne, aujourd’hui, c’est le partenariat entre la Russie, l’Allemagne et la France qui constitue le facteur positif majeur de la vie internationale et du dialogue européen.

Je suis profondément convaincu que la Grande Europe unie de l’Atlantique à l’Oural, et de fait jusqu’à l’ Océan Pacifique, dont l’existence repose sur les principes démocratiques universels, représente une chance exceptionnelle pour tous les peuples du continent, pour le peuple russe notamment…..Le peuple russe a toujours eu le sentiment de faire partie de la grande famille européenne, à laquelle le rattachent les mêmes valeurs culturelles, morales, spirituelles. »
Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie

Marc Rousset, économiste, écrivain, auteur de « La Nouvelle Europe-Paris-Berlin-Moscou », pour Novopress France.

(1) Le Figaro du Vendredi 24 Février –« Poutine poursuit “la bataille pour la Russie” »

Crédit photo : Presidential Press and Information Office, licence CC.

Kiosque Courtois du samedi 25/2/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté aujourd’hui par Jean-Yves Le Gallou et Anne Dufresnes.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Près de 100 milliards : c’est le coût de l’immigration selon l’Institut de géopolitique des populations.

Pour l’immigration déjà sur place, ce sont 72 milliards dont 5 milliards pour l’immigration clandestine.

Il faut y ajouter les charges notamment d’investissements liées aux 200.000 nouvelles entrées par an. Car les nouveaux entrants accèdent immédiatement aux mêmes avantages économiques et sociaux que les nationaux et les anciens résidents. Et surtout, comme le rappelait le prix Nobel Maurice Allais, il faut investir pour les accueillir : logements, transports, places supplémentaires dans les hôpitaux, les prisons, les écoles, les universités, etc. ; pour faire face aux besoins des 200 000 nouveaux entrants il faut 18 milliards d’euros.

En totalisant le coût de l’immigration déjà installée à celui de l’immigration nouvelle on arrive ainsi à près de 100 milliards, l’équivalent du déficit public. Un beau gisement d’économies dont on parle peu !

Marine Le Pen dénonce le tout halal en Ile -de -France.

Marine Le Pen a déclaré dimanche dernier “Tous les abattoirs d’Ile‑de‑France vendent du halal, sans exception. Que du halal”.

Des propos que le ministère de l’Agriculture et l’association des bétails et des viandes ont remis en cause. Pourtant selon les vétérinaires, pour la France entière cette fois, plus de 60 % des moutons sont abattus sans étourdissement préalable. Et 30 % des bovins. Beaucoup de consommateurs mangent donc halal sans le vouloir et sans le savoir.

Et le halal présente des risques sanitaires ? C’est l’avis du Docteur Jean‑Louis Thillier, auteur de nombreux rapports officiels sur la sécurité sanitaire. Le problème est, je cite : « Celui du non respect des normes d’hygiène, conduisant à une augmentation des contaminations à Escherichia coli, ces terribles bactéries qui provoquent tant d’insuffisances rénales chez les enfants. » Et le docteur vétérinaire d’expliquer : « Au cours de ce type d’abattages rituels, le contenu de l’œsophage et des intestins des animaux risque de souiller la viande, particulièrement les quartiers avant qui finissent dans les steaks hachés. Voilà pourquoi l’étiquetage indiquant comment les animaux ont été abattus est si important. Le consommateur est en droit de savoir. »

Mais le gouvernement s’oppose à l’étiquetage. Oui, à Bruxelles et à Strasbourg, ministres et parlementaires français s’opposent à toute forme d’étiquetage et de traçabilité. Un engagement qu’ils ont pris devant le Conseil français du culte musulman et le Conseil représentatif des institutions juives qui marchent la main dans la main dans cette affaire.

Le 11 novembre sera la journée “en hommage à tous les morts pour la France”.

Le Parlement a adopté définitivement lundi 20 février, la loi instaurant le 11 novembre comme une journée “en hommage à tous les morts pour la France”. Jusqu’à présent, la date de l’armistice de 1918 concernait seulement les victimes de la Première guerre mondiale. Cette loi mémorielle est une manière indirecte de conduire à l’oubli du souvenir des Poilus de 14.

Le feuilleton DSK continue, le PS plonge dans les affaires.

Dominique Strauss Kahn a dû s’expliquer sur les partouzes auxquelles il a pris part, notamment à Paris et à Washington. La justice cherche à déterminer s’il savait que les femmes qui y participaient étaient des prostituées.

L’ancien directeur du FMI aura pu mettre à profit ses 36 heures de garde à vue pour comparer les geôles françaises aux geôles américaines.

Le PS, quant à lui, est rattrapé par les affaires : DSK à Lille, Dalongeville, auteur de la Rose mafia, à Hénin‑Beaumont, Sylvie Andrieux et Guérini à Marseille. Hollande va avoir du mal à dire qu’il n’était pas au courant ! Mais à Marseille, Squarcini, un chef policier proche de Sarkozy, est aussi mis en cause !

Une musique de campagne « made in » Bulgarie.

A la demande de Carla Bruni, c’est le pianiste Laurent Ferlet qui a composé la musique de campagne de Nicolas Sarkozy. Laurent Ferlet est un spécialiste de la bande‑son animalière. Il s’est fait connaître par « Le cri de l’homme des neiges », « Ham un chimpanzé dans l’espace » et « La légende de l’homme‑loutre ». La bande‑son de la campagne Sarkozy a, elle, été enregistrée à Sofia en Bulgarie ; plutôt cocasse comme lieu d’enregistrement pour la musique de tous les prochains meetings du candidat qui promeut le « made in France ».

Kiosque Courtois du samedi Borloo a bu la tasse à Veolia.

Le projet d’installer Jean‑Louis Borloo (photo) à la tête de Veolia, ex Compagnie générale des eaux, a provoqué l’hilarité générale. L’ex avocat d’affaires et ex ministre de l’environnement n’a pas été jugé apte à diriger une entreprise de 300.000 personnes.

Le gouvernement ne veut plus de demoiselles.

Une circulaire émanant des services du Premier ministre a décidé d’interdire dans les formulaires administratifs les termes « mademoiselle », « nom patronymique » et « nom d’épouse ». Une décision qui fait suite à une campagne des associations féministes relayées par Roselyne Bachelot. Allez encore un effort : bientôt les féministes trouveront injuste que seules les femmes soient enceintes…

Nicolas Dupont‑Aignan a été mis à l’amende.

Il avait protesté contre la ratification par l’Assemblée nationale du Mécanisme européen de stabilité, le fameux MES.

Pour dénoncer le nouveau mécanisme européen, Dupont‑Aignan avait brandi un faux chèque géant de 140 milliards d’euros émis à l’ordre de l’Union européenne de la part de Sarkozy, Hollande et Bayrou. Il voulait, je cite : « Montrer le chèque que vont payer les Français, les 140 milliards d’euros supplémentaires de dette pour la France que les députés vont engager pour sauver un système financier à bout de souffle ; les socialistes qui prétendent combattre la finance mais vont s’abstenir sont des pleutres ! ».

Dupont‑Aignan a été rappelé à l’ordre par Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale. Avec à la clef une amende de 1.400 euros, comme le permet le règlement intérieur de l’Assemblée.

L’UMP demande aux patrons de licencier après mai 2012.

Si l’on en croit le magazine Challenges, les patrons de la FNAC et d’Areva auraient reçu des instructions de Xavier Bertrand pour repousser de quelques mois leurs projets de licenciements. Quant aux groupes automobiles PSA et Renault, ils se seraient engagés à ne rien annoncer avant le mois de mai prochain… Etre électeur avant d’être chômeur : une bien maigre consolation !

Présidentielles : le représentant des chasseurs jette l’éponge.

Kiosque Courtois du samedi 25/2/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Le paysage s’éclaircit à droite pour Nicolas Sarkozy. Après Christine Boutin et Hervé Morin, c’est au tour de Frédéric Nihous (photo) de renoncer à l’élection présidentielle. Le président de Chasse, pêche, nature et traditions a préféré jeter l’éponge à quelques semaines du scrutin et rejoindre Nicolas Sarkozy. Un choix motivé par « Les difficultés à réunir les 500 parrainages », ainsi que « le blocage des banques qui privilégient les candidats placés haut dans les sondages ». Selon Frédéric Nihous, « l’ostracisme des médias et des sondeurs évincent la ruralité dans le débat public ».

 

Monde

Les chiffres du chômage allemand sont ils truqués ?

Et si le « miracle économique allemand » que l’on veut imposer comme modèle à l’Europe entière était basé sur une série d’impostures ?

C’est en tout cas ce que laisse entendre un article de « Marianne » qui s’appuie sur le témoignage d’une responsable de l’Arbeitsagentur d’Hambourg (l’équivalent allemand du Pôle emploi) pour affirmer que les chiffres du chômage outre Rhin sont largement falsifiés.

« Qu’on arrête de parler de miracle économique. Aujourd’hui, le gouvernement répète que nous sommes aux alentours de trois millions de chômeurs, ce qui serait effectivement historique, mais la réalité est tout autre, six millions de personnes touchent Hartz IV… » affirme notamment cette fonctionnaire. Hartz IV étant l’équivalent de l’indemnité chômage.

Une affirmation confirmée par le quotidien conservateur Die Welt qui assure qu’un chômeur de plus de 58 ans sur deux n’est plus répertorié dans les chiffres de l’Agence fédérale du travail.

La Commission européenne veut couper les vivres à la Hongrie.

Kiosque Courtois du samedi 25/2/2012 – L’actualité de la semaine en écrit La Commission européenne a proposé de suspendre le versement à la Hongrie de presque un demi milliard d’euros provenant du Fonds de cohésion, et ce à partir de 2013. Une décision arbitraire qui vise à obliger le gouvernement Orban (photo de Viktor Orban) à prendre des mesures de correction de son déficit, qualifié d’excessif. Une affirmation des autorités européennes d’une mauvaise foi évidente lorsque l’on sait que le déficit de la Hongrie est l’un des plus faibles d’Europe. Mais il est vrai que la politique identitaire et nationale du gouvernement Orban est politiquement incorrecte.

Face à l’Iran, après la voie diplomatique et avant la voie militaire, l’empire mondialiste essaie la voie financière.

La SWIFT vient de publier un communiqué de presse très intéressant.

Mais diable qu’est que la SWIFT ? Il s’agit de l’organisme qui gère les virements interbancaires dans 210 pays avec 550 millions de virements par mois. La SWIFT a déclaré être prête à supprimer les banques iraniennes de ses circuits informatiques, ce qui empêcherait les transferts d’argent vers l’Iran. Selon l’économiste dissident, Pierre Jovanovic, cette décision de la SWIFT a été prise à la demande des Etats Unis et de l’Union européenne.

Quelle est la conséquence de cette exclusion de l’Iran des circuits informatiques financiers de la SWIFT ? Toujours selon Jovanovic, cela équivaut à une mort lente de la population iranienne, car, ne pouvant plus recevoir de virements étrangers, l’Iran ne pourra plus commercer comme avant ; or un pays dont on décrète la mise à mort n’a qu’une seule alternative : se coucher ou faire la guerre… Une guerre qui est justement souhaitée par les ennemis de l’Iran. La boucle est bouclée.

La Cour suprême israélienne risque de mettre la coalition de Netanyahu en difficulté.

Jugez plutôt : depuis 2002, une loi exempte de service militaire au sein de Tsahal les jeunes juifs orthodoxes qui préfèrent étudier en école religieuse.

Oui mais voilà, la Cour suprême de Jérusalem vient de juger que cette loi n’était plus reconductible, au nom du principe d’égalité devant les devoirs civiques et la solidarité devant l’effort national.

Craignant une explosion de sa majorité et sachant le poids croissant des religieux dans son pays, Netanyahu réfléchit déjà à une nouvelle loi formellement différente mais dont le but serait identique…

Le chiffre de la semaine c’est 150 milliards.

150 milliards, soit 7,5 % du PIB, c’est la facture annuelle du crime en France, évaluée par le professeur Jacques Bichot pour le compte de l’Institut de la justice.

La phrase de la semaine est signée Denis Tillinac.

L’écrivain corrézien, éditeur et journaliste, a déclaré à la télévision, dans l’émission de Robert Ménard : « Un peuple est libre d’accueillir qui il désire et de répudier qui il veut, on a le droit de discriminer ».

La bonne nouvelle.

La bonne nouvelle c’est le centième anniversaire d’Emile Allais, le fondateur de l’école du ski français. 100 ans, mais 100 ans ski au pied.

 

Nicolas Sarkozy : le travail rend libre !

Nicolas Sarkozy : le travail rend libre !

25/02/12 – 14h15
PARIS (NOVOpress) –
C’est une surprenante nouvelle erreur que viennent de commettre les communicants de Nicolas Sarkozy.

Lors du meeting du candidat UMP à Lille jeudi dernier axé sur la “valeur travail”, une phrase n’est pas passée inaperçue auprès de nombreux internautes. Nicolas Sarkozy, en déclarant qu’ “il ne faut pas opposer le travail à la vie, parce que le travail c’est le moyen d’être libre !, a tout simplement repris une des devises du national-socialisme : “le travail rend libre” (“Arbeit macht frei”). Une expression qui ornait l’entrée des camps de concentration notamment Auschwitz, Dachau, Gross-Rosen, Sachsenhausen.

Le maïs OGM Monsanto va-t-il être commercialisé ?

Le maïs OGM Monsanto va-t-il être commercialisé ?

25/02/11 – 12h00
PARIS (NOVOpress)
– Le 20 février dernier, les ministres de l’Écologie et de l’Agriculture ont demandé à la Commission européenne de suspendre la mise en culture du maïs transgénique MON 810.
Parallèlement à cette démarche, les autorités françaises se préparent à prendre une mesure conservatoire en cas de refus européen.

Mais dans l’attente de cette mesure, quid du maïs OGM MON810 à nouveau autorisé par les instances européennes (et le Conseil d’Etat français pour non-respect des procédures) et de sa diffusion sur notre sol ?

Face à cette question, les associations environnementalistes sont inquiètes et demandent à ce que ce maïs ne puisse pas être commercialisé durant le laps de temps nécessaire à l’Etat français pour prendre une nouvelle mesure légale d’interdiction. Cette interdiction est d’autant plus urgente que la période des semis approche.

Dans l’attente d’une mesure gouvernementale, les associations écologistes et environnementalistes « appellent au bon sens et à la responsabilité des coopératives et des agriculteurs et leur demandent de ne pas vendre ni semer ce maïs transgénique lors de la prochaine campagne ».

Elles invitent par ailleurs la population à participer à la consultation publique ouverte sur ce sujet : http://agriculture.gouv.fr/consultation-mesure-d-urgence-MON810

Crédit photo : kmillard92 via Flickr (cc).

L’élection présidentielle taïwanaise : quel enjeu pour la relation inter-détroit ? (vidéos)

L’élection présidentielle taïwanaise : quel enjeu pour la relation inter-détroit ? (vidéos)

Emmanuel Lincot s’entretient avec Barthélémy Courmont, au sujet de l’élection présidentielle taïwanaise du 14 janvier 2012.
Barthélémy Courmont est professeur à Hallym University (Corée du Sud), chercheur-associé à l’IRIS, et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois, nouvelle Asie.

Vidéo en 2 parties :


 

À propos de l’auteur, Emmanuel Lincot :

Directeur de la Chaire des Études Chinoises Contemporaines (Institut Catholique de Paris). Politiste, sémiologue et sinologue de formation, il s’intéresse aux enjeux contemporains de la Chine tant dans les domaines politiques que culturels. Enrichi par une longue expérience de terrain en Asie, il mène une activité de conseil auprès de multinationales et des services de l’État.

[box class=”info”] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Librairie : « Mafia rose » dénonce la corruption du Parti Socialiste du Pas-de-calais

Librairie : « Mafia rose » dénonce la corruption du Parti Socialiste du Pas-de-calais

25/02/12 – 08h00
PARIS (NOVOpress)
– A quelques semaines de l’élection présidentielle, Gérard Dalongeville, ancien maire socialiste d’Hénin-Baumont, jette un pavé dan la mare avec son ouvrage relatant les mœurs politiques corrompues dont il a été l’acteur et le témoin.

Poursuivi en 2009 pour détournement de fonds publics et placé en détention préventive durant huit mois, l’ex élu socialiste affirme avoir vécu « l’enfer » et être bien décidé aujourd’hui, après avoir « couvert » le PS durant des années, à « tout déballer » sur la place publique.

Dans son ouvrage, publié aux éditions Jacob-Duvernet, Gérard Dalongeville explique notamment que la fédération PS du Pas-de-Calais a reçu des commissions de la part d’entreprises privées en échange de marchés publics. Par ailleurs, il dénonce le « clientélisme » habituellement pratiqué ainsi que de nombreux enrichissements personnels.

Rejetant l’accusation éculée et hypocrite de « faire le jeu du Front National », déjà très implanté dans la région, l’ancien édile assure avoir voulu faire un livre « anti-système » sans chercher à minimiser ses responsabilités et son « manque de courage » face au système de corruption.

Crédit photo : kmillard92 via Flickr (cc).

Les producteurs de légumes victimes du grand froid

Les producteurs de légumes victimes du grand froid

24/02/12 – 18h50
PARIS(NOVOpress)
– Alors que la vague de grand froid qui a sévi sur la France s’efface doucement, le temps est désormais au bilan pour l’agriculture française. Premiers touchés, les producteurs de légumes qui ont souffert du gel et dont les pertes sont importantes et définitives, grevant un peu plus des revenus déjà fragilisés.

Prenant exemple des artichauts du Roussillon et des salades de tout le Sud de la France dont la production a été anéantie ou fortement abîmée, le syndicat agricole indépendant la Coordination Rurale demande que ces pertes figurent dans la procédure des calamités agricoles.

Cette démarche parait d’autant plus légitime que les équipements et les infrastructures ont également été endommagés.

Comme le souligne le syndicat « des agriculteurs, déjà durement touchés par la crise de l’été 2011, ne pourront pas relancer de nouvelles cultures sans cette mesure ».

Crédit photo : Myri_bonnie/Myriam via Flickr (cc)

[Tribune libre] La dernière “bonne” trouvaille du Secrétariat d’Etat à la famille ! Un kit de mariage civil qui aurait pour but de diminuer le nombre de divorces en France !

[Tribune libre] La dernière bonne trouvaille du Secrétariat d’Etat à la famille : un kit de mariage civil qui aurait pour but de diminuer le nombre de divorces en France

Il est vrai que la macabre et célèbre vérité du « Tu savais qu’un mariage sur deux se termine en divorce ? » amène à penser que les Français ont en effet oublié le sens premier de cet engagement.

Cela va d’ailleurs en empirant, puisqu’en même temps que le nombre de mariages diminue celui des divorces augmente.

Outre la démarche ridicule d’assistanat étatique permanent que traduit la sortie de ce kit tout cela en dit long sur notre société. Le réel engagement n’existe plus. Une union pour la vie ? Bien sûr que non. Un petit bout de chemin ensemble, plus ou moins officialisé, plus ou moins sanctifié. Enfin plutôt moins que plus d’ailleurs, puisque seulement 30 % des mariages civils se concrétisent (si, si, c’est l’engagement devant Dieu qui concrétise, pas la signature du papelard à la mairie ou le fait de faire compte commun…) de manière religieuse. Pour un mariage civil, le seul consentement des deux parties suffit. C’est un contrat qui peut en toute logique et en toute légalité se rompre. Ce qui le différencie du mariage catholique qui, à l’inverse ne peut être dissout. Car « ce que Dieu a uni l’homme ne peut le séparer ». La création d’une famille, d’un foyer n’est pas chose qui doit se prendre à la légère. L’union de deux êtres qui s’aiment – les futurs parents – constitue un socle qui se doit d’être solide. L’amour de ces deux êtres nécessite une authentique sincérité. Aimer ça n’est pas dire « je t’aime… aujourd’hui », c’est dire « je t’aime pour toujours et l’amour que je te porte ne souffrira jamais de rien, ni de tes écarts ni de tes états ». C’est dire « je t’aime tant que je trouverai la force de tout te pardonner dans la joie et surtout la peine, dans la richesse et surtout la pauvreté ».

Malheureusement la société actuelle à grand renfort de sex-friends, d’amourette de 15 ans (même quand on en a 30, voire 50) et autres « oups j’ai oublié ma pilule » ne prépare pas, mais alors pas du tout, à cet engagement. Et ça ne sont pas des adjoints en mairie qui nous l’expliqueront mais bel et bien des prêtres.

En outre, il ne faut pas manquer de rappeler que ce fabuleux kit émane d’un parti -l’UMP- qui est loin de briller par sa valeur d’exemplarité. Rappelons à toute fin utile que le chef de ce parti qui n’est autre que le Président de la République a déjà consommé pas moins de trois unions… Que d’une manière générale au sein de ce même parti le divorce est un peu une règle et on a plutôt tendance à faire des enfants sans père… Je passe sur de scandaleuses rumeurs de pédophilie qui entourent certains des membres de ce cher gouvernement.

En bref, plutôt que d’inventer sans cesse des nouvelles sottises nos élus feraient mieux de se poser un peu plus en modèle de vertu en commençant par protéger leur propre cellule familiale. Ainsi ils donneraient l’exemple plutôt que la leçon. Et s’ils veulent sensibiliser les gens sur le mariage, le vrai, pas le contrat civil entre deux parties, qu’ils s’adressent à des personnes qui le célèbrent depuis plus de 2 000 ans. Et qui, fort de ces 2 000 ans d’expérience savent de quoi ils parlent, du moins certainement plus qu’une bande de déglinguos donneurs de leçon, multi-mariés et partouzeurs.

Diane Fischer

[box class=”info”] Source : le webzine féminin Belle et rebelle. [/box]

Halal : le conseiller régional FN démissionne

Halal : le conseiller régional FN démissionne

24/02/12 – 17h00
PARIS (NOVOpress)
– Suite à la polémique lancée par Marine Le Pen autour de la viande halal imposée dans les assiettes des français, Paul Lamoitier, conseiller régional FN du Nord-Pas-de-Calais et l’un des plus importants distributeurs de viande halal de la région, a démissionné de ses fonctions au sein du mouvement populiste.

C’est par une lettre envoyée à Marine Le Pen qu’il a fait part de sa décision qui redonne un peu de cohérence au FN sur cette question.

C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé Bruno Bilde, directeur de la communication de Marine Le Pen, en déclarant : « Paul Lamoitier n’est plus sur la ligne du Front. Il prend des positions en faveur du halal : son départ est souhaité ».

Crédit photo : BrotherMagneto via Flickr (cc).

La démocratie en France : état des lieux

La démocratie en France : état des lieux

Article reproduite avec l’aimable autorisation de la Fondation Polémia

[box class=”info”] A la veille d’une nouvelle élection présidentielle, une des étapes les plus marquantes de la vie démocratique de la République, Louis Tode se livre à un « état des lieux ». Son analyse aborde les principaux modes de fonctionnement, que l’on connaît bien isolément, avec leurs défauts sinon leurs dévoiements, et que l’auteur a le mérite de réunir pour en préconiser quelques remèdes.
Polémia
[/box]

Nous qui donnons des leçons de démocratie à la terre entière, nous pouvons nous poser une question : comment va notre système politique ? Qu’en est-il de la démocratie en France ? Est-elle assurée par l’élite en place, ou est-elle bafouée et confisquée par une oligarchie ? Etudions cela un peu en profondeur.

Nous ne connaissons pas actuellement en France de démocratie directe ; seule la démocratie représentative compte : très peu de référendums nationaux – et encore : quand le résultat déplaît au gouvernement les députés revotent– absence de référendums locaux (villes, villages, régions, etc.). Pour certains sujets nous avons même interdit des référendums (peine de mort), et rien n’est fait pour encourager l’initiative populaire ; la commission européenne, elle, daigne à peine se pencher sur un sujet si un million d’Européens ont signé une pétition.

Nous observons ensuite un verrouillage de la démocratie par les partis politiques : ceux-ci sont devenus indispensables à quiconque souhaite un jour être élu. Les mastodontes de la Ve République se sont imposés partout, et il faut passer par leurs mailles pour accéder aux hémicycles : ils ont les réseaux, l’argent, ils font entre eux des arrangements pour n’avoir aucun vilain petit canard dans les assemblées. La plupart font des carrières, ont de multiples casquettes, ils se connaissent tous et sont tous copains : il est bien évident qu’à partir de là il est difficile d’émerger en tant que force politique nouvelle et indépendante, car on représente alors un danger, celui de prendre leur place qu’ils ont gardée bien au chaud.

Ces élus qui verrouillent tout ont aussi tourné les modes de scrutin à leur avantage : ces modes pénalisent toujours les plus faibles et empêchent, là encore, des forces novatrices d’émerger. Nous sommes par exemple passés, aux législatives, de la proportionnelle intégrale au scrutin uninominal à 2 tours : ceci a empêché toute une partie de la population d’être présente à l’Assemblée nationale. « Oui mais il faut une majorité forte pour gouverner »… Au-delà de l’incertitude de cette affirmation, pourquoi dans ce cas ne pas aller jusqu’au bout de la logique et instaurer le parti unique ?

De même, les élections européennes, qui étaient autrefois des élections nationales, ont été régionalisées. Quel en a été le résultat ? Un scrutin incompréhensible, qui a fait déserter les électeurs (30% de participation en 2009) et qui a donc affaibli les forces dissidentes.

Les élus ne souhaitent hélas pas voir une force émerger, car cela serait au détriment d’eux-mêmes.

Concernant les élections : des complications ont été ajoutées aux difficultés. Lors des élections territoriales on s’est mis à exiger que chaque candidat ait un suppléant ainsi qu’un trésorier de campagne. Lorsque l’on est un petit parti, comment peut-on trouver toutes les personnes nécessaires ? En revanche, un grand parti bien implanté a, lui, les réseaux nécessaires pour trouver ces gens. De même, lors des élections présidentielles, nous sommes passés d’une centaine de signatures de maires anonymes à 500 signatures visibles. Les partis politiques verrouillant tout, ils ont même modifié l’organisation du territoire pour avoir sous leur coupe le moindre village (réforme territoriale, intercommunalité, etc.), et pouvant par conséquent faire pression sur les maires donnant leur signature à des dissidents. De plus, avec de véritables féodalités se mettant en place, certains n’acceptent pas qu’on veuille prendre leur place et utilisent tous les moyens pour les déstabiliser (personnel municipal décollant les affiches de candidats à la mairie, moins de panneaux électoraux).

Et quid de la culture du débat, de la polémique ? Y a-t-il eu un débat en 2002 entre les candidats du second tour ? Y a-t-il eu, en 2007, loin des émissions où chaque Français demandait ce que le candidat proposait pour son petit problème, de grands débats entre candidats ?

Enfin, et c’est peut-être l’élément principal de cette problématique, souvenons-nous que tous ces élus, cette élite, majorité, opposition, etc. se retrouvent loin des assemblée filmées et visibles. La plupart de ces membres appartiennent à des associations, cercles, clubs très sélects où ils peuvent discuter et faire connaissance entre eux loin des regards du « méchant peuple ». Avec le carriérisme de la politique, ils se fréquentent et se connaissent de plus en plus, s’acoquinent, s’arrangent, font connaissance avec les journalistes, les chefs d’entreprise, les médias, les experts, les économistes, les intellectuels officiels du régime, etc. Les intérêts convergent, on arrive à se mettre d’accord sur telle ou telle force politique qui serait un danger pour ce petit monde bien au chaud dans ses salons. Il est alors aisé de lancer des opérations de discrédit sur cette force politique un peu trop dissidente, et de terroriser des gens qui s’apprêteraient à voter pour elle, leur faisant croire que ce serait le chaos si ce petit monde était chahuté.

Ainsi, quelques mesures seraient nécessaires afin d’assainir notre vie politique nationale et, accessoirement, continuer à donner des leçons de morale à toutes les nations :

  • – instaurer tout d’abord un niveau de proportionnelle significatif aux législatives (au moins 50%) ;
  • – faire appel, à l’image de la Suisse, aux référendums sur les grands sujets nationaux (sans évidemment abuser et en faire tous les matins) ainsi qu’à la démocratie directe (et non participative, ce qui est une vaste blague) au niveau local quand cela peut être nécessaire ;
  • – arrêter de confisquer la voix du peuple, et respecter son vote ;
  • – retenir le principe des mandats non cumulables et non renouvelables (ce qui permettrait d’avoir chacun qui fait sa tâche jusqu’au bout sans chercher à être démago pour être réélu, notamment le président) ;
  • – baisser les indemnités et réduire le train de vie de l’Etat, des collectivités et du Parlement, pour que la politique ne soit pas intéressée ;
  • – préserver l’anonymat des maires à la Présidentielle, et diminuer le nombre de signatures requises (faire en sorte que cela redevienne un acte administratif et non politique) ;
  • – supprimer les trésoriers de campagne, suppléants et autres contraintes folkloriques lorsque cela n’est pas nécessaire aux élections locales et territoriales :
  • – supprimer les organismes indépendants sur les comptes et les statistiques du pays ;
  • – revoir de fond en comble la répartition des pouvoirs et la décentralisation : il y a actuellement beaucoup trop d’élus, d’assemblées, etc ;
  • – limiter à un seul tour l’élection présidentielle.

La vie politique doit être assainie, elle doit respirer, éviter les carrières, optimiser une rotation afin que personne ne reste 30 ans aux commandes et confisque tout. Les représentants d’aujourd’hui n’ont rien de neuf, ce sont les mêmes depuis des décennies, et les petits nouveaux sont ceux qui marchent dans leurs pas. Il faut laisser les forces obsolètes disparaître et permettre à d’autres d’émerger. Que les élus écoutent le peuple et le représentent, au lieu de vouloir lui inculquer une idéologie.

Louis Tode

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

Image : « Les représentants d’aujourd’hui n’ont rien de neuf, ce sont les même depuis des décennies, » : deux représentants de l’UMP et du Parti socialiste, brillants énarques sortis des Finances, qui n’ont pas eu le courage de s’opposer aux dépenses publiques. Crédit photo : DR.

“Au pays du sang et du miel” d’Angelina Jolie : polémique sur fond de parti pris anti-serbe [lu sur le net]

"Au pays du sang et du miel" d'Angelina Jolie : polémique sur fond de parti pris anti-serbe

[box class=”info”]Tollé et vagues croissantes d’indignations : c’est ainsi que l’on pourrait résumer les réactions suscitées par le nouveau film d’Angelina Jolie, “Au pays du sang et du miel”, dans les Balkans. Jugé extrêmement partisan et manichéen, ce film traite des violences faites aux femmes pendant la guerre de Bosnie, avec dans le rôle des méchants : les Serbes. Rien de vraiment surprenant pour un film américain, présenté en France par Bernard-Henri Lévy.
En réaction, un collectif s’est créé en prenant pour exemple les « grassroots movements » anglo-saxons, exprimant la réponse de la nouvelle génération, de la jeunesse de l’époque des guerres et de Milosevic, désormais grandie et établie, qui construit son identité et défend ses valeurs. Percevant les conflits récents comme la fondation du futur, ses membres considèrent que l’omission totale des victimes Serbes est le meilleur garant de l’instabilité politique : le consensus international selon lequel les Serbes ne sont jamais victimes, et sont toujours coupables, empêche selon eux toutes les parties de faire face au passé. Novopress reproduit ci-dessous un texte initialement publié sur leur site, antisrbizam.com.[/box]

Le film d’Angelina Jolie anti-serbe après tout

Angelina Jolie aurait eu du mal à choisir un sujet plus difficile pour ses débuts de réalisatrice. Son film “Au Pays du Sang et du Miel” vise la violence dont les femmes furent victimes dans la récente et sanglante guerre en Bosnie-Herzégovine (1992-1995).

Ce sujet représente, en plus d’un défi professionnel, une immense responsabilité morale à l’égard des victimes.

La question qui se posait en tout premier lieu était de savoir si Jolie saurait éviter la partialité ethnique dans la présentation des victimes. Notre recherche a mis en évidence son échec complet sur ce plan.

Notre organisation est issue d’un rassemblement spontané et des réactions individuelles à l’omission des victimes serbes dans un reportage de la télévision nationale espagnole sur le camp d’extermination de Jasenovac : http://antisrbizam.com/en/rtve-apology/7-prevod/4

Après ce premier succès, nous avons décidé que le monitoring des cas de discours de haine et de la partialité des médias serait notre mission durable.

Les récentes premières du film «Au pays du sang et du miel» nous ont offert l’occasion attendue depuis longtemps d’en faire une analyse et de vérifier ainsi la partialité anti-serbe qui lui est reprochée.

Procédant par la méthode d’analyse du contenu nous avons compté les personnages apparaissant dans les scènes de violence et les avons catégorisés d’après leur sexe (hommes, femmes), leur rôle dans le conflit (civils, militaires), leur rôle dans l’acte de violence (victime, auteur de violence) et d’après leur appartenance ethnique (Musulman, Serbe, Croate). Puis nous avons comparé les valeurs ainsi obtenues aux statistiques officielles.

Une analyse complète, qui englobera les mentions textuelles et discursives de la violence et des critères supplémentaires sera publiée ultérieurement. En attendant, les premiers résultats sont toutefois déjà assez concluants:

Tous les criminels de guerre sont des Serbes.
Aucune des victimes civiles n’est Serbe.
Toutes les victimes civiles sont des musulmanes.

"Au pays du sang et du miel" d'Angelina Jolie : polémique sur fond de parti pris anti-serbe © Photo : GK Films
© Photo : GK Films

Les atrocités commises par les Serbes présentées dans ce film comprennent les détentions dans les camps, l’attaque contre un convoi de la Croix Rouge, l’expulsion des personnes de leurs logements et la confiscation de leurs appartements, la tuerie au hasard des passants, l’exécution massive au bord d’une fosse commune et la projection d’un bébé par la fenêtre d’un immeuble. L’histoire racontée dans le film se penche sur le sort de 46 femmes musulmanes internées dans un camp serbe où elles sont battues, violées et humiliées. De vielles femmes sont forcées de se déshabiller pour amuser les soldats.

Les résultats obtenus ne sont pas conformes à l’état des faits.

La guerre en Bosnie-Herzégovine a été une guerre civile qui opposait non deux, mais trois peuples constitutifs de ce pays : Musulmans (ou Bosniaques), Serbes et Croates. Les trois parties au conflit se faisaient mutuellement la guerre et commettaient des atrocités, y compris la violence sexuelle organisée sur les femmes, et les trois ont été victimes de ces crimes.

Des femmes serbes ont été systématiquement violées par les auteurs de crimes bosniaques et croates dans les camps de prisonniers à Sarajevo, à Odžak, Konjic, Kladanj, Dretelj, Bosanski Brod, Visoko, Čelebići, Tarčin, Mostar, et Tuzla, pour ne mentionner que les régions et les lieux les plus importants.

Le total et la proportion des victimes par leur appartenance ethnique ne sont disponibles que sous forme des estimations. D’après les estimations faites par le Centre de recherche et de documentation à Sarajevo, la guerre en Bosnie aurait fait un total approximatif de quelque 100.000 victimes, dont 66% de Musulmans, 26% de Serbes et 8% de Croates. Ce même Centre a dénoncé le chiffre de 20.000 femmes violées comme une “complète exagération” et une manipulation. À titre de comparaison, Jolie prétend dans son film que « jusqu’à 50.000 femmes bosniennes ont été violées ».

Ignorer les victimes serbes constituerait en soi un acte de discrimination et de manque de respect. Mais dans le film cet acte s’aggrave par le fait que Jolie ne fait rien pour exempter les victimes serbes de la culpabilité généralisée, pas plus que pour effleurer du moins la responsabilité des auteurs des méfaits musulmans.

D’après Jolie, le but du film aurait été de rendre hommage aux victimes. Mais le résultat en fut tout le contraire : les victimes sont discriminées, tues, culpabilisées et rendues encore plus vulnérables.

La réalisatrice et les acteurs ont à plusieurs reprises rejeté l’anti-serbisme qui leur était reproché en insistant qu’ils ont été justes et objectifs.

Les résultats de notre recherche révèlent cependant une partialité anti-serbe indubitable, à tel point que dans le film en question aucune victime serbe n’a été représentée et aucun auteur de crime qui ne fût Serbe.

Par rapport à la réalité, une telle représentation ne saurait même être qualifiée de partiale – elle est entièrement unilatérale.

Le portrait en noir et blanc est une procédure artistique profondément enracinée et cela non seulement à Hollywood. « Ce n’est pas un documentaire » est l’excuse que Jolie et son équipe ont souvent avancée.

La question qui se pose est celle de savoir ce qu’est ce film ? Est-ce un monument aux victimes d’une guerre civile, ou à une des parties belligérantes ? Devait-il témoigner du respect ou du mépris pour les victimes ?

Comment peut-on comprendre cet écart total entre le contenu du film et la réalité ? Pourquoi la réalisatrice n’arrive-t-elle pas à voir l’anti-serbisme même quand elle est confrontée avec lui ?

Si l’on écarte une préméditation dissimulée, la seule explication serait l’effet déshumanisant du préjugé anti-serbe qui rend la souffrance serbe moins angoissante et fait prendre le tort serbe pour acquis.

Dans la poignante scène finale du film, le personnage du Serbe Daniel répète : « Je suis un criminel de guerre ». Il exprime ainsi un consensus : les Serbes sont des criminels.

Ce film montre bien combien le préjugé anti-serbe est enraciné et dangereux, quand il peut convertir une militante des droits de la femme en complice de la dégradation des victimes du viol.

La lutte contre ces préjugés est une condition préalable de la réconciliation dans les Balkans car celle-ci ne peut se construire que sur la vérité.

En savoir plus : antisrbizam.com

[box class=”warning”]Articles de presse dans les médias serbes

Kurir : Naučno dokazano: Anđelinin film antisrpski
Press : Prebrojane sve žrtve
Pravda : Антисрбизам у Анђелинином филму

Articles de presse dans les médias bosniaques

Press.ba : Velimirović: Film postigao politički cilj
Fokus.ba : Premijera laži u mučilištu za Srbe

Articles de presse dans les médias autrichiens mise à jour au 29/02/2012
Unzensuriert : Jolies Regiedebut stempelt Serben zu Verbrechervolk[/box]

La Troïka européenne contraint l’Irlande à vendre une partie de ses actifs

La Troïka européenne contraint l’Irlande à vendre une partie de ses actifs

24/02/2012 – 14h00
DUBLIN (NOVOpress Breizh) – Afin de financer le remboursement de la dette du pays, l’Irlande va devoir vendre trois milliards d’euros d’actifs. C’est ce qu’a annoncé mercredi le gouvernement de Dublin, contraint de prendre cette mesure par la Commission européenne,la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international (Troïka).

« Le gouvernement a conclu un accord avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international sur la vente d’actifs appartenant à l’Etat pour une valeur maximale de trois milliards d’euros », a déclaré Brendan Howlin, ministre travailliste de la Dépense publique et de la réforme, qui s’est voulu rassurant en affirmant « qu’aucun ne sera bradé. »

L’Etat irlandais envisage ainsi de céder Bord Gais Energy, la filiale de distribution de la compagnie gazière publique, ainsi qu’une partie des actifs de la compagnie d’électricité Electricity Supply Board (ESB). Il prévoit également de vendre le quart des actions de la compagnie aérienne Aer Lingus dont il est encore propriétaire mais seulement « lorsque les conditions de marché seront favorables et à un prix acceptable pour le gouvernement“, a tenu à préciser M. Howlin.

Le gouvernement n’écarte pas non plus l’idée de vendre des biens appartenant à Coillte, l’organisme public gérant les forêts irlandaises, qui possède plus de 400.000 hectares de terres.

Ces mesures ont pour but, selon le gouvernement de centre gauche en place à Dublin depuis mars 2011, de permettre le remboursement de la dette et de relancer l’emploi. L’Irlande se trouve de fait sous la surveillance étroite de la Troïka.

Les employés de ces organismes vérifient de très près si le gouvernement de Dublin tient les engagements qu’il a été contraint de prendre fin 2010 – suite à l’énorme déficit public (32% du PIB) qu’avait entraîné le sauvetage du secteur bancaire, mis à mal par la crise des subprimes – afin que lui soit accordé le plan d’aide de 85 milliards d’euros.

90 ans après avoir très chèrement acquis son indépendance, l’Irlande se retrouve aujourd’hui quasiment sous tutelle.

Photo : La Banque d’Irlande à Dublin. Crédit photo : DubhEire licence CC.

“Ma vie pour la patrie” de Lajos Marton, sur Méridien zéro dimanche soir

3807377"Ma vie pour la patrie" de Lajos Marton, sur Méridien zéro dimanche soir435 (1)
Ce dimanche 26 février, Wilsdorf et Roger Jolly reçoivent Lajos Marton sur Méridien zéro pour la sortie de son ouvrage autobiographique “Ma vie pour la Patrie”. Lajos Marton est connu en France pour avoir été l’un des trois Hongrois ayant participé à l’attentat du Petit-Clamart, qui manqua de peu le 22 août 1962 d’ôter la vie au Général De Gaulle, alors président d’une France secouée par le drame de la guerre d’Algérie finissante. Pour cela, Lajos Marton sera condamné à mort. Monsieur Marton sera accompagné de son éditeur, un certain Gérard Vaudan, responsable des éditions “Les Amis du Livre Européen“.
[box class =warning] Rendez vous ce dimanche à 23 h sur :

Assises “La France en danger” : ils prendront la parole à Paris le samedi 10 mars (4)

Assises "La France en danger" : ils prendront la parole à Paris le samedi 10 mars(4)

[box class=warning] L’association Nationalité Citoyenneté Identité nous communique [/box]

Plusieurs personnalités médiatiques ou politiques ont tenté, cette semaine, de déstabiliser la bonne préparation des assises « La France en danger », en publiant notamment des articles diffamatoires à l’encontre d’un des orateurs des assises, Jared Taylor. C’est la raison pour laquelle nous vous le présentons aujourd’hui, aux côtés de Guillaume de Thieulloy et d’Omar Ba.

Jared Taylor

Jared Taylor
Jared Taylor

Jared Taylor est une des personnalités les plus attachantes du vaste univers des think tanks conservateurs américains.
Son histoire en fait un des hommes les plus ouverts sur le monde de la capitale américaine. Né au Japon dans un petit village de campagne, il parle un japonais parfait ainsi qu’un excellent français, perfectionné à l’université de Yale et à l’Institut d’études politiques de Paris
À la fin de ses pérégrinations en Europe, après avoir longtemps séjourné en Afrique, il rentre aux États-Unis où il épouse une doctorante d’origine étrangère.
C’est en cosmopolite qu’il analyse les États-Unis et le Japon dans des ouvrages qui stigmatisent les conservatismes et les rigidités de ces deux pays.
Avec le fil des années, son jugement sur l’Amérique devient plus sévère, s’attardant sur les dysfonctionnements qui obèrent son développement harmonieux.

C’est en partant d’une comparaison avec le peuple japonais qu’il connaît parfaitement et les sociétés traditionnelles qu’il a appris à apprécier durant son étape africaine, qu’il a perçu le rôle croissant du dogme de la « diversité » dans le détricotage du tissu social américain.

Véritable religion civile des États unis à partir du président Johnson, l’idéologie de la « diversité » tend à justifier les choix des élites financières et politiques américaines du libre échange des personnes quelque en soit le prix à payer par les citoyens américains ordinaires.

Par exemple, l’arrivée massive de clandestins a eu pour conséquences la baisse des salaires pour la main-d’oeuvre non qualifiée et la hausse vertigineuse du chômage des jeunes noirs que les employeurs délaissent au profit de nouveaux venus, plus aptes à satisfaire les besoins des entreprises.

Cette doctrine imprègne tellement le corps social américain que toute analyse critique de son rôle entraîne une immédiate stigmatisation aboutissant à une vraie mort civique.

Pourtant, non seulement les ravages de cette idéologie de la diversité sont visibles de tous, mais les Américains dans leur vie quotidienne cherchent à s’en affranchir.

Les journalistes conformistes qui chantent à l’antenne les louanges de la société de l’arc-en-ciel vivent dans des quartiers exclusifs protégés par des vigiles armés et leur progéniture fréquente des écoles privées où les seuls Noirs ou hispaniques sont des enfants d’ambassadeurs.

Les quelques voix comme celle de Jared Taylor qui osent crier que le roi est nu avec des arguments solides, puisés tout autant dans l’actualité, les statistiques officielles que dans les travaux les plus avancés de la génétique, mettent à mal les défenseurs de la « diversité » qui, faute d’idées, en sont réduits à la politique du « name calling ».

C’est ainsi que Jared Taylor est devenu, pour certains à gauche, le visage souriant des suprématistes blancs ou la version moderne du vieux colonialisme, pour d’autres à droite, il serait un vrai dissident américain qui dénonce sans peur les « tabous tribaux » contemporains. Sans oublier quelques racistes rances et des néo-nazis en mal de complot juif qui l’accusent d’être « vendu aux sionistes ».

Quoi qu’il en soit, Jared Taylor et le laboratoire d’idées qu’il anime occupent une place originale dans une Amérique traditionnellement conformiste. Sa critique du principe cardinal de la société américaine d’aujourd’hui, le dogme des bienfaits de la « diversité », est d’autant plus douloureuse pour l’intelligentzia progressiste de la côte Est et pour l’establishment financier qu’elle s’appuie sur des faits que tous les Américains connaissent et sur des données scientifiques difficiles à réfuter.

Enfin, son charme naturel, son éducation, sa culture, son cosmopolitisme affiché, ses soutiens dans les milieux les plus différents, des Italo-Américains à la communauté juive en passant par les Amérindiens, ne permettent pas aux terroristes intellectuels de le réduire à une caricature d’extrémiste xénophobe, ignare et borné.

[box class =info]Retrouvez son interview exclusive accordée à l’agence de presse Novopress, partenaire des assises « la France en danger » [/box]

Omar Ba

Omar Ba
Omar Ba

Omar Ba est un écrivain francophone (sénégalais), né en 1982 à Thiès au Sénégal.

Depuis 2003, l’auteur vit en France, où il a publié trois ouvrages sur l’immigration : Soif d’Europe (2008), Je suis venu, j’ai vu… (2009), et N’émigrez pas. L’Europe est un mythe (2010).

Ses analyses à contre-courant du politiquement correct lui valent souvent les attaques de ses pairs et d’une certaine presse.

[box class =info]Retrouvez-le quotidiennement sur son blog[/box]

Guillaume de Thieulloy

Guillaume de Thieulloy
Guillaume de Thieulloy

Guillaume de Thieulloy, 38 ans, est directeur de l’hebdomadaire « Les 4 Vérités ».

Cet hebdomadaire ouvre largement ses colonnes à ses lecteurs, préférant donner la parole au « peuple de droite », plutôt qu’à ses représentants auto-proclamés.

« Les 4 Vérités » proposent un débat entre toutes les tendances de la droite française et prend position clairement en faveur de l’entente entre ces différentes tendances (et contre le prétendu front républicain qui voudrait forcer les électeurs de droite à voter pour les socialo-communistes contre la « bête immonde » !).

[box class =info]Retrouvez ici les sites Internet de Nouvelles de France et des 4 Vérités[/box]

Infos pratiques

[box class=”success”]Prix d’entrée : 10 euros (billetterie ouverte de 9h à 18h) – Espace Charenton – 327 rue de Charenton – 75012 PARIS
Métro : Porte de Charenton (ligne 8, Balard-Créteil)
Stands dédicaces, restauration et buvette.
Contact : nationalite.nci@gmail.comSuivez-nous sur Facebook. Les journalistes souhaitant couvrir l’événement doivent obligatoirement demander une accréditation presse à nationalite.nci@gmail.com[/box]

Plan d’accès

METRO : ligne 8 direction Balard/Creteil. Station « Porte de Charenton » sortie Espace Charenton (à 180 m.) / ou ligne 6 direction Nation/Charles de Gaulle-Étoile. Station « Dugommier » (à 10 mn à pied de l’Espace Charenton).
BUS : PC 2 et  BUS 111. Arrêt « Porte de Charenton » (à 250 m de l’Espace Charenton) ou  BUS 87  arrêt « Les Jardiniers  » (à 50 m.)
VOITURE :  Périphérique extérieur, sortie « Porte de Charenton » (à 2 mn)
ou Périphérique intérieur, sortie » Porte Dorée » (à 3 mn)
ou Autoroute A 4, sortie « Bercy  » (à 3 mn)
PARKINGS : 57 Bd Poniatowski (à 250m)
ou Place Lachambaudie (à 600 m)
GARES : Gare de Lyon, Gare de Bercy et Gare d’Austerlitz à proximité. Depuis la Gare de Lyon, prendre le Bus 87 (10 mn trajet pour arrêt Les Jardiniers). Depuis Gare Montparnasse, prendre métro Direction “Nation”, descendre à station  “Dugommier” (15 mn trajet puis 5 mn à pied)

N’oubliez pas de signer la pétition contre le droit de vote des étrangers en cliquant ici 

Initiative suisse contre l’immigration de masse : la parole à Oskar Freysinger [audio]

Le rire est il encore permis en Europe ? Entretien avec Oscar Freysinger [audio]
24/02/11 – 08h00
GENEVE (NOVOpress)
 –L’UDC, l’union démocratique du centre, a déposé début février une initiative visant à réduire de façon draconienne l’immigration de masse sur le sol suisse. L’initiative demande également à ce que la priorité sur le marché de l’emploi soit accordée aux Suisses. Les quotas pour les étrangers exerçant une activité lucrative en Suisse devront être fixés en fonction des intérêts économiques du pays.
Une proposition de votation, qui a retenu plus de 130.000 signatures et qui intervient dans un contexte où la Suisse semble de plus en plus se transformer en “emmental” à cause de l’immigration.
Pour revenir sur cette initiative, nous avons interrogé un des fers de lance de l’Union démocratique du centre, bien connu des Français, Oskar Freysinger.
Retour également avec lui sur l’actualité française, avec la question du droit de vote des étrangers et celle de la viande halal.
Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress
[MEDIA not found]

Chasse aux sorcières : Mario Vattani n’est plus consul d’Italie au Japon

Chasse aux sorcières : Mario Vattani n’est plus consul d’Italie au Japon

23/02/11 – 16h00
ROME (NOVOpress)
– La gauche et l’extrême gauche italiennes auront donc fini par avoir sinon la peau, du moins le poste, de Mario Vattani, jeune et brillant diplomate victime d’une campagne médiatique de délation le présentant comme un « rockeur fasciste » du fait de sa participation, sous le pseudonyme de « Katanga », au projet musical « Sotto fascia semplice » et au concert de la « Tana del Tigri » organisé par le mouvement social Casapound.

Vattani, ancien conseiller diplomatique du maire de Rome, a donc été officiellement et définitivement rappelé de son poste de consul à Osaka.

Le ministre des affaires étrangères, Jules Terzi de Sant’Agata a ainsi donné suite à ses mots de condamnation prononcés fin janvier. “L’apologie du fascisme n’est pas compatible avec le rôle de service à l’État ni avec la tradition de la diplomatie “italienne” » avait-il alors déclaré.

Sous la pression des médias de gauche, le diplomate italien, à la carrière irréprochable et qui s’est défendu en affirmant que ses activités musicales n’avaient pas de lien ni d’incidence avec ses activités professionnelles, a donc été jugé indigne de représenter le gouvernement non-élu de Mario Monti et de ses camarades de Goldman Sachs.