Semaine de la presse ou de la propagande ?

27/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le CLEMI organise la 28e édition de la semaine de l’information auprès de 200 000 enseignants dans les écoles. CLEMI est l’acronyme du centre pour l’éducation aux médias et à l’information. Il propose chaque année au printemps, un dossier pédagogique composé de fiches conseils, informations et d’activités adaptées aux différents niveaux de scolarité.

Le CLEMI se donne ainsi pour mission d’aider les élèves, de la maternelle aux classes préparatoires, à comprendre les médias.

Il affirme tenter ainsi de former leur jugement critique, de développer leur goût pour l’actualité afin de forger leur identité dite « citoyenne ».
Cependant, loin d’enseigner la diversité des opinions dans les médias, le CLEMI s’organise autour de diverses personnalités gravitant dans les sphères médiatico politique de la gauche conventionnelle et de la presse subventionnée.
Ces dernières années les dossiers pédagogiques insistaient sur la mise en garde de l’information en ligne sur Internet, jugée peu fiable.

Un léger changement de cap semble toutefois s’opérer cette année.

Car pour la première fois, une critique sans équivoque des médias fait son apparition, certes, timide. Le centre aborde des questions importantes comme la publicité cachée, et la fiabilité des sources. Il dénonce la concentration des médias entre les mains d’oligarques et ses conséquences sur la ligne éditoriale des journaux. Tous ces sujets sont agrémentés, en outre, de sources et de références claires.

Cependant, les fiches de propagande dans la lignée des dossiers précédents, en faveur des immigrants par exemple, restent d’actualité.

Ce tournant indéniable semble s’expliquer, d’une part, par le climat de défiance ambiant à l’égard des médias et, d’autre part, par la présence de Sébastien Rochat dans l’équipe pédagogique. Il s’agit d’un ancien journaliste du site arrêt sur image.
Le CLEMI semble gagner en crédibilité, mais le chemin semble encore bien long avant de pouvoir prétendre à une complète éducation à l’esprit critique. La réinformation demande du travail !

marine-le-pen

François Fillon et Marine Le Pen s’en prennent aux agissements illégaux de l’exécutif

27/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La prochaine sortie du livre intitulé « Bienvenue place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat » a révélé aux Français le réseau d’information entre la police, la justice et l’exécutif. Cependant, ce réseau semble dépasser le simple renseignement.

François Fillon et Marine Le Pen ont donc reproché à l’exécutif ses agissements qualifiés d’illégaux

François Fillon et Marine Le Pen sont actuellement en proie à des affaires judiciaires qui les gênent dans leur campagne. François Fillon accuse l’exécutif de collusion avec la presse, s’appuyant sur des fuites des enquêtes judiciaires. Il s’insurge également contre la remontée des informations judiciaires au cabinet du président de la République, qu’il qualifie de « cabinet noir ». Marine Le Pen dénonce le viol du secret de l’instruction. Elle s’interroge aussi sur l’opportunisme du calendrier judiciaire destiné à contourner le débat sur le fond.

Ces accusations auraient été démenties par les auteurs

Un des auteurs, Didier Hassoux, a démenti l’existence d’un cabinet noir. Mais c’est plutôt l’expression qui est dénoncée. Pourtant, les termes « cabinet noir » apparaissent bien à la page 24 du livre, pour discuter son existence. Les auteurs cherchent aussi à minorer leurs propos, en indiquant que sous le quinquennat précédent, la même méthode était déjà employée.

François Hollande, pris à partie, joue les vierges effarouchées

François Fillon a directement accusé François Hollande et demandé l’ouverture d’une enquête. François Hollande quant à lui affirme son innocence et élude les questions sur le cabinet noir. Il appelle son accusateur à plus de dignité, de respectabilité. En intervenant dans la campagne, il prend d’ailleurs le risque de rassembler l’électorat de droite autour de Fillon. Pour finir, le service de renseignements financiers Tracfin, accusé dans le livre, dément également toute fuite d’information.

Marine Le Pen Au nom du peuple

Marine Le Pen : l’Union européenne “est une passoire à gros trous” pour les produits comme pour l’immigration

27/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Après François Fillon, Jean-Luc Mélenchon ou encore Benoît Hamon, Marine Le Pen était d’être l’invitée ce lundi de la matinale spéciale présidentielle de 7h30 à 9 heures.

Si Marine Le Pen est élue, elle proposera dans un délai de six mois un référendum sur le maintien dans la zone Euro. Avec un enjeu très clair. “Si c’est non, je partirai“, assure-t-elle.

Les Français auront choisi un modèle de gouvernance imposé par l’Union européenne et 70% de mon projet ne pourrait pas être mis en œuvre. Et je leur laisserai la possibilité de se choisir un nouveau président.

Pour Marine Le Pen, “il est évident que la France a un héritage chrétien. C’est une réalité. Et cet héritage appartient à tous les Français, quelle que soit leur croyance“, assure Marine Le Pen.

Il faut accepter l’intégralité de l’histoire de France. C’est l’héritage chrétien, romain, grec. C’est une structuration de notre pensée, de nos institutions. C’est refuser de faire le tri dans cette histoire. On ne trie pas, comme le font certains, comme M. Macron. C’est avoir des codes communs, se scandaliser pour les mêmes choses.

Par ailleurs, Marine Le Pen condamne avec fermeté les prières de rue de musulmans de Clichy-La-Garenne privés de lieux de culte.

Je trouve ça profondément scandaleux. C’est une violation de la loi et une provocation. On peut réclamer des choses, mais quand on ne les obtient pas, on n’organise pas des manifestations de ce type.



Marine Le Pen : l'Union européenne "est une… par Europe1fr

Natacha Polony lance une chaîne d’information sur Internet baptisée « Orwell Tv »

25/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Le Comité Orwell, un collectif de journalistes fondé, en 2015 par la journaliste Natacha Polony pour défendre la pluralité d’opinions dans les médias, a lancé cette semaine une web Tv baptisée « Orwell Tv ».

On y retrouve, outre Natacha Polony, le journaliste économique Jean Michel Quatrepoint, Benjamin Masse Stamberger, Alexandre Devecchio, et bien d’autres.

Il s’agit d’un média en ligne d’information mais aussi « de conviction et d’opinions », avec en premier lieu la défense d’une « France souveraine ».


Marine Le Pen, attaquée jusqu’en Pologne par la presse

25/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La désinformation n’est pas une exception française ! En effet, l’OJIM (Observatoire des Journalistes de l’Information Médiatique) a récemment décelé un joli bobard dans la presse polonaise.

Eh oui, même le quotidien Rzeczpospolita (« République ») ne rechigne pas à mentir, tant que cela va dans le « bon » sens

En effet, dans sa Une, le quotidien national polonais écrit, je cite : « L’image d’une Pologne qui cherche à affaiblir l’Union européenne est aujourd’hui si répandue à l’Ouest que Marine Le Pen, candidate à la présidence de la République française, propose au leader du PiS une alliance pour démonter la Communauté européenne si elle gagne les élections en mai ».

Cependant, la candidate du Front National n’a jamais prononcé un tel discours

Heureusement, la vérité triomphe parfois ! Le discours auquel fait référence le quotidien a été enregistré. En réalité, voici ce qu’a dit Marine Le Pen : « Si demain je suis présidente de la République française, je pense que je pourrai avoir un débat avec M. Orbán sur ce qui nous apparaît inadmissible, insupportable dans la manière dont l’Union européenne agit aujourd’hui, et c’est pareil pour M. Kaczynski ». On est loin du démantèlement promis par le quotidien.
Suite à ces propos, M Kaczynski, chef du PiS, parti conservateur Droit et Justice, avait été interrogé par des journalistes sur les dires, déformés, de Marine Le Pen. Le Polonais avait alors démenti la propagande selon laquelle son parti défendrait un Polexit.

Pourquoi ce journal réputé sérieux prend il le risque de perdre toute crédibilité ?

En 2010, le Premier ministre polonais avait fait taire cette presse d’opposition qui attaquait un peu trop son gouvernement : rachat des parts du journal par un ami et remplacement du rédacteur en chef… Voilà un bel exemple d’un journalisme ni libre ni d’investigation, mais bien d’un instrument de propagande politique.

Vu sur Twitter

L’indésirable “Français de souche” prié de laisser la place aux minorités militantes

Publié le
migrants-refugies-autriche

Crise des migrants : l’Union Européenne récompense les « bonnes pratiques journalistiques »

Source : OJIM – “Crise des migrants : l’Union Européenne récompense les « bonnes pratiques journalistiques »”

Il y a quelques semaines, l’Ojim vous révélait l’initiative du Conseil Économique et Social Européen visant à définir les « bonnes pratiques » dans la couverture médiatique de la crise des migrants. L’heure des travaux pratiques a commencé. C’est maintenant l’Union Européenne qui récompense les journalistes qui adoptent une présentation de la crise migratoire conforme à sa vision favorable à l’immigration.

L’UE a en effet lancé en début d’année un Prix des médias pour promouvoir « un journalisme sur la migration basé sur des preuves ». Partant du constat que « le discours actuel qui entoure la migration a pris une tournure dramatiquement négative durant la dernière décennie en Europe et ailleurs » et que « la couverture des médias des phénomènes migratoires joue un rôle important dans la formation de l’opinion publique », les organisateurs de ce prix ont comme objectif de « renforcer le rôle positif que les médias peuvent jouer quand il s’agit d’influencer le récit actuel des migrations ». Cette compétition permettra de réunir 72 récits qui pourront être utilisés et diffusés grâce à des droits d’auteurs partagés. La remise des prix aura lieu le 22 juin 2017 « sous les auspices de la Présidence maltaise de l’Union Européenne ».

Quand Bill Gates finance les médias favorables aux migrants

Hasard du calendrier, l’European Journalist Centre est quant à lui à l’origine d’un projet, financé notamment par la fondation Bill Gates, qui vise à assurer la couverture pendant dix-huit mois de l’arrivée et de l’intégration de familles de migrants. Quatre grands journaux européens vont participer à l’opération, Le Monde, le quotidien anglais Guardian, le quotidien espagnol El Pais et l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Selon Le Monde, « le projet s’inscrit dans l’approfondissement de notre couverture des questions migratoires ». Le Directeur de l’European Journalism Centre indique sur le site de l’EJC qu’« avec 10 élections nationales en 2017 sur le continent, des projets de cette envergure sont vitaux ». On n’en connaitra pas plus sur les « enjeux vitaux » de ces élections, mais l’angle des articles publiés dans le cadre de cette initiative, des récits de vie, vise à développer l’empathie vis-à-vis des migrants, indépendamment de toute autre considération.

Et l’UE prône d’ouvrir les vannes en grand

Le commissaire européen aux Migrations et aux Affaires intérieures l’affirmait récemment à la Tribune de Genève, « L’Europe va avoir besoin de 6 millions d’immigrés ». «Nous allons ouvrir des bureaux (pour les permis de séjours) dans tous les pays de la rive sud de la Méditerranée et en Afrique de l’Ouest ».

L’Union Européenne utilise donc la carotte pour influencer une opinion publique de plus en plus réticente à accueillir une immigration massive dans une Europe qui compte 21,4 millions de chômeurs et 29 millions de travailleurs pauvres. Mais elle pourrait aussi manier le bâton, comme le relate France Soir le 2 mars : « la Commission européenne a durci le ton jeudi face aux États membres de l’UE, en menaçant de sanctions ceux qui refusent d’accueillir des réfugiés ».

Politique de la compassion

Les récits de vie des migrants sont de plus en plus nombreux dans les médias et l’espace public : outre l’initiative des 4 grands journaux européens, le Télégramme relate le 5 mars que des bénévoles se sont succédés à Rennes pour un marathon de lecture de 24 heures pendant lequel ont été lus 400 témoignages de migrants, « contenus dans une encyclopédie des migrants, recueillis de Brest à Gibraltar ». Le 8 mars, Arte dressait dans un documentaire le portrait de trois femmes qui ont choisi la France.

Ces récits peuvent participer de l’information sur les migrations actuelles vers les pays européens. Mais des monographies, aussi touchantes soient elles, ne peuvent résumer à elles seules les différentes dimensions de l’accueil des migrants. Ce type d’enquête fréquemment utilisé en sociologie soulève, selon le sociologue J.C. Passeron, cité dans un article consacré aux recherches qualitatives deux problèmes :

– « Le récit de vie se veut exhaustif et par-dessus tout signifiant, ce qui donne l’impression de tout comprendre au risque de faire disparaître toute approche théorique permettant de décrire le problème étudié.

– Le risque est grand de céder à l’illusion de ce que le sociologue appelle la « panpertinence » : tout est pertinent et fait sens, le monde ne peut être décrit ».

Il est vrai que la pression migratoire a tout intérêt à être minimisée, enjolivée ou carrément passée sous silence. Les passages en force de clandestins à Ceuta relatés par Ouest-France, les millions de candidats qui attendent dans les pays africains l’occasion de passer la méditerranée cités par Il Tempo, le nombre toujours croissant de demandeurs d’asile arrivés en France, 100 000 en 2016 selon Le Figaro, et dont les déboutés ne sont quasiment jamais reconduits dans leurs pays : autant d’événements qui pourraient accréditer l’idée d’une situation hors de contrôle.

Vouloir influencer le jugement des citoyens en récompensant des journalistes qui se conforment à la vision hors sol des peuples et de l’économie de l’Union Européenne, indépendamment des implications sociales et culturelles de l’accueil massif de migrants : une nouvelle étape dans le formatage des esprits.

Jean-Yves Le Gallou anti-FN

Comment les médias effectuent un conditionnement anti-FN

19/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : On sait que la campagne présidentielle est lancée quand mensonge et diabolisation se conjuguent pour faire barrage à Marine Le Pen. C’est donc parti ! Jean-Yves Le Gallou en fait le décryptage dans le n° 143 de son émission I-Média, sur TV Libertés.

01:39 Conditionnement anti-FN dans les médias

Le Front national fait les frais d’une campagne de dénigrement, une de plus. En 2017 comme à chaque fois, les médias s’appliquent à conditionner les électeurs. Pour l’information objective, on repassera ! Quandle scrutin sera terminée…

14:59 Le Zapping d’I-Média

Le journaliste Franz-Olivier Giesbert qualifie le quotidien Le Monde de journal incompréhensible. Il est tiraillé entre la ligne Macron, définie par les propriétaires (Xavier Niel, Pierre Berger) et une rédaction qui roule pour Benoît Hamon.

Quant à France info, la radio d’information en continu du service public, elle diffuse une séquence… d’astrologie sur le candidat des Républicains François Fillon !

25:05 Caricature de Macron, circulez y’a pas de banquier

Caricature de Macron en banquier : la sanction médiatique est unanime. Le dessin est antisémite et fait référence aux « heures les plus sombres de notre histoire ». Mieux, dans le Huffington Post, Fabrice d’Almeida ira jusqu’à affirmer que cette caricature vient sûrement des plus zélés du camp Fillon, c’est-à-dire de la Manif Pour Tous. C’est le point Godwin de la semaine.

33:15 Les tweets de la semaine

Sondage sur le site du Figaro ; quand les internautes répondent « oui » à la question : Etes-vous favorable à la sortie de l’euro ?, le Figaro modifie sa question en « Craignez-vous les conséquences d’une sortie de l’euro », et tant pis pour ceux qui se sont exprimés.

Novlangue dans l’Obs à propos des « soutiens sulfureux » de François Fillon. Charlotte d’Ornellas propose une autre définition du mot « sulfureux » : « De droite, régulièrement en désaccord avec la rédaction du Nouvel Obs ».

37:05 Sevran : décryptage de la contre-enquête du Bondy Blog.

Femmes interdites dans un bar PMU à Sevran, le Bondy Blog publie une contre-enquête. Pour le journal des banlieues, il n’y pas de ségrégation. En fait, la contre-enquête est biaisée et incomplète.

Racisme anti-blanc : Hamon tient son Mehdi Meklat

Benoît Hamon n’avait pas besoin de ça. Sa campagne patine, son projet de revenu universel se voit officiellement remis aux calendes grecques et réduit à quelque micro-expérimentation, les hiérarques socialistes rallient par charrettes entières la locomotive Macron, aucun sondage ne le qualifie pour le second tour de la présidentielle. Le candidat officiel du Parti socialiste a beau ne traîner aucune casserole judiciaire et mener une campagne de fond, contentant tantôt les objecteurs de croissance, tantôt les multiculturalistes fanatiques, cela ne dessine pas un destin présidentiel. Au mieux une carrure de Premier ministre, sinon de ministre du Budget. Mais voilà qu’un gros parpaing s’est planté dans sa chaussure plombée.
Récidiviste du tweet

Sur Twitter, la “porte-parole égalité femmes-hommes” de la campagne hamoniste, Laura Slimani, s’en est violemment pris au maire de Montpellier. Ce qui pourrait n’être qu’une subite poussée d’acné à la Bruno Masure devient une affaire judiciaire car l’édile, ex-militant PS exclu du parti il y a quelques années pour candidature dissidente, et passé avec armes et bagages du côté de chez Emmanuel Macron, a très mal pris la joute mi-jeuniste mi-racialiste de l’ex-patronne du MJS, aujourd’hui conseillère municipale de Rouen et présidente des Jeunes socialistes européens.

“Vieux mâle blanc libéral” : trois péchés irrémissibles ? Rassurez-moi, naît-on blanc et libéral à la naissance ? La vieillesse n’a pas d’âge, mais y a-t-il un gêne libéral dont certaines populations leucodermes seraient naturellement porteuses ? La sociobiologiste Slimani pourrait certainement nous éclairer sur la question. D’autant que cette militante aguerrie n’a rien d’une péronnelle. Laura Slimani, pur produit du MJS dont Hamon a rédigé les statuts de façon à ce qu’il soit lié éternellement à la gauche du PS, peut difficilement mettre ses sorties sur le compte d’un “double maléfique”, façon Mehdi Meklat du Bondy Blog. Car elle n’en est pas à son premier coup d’essai, tant s’en faut. Ainsi, l’été dernier, en pleine polémique sur le burkini, tandis que des islamistes piégeaient les médias sur la plage de Nice à peine quelques semaines après le carnage du 14 juillet, que twittait cette antifa émérite ?

“Hommes blancs” vs “femmes musulmanes” : la Weltanschauung du PIR a fait des petits… Le méchant homme blanc (“souchien” dixit Houria Bouteldja) existe, Laura Slimani l’a visiblement rencontré. Et ça s’est mal passé. Au point que la sémillante socialiste rejette le terme de français de souche, que François Hollande avait imprudemment employé début 2015 à la suite des attentats perpétrés par des suprématistes white et blancos. ”Brouillage intellectuel” avait dénoncé cette brillante sémiologue née en 1989 et “venue à la politique par le féminisme”.

Légitime défense

Son dernier tweet un tantinet raciste (ou “ethno-différencialiste”, comme disent certains milieux…) serait passé quasi inaperçu hors des frontières de l’Occitanie si le premier concerné n’avait réagi. Or, le maire de Montpellier Philippe Saurel a légitimement décidé de porter plainte pour “injure raciale, injure en raison du sexe, provocation à la discrimination en raison de la race et provocation à la haine en raison du sexe”.

On pourrait croire à un malheureux concours de circonstances si Benoît Hamon avait fermement condamné les propos incriminés. Ou si l’un des membres de son premier cercle, le député PS Pascal Cherki, n’avait applaudi l’organisation d’une conférence “interdite aux Blancs“ à l’université Paris 8 l’an dernier : « Pour ma part je pense que la fac de Paris 8 est une excellente fac parfois en rupture avec l’idéologie dominante. Tant mieux ! »

Quoi qu’en disent ses détracteurs, la gauche n’a pas encore totalement adopté ce deux poids deux mesures ethnoracial. Pour le maire de Montpellier et quelques autres, contrairement à La Ferme des animaux d’Orwell, la France ne considère pas certains citoyens comme plus égaux que d’autres…

Daoud Boughezala

Article paru dans Causeur

Emma CakeCup

« Sale Blanche », « sale Babtou » : Emma CakeCup et le racisme en ligne

Une histoire déplaisante, signalée par le site féministe Bellica, est arrivée début mars à une youtubeuse française suivie par un million d’abonnés, Emma CakeCup. Celle-ci a subi depuis le dimanche 5 mars un déferlement d’insultes racistes sur le réseau social Twitter : « Sale blanche », « sale babtou », « ferme ta gueule t’es juste une babtou », « nous allons te détruire car nous sommes fiers de nos origines de Maghrébins ».

Celle-ci a alors répliqué calmement : « Ça choque personne que quelqu’un m’insulte de babtou, mais quand on retourne le truc tout de suite c’est choquant bah non désolée. » Le terme babtou (toubab en « verlan ») est un terme insultant, originaire d’Afrique de l’Ouest, couramment employé pour désigner les blancs.

Dans sa dernière vidéo, la jeune femme a résumé la polémique en répondant à ce torrent de haine. La plupart des messages reçus par Emma ont un point commun : ils nient l’existence du racisme anti-blanc, tout en insultant Emma parce qu’elle est blanche. Il lui est reproché de s’exprimer sur le racisme alors qu’elle est blanche, et donc forcément privilégiée. Les seuls qui seraient habilités à donner leur point de vue sur le sujet seraient les personnes non blanches, également seules à le ressentir au quotidien.

La jeune femme a reçu des centaines d’insultes en raison de ses origines, mais ses détracteurs anonymes lui ont intimé dans le même temps l’ordre de ne pas qualifier ces insultes de racistes. Depuis les tweets et la vidéo d’Emma CakeCup, de nombreuses femmes ont témoigné via Twitter de leur expérience du racisme anti-blanc.

Cette polémique virtuelle n’est pas sans rappeler les réunions non mixtes « entre racisés » organisées depuis 2016 à l’université Paris VIII. Issu des manifestations contre la loi travail, un événement intitulé « Paroles non blanches » avait pointé l’absence au cours des débats « des questions de la race et du racisme ». Dans la même mouvance, un « camp d’été décolonial » avait été organisé en août : « réservé uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français, nous accepterons cependant quelques inscriptions de personnes subissant le racisme d’Etat mais vivant dans d’autres pays ».

Marie de Lisle

Article paru dans Présent daté du 16 mars 2017

Marine Le Pen Au nom du peuple

Marine Le Pen accuse BFMTV de soutenir Macron « de manière éhontée »

Source : OJIM – Marine Le Pen accuse BFMTV de soutenir Macron « de manière éhontée »

Invitée sur BFMTV le 5 mars dernier, Marine Le Pen a accusé directement la chaîne d’information en continu de soutenir Emmanuel Macron.

Parfois surnommée « BFMacron » sur les réseaux sociaux, la chaîne détenue par le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi est souvent accusée de favoriser le candidat d’« En Marche ». Ainsi dernièrement l’hebdomadaire Marianne avait-il mis en évidence la surexposition de Macron sur BFM TV par rapport aux autres candidats. En effet, depuis sa déclaration de candidature, l’ancien ministre de François Hollande a vu tous ses meetings diffusés en intégralité sur la chaîne info, cumulant 440 minutes d’antenne, soit plus que François Fillon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon réunis !

Profitant de sa présence sur le plateau de BFM Politique, la présidente du Front National a donc accusé plusieurs médias, dont BFMTV et RMC, d’être des « soutiens de M. Macron ». Face aux protestations du journaliste, celle-ci a tout d’abord évoqué le passage de Bernard Mourad de la branche médias d’Altice (multinationale fondée par Patrick Drahi) à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Qui plus est, le rachat de SFR par Altice, refusé dans un premier temps par Arnaud Montebourg, a ensuite été autorisé lors de l’arrivée de l’ancien banquier d’affaires au ministère de l’Économie. « Tout le monde sait que les médias de Patrick Drahi, dont BFMTV, soutiennent Emmanuel Macron de manière éhontée », a-t-elle ajouté avant de sortir quelques chiffres pour le prouver.

« Il ne faut pas prendre les Français pour des idiots. Ils voient bien aujourd’hui la tonalité qui fait que M. Macron est le chouchou des médias », a-t-elle poursuivi.

Benoit Hamon

Benoît Hamon, c’est l’homme invisible

11/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Tanguy Pastureau, le candidat du Parti socialiste fait la campagne la plus discrète de l’histoire, et personne n’entend parler de lui : Benoît Hamon, c’est l’homme invisible.

À 40 jours de l’élection, Hamon est invisible, tel un hétéro en manque de sexe à la gay-pride de San Francisco. Il y a eu l’affaire Fillon, donc on n’a pas parlé de lui, puis Macron a présenté son programme, donc on n’a pas parlé de lui, puis Marine Le Pen a dit un truc, donc on n’a pas parlé de lui, et là ça se calme, mais on ne parle pas de lui. Hamon fait la campagne qu’aurait faite le Mime Marceau s’il s’était présenté, on ne l’entend pas, à côté Zidane c’est Marina Kaye.

Il faut dire que Hamon, c’est Hollande 2, il est normal, tout pépère, avec la même énergie qu’une huître malade et l’envie de gagner d’un cul-de-jatte qui se lancerait dans le fétichisme des pieds. Moi à chaque fois que je le vois je vais me pieuter, Hamon c’est le médicament générique du Stillnox. Les gens vulgaires lui diraient de se sortir les doigts du uque, mais ce ne sont pas les doigts qu’il a mis, c’est tout le bras jusqu’en haut de l’épaule, il n’y a que sur le port d’Arcachon qu’on va pouvoir le décoincer avec un couteau à huître.


Macron Drahi Pigasse : petits arrangements entre amis

11/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
14 milliards d’euros de cadeaux fiscaux généreusement offerts par Macron à l’oligarque Patrick Drahi ?

Mais ce dernier n’est pas un ingrat. Depuis des mois, les médias dont il est le propriétaire, entre autres BFM, RMC, Libération, L’Express, etc. sont devenus de véritables tribunes de propagande pour le leader d’En marche. L’histoire remonte au rachat, en 2014, du groupe SFR par le groupe Altice dont Patrick Drahi est propriétaire. Alors ministre de l’Industrie, de l’Economie et du Numérique, Arnaud Montebourg s’était opposé à la transaction, arguant du fait que la situation fiscale de Drahi est particulièrement trouble. Les entreprises de ce dernier sont en effet domiciliées dans des paradis fiscaux, et Drahi lui même est résident suisse. Montebourg avait d’ailleurs diligenté plusieurs enquêtes fiscales contre l’oligarque.

Avec l’arrivée de Macron à Bercy en octobre 2014, changement de décor

Sans doute, conseillé par son ami David de Rothschild, Emmanuel Macron s’empresse en effet d’autoriser le rachat de SFR par Altice, permettant ainsi à Drahi de s’emparer de l’un des fleurons français des télécoms. D’ailleurs à crédit, mais qu’importe : dans le monde de la finance apatride, on est surtout riche de ses dettes. Deux ans après, Drahi réalise le plus grand plan social de l’année 2016 en licenciant d’un seul coup d’un seul 5 000 salariés du groupe SFR. Merci Macron.

D’autres « petits arrangements » ?

En 2016 également, Bernard Mourad, le banquier conseil de Drahi, qui avait joué un rôle clé dans l’opération SFR Altice, Mourad donc devient conseiller spécial, devinez de qui ? D’Emmanuel Macron. Par ailleurs, la banque d’affaires à la manœuvre lors de cette opération fut la banque Lazare dont le directeur de la filiale française n’est autre que Mathieu Pigasse, par ailleurs propriétaire du journal Le Monde, autre grand véhicule de la propagande macronienne. Le monde est décidément bien petit…

François Fillon Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou décrypte la défaite des médias contre François Fillon

10/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : François Fillon est le personnage principal de cette dernière édition d’i-Média, l’émission hebdomadaire de décryptage des médias par Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés, qui analyse longuement le lynchage médiatique dont le candidat a fait l’objet, et qui avait pour but de le contraindre à se retirer.

01:14 Trocadéro – Fillon : victoire par K-O Fillon allait-il laisser la place à Juppé ? Les médias n’en démordent pas : le candidat des Républicains est isolé et les 40 000 militants place du Trocadéro ne leur font toujours pas voir la réalité.

Sur le plateau de France 2, le soir de la manifestation, alors que François Fillon démontre avec force le soutien de la base militante, Laurent Delahousse interroge à nouveau le candidat des républicains sur la possibilité du retrait de sa candidature.

19:31 Le zapping d’I-Média. RCF fait dans le point Godwin : Rudy Blanchard, l’animateur d’une émission musicale sur la radio chrétienne déclarera à propos du Front national : « Faites attention, avant d’être bleu marine, les chemises étaient marron »…

Dans 28 Minutes sur Arte, quand, Julie Graziani parle de trisomie 21 et dénonce une discrimination, évoquant même un « racisme chromosomique », la réaction des journalistes est unanime : vous ne pouvez pas dire cela.

29:11 Fillon, Macron – Temps de parole dans les médias. Débat présidentiel : le CSA tire la sonnette d’alarme sur le déséquilibre du temps de parole. Le temps à l’antenne toujours compté de manière quantitative et non qualitative : alors que Marine Le Pen et François Fillon occupent leur temps d’antenne à se défendre contre les attaques médiatiques, aucune affaire n’est publiée sur le candidat d’En Marche !, qui peut exposer tranquillement son « programme ».

37:23 Les tweets de la semaine. « Athènes va (enfin) accueillir sa première mosquée », c’est le titre d’un article du Figaro. Le titre neutre pour ce type d’information devrait être : « Une mosquée va être construite à Athènes ». Entre le mot « accueillir » et « « enfin », le Figaro prouve son manque d’objectivité.

42:25 Troadec : dans la famille des coupables, je demande le fils. Meurtre de la famille Troadec à Orvault : quand la police soupçonne le fils Sébastien, la presse le désigne comme coupable. Les médias vont passer au peigne fin la vie de Sébastien. Il faut prouver sa culpabilité : casier judiciaires, amis réseaux sociaux, tout est interrogé. Dans cette histoire morbide, les médias n’ont qu’un désir : trouver un nouveau Dupont de Ligonnès.

eric-zemmour

Éric Zemmour : “Comme les Dalton, les candidats à la présidentielle ont leurs boulets”

09/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
De nombreuses tractations entre partis politiques se déroulent au cours de cette campagne présidentielle. Certains candidats en oublient de parler aux électeurs.

Pour Éric Zemmour, nos candidats à la présidentielle ressemblent aux frères Dalton, chacun a ses boulets :

C’est un des gags qui reviennent sans cesse dans les bandes dessinées de Lucky Lucke : quand les frères Dalton parviennent à s’échapper du pénitencier où ils cassent des cailloux, ils conservent aux pieds les boulets qui entravent leur course.

Évoquant Benoît Hamon, Éric Zemmour note qu’après avoir négocié en sa faveur le retrait de l’écologiste Yannick Jadot, le socialiste “passe désormais ses journées à tenter de retenir les bataillons d’élus qui frappent à la porte de Macron“. François Fillon a subi la trahison de l’UDI qui lui a planté un couteau dans le dos et courait déjà chez Juppé ? “Cela n’empêche pas le miraculé du Trocadero de leur ouvrir grand ses bras“, raille Éric Zemmour.


Quand Libé et la pub mettent les migrants à la place des Français

Source : OJIM – “Quand Libé et la pub mettent les migrants à la place des Français”

6 mars 2017, l’Ojim assistait à la conférence de presse conjointe de Libération et de l’agence de publicité Fred&Farid pour « donner la parole aux réfugiés ». Fred&Farid ? C’est l’agence qui en 2011 a défrayé la chronique pour avoir acheté des followers sur son compte Twitter. En 2012 rebelote l’agence achète de faux comptes Facebook pour gonfler la page d’un client. Que du beau monde. L’objet de la conférence et du numéro spécial en préparation selon Laurent Joffrin : « favoriser l’accueil des migrants », retourner le regard, que les migrants puissent montrer « qu’ils ont beaucoup de choses à apporter à la société française ». Analyse du journal paru le 7 mars 2017.

Des rassemblements électoraux turcs prévus en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas, en faveur du « oui » au référendum du 16 avril 2017 portant sur une réforme constitutionnelle visant à accroître les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdoğan, engendrent des tensions diplomatiques entre ces pays de l’Union européenne et le gouvernement d’Ankara. Le chancelier social-démocrate autrichien Christian Kern appelle désormais l’Union européenne à la rescousse.

L’édition spéciale tient parole avec en couverture « Le Libé des réfugiés » (la confusion réfugiés/migrants/clandestins est soigneusement et constamment entretenue). L’éditorial sous double signature annonce la couleur « La France vue par les réfugiés », ceux ci sont en position de juges et pourront distribuer bons et mauvais points. Remarquons que certains de ces « réfugiés » sont bien incertains. Le sympathique Hamze « a débarqué en France par hasard », la jolie Anmar part à Paris à 25 ans « pour étudier le cinéma, » le fort jeune Guennady arrivé en France a l’âge de 8 ans avec sa famille « n’ a jamais tout à fait su pourquoi ils étaient partis », le décidé Rooh a quitté « son pays et sa famille en 2009 » car « il préférait la France » et pour finir Marie-Angélique a quitté le Rwanda un pays en paix en 2014. Tous ces jeunes gens sont bien agréables mais la condition de réfugiés d’une bonne partie d’entre eux semble poser question.

On est chez nous chez vous

Poursuivons notre lecture avec le papier d’Anmar Hijazi sur les meetings LR et FN titrant « La France c’est les gens qui sont ici ». Titre ambigu qui pourrait recouvrir aussi bien les positions de Jacques Attali pour lequel la France est un « hôtel » que celle des identitaires disant « on est chez nous ». L’article est bien écrit, équilibré et la charmante Anmar aimerait tellement qu’on lui dise qu’elle aussi elle est chez elle … ce qui se passe lorsqu’un retraité la prend pour une militante FN.

Des trois éditos de la page 8 le plus enlevé est celui (traduit de l’arabe) de Sohaib décrivant avec humour ses soucis pour avoir porté une cravate à Raqqa capitale de l’Etat islamique. Pourquoi n’est il pas resté en Syrie pour combattre l’Etat islamique avec l’armée, les kurdes ou une des innombrables milices ? Au lieu à 20 ans de s’ « imaginer un destin de politicien » . Nul ne le saura sinon qu’il est plus agréable d’étudier à la Sorbonne que de défendre son pays avec les risques encourus. Osons la question : le fort gentil Sohaib serait il plus simplement un déserteur ?

Hollande sur le gril

Le pompon est sans doute la visite… à l’Élysée de trois « journalistes/migrants/réfugiés ». François Hollande a-t-il reçu ne serait ce qu’une fois les habitants de Calais envahis dans leur vie quotidienne ? Il est vrai qu’il a du temps en ce moment. Malicieusement et avec culot les apprentis journalistes reprennent les « questions Libé » : avez vous trahi la gauche ? Rooh va même accuser le Président : « le projet de déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux l’a totalement dissuadé de demander la nationalité française ». Et l’accusé Hollande de se défendre mollement, son projet voulait au contraire protéger les binationaux non accusés de terrorisme. Les jeunes invités concluent « Nous voulons croire qu’il est sincère ». L’accusé Hollande est acquitté au bénéfice du doute.

Au total ce numéro spécial marche – volontairement – à fronts renversés. Les Français ne sont plus les seuls à avoir droit à la parole sur leur territoire, Président compris. Tous les réfugiés, tous les migrants, tous les clandestins doivent avoir les mêmes droits (à la parole, au vote sans doute demain et bien entendu aux avantages sociaux sans conditions tout de suite), la même puissance symbolique, la même légitimité que les ressortissants de souche ou de papier. La souveraineté ? Evacuée. L’histoire ? Evacuée. La culture et la politique ? Réduits aux droits humains.

Culture et Histoire sont dans un bateau, les deux tombent à l’eau. Qu’est ce qui reste? Le marché bien entendu, il est vrai que nous sommes au quotidien du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi propriétaire de SFR pour lequel les journaux deviennent des produits dérivés d’abonnements téléphoniques.

Euro

Le maintien dans la zone euro est-il synonyme de faillite annoncée ?

09/03/2017 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Les opposants à Marine Le Pen et Jean‑Luc Mélenchon aiment à répéter que la sortie de l’euro serait fatalement le chemin vers la faillite et la ruine. Cette thèse sous‑entend que l’euro est un instrument de prospérité et de stabilité, mais est‑ce si sûr ?

L’Institut Montaigne, aujourd’hui proche de Macron, soutient que la sortie de l’euro coûterait, selon les scénarios, quelque 9 points de produit intérieur brut à la France. Ce qui signifie en creux que l’euro aurait gonflé notre PIB de presque 10 % depuis son adoption. Pourtant, la croissance des pays de la zone euro n’est pas plus importante que celle des pays européens qui ne sont pas membres de la zone euro.

L’euro a cependant profité aux pays les plus compétitifs, comme l’Allemagne. L’Allemagne a aujourd’hui un excédent commercial de 250 milliards d’euros, soit l’équivalent de 8 % de son produit intérieur brut. Un excédent qu’elle doit aussi au fait que l’euro est pour elle une monnaie sous‑évaluée de 15 %, selon le FMI. Quant aux pays du sud de l’Europe, comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal, l’euro est une monnaie trop forte pour eux : l’euro les empêche de proposer des prix compétitifs, malgré la baisse des salaires dans ces pays ces dernières années.

En Europe du sud, la rigidité monétaire induite par la monnaie unique nuit fortement à la croissance. D’où le chômage de masse et les difficultés budgétaires des Etats. La France connaît une situation intermédiaire : selon le FMI, l’euro est surévalué de 5 % pour l’économie française. Ce qui explique notre déficit commercial de 48 milliards d’euros.

Quoi qu’il en soit, la situation n’est pas tenable pour les membres de la zone euro : les déséquilibres courants se creusent, les dettes publiques ne se résorbent pas, les liquidités s’accumulent dans le nord de l’Europe mais désertent le sud. En termes de prospérité et de stabilité, l’euro n’a pas tenu ses promesses. A tel point que la question la plus pertinente n’est pas celle de savoir s’il faut mettre fin à la monnaie unique, mais quand et dans quelles conditions il y sera mis fin.

Facebook Journée Femme voilée 1

Facebook célèbre la Journée de la femme… voilée !

08/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ce matin, je vais sur Facebook, voir quelles y sont les nouvelles de mes « amis ». Et là, surprise : en tête de page, un écran s’affiche et c’est Facebook qui me parle. Le réseau social, qui croit peut-être que je n’ai pas écouté la radio, m’informe que c’est la Journée de la femme. Sauf que leur algorithme a dû merder quelque part.

Non seulement la dame dont Facebook m’offre une citation – sans aucun intérêt – est d’un certaine Malala Yousafzai – une Pakistanaise, merci Wikipédia – dont je n’avais jamais entendu parler jusque-là bien qu’elle ait obtenu le prix Nobel de la paix — honte à moi –, mais la majorité – ou toutes, allez saoir, même en y regardant de près – des femmes stylisées qui illustrent cette belle Journée internationale de femme sont voilées ! Plus ou moins mais voilées. La Journée de la libération de la Femme, c’est pour l’an prochain ?

M. L.

Facebook Journée Femme voilée 2