Jouy-en-Josas mobilisée contre l’arrivée de centaines de migrants, par Caroline Parmentier

Trois cents migrants, tous des hommes de moins de 25 ans (c’est à dire 95% de ce qui constitue les arrivants) débarquent en juin à Jouy-en-Josas (78) pour être accueillis dans un centre de formation. Les habitants de la commune ainsi que plusieurs élus sont révoltés par ce projet.

Vont-ils appeler Génération Identitaire à la rescousse ? L’ancienne université Thales à Jouy-en-Josas a été transformée en centre de formation pour migrants de façon à accueillir à terme 300 clandestins pour leur apprendre le français. Des formations de six mois sont prévues pour les neuf prochaines années… Pourquoi seulement neuf ?

Des riverains indignés ont monté une association « La Parole aux Jovaciens », pour se défendre : « Notre premier étonnement est que les gens ont été informés une fois le projet ficelé et pas avant », déclare un membre du collectif. Cet habitant de Jouy-en-Josas « depuis quarante ans » relève qu’au prorata des 1 725 places pour les migrants dans l’ensemble des Yvelines, Jouy-en-Josas compte tenu de sa superficie, « ne devrait accueillir que dix migrants ».

L’association s’inquiète également de la « sécurité » autour d’un centre d’accueil qui, selon elle, « ne va certainement pas participer à l’attractivité de notre ville mais au contraire l’appauvrir ». Mais pourquoi, mais comment donc ? Alors que tout le monde nous explique, l’évêque de Gap en tête, que ces jeunes majeurs africains sont charmants, très mûris par les épreuves et que jamais ô grand jamais il ne leur viendrait à l’idée d’agresser qui que ce soit et sûrement pas une femme. (Voir à ce sujet le petit guide à l’usage des migrants publié en Norvège, en Autriche ou en Allemagne, à la suite des agressions sexuelles massives de Cologne, avec des conseils, des dessins et des cours pour leur expliquer comment se comporter avec les femmes en Europe).

1,5 million d’euros par an

L’association des habitants de Jouy-en-Josas révèle le chiffre de « 1,5 M d’euros de loyer annuel payé au bailleur (NDLR : la société Rana Reo) par l’Etat, donc le contribuable ». Une pétition pour réclamer le retrait du projet, ainsi qu’un référendum sur la question, ont déjà reçu 800 signatures sur le net. Une votation que refuse le maire sans étiquette Jacques Bellier, qui craint un vote populiste qui serait « le fait des extrêmes » ! Parce que sa méthode immigrationniste à marche forcée à lui, n’a rien d’extrême ni de radicale.

Plusieurs élus d’opposition (centristes) du conseil municipal comme Grégoire Ekmekdje, ont rejoint les opposants, dénonçant un « projet totalement surdimensionné et concocté par des personnes qui ne connaissent pas les problèmes relevant de la typologie de Jouy-en-Josas » et surtout « le manque absolu de démocratie locale ».

On savait parfaitement qu’Emmanuel Macron continuerait à organiser la submersion migratoire. Il l’avait clairement dit. Comme le fait judicieusement remarquer un commentateur sur Twitter : Les Jovaciens ont voté à 85,26% au second tour des présidentielles pour Macron … Vous vouliez le mondialisme, l’ultralibéralisme et son « vivre-ensemble », eh bien pensez printemps des migrants maintenant !

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 9 mai 2018

Le colonel Beltrame martyr du « vivre ensemble » ?, par Guy Rouvrais

« Un président ne devrait pas dire ça… » C’est le titre de l’ouvrage où François Hollande se livre sans retenue ni pudeur à deux journalistes. C’est aussi ce qu’on entend, en ce moment, à propos de son successeur cette fois, depuis qu’a été diffusé sur France 3 un documentaire dans lequel le chef de l’Etat évoque la première année de son mandat.

Dans ce film complaisant – son auteur, Bertrand Delais, est un proche de Macron récemment nommé à la tête de la Chaîne parlementaire – , le Président a déclaré : « Le colonel Beltrame est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse. Les gens qui pensent que la France, c’est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social qui ne sale plus » et où l’« on invoque la tragédie dès qu’il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que le summum de la lutte c’est les 50 euros d’APL, ces gens-là ne savent pas ce que c’est que l’histoire de notre pays » laquelle est « une histoire d’absolu, c’est un amour de la liberté au-delà de tout, c’est une volonté de l’égalité réelle. »

Ce rapprochement était inattendu et il provoque, çà et là, une certaine indignation, non pas à cause du colonel Beltrame, mais en ce que le chef de l’Etat considèrerait comme négligeable que l’on fût à 50 euros près, à savoir les 5 euros mensuels dont l’APL a été amputée après réforme. Ce n’est pourtant pas une découverte de constater que le Président, énarque, inspecteur des Finances, banquier d’affaires, évolue depuis longtemps dans un univers où il ne fréquente guère les plus modestes. Il a révélé à la Haute autorité pour la transparence qu’avant d’intégrer l’Elysée comme secrétaire général adjoint, il gagnait chez Rothschild un million d’euros par an. Alors pensez, 50 euros ! Peut-il songer un seul instant qu’il peut y avoir pour une mère de famille seule un héroïsme du quotidien à gérer à l’euro près un budget qui ne suffit jamais pour élever ses enfants ? Elles sont légion.

Toutefois, il faut aller au-delà de cette condescendance et s’arrêter aussi sur la France pour laquelle le colonel serait mort. Les valeurs de notre pays auxquelles l’officier aurait donné sa vie, consisteraient donc en la « liberté au-delà de tout » et « l’égalité réelle », Emmanuel Macron a oublié la fraternité pour que la devise républicaine soit complète…Ce serait donc un martyr du « vivre ensemble » ayant offert sa vie pour l’idéal républicain. Ainsi se réécrit l’histoire. Alexis Corbière, de la France insoumise, a répondu, indigné, au Président mais loin de le contredire sur le fond, il va dans le même sens en assurant, lui, que « La France, c’est une France sociale et républicaine » qui aurait donc inspiré Arnaud Beltrame à lui sacrifier sa vie. L’un et l’autre, le chef de l’Etat et son contradicteur, gomment la dimension chrétienne de son acte héroïque. Ce n’est pas l’amour de la République ou l’exaltation du « vivre ensemble » qui peut pousser un homme comme lui à faire don de sa propre existence. Pour ce croyant fervent, c’est la parole du Christ, celui qui a dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » Ni Macron, ni Corbière ne veulent se souvenir que « l’histoire de notre pays » est une histoire chrétienne dont le colonel Beltrame est un des beaux fruits.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 8 mai 2018

Pourquoi la censure française est un scandale, par Ivan Rioufol

Le scandale : dès qu’il s’agit d’immigration ou d’islam, la censure officielle veille et tranche. Dimanche, le préfet Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a tweeté, amusé, en réaction à la suspension des comptes Facebook et Instagram du mouvement Génération Identitaire : “Je confirme, et ce n’est pas un incident technique…”. Il faut donc comprendre que cette sanction a été demandée par les pouvoirs publics. Il est reproché à Génération Identitaire de mener des campagnes contre l’immigration et l’islamisation, et ce faisant “d’attiser la haine”. Cette organisation, qui défend une Europe des nations, avait symboliquement bloqué dernièrement le col de l’Echelle (Hautes-Alpes), point de passage des clandestins.

En réponse à l’opération “Defend Europe”, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait dépêché des renforts de police et de gendarmerie, prenant acte de la faiblesse des contrôles aux frontières alpines et donc de la justesse de la cause. A contrario, ni Potier ni les responsables de Facebook n’ont jugé utile de suspendre le compte des black-blocs, ce mouvement anarchiste et anticapitaliste qui a fait de la violence et de la haine des flic sa signature. L’autre jour, Libération a fait sa une sur un de ces petits néo-fascistes, en lui accordant un entretien complaisant. Samedi, le maire de Béziers, Robert Ménard, a été agressé physiquement, à Saint-André-de-Cubzac (Gironde) par des militants de gauche, sans que personne ne s’émeuve. Le tort de Ménard est de soulever les problèmes liés à l’immigration de masse et à l’islam politique. Sur ces sujets, la gauche a lâché les chiens.

Dans son best-seller qui vient d’être traduit en français (1), le journaliste britannique Douglas Murray rappelle cette anecdote : nous sommes en 2015, et la chancelière allemande, Angela Merkel, cherche à étouffer les débats qui naissent de sa folle idée d’accueillir plus d’un million de réfugiés musulmans qui fuient les conflits régionaux ou la misère endémique. Murray raconte : “Merkel a demandé au fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, s’il était possible d’empêcher les citoyens européens de critiquer sa politique migratoire sur Facebook. “Allez-vous y travailler ?”, lui avait-elle demandé. Il lui avait assuré que oui (…)”.

Et Murray de conclure : “Il est fascinant de voir à quel point nous avons été censurés, alors que nous étions en train d’ouvrir grand nos frontières”. C’est cette même intolérable atteinte à la liberté d’expression qui se poursuit en France dans l’indifférence générale. Quand ce n’est pas le pouvoir qui cherche à mettre l’internet sous surveillance, c’est la justice qui sort son gourdin. C’est ainsi qu’Eric Zemmour a été condamné jeudi par la cour d’appel de Paris à 5000 euros d’amende pour provocation à la haine religieuse pour avoir notamment estimé qu’il fallait donner aux musulmans “le choix entre l’islam et la France”. Mais Napoléon a dit la même chose aux Juifs quand, en 1807, il a convoqué le Grand Sanhédrin en le sommant de choisir entre les valeurs de la nation et celles du judaïsme. Ceux qui cherchent à museler l’esprit critique sur l’immigration et l’islam radical se rendent complices de bouleversements identitaires et culturels potentiellement considérables. Ceux-ci peuvent très légitimement être jugés dangereux et inacceptables.

(1) L’étrange suicide de l’Europe (L’Artilleur)

Ivan Rioufol

Texte daté du 2 mai 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

La culture de la repentance affaiblit le mental de la nation

Depuis quelques décennies maintenant, les dirigeants de la France, devenus des adeptes de la repentance collective, recherchent dans son passé tous les épisodes susceptibles d’être utilisés pour la culpabiliser. Une telle démarche ne peut qu’altérer notre identité, développer la haine collective de soi et désagréger la communauté nationale. Profondément malsaine, la pratique incessante de la repentance affaiblit le mental de la nation.

Repentance tous azimuts

Tel est bien l’exercice insolite auquel se livrent les responsables du Système en se penchant de façon négative sur différentes périodes de notre histoire nationale. Il y a d’abord les événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale dans lesquels notre pays en est arrivé à se considérer lui-même comme complice de la persécution des juifs. De même, notre nation en est venue à juger la colonisation comme un épisode moralement condamnable, M. Macron allant jusqu’à déclarer pendant sa campagne électorale que des crimes contre l’humanité ont été commis à cette occasion. De plus, notre pays s’est laissé stigmatiser à propos de l’esclavage aussi bien pour le commerce triangulaire que pour la pratique qui en a été faite dans les Antilles. Et, bien sûr, la liste n’est pas close, d’autres sujets donneront certainement de nouveaux motifs de se battre la coulpe et, s’il n’y a plus rien à trouver dans la période récente, il suffira de remonter plus loin dans le passé, jusqu’aux croisades par exemple.

Repentance officielle

Mais le plus consternant dans ce phénomène est qu’il n’a rien de spontané. Il ne vient pas du peuple, il est certes porté par certains groupes et relayé par les médias mais il est surtout pris en charge par l’État. La plupart de ces événements font l’objet d’une reconnaissance officielle : des monuments ont été érigés, des lois ont été votées, des commémorations annuelles instituées, des demandes de pardon ont été formulées, des indemnités versées. La repentance est officielle et assumée par l’État au nom du peuple tout entier.

Les Français pas pires que les autres

Or, cette démarche est profondément malsaine. D’abord, elle stigmatise injustement la France et les Français. Car, les hommes ne sont pas des saints et dans l’histoire de l’humanité tous les peuples ont connu des périodes fastes et des périodes plus sombres. Or, personne ne peut raisonnablement affirmer que les Français et les Européens auraient été moralement plus condamnables que les autres peuples du monde. Sur la question de l’esclavage par exemple, seuls les Européens ont réellement mis fin à cette pratique qui, en revanche n’a pas disparu en Asie et dans les pays musulmans. Pourquoi, dès lors, les nations d’Europe et elles seules s’adonnent-elles à ce curieux exercice d’autoflagellation ?
Nul n’est coupable pour ses parents

Cette manie repose par ailleurs sur une atteinte aux droits fondamentaux des personnes. Nul ne peut en effet être considéré comme responsable des méfaits commis par un parent ou par un ascendant, une notion d’ailleurs propre aux valeurs européennes. Or, la repentance consiste précisément à exiger des générations actuelles qu’elles entrent en contrition pour ce qu’auraient commis les générations précédentes. Dans cet esprit, d’ailleurs, n’est-il pas révoltant que ces exercices de repentance gagnent les écoles où des enseignants culpabilisent nos enfants en déposant sur leurs épaules un fardeau qu’ils n’ont aucune raison de porter ?

La manie de la repentance érode notre identité

Le résultat est que cette culture de la repentance affecte gravement le mental de la nation. D’abord, elle porte atteinte à notre identité. Celle-ci est déjà mise en cause par l’invasion migratoire, l’influence culturelle américaine et les attaques contre nos valeurs de civilisation, mais le processus de repentance ne peut qu’accélérer l’érosion identitaire que connaît notre pays. Comment nos compatriotes pourraient-ils en effet rester attachés à la France, si on leur rappelle sans cesse à quel point elle est coupable ?

« Pour les ethnologues, toutes les civilisations se valent, mais on ne fait durer la sienne qu’en la considérant comme supérieure aux autres », écrivait Claude Lévi-Strauss. Si donc on installe les Français dans l’idée qu’ils sont plus mauvais que les autres peuples, comment pourraient-ils faire durer leur culture et leur civilisation ? La repentance est un acide qui ne peut que corrompre le moral de la nation.

La pratique de la repentance, symptôme d’une pathologie mentale

Elle procède d’ailleurs d’une démarche psychotique. Que dirait-on en effet d’un homme qui se sentirait coupable des crimes commis par un ascendant ? Les thérapeutes diagnostiqueraient une maladie mentale et s’emploieraient à lui expliquer qu’il n’est en rien concerné. On lui prodiguerait le conseil d’invoquer plutôt la mémoire de ses ancêtres les plus prestigieux.

Il n’en va pas différemment d’une nation. Pour la France, tout se passe comme si les responsables et activistes de la repentance étaient atteints d’une pathologique mentale. Et c’est particulièrement vrai pour les dirigeants politiques dont la mission devrait consister au contraire à favoriser la fierté nationale.

L’attitude normale et saine consiste en effet à laisser dans l’ombre ce qui doit y être et à exalter et valoriser les périodes les plus glorieuses de notre passé collectif.

La France n’en manque pas.

Texte repris du site Ligne droite

Condamnation d’Eric Zemmour : Le Monde invente un délit d’islamophobie

Eric-Zemmour

07/05/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le journaliste et polémiste Eric Zemmour a été condamné par la Cour d’appel de Paris à une amende de 5000 euros pour provocation à la haine religieuse.

L’article du Monde titre lui sur une condamnation en « islamophobie ».

Il n’existe pourtant aucun délit d’islamophobie dans le Code pénal, on n’est jamais condamné pour une peur, mais pour un acte ou une exhortation. Sur le fond, cette affaire concerne des propos tenus en 2016 sur le plateau d’une émission de télévision qui selon la Cour justifient des discriminations et prennent les musulmans dans leur globalité. Il y évoquait notamment une « invasion » des musulmans, et la nécessité pour ceux-ci de faire un choix entre leur religion et la France. On lui reproche également d’avoir évoqué une islamisation de certains territoires de banlieue, en prenant pour exemple la pratique massive du port du voile.

En revanche, la cour a jugé que des propos qui lui avaient valu une condamnation en première instance ne tombaient pas sous le coup de la loi.

Notamment celui portant sur l’idée que « tous les musulmans » considèrent les terroristes comme de « bons musulmans ». Selon les juges, il n’y a pas dans ces propos d’incitation à la haine. Or, l’élément qui constitue le délit doit être clairement un appel ou une exhortation. Les poursuites contre Zemmour avaient été engagées par l’association EuroPalestine, à qui Eric Zemmour devra verser un euro symbolique, en plus de s’acquitter des frais de justice.

La Cour de cassation a récemment annulé une autre condamnation du polémiste pour le même motif.

Dans un journal italien en 2014, Eric Zemmour avait effectivement déclaré que le Coran était le « code civil des musulmans ». Selon la Cour, cette décision était insuffisamment justifiée, et a renvoyé l’affaire devant les premiers juges.

Si la liberté d’expression paraît de plus en plus corsetée, il n’existe toujours pas pour le moment de délit d’islamophobie, sauf dans les rédactions de certains médias.

Pays-Bas : 85% des infiltrés sont toujours au chômage après deux ans et demi de présence sur le territoire

04/05/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
C’est ce que vient de révéler le quotidien néerlandais De Telegraaf. Après deux ans et demi, seuls 15% des infiltrés ont un emploi.

Jan van de Beek, chercheur sur les migrations, explique à notre confrère que « les emplois particulièrement peu qualifiés ne sont pas attrayants pour les migrants, car les avantages qu’ils reçoivent sans rien faire sont parfois tout aussi élevés que les revenus qu’ils peuvent tirer d’un emploi « bas de gamme » ».

Rappelons que, selon la terminologie employée par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et par la quasi-totalité de la classe politique israélienne, on désigne par « infiltré » tout étranger qui s’est introduit illégalement sur le territoire national.

L’extrême gauche doit rendre des comptes, par Ivan Rioufol

“Je vais toujours au conflit”, aime à rappeler le chef de l’Etat. A l’entendre, il refuse l’esquive. Mardi, néanmoins, c’est depuis Sydney (Australie) que le président a été tenu informé des prévisibles déferlements de violence qui ont submergé, à Paris, les défilés syndicaux du 1 er mai. Une extrême-gauche déchaînée, représentée par 1200 anarchistes encagoulés du black bloc, a mis à sac le quartier Austerlitz. 31 commerces ont été dégradés, dont deux incendiés. Des voitures ont été brûlées. Il n’y a eu cependant que quatre blessés légers, dont un CRS qui a reçu un pavé dans le dos. 109 personnes ont été placées en garde à vue. Emmanue Macron avait sûrement d’excellentes raisons de se rendre à Sydney. Reste les images, cette arme que chérit le président : elles ont montré la prise de possession d’un quartier par des milices fascistoïdes se moquant bien de l’autorité d’un Etat dont le chef était absent. Les forces de l’ordre sont apparues craintives face à ces jeunes déterminés à casser du flic.

Le choix préfectoral de laisser la horde briser librement tout ce qui lui tombait sous la main ne s’explique que par la peur de l’affrontement direct. Cette même crainte est à l’origine de l’évacuation très partielle de la ZAD de Notre Dame des Landes, défendue par des militants également déterminés. Bref, ce qui se laisse voir est un Etat pusillanime, qui recule devant des minorités se disant dominées et justifiant leur violence comme une réponse à la “violence sociale”. Parmi les slogans des black blocs : “A bas la hess”, mot venant de l’arabe et qui désigne la misère. Le scénario catastrophe serait bien sûr que les cités se joignent à cette insurrection de la haine.

Reste aussi cette autre évidence : c’est à l’extrême gauche que se trouve, pour la démocratie, la source des dangers. En son sein fermentent le nouvel antisémitisme et la violence politique. Pierre-André Tagueiff avait constaté, dès le début des années 2000 “de notables convergences, dans les thèmes idéologiques et dans les pratiques militantes, entre islamistes et néo-gauchistes” (1). Depuis, les exemples des black blocs, des antifas ou des zadistes, c’est-à-dire des mouvements alternatifs qui cousinent dans la lutte brutale (mais sans armes à feu pour l’instant) contre le capitalisme et la société libérale, sont venus compléter un tableau peu ragoûtant.

Pourtant, c’est le spectre de l’extrême droite qui continue d’être agité par ceux qui, à gauche, n’osent observer les monstres qu’ils couvent. En mars 2013, lors d’une forte mobilisation familiale organisée par la Manif pour tous, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, avait accusé “des militants d’extrême droite qui jetaient des boulons”. Samedi, Libération a fait sa une sous le titre : “Cette ultradroite qui inquiète les services secret”. Le quotidien, râclant les fonds de tiroir, est revenu sur l’arrestation de Logan N., en juin 2017, dont Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, avait dit : “Ce n’est franchement pas la bande la plus sérieuse qu’on ait arrêtée ces derniers temps >. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il a tweeté mardi : “Insupportables violences contre la manifestation du 1 er mai. Sans doute des bandes d’extrême droite”. Les parrains de l’extrême gauche ont des comptes à rendre.

(1) Judéophobie, la dernière vague, Fayard

Ivan Rioufol

Texte daté du 2 mai 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Éric Zemmour a été condamné hier à 5.000 euros d’amende par la cour d’appel de Paris, pour « provocation à la haine religieuse »

Eric Zemmour Françafrique

04/05/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
C’est l’association CAPJPO EuroPalestine, proche d’Egalité & Réconciliation, qui avait engagé les poursuites contre l’essayiste. En ligne de mire, des propos considérés par l’association comme « antimusulmans », tenus le 6 septembre 2016 sur France 5. Eric Zemmour avait notamment estimé qu’il fallait donner aux musulmans « le choix entre l’islam et la France », que « la France vit depuis trente ans, une invasion » et que « dans les innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées » se joue « un jihad », c’est-à-dire « une lutte pour islamiser un territoire ». La cour d’appel a estimé que ces passages « visent les musulmans dans leur globalité et constituent une exhortation implicite à la discrimination ».

En revanche, la cour d’appel n’a pas retenu d’autres passages de l’émission, pour lesquels Éric Zemmour avait été condamné en première instance.

L’essayiste avait notamment soutenu que « tous les musulmans, qu’ils le disent ou qu’ils ne le disent pas », considèrent les jihadistes comme de « bons musulmans ». La cour d’appel a estimé que ces propos « ne comportent pas d’exhortation, même implicite, à la provocation à la haine, telle que la nouvelle jurisprudence l’impose ». Depuis juin 2017, la cour de cassation estime en effet qu’une « incitation manifeste » ne suffit plus à caractériser le délit et que, « pour entrer en voie de condamnation », il faut désormais que les propos relèvent, je cite toujours, d’un « appel » ou d’une « exhortation ».
Un distinguo naturellement à la discrétion absolue des juges. Curieusement, le récent manifeste « contre le nouvel antisémitisme » qui affirme que le coran est la source de l’islamo-terrorisme n’a pas fait sourciller le ministère public. Pour le sociologue Mathieu Bock-Côté, les démêlés judiciaires d’Éric Zemmour sont caractéristiques d’une « crispation de l’idéologie multiculturalisme » qui « se défend contre le désaveu populaire en devenant de plus en plus autoritaire ».


Quand Taubira critique les Français qui refusent les clandestins

03/05/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Dans une vidéo publié lundi, accordée au média Brut, l’ancienne ministre de la Justice, Chritiane Taubira a défendu l’accueil des migrants par la France, critiquant par la même occasion les Français hostiles à l’accueil des clandestins.

Elle a déclaré : « Nous sommes 67 millions et nous sommes terriblement effrayés à l’idée d’accueillir 24 000 personnes » avant de s’auto flageller avec la phrase : « Cela dit des choses terribles sur nous ».

Elle a qualifié cette « peur panique » « d’irraisonnée » en affirmant que les Français sont égoïstes car « Les migrants viennent et risquent leur vie pour « s’inscrire aux allocations familiales » ».


Blanquer, un réactionnaire comme je les aime !, par Philippe Bilger

Bien sûr, le ministre ne l’admettra pas.

Pas plus, si l’envie m’en avait pris, que d’être qualifié de conservateur, ce qui dans la pensée politique est moins offensant.

Pourtant la “mouvance pédagogiste” avait beaucoup pour elle.

Le fil du temps qui serait naturellement progressiste et incite sinon à idolâtrer le présent au moins à le maintenir dans son état actuel, notamment dans ces matières sensibles où la seule justification du changement est de dégrader encore davantage un système déjà mal en point.

Le soutien des élites prétendument éclairées, intellectuelles, politiques et médiatiques.

La paresse démocratique qui recule parfois face à l’immensité des réformes et s’exonère sans cesse en invoquant le temps de la réflexion, décrété interminable.

La peur de prétendre que quelque chose était à sauver dans le passé et, pire que tout, d’être accusé de vouloir le faire revenir.

La complaisance avec laquelle en général on accepte la mauvaise volonté de certaines institutions et la résistance illégitime de groupes s’opposant aux orientations d’un gouvernement. Parce qu’on connaît leurs options politiques et qu’on s’en accommode au lieu de les battre en brèche (Le Monde).

Pour l’Education nationale, il y a eu tout cela et Jean-Michel Blanquer aurait pu en prendre acte et s’en tenir là. Il aurait eu la paix. Autre nom de la stagnation.

Ce n’est pas le parti qu’a pris Jean-Michel Blanquer. Il a dû “recadrer les enseignants” grâce à quatre notes de service et “des recommandations très précises” au sujet de la dictée quotidienne, de la lecture, de la leçon de grammaire et du calcul mental (Le Figaro).

Ce n’est pas cette autorité qui a eu besoin d’un rappel qui m’apparaît comme louable. Même si elle est devenue trop rare pour qu’on ne la salue pas en ces circonstances.

C’est le fait que le ministre, confronté à une impressionnante baisse de niveau en lecture et en calcul, n’a pas tergiversé et n’a pas usé de la méthode la plus commode pour fuir ses responsabilités : ne rien faire ou feindre d’innover pour poursuivre la politique du pire et donc le pire de la politique.

Non, il est allé rechercher dans le passé ce qui donnait satisfaction et formait des esprits mieux irrigués. Par conséquent il a décidé de supprimer toutes les méthodes de lecture qui ne seraient pas “purement syllabiques”. Le retour au B.A.BA donc (Le Parisien).

Ce n’est presque rien mais à mon sens c’est considérable. Je nomme cette démarche réactionnaire dans le sens où par facilité elle ne s’est pas inscrite dans le cours du temps en se laissant porter par lui mais elle a estimé à la fois possible et nécessaire de puiser dans hier ce qui manque à aujourd’hui en le concrétisant avec courage et avec clairvoyance.

Ce bon sens – prendre le meilleur où qu’il se soit trouvé pour le placer dans le vivier du présent – est trop peu exploité parce qu’il exige des qualités de résolution et d’action rares et une absence totale de démagogie. Il convient d’être moins angoissé par son sort ministériel que par l’état du service public dont on a la charge. Il ne faut surtout pas accepter que le passé, prétendu astre mort, n’enseigne rien au vivant qui se meurt sous nos yeux dans quelques-unes de ses facettes républicaines et régaliennes.

Il ne s’agit en aucun cas d’être hostile à la moindre évolution, l’existant étant un bloc intouchable et révéré. Le conservateur aspire globalement à une immobilité des lignes et à un statu quo paisible. Le réactionnaire pense, organise, compare et n’hésite pas à s’armer de certaines séquences et réussites passées pour mieux sauver le présent.

L’Education nationale n’est qu’un exemple parmi d’autres mais il illustre de manière exemplaire ce qui mériterait d’être appliqué et diffusé ailleurs, notamment dans le domaine de la Justice.

Mais on n’a qu’un seul Blanquer.

Philippe Bilger

Texte repris du site Philippebilger.com

Bagnolet tenu par la drogue, par Caroline Parmentier

Trois semaines de violences, trois blessés par balle, des dizaines de voitures incendiées dans des règlements de comptes liés au point de « deal » de la Capsulerie, l’un des principaux de la Seine-Saint-Denis. Le maire socialiste ainsi que le député de la France Insoumise Alexis Corbière appellent l’Etat à l’aide et réclame des renforts de police.

« 308 Noire CD », « Mondéo Bleu nuit EC »… à l’entrée de la cité, un aide-mémoire pour les guetteurs, tagué sur les murs, recense les plaques des voitures de police. Les habitants des immeubles qui s’aventurent encore dans le coin sont contrôlés et fouillés par… les dealers. Vous êtes à la Capsulerie, à Bagnolet. A deux stations de métro de Paris. Le quartier est tenu en coupes réglées par les trafiquants de drogue.

L’escalade de la violence et de l’impunité inquiète les élus et les habitants, qui supplient les autorités d’agir avant qu’il n’y ait un « mort » ou une « balle perdue ». « Je n’ai pas le souvenir d’avoir connu une telle situation dans notre ville », déclare le maire en évoquant la « guerre de territoires » entre trafiquants.
La France Insoumise aime la police quand ça l’arrange.

Le point de drogue de la Capsulerie est connu depuis des années pourtant pour être le Pôle emploi de la cité. Les « blédards » qui dirigent les trafics emploient des rabatteurs, souvent mineurs, qui guident les consommateurs du métro jusqu’au « Plan », le point de vente de la Capsulerie. Pendant ce temps les guetteurs surveillent et les ravitailleurs réapprovisionnent le trafic. Certains sont même chargés d’apporter des rafraîchissements l’été ou des boissons chaudes l’hiver. Toute une petite entreprise qui tourne à flux tendu et emploie des milliers de jeunes en majorité issus de l’immigration âgés de 16 ans à 24 ans, au pied des barres d’immeubles.

Brusquement Alexis Corbière, nouveau député du 93, généralement plus enclin à soutenir les antifas et à considérer qu’« un bon flic est un flic mort », déplore une « présence policière insuffisante », et « un seul commissariat subdivisionnaire dans la ville ». Il réclame l’ouverture de commissariats permanents et des renforts sécuritaires… La France Insoumise aime la police quand ça l’arrange. Ses représentants qui demandent aujourd’hui à être protégés contre le banditisme communautariste, sont les mêmes qui ont longuement travaillé et qui continuent à travailler à son implantation.

Tony Di Martino et Alexis Corbière ont demandé une audience au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour « lui montrer l’étendue de la situation » et des violences des dernières semaines, trois jours après la remise au gouvernement du rapport Borloo promettant de nouveaux milliards pour les banlieues. Les élus de Seine-Saint-Denis ne sont pas les seuls dans cette situation. Stéphane Gatignon, maire de la commune de Sevran, avait démissionné le 27 mars, « usé » par le mépris de l’Etat. Depuis, les maires de plus d’une dizaine de villes, de Grigny (Essonne) à Vaulx-en-Velin (banlieue de Lyon), en passant par Roubaix (Nord) ou Allonnes (Sarthe), dénoncent à l’unisson un « abandon de l’Etat ».

Commençons par faire cesser les trafics et par rétablir l’Etat de droit. Ensuite on pourra discuter d’y allouer plus de moyens !

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 30 avril 2018

Le gadget du service national universel, par Ivan Rioufol

La Macronie, paradis des technocrates et des énarques, adore les usines à gaz. Le prélèvement de l’impôt à la source sera son chef d’œuvre. En attendant, le futur service national universel obligatoire s’annonce gratiné. Ce lundi, les Républicains ont dénoncé le flou du projet, alertant sur un dispositif “très cher” et qui nécessiterait “un déploiement humain important”. Ces remarques sont pertinentes : le service est évalué à près de trois milliards d’euros par an et rien n’est dit de l’encadrement, que l’armée ne semble pas décidée à assurer. Néanmoins, l’opposition ne s’est pas arrêtée à l’intitulé de cette promesse faite par le chef de l’Etat. Fruit de sa “pensée complexe” et de son goût du “en même temps”, l‘association du national et de l’universel laisse pourtant entrevoir un grand n’importe quoi.

Il paraît en effet difficile de concilier un service national, c’est-à-dire voué à la promotion des valeurs patriotiques qui fondent une nation homogène et délimitée par des frontières, et un service universel, c’est-à-dire ayant la prétention de dépasser le vase-clos de la nation et de son identité pour s’adresser à l’humanité et à son universalisme. Musset avait écrit une pièce de théâtre : “Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée”. Macron propose une œuvre déglinguée : “Il faut qu’une nation soit en même temps ouverte et fermée”. Ce centrisme du cul entre deux chaises, pilier d’En Marche !, est masqué par l’apparente détermination du président. “Je fais ce que j’ai dit”, répète-t-il à l’envi. Mais ce qu’il dit est trop souvent verbeux, brumeux, fumeux.

Cette imprécision dans l’intitulé se retrouve dans les pistes évoquées. Le service national universel ne sera pas ce moment privilégié où les jeunes, tous rassemblés, pourraient apprendre ou redécouvrir ce qu’est un pays millénaire, un peuple littéraire, une adhésion aux valeurs de la république, etc. Certes, l’enseignement de “valeurs citoyennes” serait au programme, mais cette transmission-là devrait relever de l’Ecole. En revanche, le tronc commun d’un mois serait consacré, selon Le Figaro de ce lundi, à des activités sportives, à l’apprentissage des gestes de premiers secours et à des comportements à adopter en cas de crise.

Bref, ce service national universel a toutes les caractéristiques d’une coquecigrue. Il s’apprête à prendre place dans la série des coûteux gadgets technocratiques, destinés à faire oublier l’essentiel : le séparatisme culturel qui s’installe dans les cités d’immigration. Jean-Louis Borloo croit avoir trouvé la solution en arrosant à nouveau ces “quartiers sensibles” d’un argent public dont on sait pourtant qu’il ne suffit plus à acheter la paix sociale. Ce matin même, j’ai reçu une lettre de Gislaine Kalman, sage-femme à la Goutte d’or, auteur de “Femmes des quartiers” (L’Artilleur). Elle me rappelle que dans son quartier parisien “il n’y a ni tours ni barres et on est à quelques stations de métro de Saint Germain des Prés”. Elle poursuit : “Les services publics y sont nombreux (…) Pourtant les problèmes y sont les mêmes que dans les banlieues soi-disant abandonnées. L’isolement n’est pas géographique, mais bien culturel. Rien ne sert de déverser des milliards”. Déverser des milliards : l’Etat aveugle et ruiné ne sait faire que ça.

Ivan Rioufol

Texte daté du 30 avril 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Les associations se mobilisent pour aider les migrants à obtenir l’asile en France

Fonctionnaire retraité ayant assuré un rôle important au sein du dispositif judiciaire entourant la demande d’asile en France, Robert Martin est théoriquement soumis à un devoir de réserve, nous avons donc respecté son anonymat en modifiant son nom. Néanmoins, face aux actions d’Emmanuel Macron et notamment à sa loi Asile et Immigration, il a décidé de nous communiquer plusieurs textes. Plusieurs textes très sérieux et documentés suivront cette première publication, plus légère et pratique, décrivant l’une des voies offertes aux migrants africains pour rejoindre l’Europe sans trop de difficulté.
Polémia

Des faux récits faciles à construire

Après beaucoup d’hésitations, un Sénégalais décide de rejoindre l’Europe pour fuir la misère et profiter des richesses françaises. Bien qu’hétérosexuel, il décide de jouer le rôle d’un homosexuel. En effet, le droit d’asile lui sera ainsi ouvert.
Pour rédiger son récit de demande d’asile à déposer devant l’OFPRA, il lui suffit de consulter sur le site de la CNDA la fiche Pays consacrée au Sénégal, puis, d’ouvrir la fiche « Orientations sexuelles » où il aura le choix entre 7 études sur la question.

Choisissant celle de l’OFPRA, il y trouvera en 14 pages de quoi bâtir un récit crédible, en y ajoutant même un (faux) certificat de mariage avec une jeune femme (sa copine, bien entendu) à qui il est fortement attaché (évidemment, au seul plan affectif).

S’il sait bien raconter ses angoisses, il pourra même se faire parrainer par une association française de défense des homosexuels africains et obtenir ainsi gratuitement un visa et un billet d’avion.

Une fois obtenu le statut de réfugié, il ne lui restera plus qu’à demander la venue de son « épouse » dans le cadre du regroupement familial.

J’exagère à peine…. En fait, il existe de très nombreuses sources sur internet qui permettent aux migrants de construire un récit d’exil particulièrement efficace, d’autant qu’il existe des instructions « officieuses » données aux membres des juridictions de la CNDA pour « interroger avec tact » les demandeurs d’asile pour préférence sexuelle.

Si les migrants s’y prennent bien, il y a pratiquement 100 % de réussite à la demande d’asile, pour peu que le demandeur bénéficie de l’aide d’un « coach » bénévole et bien formé qui saura le faire « répéter ». C’est là qu’entrent en jeu les associations d’aide aux migrants.

La professionnalisation des travailleurs sociaux chargés d’assister les migrants

C’est la raison pour laquelle « France Terre d’Asile » a créé un centre de formation pour les professionnels de l’aide aux migrants.
En 2016, cette ONG a formé 1 482 stagiaires. En 2017/2018 elle prévoit 60 formations dont une partie répondent à la problématique que nous venons d’énoncer : « Techniques de recherche en information sur les pays d’origine ».
D’autres sont hyper spécialisées sur un pays (« Répression politique et tensions sociales en Guinée Conakry », « Paix et guerre en République démocratique du Congo »…) ou sur une spécificité du récit dans une zone géographique donnée (« La vendetta à l’origine d’une demande d’asile » fait référence au « kanun » auquel les demandeurs d’asile d’Albanie font très souvent référence.

C’est ainsi que « l’aide à la constitution des demandes d’asile et du dossier OFPRA » fait l’objet de deux modules de formation.
Le Niveau I coûte 440 € totalement financés par la formation professionnelle et dure 2 jours (14 heures).

L’association caritative est totalement transparente sur ses objectifs :

« L’accompagnement juridique dont peut bénéficier un demandeur d’asile durant ses démarches augmente sensiblement ses chances d’obtenir une protection.
Il est donc essentiel pour le travailleur social chargé de cet accompagnement de maîtriser la constitution d’une demande d’asile et du dossier OFPRA en tenant compte de son cadre d’intervention (plateforme d’accueil, hébergement d’urgence, centre d’accueil pour demandeurs d’asile). Cette formation a pour objectif d’apporter les outils théoriques et pratiques afin de permettre aux professionnels d’accompagner de manière optimum les demandeurs d’asile dans la constitution de leur demande d’asile, la rédaction du dossier OFPRA et du récit de vie, et la préparation à l’entretien à l’OFPRA. »
Améliorer la qualité de l’information proposée et optimiser l’efficacité de l’accompagnement juridique du demandeur d’asile en étant en mesure de l’aider à constituer sa demande d’asile, à rédiger son dossier OFPRA et à le préparer en vue de son entretien à l’OFPRA en :
– Acquérant une méthodologie pour établir une demande d’asile individualisée et circonstanciée
– Apprenant à soulever les éléments de fait permettant de satisfaire aux conditions juridiques d’obtention d’une protection ainsi qu’à sélectionner et produire les preuves matérielles
– Sachant analyser le sens des questions posées devant l’OFPRA et la CNDA et y apporter des réponses crédibles
MOYENS & MÉTHODES PÉDAGOGIQUES
• Formation déclinée en modules comprenant une activité découverte, des apports théoriques, des mises en application (étude des cas, techniques d’entretien) et une synthèse
• Échange et analyse de situations pratiques à partir des situations professionnelles des participants
• Diffusion et remise d’un Powerpoint facilitant la prise de notes et un dossier pédagogique à caractère pratique (réglementation, exemples de récit de vie…)
• Visite d’étude à la CNDA
• Constitution du dossier de demande d’asile en vue de sa recevabilité
• L’établissement des faits : les déclarations du demandeur d’asile et les preuves matérielles
• La rédaction du récit de vie ou d’un complément de récit
• Oralité dans la procédure : entretien OFPRA et audience CNDA

Selon Wikipédia, « l’association France terre d’asile a un budget de 68,249 millions d’euros qui provient presque entièrement des subventions publiques (70% du ministère de l’Intérieur). »

Répondant à un article du Monde pointant du doigt les associations recevant le plus de subventions, France terre d’asile précise qu’elle ne reçoit pas de subventions, mais « des dotations en contrepartie de prestations réalisées dans le cadre de la mise en œuvre de politiques publiques ».
Elle emploie 902 salariés.
Fin 2013, par le biais d’une lettre anonyme, des accusations de détournement de fonds ont été portées à l’encontre de France terre d’asile et de son directeur général, Pierre Henry. L’enquête préliminaire menée par le parquet de Paris a depuis été classée sans suite. Deux plaintes contre X, une de la part du directeur général et une du comité d’entreprise de l’association, ont été déposées.

Robert MARTIN

Tribune reprise du site Polemia

Plan Borloo : encore des milliards pour les banlieues !, par Guy Rouvrais

Les insomniaques, au lieu de compter les moutons, pourraient tout aussi bien compter les « plans banlieues », tant ils sont nombreux, se succédant, depuis 1977, sous des appellations diverses, pour remédier aux maux dont souffriraient les « quartiers ». Tous les gouvernements de droite et de gauche en ont sorti au moins un, sous Jospin il y en eut même deux.

Il eût été étonnant qu’Emmanuel Macron ne sacrifiât pas à ce qui est devenu un rituel, ne serait-ce que pour tenter d’échapper à l’appellation de « président des riches » ou, selon Hollande, des « très riches ». Il a confié cette mission à Jean-Louis Borloo que l’on croyait malade et retiré de la politique, mais qui, pour cette tâche, est sorti de sa retraite. Ce n’est pas un gage de renouveau, car il fut un des nombreux ministres qui lancèrent un plan banlieue ; celui qu’il élabora en 2005 devait faire merveille et rendre prospères et pacifiques les cités en question.

Le fait qu’il faille régulièrement concocter un programme, souvent qualifié d’urgence, atteste de l’échec des précédents. Est-ce étonnant quand, à chaque fois, on applique les mêmes recettes, à savoir toujours plus d’argent déversé, accompagné de mesures de discrimination dites positives, en faveur des jeunes, notamment ?

Il serait faux de dire que rien n’a changé en quarante ans, au contraire : la situation s’est aggravée. Entre 1977 et aujourd’hui, ces « territoires » perdus ne l’ont pas été pour tout le monde : les islamistes y ont instauré une société parallèle sur laquelle il règne en maîtres. Le trafic de stupéfiants, qui était artisanal lors du premier plan Borloo, est devenu une industrie organisée et prospère qui fait vivre des quartiers entiers.

Mais dans les 19 mesures proposées par Jean-Louis Borloo dans le rapport remis au Premier ministre, qui a assuré qu’elles seraient appliquées, aucune ne concerne ces maux-là. Borloo arrose les banlieues de cinq milliards (48 milliards en tout évoqués pour ce « plan Marshall) et crée une « académie des leaders », à côté de l’ENA, concours sans exigence de diplôme, ouvert aux seuls jeunes des banlieues afin que la haute fonction publique soit diversifiée. Il y aura, certes, des sanctions mais elles ne concerneront que les administrations qui n’auront pas réduit les « inégalités territoriales », une nouvelle Cour d’équité territoriale pourra être saisie par toute personne physique ou morale s’estimant « discriminée ». Borloo veut instaurer également des quotas obligatoires d’embauche de « jeunes » de cité pour les entreprises françaises.

Il y a quelques jours, 300 personnalités dénonçaient le « nouvel antisémitisme » musulman (voir Présent du 23 avril) qui contraint des milliers de juifs à quitter « certaines cités ». Borloo, lui, n’a rien vu ni entendu de cela malgré des mois d’enquête et d’auditions d’« acteurs de terrain ». L’islam est partout dans ces banlieues-là mais est absent dans celles de Borloo. Pour mener à bien ce plan, dit l’ancien ministre, il faudrait, au sein du pouvoir, un général Patton. Pas moins ! Mais, lui, il faisait la guerre, pas la danse du ventre devant l’adversaire.

Autre absence, dans la continuité de ses prédécesseurs : les déserts ruraux des petites villes de la France profonde, où les services publics disparaissent les uns après les autres et où l’on constate le suicide d’un agriculteur chaque jour de l’année. Mais ça n’intéresse ni Borloo, ni Macron.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 27 avril 2018