Le vrai projet d’Erdoğan : islamiser l’Europe !

En mars 2018, quand le député Alpaslan Kavaklıoğlu, éminent membre de l’AKP, parti au pouvoir en Turquie, celui d’Erdoğan, déclara : « La population musulmane sera plus nombreuse que la population chrétienne en Europe dans 20 ans… numériquement, les musulmans sont l’avenir de l’Europe », nous fûmes nombreux à nous interroger sur les relents christianophobes de ce type de déclaration. Mais à cette époque, il ne fallait pas trop contrarier les pontes de la sphère musulmane sous peine d’être accusé d’islamophobie, de nationalisme, de xénophobie, mais, pire, d’être un partisan de la théorie inexistante du Grand Remplacement. Aujourd’hui, force est de constater que la prévision de cet élu islamiste turc est bel et bien en train de se réaliser sous nos yeux, avec l’aide de nos leaders politiques, l’islamisation de l’Europe est en marche, sous la férule de la Turquie.

Les islamistes n’ont jamais accepté la chute de l’Empire ottoman et la fin du califat avec la proclamation de la République turque laïque par Mustafa Kemal en 1923. Comme l’a écrit Alexandre del Valle, dans la Stratégie de l’intimidation, c’est pour s’opposer à ce qu’ils considéraient comme une trahison dans le monde musulman que beaucoup de mouvements panislamistes ont vu le jour, à l’instar de la confrérie fondée en Égypte par Hassan al-Banna, en 1928, les Frères musulmans.

Le 15 octobre 2018, face aux muftis des régions, Erdoğan déclarait : « Il y a un seul pays capable de présider le monde musulman, de par son histoire et de par sa position stratégique, c’est la Turquie. » Il n’y a donc plus de doute dans sa stratégie, d’autant plus qu’il ne cache même plus ses ambitions, la Turquie installe sa base militaire la plus importante en Somalie, envoie des forces en Libye, prend position sur les lois européennes d’interdiction de port du voile, s’offusque quand un acte antimusulman est commis en Europe, finance des mosquées, encourage la promotion sociale dans les cités des grandes villes européennes par un entrisme islamique important, mobilise les réseaux sociaux avec des gardiens de la cause islamiste, bref, la Turquie est dans tous les coups et son président joue à fond chacune des cartes qu’il sort.

À la faveur de la crise à la frontière gréco-turque, les Européens ont dénoncé le non-respect des engagements de la Turquie de prendre en charge, sur son territoire, les réfugiés qui ont fui la Syrie, en retour d’un certains nombres d’accords avec l’Union européenne, notamment des aides financières.

Erdoğan sait ce qu’il fait, sa stratégie est claire, les réfugiés qui sont en Turquie sont majoritairement de religion musulmane, il va les utiliser chaque fois, de gré ou de force, pour combler le déficit démographique de l’Union européenne. Le pompon, pour lui, c’est qu’en plus, il en retire un bénéfice financier. Que demander de plus ?

Marine Le Pen a dénoncé la stratégie d’Erdoğan, stratégie en adéquation avec les objectifs d’islamisation de l’Europe, mais comme toujours, la bien-pensance brandit ses répliques favorites : populisme, fascisme, islamophobie, racisme, etc. En France et au sein de l’Union européenne, qui aura le courage, comme elle, de reconnaître qu’en vérité, Recep Tayyip Erdoğan veut ressusciter le califat et que l’Europe devienne musulmane. Si on ne fait pas ce bon diagnostic, on continuera à appliquer le mauvais remède dans ce bras de fer que nous subissons.

Verlaine Djeni

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

I-Média – Grèce : révolte populaire contre l’invasion

09/03/2020 – FRANCE (NOVOpress)
L’image de la semaine dernière, c’est celle des affrontements entre migrants et grecs.

Entre la réaction populaire sur l’île de Lesbos et les affrontements entre garde-frontières et envahisseurs, il y a comme un air de bataille des Thermopyles aux frontières de l’Europe !


287 cas de radicalisation islamiste “d’agents publics” détectés en cinq mois

Parmi eux, 110 signalements ont été effectués dans la police, aboutissant à deux mises à l’écart.

Le chiffre est inquiétant. Ce jeudi 5 mars, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a fait le bilan des cas de radicalisation islamiste chez les agents publics, depuis l’attentat de la préfecture de police du 3 octobre dernier, rapporte notamment Le Figaro. D’après le décompte de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), « 287 signalements » ont été effectués.

« L’essentiel » des signalements classés sans suite

Parmi ces nombreux cas, plus d’un tiers concerne des policiers. En tout, « 110 cas » ont ainsi été signalés dans la police. Et sur ce total, « 73 cas ont été classés » et seulement « deux agents ont été écartés ». Christophe Castaner était auditionné par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, menée par le député LR Éric Ciotti, sur les dysfonctionnements ayant conduit à l’attaque de la préfecture de police. Il a insisté sur le fait qu’un « signalement de radicalisation était une suspicion » et qu’une « suspicion ne valait pas radicalisation ». Le ministre a également souligné que « l’essentiel » des signalements était classé sans suite. Ces signalements ont été recensés par l’état-major de la DGSI et portent sur « les agents publics au sens large », dont ceux travaillant dans les transports.

Pour lire la suite, c’est ici !

Hambourg : une musulmane autorisée à venir en classe avec son voile intégral

06/03/2020 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Une adolescente de seize ans, convertie à l’islam en 2017 et scolarisée dans une école de Hambourg, se rend depuis un an à l’école avec son niqab, voile intégral couvrant le visage, à l’exception des yeux.

Malgré les nombreuses tentatives du personnel de l’école de convaincre la jeune fille de retirer son voile en classe, celle-ci a toujours refusé et devait donc suivre les cours dans une pièce voisine, séparée de ses camarades.

Les autorités scolaires ont fini par demander à la mère, également convertie à l’islam, de s’assurer que sa fille se découvre le visage en classe, sous peine d’une amende de 500 euros. La mère a fait appel de la décision et a obtenu raison, il n’existe en effet aucune base juridique dans la loi scolaire de Hambourg, interdisant le port du voile intégral en classe, contrairement à d’autres régions comme la Bavière et la Basse-Saxe qui ont déjà adopté de telles dispositions. L’écolière, qui travaille en parallèle dans un magasin de vêtements arabes, rencontre aussi des problèmes avec la ville mais selon elle, ce ne serait pas le niqab qui pose problème, mais la ville.


Coronavirus: entre précaution et lâcheté, par Maxime Tandonnet

Où s’arrête le principe de précaution? Où commence la lâcheté? Il est question d’individus en région parisienne qui ne prennent plus les transports en commun, métro et bus, ou ne se rendent plus dans les magasins ou les marchés, les réunions ou les spectacles. Les petits masques blancs fleurissent dans la rue. Entre amis, il n’est même plus question de se serrer la main. Des scènes hallucinantes de racisme envers des personnes d’origine asiatique, dans le métro, m’ont été rapportées de source sûre (même si je n’y ai pas assisté).

Les voyages à destination de pays, guère plus touchés que la France, s’effondrent. Et puis, une floraison d’absurdités: le semi-marathon est interdit mais les matchs de football – sacré ballon rond – autorisés. Il faut dire que les enjeux financiers ne sont pas les mêmes… Quand on annule le salon du livre, quand on ferme les musées et quand on interdit l’accès à des écoles, la peur l’emporte sur la littérature, la culture et science. Il serait même question dans certaines conversations, d’envisager un report des élections municipales. Des juristes estiment qu’il n’y aurait là rien de choquant.

Combien de millions de morts, de deuils et de souffrances indicibles, lors des guerres mondiales, pour défendre la démocratie et le droit de vote? La phobie d’un virus, aussi contagieux et dangereux soit-il, serait-elle donc assez forte pour faire reculer le suffrage universel? Et après, dans cette même logique, demain, toute épidémie de grippe – qui fait de nombreux morts aussi – justifiera-t-elle de suspendre la culture, la démocratie, la vie quotidienne?

Il n’existe pas de liberté sans risque. Celui-ci est réel et comparable à celui d’une grave épidémie de grippe dans ses formes les plus dangereuses. Cependant, le principe de précaution ne justifie pas tout. Quand il dégénère en lâcheté, individuelle et collective, c’est la liberté qui est menacée.

Maxime Tandonnet

Texte repris du blog de Maxime Tandonnet

Éric Zemmour : “Aissa Maiga et les décoloniaux sont de vrais racistes”

04/03/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Éric Zemmour est revenu sur la 45e cérémonie des César. Sur CNews, l’écrivain et essayiste n’a pas manqué de tacler l’actrice Aïssa Maïga qui s’est illustrée durant la soirée de remise de prix, avec un discours sur le racisme et la discrimination dans le monde du cinéma français…

Découvrez la 1ère partie de l’émission “Face à l’info” du 2 mars 2020.


Islamisation, comment la France s’est soumise

L’arabe à l’Ecole pour nos enfants ? Tout est prévu !

La langue arabe sera-t-elle de plus en plus présente dans l’Education nationale ? Un fantasme pour certains… Mais Claude Meunier-Berthelot démontre que le risque n’est pas éloigné.

A la rentrée scolaire 2018, Monsieur Blanquer s’est produit au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, où il a parlé de « relancer » (sic) l’apprentissage de la langue arabe, se faisant le fervent défenseur de cette langue : « L’arabe est une langue très importante comme d’autres grandes langues de civilisation : chinois, russe… il faut développer ces langues, donner du prestige à ces langues, c’est particulièrement vrai pour l’arabe qui est une très grande langue littéraire qui doit être apprise pas seulement par les personnes qui sont d’origine maghrébine ou de pays d’origine arabe. […] Donc, c’est toute une stratégie qualitative vis-à-vis de la langue arabe que nous allons mener.… A la place de l’apprentissage de l’anglais, cela peut être l’apprentissage de l’arabe en CP… »

Dans son discours, il est remarquable de noter que Jean-Michel Blanquer ne désigne absolument pas le français comme « grande langue de civilisation » et ce n’est pas anodin : il fait tout pour éradiquer la culture française, notamment par le fait de l’absence de littérature française dans les programmes pour nos enfants et ce, dans la continuité du discours délirant de Macron qui nous assène sans vergogne que « la culture française n’existe pas » !

Par ailleurs, il est à noter qu’il ne s’agit pas de « relancer » (sic) l’apprentissage de la langue arabe mais plutôt de la généraliser.

En effet, les E.L.C.O – Enseignement de Langue et de Culture d’Origine – 65 % en arabe, 18 % en turc – ont été créés dès les années 70 pour s’adresser aux élèves issus de l’immigration, dispensés hors du temps scolaire à raison de 1h30 à 3h par semaine à partir du CE1.

A la rentrée 2016, cet enseignement concernait 80 000 élèves en école primaire, 5 000 en collège et mobilisait 850 professeurs en exercice.

Les ELCO sont devenus des E.I.L.E

Il ont été transformés en E.I.L.E. – Enseignement International en Langues Etrangères – par Najat Vallaud-Belkacem, ouverts à tous, avec des exigences renforcées dans le contenu de l’enseignement et dans le recrutement des enseignants, lesquels sont originaires des pays concernés et désormais intégrés à l’équipe pédagogique.

Les cours de langue et culture d’origine ont donc été remplacés par des cours d’arabe, langue toujours appréhendée à travers la lecture du coran : il s’agit donc en même temps d’un enseignement religieux… dans une école dite laïque… cherchons l’erreur !

Le journal Le Monde du 3 février 2016 révélait dès cette époque, l’existence d’environ 100 E.I.L.E. sur le territoire national pour des élèves regroupés en dehors de la classe, E.I.L.E appelés dès lors, à être intégrés aux activités périscolaires sans l’avis des parents, avec une généralisation du dispositif à la rentrée 2018.

Par ailleurs, selon le site « Eduscol » du 6 avril 2016, un programme commun de langue arabe a été élaboré par les trois pays du Maghreb : Algérie, Maroc, Tunisie, et une évolution a été engagée pour permettre que cet enseignement devienne un cours de L.V.E. (Langues Vivantes Etrangères) au même titre que les autres langues et dispensés aux élèves sur le temps scolaire.

La circulaire de rentrée du 13 avril 2016, indiquait d’ailleurs expressément que l’enseignement en langues et cultures d’origine (ELCO) évoluait vers le dispositif E.I.L.E – enseignement international de langues étrangères – dans le premier degré, dispensé en plus des 24 heures de cours, ouvert à tous les élèves volontaires de CE1, quels que soient l’origine, la nationalité et le niveau linguistique de départ, la continuité étant assurée dans le cadre des dispositifs bi-langues au niveau du collège.

Pour lire la suite, c’est ici !

Zones de non-droit : « la menace d’embrasement est encore plus forte »

03/03/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Ancien préfet et Directeur pour l’intégration, Michel Aubouin a travaillé au cœur de l’Etat. Pendant 40 ans, il a vu petit à petit des quartiers entiers rompre avec la République.

Près de 10% de la population française vit aujourd’hui dans de telles enclaves. Michel Aubouin a quitté ses fonctions pour dénoncer cette situation. L’équilibre national est au bord de la rupture, dit-il. Un entretien choc.


Les 4 mensonges de Jack Lang face à Eric Zemmour, par Clément Martin (Les Identitaires)

Jack Lang était sur le plateau de Cnews le mardi 25 février. Venu présenter son livre « La langue arabe, trésor de France », l’ancien Ministre a débattu avec le polémiste Eric Zemmour et crée la controverse en usant de nombreuses falsifications historiques. En effet, ce dernier a prononcé au moins 4 mensonges.

L’alliance de François Ier avec l’Empire Ottoman n’était pas « magnifique » mais contre-nature

L’ancien Ministre de la Culture s’est fait le chantre de la fameuse « alliance de revers » entre François Ier et Soliman le Magnifique, le Sultan de l’Empire Ottoman. Cette décision du Roi de France était pourtant largement critiquable. A cette époque, les Ottomans menaçaient l’Europe constamment. Vienne sera d’ailleurs assiégée en 1529. Nice et Toulon, possessions de Charles Quint avec qui François Ier est en conflit, seront également attaqués par les galères de combats ottomanes. Plus de 2500 prisonniers européens seront faits, aussitôt revendus sur les marchés aux esclaves en Orient. Le roi de France permettra aux Ottomans d’établir leurs quartiers d’hiver dans le Var afin d’utiliser cette base arrière pour harceler l’Espagne. Aux environs d’Antibes, ce seront plus de 300 enfants et religieuses qui seront enlevés par les troupes de l’Empire Ottoman. A Toulon, la cathédrale Sainte-Marie-Majeure sera convertie en mosquée, le son des cloches remplacé par l’appel du muezzin.

Bonaparte n’était pas fasciné par l’Orient mais par le conquérant Alexandre

Par la suite, Jack Lang a tenté de faire passer le général Bonaparte pour un admirateur de l’Orient lors de sa conquête de l’Egypte de 1798 à 1801. Zemmour lui fera aussitôt remarquer qu’il n’en était rien, prenant appui sur la correspondance personnelle de Napoléon lors de cet épisode. Le futur Empereur ne cessait de se désoler du faible niveau technique des populations locales, en prenant notamment en exemple l’inexistence des moulins. La possibilité de transformer le blé en pain était donc impossible, et ce sont les Français qui ont apporté le savoir-faire pour créer les moulins. Nous étions alors en 1800. Cette invention était déjà utilisée depuis 8 siècles en Europe.

On aurait pu également rappeler une autre citation issue de sa correspondance à Menou, où Bonaparte expliquait sa vision : « Tous les jours, je fais couper 5 à 6 têtes dans les rues du Caire […] il faut prendre le ton qu’il convient pour que les peuples obéissent. Et obéir, pour eux, c’est craindre. ». Une fascination donc toute relative…

L’apport arabe à la science est un mythe

Le Président de l’Institut du Monde Arabe, se sentant en difficulté, décida de changer de sujet et définit l’arabe, comme la langue de la science. Il pris tout d’abord l’exemple de l’algèbre, dont l’origine serait arabe. En réalité, le nom algèbre résulte de la latinisation d’un article suivie d’un nom – al jabr -, employé par Al Khawarizmi (fin IXe-Xe siècles), qui n’était pas arabe, dans le titre d’un traité sur les opérations de restauration et de réduction dans les égalités. Jack Lang évoqua également l’alchimie. Ce terme vient effectivement des arabes, mais ceux-ci n’ont fait que se réapproprier les connaissances des anciens egyptiens, notamment sur le processus de momification. D’autre part, l’inventeur de la chimie moderne est Français, il s’agit d’Antoine Lavoisier, guillotiné lors de la Révolution. Enfin, l’ancien Ministre de François Mitterand met en avant le terme « algorythme ». C’est un mot valise, formé du mélange de deux mots : un mot emprunté à la langue espagnole (alguarismo) laquelle l’a emprunté à l’arabe et un mot grec arithmos (d’où arithmétique), qui signifie nombre. La science des algorithmes est toute différente et n’a quasiment aucun rapport avec le mot arabo-espagnol mâtiné de grec.

L’Institut du Monde Arabe est bel et bien financé par des pays islamistes

Dernier mensonge de l’opposant d’Eric Zemmour, celui-ci prétend que l’Institut du Monde Arabe n’est pas financé par des pays du Golfe et s’emporte contre son interlocuteur en criant qu’il s’agit d’un « mensonge ». Pourtant, en janvier 2017, comme l’a rappelé Valeurs Actuelles, l’AFP rapporte ainsi un don de l’Arabie saoudite de 5 millions d’euros pour la rénovation et la modernisation du centre culturel parisien dédié au monde oriental. A mettre en balance avec le budget octroyé par le Quai d’Orsay de 12 millions d’euros annuels… D’autre part, l’hébdomaire rappelle également que « toujours selon l’agence de presse, une plaque de remerciements est alors installée lundi 16 janvier en présence du ministre saoudien des Affaires étrangères, de l’ambassadeur du Royaume saoudien, et… du président de l’Institut : Jack Lang. ».

Pour une fois, nos adversaires idéologiques n’ont pu dérouler leurs contre-vérités historiques sans opposition. Les connaissances et le talent de Zemmour ont permis de remettre à sa place Jack Lang. Leur unique but est de tordre notre passé pour légitimer leurs aberrations idéologiques dans le présent. Il faut impitoyablement leur opposer les faits et les empêcher de répandre leur vision falsifiée de l’Histoire.

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires

Pour quelle raison la gare de Lyon devrait-elle flamber en victime expiatoire du régime congolais ?

Les chaînes d’information permanente tournaient en boucle sur le coronavirus quand la nouvelle est tombée : un incendie ravageait les abords de la gare de Lyon, une épaisse fumée noire obscurcissait le ciel de l’est parisien et le métro avait dû être évacué. Après l’épidémie, l’incendie… à quand, la nuée de sauterelles ? Il est des moments où même les plus optimistes sentent furtivement sonner au loin le gong du prophète Philippulus.

Cette fois, pas de conjectures discordantes, pas d’hypothèse polémique ni d’enquête laborieuse sur le départ de feu, la cause est connue, ce n’est pas un mystérieux accident : des « militants de la diaspora congolaise », comme les appelle Le Parisien, avaient appelé à venir à Bercy pour s’opposer à la tenue du concert de Fally Ipupa et, comme on dit, « cela a dégénéré ». Vous ne connaissiez pas ce brave homme ? Moi non plus. Il s’agit, paraît-il, d’un rappeur congolais réputé soutenir le gouvernement en place.

Pour quelle raison la gare de Lyon devrait-elle flamber en victime expiatoire du régime congolais ? On l’ignore. En quoi cela nous concerne-t-il ? En rien. Enfin jusqu’à ce soir, parce qu’évidemment, puisque des voitures, des scooters ont brûlé, c’est, d’un coup, devenu le problème de plusieurs braves Français qui ne demandaient rien à personne, n’ont pas le début du commencement d’un avis sur la situation au Congo, encore moins une responsabilité dans celle-ci, et qui vont pourtant entamer leur week-end privé de leur véhicule parce que la situation politique en Afrique en a décidé ainsi. Bienvenue en Absurdie. Sans compter les pompiers – caillassés ordinairement en banlieue, ils l’ont été aujourd’hui en plein Paris – et les policiers qui, épuisés par des mois de conflits sociaux français, sont réquisitionnés pour tenter de mettre bon ordre aux conflits congolais.

À qui le tour ? Mais ne vous gênez pas, les amis, venez tous, donc, régler vos histoires à Paris ! C’est grand, c’est pratique, c’est joliment décoré et cela économise les forces de l’ordre – qui ont sans doute la matraque plus facile – de vos propres pays. Puis, évidemment, cela épargne aussi les véhicules de vos compatriotes que vos assurances n’auront pas à remplacer.

Notez que l’on pourrait tenter la réciprocité. Envoyer la CGT manifester à Kinshasa contre la réforme des retraites. Le climat lui semblerait autrement plus clément que la pluie fine et froide sur le pavé parisien, les Black Blocs seraient bien forcés de tomber la capuche et de troquer le paletot noir contre le caleçon à palmiers.

Cela ferait, on s’en doute, un incident diplomatique, les Congolais se chargeraient de leur faire passer l’envie de recommencer… qui pourrait les en blâmer ? Il n’y a que nous autres pour tout endurer, tout accepter, tout tolérer. C’est le « nimportequoavirus », et pas la peine, cette fois, d’accuser les Chinois, celui-ci est franco-français.

Gabrielle Cluzel

Tribune reprise de Boulevard Voltaire


Eric Zemmour : “Il n’y a plus d’assimilation, il n’y a même plus d’intégration”

02/03/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Eric Zemmour revient sur l’interview dans le Figaro de Pierre Brochand, ancien patron de la DGSE. Il partage ses inquiétudes sur les risques de partitions de notre pays, dus, selon lui, à un manque d’assimilation et à un excès de l’individualisme.

Découvrez cet extrait tiré de la chronique “Les insolences d’Eric Zemmour” du 28 février 2020.