Ces Américains pro-Trump brûlent leur Nike en réaction à leur dernière pub

05/09/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
La nouvelle campagne de l’équipementier ne laisse pas indifférent.

Colin Kaepernick est le joueur de football américain le plus célébré et le plus détesté aux Etats-Unis, depuis qu’il a lancé un mouvement de boycott de l’hymne américain. Cette semaine, celui qui n’a plus foulé un terrain depuis janvier 2017 est devenu le visage d’une publicité du géant Nike.

Son visage en gros plan est barré d’un slogan sans équivoque : « Croyez dans quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier ». Le visuel, en noir et blanc, qu’il a été le premier à diffuser sur son compte Twitter, a rapidement embrasé les réseaux sociaux.

La campagne de publicité de Nike a été applaudie par certains, vitupérée par d’autres. Les plus critiques ont promis de boycotter la marque ou/et ont déjà brûlé leurs vêtements et tennis portant la célèbre virgule.


L’arrivée des maladies tropicales en France : les efforts des médias pour en parler “différemment”

05/09/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Les maladies tropicales se développent en France ! Mais votre journal titrera un « retour des maladies moyenâgeuses », comme si ces maladies nous arrivaient du fond des âges, alors qu’elles entrent par nos frontières. Pour expliquer cette recrudescence de maladies qui ne se trouvaient plus que dans les livres de médecine il y quelques années, on met en avant les réticences aux vaccins, les pratiques sexuelles à risques, les voyages, la vie en collectivité en crèche ou en maisons de retraite… En dernier lieu on évoque l’immigration !

Bref, au lieu de mettre en relation les chiffres des arrivées extra-européennes avec l’augmentation de ces maladies, on évoque plutôt la façon dont elles se transmettent sur notre pays. Et oui, même sur le plan de la santé, nous ne sommes pas préparés à accueillir des hordes de clandestins.

Pas de Médine au Bataclan ! La mobilisation continue, par Caroline Parmentier

Attention le concert de Médine n’est toujours pas annulé. Apparemment il y a des gens – dont le directeur du Bataclan lui-même – qui ne voient pas l’ignominie qu’il y a à vouloir faire chanter quelqu’un qui se réclame du djihad, dans cette salle où 90 personnes ont été massacrées par la barbarie islamiste, sur le lieu même du calvaire de ces jeunes dont on sait qu’ils ont été torturés. Et pourquoi pas un concert techno-nazi à Oradour-sur-Glane ?

Plusieurs familles de victimes ont demandé l’annulation des deux concerts du rappeur programmés les 19 et 20 octobre. De même que de nombreux articles, des pétitions et des protestations sur les réseaux sociaux. Comment a-t-on seulement pu envisager d’offrir la salle du Bataclan, marquée à tout jamais par l’infamie du terrorisme islamiste, à un homme qui chante « Taliban et banlieue donne talibanlieusard », « à la journée de la femme, j’porte un burquini », « islamo racaille c’est l’appel du muezzin » ou encore « crucifions les laïcards comme à Golgotha » ? Et dont on connaît les liens avec l’association islamiste havraise : « Le Havre de savoir ».

Sur le site de nos amis de Riposte Laïque qui sont aux premières lignes de la mobilisation, le directeur du Bataclan, Olivier Poubelle, a publié ce commentaire qui vaut le coup d’œil : « J’ai été informé de votre article sur ce, comment dire, site internet, pour rester poli. Mon commentaire sera très court : envoyez-moi vos lettres, si cela vous fait plaisir. Je les lirai d’une fesse distraite. Et jamais vous ne parviendrez à empêcher Médine de chanter au Bataclan. JAMAIS ! »

C’est ce que l’on verra. La réinfosphère de plus en plus puissante et suivie, a remporté des victoires plus difficiles. D’ores et déjà, une grande manifestation est annoncée devant le Bataclan. Nous vous en reparlerons. Le pitoyable Poubelle est un pion. Le Bataclan appartient au groupe Lagardère dont l’actionnaire de référence est le Qatar. Dès lors on comprend mieux pourquoi un islamiste à droit de cité dans un lieu aussi sensible.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 4 septembre 2018

En politique, la solution passe par la « récupération » – Jean-David Cattin (Les Identitaires)

À chaque fait divers dramatique, les voix des bien-pensants s’élèvent pour interdire toute « récupération » sous le prétexte qu’il faudrait laisser les familles des victimes à leur deuil. La décence l’imposerait. C’en est inquiétant de systématicité, en particulier lorsque les victimes sont autochtones. Après les attentats islamistes, après les meurtres au couteau de plusieurs Français, il est des réalités qu’il ne faudrait pas dénoncer, des coupables que l’on ne devrait pas accuser.

Lorsque la victime est un enfant migrant, les bornes de la décence cessent tout à coup d’exister, tout comme lorsqu’un « jeune » de cité meurt en fuyant un contrôle policier. Dans ces cas-là, la médiatisation est totale, pour ne pas dire totalitaire, la « récupération » par des associations politisées encouragée et relayée et les présumés coupables cloués au pilori. L’émotion doit être à sens unique pour que l’image du « vivre-ensemble » ne subisse aucun dommage.

À Chemnitz, suite à un énième homicide vraisemblablement commis par des Syriens et Irakiens, plusieurs manifestations spontanées ont eu lieu pour dénoncer les meurtres d’Allemands par des migrants depuis leur arrivée massive dans le pays en 2015. Les médias de toute l’Europe ont encore une fois rivalisé de qualificatifs avilissants pour désigner les participants. Traiter de tous les noms les habitants en colère et inquiets de Chemnitz, voilà quel est le vrai scandale.

Samedi dernier, L’AfD (Alternative für Deutschland, le parti populiste allemand) a organisé une manifestation qui a rassemblé près de 10 000 participants, certains d’entre eux brandissant les portraits de victimes de migrants. Cette « récupération » percutante est absolument naturelle et nécessaire pour dénoncer les drames successifs provoqués par la politique migratoire désastreuse d’Angela Merkel. Il est probable que certains parents de victime n’apprécient pas le procédé, c’est leur droit. Mais c’est aussi le droit légitime d’autres parents de s’inquiéter et de se mobiliser pour que leurs proches ne soient pas à leur tour des victimes. S’interdire de « récupérer », de réagir, c’est s’interdire de protéger les siens.

L’indécence d’une « récupération », c’est lorsqu’elle a d’autres fins que celles de résoudre le problème concerné. Ceux qui « récupèrent » avec l’unique dessein de promouvoir leur personne et leur carrière quand ils sont dans l’opposition, ou de noyer le poisson quand ils sont aux responsabilités sont méprisables. Au contraire, la « récupération » est essentielle, voire vitale lorsqu’elle a pour but de trouver une solution, de circonscrire un problème et de le résoudre.

Est-ce de la « récupération » lorsque les écologistes dénoncent la catastrophe de Fukushima ?

Est-ce de la « récupération » lorsque les syndicats dénoncent un licenciement massif ?

Est-ce de la « récupération » lorsque les ONG humanitaires dénoncent les famines dans le monde ?

Oui. Pourtant tous ces événements sont dramatiques et génèrent des souffrances épouvantables. C’est pourquoi il faut bien entendu à chaque fois respecter les victimes et la douleur de leurs proches. Mais après le temps du recueillement vient le temps des solutions politiques et donc nécessairement de la « récupération ».

Jean-David Cattin

Texte repris du site de : Les Identitaires

Pierre Rosanvallon : “les populismes sont, partout dans le monde, des formes politiques montantes”

04/09/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Pierre Rosanvallon, “les populismes sont, partout dans le monde, des formes politiques montantes. Partout dans le monde. En Afrique, chez Trump aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Europe.

Le sociologue tente d’apporter sa petite définition. C’est ainsi que pour Pierre Rosanvallon :

le populisme organise des communautés de répulsion et de colère.


Allemagne. L´OPA hostile de l’islam : le nouveau livre de Thilo Sarrazin

Thilo Sarrazin est une personnalité publique très importante en Allemagne. Banquier et homme politique membre du SPD – parti de centre-gauche -, il est aussi l’auteur de plusieurs livres à succès, dont notamment L’Allemagne disparaît, qui est le livre politique le plus vendu de la décennie en Allemagne. Il revient aujourd’hui sur le devant de la scène en publiant un nouvel ouvrage dédié à l’analyse de la menace que l’islamisation de l’Europe fait planer sur notre civilisation.
Le correspondant allemand de Polémia revient en détail sur la réception évidemment hostile de la caste politico-médiatique allemande.

Une idéologie violente déguisée en religion

Il y a tout juste 8 ans, Thilo Sarrazin, membre de la SPD – il en est encore membre, ses « amis » ayant alors échoué à le virer : ils ont d’ores et déjà annoncé leur intention de réitérer leur tentative – et alors ministre des Finances de la ville-état de Berlin, se taillait un joli succès éditorial avec son livre Deutschland schafft sich ab. Le 30 août, il a récidivé avec un nouveau brûlot, sous le titre un rien provocateur de Feindliche Übernahme, OPA Hostile. L’OPA dont il s’agit est évidemment celle de l’islam, dont Sarrazin explique qu’il est une idéologie de la violence déguisée en religion, sur une société occidentale dont les défenses sont sérieusement émoussées.

Le 30 août, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a donné conjointement avec son ami et camarade de la SPD Heinz Buschkowsky, ancien maire de Neukölln, il a donc présenté ce nouvel opus, qui pour l’essentiel reprend et poursuit la thèse du premier.

Parmi les éléments du livre relevés lors de la conférence de presse, on trouve l’idée que « la vie des Musulmans est marquée par une natalité qui constitue le problème concret et la menace réelle pour le monde occidental ».

Une proposition de réforme radicale du droit d’asile

Un autre aspect important est la réforme du droit d’asile que souhaiterait Sarrazin. Pour lui, la loi actuelle constitue en l’état une porte ouverte à l’immigration illégale. L’auteur suggère que la décision d’accorder le droit d’asile soit prise en moins de 30 jours, période pendant laquelle le demandeur serait maintenu dans une zone de transfert. On supprimerait le droit de faire appel de la décision et le retour se ferait au frais de l’impétrant.
Sarrazin précise que si l’asile n’est pas accordé, le retour du requérant débouté devrait intervenir sans délai. Si des pays d’origine se montraient peu coopératifs pour récupérer leurs ressortissants, il envisage même l’usage de moyens militaires.

Les réactions outrées des cosmopolites allemands

Le livre n’a pas manqué de soulever des haut-le-cœur chez les bien-pensants – avant-même sa lecture – et à mettre en branle tout ce que les grands médias et la twittosphère comptent d’esprits progressistes. Le patron des jeunes socialistes (« JuSos ») Kevin Kühnert a demandé avec force – il n’est pas le seul, loin s’en faut – l’exclusion de Sarrazin du parti, regrettant que la procédure ait échouée il y a huit ans. Les plumes et les claviers les plus affûtés se sont mis à l’ouvrage.
A titre d’exemple, on retiendra pour le journal Die Zeit le nom de Georg Seeßlen : « Pour les pamphlets de droite populiste et les romans de gare le même principe prévaut : vous devez dire exactement ce que le lectorat ciblé, dans ce cas un vaste spectre à droite du centre, attend. Vous devez le dire d’une façon qui ne laisse aucune place à l’incompréhension ou au doute, tout en laissant voilées vos véritables intentions. “Fifty Shades of Grey” était emballé de telle manière que le label “pornographie sadomasochiste pour femme au foyer d’âge moyen” n’y est pas resté collé. “Feindliche Übernahme” de Thilo Sarrazin est emballé de telle manière que le label “pornographie raciste et völkisch pour hommes et femmes qui veulent passer du dégoût de soi à la folie des grandeurs” n’y adhère pas ».

On retiendra également l’excellente Judith Görs, qui a commis un article au titre passablement inquiétant : « Sarrazin contre le Coran : un livre qui ne peut que détruire ». Elle y cite un sociologue répondant au nom d’Aladin El-Mfaalani, lequel, dans son livre Le paradoxe de l’intégration (Das Integration-Paradox) explique doctement que celui qui s’imagine « que l’absence de conflit est le signe d’une intégration réussie et d’une société ouverte se trompe. Les conflits ne surgissent pas parce que l’intégration de migrants et de minorité échoue, mais bien parce qu’elle réussit de mieux en mieux.

De ce florilège, on retiendra aussi les titres suivants :

Pour Focus Online : « Destiné à faire peur, argumentation faible, de nature à attiser la haine : les réactions à propos du nouveau livre de Sarrazin »
Pour le Tagesspiegel : « Thilo Sarrazin remet ça – blessant, à la limite du racisme et manipulateur »
Et cerise sur le gâteau, pour la Süddeutsche Zeitung : « L‘Allemagne a besoin de cet ouvrage aussi urgemment que d‘une éruption d‘ébola »

Il ne fait guère de doute que, grâce à cette puissante campagne de presse, ingénieusement suscitée par toute la collabosphère d’outre-Rhin, Sarrazin puisse accrocher une pôle-position dans les ventes des prochaines semaines, sans avoir fait d’autre effort que cette conférence de presse berlinoise. La concomitance fortuite des événements de Chemnitz, où de braves citoyens allemands ont été assimilés sans égards pour leur colère et leurs craintes à des nazillons, devraient renforcer cette tendance. On ignore si la Chancelière, de retour d’Afrique, trouvera le livre sur sa table de travail, elle qui se montre si furieusement silencieuse depuis quelques jours.

François Stecher

Texte repris du site Polemia

La diagonale radicalisée d’un prof de maths, par Pierre Malpouge

Les maths, c’est de la bombe ! Avec sa tête de parfait professeur de mathématiques – barbe poivre et sel (pas encore taxée), lunettes rondes –, ce père de famille de 53 ans, dont l’identité n’a pas été révélée mais dont on sait qu’il est né au Maroc, aurait pu passer inaperçu encore longtemps si les services de renseignement ne s’étaient intéressés à lui et n’avaient signalé une possible radicalisation du bonhomme.

Professeur ayant enseigné dans des collèges et des lycées publics de la région grenobloise, l’enseignant a été interpellé le mois dernier, incarcéré et condamné à deux ans de prison par le tribunal correctionnel pour « apologie du terrorisme » et « diffusion de l’enregistrement d’images relatives à la commission d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne ».

Pas du genre professeur façon « le cercle des poètes disparus », ce prof enseignait à ses élèves non seulement à compter et à additionner non pas des pommes mais, par l’intermédiaire de livres d’apprentissage des mathématiques édités par l’Etat islamique (EI), des… bombes, mais visionnait également sur son ordinateur, simplement pour « assouvir sa curiosité à titre informatif », des centaines de fichiers de propagande djihadiste dont les contenus allaient de scènes de décapitation à des vidéos sur la marche à suivre pour commettre un attentat en Europe en passant par de nombreux contenus comme le serment d’allégeance à l’EI. Lesquels fichiers étaient téléchargés depuis l’organe de propagande de l’EI – Amaq – via la messagerie cryptée Telegram.

Par ailleurs, le professeur étant sans doute curieux de tout, les enquêteurs ont également découvert sur son ordinateur des films pornographiques.

L’explication du prof (condamné en 2016 pour violences à l’égard d’agents venus installer un compteur Linky à son domicile) vaut son pesant de cacahuètes : « C’est la preuve que je ne suis pas un pur et dur [intégriste islamiste] mais un être de chair et d’os. Ça m’arrive d’aller sur des sites pornographiques. J’ai besoin de perfectionner ma sexualité, comme tout un chacun », a-t-il déclaré sans rire. Comme quoi la soif d’apprendre n’a pas de frontière ni de limite.

Pierre Malpouge

Article paru dans Présent daté du 30 août 2018

Après le meurtre d’un Allemand par deux demandeurs d’asile, la mobilisation continue à Chemnitz

31/08/2018 – EUROPE (NOVOpress)
C’est aux cris de ” Nous sommes le peuple ! ” qu’ils ont de nouveau manifesté à Chemnitz… Depuis le meurtre d’un homme dimanche, attribué à deux jeunes demandeurs d’asile, la petite ville est-allemande s’est embrasée et les rassemblements se multiplient.

“Quand vous voyez tout ce qu’obtiennent les demandeurs d’asile comparé aux personnes âgées, aux pauvres, aux jeunes, aux Allemands…. Et ça, ce sont des faits ! clame un manifestant. Je n’ai pas besoin d’en dire plus. Pas étonnant que la colère éclate.”

En Saxe, l’AfD, qui accuse le gouvernement d’Angela Merkel d’avoir trop longtemps nié le problème, est le premier parti et pèse 27% des voix.


Paris : des riverains contre l’ouverture d’un camp de migrants

30/08/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Au 151 de la rue des Poissonniers (XVIIIe), un gymnase de l’US-Metro appartenant à la RATP doit accueillir une centaine de migrants.

Mais la décision n’est pas du goût des riverains qui refusent de devoir partager leur espace de vie et leur cour avec ces nouveaux voisins.



La langue française ne s’enrichit pas : elle se communautarise !

30/08/2018 – FRANCE (NOVOpress)
« la langue française évolue », dit-on… « La langue française s’enrichit », dit-on encore.

Mais pour le chroniqueur de Radio Sputnik, Edouard Chanot, tout cela est un peu court. La situation est à ses yeux paradoxale : la langue française se diversifie sans pour autant s’enrichir, car elle se communautarise.


La statue dorée du président turc Erdogan érigée en Allemagne a finalement été retirée

29/08/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Une statue dorée du président turc, Recep Tayyip Erdogan – haute de quatre mètres, le bras droit levé vers le ciel -, a été érigée en Allemagne, près de Francfort.

Selon la presse locale, les autorités auraient validé l’installation de la statue dans le cadre d’un festival d’art, sans savoir que celle-ci serait à l’image du président turc…

Finalement, la ville de Wiesbaden a fait retirer dans la nuit de mardi à mercredi cette statue en raison de la polémique qu’elle suscitait.

Le responsable local de l’AfD, Emil Sänze, avait dénoncé la bêtise des organisateurs qui “offrent une scène à un despote passant son temps à humilier les Allemands“.


Vu sur Twitter

Espagne : des touristes médusés sur la plage de Barrosa devant l’arrivée d’une embarcation de 50 migrants

Publié le

Terrorisme : « Combien de chauffeurs RATP prêts à passer à l’acte ? », par Caroline Parmentier

Nos lecteurs connaissent bien Ghislaine Dumesnil, ancienne machiniste RATP (jusqu’en 2015) qui a courageusement dénoncé l’islamisation de cette entreprise publique dans laquelle on trouve le plus grand nombre de fichés S de France.

— En apprenant l’attentat de Trappes jeudi dernier, vous avez reconnu Kamel Salhi ?

— Les attaques au couteau et les égorgements en France c’est quasiment tous les jours, mais on n’en entend pas toujours parler, comme pour l’assassinat d’Adrien à Grenoble qui n’a commencé à prendre de l’ampleur que grâce aux médias alternatifs et aux réseaux sociaux. Cette fois, en entendant l’info sur BFM TV et en faisant des recherches, j’apprends que le tueur avait travaillé à la RATP, sur une ligne de Puteaux. Puteaux c’est mon ancien dépôt, celui de Nanterre. Je suis allée voir son profil Facebook et quand j’ai vu sa photo, je l’ai reconnu. J’ai travaillé avec lui, je l’ai côtoyé au moment même où je dénonçais les barbus et les avancées de la charia à la RATP. La situation était très mauvaise pour moi, certains musulmans étaient très agressifs, ont cessé de m’adresser la parole et m’ont mise en quarantaine. J’étais une cible toute désignée et j’ai réalisé que je côtoyais quelqu’un qui était tout à fait capable de me tuer pour ce que j’avais dit. Ça m’a fait froid dans le dos.

— Vous n’avez pas attendu les attentats du 13 novembre 2015 et que l’on découvre que Samy Amimour, l’un des djihadistes du Bataclan, avait travaillé à la RATP pendant 15 mois, pour dénoncer dans une vidéo puis dans votre livre la montée du communautarisme islamiste parmi les chauffeurs de bus de la RATP. Que se passait-il sur votre lieu de travail ?

— Je suis arrivée à la RATP en 1999. C’est le moment où s’est mise en place l’embauche par la discrimination positive et nous avons vu arriver de plus en plus d’agents issus de l’immigration et musulmans. La RATP voulait, notamment en banlieue, que les chauffeurs soient « à l’image des voyageurs ». Les agressions venant essentiellement de « jeunes » des quartiers dits sensibles majoritairement issus de l’immigration, la « bonne idée », pensaient-ils, était de les embaucher pour les insérer socialement, les occuper et diminuer le nombre des agressions. La direction pensait qu’ils respecteraient plus leurs coreligionnaires au volant des bus que les chauffeurs français de souche accusés d’être des racistes peu compréhensifs face à leurs agresseurs ! Ils se sont totalement et gravement plantés.

— Vous avez assisté en fait à l’islamisation de l’entreprise publique RATP ?

— Ils ont importé à la RATP les mœurs et les problèmes des cités. Ils ont brisé l’esprit de corps, l’esprit d’équipe de l’entreprise en y installant le communautarisme, le prosélytisme et la guerre quotidienne entre les musulmans et les non-musulmans. Il y a des pratiques qui ne sont pas compatibles avec la laïcité au sein de l’entreprise ni avec le travail, et qui rendent la promiscuité professionnelle insupportable. Les ablutions, les prières plusieurs fois par jour, les fameux gobelets purificateurs (NDLR : Dans le service RATP où travaillait Ghislaine Dumesnil, les toilettes étaient régulièrement bouchées par les gobelets en plastique des distributeurs, utilisés par les musulmans pour purifier leur sexe avant d’aller se prosterner). Mais aussi le refus de saluer les femmes, de leur parler, de conduire un bus après elle. Le ramadan qui casse le service public parce qu’il y a beaucoup plus de malades et d’accidents du travail à cette période. Et qui met en danger la vie d’autrui parce que, quand on ne boit pas et qu’on ne mange pas, on est beaucoup moins performant. Quand on conduit un poids lourd on doit être au meilleur de sa forme.

Lire la suite

Marre des faux-culs : #BalanceTonTartuffe, par Ivan Rioufol

Quoi de neuf ? Molière. La réplique de Sacha Guitry reste d’actualité, à voir les Tartuffe ne vieillir jamais. Les donneurs de leçons s’épargnent souvent de s’appliquer ce qu’ils ordonnent aux autres. C’est ainsi que les moralistes ont repris leur combat contre l’Eglise catholique, qui ne cesse de s’excuser des crimes pédophiles commis par des membres du clergé. Lundi, le Pape a publié une lettre pour condamner à nouveau ces actes. Ces violences sont répugnantes et doivent être sanctionnées. Mais qui demandera en retour à la gauche de rendre des comptes pour avoir, jadis, promu la pédophilie ? Dans les années 70-80, pétitions et articles étaient publiés dans Libération ou le Nouvel Observateur pour défendre la liberté sexuelle, y compris avec des fillettes de 6 ans. De beaux esprits ont apposé leur nom sous cette cause sordide. De la même manière, nombreux sont les “humanistes” qui promeuvent l’accueil des “migrants”, en se gardant d’en héberger ou d’en parainner. Les plus cyniques vivent dans des quartiers où la “diversité” est tenue à distance.

Il faut aussi dire un mot des Tartuffe qui ont lancé Media, ce site web-télé proche de Mélenchon, qui prétendait inventer une nouvelle presse. En réalité, les censures, les purges et les embrouilles financières ont été le lieu commun de cette “aventure démocratique” qui a viré à la farce et sombre dans une querelle de gros sous.

Mais le pompon a été décroché, cette semaine, par l’actrice et réalisatrice italienne Asla Argento, fer de lance dans la dénonciation des pratiques machistes du producteur américain Harvey Weinstein et dans la promotion du mouvement #MeeToo, version anglo-saxonne de #BalanceTonPorc. Lundi, le New York Times a révélé que Asia Argento, qui fut une des premières à porter plainte contre les agressions sexuelles de Weinstein, se serait elle-même lassé aller à un semblable comportement sur l’acteur Jimmy Benett, mineur à l’époque des faits. Le viol présumé, commis par la dénonciatrice, se serait déroulé dans sa chambre, au Ritz Carlon de Marina del Rey (Californie). La jeune victime aurait porté plainte pour agression sexuelle. Afin de couper court à cette affaire, l’actrice aurait indemnisé récemment Benett à hauteur de 380.000 dollars.

Si Asia Argento ne conteste pas le versement de cette somme, elle dément en revanche, dans un communiqué publié mardi, “toute relation sexuelle”. Il n’en reste pas moins que le combat des néo-féministes contre les hommes, vus comme des prédateurs sexuels en puissance, rejoint ici la cohorte des pharisiens qui s’exonèrent volontiers de leur propre turpitude. Tous ces faux-culs sont méprisables. Vite : #BalanceTonTartuffe.

Ivan Rioufol

Texte daté du 22 août 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Petite fille voilée dans une pub de Gap : où est le vrai scandale ? – Jérôme Barbet (Les Identitaires)

À la fin du mois de juillet, la marque de vêtement « Gap » lançait sa nouvelle campagne publicitaire pour enfants. Elle met cette fois en scène une petite fille voilée qui a immédiatement créé une polémique, y compris jusque dans les rangs de la majorité présidentielle, le parti LREM d’Emmanuel Macron.

Cette affiche gêne en premier lieu les féministes. Comment une petite fille de 10 ans pourrait-elle avoir la liberté de porter le voile ? N’est-il pas le signe d’une assignation de genre, insupportable idée pour les progressistes ? Comment peut-on oser mettre en valeur une petite fille en hijab, alors que des femmes meurent en Iran pour obtenir le droit de l’enlever ?

La plupart de ces interrogations relèvent davantage de l’indignation, ce qui n’est qu’une posture et non un positionnement politique. Aucune analyse n’est faite afin de comprendre pourquoi une telle publicité peut voir le jour, et pour quelles raisons elle est condamnable.

Deux facteurs expliquent essentiellement les motivations de cette campagne. Tout d’abord, Gap n’en est pas à son coup d’essai : l’année dernière, la marque américaine provoquait déjà de nombreux débats en affichant une femme voilée sur ses vitrines. S’il est difficile de savoir si Gap fait sciemment le choix de la polémique afin de faire le buzz et augmenter ses ventes, il est en revanche indéniable que cette entreprise a choisi d’utiliser un marketing communautaire. Dans quel but ? La dimension idéologique est probablement secondaire. C’est avant tout parce que le marché des musulmans présents en Europe et en Occident est un marché en expansion, sur fond d’immigration massive et de natalité élevée. Contrairement aux fables décrivant le capitalisme comme l’instrument de la domination de l’homme blanc sur le monde, celui-ci ne recherche que le profit et la rentabilité, et fait donc logiquement fi de toutes les logiques ethniques. Si faire la promotion du voile engendre une augmentation du chiffre d’affaires, il n’y a aucune raison économique de s’en priver.

D’autre part, si une marque de vêtements aussi renommée peut se permettre une telle provocation, c’est parce que les défenses immunitaires de notre société ne sont pas assez fortes. Une grande partie de nos élites voient d’un bon œil l’islamisation, au nom de principes hypocrites éculés (humanisme et générosité affichée de façade), tandis qu’une grande partie de la classe politique y collabore activement, autant par lâcheté que par calcul électoral cynique. Au fond, Gap ne risque rien. Emmanuel Macron ne va pas procéder à des mesures de rétorsion économiques contre la marque, et il est assez compliqué de lancer une campagne de boycott d’ampleur à l’heure de la société liquide qui rend quasi impossible tout dépassement de l’individu isolé ne se préoccupant que de son intérêt propre .

Néanmoins, si les identitaires s’opposent également à cette campagne qui a pour effet de normaliser le voile – voire de le rendre fun et fashion – ce n’est pas au nom d’une idéologie féministe datée, ni de considérations ubuesques autour de la notion floue de « genre » ni non plus au nom d’un positionnement progressiste, paravent de toutes les idéologies de destruction des civilisations enracinées. Nous nous opposons au voile, non pas pour « libérer » les jeunes filles issues de familles musulmanes mais par volonté de lutter contre l’islamisation et l’islamisme. Ces codes vestimentaires et religieux, n’ont rien à faire en Europe. C’est au nom de notre identité, de notre culture et de nos traditions que nous nous opposons, que nous voulons rappeler et marquer tout ce qui nous distingue. Nous devons poser des limites, et l’interdiction du voile dans l’espace public (comme nous l’avions proposé dans l’ouvrage « 30 mesures pour une politique d’identité et de remigration ») en fait partie.

Enfin, le problème n’est pas tant cette campagne de Gap que les millions de musulmans présents en France et en Europe susceptibles d’acheter leurs produits. Encore une fois, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » Le plus sûr moyen de ne plus voir des grandes marques « draguer » ces segments de marché de la population, c’est de stopper l’immigration et d’engager la remigration, c’est-à-dire le retour dans leur pays d’origine d’une majorité d’extra-européens présents sur notre continent. La lutte pour la survie de notre civilisation n’est pas uniquement dirigée contre certaines manifestations visibles et bruyantes de la présence musulmane en Europe, mais aussi et avant tout contre sa cause.

Jérôme Barbet

Texte repris du site de : Les Identitaires

Nicolas Dainville : « Trappes est la ville la plus djihadiste d’Europe »

Nicolas Dainville est le jeune conseiller départemental LR des Yvelines, conseiller municipal de La Verrière et élu de terrain, que l’on a vu en première ligne dans les médias après l’attentat de Trappes. Il a reproché à Gérard Collomb sur BFM TV d’avoir passé sous silence la radicalisation du tueur, Kamel Salhi. Caroline Parmentier lui a posé certaines questions.

— Vous avez déclaré après l’attentat de Trappes que c’était « la ville la plus djihadiste d’Europe » avec 67 habitants qui ont rejoint Daesh. Comment expliquez-vous que Trappes soit tombé dans un repli communautaire aussi marqué ?

— Il y a à Trappes une certaine culture politique de gauche qui cherche à faire des jeunes des victimes plutôt qu’à les responsabiliser. Et qui n’incite ni à l’entreprenariat ni à l’initiative. Résultat : on a une jeunesse aujourd’hui qui est totalement livrée à elle-même et qui, en perte de repères, trouve refuge dans une pratique très rigoriste de l’islam. J’ajouterai un aveuglement pendant des années de la part des pouvoirs publics en général sur l’implantation de groupes radicaux dans la ville, que ce soit d’anciens membres du GIA algérien, les Frères musulmans, les Tablighis ou des groupes salafistes. Ils ont eu une autoroute pour s’implanter qui a conduit à cette radicalisation et à ce repli communautaire. Ce qui inquiète beaucoup d’habitants. Il y a une majorité silencieuse à Trappes qui en souffre beaucoup.

— Est-ce que vous confirmez qu’il y a une infiltration des profils radicalisés dans les associations, qui tendent la main aux familles en difficulté ou au chômage ?

— Oui, il est clair que beaucoup d’associations ont en leur sein certains membres qui pratiquent un islam radical. Des associations « de solidarité » mais dirigées par des tenants d’un islam rigoriste.

— Que pensez-vous du profil de Kamel Salhi, le tueur de Trappes dont le ministre de l’Intérieur nous dit que c’est un déséquilibré ?

— Même s’il s’agit d’un véritable déséquilibré qui avait des antécédents psychiatriques inquiétants, interné je crois à l’hôpital Charcot de Plaisir (78), profil psychologique fragile confirmé par les habitants sur le terrain, ce serait une erreur de minimiser sa radicalisation qui a joué un rôle dans son passage à l’acte. Ce que j’ai regretté des propos de Gérard Collomb c’est qu’il privilégiait uniquement ce côté déséquilibré et passait totalement sous silence ce côté radicalisation qui n’est pas anodin compte tenu du profil de l’agresseur : son mode opératoire, le cri d’Allah Akbar, sa présence sur le fichier des radicalisés (FSPRT), puisqu’il était connu pour « apologie du terrorisme ».

— Précisément, avez-vous l’information selon laquelle Kamel Salhi était agent de la RATP (tout comme Samy Amimour, l’un des assassins de masse du Bataclan) et avait été licencié par la RATP en 2016 pour avoir arrêté son bus sur la ligne de Puteaux et hurlé à des usagers : « Par Allah, vous allez tous mourir » ?

— De source sûre il était fiché pour radicalisation et pas pour déséquilibre. J’appelle Gérard Collomb à ne pas minimiser sa radicalisation qui est importante pour justifier son geste.

— Vous demandez à l’Etat des actes concrets, lesquels ?

— Il y a des actes nationaux bien sûr, qu’il faut poser. Moi, je suis un élu local et au niveau local il faut une frontière forte entre les associations cultuelles et les pouvoirs publics. Il y a aujourd’hui beaucoup trop de porosité. Certains élus voient la population musulmane uniquement comme une clientèle électorale et pas comme des vrais citoyens. Ça a été la culture de la gauche pendant des années, à l’image de Benoît Hamon, de considérer la communauté musulmane (qui est d’ailleurs assez multiple) comme une vraie clientèle électorale, en lui promettant tout et n’importe quoi, en attendant des voix en échange, ce qui n’est d’ailleurs pas très respectueux pour elle et ce qui est une triste vision de la démocratie. Ce sont des liaisons dangereuses, des liaisons malsaines qui conduisent à toutes sortes de dérives et entravent le principe de laïcité dans de nombreux cas. Il faut des élus vigilants et forts sur le principe de laïcité. Il faut être vigilant en termes de financement et ne pas donner dans les dérives des baux emphytéotiques ou des prêts de salles municipales pour en faire des salles de prière. La question éducative est également essentielle. Je pense que l’initiative des écoles Espérance banlieues (NDLR : accusées par L’Humanité d’être gérés par « la droite catholique et réactionnaire ») est une très bonne réponse aux maux de la jeunesse avec cette transmission de la culture française, de l’amour du pays, de la confiance en soi. Je pense que c’est une réponse importante à démultiplier dans nos banlieues. La réponse économique est également importante puisqu’à Trappes il y a plus de 20 % de chômage, un important trafic de drogue et des guerres de bandes. Il faut une réponse à la fois sécuritaire, éducative et économique.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 24 août 2018

Vu sur Twitter

La douche froide : le sondage qui montre que la victoire de 2018 laisse les Français totalement de marbre sur le vivre-ensemble

Publié le

[Vidéo] Football : mondialisation et standardisation ?

20/07/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Comment la Coupe du monde reflète-t-elle la géopolitique et les relations internationales ? Le football est-il aussi mondialisé qu’on le croit ? L’argent a-t-il changé le jeu ?

Voyage en ballon autour de la planète foot. Avec Jacques Sapir, Robert Redeker, agrégé de philosophie et auteur de Peut-on encore aimer le football ? (Éd. du Rocher, 2018), et Jean-Baptiste Guégan, journaliste, spécialiste de la géopolitique du sport et co-auteur de Football Investigation : les dessous du football en Russie (Bréal, 2018).