Le Kosovo au cœur de l’Europe – Libre journal de Radio Courtoisie [audio]

Le Kosovo au cœur de l’Europe – Libre journal de Radio Courtoisie [audio]

Solidarité Kosovo - Marion ChevtzoffSamedi 17 décembre à midi sur Radio Courtoisie le Libre Journal des Lycéens de Romain Lecap a eu pour thème principal “Le Kosovo au cœur de l’Europe”.

Etait invitée en particulier Marion Chevztoff (photo) présidente de l’association humanitaire Solidarité Kosovo.

[MEDIA not found]

Le Kosovo au cœur de l’Europe – Libre journal de Radio Courtoisie 	<audio id="wp_mep_2"      controls="controls" preload="none"  >
		
		
		
		
		
		
		
	</audio>
<script type="text/javascript">
jQuery(document).ready(function($) {
	$('#wp_mep_2').mediaelementplayer({
		m:1
		
		,features: ['playpause','current','progress','duration','volume','tracks','fullscreen']
		,audioWidth:223,audioHeight:30
	});
});
</script>

Murat fustige le monde artistique

Murat fustige le monde artistique

19/12/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) —
Jean-Louis Murat appartient à la catégorie, réduite à peau de chagrin, des artistes enracinés fiers d’un héritage européen, dont il chante l’appartenance. Musicien accompli, il revendique à l’instar d’un Morrissey son identité culturelle, son amour de la terre charnelle pointant du doigt l’idéologie malodorante du politiquement correct dans laquelle se répandent ses homologues. Il n’hésite pas à braver sans complexes les interdits codifiés par les zélotes du système artistique. Jean-Louis Murat vient une nouvelle fois de le prouver.

Amoureux de sa terre d’Auvergne où il compose et crée ses propres albums, le chanteur a accordé cette semaine à l’hebdomadaire Le Point un entretien au vitriol. Une bouffée d’air frais dans cet océan de conformisme dicté par l’argent-roi. Adepte du parler vrai, Jean-Louis Murat livre ici des propos frappés au coin du bon sens, qui tranchent avec les eaux saumâtres du consensus mou dans lequel baigne le marigot du showbizness. Réalisé à l’occasion de la sortie de son nouvel album intitulé Grand Lièvre (1), Murat en profite pour recadrer les choses : tout d’abord, sur les faux-culs de la générosité qui une fois l’an viennent faire pleurer dans les chaumières sur la pauvreté et qui se servent des Enfoirés pour faire leur propre promotion. Également sur les mœurs perverses d’un milieu qui n’a rien à envier aux turpitudes sexuelles d’un DSK, mais aussi sur le ridicule et la bêtise crasse de ces chanteurs ou comédiens qui sous couvert d’une starification naissante se sentent obligés de donner leur avis en matière politique. Murat réfute non sans humour le droit que s’octroient ces nouveaux « experts » qui « tout d’un coup ont des consciences de Prix Nobel de la paix ». Ce cortège de faux révolutionnaires que Luchini affuble à juste titre du nom de rebelles-salariés subit donc les foudres d’un Murat lucide et clairvoyant sur leur opportunisme crasse.

Mais Jean-Louis Murat, fidèle à la pensée de Bloy et de Bernanos, n’est pas en reste avec le parisianisme et l’opinion gauchisante adoptée hypocritement par la quasi-totalité du milieu artistique. Un forcené du travail, un artisan de la musique au sens noble du terme qui fait dire au Point que son dernier opus est « un petit bijou d’écriture et de mélodie ».

Morceaux choisis :

« Les jolis cœurs, les plus-généreux-que-moi-tu-meurs, je n’y crois pas du tout. Tous ces artistes sont des monstres d’égoïsme. La vraie générosité, elle est silencieuse. Tu fais, mais tu fermes ta gueule. Ça ne doit pas devenir un élément de promotion. »

« Ces hommes de gauche patentés, je connais leur mode de fonctionnement. Le plus grand des jolis coeurs, Renaud, je l’ai vu faire un truc qui te conduit normalement en prison. Il est devenu mon ennemi de base, même si on ne tire pas sur une ambulance. J’ai vu aussi des hérauts de la gauche jouer au poker une petite nana perdue, une nana de 16 ou 17 ans. “Elle est pour toi ou elle est pour moi ?” Je les ai vus faire ça, ces mecs qui hurlent à la mocheté du monde dès qu’un chien se fait écraser. ».

« Les chanteurs se mettent toujours du côté du manche. La vie d’artiste est beaucoup plus confortable si tu es vaguement contre. Ils essaient de se placer sous une sorte de lumière marxiste. Ils disent : Je suis un rebelle, je suis socialiste. Tous les cons font ça. »

Jean-Louis Murat, Vendre les prés (clip officiel)

(1) Grand Lièvre, Jean-Louis Murat, V2 Music/Polydor

Le monde à l’envers : en Russie, les communistes réclament des « élections honnêtes »

Le monde à l’envers : en Russie, les communistes réclament des « élections honnêtes » !

18/12/11 – 21h45
MOSCOU (NOVOpress)
– Si certains doutes peuvent être légitimement émis quand à la parfaite transparence des dernières élections législatives russes, on peut toutefois s’interroger sur la légitimité du « parti communiste » pour se poser en parangon de vertu dans ce domaine et exiger des « élections honnêtes ».

A défaut de crédibilité, lorsque l’on se remémore la farce tragique que sont les élections, lorsqu’il y en a, dans les pays sous régime communiste, on peut toutefois reconnaître une certaine ténacité aux quelques 300 personnes qui se sont rassemblées lors d’un meeting “Pour les élections honnêtes“, organisé dimanche par le Parti communiste de Russie à Omsk dans le sud-ouest de la Sibérie.

Il faisait en effet moins 28 degrés Celsius lors du rassemblement, ce qui n’a pas découragé les manifestants.

« Nous exigeons la tenue d’élections honnêtes et rien de plus“, a déclaré le deuxième secrétaire du bureau régional du parti communiste, Andreï Aliokhine, qui a également annoncé avoir saisi la justice d’une d’une demande de révision des résultats des élections législatives du 4 décembre.

Crédit photo : MrOmega via Flickr (cc)

Irak : les américains sont partis, reste le chaos

Irak: les américains sont partis, reste le chaos.

18/12/11 – 18h40
BAGDAD (NOVOpress)
– Huit ans et neuf mois après le début de l’opération « Iraqi Freedom », le dernier convoi militaire américain a quitté le sol irakien, laissant derrière lui une situation absolument catastrophique.

Le pays est en effet en proie à l’instabilité politique la plus complète avec notamment la décision du bloc laïc Iraqiya de l’ancien premier ministre Iyad Allaoui, de suspendre sa participation au travail parlementaire, dénonçant «l’exercice solitaire du pouvoir» du premier ministre Nouri al-Maliki.

Le premier ministre qui, de son côté, veut obtenir la tête de son vice-premier ministre Saleh Moutlak, membre d’Iraqiya, coupable d’avoir déclaré à la chaîne de télévision CNN que les américains laissaient l’Irak «aux mains d’un dictateur pire que Saddam Hussein, qui ignore le partage du pouvoir, qui contrôle les forces de sécurité du pays et qui a arrêté des centaines de personnes ces dernières semaines».

La guerre américaine en Irak aura coûté 770 milliards de dollars, 4500 soldats américains sont tombés, 32000 ont été blessés et plus de 100000 civils irakiens sont morts. Des chiffres « officiels » déjà terribles mais très certainement largement minorés, car ne tenant pas compte, par exemple, des victimes civiles de l’embargo.

Crédit photo : Qlis via Flickr, licence CC.

Procès Bouteldja : la vidéo du rassemblement contre le racisme anti-blanc

Procès Bouteldja : la vidéo du rassemblement contre le racisme anti-blanc

18/12/2011 – 18h00
TOULOUSE (NOVOpress) –
Novopress a déjà publié quelques courts passages vidéos de ce rassemblement, et sous forme texte l’allocution de Fabrice Robert, Président du Bloc Identitaire.
Voici une vidéo plus complète.

Ce rassemblement a eu lieu le 14 décembre à l’appel du Bloc Identitaire devant le Palais de Justice de Toulouse à l’occasion du procès d’Houria Bouteldja concernant le jeu de mot raciste anti-blanc souchiens/sous-chiens qu’elle a fait dans l’émission “Ce soir (ou jamais !)” de Frédéric Taddeï en juin 2007. Riposte laïque, Résistance Républicaine et France-Solidarité s’étaient associées au rassemblement. Le procès était intenté par l’AGRIF et le tribunal rendra son jugement le 25 janvier prochain.

Lors du rassemblement il a été rappelé avec des exemples que le racisme anti-blanc est en train de se banaliser dans la société française et qu’il tue.

Dans l’émission télévisée, Houria Bouteldja appelait à “éduquer” la société occidentale “ce que l’on appelle nous, les souchiens/sous-chiens, puisqu’il faut bien leur donner un nom, les Blancs !” Et ce ne pouvait être un lapsus fait dans le feu de l’émission, car elle indiquait qu’avec ses amis elle utilisait habituellement ce terme de souchiens très peu connu à l’époque et que son intervention a rendu célèbre en l’associant aux “Blancs”.

Les Nantais sommés de s’impliquer dans la politique de la RDC

Les Nantais sommés de s’impliquer dans la politique de la RDC

18/12/2011 – 15h30 NANTES
(NOVOpress Breizh) –
Les opposants du président congolais Joseph Kabila voudraient rallier les Nantais à leur cause en perturbant les préparatifs de Noël. Une méthode qui risque plutôt de provoquer l’effet inverse.

Samedi après-midi : comme chaque fin de semaine, les conditions de circulation dans le centre de Nantes sont encore plus difficiles qu’en semaine. C’est le moment que choisissent quelques dizaines d’Africains pour manifester jusqu’à la préfecture en bloquant les voies de circulation sur leur chemin.

Comme à Paris et dans d’autres villes de France et d’Europe, ces immigrés voudraient que la population nantaise prenne parti dans la politique de la République démocratique du Congo. Depuis que Joseph Kabila a été réélu président de ce pays de 70 millions d’habitants (ce qui en fait le quatrième d’Afrique par sa population – mais aussi le plus grand pays francophone du monde), ses opposants tentent d’impliquer la France dans une contestation de l’élection. C’était déjà le cas à Nantes la semaine dernière.

Apparemment pas déclarée en préfecture, donc illégale, la manifestation n’a pas soulevé l’enthousiasme parmi les conducteurs Nantais. « Et l’on voudrait donner le droit de vote aux étrangers en France », gronde un automobiliste qui tapote sur son volant au milieu de l’embouteillage. « Comme si l’on n’avait pas déjà assez à faire avec le vote des étrangers chez eux ! »

Crédit photo : DR.

Guillaume Faye – “Sexe et dévoiement” – Sur Méridien Zéro ce soir 18 décembre

Guillaume Faye - "Sexe et dévoiement" - Sur Méridien Zéro ce soir 18 décembre

Ce dimanche 18 décembre 2011 (23h à 0h30) l’émission de la webradio Méridien Zéro reçoit Guillaume Faye à l’occasion de la sortie de son nouvel essai “Sexe et dévoiement” aux Editions du Lore.

Figure de la Nouvelle Droite dans les années 70-80, Guillaume Faye est revenu par ses ouvrages sur la scène politique et intellectuelle à partir de 1998 avec en particulier “L’Archéofuturisme”, “La Colonisation de l’Europe. Discours vrai sur l’immigration et l’Islam”, “Pourquoi nous combattons. Manifeste de la résistance européenne”.

Guillaume Faye développe en particulier le concept d’«ethnomasochisme», le fait que les Européens dénigrent leur histoire, leur civilisation, instituent la repentance sur leur passé et acceptent leur disparition par la dénatalité et une immigration massive.

[box class=”warning”]Méridien Zéro diffusera en direct de 23h à 0h30 via les sites Méridien Zéro, Radio Bandiera Nera et Europa Radio.[/box]

Guillaume Faye - "Sexe et dévoiement" - Sur Méridien Zéro ce soir 18 décembre

Le pape appelle à « redistribuer les richesses »

Le pape appelle à « redistribuer les richesses »

18/12/11 – 12h00
ROME (NOVOpress)
– En pleine tempête économique, le souverain pontife a rédigé un message destiné à la journée mondiale de la paix prévue le 1er janvier prochain dans lequel il évoque le contexte social et économique et appelle à une réforme profonde d’un système jugé injuste.

Constatant le « sentiment croissant de frustration » qui touche les populations, le pape Benoît XVI souhaite voir mis en place des « mécanismes adéquats de redistribution des richesses ».

Plus loin, le pape critique explicitement le capitalisme en évoquant « certains courants de la culture moderne, bâtis sur des principes économiques rationalistes et individualistes ». Selon lui, le règne de cette vision économiste de l’existence a peu à peu fait disparaître les idées de charité et de solidarité.

C’est donc de plus en plus clairement que le souverain Pontife pointe du doigt la responsabilité du capitalisme dans le délitement social contemporain et l’accroissement des inégalités.

Face au libéralisme, le Pape réclame donc « plus de régulation » ainsi qu’une plus juste répartition des richesses.

Crédit photo : Ammar Abd Rabbo via Flickr, licence CC.

L’Afrique Réelle N°24, décembre 2011 est parue

L’Afrique Réelle N°24, décembre 2011 est parue

 

Editorial de Bernard Lugan

Derrière la victoire des islamistes en Tunisie, en Libye et en Egypte, se cache une réalité ignorée de la plupart des observateurs qui en sont encore à opposer islam « radical » et islam « modéré », ne voyant pas que depuis le XXe siècle, deux grands courants parcourent le monde arabo-musulman sunnite[1] :

1) Synthèse du socialisme et du panarabisme, le « nassero-baassisme » a un temps prôné l’union du monde arabe avant de se fragmenter en plusieurs nationalismes sous l’influence de leaders charismatiques comme Gamal Abd-el Nasser en Egypte, Saddam Hussein en Irak ou même d’une certaine manière Hafez el-Hassad en Syrie. Alors que la realpolitik commandait aux Occidentaux de s’appuyer sur ces Etats, ils les ont au contraire combattus et l’échec du « nassero-baassisme » dont ils sont largement responsables, a créé un vide désormais comblé par l’islamisme politique.

2) L’islamisme politique a la même aspiration supranationale que le « nasserobaassisme », mais pour lui, c’est la religion islamique et non la langue arabe qui doit être l’élément fédérateur.

Durant des années, les Occidentaux se sont comportés à la manière des alouettes devant un miroir : attirés par la nébuleuse Al-Qaïda, ils sont partis à sa recherche en Irak et en Afghanistan, laissant ainsi le terrain libre à cet islamisme politique que BHL qualifie de « modéré ». Or, ce courant a pour objectif, non pas de faire sauter des bombes en Europe, mais de prendre appui sur la population immigrée musulmane pour y imposer son contre-pouvoir. En France, cela est déjà clairement le cas dans plusieurs émirats de la périphérie de villes comme Paris, Marseille ou Lyon, où les populations vivent de fait selon la loi islamique et où il ne reste plus à l’islamisme politique qu’à faire élire des municipalités – ce qui ne saurait tarder – afin de légitimer démocratiquement sa conquête territoriale.

Le moteur de cette gigantesque subversion qui se déroule sous nos yeux et que la bienpensance interdit de voir est l’Organisation des Frères musulmans(image en Une : logos des Frères musulmans), mouvement né en 1928 en Egypte et qui a reçu deux grandes idées de ses deux principaux fondateurs, Hassan Al-Banna et Sayyed Qutb.

1) Pour Hassan Al-Banna le panarabisme était une vision politique ethnoréductrice car tous les musulmans ne sont pas des Arabes. En revanche, l’arabe est bien la langue liturgique commune à tous les musulmans. Cette vision non raciale fait de l’organisation un modèle universel pour tous les croyants.

2) Pour Sayyed Qutb exécuté par Nasser en 1965, le monde était divisé en deux, d’une part le dar el-Islam et d’autre part le monde de l’ignorance (de Dieu) ou jahaliyya.

Le but des Frères musulmans est l’instauration d’un Etat islamique mondial, mais le réalisme commandant de procéder par étapes, la priorité est de renverser les régimes arabes nationalistes ou bien alliés de la jahaliyya ; si possible d’ailleurs avec l’aide de cette dernière, comme cela vient d’être réalisé en Tunisie, en Egypte, en Libye et demain en Syrie. Plus tard, une fois l’unification du dar el-Islam réalisée, la guerre sera menée contre la jahaliyya afin d’établir l’Etat islamique universel. Mais avant de passer à cette étape finale, il est nécessaire de la désarmer mentalement et de la rassurer en lui tenant les discours lénifiants qu’elle attend et dont sa lâcheté, autant que son masochisme, se satisferont avec à la fois soulagement et gourmandise.

Les cocus d’Occident qui rêvaient de démocratie en se pâmant devant le « printemps arabe » ont donc offert le pouvoir à leurs pires ennemis. Il est minuit moins cinq, docteur Schweitzer…

Bernard Lugan

[1] Pour ce qui concerne les chiites, la clé de compréhension est différente.

 

L’Afrique Réelle N°24, décembre 2011 est parue

SOMMAIRE :

Actualité :
– L’année 2011 en Afrique
– Egypte : la grande misère des Coptes

Dossier :
Les tragiques conséquences de la départementalisation de Mayotte

Repentance :
Le procès de Tintin au Congo

Opinion :
L’immigration choisie cette détestable forme moderne de la Traite des Africains

[box class=”info”] L’Afrique Réelle est une revue mensuelle par Internet, au format PDF et envoyée le 15 de chaque mois aux abonnés par courrier électronique. On peut s’abonner ici. [/box]

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Présenté aujourd’hui par Cécile Lorrain et Marc Rocher.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte enrichi d’images.[/box]

FRANCE

Marine Le Pen a dressé l’inventaire des subventions à supprimer

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit La présidente du Front national, Marine Le Pen, est décidée à faire du « ménage associatif ». Elle vient de dresser la liste des subventions de l’Etat à supprimer, visant particulièrement des associations et « laboratoires d’idées » ouvertement communautaristes. La candidate à l’Elysée regrette en effet la hausse « vertigineuse » de ces subventions de l’Etat aux associations, passées de 1,2 à 1,4 milliard d’euros de 2009 à 2010, et promet d’économiser 500 millions d’euros en cas d’accession au pouvoir. En revanche, elle a été fort louangeuse envers les associations sportives, de sécurité civile, du troisième âge, du handicap ou de l’enfance.

Le grand retour du « Made in France »

La campagne électorale et le contexte économique aidant, le « Made in France » fait un grand retour, entre autres avec la création, il y a six mois, du label « Origine France Garantie ». Le principe de ce label est que le produit doit être fabriqué sur le territoire français et que 50 % du prix de revient unitaire soit acquis en France. La marque de skis Rossignol a ainsi créé l’événement en rapatriant une partie de sa production de Taïwan en Savoie. Le thème de la relocalisation, central dans le programme du Front national, est aujourd’hui repris par la plupart des candidats à la présidentielle. Dans les années quatre‑vingt, cette expérience fut menée au travers du slogan « nos emplettes sont nos emplois ». Nicolas Sarkozy a à son tour défendu la réindustrialisation du pays devant les salariés de l’usine Rossignol de Sallanches. La lepénisation des esprits n’est décidément pas un vain mot…

Parti socialiste : nouvelle extension du domaine de la corruption

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Après les accusations de corruption portées par Malek Boutih à l’encontre du fondateur de SOS Racisme, Julien Dray, c’est au tour d’Arnaud Montebourg (photo) de dénoncer les pratiques de la fédération socialiste du Pas‑de‑Calais, évoquant un gigantesque système de corruption et d’emplois fictifs. Il met nommément en cause plusieurs barons locaux, dont le député Jean‑Pierre Kucheida et évoque des complicités à l’échelon national, citant à de multiples reprises le nom de Jack Lang.

Marine Le Pen souligne pour sa part que Montebourg, tout comme Aubry, a soutenu pendant des années le « système Dalongeville », du nom de cet ancien maire d’Hénin‑Beaumont mis en examen en 2009 pour favoritisme, faux en écriture et détournement de fonds publics. Corruption dans le nord mais aussi dans le sud : le PS tente en effet de dessaisir la fédération locale des Bouches‑du‑Rhône et de nommer nationalement les candidats aux législatives afin d’éviter d’éventuelles pressions du clan Guerini. Problème : parmi les candidats choisis, on retrouve deux très proches de Guérini. C’en est trop pour Europe‑Ecologie qui, localement, a rompu son pacte d’alliance avec le PS et présentera des candidats dans toutes les circonscriptions de ce département.

Les catholiques traditionalistes manifestent contre la pièce Golgotha Picnic

Ils étaient entre 3 à 4.000 catholiques à marcher de la place de l’Alma au théâtre du Rond-Point où se joue la pièce de l’Argentin Rodrigo Garcia pour protester contre ce spectacle blasphématoire. Face à eux, ils étaient à peine 250, à l’appel de plus d’une vingtaine d’organisations dont le Parti de gauche, le Parti communiste, le NPA et le syndicat Sud, à défendre le spectacle scatologique au nom de la « liberté d’expression » et du refus de « l’ordre moral ». Ces zélés défenseurs de la « liberté d’expression » dénonceront-ils un jour avec autant de conviction les lois Gayssot et Taubira ? On peut en douter…

Mise en examen de Renaud Donnedieu de Vabres (photo) dans le cadre de l’affaire Karachi

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit L’avocat des familles de victimes de l’attentat de Karachi, Me Olivier Morice, a annoncé la mise en examen de l’ancien conseiller de François Leotard, pour complicité d’abus de biens sociaux. Les juges sont sur la piste d’un possible détournement de commissions légales convenues en marge de la vente de sous‑marins au Pakistan et de frégates à l’Arabie saoudite. Selon des témoignages versés au dossier, deux intermédiaires, dont le Franco‑Libanais Ziad Takieddine, ont été imposés par le pouvoir politique, notamment par M. Donnedieu de Vabres, peu avant la conclusion du contrat avec le Pakistan. Rappelons que deux proches de Balladur et Sarkozy, Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, sont déjà en examen dans le cadre de cette instruction.

Coup de théâtre dans le long et nauséabond feuilleton des emplois fictifs de la mairie de Paris.

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Un feuilleton qui démarre en effet en janvier 1999 avec l’ouverture de l’instruction pour : faux en écritures publiques, prise illégale d’intérêt, détournement de fonds publics, recel, complicité et destruction de preuves. On pensait que l’aventure avait connu son point d’orgue en septembre dernier, avec des séances absolument ubuesques, qui se sont déroulées en l’absence du prévenu (Jacques Chirac), du témoin principal (Michel Roussin), d’un témoin important (Alain Juppé), de la victime de l’infraction (la mairie de Paris qui avait retiré sa constitution de partie civile à la suite d’un arrangement « à l’arrache » entre Delanoë et l’UMP) et donc finalement sans accusation. A l’audience, les deux magistrats du Parquet avaient d’ailleurs purement et simplement requis la relaxe pour Chirac.

Jeudi, coup de théâtre : contre toute attente, le tribunal correctionnel de Paris a reconnu Chirac coupable de « détournement de fonds », « d’abus de confiance » et de « prise illégale d’intérêt ». L’ancien chef de l’Etat a été condamné à deux ans de prison avec sursis. Un jugement purement formel, contre lequel Chirac n’a d’ailleurs pas cru bon devoir faire appel : l’ancien président de la République ne peut être démis de son poste au conseil constitutionnel ; ne peut être déchu de sa légion d’honneur ; ne perd aucun des avantages dont il bénéficie en tant qu’ancien président : protection, chauffeurs, secrétaire, retraites, etc. Chirac reste la personnalité préférée des Français selon le dernier sondage Ifop de décembre… Que demande le peuple ?

 

MONDE

En Israël, l’immigration illégale est une « catastrophe nationale »

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit La lutte contre l’immigration clandestine d’origine africaine semble être le leitmotiv de la politique israélienne de ces derniers jours. Ainsi le maire de Tel Aviv a appelé de ses vœux la tenue d’un Congrès national sur l’immigration clandestine. Le Premier ministre israélien a annoncé, quant à lui, une série de mesures visant à lutter contre l’immigration clandestine africaine, qualifiant cette dernière, je cite, de « calamité nationale » dans tous les domaines : économique, sécuritaire, etc., et la comparant rien moins qu’à une « inondation emportant tout sur son passage ». La classe politique israélienne est coutumière de ce genre de dérapages. On se souvient en effet que l’actuel ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman (photo), avait suggéré de noyer tous les Arabes d’Israël dans la Mer morte, et de régler le problème de la bande de Gaza comme les Américains avaient achevé la guerre contre le Japon en 1945, soit par le recours à l’arme atomique. Des propos étrangement jamais repris par les gros médias français…

L’Etat palestinien reconnu par l’UNESCO

Le drapeau palestinien a été hissé pour la première fois, le mardi 13 décembre 2011 au siège de l’UNESCO à Paris en présence du Président palestinien, Mahmoud Abbas et de la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova. Le 31 octobre dernier, en effet, les Palestiniens avaient enregistré une victoire diplomatique sur la voie de la reconnaissance de leur Etat, en devenant le 195e membre à part entière de l’UNESCO — en dépit de l’opposition des Etats‑Unis et d’Israël — et ce, à la suite d’un vote à une majorité écrasante de la conférence générale (seuls quatorze Etats s’y étaient opposés). Cependant, l’adhésion des Palestiniens à l’UNESCO n’a pas eu d’impact sur leur candidature à l’ONU où ils n’ont toujours pas l’assurance d’obtenir les neuf voix sur quinze nécessaires au Conseil de sécurité.

Pour le favori à la primaire républicaine aux USA, Newt Gingrich, le peuple palestinien est « inventé » et il le qualifie de « groupe de terroristes »

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Alors que les Etats‑Unis ont lancé plusieurs négociations pour la reconnaissance de l’Etat palestinien, Gingrich assène un discours allant à l’encontre de la politique de l’administration Obama. Il observe, je cite : « Nous sommes en présence d’un peuple palestinien inventé, qui est en fait un peuple arabe, et qui faisait historiquement partie de la communauté arabe ». Il a aussi confié que sa vision du monde était « assez proche » de celle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Des propos radicaux qui n’empêchent pas Newt Gingrich d’être en tête des sondages côté républicain. En réaction, un porte‑parole de l’association pro‑palestinienne américaine, Hussein Ibish, a rétorqué, je cite qu’« Israël n’existe pas et (qu’) il n’y avait pas de “peuple israélien” avant 1948 », année de la fondation de l’Etat hébreu.

Les banques centrales européennes se préparent à l’après euro, selon le Wall Street Journal

Selon notre confrère du Wall Street Journal, plusieurs banques centrales se préparaient à une éventuelle explosion de la zone euro. Le journal a notamment cité l’exemple de la banque centrale d’Irlande qui se préparerait au retour de la livre irlandaise. Cette information a été cependant rapidement démentie. Mais ce n’est pas la première fois que l’on entend ce son de cloche : le journaliste de Russia Today, Max Kaiser, avait déjà déclaré le 9 octobre dernier que la Bundesbank commençait à réimprimer des Deutsche Mark. La banque d’affaires JP Morgan aurait également écrit dans une de ses notes de jeudi dernier que le risque d’explosion de la zone euro serait de 20 %. L’avenir de l’euro, autant que celui de l’Europe politique, reste apparemment encore extrêmement flou.

Massacre à Liège

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit L’assassin, Nordine Amrani (photo), a lancé des grenades sur la foule de la place centrale de Liège. Bilan cinq morts, dont un bébé, et 75 blessés. La police a également découvert chez Amrani le corps d’une femme de 45 ans, venue faire le ménage chez une voisine, et à laquelle le tueur a proposé du travail avant de l’égorger. Selon les gros médias français, Amrani n’aurait aucun lien avec le terrorisme. Il est présenté comme un simple « Liégeois connu des services de police ». Condamné pour avoir cultivé 2800 plants de cannabis chez lui, d’une valeur de plus de 250.000 euros, et détenu de nombreuses armes de guerre, Amrani a été libéré sur parole après avoir purgé la moitié de sa peine de prison.

Les médias belges sont un peu plus loquaces et nous apprennent que la police a découvert chez ce pacifique musulman un lance-roquettes LAW, un fusil MP40 à viseur laser, une Kalashnikov AK 47, un fusil K31 pour tireur d’élite, un fusil FAL avec bipied et lunette, plusieurs fusils à pompe et pistolets mitrailleurs ainsi que 9.500 pièces d’armes dont des silencieux. Le blog de Stéphane Montabert a eu la curiosité d’aller sur la page facebook du meurtrier. Parmi ses amis, de nombreuses femmes voilées et parmi les « favoris », des sites radicaux de prêches musulmans. Les tueries de Liège et Florence font par ailleurs l’objet d’un traitement médiatique fort dissymétrique puisque le Florentin de souche qui a tué deux Sénégalais est présenté, je cite, comme « un militant d’extrême‑droite habité par une haine raciste », alors que le “pacifique” Amrani a simplement été saisi, je cite « de folie meurtrière »

Pour les chrétiens d’Irak, Noël se déroulera « en état de siège »

Kiosque Courtois du samedi 17/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit « Les traditions seront respectées à l’intérieur des maisons et dans les églises. La messe se célèbre de jour pour des motifs de sécurité. Il s’agira d’un Noël entre la peur et la foi inébranlable ». Tels sont les mots de Monseigneur Jean Benjamin Sleiman (photo), archevêque de Bagdad, pour décrire l’ambiance qui régnera à Noël dans la communauté chrétienne d’Irak. Au cours de ces dernières années, la situation des chrétiens s’est considérablement dégradée. Ils sont désormais considérés comme des « dhimmis » et sont donc juridiquement et socialement inférieurs, étant même contraints de payer la « jizya », le tribut islamique dû par les minorités non musulmanes afin de pouvoir pratiquer leur foi.

Vietnam : un nouveau jeu vidéo anti-français

Vietnam : un nouveau jeu vidéo anti-français

17/12/2011 – 19h40
HANOÏ (NOVOpress) –
“7554”, comme 7 mai 1954 (7.5.54), date de la reddition de l’armée française à Dien Bien Phu pendant la guerre d’Indochine. C’est l’intitulé d’un nouveau jeu vidéo que vient de sortir l’éditeur vietnamien Emobi Games.

Soit cinq heures de jeu durant lesquelles le joueur doit tuer les parachutistes français avant leur arrivée dans la cuvette, investir les tranchées, débarquer dans le QG du colonel de Castries avec le drapeau communiste vietnamien.

« C’est la première fois qu’une période historique glorieuse de la Nation est élaborée sur ordinateur », se félicite la télévision d’Etat, VTV. La bataille de Dien Bien Phu a coûté la vie à plus de 3 000 soldats français. « Sur les 10 300 soldats français faits prisonniers à Dien Bien Phu, seuls 3 300 sont rendus à leurs familles. Les autres, souvent laissés sans soins, épuisés, affamés, parfois sommairement exécutés, perdent la vie sur les routes qui les conduisent à leur lieu de détention et dans les camps du Viêt-minh », relate le site internet Chemins de mémoire.

Le gouvernement français osera-t-il prochainement interdire ce jeu à la gloire de tels crimes de guerre ? Car  « 7554 » devrait sortir en février sur le marché mondial et peut-être en France, avec sous-titrage…

Photo : restes de la guerre sur le site de Dien Bien Phu. Crédit photo : Peter Garnhum, licence CC.

La météo politique de Jean-Jacques Urvoas

17/12/2011 – 14h30
QUIMPER (NOVOpress Breizh) – Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et secrétaire national du P.S. chargé des questions de sécurité, vient de découvrir le populisme et s’inquiète de ses progrès en Europe.

La nouvelle bête noire du député socialiste Jean-Jacques Urvoas (à gauche sur la photo, au Congrès de Reims) est une bête brune : le national-populisme. Une locution heureuse puisqu’elle permet de tourner la page du national-socialisme – bien contrariant car il y avait « socialisme » dedans. Il a animé hier une table ronde au cours d’un séminaire organisé à l’Assemblée nationale par Jean-Christophe Cambadélis et intitulé « Le national-populisme en Europe ».

Venu du trotskisme, M. Cambadélis n’a viré sa cuti pour entrer au parti socialiste qu’à l’âge de 35 ans, en 1986. Il y a fait une belle carrière, même pas interrompue par deux condamnations dans des affaires d’emplois fictifs. La sortie de route de Dominique Strauss-Kahn, dont il était le bras droit, risque de lui nuire davantage. D’autant plus qu’il a ensuite soutenu Martine Aubry. Son avenir ministériel compromis, il lui faut trouver un nouveau fonds de commerce. Ils semble avoir misé sur la crainte du national-populisme. Il vient de lui consacrer une petite brochure aux analyses typées années 1980 et qui s’achève sur un passage des plus ambigus : « la montée du national populisme est engagée. La gauche, face à cela, donne des signes contradictoires. Elle a pourtant rendez- vous avec l’Histoire. Et au risque de déplaire, cela ne devrait pas être une soirée de gala… » On reconnaît dans cette menace à peine voilée la formule de Mao Tsé Toung : « la révolution n’est pas un repas de gala ». Cambadélis aurait-il renoué avec son passé gauchiste ?

M. Urvoas, qui a priori n’est pas un révolutionnaire, semble un peu instrumentalisé dans l’affaire. D’autant plus qu’il ne connaissait guère la question du populisme. Il ne s’en cache même pas, sa participation au séminaire lui aura au moins appris quelque chose : « Cela m’a donné l’occasion de regarder l’évolution de notre continent dans les dernières années », écrit-il dans son blog, « et le résultat n’est guère rassurant. »

Flambée de la délinquance ? Immigration incontrôlée ? Kalachnikovs dans les banlieues ? Non, ce que le secrétaire national du parti socialiste chargé de la sécurité trouve « guère rassurant » est autrement ravageur : « le vent souffle plutôt en faveur des populistes. » Une analyse au doigt mouillé qui ne laisse pas d’étonner chez un professeur de science politique.

Crédit photo : jyc1, licence CC.

La disparition de la culture générale des concours : nouvelle négation de l’identité française

La disparition de la culture générale des concours : nouvelle négation de l’identité française

« Sciences-Po révolutionne son concours d’entrée », titre triomphalement Le Monde : il sera désormais possible d’y entrer sans épreuve écrite et sur simple dossier (sur piston ?) ; et surtout l’épreuve de culture générale sera supprimée. Cette décision s’inscrit dans un mouvement plus vaste : depuis plusieurs années déjà, les écoles de journalisme ont supprimé de leurs examens d’entrée la culture générale ; et celle-ci est en voie de disparition dans les concours administratifs. La raison majeure de cette évolution est double : le désastre de l’éducation nationale d’une part, le caractère jugé « discriminant » de la culture générale qui éliminerait les « pépites » de nos banlieues, d’autre part.

Ce dernier point est particulièrement troublant.

Les médias de l’oligarchie et la classe politique n’ont cessé d’affirmer :

  1. qu’ « être français, ce n’est pas une race » et qu’on pouvait donc laisser la France largement ouverte à l’immigration africaine et maghrébine ;
  2. qu’ « être français, ce n’est pas une religion », et qu’on pouvait donc continuer d’accueillir des immigrés musulmans et créer « un Islam à la française » ;
  3. que « l’intégration cela marchait » et qu’il y avait « beaucoup de potentiel parmi les jeunes de banlieue ».

La culture et la langue française rayées de la carte

Que restait-il donc pour définir l’identité française ? La culture et la langue françaises. Voici qu’on raye méthodiquement leur maîtrise de la sélection des élites françaises.

Cela vaut de s’arrêter un instant sur la signification de ce phénomène :

  1. Il y a, nous dit-on, dans les banlieues des jeunes gens intelligents et capables.
  2. Or ces jeunes gens intelligents et capables ne seraient pas aptes à assimiler la culture générale française, c’est-à-dire la maîtrise de la langue et d’un héritage historique et culturel.
  3. Pour quelles raisons ? Parce qu’ils en seraient génétiquement incapables en raison de leurs origines ? On a peine à le croire ! Ou bien parce qu’ils ne voudraient pas s’assimiler à une culture jugée étrangère à celle de leurs origines familiales, ethniques, religieuses ? Ou encore parce que les institutions françaises auraient renoncé, par faiblesse, à leur transmettre ?

Quelle que soit la raison, le constat est terrible :

  1. L’assimilation ne fonctionne pas ;
  2. Ce n’est pas la minorité d’origine étrangère qui se rapproche de la majorité française mais la majorité française qui s’adapte aux exigences et/ou aux faiblesses de la minorité d’origine étrangère.

Diable ! Que reste-t-il de l’identité française ?

Si l’on comprend la pensée dominante, si l’on comprend bien les dogmes sous-jacents aux bons apôtres de la « discrimination positive », la France ce n’est ni une race, ni une religion, ni une culture, ni une langue, ni une histoire. Longtemps défendue, la conception « subjective » de la nation, issue de Renan, est abandonnée : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » est jugée aujourd’hui comme un anachronisme.

Alors, qu’est devenue l’identité française ? La réponse est claire : un espace dénué de sens. Ceux qui sont au pouvoir – dans les médias, dans les grandes entreprises, dans les universités – sont des négateurs de l’identité française, de toute identité française. Une identité française qui, il est vrai, est perçue comme un obstacle à l’empire du grand marché mondial.

Restauration républicaine et/ou communautarisation identitaire ?

Pourtant l’identité française perdure. Elle perdure dans les espoirs politiques d’une restauration nationale et républicaine. Elle perdure aussi – horresco referens – dans la communautarisation de fait d’une partie de la population française qui transmet à ses enfants la culture traditionnelle en marge de l’éducation nationale : à travers des écoles libres ou indépendantes, des manuels alternatifs, des rites anciens, des fêtes enracinées, le scoutisme traditionnel ou la fréquentation des hauts lieux. Bien sûr, ce ne sont encore que des minorités qui se retrouvent ainsi. Mais ce sont des minorités en expansion. Et les élites françaises de demain en seront issues.

[box class=”info”] Source : Éditorial de décembre de Polémia. [/box]

Photo : Sciences Po Paris, l’entrée du 27, rue Saint-Guillaume. Crédit photo : peco, licence CC.

Procès Bouteldja : devant le tribunal de Toulouse nous disons non au racisme – Par Caroline Alamachère

Procès Bouteldja : devant le tribunal de Toulouse nous disons non au racisme – Par Caroline Alamachère

Dans le train déjà je suis dans l’ambiance, toute la voiture profite du MP3 de mon voisin. Je lui demande poliment de baisser un peu le son. Il râle, soupire, se lève et sort de la voiture en donnant un coup de pied dans la porte de colère. Pour la peine il passera le reste de son voyage avec la couverture de La Colère d’un Français sous le nez.

Arrivant devant le tribunal j’aperçois des banderoles et des individus à l’apparence virile. Les joyeux Identitaires sont là, patrie chevillée au sanglier.

Procès Bouteldja : devant le tribunal de Toulouse nous disons non au racisme – Par Caroline Alamachère

J’aimerais entrer dans le tribunal pour suivre les débats judiciaires de la Houria mais on m’informe que c’est impossible, que pour des raisons de sécurité nous ne sommes pas autorisés à y assister.

J’aperçois une tête connue de Résistance Républicaine, un gars du Sud, costaud, béret noir sur la tête, d’autres sont là aussi. Nous mettons nos badges aux couleurs de RR, histoire de nous distinguer un peu parmi tous ces Identitaires remontés et tapageurs. La police nous encadre, de l’autre côté de la place des totalitaires pro Bouteldja nous narguent de loin, pas mal ont la capuche sur la tête et le keffieh, des signes qui ne trompent pas au pays de la saucisse mais personne ne s’occupe d’eux. Nous sommes assaillis par les micros de tous côtés.

Quelques Zid’s revêtent une tenue blanche et un masque blanc puis s’accroupissent sur le sol tenant chacun une pancarte en carton sur laquelle figure le nom de victimes du racisme, Thierry, Jérémy, Romain… avec dessous le lieu du crime, histoire de rappeler que le racisme anti blanc tue, que le racisme se joue des origines, des frontières et des continents, que le racisme peut venir aussi d’ailleurs et qu’il n’a pas pour unique origine les faces de craie. Le racisme peut aussi être noir, jaune, rouge, il peut être virulent, violent et meurtrier. Il a tué à Liège comme il a tué le même jour à Florence. Étonnamment les médias ont rapporté qu’en Italie il s’agissait d’un crime raciste, alors que pour un fait exactement similaire qui a eu lieu le même jour à Liège par Nordine Amrani ils ont parlé de « crime d’imitation » (France 2), ont fait allusion à la tuerie de Breivik histoire de rappeler que l’origine du mal c’est quand même l’extrême droite, histoire aussi de dédouaner les criminels de racisme quand ils sont orientaux, histoire enfin d’évacuer toute possibilité de voir l’origine du mal ailleurs que là où on veut bien nous la montrer.

Et que dire de ces Anglais qui pendant qu’ils chantaient dans une chorale de bienfaisance ont été attaqués par des Congolais au prétexte d’une situation politique hasardeuse dans leur pays d’origine ? Et si je partais avec mes cousins attaquer les Aborigènes ou les Papous de Nouvelle-Guinée au prétexte que Sarko n’est pas le président de mes rêves, qu’en diraient les bien-pensants ?

Oui le racisme est tapi partout et Houria Bouteldja en est la fière représentante quand elle lève son majeur pour dire à la France qu’elle la nique, quand elle traite Pascal Hilout de « bougnoule » parce qu’elle ne digère pas qu’il ait abandonné l’islam liberticide pour embrasser les valeurs républicaines de la France et que la France l’ait totalement adopté, quand elle traite les Français de sous-chiens, le chien étant un animal impur en islam, quand elle menace nos enfants de subir le racisme anti-blanc (1), quand elle menace le plus antiraciste des antiracistes de le subir à son tour, quand elle anticipe que les Indigènes ont pour projet de nous supprimer et que bientôt des territoires nous seront interdits sur notre propre sol alors que c’est déjà le cas dans certains endroits, quand elle appelle à « sauver notre peau »… et sinon quoi ? Elle nous tuera des ses propres mains ?

« Il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs » (1). Mais que fait-elle encore en liberté cette diseuse de haine ? Elle et ses Indigènes rêvent d’un apartheid et d’une prise de territoire et nous devrions les laisser faire sans nous défendre ? Et c’est nous qui sommes accusés de racisme, c’est nous que l’on dit extrémistes et dangereux ? Mais c’est le monde à l’envers !

Dénoncer cette furie et ses propos valaient la peine que l’Agrif via Bernard Antony lui intente un procès et que nous venions crier sous les fenêtres du tribunal pour dire notre refus de nous laisser insulter. Sous-chiens… mais que diraient le Mrap, la Halde, SOS Racisme, le Cran si nous, Français, nous traitions les noirs ou les arabes de sous-chiens ? Nous les aurions tous sur le dos et à juste titre mais puisque c’est une personne issue de la diversité qui nous fait cette insulte, personne ne dit rien. Deux poids, deux mesures comme toujours.

Fabrice Robert a rappelé qui furent les esclavagistes, il a égrainé les noms des morts pour leur couleur pendant que ceux vêtus de blanc étaient couchés sur le trottoir glacé avec leur panneau en guise de couvercle mortuaire [NDLR : on peut lire le texte de son intervention sur Novopress et voir de petites vidéos ici] . La grosse centaine de personnes l’a acclamé.

Procès Bouteldja : devant le tribunal de Toulouse nous disons non au racisme – Par Caroline Alamachère

Après qu’il ait parlé j’ai aperçu derrière nous un agent de la voirie avec son gilet fluo et son petit bonnet rouge, un travailleur noir ébahi par le spectacle inaccoutumé. J’espère que ce monsieur aura la curiosité de voir de quoi il retourne en rentrant chez lui, lui dont les ancêtres ont peut-être été, qui sait, les esclaves des ancêtres de la Bouteldja car à cette époque c’était d’usage, les Noirs-Africains étant considérés comme des « animaux » par les Arabo-Musulmans. Un racisme atavique apparemment.

La presse était à l’affût de tout, filmant même une conversation à notre insu mais que nous avons finalement laissé se dérouler, tellement nous sommes sûrs de ne pas dire un mot de travers. Comment le pourrait-on d’ailleurs ? Quand on est civilisé on ne peut pas être raciste.

A la fin de la manifestation, alors que le vent glacé s’immisçait, les policiers nous ont dit de nous disperser et d’éviter de prendre la première sortie de métro pour ne pas risquer de nous faire agresser… tiens donc…

Au retour mon train fit un arrêt imprévu à… Poitiers, faut-il y voir un présage ?

Quelques bribes d’informations concernant le procès lui-même qui a duré 4 heures :

L’éditeur de Houria Bouteldja estime que l’Agrif ne vise qu’à faire une «manœuvre de terrorisme intellectuel visant à accréditer l’idée qu’il existerait un racisme anti-blanc». Le procureur quant à lui tend à donner raison à Bernard Antony puisque selon lui le mot « sous-chien » a été employé « à dessein pour blesser ».

Elle risque six mois de prison et une amende pouvant aller jusqu’à 3 600 euros. Le jugement en délibéré aura lieu le 25 janvier. Date est prise.

Caroline Alamachère

(1) « Demain, la société toute entière devra assumer pleinement le racisme anti-Blanc. Et ce sera toi, ce seront tes enfants qui subiront çà. Celui qui n’aura rien à se reprocher devra quand même assumer toute son histoire depuis 1830. N’importe quel Blanc, le plus antiraciste des antiracistes, le moins paternaliste des paternalistes, le plus sympa des sympas, devra subir comme les autres. Parce que, lorsqu’il n’y a plus de politique, il n’y a plus de détail, il n’y a plus que la haine. Et qui paiera pour tous ? Ce sera n’importe lequel, n’importe laquelle d’entre vous. C’est pour cela que c’est grave et que c’est dangereux ; si vous voulez sauver vos peaux, c’est maintenant. Les Indigènes de la République, c’est un projet pour vous ; cette société que vous aimez tant, sauvez-là… maintenant ! Bientôt il sera trop tard : les Blancs ne pourront plus entrer dans un quartier comme c’est déjà le cas des organisations de gauche. Ils devront faire leurs preuves et seront toujours suspects de paternalisme. Aujourd’hui, il y a encore des gens comme nous qui vous parlons encore. Mais demain, il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs ». Houria Bouteldja.

[box class=”info”] Source : Riposte Laïque. [/box]

Crédit photos du rassemblement : Novopress, licence CC.

 

Procès Bouteldja : devant le tribunal de Toulouse nous disons non au racisme – Par Caroline Alamachère

https://fr.novopress.info/104711/videos-du-rassemblement-de-ce-jour-a-loccasion-du-proces-dhouria-bouteldja-sur-le-racisme-anti-blanc/

https://fr.novopress.info/104711/videos-du-rassemblement-de-ce-jour-a-loccasion-du-proces-dhouria-bouteldja-sur-le-racisme-anti-blanc/

Indonésie : les punks sont rasés, charia oblige

Indonésie : les punks sont rasés, charia oblige

17/12/2011 – 08h00
BANDA ACEH (NOVOpress) –
L’un des slogans des punks anglais à la fin des années 1970, « No future » (pas d’avenir), s’applique plus que jamais en terre d’islam.
Mardi, une soixantaine de punks qui participaient à un concert de rock en Indonésie ont été arrêtés et placés en « rééducation » par la police en charge de l’application de la charia, la loi islamique.

Le rassemblement avait lieu dans la capitale provinciale Banda Aceh, située à l’extrême nord de l’île indonésienne de Sumatra. Les fonds récoltés lors de ce concert étaient destinés à des orphelins. Une fois tondus, les jeunes fans de musique ont été forcés à se baigner dans un lac. Puis ils ont été détenus dans un centre de rééducation.

Pour Iskandar Hasan, le responsable provincial de la police, « le but est de les arracher à leur comportement déviant… On doit les réhabiliter afin qu’ils aient un comportement convenable. Un traitement sévère est nécessaire », a expliqué l’officiel musulman. Les mêmes pratiques que le totalitarisme communiste.

L’Indonésie est le plus grand pays musulman de la planète, avec 240 millions d’habitants. Le province d’Aceh a adopté la charia en 2001. La loi islamique se propage également en Tunisie, Egypte, Lybie et dans certains quartiers européens en voie d’islamisation.

Crédit photo : PUNKassPHOTOS.com, licence CC.

La Turquie et la France en vif conflit autour du génocide arménien

La Turquie et la France en vif conflit autour du génocide arménien

16/12/2011 – 20h30
ANKARA (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoğlu, a critiqué très durement le projet de loi débattu le 19 décembre prochain à l’Assemblée nationale française visant à punir la négation du génocide arménien.

La Turquie et la France en vif conflit autour du génocide arménien
Cadavres d'Arméniens assassinés lors du massacre d'Adana (Turquie) pendant le génocide arménien.

Selon le chef de la diplomatie turque « La Turquie est prête à confronter son histoire avec une mémoire juste mais nul ne devrait penser qu’avec ce type de loi on nous retirera le droit de défense. Nous ne céderons jamais. Ils ne devraient même pas y songer. Il est hors de question qu’une réponse ne soit pas donnée aux initiatives visant à souiller notre pays »

Ce texte de loi proposé par Valérie Boyer prévoit des peines allant jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour tous ceux qui auront contesté ou minimisé l’existence du génocide des Arméniens de 1915.

Photo : cadavres d’Arméniens assassinés lors du massacre d’Adana (Turquie) pendant le génocide arménien. Source non crédité, licence CC.

Peugeot Citroën : avis de tempête sur l’emploi

Peugeot Citroën : avis de tempête sur l’emploi

16/12/2011 – 18h40
RENNES (NOVOpress Breizh) – Le groupe PSA Peugeot Citroën a confirmé, lors du CCE qui s’est tenu hier, la suppression de 1.900 postes en France en 2012. Sur fond de mondialisation et de guerre des prix à laquelle se livrent les constructeurs automobiles en Europe, le désarroi des salariés face à l’implacable logique du « doux commerce ».

196 emplois vont ainsi être supprimés sur le site d’Aulnay (Seine-Saint-Denis) – 3.600 salariés – et 347 sur celui de Sochaux. Le site de Rennes-La Janais, qui produit la C5 et la 508, va enregistrer la perte de 147 emplois dans le secteur de la production et 79 en recherche/développement. En trois ans l’usine d’Ille-et-Vilaine aura perdu 1.750 postes, passant de 8.000 à moins de 6.000 salariés. Témoin de l’impuissance des politiques, Daniel Delaveau, maire de Rennes (PS), affirme dans un communiqué « partager l’inquiétude des salariés et de leurs familles en cette période de fêtes. »

A Vélizy/Meudon, en région parisienne, le plan de PSA prévoit la disparition de 139 postes en recherche/développement et 400 dans d’autres directions (marketing, DRH, etc.), principalement à Poissy et à Paris. Toujours en France, 2.400 emplois vont être supprimés chez des prestataires extérieurs au groupe et 800 intérimaires verront leur contrat prendre fin avant la fin de cette année.

Alors que le chiffre d’affaires du groupe est en hausse de 3,5 %, à 13,45 milliards pour le troisième trimestre 2011, Philippe Varin, le PDG de PSA, met en avant, pour justifier les mesures annoncées, une perte de compétitivité concernant les petits modèles fabriqués en France. Les suppressions d’emplois qui viennent d’être annoncées entrent dans le cadre d’un plan de réductions des coûts de 800 millions d’euros en 2012.

Si le groupe a indiqué à plusieurs reprises que la fermeture d’Aulnay (3.440 salariés) n’était « pas d’actualité » et que la C3 y serait produite jusqu’en 2014, l’incertitude demeure malgré tout quant à la poursuite de l’activité de ce site au-delà de cette date. Selon un responsable syndical cité par Le Monde (15/12/2011) « des groupes comme Peugeot ou Renault se servent de la crise pour accélérer leur restructuration. La raison de ce plan n’est absolument pas économique, ni sociale, ni de marché, c’est une raison purement financière. »

Les syndicats CGT, CFDT, FO, CFTC, SUD, SIA et CFE-CGC ont adressé hier au Président de la Républiqueune lettre – avec copie à François Hollande – par laquelle ils lui demandent d’intervenir « pour que puisse se tenir une réunion tripartite Etat-PSA-syndicats dans le but d’aboutir à un accord, garanti par l’Etat, assurant le maintien de tous les emplois sur le site d’Aulnay, au moins jusqu’en 2016 ».

Une démarche qui témoigne de leur part d’une étonnante naïveté. Sauf à changer radicalement d’orientation politique, on voit mal en effet ce que Nicolas Sarkozy ou François Hollande, mondialistes convaincus, pourrait faire dans un domaine qui relève de la pratique habituelle du « doux commerce ». Une pratique dont on sait qu’elle n’a pas pour habitude de s’embarrasser ni de l’avenir des entreprises françaises, ni du sort de leurs salariés.

Photo : Centre de recherche PSA, La Garenne-Colombes. Crédit : Anakin732, licence CC.

Poutine : « J’ai parfois l’impression que les Etats-Unis n’ont pas besoin d’alliés, mais de vassaux.”

Vladimir Poutine- Crédit Presidential Press and Information Office, CC - partie

16/12/2011 – 17h30
MOSCOU (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Lors de sa séance annuelle de questions-réponses avec la population, le premier ministre russe Vladimir Poutine a donné sa vision des Etats-Unis : « J’ai parfois l’impression que les Etats-Unis n’ont pas besoin d’alliés, mais de vassaux. Mais nous comptons poursuivre notre dialogue avec les Etats-Unis, parce que je vois des changements aux Etats-Unis. La société américaine n’a plus envie d’être le gendarme du monde ».

Avant d’enfoncer le clou sur cette politique de gendarme du monde menée par les Etats-Unis, je cite : « Quelqu’un a-t-il demandé conseil aux alliés sur les mesures à prendre en Afghanistan? Pas du tout. On a porté une frappe avant d’inviter tout le monde en disant “qui n’est pas avec nous est contre nous”. Est-ce une véritable alliance ? Non ».

En août dernier, Vladimir Poutine avait attaqué le dollar, accusant les Etats-Unis de « parasiter l’économie mondiale grâce au monopole du dollar ».

Crédit photo : Presidential Press and Information Office, licence CC.