65 Millions

65 Millions

Pour la première fois de notre histoire, nous serions plus de 65 millions. Cela ferait même un an que nous aurions dépassé cette barre, depuis le 1er janvier 2011 exactement, et nous ne l’apprenons que maintenant – en raison de la lourdeur du système informatique de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)…

« Nous », c’est la population de la France, un peu rapidement appelée « population française » par l’Insee, qui s’émerveille: « C’est dix millions d’habitants de plus qu’en 1981, et vingt millions de plus qu’en 1958. » Comme « il n’est de richesse que d’hommes », selon la célèbre phrase du philosophe Jean Bodin, nous voici parmi les plus riches d’Europe! D’autant qu’avec les 795000 habitants des collectivités d’outre-mer (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna, Saint-Martin et Saint-Barthélemy), ajoute l’Institut, « la population de l’ensemble des territoires français atteint 65,8 millions ».

Du 1er janvier 2010 au 1er janvier 2011, la population de la France a donc augmenté officiellement de 358 000 personnes. La principale raison: l’excédent des naissances sur les décès. Si, si ! En 2010, 828000 bébés sont nés en France, dont 797000 en métropole. « L’indicateur conjoncturel de fécondité, se réjouit l’Insee, atteint ainsi son plus haut niveau en France depuis la fin du baby-boom, avec 2,01 enfants par femme. » [NDLR ce qui reste quand même encore insuffisant pour renouveler les générations, il en faudrait 2,1].
L’Institut explique que la progression de la fécondité « est imputable en totalité aux femmes de plus de 30 ans, et surtout à celles de 35 ans ou plus », car il apparaît que seulement 46 % des bébés nés en 2010 ont une mère de moins de 30 ans, alors qu’ils étaient 62 % en 1990.

Que les suspicieux se taisent, une fois pour toutes : le solde migratoire ne compte pour rien ou presque dans l’accroissement de la population de la France ! La différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire français et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l’année 2010 ne serait… que de 75000 ! La polémique, récurrente, entre l’Insee et Claude Guéant est donc relancée. Pour le ministre de l’Intérieur, « il y a à peu près 200000 étrangers supplémentaires (par an) qui sont autorisés à séjourner en France ». Il est tellement sûr de ce chiffre qu’il a même promis de réduire ces entrées « supplémentaires » et annuelles de 20000.

L’Insee n’explique pas non plus pourquoi, alors que la fécondité ne cesse de diminuer en Allemagne, en Autriche ou en Espagne, elle augmente en France. Il est vrai qu’en France, les statistiques ethniques sont interdites…

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 4 janvier. En kiosque ou sur Internet.[/box]

65 Millions

Les prisonniers hongrois ont désormais l’obligation de travailler

02/01/2011 – 14h00
BUDAPEST (NOVOpress) – 
Depuis le 1er janvier, des règles strictes s’appliquent aux prisonniers hongrois : ils sont désormais soumis à l’obligation de travailler et ils ne pourront plus recevoir d’argent pour des interviews accordées aux médias quand elles sont en lien avec l’infraction.

L’Assemblée nationale hongroise avait en effet adoptée, le 14 novembre, un amendement à la loi pénale dont le règlement  prévoit, qu’à l’exception de ceux qui sont incapables de travailler, des jeunes en âge scolaire, des personnes en âge de la retraite, des femmes à partir du sixième mois de grossesse et des gens qui ont la responsabilité de garde d’enfants, tous les détenus purgeant une peine d’emprisonnement sont obligés de travailler dans la prison ou dans un établissement économique établi à cette fin. Les condamnés habilités à travailler à l’extérieur pourront ainsi préparer leur réinsertion et participer à des programmes de santé, la guérison et la réadaptation.

Concernant les interviews accordées aux médias, elles ne sont plus autorisées pour les familles et les détenus concernant les affaires en cours, tous les accords en cours étant nuls et non-avenus, l’argent revenant à l’Etat hongrois.

Crédit photo : DR

Franck Ribery ouvre un bar à chicha et sans alcool à Boulogne-sur-Mer

02/01/2011 – 12h00
BOULOGNE SUR MER (NOVOpress) –
Franck Ribery semble prendre le chemin typique du nouveau converti à l’islam, toujours plus revendicatif et expressif concernant sa nouvelle religion. Après s’être marié à une musulmane, après avoir appelé son fils par le même prénom que le fils de Mumar Kadhafi, “Le glaive de l’Islam”, voilà qu’il a décidé, dans sa ville d’origine, Boulogne-sur-Mer, d’ouvrir un bar “sans alcool” avec possibilité d’y fumer “la chicha” (il faut rappeler que l’ensemble des bars à chicha en France sont soumis à la loi sur le tabac dans les lieux publics, ce qui ne semble provoquer aucun contrôle de la part des autorités, qui font preuve d’un peu plus de zèle quand il s’agit de contrôler les petits “troquets” à la française). Autant dire un bar à destination d’une certaine population, qui ne consomme pas d’alcool et qui fume ce mélange à base de tabac et d’arômes . L’enseigne, qui vient tout juste d’ouvrir, est nommée “O-Shahiz” en hommage aux deux filles des époux Ribery.

Dans la commune, l’ouverture de ce bar, situé dans un quartier connu pour être un lieu quotidien de prostitution (le syndrome Zahia ? )  ne fait pas que des heureux. Franck Ribery semble ainsi confirmer son statut de “sportif le plus agaçant” de l’année 2011. “Pourquoi vient-il se faire de la publicité chez nous, de surcroit en imposant ses normes religieuses?“, s’interroge Patrick, un habitant de la rue Nationale. D’autres, comme Guyslaine, jointe par téléphone, sont plus remontés encore : “Franck Ribery, c’est un enfant du pays : mais on ne sait pas quelle mouche l’a piqué depuis sa conversion à l’islam. Pourquoi ne va il pas ouvrir un bar en Algérie, puisque c’est un pays et des traditions qu’il semble désormais mieux apprécié que la France et que la région qui l’a vu naître ?

La question est de savoir si désormais, Franck Ribery se montrera capable de gérer une activité économique, un métier difficile qui demande autrement plus de compétences que celles de savoir taper dans un ballon de football.

Crédit photo : DR

Immigration et délinquance : Pierre-Victor Tournier coupé de la réalité du terrain

Immigration et délinquance : Pierre-Victor Tournier coupé de la réalité du terrain

31/12/2011 – 15h30
PARIS (NOVOpress) –
Le lien entre délinquance et immigration revient dans le débat médiatique, après l’affaire Eric Zemmour, quand le chroniqueur avait rappelé en mars 2010 que « la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes, c’est comme ça, c’est un fait ». Cette fois, le démographe Pierre-Victor Tournier estime que cette association ne peut être vérifiée car « les statistiques produites par le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Justice ne portent que sur la nationalité et non sur le fait d’être immigré ou non. On peut s’en réjouir ou le regretter, mais c’est ainsi ».

Pourtant, au quotidien, les Français se rendent compte que ce duo infernal existe bien. Christian Delorme, surnommé le « curé des Minguettes », déclarait il y a quelques mois : « en France, nous ne parvenons pas à dire certaines choses, parfois pour des raisons louables. Il en est ainsi de la sur-délinquance des jeunes issus de l’immigration, qui a longtemps été niée, sous prétexte de ne pas stigmatiser. On a attendu que la réalité des quartiers, des commissariats, des tribunaux, des prisons, impose l’évidence de cette surreprésentation pour la reconnaître publiquement ». Citation que l’on peut retrouver dans le rapport de la commission d’enquête sur la délinquance des mineurs.

En 2006, Le Monde des Religions rappelait déjà que « l’islam est devenu la première religion revendiquée derrière les barreaux hexagonaux ». Il suffit aussi de consulter la rubrique « Recherche d’auteurs présumés de crimes et délits aggravés » du ministère de l’Intérieur, pour comprendre que « cette possible connexion » entre délinquance et immigration ne relève pas de l’utopie.

Crédit photo : Cicilie Fagerlid, via Flickr, licence CC.

Nouvel an : restriction de la vente d’essence et d’alcool en Alsace

Nouvel an : restriction de la vente d’essence et d’alcool en Alsace

31/12/11 – 12h00
STRASBOURG (NOVOpress)
– Voilà une décision qui donne une idée assez précise et passablement inquiétante de l’état de déliquescence sociétale et de la pression délinquante dans la région alsacienne.

En effet, les préfectures du Bas et du Haut-Rhin ont décidé que la consommation d’alcool et la vente d’essence dans des récipients transportables sera interdite la nuit de la Saint-Sylvestre dans les principales villes alsaciennes à fortes populations immigrées comme Strasbourg, Colmar et Mulhouse.

Afin d’éviter les débordements et les exactions, à Strasbourg la consommation d’alcool sur la voie publique sera interdite entre 22 heure set 4 heures du matin.

La distribution et la vente à emporter de carburants sera pour sa part également de 8 heures samedi à midi dimanche. Mieux vaudra donc ne pas tomber en panne sèche dans la région alsacienne ce week-end !

En effet, à défaut de maîtriser, de juguler et de punir efficacement la racaille, les autorités tentent ainsi assez piteusement de les priver de munitions.

Crédit photo : steve.grosbois via Flickr, licence CC.

Code de la route, valeurs de la République et « vivre ensemble » : interpellation à Saint-Brieuc d’une automobiliste en niqab

30/12/2011 – 18h00 SAINT-BRIEUC/SANT BRIEG (NOVOpress Breizh) – Mardi dernier, une jeune femme a été interpelée par la police à Saint-Brieuc (22) alors qu’elle circulait le visage recouvert d’un niqab. Elle devra payer une amende de 35 €. Le prix d’une simple infraction au Code de la route, la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public n’étant pas applicable en l’espèce.
« On a remarqué qu’un automobiliste mettait du temps à tourner lors qu’il pouvait tout à fait s’engager, explique Laurent Dufour, le directeur départemental de la sécurité publique, dans un entretien accordé à Ouest-France. Il semblait gêné dans ses mouvements. » En effectuant le contrôle, les policiers ont réalisé qu’en réalité il s’agissait d’une femme voilée.

Selon le patron de la police dans les Côtes-d’Armor la conductrice « a été verbalisée pour conduite gênée, comme un automobiliste qui mange et fume en même temps ou un routier qui conduit en regardant la télévision… Cette femme ne pouvait visiblement pas manœuvrer en toute liberté. Elle n’avait pas une bonne vision latérale. »

La loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010, entrée en vigueur le 11 avril 2011, interdit la dissimulation du visage dans l’espace public sur l’ensemble du territoire français. Sont prohibés le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associés avec d’autres, de dissimuler le visage. Le non-respect de cette interdiction est une contravention de la deuxième classe, punie d’une amende d’un montant maximal de 150 €. Le prononcé de cette amende relève de la compétence des juridictions de proximité.

Outre des dérogations pour des raisons de santé ou des motifs professionnels ou si cela s’inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles, les dispositions de cette loi ne sont pas applicables aux véhicules qui empruntent les voies publiques, qui sont considérés comme des lieux privés – à l’exception de ceux affectés aux transports en commun.

La dissimulation du visage, par une personne se trouvant à bord d’une voiture particulière, n’est donc pas constitutive de la contravention prévue par la loi. Elle peut en revanche, et c’est ce qui a été appliqué par la police de Saint-Brieuc, tomber sous le coup des dispositions du Code de la route (article R. 412-6) prévoyant que la conduite du véhicule ne doit pas présenter de risque pour la sécurité publique.

Selon le site du Gouvernement consacré à l’application de cette loi, celle-ci « marque la volonté de la représentation nationale de réaffirmer solennellement les valeurs de la République et les exigences du vivre ensemble. » Contrevenir aux « valeurs de la République » et aux « exigences du vivre-ensemble » a donc un prix : 150 euros (maximum) – peine ramenée à 35 euros si la porteuse de niqab est au volant.

Crédit photo : Steve Evans, via FlickrLickr licence CC

73 députés PS déposent un projet de loi facilitant le changement de sexe

En ces temps de crise, il semble y avoir des priorités pour le parti socialiste : en effet soixante-treize députés de ce parti, emmenés par la députée de Gironde Michèle Delaunay, viennent de déposer une proposition de loi visant à simplifier la procédure de changement de la mention du sexe dans l’état civil, qui était jusque là conditionnée par la preuve d’une opération chirurgicale irréversible.

C’est “un pas en avant considérable pour les personnes trans-genres, jusqu’alors contraintes à un parcours long, pénible, douloureux -psychologiquement et physiquement- et également très coûteux” a déclaré Michèle Delaunay .

Il faut rappeler que déjà, la résolution 1728 du Conseil de l’Europe d’avril 2010 préconise d’inscrire dans les documents officiels “l’identité de genre choisie sans obligation préalable de stérilisation ou d’autres procédures comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale”.

Le projet de loi est soutenu par François Hollande, candidat PS à la présidentielle qui “a d’ores et déjà exprimé qu’il souscrivait à ce besoin de simplification des procédures”, d’après l’élue de la Gironde.

Les travaux du parlement s’achevant fin février, le texte n’a aucune chance d’être adopté d’ici la fin de la législature, quand bien même il recevrait le soutien de l’UMP, souvent en pointe quand il s’agit de contribuer, avec le parti socialiste , à ces sujets de société qui lui permette de ne pas passer pour “d’obscurs réactionnaires”.

Juste avant que les barbares ne s’emparent de Rome, les romains discutaient également du sexe des anges.

Abdallah Zekri désinforme sur la réalité des profanations anti-religieuses en France

Abdallah Zekri désinforme sur la réalité des profanations anti-religieuses en France

29/12/2011 – 12h00
CARCASSONE (NOVOpress) –
Suite à la détérioration, lundi, d’une trentaine de tombes d’anciens combattants musulmans au cimetière de Carcassonne (Aude), Abdallah Zekri, président de l’Observatoire des actes islamophobes, a mis l’accent sur l’explosion des « actes d’islamophobie » dans les cimetières français. Cette déclaration, consistant une nouvelle fois à poser les musulmans comme les premières victimes des profanations de cimetières en France, cache une autre réalité.

Selon le groupe d’études sur la politique de prévention et de lutte contre les profanations des lieux de culte et des cimetières, ce sont les chrétiens qui sont particulièrement visés : + 33 % de profanations par rapport à 2009. En 2011, 434 actes de dégradation ont été enregistrés sur des sites chrétiens, 41 sur des sites musulmans et 34 sur les sites juifs. Plutôt qu’une réalité « islamophobe », il faudrait parler d’une actualité christianophobe dans l’Hexagone, mais c’est moins médiatique.

L’esprit des choses : Mystérieuse cheminée – Par Jean-Michel Diard

L'esprit des choses : Mystérieuse cheminée - Par Jean-Michel Diard

Le Père Noël y est dit-on passé, il y a quelques jours, et, avec les premiers froids, elle a repris la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. De nouveau, nous sommes fascinés par la danse des flammes, le chant des bûches et cette odeur si particulière qui imprègne les vêtements, qu’elle vienne du bois de pommier, de chêne, de pin ou des vieux ceps de vigne.

L'esprit des choses : Mystérieuse cheminée - Par Jean-Michel Diard
Image d'Épinal, XIXème siècle. Licence : domaine public.

La cheminée aura connu une longue et glorieuse carrière. Il n’y a pas si longtemps (moins de deux siècles!), elle offrait encore chaleur et nourriture à tout un continent. Des colossales cheminées seigneuriales – où un bœuf entier pouvait rôtir à la broche –, aux âtres paysans où la marmite murmurait en permanence, accrochée à la crémaillère, elle était l’âme de la maison. C’était autour d’elle que se tenaient les veillées et que se réglaient maints conflits familiaux.

Puis, il n’y a finalement pas si longtemps, nos aïeux en ont eu assez de griller par devant et d’être frigorifiés par derrière. Avec la révolution industrielle sont arrivés le charbon de terre et surtout de nouvelles façons de se chauffer, plus efficaces et plus économiques. Le calorifère et le chauffage central se sont introduits dans les habitations aristocratiques et bourgeoises, tandis que, dans les fermes et les maisons de village, le poêle faisait une entrée en force.

Car si les campagnes furent les dernières à l’abandonner, elles ne furent pas les moins féroces à l’égard de la pauvre cheminée. Délaissée, elle y fut l’objet des pires outrages. On y a voulu à toute force oublier ce vestige d’un temps honni où la vie était décidément trop dure, le temps d’avant la modernité, d’avant la radio et l’automobile. La cheminée a été transformée en vulgaire placard, en réserve à charbon, voire carrément démolie. Offense suprême, son conduit a subi l’introduction du tuyau du poêle, quand ce n’était pas celle du fil de l’antenne de télévision. On l’a rejetée comme on a rejeté les vêtements traditionnels, le patois ou le latin à la messe, sous prétexte de progrès et de modernité.

Il faut rendre cette justice aux « néo-ruraux » d’avoir mis fin à la catastrophe. Ces nouveaux venus à la campagne, appelés « rurbains » par les sociologues, ont su rendre vie à la belle au feu dormant. C’est souvent à eux que l’on doit la remise en état du vieux foyer devenu parfois un peu trop neuf. Eux les premiers ont redécouvert le plaisir des flambées de jadis, à leur façon bien sûr. On nous parle alors de « qualité de vie » sans trop préciser d’ailleurs ce qu’on met dans cette curieuse expression. Nostalgie? Ce serait trop simple. Si, aujourd’hui, la cheminée a retrouvé droit de cité y compris dans les constructions neuves, c’est qu’elle répond à un obscur et vague besoin, qui ne répond à rien d’utilitaire puisque le foyer n’est plus que rarement la source principale de chaleur et que l’on n’y cuit plus nos aliments.

D’abord, c’est autour du feu de cheminée que se rassemble la famille, ou ce qui aujourd’hui en tient lieu. On se rassemble devant la cheminée, pas devant le radiateur, ni même devant ce substitut disgracieux qu’est le foyer fermé (l’insert).

Alors que les structures traditionnelles sont mises en cause et même violemment combattues, il y a cette recherche lancinante de la communauté per due, d’une identité qui s’effiloche implacablement. La cheminée est un refuge, le rappel de ce qui nous relie au passé. Elle rend visible le lien mystérieux qui nous rattache à ce Moyen Age où elle naquit après la disparition de l’hypocauste romain.

Surtout, la cheminée, c’est le foyer, et pas seulement au sens strict du mot. C’est elle qui transforme un abri ou un refuge en véritable chez-soi. Image du soleil central de la cité (comme l’était à Rome le feu perpétuel des vestales), elle fait de notre habitation une véritable cité en miniature, une cité où les vivants conversent avec ceux d’avant, ceux qui ont construit, vécu, peiné ou ri dans les mêmes murs. La coutume de la pendaison de crémaillère n’est que le lointain écho de tout cela.

Comme si nous n’arrivions pas à oublier que, grâce à la cheminée, notre maison n’est au bout du compte qu’une reproduction, à nos mesures, du cosmos.

 Jean-Michel Diard

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 28 décembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

L'esprit des choses : Mystérieuse cheminée - Par Jean-Michel Diard

Pour Jean-Marc Ayrault « Noël » est-il un gros mot ?

Pour Jean-Marc Ayrault « Noël » est-il un gros mot ?

27/12/2011 – 14h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – « A toutes et à tous je souhaite de bonnes fêtes et une très belle année 2012, l’année du changement ». Le 23 décembre, sur son blog, Jean-Marc Ayrault a présenté ses vœux à ses concitoyens. Rien de plus normal en cette fin d’année, sauf que le maire de Nantes se garde bien de faire la moindre référence à la fête de Noël.

Cette disparition n’étonnera pas tous ceux qui ont constaté que les animations municipales de Noël, dans la cité des Ducs de Bretagne, ont supprimé quasiment tous les symboles traditionnels de cette fête – sapin, étoile, crèche, Père Noël et ses rennes – et ne sont plus que d’anonymes illuminations à l’image d’un centre commercial de la société marchande.

Fête chrétienne célébrant la naissance de Jésus de Nazareth, Noël est pourtant célébré depuis le IVe siècle chaque 25 décembre. On sait qu’avant l’apparition du christianisme cette date correspondait, dans la tradition européenne, aux fêtes païennes du solstice d’hiver. « Noël, fête de la mémoire, fête de la famille, fête du souvenir, fête de la foi et de l’espérance a traversé siècles et millénaires sans mourir », constate le philosophe Alain de Benoist*. Une fête profondément enracinée donc, pour les croyants comme pour les non-croyants, en particulier dans la culture des peuples d’Europe.

En s’abstenant de citer le mot de Noël, Jean-Marc Ayrault entend sans doute, en bon mondialiste, éviter tout vocable susceptible de heurter la « diversité » ou de troubler le « vivre ensemble ». Dans un pays « multiculturel », il est des références qu’il vaut mieux, selon lui, éviter. Alors quoi de plus « neutre », de plus « universel », que de souhaiter simplement « bonnes fêtes », sans plus de précision ? Etonnante évolution de la part de celui qui fut, durant son adolescence, militant du Mouvement rural de la jeunesse chrétienne.

François Hollande, dont Jean-Marc Ayrault a été nommé récemment « conseiller spécial », n’a manifestement pas les mêmes pudeurs à l’égard des fêtes islamiques. «Ces jours-ci, nous célébrerons la grande fête de solidarité et de partage qu’est l’Aïd-al-Fitr. A l’issue du mois de jeûne du Ramadan, temps fort de joie, d’échange de vœux et de présents, elle illumine la vie et les demeures de millions de nos compatriotes de culture musulmane. Issue d’une longue tradition et porteuse de riches héritages culturels, par les valeurs qu’elle porte et l’idéal social qu’elle vise, elle s’inscrit pleinement dans cette démarche d’universalité », écrivait en septembre dernier le candidat socialiste à la présidentielle.

Aujourd’hui s’il est de bon ton, pour les hiérarques du PS, de rendre un hommage appuyé à l’Islam, évoquer le simple mot de Noël leur semble par contre incongru. « Le mot ‘ouvrier’ n’est pas un gros mot » aurait dit un jour Pierre Mauroy à Jospin. Il semble bien, pour Jean-Marc Ayrault, que celui de Noël en soit un.

* Fêter Noël, Editions Atlas 1982

Image en Une : La nativité, par G. de la Tour. Cliquer sur l’image pour la voir en entier.

“9-3” – Etrangers au sens strict : 40 % de la population – 150 000 clandestins

"9-3" : Etrangers au sens strict : 40 % de la population - 150 000 clandestins

26/12/2011 – 20h50
BOBIGNY (NOVOpress) –
Selon les chiffres de la préfecture de Seine-Saint-Denis cités par le JDD, le “9-3” compte 150 000 clandestins (soit 10% de la population) et 450 000 étrangers en situation régulière (environ 30% de la population) !

Les “étrangers” représentent donc officiellement pas très loin de la moitié de la population du département. Avec les nombreux français “de papier” et de droit du sol cette moitié doit être très allégrement dépassée avec une substitution de population considérable.

Avec de tels chiffres, il est facile de se rendre compte que les estimations officielles citées depuis plusieurs dizaines d’années par les différents gouvernements et les médias sont totalement fausses. Un exemple ? En 2004, la Direction centrale du contrôle de l’immigration et de la lutte contre l’emploi clandestin (Diccilec) avançait le chiffre de 200 000 immigrés en situation irrégulière en France…. Un chiffre que l’on peut multiplier par 4 voire 5 et même plus si l’on intègre la Guyane, Mayotte et les départements d’Outre-Mer.

Le leader de l’EDL grièvement blessé lors d’une agression par des “jeunes”

Le leader de l'EDL grièvement blessé lors d'une agression par des "jeunes"

26/12/11 – 17h30
LONDRES (NOVOpress) –
La nouvelle semble être passée sous silence en France depuis quelques jours : Tommy Robinson, le leader de l’English Defense League (photo d’une manifestation de l’EDL), groupe en pointe dans le combat contre l’islamisation du Royaume-Uni, a été agressé le 23 Décembre.

Alors qu’il rentrait chez lui, un groupe de musulmans lui est tombé dessus et l’a roué de coups (coups de poings américain, batte de baseball) , le laissant inanimé. Souffrant de nombreuses contusions au visage et d’ecchymoses au cerveau, ses jours ne seraient pas en danger. Pour le moment, il n’a pas encore fait appel aux services de police, estimant dans un rapide entretien donné au quotidien ‘The Sun” que le racisme anti-blanc ne semble pas concerner la police et la justice anglaise.

L’English Defense League est en proie à de nombreuses agressions et tentatives d’intimidation depuis que l’organisation est devenue le ralliement d’une classe ouvrière anglaise refusant l’islamisation du pays de la reine.

Crédit photo : DR.

Convoi de Noël Solidarité Kosovo 2011 : dernière ligne droite avant le départ

Solidarite Kosovo : Mission humanitaire de Juillet 2011

[box] L’association Solidarité Kosovo nous communique [/box]

Amorcée depuis le mois de septembre, la préparation du convoi de Noël entame sa dernière ligne droite. A quelques jours de son départ, l’équipe de Solidarité Kosovo s’affaire aux derniers préparatifs.

L’ordre du jour est chargé : cartons, palettes, liste de colisage,  vérifications des passeports, des autorisations, confirmations des réservations, des itinéraires, du dispositif d’accueil… Tout doit être fin prêt et en bon ordre de marche avant le départ, les nuits s’annoncent courtes !

Ce matin à l’aube, c’est dans l’entrepôt lyonnais de Solidarité Kosovo que les membres du convoi se sont donné rendez-vous. Autour de l’équipe, une mine de générosité : jouets, vêtements, matériel,… récoltés et acheminés depuis le mois de septembre des quatre coins de la France.

Avant-hier encore, sur le Quai François Mauriac, les bénévoles franciliens organisaient la dernière récolte de jouets. Fraîchement arrivés à l’entrepôt, poupées et pulls s’ajoutent aux 40 m3 de matériel à mettre en carton avant le départ : le cœur est à l’ouvrage !

Au fur et à mesure que les cartons s’empilent, la route vers les Serbes du Kosovo se dessine dans les esprits des bénévoles. L’émotion palpable décuple les forces de la chaîne d’union franco-serbe impatiente de franchir les premiers péages.

La veille des départs se vit toujours avec intensité. Pour partager ensemble cette dernière ligne droite et nous soutenir avant le départ, vous pouvez nous faire parvenir un don de dernière minute qui servira au financement de ce convoi de Noël. Envoyez vos dons à Solidarité Kosovo – BP 1777 – 38 220 Vizille (chèques à l’ordre de Solidarité Kosovo) ou par Paypal : cliquez ici

Merci par avance, au nom des Serbes et des minorités du Kosovo et de la Métochie.

L’équipe de Solidarité Kosovo

La police du 15ème arrondissement de Paris refuse de prendre une plainte pour racisme anti-blanc

23/12/2011 – 18h00
PARIS(NOVOpress ) –
L’avocat Gilbert Collard a indiqué en début de semaine qu’il allait écrire au ministre de l’Intérieur afin d’obtenir des explications officielles sur le refus de prendre en compte par des policiers du XVéme arrondissement de Paris du caractère raciste de plusieurs insultes à l’encontre de sa cliente, Noor.

En effet, cette jeune fille de 17 ans a été traitée de « sale blanche » et rouée de coups (5 jours d’ITT) lors d’un match de football féminin opposant son équipe, le Saint-Germain-en-Laye FC, au Seizième ES de Paris au stade Suzanne Lenglen (XV) le 10 décembre dernier. « Tolérer l’insulte de sale Blanc revient à tolérer aussi l’insulte de sale Noir » a indiqué au journal Le Parisien l’avocat Gilbert Collard. Quatre suspectes ont été interpellées peu après l’agression.

Dhimmitude : pour Noël, les écoles danoises changent les traditions pour s’adapter à la colonisation musulmane

23/12/2011 – 17h00
COPENHAGUE (NOVOpress ) –
Jours après jours, années après années, les traditions d’Europe semblent devoir s’effacer au profit des nouveaux arrivants, implantés de plus en plus massivement sur la terre d’Europe et imposant de plus en plus leurs revendications, leurs traditions.

C’est le cas au Danemark, où cette année, “les écoles danoises changent  leurs traditions de Noël pour ne pas offenser les enfants de confession musulmane. Elles plient ainsi sous le nombre croissant d’enfants musulmans scolarisés dans les écoles danoises”, rapporte le journal danois Jyllands-Posten.

À l’école Klostervængets à Copenhague, certains couplets ont été enlevés de la chanson de Noël “Un enfant est né à Bethléem” afin de ne pas donner l’impression de vouloir “convertir” les écoliers musulmans.

“Nous devons être prudents et nous assurer de ne pas offenser quiconque. Par conséquent, nous ne chantons que des chansons sélectionnées, et enlevons certains couples pour certaines chansons parce que le contenu est trop religieux” a déclaré la directrice, Karen Margrethe Groenlund.

Dans l’école Møllevang à Aarhus, à son tour, le chef de l’école a ordonné au professeur de musique de ne chanter que des chansons qui seraient acceptables pour les élèves musulmans, après avoir subi de multiples protestations de la part des parents d’élèves mahométans lorsque la choral de l’école avait chanté “Voici Jésus, les enfants”.

Dans l’école Nørrevang à Slagelse, la fête de l’école, organisée traditionnellement dans l’église de la ville, a été tout simplement annulée car selon la direction “ça n’aurait pas été correct vis à vis de certains écoliers”.

Ces exemples montrent que l’immigration est en train de changer les traditions danoises dès l’école. Il y a là clairement un conflit entre les traditions danoises d’origine chrétienne et un nombre croissants d’enfants de confession musulmane.

La ministre de l’Enfance et de l’Education Christine Antorini (S) a déclaré au journal Jyllands-Posten, qu’elle n’exercerait aucune sanction à l’encontre des écoles qui abandonnent les festivités de Noël.

Source danoise

Vivre ensemble à Marseille : 6 mois ferme pour un musulman agresseur d’une sage-femme

Vivre ensemble à Marseille : 6 mois ferme pour un musulman agresseur d'une sage-femme

22/12/2011 – 15h00
MARSEILLE (NOVOpress) –
La scène pourrait être amené à se répéter de plus en plus souvent : une jeune femme musulmane arrive à l’hôpital lundi matin, à Marseille, pour des contractions. Son mari, Nassim Mimoune, refuse qu’on lui fasse le traditionnel toucher vaginal, estimant que c’est à un viol que se livre la sage-femme et menaçant de divorcer d’avec sa compagne. Premier  scandale.

La jeune femme est ensuite amené au bloc opératoire afin d’y subir une césarienne, opération lourde qui nécessite notamment de se vêtir d’une tenue appropriée, donc d’enlever le voile. Là encore, Nassim Mimoune devient fou, bouscule la sage-femme (2 jours d’ITT) et casse la porte du bloc afin d’aller remettre son voile à la maman. Deuxième scandale.

Rappelant hier que les faits sont « inadmissibles car révélateurs d’un individu qui n’a pas opté pour les règles de la société et considère que son dogme est supérieur aux lois de la République », le procureur Jérôme Bourbier a qualifié Nassim Mimoune de « tyran domestique ». Ce dernier a été condamné en comparution immédiate à 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

La maman ainsi que le bébé se portent bien, même si tout laisse à penser que ce bébé est loin de naître dans les conditions qui permettront son intégration rapide à la communauté française.

Crédit photo : DR