Boutiques pillées par des supporteurs algériens : le Rassemblement National réclame des mesures pour éviter “une humiliation nationale !”

12/07/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Après la victoire de l’Algérie contre la Côte d’Ivoire en quart de finale de la Coupe d’Afrique des nations, des supporters de l’Algérie ont fêté la victoire sur les Champs-Élysées.

Des affrontements ont éclaté entre supporters et forces de l’ordre. Sur l’avenue de la Grande-Armée, deux magasins ont été pillés.

La demi-finale opposera l’Algérie au Nigeria dimanche prochain. Afin d’anticiper le risque de nouveaux incidents, le Rassemblement National demande d’interdire les Champs-Elysées aux supporters algériens.

Dans ce communiqué de presse intitulé “14 Juillet et match de l’Algérie : Christophe Castaner doit éviter une humiliation nationale“, il est notamment possible de lire ceci :

Ce dimanche 14 juillet à 21h00 se jouera la demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations, opposant l’Algérie au Nigéria. Les deux derniers matchs de l’Algérie au cours de cette compétition ont été le prétexte à des débordements et à des scènes de véritables émeutes dans toute la France, et notamment sur les Champs-Elysées.
Loin de n’être que des manifestations de joie de simples amateurs de football comme le décrivent la plupart des commentateurs, il s’agit de véritables démonstrations de force dont l’objectif est de signifier ostensiblement une présence massive et un rejet de la France.



Que sont les Français devenus ?, par Ivan Rioufol

Ivan Rioufol

Que reste-t-il de la galanterie, du respect de la femme, de ces marques d’un peuple éduqué ? Que sont, cher Rutebeuf, les Français devenus ? Depuis le début de l’année, 75 femmes ont été tuées par un mari, un amant, un ami. En riposte, le gouvernement va organiser, le 3 septembre, un “Grenelle des violences conjugales”. Mais la décadence se lit aussi aux insultes qui pleuvent sur les femmes dans les rues, aux mains aux fesses dans le métro ou le bus, aux viols parfois.

Samedi dernier, à Paris, 1 500 personnes se sont retrouvées, place de la République, pour alerter sur cette régression. Toutefois, qu’attendent les femmes qui protestent pour parler clair ? Celles-ci dénoncent un “féminicide”, pour faire comprendre que les tuées l’auraient été parce que femmes. Dans “homicide”, elles entendent “homme”, au lieu d’”humain”. Ces néoféministes imposent au meurtre un mobile – la haine de la femme par l’homme prédateur – qui exclut des sources plus complexes, sociales ou culturelles. Elles obscurcissent les causes.

La paupérisation, la déculturation, l’abêtissement expliquent l’effondrement des mœurs dans bien des familles, y compris bourgeoises. La banalisation de la drogue et de la pornographie contribue à l’ensauvagement des esprits faibles. Or le concept de “féminicide”, non reconnu par le droit mais repris par Emmanuel Macron, ne permet pas de saisir ces situations sociales. Et les protestataires se gardent également de nommer la responsabilité de la culture islamique dans les atteintes sexistes. C’est pourtant cette idéologie virile qui asservit les femmes des cités.

C’est le Coran qui avalise la polygamie, exige de l’épousée qu’elle soit vierge au mariage et de la femme qu’elle se soumette à son mari (“Elles [les femmes] sont votre champ de labour. Allez à votre champ comme vous l’entendez […]“.) C’est la sourate 4 verset 34 qui autorise l’homme à frapper son épouse : “Les hommes ont autorité sur les femmes (…). Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance (…) frappez-les (…)“. Or les féministes baissent les yeux devant cet islam rétrograde.

Réduire la question des violences faites aux femmes à une lutte des sexes, comme le font les fausses rebelles et les militantes de la PMA pour toutes, est un procédé qui occulte les réalités.

Ivan Rioufol

Texte daté du 3 juillet 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Aude Mirkovic : « La prise en charge de la PMA par l’assurance maladie : une grave injustice faite aux malades ! »

Dans une tribune publiée dans Libération, Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, plaide pour un remboursement de la PMA par les mutuelles en plus de l’assurance maladie. Pour Aude Mirkovic, il s’agit purement et simplement d’un acte militant.

Explications dans les colonnes de Boulevard Voltaire.

Le président de la mutualité française, Thierry Beaudet s’est fendu d’une tribune dans Libération.
Il proposait aux mutuelles de couvrir à 100 % les frais liés à la PMA pour les couples de femmes ou les femmes célibataires.
Que pensez-vous de cette initiative ?

Il est facile d’être généreux avec les deniers publics. En l’état, le gouvernement annonce la prise en charge à 100 % de la PMA non thérapeutique, pour des personnes qui ne sont pas en situation d’infertilité. Cette prise en charge à 100 % ne nécessiterait pas de complément de la mutuelle. Il s’agit tout simplement de la promotion de la PMA non thérapeutique. C’est un acte militant.
De plus, chaque mutuelle est libre de faire ce qu’elle veut. Par conséquent, il n’est pas possible de s’engager pour les mutuelles en général.

Si la PMA pour les couples de femmes et pour les femmes célibataires devient complètement remboursable, la PMA ne devient plus un soin, mais une sorte de prestation à la personne.
Il n’y a plus besoin d’être infertile pour avoir recours à une PMA.

C’est pour cela que le projet est vendu comme la PMA pour toutes, les femmes célibataires et les couples de femmes, mais en réalité c’est la PMA pour tout le monde. Les femmes seules et les couples de femmes sont numériquement assez peu nombreux. La cible réelle du grand marché de la procréation est en réalité les couples hommes-femmes fertiles qui sont numériquement les plus nombreux et qui seraient concernés par ces PMA non thérapeutiques.
L’article 1er du projet de loi qui vient d’être transmis au Conseil d’État est clair. Il supprime la condition d’infertilité thérapeutique pour les couples hommes-femmes.

La PMA devient une prestation, elle n’est plus du tout un soin. Y a-t-il un risque que les parents puissent pratiquer des FIV, choisir le sexe ou la couleur des yeux de leur enfant ou encore faire appel à des donneurs ?
S’oriente-t-on vers une espèce d’ultra libéralisation dans un véritable marché de la naissance ?

On s’oriente tout à fait vers cela. Si un couple fertile choisit de recourir à la PMA, ce n’est pas pour avoir un enfant sans plus. Il peuvent le faire tout seul. C’est pour avoir tel enfant qui correspond à tel projet.
D’ailleurs, le projet de loi dans son état actuel ouvre le double don de gamètes. Aujourd’hui, on peut recourir à un don de sperme ou un don d’ovocyte, mais pas les deux à la fois. L’enfant est relié biologiquement à au moins un des parents. Le projet permet donc à des gens de recourir au don de gamètes dans une branche ou dans les deux branches pour optimiser les chances d’avoir un enfant comme ceci ou comme cela.
Ce projet organise forcément la programmation d’enfants plus ou moins sur mesure, le moins imparfait possible si on ne peut pas totalement planifier l’enfant parfait.
D’un point de vue anthropologique, cela pose problème. Cela n’a strictement rien à faire dans les deniers de l’assurance maladie. Que ce soit les femmes célibataires, les couples de femmes ou les couples fertiles hommes-femmes, aucun ne souffre d’infertilité pathologique.
Annoncer la prise en charge par l’assurance maladie de ces PMA est une grave injustice.
L’accès aux soins est de plus en plus minimisé de façon multiple. Des listes entières de médicaments sont retirées du panier des soins remboursables. Le ticket modérateur est augmenté pour de nombreuses maladies. On met fin au remboursement de médicaments considérés comme n’étant pas assez efficaces. Et on s’apprête à prendre en charge des soins qui ne correspondent à aucune pathologie. Cela se fera forcément au détriment de la prise en charge des maladies et donc des malades.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

PMA : un psychiatre lance un cri d’alerte

11/07/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Le pédopsychiatre, Christian Flavigny, travaille à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Dans son essai Le débat confisqué, il s’attaque aux sujets brûlants de la PMA, de la GPA et du “genre” pour débouter les arguments qui ont brouillé les différences entre masculin et féminin et définir les besoins de l’enfant. Un travail indispensable pour éviter de futurs cataclysmes.


Les islamistes, passagers clandestins du progressisme

Le plan stratégique des islamistes consiste à évoluer dans l’ombre des progressistes. Objectif: prendre le contrôle des musulmans du pays. Analyse.

La France accueille cinq ou six millions de musulmans. Prendre le contrôle de cette population est essentiel pour les islamistes et ils ont un plan pour y parvenir. En douter serait sous-estimer leur intelligence et leur capacité à mettre en œuvre une stratégie de long terme.

Le plan stratégique des islamistes consiste à évoluer dans l’ombre des progressistes. Ces derniers ouvrent le chemin tel un char qui avance dans une ville dévastée nommée civilisation française. Le char repousse les attaques des résistants à coups de canon et brûle tout ce qui tient encore debout, vestiges insupportables d’un monde qui doit disparaître. La poussière soulevée après chaque détonation couvre les silhouettes de fantassins qui marchent au rythme du blindé, ce sont les islamistes, une troupe bigarrée où se mêlent les insignes et les uniformes : salafistes, djihadistes, frères musulmans. Ce désordre n’empêche en rien la formation d’un front uni que peu d’entre nous perçoivent, les yeux fixés sur le char et les oreilles bouchées par le bruit des explosions.

La France: une terre à prendre

Passagers clandestins du progressisme, les islamistes se laissent porter par la vague. Le jour venu, ils se retourneront contre le char et ses occupants. Bien malin qui dira quand ce jour adviendra.
Les islamistes mènent une guerre asymétrique, ils s’en prennent au « climat » général de la société qu’ils veulent modifier et non aux forces de l’ordre en particulier. Ils savent qu’ils seront écrasés par les policiers et les gendarmes s’ils s’avisent de prendre les armes pour de bon. Leur stratégie est tout aussi brillante que perfide : elle consiste à démobiliser la jeunesse française en la privant de l’esprit guerrier et de l’estime de soi. Un pays privé de sa jeunesse est un pays à genoux : une terre à prendre. Les jeunes détiennent le monopole de la violence spontanée, cruelle et facile à mettre en œuvre. Toutes les armées du monde le savent.

Culte du pacifisme et «pas d’amalgame»

La jeunesse française, quand elle est bien commandée, est capable de « mettre une raclée » aux djihadistes les plus aguerris au cœur du Sahel ou du Levant. L’islamisme n’aime pas la jeunesse version Arnaud Beltrame. Il lui préfère la jeunesse qui rigole et qui ricane des malheurs de la France. Il aime le rap quand il invite à l’inceste (nique ta mère) ou à brûler le drapeau bleu blanc rouge (nique la France). Il tolère le dealer qui empoisonne les âmes et les muscles de ceux qui sont en âge de changer le monde par la force.

L’islamisme n’a pas peur de la bourgeoisie, il la méprise car il regarde ses chaînes de télévision et mesure le désarmement moral promu par ses affidés : haine de soi, érotisation permanente du réel, bannissement de la punition, culte béat du pacifisme et de la repentance etc. Il se sert d’elle comme d’une grande machine à déradicaliser la société, un mécanisme implacable qui bannit la violence défensive et tolère celle qui vient d’autrui. C’est ainsi qu’après chaque attentat, les Français posent des fleurs sur les lieux du massacre et chantent en cœur « pas d’amalgame ». Toute attaque donne lieu à une cérémonie de « déradicalisation » collective démultipliée par les médias et les leaders d’opinion. L’essentiel est de s’injecter ensemble une dose de repentance, de bonne foi (« ne pas stigmatiser ») et de haine de soi (« l’ennemi c’est l’extrême-droite »).

Pour lire la suite, c’est ici !

La mosquée An-Nour de Mulhouse accueille (encore) un imam radical pro-lapidation

Un symbole : la France condamnée… par le terroriste Abdeslam

Salah Abdeslam est le seul rescapé du commando islamiste qui, le 13 novembre 2015, a tué 131 personnes, et en a blessé 413 autres. Il a obtenu la condamnation de la France par le tribunal administratif de Versailles. Une condamnation certes symbolique. Mais un crachat de plus sur notre pays.

L’Etat de droit est une bien belle chose, et loin de nous l’idée d’en fustiger le principe, mais certaines circonstances exceptionnelles plaident parfois pour une mise entre parenthèses. La déclaration de guerre de l’Etat islamique, les centaines de victimes, en France, les dizaines de milliers de morts dans le monde, ne correspondaient-ils pas à une telle situation ? Nos politiques nous ont dit que nous étions en guerre. Mais le prestigieux tribunal administratif de Versailles ne l’a pas entendu de cette oreille et, par une décision du 24 mars 2017, a donc donné raison au tueur.

L’assassin, qui est incarcéré à Fleury-Mérogis, avait attaqué l’Etat sur ses conditions de détention, et il avait gagné la somme symbolique de 500 euros, les juges ayant estimé que la vidéosurveillance installée dans sa cellule reposait sur une loi qui n’était pas encore votée.

Le plus extraordinaire, dans cette affaire, c’est qu’on ne connaît ce jugement qu’aujourd’hui, à l’occasion de la parution du Journal de Frank Berton (sans lien apparent avec Germaine Berton, la tueuse anarchiste de 1923), l’avocat d’Abdeslam.

La sentence était tellement incroyable, tellement scandaleuse, tellement susceptible de choquer les Français, voire d’orienter leurs votes, qu’elle est apparemment restée secrète jusqu’à ce que, au détour d’une page de ce livre paru en avril 2019, un journaliste du Figaro découvre cette décision, rendue en mars 2017 mais restée inconnue ! Mars 2017, rappelez-vous : nous sommes alors à un mois exactement du premier tour de la présidentielle. Une telle information, divulguée à cette date, aurait pu orienter, au moins marginalement, le vote des Français. Ce type de décision a en effet le don d’irriter fortement. Alors, quelle est l’hypothèse ? Un manque de curiosité des chroniqueurs judiciaires de la totalité des grands médias ?

Le silence sent la manipulation d’information

Le silence fait à l’époque sur cette décision de justice par la classe politico-médiatique sent la manipulation d’information à plein nez. Alors qu’elle était tout entière mobilisée contre une présence de Marine Le Pen au second tour, cette condamnation de la France au profit du pire des tueurs aurait pu faire l’effet d’une bombe. Mais on le voit bien : rendue publique trente mois plus tard, l’information n’est guère commentée que sur un plan technique, juridique, et ne soulève donc pas d’émotion.

Mais il n’y a pas que la dimension immorale de la condamnation de la France qu’il faut retenir, dans ce dossier. Il y a aussi le fait que la vidéosurveillance a pour but de prévenir toute tentative d’évasion, quand ce risque existe. Ce qui signifie que, dans le cas d’Abdeslam, le risque existait, et qu’à bien comprendre la décision de justice, nous aurions dû prendre ce risque d’une évasion, plutôt que de commettre la « terrible » infraction à l’Etat de droit.

Notons enfin que de malheureux militants identitaires sont parfois condamnés à payer plusieurs milliers voire plusieurs dizaines de milliers d’euros pour de pacifiques occupations de chantiers de mosquées ou de locaux du PS, tandis qu’on fait droit aux demandes financières d’un assassin de la pire espèce.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 9 juillet 2019

Le président de la République veut réorganiser “l’islam de France” à l’aide d’une nouvelle structure dénommée l’AMIF

Général de Villiers : une redite, par Philippe Bilger

Le Général de Villiers reste sur la même ligne.

Dans un entretien avec Nathalie Guibert qui le suit avec attention (Le Monde), peu ou prou il répète, en effet, ce que j’avais déjà commenté dans mon billet du 15 décembre 2018 “Le général Pierre de Villiers, le sauveur ?

Un certain nombre de citoyens, dont les Gilets jaunes, n’hésitaient pas à le voir comme un recours et déjà il se défendait de vouloir s’engager en politique.

Il ne dévie pas d’un pouce aujourd’hui puisqu’il affirme : “Je suis là pour conseiller, au service des entreprises et de la jeunesse. Je ne ferai pas de politique politicienne“.

Pour l’essentiel, il confirme qu’il y a “une crise d’autorité et de confiance” en formulant un diagnostic très pessimiste sur l’état de la France qu’il parcourt régulièrement : “se creuse en accéléré un fossé entre ceux qui dirigent et ceux qui exécutent. La crise concerne toute la société: les entreprises, la politique, le sport, les associations, la culture. J’ai trouvé une désespérance. Une inquiétude sur l’avenir du monde, l’état de la France, son avenir“.

Je ne peux m’empêcher de rapprocher ce constat infiniment plus sombre de celui qu’après le Grand débat national le président de la République a tiré de ses rencontres avec les Français. Je n’ai pas l’impression que “la désespérance, l’inquiétude” se soient dissipées et il serait absurde d’induire de la remontée relative d’Emmanuel Macron et de son Premier ministre dans les sondages un apaisement du pays dans ses profondeurs. Il y a l’officiel de la politique et la vie démocratique des tréfonds.

Il y a des effacements apparents – comme celui des Gilets jaunes par exemple – qui ne consacrent pas une authentique accalmie républicaine mais plutôt un malaise, un ressentiment, une révolte à bas bruit. Qui n’excluent pas la régularité de frondes, de revendications ponctuelles légitimes ou indécentes (comme celle d’une fraction de professeurs traitant sadiquement les lycées en attente des résultats du baccalauréat).

Pour le général de Villiers, plusieurs causes expliquent ce délitement mais il cible d’abord, en même temps qu’une “mondialisation de l’indifférence”, “l’éloignement du pouvoir conduisant le citoyen à se sentir totalement perdu”.

Le pouvoir sur lequel il a cette phrase définitive : “On manque de chefs parce qu’on manque de vision”.

Pensée qu’on pourrait d’ailleurs retourner et qui me semblerait plus juste encore : “On manque de vision parce qu’on manque de chefs“.

C’est en effet la pauvreté la plus criante de notre monde et de la France en particulier que cette absence de vais chefs. En tout cas de personnalités qu’on imaginerait bien en chefs. Avec ce mélange de courage et d’intelligence qui, dans un univers désordonné favorisant d’incessantes poussées contre la normalité et la rectitude démocratiques, permettrait précisément d’avoir une vision. Cette dernière étant un regard qu’on porte sur l’au-delà de la quotidienneté politicienne, nationale ou internationale. Une lumière qu’on projette sur le temps d’après.

Cela exige de la hauteur sans arrogance, de la proximité sans familiarité, de la morale sans affectation, de l’ambition pour son pays et pas d’abord pour soi.

Certes le général de Villiers campe sur la même ligne mais une redite n’est pas grave si elle enfonce dans la tête d’un pays ce qui lui manque. Ce dont il aurait besoin.

Philippe Bilger

Texte repris du site Philippebilger.com

Ils venaient « casser du Blanc » à la sortie du collège. Et ils le revendiquent !

Une tête chercheuse nommée Marie Gaussel, une dame « chargée d’étude et de recherche au service veille et analyse de l’Institut français de l’Éducation » (si si, ça existe), nous gratifiait, dans Le Monde de l’Éducation du 2 juillet, du fruit de ses cogitations sur un sujet nouveau : les adolescents et leur physique.

Son papier tourne autour de ce problème épineux : « Quelle place pour le corps adolescent au collège ? »

D’emblée, je dirais pas assez (de place). C’est vrai, il faut avoir eu devant soi une assemblée de grands échalas vautrés sur des chaises trop petites, les jambes étirées dans l’allée parce qu’elles ne tiennent plus sous la table, pour comprendre la douleur de l’adolescent moyen. Surtout quand il vit la tête penchée pour mieux cacher, derrière ses mèches rebelles, un visage guetté par l’acné. Alors Mme Gaussel l’affirme : « En 2019, le corps de l’élève peine encore à être reconnu comme un élément central dans les processus d’apprentissage. Il est en fait encore perçu comme un élément séparé de l’esprit à éduquer » – la tête et les jambes, en somme –, « selon la conception héritée de Descartes qui distingue deux substances dans la constitution des êtres humains. » Elle aurait même pu mettre les pieds à part, mais bon, je ne voudrais pas faire de la pub aux Nike™, Adidas™ et consort.

La réflexion de Mme Gaussel va très loin ; c’est là où l’on comprend pourquoi elle est une tête chercheuse officielle des sciences de l’éducation. Ainsi, ayant bien réfléchi, elle n’hésite pas à affirmer que « les gestes, les mouvements qui nous paraissent ordinaires ou allant de soi, comme la marche, la nage, sont en réalité le reflet d’une éducation qui institue les façons dont les êtres humains apprennent à se servir de leur corps ». D’où l’on pourrait sans doute déduire que le petit humain, élevé comme Tarzan chez les singes, devient singe ; ou bien que, nageant, il se fait poisson. La preuve par le sexe, cette fadaise, poursuit la dame : « C’est d’ailleurs comme cela que se développent les stéréotypes de genre qui impactent les adolescents. »

Ben oui, sans construction sociale discriminatoire et genrée, nous serions tous des escargots. Je parle, bien sûr, ici, de parthénogenèse. En conséquence de quoi « le biologique et le psychique semblent donc bien interagir de façon bidirectionnelle et indissociable », dit-elle.

Cette analyse pointue me laisse perplexe, vous l’aurez deviné, d’autant qu’un fait divers vient mettre un peu de pagaille dans cette savante démonstration.

Il s’agit de quatre adolescents âgés de 11, 12 et 13 ans, parfaitement monodirectionnels ceux-là, qui ont été interpellés mardi aux abords d’un collège privé de Valence, dans la Drôme. « Blacks et Beurs », nous dit la presse locale, et là encore parfaitement sûrs de leur couleur et de leur testostérone naissante, ils venaient « casser du Blanc » à la sortie de l’institution Notre-Dame. Leurs propos exacts : « Casser du gwer », mot « dérivé du terme arabe gaouri qui désigne le blanc », précise France Bleu.

Très à l’aise dans leur corps, là encore, et n’en déplaise à Mme Gaussel, ces gentils adolescents se faisaient la main depuis le printemps, au point que les patrouilles de police avaient été « renforcées » (sic). Je ne crois pas me souvenir que la police patrouillait à nos sorties d’école, mais une fois encore, ces temps ne sont plus… Leurs passe-temps sportifs étaient bien rodés : « Avec un groupe d’une dizaine de copains qui les regardaient faire, ils repéraient au hasard un élève rentrant chez lui à pied après les cours. Et ils s’en prenaient à lui. Crachats, gifles, parfois coups de pied et coups de poing… »

Pourtant, Mme Gaussel, rousseauiste dans l’âme, en est sûre : l’enfant est une page vierge que la société corrompt. Aussi, dit-elle, « un travail sur les représentations du corps devrait être mené au collège par les enseignants ».

Quand ils auront fini de corriger les copies du bac, peut-être ?

Marie Delarue

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

La faillite totale du baccalauréat

Le baccalauréat ? En veux-tu, en voilà ! Il est un peu aujourd’hui à l’image de la nationalité française, bradé, un bout de papier qui ne signifie plus grand-chose, et pour lequel il ne faut pas déployer de grands efforts, une sorte de passe Navigo de la citoyenneté.

Mais le baccalauréat est gage de la réussite du modèle d’une certaine société française, de l’excellence de son incomparable Education nationale, de son art d’intégrer les populations allogènes assoiffées de sa culture. Alors, on le donne ; alors, chaque année, comme le niveau général des étudiants baisse, on baisse la barre. Ainsi, deux courbes grimpent vers les sommets tout en se contredisant : celle de l’illettrisme, qui atteint près de 10% – « Les acquis en lecture sont très fragiles pour 9,6% des jeunes Français de 17 ans qui, faute de vocabulaire, n’accèdent pas à la compréhension des textes », tandis que 4,1% d’entre eux sont en situation d’illettrisme selon les critères de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) – , et celle de ce diplôme national sanctionnant la fin des études secondaires, qui représentait encore quelque chose il y a un cinquantaine d’années, et qui avoisine aujourd’hui un taux de réussite de près de 90%. Mais, mai 68 est passé par là, et le baccalauréat a pris depuis le statut d’un droit. Droit à la participation à des études supérieures, droit à partager le mirage de l’égalité des chances pour tous.

Et puis, comme si tout cela ne suffisait pas à juger de l’état de santé de ce grand malade, le baccalauréat est devenu le lieu d’une foire d’empoigne où sévissent irrégularités, « fuites », tricheries, prises d’otages par rétention de copies, de notes ou de sujets interposés, par des groupes de professeurs défendant leurs intérêts corporatistes.

Qu’il est loin le baccalauréat de Napoléon de 1808 qui visait à l’excellence, qu’il est encore plus loin celui du XIIIe siècle, qui naquit avec l’apparition de l’université de Paris. De nos jours, les candidats ne sont plus jugés sur leurs connaissances, sur leur façon de raisonner, mais sur leur conformité à un modèle politiquement correct ; il n’est que de voir parmi les sujets distribués ces dernières années : « La morale est-elle la meilleure des politiques ? » ; « Le travail divise-t-il les hommes ? » ; « Défendre ses droits, est-ce défendre ses intérêts ? » ; « Peut-on se libérer de sa culture ? » ; ou encore, des textes à commenter de grands penseurs comme Sigmund Freud, ou du philosophe militant homosexuel Michel Foucault.

Dernier exemple en date, le sujet philosophie du bac S 2019 : « La pluralité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ? » ; sujet immédiatement reformulé par le corrigé publié en ligne par l’Obs : « A l’heure où les nationalismes grondent et les hommes s’enferment dans leurs bulles, devons-nous abandonner le multiculturalisme qui caractérisait le monde moderne ? Devons-nous régresser sur ce point ou devons-nous rechercher une culture universelle qui transcenderait les particularismes ? » Et dire qu’il y en a encore pour se poser des questions…

Xavier Darc

Article paru dans Présent daté du 3 juillet 2019

Projet de loi Avia : «La crainte est qu’il y ait une atteinte à la liberté d’expression et d’information»

03/07/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Découvrez cet entretien avec Marc Rees, rédacteur en chef du site internet Next INpact.

Pour RT France, il livre son analyse du projet de loi Avia, qui doit être examiné à l’Assemblée nationale. Cette loi obligerait les réseaux sociaux et moteurs de recherche à retirer les “contenus haineux” sous 24 heures.


Avortement et Hollywood : Clint Eastwood ne cède pas au terrorisme intellectuel

Le réalisateur de La Mule ne semble pas se préoccuper des protestations de ses collègues acteurs et réalisateurs à propos de la loi du «battement de cœur». Cet arrêté extrêmement sévère sur l’avortement a été signé par le gouverneur républicain de Géorgie Brian Kemp en mai dernier, entraînant une grande vague de protestation.

Plusieurs dizaines de célébrités du cinéma américain, dont Ben Stiller (Zoolander), Alec Baldwin (Beetlejuice) et Alyssa Milano (Charmed), lui ont écrit, le prévenant qu’elles ne pourraient plus travailler «en toute conscience» en Géorgie si la loi était promulguée. Une énorme perte pour l’État qui est devenu au fil des années une destination populaire pour les tournages.

Clint Eastwood n’a pas l’intention de pas prendre part à ce mouvement et semble bien décidé à tourner son nouveau film The Ballad of Richard Jewell dans cette région. Une décision motivée par le réalisme qu’il veut insuffler à son œuvre. Un porte-parole de la Warner Bros a déclaré à IndieWire: «Nous avons pris la décision de raconter cette histoire fascinante – basée sur des personnes et des événements réels – dans les lieux où elle a eu lieu, c’est-à-dire à Atlanta et ses environs. Comme toujours, nous avons travaillé en étroite collaboration avec nos partenaires de production pour déterminer comment et où tourner ce film, afin de refléter au mieux l’authenticité du récit.»

Texte repris du site lesalonbeige.fr

Burkini : et si l’État faisait enfin son boulot ?

Dans sa livraison du 20 juin dernier, Le Point consacrait son dossier à la montée de l’islamisme dans l’administration, les transports, l’école, le secteur associatif…

Dans le volet consacré au sport, on apprend ainsi qu’à Lyon, « une association propose un club de fitness pour femmes en burqa », ou qu’à Toulouse, un autre recrute en diffusant « des vidéos de sport en voile intégral ». Certaines fédérations ont bien tenté d’alerter l’État sur la dérive communautariste, en vain… Quant aux services de police concernés, ils font état d’une situation alarmante, citant en exemple ces « clubs de foot qui font la prière avant, après ou pendant le match », quand ils n’affichent pas carrément leur militantisme sur le maillot…

Si ça prêtait à sourire, on dirait en plaisantant que les islamistes avancent voilés. Hélas, ça n’est pas une boutade. La preuve par Grenoble et ses piscines ciblées par l’offensive « burkini ».

Pierre Mylestin le disait ici, ce lundi : « Comme il y a des frères d’armes, il y a des sœurs de burkini. » Et comme il le dit encore, « d’accommodements raisonnables en soumissions déraisonnables », nous nous laissons imposer insidieusement, méthodiquement, patiemment, le changement de nos modes de vie, de notre culture, de nos mœurs ; en un mot, cela, au nom d’une tolérance dévoyée.

Peur de déplaire, haine de soi, compromission, lâcheté… on cède chaque jour un peu plus et, comme la digue dont on ne répare jamais les brèches, arrivera le jour où une vague un peu plus forte l’emportera…

Pour l’heure caniculaire que nous vivons, l’agitation se fait autour des piscines. Particulièrement à Grenoble où quelques femmes prétendent goûter aux joies de la baignade bien emmaillotées dans leur burkini. Revendication derrière laquelle on aurait tort d’imaginer la moindre menée communautariste, assurent-elles.

Après l’épisode de la semaine passée – invasion en force et évacuation consécutive sous le regard complice de la presse invitée pour l’occasion –, elles sont revenues, entourées d’idiots utiles, « pour calmer le jeu » (sic) et tenter de convaincre les baigneurs du dimanche. Elles ont, nous dit l’AFP, « reçu de nombreux soutiens ». Dans le spectacle, on appelle ça « la claque ».

Le directeur de l’Alliance citoyenne à Grenoble, un certain Adrien Roux, qui, lui, ne se baigne sûrement pas en costume trois pièces, le dit sans ambages : « On veut s’inscrire maintenant dans le temps long. » Comprenez : c’est parti pour durer jusqu’à ce qu’on obtienne gain de cause.

Le maire Éric Piolle, qui dénonce de son côté « la stratégie du choc des professionnels du développement communautaire et des religieux politiques », en a après l’État. Reproche au Premier ministre, à sa secrétaire d’État Marlène Schiappa et son ministre Nicole Belloubet d’être entrés dans la polémique en offrant un écho démesuré à une opération locale de propagande. Il en appelle donc à Emmanuel Macron et lui demande de trancher : « Est-ce que le gouvernement veut ou pas que la piscine devienne, comme l’école, un sanctuaire qui soit protégé du religieux, et donc avoir un regard qui est contraire, aujourd’hui en tout cas, aux regards de l’Observatoire de la laïcité et du Défenseur des droits ? »

Car c’est bien là le cœur du problème : l’incapacité à définir une règle, à s’y tenir, à la faire respecter. Et comme le déplore Éric Piolle : « Ce n’est pas aux 36.000 maires de définir l’égalité face aux lois de la République. »

On a fait une loi sur le port du voile, elle n’est pas respectée. On a dans les piscines des règlements stricts qui reposent sur des règles d’hygiène : qu’on les respecte. C’est simple.

La maladie qui nous ronge se résume d’une phrase : on pond des lois, au nom des grands principes, qu’on refuse d’appliquer, au nom des grands sentiments.

Les civilisations sont mortelles. La nôtre est bien mal en point.

Marie Delarue

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Grand remplacement en Europe. L’Allemagne face à sa folie immigrationniste

Polémia continue son tour d’Europe du Grand Remplacement. Après avoir étudié l’emblématique cas de la Suède puis l’inquiétante submersion démographique de la Belgique, l’espoir d’une réaction politique au Danemark et enfin le désastre multiculturel britannique… c’est au tour de l’Allemagne d’être étudiée par Paul Tormenen. La situation y est – comme partout en Europe de l’Ouest – désastreuse.

Si l’Allemagne a connu plusieurs vagues migratoires au cours son histoire récente, la crise de 2015 est inédite dans la transformation du pays qu’elle entraîne. La décision de la chancelière Angela Merkel d’ouvrir les frontières aux migrants du Proche-Orient et d’Afrique est, encore maintenant, lourde de conséquences, y compris en France. En réaction, une prise de conscience populaire et politique est en train d’émerger.

Des mouvements migratoires importants

L’immigration de travail a commencé à être organisée de façon significative par le gouvernement allemand à partir des années 1950. En recherche de main-d’œuvre, l’industrie a recruté des Turcs, des Italiens, des Portugais, des Grecs et des Yougoslaves. En 1966, le regroupement familial a été autorisé(1). En 1973, l’Allemagne de l’Ouest comptait près de 2,6 millions d’étrangers. Dans les années 1980, suite à la chute du mur de Berlin, ce sont près de 3 millions d’allemands de l’est qui se sont installés à l’ouest.

Le tournant de 2015

Mais c’est surtout ladite « crise des migrants » qui a, dans l’histoire récente, le plus changé la physionomie de la population allemande. Une crise que l’on peut aussi qualifier de crise politique due à une absence de volonté de maîtrise des frontières.

En août 2015, les autorités allemandes ont annoncé être prêtes à accueillir 800 000 demandeurs d’asile dans l’année (2). Le 2 septembre, la photo d’un enfant syrien mort noyé, Aylan, est publiée dans les médias. L’objectif est à peine caché : faire accepter aux européens les mouvements de populations extra-européennes parmi les plus colossaux de l’histoire (3). La frontière avec l’Autriche est ouverte sans aucun contrôle. Des centaines de milliers d’étrangers la franchissent. Le 13 septembre, dépassé par le flux migratoire qu’il a suscité, le gouvernement allemand décide de fermer temporairement sa frontière avec l’Autriche. Si l’accroissement de l’immigration vers l’Allemagne a commencé de façon significative en 2008, l’année 2015 marque un niveau inégalé (4).

En termes de nombre d’arrivées d’immigrants, les chiffres sont impressionnants: 884 000 en 2014, 1,5 million en 2015, 1 million en 2016, 917 000 en 2017 (5).

En avril 2018, l’Office fédéral allemand de la statistique présentait les derniers chiffres collectés (6) : sur les 82 millions d’habitants en Allemagne, 1 sur 8 est étranger. Sur les 13 millions d’habitants nés à l’étranger, 7,7 millions viennent d’un pays non européen (7).

Plusieurs indicateurs témoignent de la transformation de la population :

42 % des enfants de moins de 6 ans seraient issus de l’immigration, selon des statistiques officielles (8)
1 enfant sur quatre né en 2016 a au moins un parent étranger,
Dans certaines grandes villes, les écoles primaires ont des élèves qui en majorité maîtrisent peu ou pas du tout l’allemand : Berlin à 43 %, Brème à 41 %, Hambourg à 22 % (9),
Le nombre de musulmans dans le pays est estimé entre 4,4 et 6,2 millions (10).

Les migrants, des médecins et des ingénieurs syriens ?

Au plus fort de la crise des migrants, un intense battage médiatique a voulu nous convaincre que les migrants récemment arrivés en Allemagne et plus largement en Europe étaient diplômés et qualifiés (11). Or, les caractéristiques de l’accueil des migrants « organisé » en 2015 par la chancelière Merkel -précipité, indifférencié et massif – ont eu plusieurs conséquences.

Alors que l’ouverture des frontières était censé répondre à une situation d’urgence (guerre en Syrie), et plus certainement à un besoin de main-d’œuvre de l’économie allemande, beaucoup d’étrangers en ont profité pour s’introduire dans le pays et ont invoqué l’absence de pièce d’identité (12). C’est ainsi qu’en juillet 2018, l’Allemagne dénombrait 200 000 demandeurs d’asile nés… un premier janvier (13).

Lire la suiteGrand remplacement en Europe. L’Allemagne face à sa folie immigrationniste