basuki-tjahaja-purnama

Le gouverneur chrétien de Jakarta inculpé pour blasphème du Coran

17/11/2016 – INDONESIE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Un chrétien a été inculpé pour blasphème en Indonésieil s’agit du gouverneur de la capitale Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, surnommé Ahok. Issu de la minorité chinoise et premier non musulman à diriger la ville de Jakarta, il est soupçonné d’avoir insulté le Coran. Cela passe mal dans un des pays du monde où les musulmans sont les plus nombreux. Il a donc été inculpé lundi pour blasphèmes et risque jusqu’à cinq ans de prison. Laissé libre, il a interdiction de quitter le territoire.

Une manifestation islamiste avait eu lieu le 4 novembre afin de le dénoncer et de réclamer son arrestation. Celle‑ci aurait rassemblé 100 000 personnes selon les organisateurs. Ce gouverneur est très populaire, mais il a un franc‑parler plutôt inhabituel dans ce pays. En cette période de campagne électorale – on s’approche du scrutin visant à renouveler le siège de gouverneur –, il avait affirmé qu’un musulman n’est pas obligé de voter pour un musulmans, contrairement à ce que dit le Coran, d’où l’ire des islamistes.

Pour être admis en master à Sciences Po, il vaut mieux être immigrationniste

17/11/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Réformé pour coller aux normes anglo saxonnes, le « concours » d’entrée en master à Sciences Po (Paris) repose désormais sur une seule épreuve : la note de synthèse.

Cette année, l’un des sujets portait sur « le statut des frontières dans le monde contemporain ». Or le rapport de correction rédigé par le jury indique qu’une prise de position était attendue des candidats.

Ainsi, une bonne copie est présentée comme ignorant « les discours politiques et médiatiques qui assimilent la question des frontières à celle des étrangers, des migrants, des terroristes ».

Le rapport ajoute que ces « prétendues menaces » devaient amener à critiquer la notion de « crise migratoire ». Une manière donc de favoriser les candidats acquis au mondialisme.

lgbt-gaylib

Primaire : le lobby LGBT GayLib apporte son soutien à Alain Juppé

16/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : L’organisation GayLib, « mouvement associé à l’UDI, regroupant les LGBT de droite et de centre droit », a fait son choix pour la primaire de la droite : ce sera Alain Juppé ! Dans un mail adressé ce jour à ses adhérents et sympathisants, GayLib les appelle à « participer à ce moment de démocratie », en suivant l’orientation donnée par le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, qui, « avec plus de 600 grands élus UDI », à choisi Juppé.

« Nous avons au cours de ces derniers mois rencontré pour vous Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire » et « nous avons échangé sur leurs positions sur les droits et libertés des personnes LGBT », pour l’association, qui ajoute : « Nous n’avons pas souhaité rencontrer les autres candidats. »

Et l’organisation de publier le tableau ci-dessous, qui montre en effet que Juppé, Kosciusko-Morizet et Le Maire, tous trois favorables à l’adoption par les couples homosexuels, sont ses meilleurs alliés, NKM défendant même « la PMA pour toutes » : pourquoi ce sexisme ? pas pour tous ?

primaire-gaylib-juppe

terroristes-migrants-chard

Toujours plus de terroristes parmi les migrants

Selon l’édition de dimanche du quotidien allemand Die Welt, le renseignement allemand (BND) a rendu un rapport confidentiel confirmant que l’Etat islamique entraîne ses terroristes à se fondre dans la masse des demandeurs d’asile et à répondre aux questions des autorités de manière à ne pas éveiller les soupçons. 

Le média public pro-immigration Deutsche Welle (DW) semble lui-même reconnaître ses erreurs et cite une experte en terrorisme islamique, Susanne Schröter qui affirme : « On le savait depuis le début. […] L’EI avait annoncé qu’il enverrait des combattants en Europe par la route que prenaient les réfugiés. A ce moment-là, les politiciens niaient cette éventualité. […] Nos leaders pensaient que si nous admettions qu’il pouvait y avoir des terroristes parmi les réfugiés, cela ferait le jeu des populistes de droite et aggraverait les sentiments anti-migrants. Ils ont donc choisi de bagatelliser, ce qui n’était pas la bonne solution. »

Mais pour ne pas reconnaître s’être trompé sur toute la ligne en harmonie avec le gouvernement allemand, DW cherche à s’en sortir en expliquant à ses lecteurs que la masse des « réfugiés » musulmans accueillis, c’est autant de gens dont la radicalisation sera rendue plus difficile que s’ils étaient restés au Moyen-Orient ! Ceci ne l’empêche pas d’avouer, pour justifier l’intensification du contrôle des communications des simples citoyens par les services allemands, que « la sécurité de l’Allemagne et de ses citoyens ne va plus de soi ». Car ce qui inquiète le BND, outre la présence de djihadistes venus spécialement avec les « migrants » en profitant de l’ouverture des frontières à l’automne 2015, c’est le recrutement de nouveaux djihadistes dans ces mêmes milieux par les musulmans radicaux déjà présents en Allemagne.

C’est ainsi que la police allemande a conduit mardi 200 perquisitions dans tout le pays, pour fouiller les bureaux de l’organisation salafiste « Vraie religion » qui se spécialise dans la distribution gratuite d’exemplaires du Coran et, accessoirement, dans le recrutement de partisans de l’Etat islamique sur le territoire allemand. Le ministère de l’Intérieur a donc annoncé l’interdiction de cette organisation en expliquant que sa traduction du Coran servait à « diffuser des messages de haine et des idéologies contraires à la constitution ».

Mais si c’était un simple problème de traduction du Coran, le BND ne serait pas aussi inquiet de ces centaines de milliers de demandeurs d’asile musulmans arrivés l’année dernière.

Olivier Bault

Article et dessins paru dans Présent daté du 17 novembre 2016

karim-ouchikh

« L’islam doit être mis sous tutelle » affirme Karim Ouchikh

16/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « L’islam est incompatible avec la République : il doit être mis sous tutelle ! », affirme Karim Ouchikh dans une tribune publiée par Boulevard Voltaire. « Ayant grandi dans une famille musulmane avant d’embrasser la foi catholique à l’âge adulte, sans pour autant nourrir la moindre animosité de principe à l’égard de la religion de mes parents, explique le conseiller régional d’Ile-de-France et président du Siel, je mesure avec objectivité et discernement, plus que tout autre peut-être, à quel point l’islam contemporain s’est éloigné, en France, de la pratique religieuse discrète de ses fidèles d’autrefois. »

Parlant d’« islamisation rampante de nos territoires » qui témoignent de « l’impossible assimilation de populations qui occupent notre sol en des proportions toujours plus importantes » comme « de l’installation progressive en France d’une contre-société puissante, liberticide et obscurantiste, qui enracine des coutumes et des modes de vie radicalement étrangers à nos traditions séculaires », il affirme que « l’islam est aussi un système politico-juridique anxiogène qui refuse de soustraire l’espace public à son emprise totalitaire et qui soumet l’individu au poids considérable d’une communauté repliée sur elle-même ».

Karim Ouchikh estime donc que « force est de constater, aujourd’hui, que l’islam politique compromet gravement la cohésion culturelle de notre corps social, suscite parmi nos compatriotes des angoisses identitaires durables et menace les fondements historiques de la civilisation française » :

« À vue humaine, l’islam politique n’est en rien soluble dans la République : il doit donc être mis durablement sous tutelle de la République pour conjurer ses effets profondément déstabilisateurs. »

« En pratique, ajoute-t-il, la République se devra de prohiber l’expression publique des marqueurs identitaires de l’islam (signes religieux ostensibles, tenues vestimentaires prosélytes, abattage rituel) sans avoir à étendre ces interdits aux autres religions présentes sur notre territoire qui, du christianisme au judaïsme, ne présentent aucune menace particulière pour la France ; dans le même temps, l’exercice du culte musulman devra être administré par les pouvoirs publics jusqu’à la parfaite adaptation de ses fidèles aux mœurs et coutumes françaises, ce qui impliquera, d’ici cette échéance lointaine, l’interdiction d’édifier sur notre sol de nouvelles mosquées ou tous autres instituts de culture musulmane, la fin de tout financement étranger du culte musulman, la fermeture immédiate des mosquées portant atteinte à l’ordre public, la sélection des imams formés en France par le seul ministère de l’Intérieur auquel seront soumis les prêches préalablement à leur lecture en langue française, l’expulsion des imams déviants… »

Texte à lire en intégralité ici.

droits-detention-1

EXCLU – Les droits des taulards immigrés ou musulmans, ça c’est important !

15/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Hier 14 novembre, le Défenseur des droits a mis en ligne une plaquette qui explique aux taulards immigrés ou musulmans qu’ils peuvent faire appel à lui pour défendre leurs droits durant leur détention ! Au lendemain du premier anniversaire des attentats islamistes du 13 novembre, voilà une démarche tout à fait opportune !

Dans cette plaquette, que nous publions ci-dessous en intégralité, il est en effet stipulé que tout un chacun, parmi les prisonniers, peut faire appel au Défenseur des droits s’il estime, par exemple, être « victime de discrimination » en raison de son « origine » comme de sa « religion » ou, tout simplement, s’il n’a pas de nouvelles de sa demande… « de renouvellement de sa carte de séjour » !

Un formulaire est même fourni, sur lequel le détenu n’a qu’à inscrire le motif de sa demande et son adresse… carcérale, afin de pouvoir recevoir la visite d’un délégué du Défenseur des Droits

Pas étonnant, après tout, quand on sait que le Défenseur des droits, nommé par François Hollande, n’est autre que Jacques Toubon, qui présidait avant cela la Cité nationale d’histoire de l’immigration, après avoir été ministre de la Culture et garde des Sceaux… de Jacques Chirac.

droits-detention-2

droits-detention-1

terre-soleil-rechauffement

Réchauffement climatique : une étude invalide la thèse officielle

14/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Ce qui n’était qu’une hypothèse vient d’être validé par un important groupe de scientifiques. L’éditeur scientifique Elsevier B.V. a publié le 26 octobre dernier un article attribuant la majeure partie du réchauffement climatique à l’activité solaire. La thèse a été confirmée par les pairs du comité de lecture de Annual Reviews in Control, une des sept revues scientifiques de l’IFAC, fédération internationale regroupant des milliers d’experts en contrôle, automatique et identification des systèmes complexes.

Comment les thèses du GIEC sont‑elles invalidées ? Par l’approche scientifique. La période observée par l’auteur de l’étude porte sur mille ans, quand celle du GIEC ne porte que sur les 150 dernières années. Ce qui élimine les événements millénaires de la période chaude médiévale et du petit âge glaciaire, notoirement corrélés à l’activité solaire. La seconde erreur du GIEC consiste en la confusion entre cause et effet, à propos des courants océanographiques de type El Niño. D’après le scientifique, il s’agit « d’une erreur méthodologique lourde, évidente aux yeux de n’importe quel expert en science des systèmes ».

Comment expliquer la persistance de la cause humaine comme fondement de toute explication du dérèglement climatique ? Dénoncer l’activité humaine comme l’alpha et l’oméga du réchauffement est bien commode pour les mondialistes. Cela valide leur politique malthusienne de régulation de la population mondiale, véritable fondement des grands rendez‑vous, du type COP 21 hier et COP 22 à Marrakech demain. L’homme étant un parasite pour la planète, il est donc légitime de réduire les effectifs, par la promotion de l’avortement, ou encore par des campagnes de stérilisation des femmes, notamment en Afrique. Il est dommage donc que le pape François se soit fait le relais dans son encyclique Laudato Si des fausses thèses du GIEC, démenties depuis.

Etat d’urgence : vers une prolongation jusqu’à la présidentielle

14/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

Le Premier ministre Manuel Valls en déplacement au Royaume Uni a évoqué les mesures d’exception en vigueur depuis les attentats de l’année dernière : « Il est difficile aujourd’hui de mettre fin à l’état d’urgence. D’autant plus que nous allons nous engager dans une campagne présidentielle dans quelques semaines avec des meetings, avec des réunions publiques. Donc, il faut aussi protéger notre démocratie ». Une prolongation qui devrait être effective en janvier.

Comment a réagi la classe politique à cette annonce ?

L’opposition n’est pas unanime quant à cette annonce. Georges Fenech, député du Rhône et président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats 2015 a exprimé ses doutes : « L’état d’urgence a montré toutes ses limites et ne permet plus d’avoir des enquêtes approfondies sur les réseaux djihadistes ». Jean Luc Mélenchon s’est montré, lui aussi sceptique : « Si c’est tout le temps l’état d’urgence, ça veut dire qu’il n’y en a plus. Qu’est ce que ce sera après ? La super urgence ?». En revanche, Bruno Le Maire a salué la décision de Manuel Valls.

A quoi sert réellement l’état d’urgence ?

Son bilan est effectivement controversé. S’il a facilité les perquisitions administratives, permettant la saisie de nombreuses armes à feu, le dispositif n’a pas empêché l’attentat de Nice, où le meurtre du père Hamel, par exemple.
En revanche, il est probable que cet état d’urgence soit un instrument servant les intérêts de l’Etat profond. Un scénario improbable consisterait en l’annulation des élections en cas de force majeure, débouchant sur un gouvernement d’union nationale face à la montée populiste représentée en France par le Front National.

Ils préfèrent embaucher des migrants plutôt que des Français ! – par Fabrice Robert

Source : Les Identitaires – “Ils préfèrent embaucher des migrants plutôt que des Français !”

Le chômage a beau briser les illusions de millions de Français qui galèrent pour survivre dans un contexte de casse sociale, la priorité de certains semble être de trouver un emploi pour des « réfugiés » qui comptent bien s’installer durablement chez nous. Derrière les discours humanistes de façade affichés par quelques multinationales se profile l’espoir d’engranger des bénéfices toujours plus importants. L’ouverture des frontières permet, ainsi, de pressurer les salaires pour mieux engraisser les actionnaires. Aujourd’hui, afin de fuir le manque de reconnaissance et la pression fiscale, de nombreux Français s’exilent pour tenter leur chance ailleurs. Des Français veulent émigrer ? Tant mieux. Plutôt que d’essayer de les retenir en leur offrant d’autres perspectives, remplaçons-les par des immigrés !

L’année dernière, quatre grandes entreprises, toutes cotées en Bourse, avaient lancé un appel à la mobilisation en faveur des migrants : Total, Air Liquide, Sodexo et Michelin. Total n’a pas hésité à signer un chèque de 200.000 euros pour prendre en charge une formation au métier de développeur informatique. Pour soutenir cette initiative, des consultants de la société Accenture auraient, ainsi, travaillé gratuitement tout en donnant des conseils pour rédiger un CV et passer un entretien d’embauche. De son côté, Axa a débloqué un budget d’un million d’euros pour venir en aide aux migrants et les accompagner « en matière de formation et d’insertion professionnelle ». Et BNP Paribas a également annoncé la création d’un plan de soutien de cinq millions d’euros grâce à son fonds Urgence & Développement.
L’objectif est, notamment, d’ouvrir un lieu à Paris pour aider les migrants à trouver un emploi et/ou créer leur propre entreprise.

L’ONG Action emploi réfugiés a, pour sa part, misé sur un site Web qui met en relation les « réfugiés » en quête d’un emploi et les entreprises. « Il n’y a pas de job réservé, ce serait de la discrimination positive, mais un accès facilité aux annonces », a précisé Diane Binder, la cofondatrice du projet. Certes, le site ne fait que mettre en relation des demandeurs avec des employeurs. La plate-forme semble donc difficilement attaquable juridiquement car la discrimination ne peut être prouvée qu’à l’embauche. Mais il s’agit bien, en tout cas, d’un projet destiné à faciliter l’installation définitive de nouveaux immigrés sur notre sol.

Lire la suite

lego

Lego coupe la pub au Daily Mail par solidarité avec les migrants

13/11/2016 – ANGLETERRE (NOVOpress) : La célèbre marque Lego a décidé de ne plus passer de publicité dans le Daily Mail en solidarité avec les migrants ! La société danoise est ainsi la première à se lancer dans le boycottage du grand quotidien conservateur britannique et à répondre positivement à la campagne « Stop funding hate » (« Arrêtez de financer la haine »), qui vise aussi The Sun et The Daily Express.

En France, l’ancienne présidente du Medef Laurence Parisot, qui est propriétaire de l’institut de sondages Ifop et avait déjà commis, avant la présidentielle de 2012, un navrant ouvrage contre Marine Le Pen , s’est publiquement félicitée de cette marque de lutte contre le « populisme ».

On sait maintenant quels jouets on n’est pas obligés d’acheter pour le Noël de ses enfants… #StopfundingLego

Attentats du 13-Novembre : un an après, la douleur d’une mère

12/11/2016 – FRANCE (NOVOpress)
France 24 a proposé une émission spéciale consacrée au 13-Novembre, un an après. Alors que la France vit depuis une période inédite de menace terroriste, ce reportage revient sur les multiples attentats qui ont touché la capitale ce soir-là.

Après avoir fait le point sur l’enquête, France 24 explique comment les victimes et leurs familles tentent de panser leurs plaies, qu’elles soient physiques ou psychologiques, à l’instar de cette mère qui a perdu sa fille au Carillon.


Vu sur Twitter

Un djihadiste ayant exécuté 20 soldats syriens désarmés accueilli dans un foyer de réfugiés en Autriche

Publié le
theo-francken réfugiés

Le ministre belge des Migrations : « Cette crise des migrants n’est qu’un début »

12/11/2016 – BELGIQUE (NOVOpress) : Pour Théo Francken, secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations dans le gouvernement belge, « cette crise des migrants n’est qu’un début ». Dans un entretien à Knack, repris par Le Vif, le ministre (N-VA) explique en effet :

« Si on regarde le développement climatique, la désertification de l’Afrique, les guerres et les conflits partout dans le monde, on ne peut que constater que la pression sur les frontières extérieures de l’Union européenne ne fera qu’augmenter. Cette crise n’est qu’un début. »

Aussi vient-il de proposer une application beaucoup plus stricte de l’accord de Dublin, afin d’en limiter le nombre :

« Nous devons faire comprendre aux réfugiés que prendre un bateau n’offre aucune garantie à un séjour en Europe. »

« À moment donné, explique Théo Francken, huit mille Irakiens ont demandé asile. Ils pensaient vraiment qu’on leur donnerait deux mille euros, une belle voiture et un appartement, et qu’ensuite ils pourraient faire venir leurs familles. Cette illusion leur a été vendue par les passeurs et circulait aussi sur la Toile. En réalité, ils se sont retrouvés dans une caserne au Limbourg ou en Flandre-Occidentale. Mais ils n’avaient évidemment pas payé les passeurs pour ça et donc leur déception s’est répandue comme une traînée de poudre sur internet : “Vous ne devez pas venir, car ce n’est vraiment rien ici.” »

En mai dernier, visitant un centre pour réfugiés, Théo Francken avait s’était vivement agacé du peu de reconnaissance que ceux-ci manifestaient à la Belgique de les avoir accueillis :

« Vous êtes des dizaines de milliers à être entrés dans notre pays en quelques semaines. Ce n’est pas évident pour notre pays, ni pour l’opinion publique. Nous faisons de notre mieux, nous essayons d’assurer un accueil digne. Avoir un peu de reconnaissance serait opportun. »

jean-pierre-pernaut

Marion Maréchal-Le Pen prend la défense de Jean-Pierre Pernaut

11/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Par un tweet publié il y a moins d’une heure, Marion Maréchal-Le Pen a pris la défense de Jean-Pierre Pernaut : « Les soldats du politiquement correct se trouvent une nouvelle cible et attaquent violemment Jean-PierrePernaut : il a osé dire une vérité ! » Le présentateur vedette de TF1 est l’objet d’une vindicte depuis qu’hier, lors du journal de 13 heures, il a eu cette phrase de transition entre le reportage consacré aux SDF à Limoges et les images de centres pour migrants : « Plus de place pour les sans abri mais, en même temps, les centres pour migrants continuent d’ouvrir partout en France. »

Un « dérapage », se sont indignés plusieurs journaux, rappelant que, sur son compte Twitter personnel, Jean-Pierre Pernaut avait déjà qualifié d’« hérésie », en septembre dernier, le projet d’ouverture d’un camp pour migrants entre Versailles et Saint-Quentin, dans les Yvelines.

Aux manettes du 13 heures de TF1 depuis 1988 – il a succédé à Yves Mourousi et Marie-Laure Augry –, Jean-Pierre Pernaut attire chaque jour avec son « JT en sabots crottés révérant les belles régions, les métiers oubliés et la maouche ardéchoise cuisinée comme grand-maman », comme l’écrivit Libération, plein de mépris, plus de 6 millions de téléspectateurs, un record en Europe ! 

deradicalisation-stop-djihadisme

La « déradicalisation » : ça ne sert à rien mais ça peut rapporter gros

10/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Le business de la déradicalisation, qui peut rapporter gros en argent public, est de plus en plus mis en cause pour son inefficacité et son amateurisme, et France Inter vient de publier une enquête tout à fait édifiante sur ce business « pas très sérieux » auquel Manuel Valls a promis d’affecter « plus de 100 millions d’euros, sur trois ans », soit « l’équivalent du budget annuel de l’Elysée ».

« Aujourd’hui, près de 80 structures travaillent sur ce nouveau marché », et la sénatrice écologiste Esther Benbassa s’est indignée auprès de France Inter de ce qu’elle a vu dans le cadre d’une mission parlementaire :

« Plus on avançait, plus on se rendait compte qu’il y avait des associations qui s’étaient engouffrées dans le créneau parce que ça rapporte de l’argent, et que ces associations faisaient n’importe quoi. Je n’aime pas utiliser les mots d’”escroc” ou de “charlatan”, mais je parlerais de gens totalement incompétents ! Qui ne connaissaient pas le sujet du tout ! »

L’élue ajoute :

« Tout le monde peut s’engouffrer parce que ce n’est pas difficile, on donne trois cours d’islam et on fait de la palabre ! On fait d’abord de l’effet auprès de la préfecture ou du département, on se fait ensuite quelques interviews et après on devient la personnalité du coin ! Les médias vous tombent dessus et vous devenez des vedettes. »

On pense ainsi à la Maison de la prévention de la radicalisation, crée en 2014 en Seine-Saint-Denis et « subventionnée par le comité interministériel de prévention de la délinquance et de la déradicalisation (CIPDR) et par la préfecture de police de Paris ». Sa fondatrice, Sonia Imloul, a été depuis mise en examen pour détournements de fonds public. Julien Revial, qui était le numéro deux de cette structure, vient de publier un livre, Cellule de déradicalisation, chronique d’une désillusion (éd. Michalon) et explique :

« Quand je voyais certains articles de presse, je me demandais vraiment si c’était la structure dans laquelle je travaillais ! On parlait de juristes, de “victimologues-criminologues“, de gens avec des compétences très solides, alors que, dans la réalité, il y avait Sonia (Imloul), moi qui n’avait aucune compétence sur ce sujet et la personne chargée du pôle psychologie qui était stagiaire. »

Pour Jean Maillard, vice-président du tribunal de grande instance de Créteil et représentant du syndicat FO Magistrats, les pouvoirs publics ont voulu aller trop vite, l’action a précédé la réflexion.

« Comme on ne sait pas ce qu’est la radicalisation, on sait encore moins ce qu’est la déradicalisation. Donc on est dans l’invention d’un concept dans lequel on cherche à mettre en place des dispositifs avant d’avoir défini ce sur quoi on allait agir. Et quiconque se présente aujourd’hui comme expert en radicalité ou “déradicalisateur en chef” peut se voir attribuer des crédits qui ne vont ni à la police ni à la justice. »

Et c’est ainsi, comme disait Alexandre Vialatte, qu’Allah est grand.

creches-conseil-detat-chard

La décision du Conseil d’Etat : des crèches oui, Jésus non !

creches-conseil-detat-chardLe Conseil d’Etat s’est prononcé ce mercredi, quelques semaines après son rapporteur sur l’affaire des crèches. Deux installations de crèches de Noël, l’une par la commune de Melun, l’autre par le département de Vendée, avaient fait l’objet d’une contestation devant le juge administratif. La vision sereine d’une paix tout enfantine avait rendu nos révolutionnaires malades : la France est laïque, mort au petit Jésus. La Cour administrative d’appel de Paris avait d’ailleurs, en dernier lieu, jugé illégale l’installation de la crèche de la commune de Melun tandis que celle de Nantes avait accepté la Vendéenne. C’est donc le Conseil d’Etat qui avait la charge de trancher, saisi d’un recours en cassation contre ces deux arrêts.

La situation permet effectivement de telles discussions : les Français sont terrorisés par les crèches de Noël et on les comprend aisément.

Le Conseil d’Etat a donc réfléchi et tranché : on peut autoriser certaines crèches, à l’unique condition qu’elles ne rappellent pas le catholicisme. Il fallait oser écrire pareille bêtise, c’est fait.

L’institution rappelle en effet, dans sa décision, l’article 28 de la loi de 1905, « qui met en œuvre le principe de neutralité, interdit l’installation, par des personnes publiques, de signes ou emblèmes qui manifestent la reconnaissance d’un culte ou marquent une préférence religieuse. » C’est la loi, et ce n’est pas nouveau effectivement.

Mais le Conseil d’Etat se permet une lecture d’une souplesse surtout idiote. L’installation d’une crèche est donc légale « si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse ».

Sauf que la crèche sans Jésus, et Jésus sans le catholicisme… En clair, il va être difficile de refuser une « préférence religieuse » à une installation qui est une manifestation claire de l’une des plus grandes fêtes de la religion catholique. Elle est en effet devenue une grande fête dans laquelle se reconnaissent tous les Français, même les moins pratiquants… Peut-être parce qu’il existe – que la libre- pensée me pardonne – quelques racines catholiques dans le pays.

Cette décision du Conseil d’Etat n’a aucun sens mais elle s’explique : la levée de boucliers populaires avait été telle quand certains réclamaient l’interdiction des crèches qu’il fallait bien réagir, le peuple n’étant pas tout à fait prêt à perdre totalement son identité. Alors on en tolère des bribes, sans leur sens… Jusqu’à ce que tout le monde soit perdu.

Marie Pommeret

Article et dessin parus dans Présent daté du 11 novembre 2016

minute-veliocas-mosquees

Joachim Véliocas : « Il y a au moins 320 mosquées radicales en France ! »

09/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « Il a au moins 320 mosquées radicales en France ! », assure Joachim Veliocas dans l’hebdomadaire Minute paru ce matin. Le journal publie un long entretien avec le fondateur de l’Observatoire de l’Islamisation à l’occasion de la parution de son nouveau livre, Mosquées radicales : ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (DMM) (à commander ici). Extraits.

mosquees-radicales-veliocasMinute : Selon le ministère de l’Intérieur, 148 mosquées seraient « radicales ». Comment cette « radicalité » est-elle mesurée et qu’en pensez-vous ?

Joachim Veliocas : Celles-ci, recensées par la DGSI, la Direction générale de la sécurité intérieure, correspondent aux salafistes de type wahhabite, qui boivent les paroles des cheikhs saoudiens, mais bien d’autres sont radicales (au sens d’un retour aux racines médiévales de l’islam).

Ainsi les Frères musulmans de l’UOIF en gèrent environ 200, les islamistes turcs du Millî Görüş (mouvement pro-califat) soixante-dix, et les Turcs rattachés au ministère des Affaires islamiques turcs, une cinquantaine. Cela fait déjà autour de 320 mosquées radicales au sens propre du terme !

Je pense que l’Intérieur minimise le problème dans ses communications aux journalistes pour ne pas effrayer le grand public, car, même dans les mosquées marocaines se prévalant de professer « l’école du juste milieu » (« Manhaj al-Wassat »), terme très mal compris, j’ai écouté un imam justifier par la sunna la lapidation jusqu’à la mort et le djihad dès lors qu’il est ordonné par un gouverneur musulman. Cet imam est le président du CFCM en Lorraine, pas du tout un imam des caves…

[…]

Minute : L’une des grandes questions est celle de la compatibilité de l’islam avec la France. Interrogée sur sa compatibilité avec la République, Marine Le Pen a répondu : « Moi, je crois que oui », évoquant, sans expliquer davantage, « un islam tel que nous l’avons connu, laïcisé par les Lumières comme les autres religions ». Pour Philippe de Villiers, en revanche, « l’islam est incompatible avec la civilisation française ». Et pour vous ?

Joachim Veliocas : Je pense que Marine Le Pen entend que, dès lors que les musulmans n’ont pas de revendications empiétant sur la vie publique, l’islam ne pose pas de problèmes. Mais on voit bien que la loi d’interdiction du voile en 2004 est mal perçue par la majorité écrasante des pratiquants. En fait, l’islam n’était pas « laïcisé » par le passé, il était juste en dormition, et il reprend depuis son réveil ses attributs d’origine.

Sur le fond, pratiqué dans son intégralité, avec l’application de ses volumineux et incontournables traités de jurisprudence, l’islam est en effet incompatible avec notre civilisation basée sur le droit romain et l’art helléno-chrétien.

En Allemagne, la visite d’une église interdite, celle d’une mosquée obligatoire

08/11/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress)
Suivant une tradition annuelle, les élèves de troisième année de l’école élémentaire d’Ebersberg se rendaient tous les ans à l’église communale. Cette sortie scolaire est aujourd’hui interdite. Le directeur a en effet interdit la visite de l’église durant les heures de cours estimant « qu’il n’est pas admissible d’amener des élèves et des parents, qui ne font pas partie de la foi catholique, à subir, à cause de cette visite ».

Cette décision est à mettre en pendant avec celle prise la même semaine dans la commune de Rendsburg. Pour avoir refusé que leur enfant visite une mosquée, dans le cadre d’un cours de géographie, les parents ont été condamnés à une amende de 300 €.