Sordide : pour obtenir des papiers, un migrant algérien reconnaît un enfant contre 4.000 euros

04/02/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Un Algérien a été condamné par le tribunal d’instance de Denain, dans le Nord, pour des faits particulièrement sordides, rapporte le journal La Voix du Nord de vendredi.

En situation irrégulière, Abdelhakim D. résidait en France depuis plusieurs années. Pour tenter de régulariser sa situation, l’homme a proposé un marché à une mère célibataire en difficulté financière.

Il lui a ainsi offert de reconnaître son fils contre la somme de 4.000 euros, un geste qui lui permettait d’obtenir le titre de séjour tant convoité. Quelques semaines plus tard, la Denaisienne a dénoncé les faits auprès de la police.


Gilets jaunes XIIe samedi de manifestation

04/02/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La douzième samedi de manifestation des Gilets jaunes était sous le signe d’hommage aux victimes de la répression policière. Malgré la minimisation du nombre de participants par les médias dominants le mouvement ne s’essouffle pas.

L’exécutif dégaine une loi anticasseur

Dans la soirée de 30 janvier les députés ont donné le feu vert à la loi controversée dite anticasseur. L’arsenal juridique de la loi comprend des interdictions de manifester préalables qui peuvent être prononcées par le préfet à l’encontre des individus représentant une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public. En cas de manquement à ces interdictions la personne contrevenante risque une peine de six mois d’emprisonnement et 7500 €. Des critères objectifs ont été ajoutés à ce dispositif, à savoir la personne devra avoir commis de atteintes graves à l’intégrité physique des personnes ainsi que des dommages important aux biens. Ainsi à la lecture du texte l’intention de l’auteur n’est pas sanctionnée.

Une loi faite sur mesure pour entraver le droit de manifester.

Vous avez dit Vichy

Les réactions des députés de l’opposition n’ont pas tardé à riposter ; pour le député centriste Charles de Courson qui a presque atteint le point Godwin, « On se croit revenu sous les régime de Vichy », le PS dénonce « les lettres de cachet », une loi de circonstance selon le PCF. Le Rassemblement national s’est également opposé au texte qui assimile les manifestants qui exercent un droit constitutionnel et des hooligans interdits de stade.

Eric Ciotti, (Les Républicains), a défendu un texte opportun et pertinent qui « va faire progresser la sécurité de nos concitoyens, des forces de l’ordre et des manifestants ». Il faudrait le rappeler aux nombreuses victimes de LBD, plus connu comme Flash-Ball.

Gilets jaunes : les mutilés prennent la parole

04/02/2019 – FRANCE (NOVOpress)
En pleine polémique sur les LBD (lanceurs de balle de défense) utilisés par les forces de l’ordre, les Gilets jaunes ont donc défilé samedi dernier pour “une grande marche des blessés” à Paris contre les violences policières.

Peu avant midi, ils étaient plusieurs centaines rassemblés place Félix Eboué à Paris (12e) derrière une banderole réclamant l’interdiction des grenades et des LBD, et un kaléidoscope montrant des visages tuméfiés.

Figure du mouvement et gravement blessé à l’œil la semaine dernière, Jérôme Rodrigues était acclamé et applaudi par des manifestants.


L’acte XII des Gilets jaunes sera dédié aux blessés du mouvement

30/01/2019 – FRANCE (NOVOpress)
L’acte XII des Gilets jaunes se fera en l’honneur de leurs blessés. Ceux-ci ouvriront le cortège.

Un appel national a été lancé pour protester devant les commissariats et gendarmeries pour dénoncer les violences policières et obtenir « l’interdiction des Flash-Ball et des grenades ».

L’événement Facebook est intitulé « Acte 12, l’impact ! ».

On peut également y lire « Nous invitons tous les blessés qui le peuvent à nous rejoindre ce jour-là ».


Les Foulards rouges, ces grincheux du parti de l’Ordre, par Ivan Rioufol

Le fascisme ne passera pas !“, ont répondu des Foulards rouges, dimanche, à l’adresse d’une poignée de Gilets jaunes venus les narguer. La scène s’est déroulée dimanche, place de la Bastille. La réplique pavlovienne, venue des profondeurs de Mai-68, dit bien l’incompréhension de ces progressistes pépères pour l’authentique révolte populaire qui se déroule sans eux. Nombreux sont les anciens soixante-huitards – Daniel Cohn-Bendit en tête – qui sont devenus les défenseurs grincheux du parti de l’Ordre. Les anars d’hier, qui faisaient peur aux notaires, ressemblent désormais aux petits bourgeois irrités qu’ils moquaient alors. Hier, certains de ceux-là sommaient les protestataires de se mettre au boulot, sans réaliser que les Gilets jaunes sont justement ces Français qui travaillent mais n’arrivent pas à vivre de leurs revenus. Les Foulards rouges, partis 2000 de la place de la Nation (chiffre des médias sur place) sont arrivés 10.500 (chiffre du ministère de l’Intérieur) trois heures plus tard, place de la Bastille, pour se disperser immédiatement comme des moineaux.

Mobilisés pour dénoncer la violence des Gilets jaunes, ils n’ont rien dit du sort de Jérôme Rodrigues, blessé la veille par un tir de la police, sur cette même place de la Bastille. Ce leader de la contestation, touché à l’oeil, est justement de ceux qui appellent à manifester pacifiquement. Mais il faut croire que ce profil, qui est en fait celui de la très grande majorité des Gilets jaunes, ne fait pas les affaires des pro-Macron. Leur entêtement à vouloir caricaturer ces Français en colère laisse voir une intransigeance qui est, elle, une authentique et permanente violence.

La complaisance mise par certains commentateurs à valoriser les propos incendiaires d’Eric Drouet, ce nouveau héros que l’extrême gauche s’est choisie, contribue à cette stratégie de diabolisation du mouvement, présenté par les Foulards rouges comme une menace pour la République. Réagissant à la blessure de Rodrigues, Drouet a effectivement lancé un appel, samedi, “à un soulèvement sans précédent par tous les moyens utiles et nécessaires pour que plus personne ne soit victime de ces blessures de guerre.” Mais, outre le fait que Rodrigues a au contraire demandé le retour au calme, cette seule invitation au “soulèvement” ne suffit pas à en faire un mot d’ordre méritant d’être répercuté par les médias.

Il est stupide d’assurer que la République est menacée au prétexte que des citoyens demandent davantage de démocratie. Le fascisme que dénoncent les Foulards rouges est chez ceux qui, en leur sein, défendent un entre soi oppresif qui n’est plus tenable. La répression ne peut être l’unique argument de la caste face à une protestation d’envergure qui ne faiblira pas. D’autant que les prises de paroles, qui se multiplient, consolident les revendications populaires. Rivarol, témoin de la Révolution de 1789, l’avait noté à l’époque : “Les nations que les rois assemblent et consultent commencent par des vœux et finissent pas des volontés”. Tant pis : l’histoire s’écrira sans les Foulards rouges, s’ils persistent à mettre leurs foulards sur leurs yeux.

Ivan Rioufol

Texte daté du 28 janvier 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Le Conseil d’Etat reconnaît le droit aux mineurs clandestins arrivant en Touraine d’être mis à l’abri immédiatement

30/01/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Dans une ordonnance du 25 janvier, le Conseil d’Etat vient d’enjoindre le président du Conseil départemental d’Indre-et-Loire à « faire bénéficier d’un accueil provisoire d’urgence » tout jeune mineur non accompagné se présentant en Touraine.

Une décision qui, si elle n’était pas respectée, condamnerait le département à une astreinte de 200 € par enfant et jour de retard.


Le XVIe arrondissement de Paris se mobilise contre l’hébergement de clandestins

29/01/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Dans le cadre du plan francilien d’hébergement d’urgence de clandestins, le gymnase Jean Bouin, dans le XVIe arrondissement, a été réquisitionné.

La décision suscite des protestations d’élus et de riverains de ce quartier de Paris. Le maire LR de cet arrondissement, Danièle Giazzi, a fait part sur Twitter de son « opposition catégorique à la réquisition du gymnase Jean Bouin », évoquant « 3.000 scolaires et associatifs à la porte » et affirmant qu’aucune solution alternative pour les associations ne serait envisagée. Le député LR Claude Goasguen, maire du XVIe jusqu’en 2017 a jugé la réquisition « inacceptable et arbitraire ».

Il a accusé « un gouvernement qui refuse de maîtriser le problème de l’immigration », mais aussi la maire de Paris Anne Hidalgo, « incapable de défendre les Parisiens pour des intérêts politiques et idéologiques ». Des habitants du XVIe arrondissement se sont réunis lundi matin devant le gymnase afin de contester sa réquisition.


Les cités, indifférentes aux Gilets jaunes, par Ivan Rioufol

Les Gilets jaunes, une menace pour la République ? Le pouvoir ne retient plus ses coups contre les révoltés des provinces oubliées. Il suffit de regarder les photos des manifestants défigurés par des lanceurs de balle de défense (LBD) pour s’en convaincre. L’État n’a jamais déployé une même brutalité contre les islamo-fascistes qui attisent les intifadas dans les cités délaissées. Deux journalistes, Philippe Val et Zineb El Rhazoui, vivent aujourd’hui sous haute protection policière. Le premier a été condamné à mort par al-Qaida en avril, pour avoir participé à la rédaction d’un “manifeste contre le nouvel antisémitisme“, publié par Le Parisien : le texte demandait l’abrogation des versets du Coran appelant au meurtre des juifs, des chrétiens et des incroyants. La seconde est à nouveau menacée de mort pour avoir récemment déclaré que l’islam devait  “se soumettre à la critique“. Le philosophe Robert Redeker a interrompu toute vie normale depuis 2006, après avoir critiqué le Coran, dans Le Figaro.

La violence ne peut faire la loi, c’est entendu. Des casseurs en gilets jaunes ont pu, dans un premier temps, faire reculer l’État. Leurs actes justifient les ripostes policières. Reste que le pouvoir s’est gardé d’un tel zèle répressif contre les zadistes, chéris des écolos. L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), a été arraché sous la pression d’une guérilla des champs. La poignée d’insurgés a eu raison d’un référendum local et de multiples votes et décisions de justice. C’est aussi par l’intimidation et le terrorisme que les combattants de l’islam politique ont fait courber l’échine de la République : Emmanuel Macron s’apprête à modifier la loi de 1905, afin d’aménager la laïcité. Le délit de blasphème est une réalité quand des citoyens doivent vivre cloîtrés pour avoir critiqué l’islam. Les incendiaires des cités sont moins malmenés que ceux qui n’ont pas le statut de victimes. Les Gilets jaunes seraient-ils trop “vieille France” pour attendrir l’État macronien ?

Le gouvernement se trompe en voulant voir dans la révolte populaire un danger pour la République : elle n’a rien à craindre d’une demande de démocratie.

Ivan Rioufol

Texte daté du 24 janvier 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Les Foulards rouges de la macronie

Dimanche 27 janvier à Paris. Temps gris, temps de pluie, temps triste, comme cette France triste, maussade, celle du passé qui reste sur le quai, qui est sortie pour « défendre la république et la démocratie » en arborant des foulards rouges. Cette France-là, c’est celle des petits rentiers, ou de ceux qui croient l’être, de ceux qui ont mis leurs espoirs dans un jeune ex-banquier (si on ne peut plus faire confiance à son banquier !), « rapiéceur » du bas de laine de leurs rêves d’une vieillesse tranquille à n’importe quel prix, après moi la fin du monde !

Les premières photos du rassemblement montraient un Caucasien, une Asiatique et un Africain jubilant sous leur t-shirt blanc, image d’un monde sans frontières ; Macron et Benetton utiliseraient-ils les services de la même agence publicitaire ? L’illusion ne dura pas longtemps, déjà Ouest-France, plutôt favorable à la macronie, titrait, dépité : « Quelques milliers de personnes ». Quelques milliers de personnes qui chantaient « Mort aux cons ! » (rien que cela) tout en demandant plus d’Europe et plus de répression. Parmi les manifestants on comptait, stratégiquement dispersés, des Africains qui semblaient avoir été tirés du sommeil de leurs foyers ; combien des figurants du 27 janvier furent-ils payés ?

De source bien informée, les manifestants étaient moins de quatre mille. Qu’il doit être difficile de travailler pour le ministère de l’Intérieur : un jour il faut diviser le nombre des Gilets jaunes par trois ou par quatre, le lendemain il faut gonfler celui des Foulards rouges dans les mêmes proportions. Pourtant, pour cette poignée de pacifistes armés des meilleures intentions, la police était présente, oh non pas pour leur tirer dessus à bout portant des grenades ou des flashballs, mais plutôt pour les protéger, les aider à traverser la rue.

Deux Gilets jaunes ont essayé de prendre la parole au sein de la manifestation pour dire qu’eux aussi étaient contre les violences, celles des casseurs et de la police notamment. Peine perdue, ils furent expulsés manu militari aux cris de « dehors les fachos ». On a la tolérance susceptible chez les macronistes. Une quinzaine de députés et six sénateurs de la majorité étaient présents à ce rassemblement qui était censé n’avoir rien à faire avec leur parti.

Non, Macron n’est pas de Gaulle, et le 27 janvier 2019 ne fut pas une réplique du 30 mai 1968. Après le Grand Débat, encore un « truc » qui n’aura pas marché. Macron et son groupe d’imposteurs malfaisants ne possèdent aucun soutien populaire, tout n’est que tourbillons de vent et aveuglement dans son gouvernement. Un gouvernement qui paraît ne plus tenir que par l’obéissance « rottweileresque » des membres des forces de l’ordre, des hommes qui pour la plupart, semble-t-il, ont oublié leur conscience et le devoir suprême envers la patrie le jour où ils ont signé leur engagement.

Xavier Darc

Article paru dans Présent daté du 28 janvier 2019

La liste Gilets jaunes en vue des européennes contestée lors de l’acte XI

28/01/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le rassemblement des Gilets jaunes à La Bastille puis à République fut un temps fort du XIe acte des Gilets jaunes. Et comme chaque samedi, l’accès aux Champs-Élysées était quasiment impossible du fait des barrages des rues avoisinantes. Le ministère de l’Intérieur a annoncé 69.000 manifestants sur toute la France, un chiffre très en deçà de la réalité selon les organisateurs.

Le projet d’une liste Gilets jaunes n’a donc pas ébranlé la combativité des manifestants ?

Non à en juger par la forte participation à la fois à Paris et en province. Cependant des manifestants ont repris des slogans hostiles à la liste d’Ingrid Levavasseur, chouchou des plateaux de télévision et qui n’a pas hésité à dire qu’elle ne regrettait pas d’avoir voté Macron, ce qui a fait dire à Eric Zemmour que « La liste Gilets jaunes est une combine entre Bernard Tapie et Emmanuel Macron ».

Mais le XIe acte ne s’est pas vraiment déroulé dans le calme ?

En effet, Jérémie Rodriguez, un proche d’Eric Drouet a été grièvement blessé à l’œil samedi vers 17 heures par un tir de flashball ou un éclat de grenade (la cause exacte n’est pas encore élucidée) alors qu’il filmait place de la Bastille. Une enquête a été confiée à l’Inspection Générale de la Police Nationale. Dans une lettre ouverte à Macron, Eric Drouet accuse les forces de l’ordre de complaisance envers les Black Blocs responsables selon lui des provocations et promet sur Facebook un « soulèvement sans précédent ». De son côté, Pierre Cassen de Riposte Laïque s’étonne que des mesures n’aient pas été prises à l’encontre des Black Blocs qui s’étaient invités en tête du cortège, alors que l’on connaissait pertinemment leur intention de provoquer les forces de l’ordre. Le journaliste David Dufresne rappelle que parmi les Gilets jaunes, on dénombre à ce jour 17 personnes éborgnées, 152 blessées à la tête, 2000 blessées, 250 emprisonnées, 5000 gardées à vue, ce qui fait dire à Eric Drouet que « la justice est forte avec les faibles mais lâchement faible avec les forts ».

Éric Zemmour : “On a des élites qui organisent l’invasion”

Marks & Spencer se soumet aux délires d’extrémistes musulmans

Horrifiée, une jeune femme montre à la caméra des rouleaux de papier toilette vendus par les magasins Marks & Spencer. C’est affreux, le nom d’Allah est inscrit en relief dans le gaufrage du produit. La plaignante zoome sur l’objet du délit. Effectivement, il y a des motifs… Des pointillés pour faire joli. « Le nom de Dieu est ici ! Regardez ! » Ah, bon. Dans un éclair de lucidité, la reporter « spécial PQ » concède que l’inscription ne saute pas aux yeux… « Effectivement, sur certaines vidéos, peut-être que c’est pas clair, peut-être que là non plus ». Mais il faut penser au consommateur musulman qui se rend aux toilettes muni d’un microscope électronique. Il y en a.

La nouvelle fait le tour de la sphère « coupeurs-de-cheveux-en-quatre » en Angleterre et en France. La Fédération des collectionneurs de papiers hygiéniques fantaisie s’indigne. Les dames pipi voilées sont scandalisées alors que dans le Pas-de-Calais, on signale un consommateur musulman qui aurait été happé par sa chasse d’eau après s’être servi du produit. La punition divine. Il fallait s’y attendre.

Devant les protestations, ni une, ni deux : Marks & Spencer France retire le papier toilette de ses rayons non sans avoir expliqué, preuve à l’appui, que le dessin incriminé représentait une plante d’aloe vera. La clientèle en question pourrait penser qu’il y a du porc dans l’aloe vera… L’accusé s’inflige une punition pour une faute qu’il n’a pas commise. Soumission, Houellebecq, allée B, 3e étage.

En 1997, Nike USA retirait de la vente 38.000 paires de baskets portant un logo « offensant », plus récemment H&M bannissait une série de chaussettes supposées receler le mot « Allah » écrit à l’envers et il y a une semaine, Amazon supprimait des housses de toilettes pour des raisons similaires… Doléances infinies. Puits sans fond. Interdictions de toutes parts… Pendant ce temps-là, les magasins Lidl effaçaient des croix orthodoxes des emballages de spécialités grecques. Soumission, Houellebecq, en vente partout à prix discount.

Le gag final revient à la jeune fille de la vidéo qui, au moment de son tournage, a menacé d’aller se plaindre au siège. Après observation au microscope, aucune trace de sens du ridicule n’a été détectée chez cette personne.

Jany Leroy

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Éric Drouet et Maxime Nicolle scandalisés par la liste gilets jaunes aux Européennes : « Voter Gilets Jaunes, c’est voter Macron »

Le mirage d’un islam de France, par Jean-Gilles Malliarakis

Ce 21 janvier était annoncée pour imminente la création d’une association des musulmans pour l’islam de France l’AMIF, à vocation officielle. Saluée comme nécessaire et salutaire, aussi bien par les bien-pensants laïcistes, que par le quotidien La Croix, elle est inspirée par un brillant normalien, musulman de nationalité française, de mère protestante, Hakim el Karoui. Cette structure en projet se propose de construire un modèle bien intentionné, et qu’on juge d’avance bien en cour, mais dont on peut se demander s’il existera jamais[1].

L’AMIF militera donc pour un islam de France. Candidate à l’organisation des pèlerinages à La Mecque, qui drainent chaque année quelque 25 000 possesseurs de passeport français, elle se préoccupe également de la gestion du label halal et de la redevance correspondante. Les fonds collectés ainsi serviraient à assurer la formation d’imams français, respectueux des principes républicains et que l’on assimilerait aux ministres des autres cultes.

Première petite objection : une telle fonction ne correspond pas à la foi de Mahomet. Celle-ci ne connaît que des prédicateurs et des docteurs de la loi coranique. Elle englobe d’ailleurs la plupart des aspects concrets de la vie quotidienne. Elle n’opère pas de distinction entre le temporel et le spirituel. Or, cette seule caractéristique pose, comme chacun devrait le savoir, le problème de la citoyenneté. Et celui-ci est inscrit, en théorie, par le gouvernement dans la liste des sujets abordés dans le grand débat national.

Le projet d’AMIF plaît d’autant plus aux pouvoir publics. Ceux-ci ont échoué sur ce terrain depuis 30 ans. Et cependant ils reviennent toujours à peu près aux mêmes schémas, que le ministre de l’Intérieur s’appelle Chevènement ou Pasqua, Joxe ou Sarkozy, Valls ou Cazeneuve.

Or, en face se dessine une autre structure naissante, autour du militant islamiste Marwan Muhammad. Beaucoup plus proche des salafistes, il prend le relais de la défunte UOIF, qui s’appelle provisoirement L.E.S.musulmans. Et, reconnaissons-le, son programme ressemble beaucoup plus aux critères mahométans[2].

Faire coïncider une organisation centrale de l’islam en France, à vocation officielle, avec les principes constitutionnels du régime républicain relève en effet de la gageure.

Il faudrait d’abord contrevenir à des règles réputées intangibles définies par la loi de séparation de 1905. Car cette charte de la laïcité est devenue fondamentale, au gré du préambule de 1946, réaffirmé par la constitution de 1958. C’est son contenu, affirmé comme inamovible, qui institue une république laïque.

Or, la seule définition de ce concept consiste à dire que cette forme d’État ne reconnaît ni ne salarie aucun culte.

Mais, l’organisation projetée de l’islam tendrait, au contraire, à institutionnaliser et subventionner cette prédication.

L’islam français éventuel ne pourrait exister d’autre part sans prendre parti entre les différentes écoles, comme le font ses homologues marocains, sénégalais, tunisiens, turcs ou iraniens, qui se réfèrent dans chaque pays à des jurisprudences particulières. Qui choisira donc à Paris entre les rites hanéfites, malékites, chaféites, hanbalites voire à la Shi’a des partisans d’Ali.

Quelle place enfin pour les confréries ?

Comment prendre au sérieux une administration laïque intervenant dans un domaine pareil ?

On imagine une fois de plus de péremptoires technocrates s’auto proclamant omnicompétents. Votre serviteur pour sa part, les a entendus déjà deux fois dans sa vie dire, sans rire : “je ne connais rien à votre problème, mais je vais vous l’expliquer”.

Non, par conséquent, il ne faut pas monter dans leur taxi.

[1] On ne saurait douter que tout est possible… N’oublions jamais le premier mirâj. Ce voyage nocturne, reconnu comme une vérité de foi par les adeptes de l’islam a conduit un jour précis de l’année 620 Mahomet de La Mecque à Jérusalem. Il serait monté aux cieux puis descendu aux enfers en compagnie de l’ange Gabriel sur une monture appelée Bouraq après s’être rendu sur le mur du temple à Jérusalem. Cet événement, commémoré durant la nuit de l’ascension (lailat al-miraj) est supposée légitimer les revendications islamiques sur la Ville Sainte.

[2] cf. article Deux projets concurrents pour réorganiser l’islam de France

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent