Montpellier : un professeur propose des clips de rap pour ne plus faire de fautes de français…

rap professeur de français

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Un professeur de français de Montpellier a décidé de tester une nouvelle méthode pour ses élèves : leur faire retenir les règles d’orthographe et de grammaire grâce à des clips de rap auxquels ils participent….

Bientôt des clips du rappeur islamiste Médine pour apprendre l’histoire de France ?


Européennes : le Rassemblement national en tête

Rassemblement national

Nous sommes à un mois tout juste du scrutin, et le sondage quotidien de Paris Match vient de placer la liste du Rassemblement national en tête. Les réflexes de vote utile commencent à jouer, alors que le RN, malgré le pari osé de mettre à la tête de sa liste un tout jeune militant, peu connu, réussit sa campagne.

Les sondages ne sont que des sondages. Quand ils sont bons, on les met en exergue, quand ils déçoivent, on rappelle que le seul sondage qui compte est celui des urnes. Mais l’enquête quotidienne de Paris Match a précisément la vertu d’être quotidienne et de refléter une certaine réalité. Cette enquête plaçait systématiquement le RN derrière LREM. Les courbes viennent de se croiser dans les chiffrages de vendredi. Certes l’enquête ne prend pas en compte « l’effet Notre-Dame ». Et d’autre part l’écart est encore faible : 0,5 %. Rien n’est donc définitif. Le RN est donné à 22,5 %, LREM à 22 %, LR à 14 %. Puis on trouve le peloton des « petites listes » susceptibles de décrocher des élus, actuellement dans l’ordre suivant : Ecologistes (8,5 %), « Insoumis » (7 %), PS (6,5 %), Debout la France (4,5 %). Toutes les autres listes sont néantisées.

Ce sondage est évidemment prometteur pour le RN dans un contexte où le gouvernement a hystérisé l’affrontement entre « progressistes » et « nationalistes ». Que le « camp du mal » batte au poteau le « camp du bien » serait davantage qu’un symbole.

D’autre part cette inversion des courbes risque de favoriser le vote utile. Et c’est sur ce terrain que les choses pourraient encore bouger, cristallisant les opinions sur les deux listes de tête. Le sondage peut réveiller les abstentionnistes, du fait de l’enjeu fort de cette première place, ce qui devrait profiter au RN, dont l’électorat est nettement plus jeune, moins fidèle au rituel des urnes. L’enquête de Paris Match retient l’hypothèse d’une liste Gilets jaunes, créditée de 3 % des voix. Rien ne dit qu’une telle liste sera constituée, et, dans une perspective de confrontation Macon-Le Pen, le vote utile risque là aussi de jouer en faveur de la liste RN. De même le décrochage des « insoumis » peut libérer au profit du RN des suffrages anti-Macron.

Se déroule simultanément un combat pour le leadership à gauche

Il y a enfin la problématique Debout la France. Le mouvement de Dupont-Aignan avait bien démarré sa campagne, réussissant à constituer un pôle souverainiste attractif, avec le CNIP et les chrétiens-démocrates. Mais l’élimination de sa liste d’Emmanuelle Gave, puis de Poisson, a brouillé son image de rassembleur. Le vote utile peut détourner vers le RN, voire vers les Républicains, une partie de ses électeurs. Le sondage semble traduire l’amorce de cette captation de voix : la liste n’est plus assurée d’attendre les 5 % qui donnent des élus.

Et le vote utile en faveur de LREM ? En principe il pourrait venir des électeurs centristes. Mais la liste UDI (sorte de MoDem bis) ne décolle pas de son insignifiance électorale. Il pourrait venir de la gauche, mais se déroule simultanément un combat pour le leadership à gauche, qui polarise l’électeur militant et décourage les autres. Les atouts de LREM, pour un vote utile d’électeurs LR ou au PS en sa faveur, se situent dans la capacité de Macron à gérer les dossiers de l’incendie de Notre-Dame et de fin du grand débat, à gérer sa communication, surtout.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 23 avril 2019

Nathalie Loiseau proche de la droite nationaliste estudiantine dans sa jeunesse

Nathalie Loiseau

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Voilà une révélation bien gênante pour celle qui se présentait comme un rempart contre le Rassemblement national. Mises à jour par le site Mediapart hier soir, des archives très détaillées de l’Institut d’Étude Politique de Paris prouveraient une accointance entre la tête de liste LREM aux élections européennes et la droite nationaliste estudiantine.

En effet, Nathalie Loiseau aurait donc, dans les années 80 lors de ses études à Science Po Paris, fait partie d’une liste de l’UED, l’Union des Étudiants de Droite, pour des élections étudiantes. L’UED était à l’époque le syndicat étudiant nationaliste de Science Po créé pour rassembler le Groupe Union Défense et le Groupe d’Action Jeunesse au sein de l’IEP.

Pour se défendre, la candidate LREM aux élections européennes affirme « avoir complètement oublié cette épisode », se rappelle « avoir dit oui à une initiative voulant accentuer le pluralisme à Science Po et cherchant des femmes ». Et d’admettre, « J’aurais sans doute dû regarder de plus près de quoi il s’agissait ».

Lilian Thuram s’indigne qu’on pleure plus sur Notre-Dame que sur les morts en Méditerranée

Lilian Thuram

Lilian Thuram est plus convaincant quand il joue au ballon rond que quand il joue au moraliste. Selon L’Équipe, à l’issue de rencontres avec des collégiens et lycéens corses, il s’est étonné devant la presse que « des hiérarchies s’installent dans l’émotion ». S’il trouve normal que l’incendie de Notre-Dame de Paris ait suscité une vague immense de solidarité, il regrette que, lorsque « des gens […] meurent en voulant traverser la Méditerranée », le monde ne soit pas aussi ému.

On ne savait pas que l’émotion pouvait aussi être un objet de compétition. Encore que le rapprochement entre ces deux événements ne soit pas évident. D’un côté, une cathédrale presque millénaire, ravagée par un incendie, un symbole de la religion chrétienne, une partie de l’Histoire de France ; de l’autre, des migrants fuyant la guerre ou en quête d’une vie meilleure. Faut-il peser au gramme près l’émotion que méritent ces deux tragédies ? L’une est comme un signe du destin ou un avertissement de Dieu, l’autre est le résultat de la politique internationale des pays occidentaux et de la cupidité des passeurs.

D’aucuns diront que, pour donner des leçons, il faut soi-même donner l’exemple. Le grand combat de Thuram, c’est aujourd’hui le combat contre le racisme, sous toutes ses formes. Depuis plusieurs années – avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale –, il appelle les élèves à s’interroger sur les « injustices » et les « hiérarchies » construites entre les sexes, les couleurs de peau ou les religions. Mais lui-même semble faire des distinctions.

Il aime inviter son public à « sortir de [ses] prisons identitaires », répéter qu’« on ne naît pas raciste, on le devient ». Oubliant que l’antiracisme peut se métamorphoser dans son contraire. S’il est prompt à dénoncer le racisme, le sexisme ou l’homophobie, sa dénonciation est à sens unique. Ainsi, quand il déclare, comme l’an dernier, sur LCI, qu’« on parle des personnes qui sont discriminées mais on oublie de dire que par voie de conséquence certains sont avantagés, et qu’ils ont tout intérêt à faire en sorte que cela ne change jamais », il présente une vision binaire de la société, divisée en exploitants et exploités, qui n’est pas sans rappeler la vision marxiste.

En 2010, il avait signé un « manifeste pour une République multiculturelle et postraciale ». Avec Rokhaya Diallo, déjà ! Tout un programme, qu’Éric Zemmour nommait, à l’époque, « Vers une France multiraciale, mais post-culturelle ». Le grand fautif, vous l’avez compris, c’est l’homme blanc, ce colonialiste, cet esclavagiste, ce coupable de tous les maux ! Il faut réparer cela, donner mauvaise conscience à l’homme occidental. D’où la nécessité de la repentance, de la discrimination positive, de tous ces lieux communs à la mode qui ont perverti les esprits.

On aimerait que Lilian Thuram combattît avec autant de détermination le racisme anti-blanc, antichrétien ou antijuif. Puisqu’il intervient dans des établissements scolaires, le ministre devrait vérifier ses compétences. N’est-il pas urgent qu’il complète sa culture ? Qu’il sache, notamment, que les Arabes ont pratiqué la colonisation et l’esclavage, bien avant les Occidentaux. Et que des États africains reconnaissent les progrès que la colonisation leur a permis d’accomplir. Ce n’est pas avec du parti pris et de l’inculture qu’on corrige des préjugés.

Philippe Kerlouan

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

53% des Français pensent que les médias ont mal couvert le mouvement des gilets jaunes

enquête gilets jaunes et médias

Le Journal du Dimanche du 9 mars 2019 a publié une enquête (commune avec France Télévisions et Radio France) sur le traitement des gilets jaunes par les médias, un bilan peu flatteur révélé par le sondage de Viavoice.

Trop favorable à l’exécutif

Plus du tiers des sondés (35%) pensent que les médias ont donné plutôt la parole à l’exécutif. Par ailleurs 15% comprennent les agressions dont ont été victimes les journalistes dans les manifestations. Remarquons au passage que les agressés sont souvent des journalistes reporters indépendants ou en CDD qui se trouvent au bas de l’échelle de la profession et n’ont strictement aucune influence sur les images qui sont passées à l’antenne.

Confiance et attentes

71% des sondés font confiance à l’information qu’ils ont trouvé eux-mêmes dans les médias, confirmant la défiance instinctive devant ce qui leur est proposé. Les deux tiers attendent en priorité que les médias vérifient les informations et la moitié attendent des informations utiles au quotidien et révélant des faits choquants ou illégaux. Près du quart estiment inutile de lire les médias officiels en ligne et s’informent sur les réseaux sociaux.

Critique des médias

Les deux tiers des sondés pensent que les journalistes sont trop près des pouvoirs politiques et économiques comme des actionnaires des médias. Plus intéressant encore quasi les trois quarts pensent que les médias ne donnent pas la parole à tous les points de vue de manière équitable. Il n’est pas absolument certain que les Assises du journalisme qui viennent de se terminer à Tours (et où ces résultats ont été présentés) tirent tous les enseignements de cette étude, mais on peut toujours espérer.

Texte repris du site de l’OJIM

Le Sri Lanka a été frappé par des attentats ce dimanche de Pâques

attentats au Sri Lanka

23/04/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En effet, plusieurs villes, dont Colombo, la capitale, ont été déchirées par des explosions dimanche. Huit explosions, vraisemblablement majoritairement des attentats-suicides, ont visé des églises catholiques pendant la messe du dimanche de Pâques ainsi que plusieurs hôtels de luxe de Colombo. Un couvre-feu a été déclaré par les autorités et a été prolongé dans la nuit de lundi à mardi alors que des opérations de déminage étaient toujours en cours et que des explosions continuaient de se faire entendre. Au moment de la rédaction de ce bulletin, le bilan provisoire faisait état de 290 morts, dont 35 touristes étrangers, et au moins 500 blessés.

Qui est derrière cet attentat ?

Si aucune revendication officielle n’a encore eu lieu, le porte-parole du gouvernement a annoncé hier qu’un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama’ath (NTJ), était à l’origine de ces attaques-suicides. L’arrestation de 24 suspects a été confirmée par le gouvernement qui n’a néanmoins pas livré plus de détails. Le NTJ, qui s’était fait connaître l’an passé par des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhiques, avait fait il y a dix jours l’objet d’une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle le mouvement préparait des attentats contre des églises et l’ambassade d’Inde à Colombo. Ces informations étaient basées sur un signalement d’« une agence de renseignement étrangère ». Le gouvernement a déclaré « Nous ne pensons pas que ces attaques ont été commises par un groupe de personnes cantonnées à ce pays. Il y a un réseau international sans lequel ces attaques n’auraient pas pu réussir ».

Quelles ont été les réactions à cette attaque ?

Les messages de soutien ont afflué de la part des responsables politiques occidentaux et le président turc Erdogan a dénoncé « une attaque contre l’humanité », se gardant bien d’évoquer l’islamisme. Les responsables catholiques ont tous dénoncé cette attaque visant des fidèles un dimanche de Pâques. Silence relatif du monde musulman, en contraste net avec l’indignation générale autour des attentats ayant frappé la mosquée de Christchurch le mois dernier. Le député Joachim Son-Forget a d’ailleurs ironisé sur le deux poids-deux mesures concernant les réactions autour de ces deux attentats « Et là, en écho à Christchurch, les musulmans vont tomber le voile et aller à la messe en l’honneur des victimes des attentats au Sri Lanka, en disant « je suis chrétien ». Ha ben non en fait. ».

[vidéo] Interdit d’interdire – Catholicisme : vers sa disparition ou sa résurrection ?

23/04/2019 – EUROPE (NOVOpress)
Dans cette nouvelle émission dédiée au Catholicisme, Frédéric Taddeï reçoit :
– Véronique Margron, théologienne
– Yann Raison du Cleuziou, sociologue
– Guillaume Cuchet, historien
– Paul Piccarreta, directeur de la Revue Limite


Face à la crise libyenne, la circulaire anti-ONG de Salvini

crise libyenne - Salvini

Alors que l’offensive du maréchal Haftar contre Tripoli lancée le 4 avril dernier fait craindre à l’Italie de nouveaux départs d’immigrants illégaux d’origine subsaharienne depuis les côtes libyennes et également une émigration libyenne depuis la Libye ou passant par la Tunisie, le ministre de l’Intérieur de la Ligue, Matteo Salvini, a émis cette semaine une nouvelle directive visant le fonctionnement des ONG qui opèrent encore en Méditerranée.

La circulaire de Salvini vise tout particulièrement le bateau Mare Jonio battant pavillon italien puisqu’il n’est pas possible à l’Italie dans le cas de ce navire d’agir comme avec le navire Alan Kurdi (du nom de ce petit Syrien dont la mort tragique avait été – et continue d’être – exploitée à outrance par le lobby de l’immigration) de l’ONG allemande Sea-Eye : les 62 migrants récupérés le 3 avril par ce navire n’ont pu être débarqués à Malte le 13 avril qu’après que l’Allemagne, la France, le Portugal et le Luxembourg eurent accepté de prendre en charge l’ensemble ses passagers illégaux. Il y a quelques semaines, l’Italie n’avait en revanche eu d’autre choix que de permettre aux 50 immigrants illégaux du Mare Jonio de débarquer dans le port de Lampedusa (voir Présent du 23 mars), quitte à ouvrir une enquête sur les agissements de son équipage et à promettre de rapatrier rapidement tous les immigrants qui se verront refuser l’asile, ce qui n’est jamais une mince affaire avec les pays africains dont ces immigrants illégaux sont originaires.

La directive de Matteo Salvini spécifie que le simple fait pour une ONG de faire stationner un bateau au large de la Libye doit être considéré par les autorités comme une coopération indirecte avec les passeurs et une incitation à l’immigration illégale en Italie. La circulaire souligne également le risque de présence parmi ces immigrants illégaux de terroristes et il rappelle l’obligation pour les navires des ONG de respecter les « prérogatives en matière de coordination des secours de l’autorité étrangère compétente ». Le commandant du Mare Jonio avait justement été accusé d’avoir désobéi aux consignes reçues des garde-côtes libyens.

La directive du ministre de l’Intérieur a été envoyée au chef de la police, à la garde financière, à la marine et à la capitainerie (autorité responsable des ports), mais également à l’état-major des armées, ce qui a suscité une polémique entre le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Défense dirigé par Elisabetta Trenta du Mouvement 5 étoiles (M5S), à propos des compétences respectives. Une polémique exacerbée par les divergences entre la Ligue et le M5S sur les questions migratoires. Pour la Ligue, les ports italiens sont définitivement fermés, et Matteo Salvini l’a redit cette semaine, tandis que pour le M5S, qui s’est exprimé par la voix de la ministre Trenta et celle du chef du M5S Luigi Di Maio, vice-premier ministre comme Salvini, la fermeture des ports est temporaire et il faudra le cas échéant accueillir les Libyens qui pourraient vouloir fuir la guerre dans leur pays. Mais pour Salvini, il n’y a pas de raison que ceux qui fuient les zones de guerre en Libye s’enfuient jusqu’en Italie.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 18 avril 2019

Avec Notre-Dame, reconstruire la France, par Ivan Rioufol

Notre-Dame

Marie saura-t-elle rassembler les Français divisés ? Ce serait là un miracle pour l’Église éreintée et pour la nation déchristianisée. Néanmoins, force est de constater la sidération collective née de l’incendie de Notre-Dame de Paris, dédiée à la Vierge. Dès les premières flammes, la vie politique s’est effacée derrière la puissance intacte d’une mémoire millénaire. Le feu a jailli, lundi à 18 h 50, d’une partie de la charpente en chêne posée il y a huit cent cinquante ans. L’enfer a ravagé la toiture de la cathédrale, symbole de la chrétienté en Europe depuis le XIIe siècle. Emmanuel Macron, qui devait distiller à 20 heures ses premières mesures après le grand débat, a judicieusement choisi de différer ses annonces. Les partis ont également suspendu leurs joutes en perspective des élections européennes. La soudaine vulnérabilité de Notre-Dame, gravement défigurée en une poignée d’heures, est venue rappeler, comme un châtiment, la fragilité d’une nation quand elle devient oublieuse de son passé et de sa culture. Dans la soirée, le président a appelé, “tous ensemble”, à rebâtir l’édifice. Pour une fois, Macron a su être enthousiasmant.

Il faut parfois des tragédies pour sortir les peuples décadents de leur frivolité amnésique. Le temps dira si la douleur causée par la blessure d’un chef-d’œuvre, sorti des mains de générations d’anonymes inspirés par la quête du beau et du bien, saura se transformer en une renaissance. C’est pour avoir orgueilleusement négligé la mémoire et la lente expérience, au profit de la jouissance immédiate, que la modernité a renoncé à s’identifier à un idéal partagé. Le cheap, le toc, le bagou accompagnent son sillage. Rien n’est donc plus disruptif – ce mot macronien – que de tenter d’être à nouveau à la hauteur des humbles bâtisseurs du Moyen Âge. Lundi, une souscription nationale a été lancée pour faire renaître Notre-Dame de ses cendres. Beaucoup des plus grandes fortunes de France ont rapidement offert près d’un milliard d’euros. De nombreuses autres familles les suivront, sachant où ira leur argent.

L’occasion est donnée aux Français, éduqués dans l’illusion créative de la table rase et de l’homme nouveau, de retrouver le goût de la conservation, de la transmission, du respect des racines.

Ivan Rioufol

Texte daté du 18 avril 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Reportage : Des militants «antiracistes» réclament l’interdiction de l’exposition Toutânkhamon

exposition Toutânkhamon

19/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
L’exposition Toutânkhamon à Paris fait l’objet d’une polémique : des militants afrocentristes réclament l’interdiction de l’exposition de la Villette sous-prétexte que les égyptologues et commissaires d’exposition tenteraient de cacher l’origine africaine du pharaon.


Abdelkader Merah reconnu complice de son frère, condamné à 30 ans de prison

[vidéo] Interdit d’interdire : Les sondages nuisent-ils à la démocratie ?

19/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Dans cette nouvelle émission, Frédéric Taddeï reçoit : Mathias Reymond, journaliste, animateur d’Acrimed ; Ludovic Torbey, co-fondateur de la chaîne Osons Causer ; Marie Gariazzo, directrice adjointe du département opinion de l’IFOP ; Bruno Jeanbart, directeur général adjoint de l’institut de sondage OpinionWay


Notre-Dame de Paris, l’arbre qui cache la forêt

Incendie à Notre-Dame

19/04/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
L’attention est, à juste titre, focalisée sur le tragique accident qui a touché Notre-Dame de Paris. L’actualité ne résonne que de ça : la cathédrale a failli partir en fumée. L’émotion est forte, on pleure la disparition d’une des merveilles de Paris, d’un symbole national, d’un pan de notre histoire commune. Mais soyons optimiste, pensons le futur et rebâtissons ! Et déjà les millions affluent. A quoi bon ?

A quoi bon rebâtir Notre-Dame ?

C’est la question induite par le cri d’alarme lancé par Odon Vallet, historien des religions et médiéviste. « Communes, départements, régions : Gardez vos sous ! » s’écrie-t-il. Parce qu’à quoi bon rebâtir Notre-Dame, si partout ailleurs nos églises continuent de mourir dans l’indifférence générale ? Sauver Notre-Dame est une évidence, mais il plaide pour que l’on redonne du sens à l’action. Or aujourd’hui, si nos collectivités territoriales offrent généreusement leur concours aux collectes de dons, c’est au détriment de leur églises locales qui pour beaucoup, sont déjà vouées à disparaître. Car les budgets ne sont pas extensibles et allouer l’argent à ce projet se fera au détriment d’autres. C’est d’ailleurs aussi ce que souligne Madame Sobczak, présidente de la fondation Urgence Patrimoine. Le patrimoine de la chrétienté doit être une cause unique, et faire l’objet d’un traitement harmonieux. Pour cela, il faudra redonner leur sens à ces édifices qui parsèment la France.

Rebâtir Notre-Dame pour retrouver notre identité

Aujourd’hui Notre-Dame de Paris, c’est d’abord un vestige du passé, devenu en cela un haut lieu de tourisme. Elle est la première attraction de la capitale avec ses douze millions de visiteurs annuels, la deuxième attraction française après Disneyland, et même la première dans le classement mondial si l’on y retire les parcs à sensations. Les touristes fréquentent plus la cathédrale que les chrétiens. Elle est plus un musée qu’un lieu de culte. Ne soyons pas naïfs, Notre-Dame est devenue la vitrine commerciale d’un passé révolu et détesté. Alors rebâtir Notre-Dame, une question d’attractivité ou une question d’identité ?

Incendie de Notre-Dame : les islamistes applaudissent, les gauchistes en rient, les anarchistes encouragent

Incendie Notre Dame

En reprenant l’histoire de Notre-Dame, on réalise à quel point ce vaisseau de pierre, chéri par les Français et même bien au-delà, considéré comme un élément essentiel du patrimoine universel, a aussi suscité à toutes les époques, mais spécialement à l’époque moderne, la haine destructrice d’une petite minorité.

Il n’est donc pas surprenant que des voix s’élèvent aussi – surtout sur internet – pour se réjouir de l’incendie. La plupart de ces tweets, la plupart de ces messages de haine, proviennent d’extrémistes musulmans, qui applaudissent cette « punition d’Allah ». Messages d’autant plus grotesques que si Notre-Dame de Paris est un symbole d’abord religieux pour les chrétiens – les catholiques en premier chef –, elle est sans doute surtout un marqueur de l’identité parisienne et française, pour beaucoup de nos concitoyens, au même titre que la tour Eiffel et l’Arc de Triomphe. Et elle est, pour le monde entier, un élément du patrimoine universel, comme les pyramides d’Egypte, par exemple, qui, pour le coup, sont les témoignages d’un culte mort. Aussi la joie de certains fidèles d’Allah est-elle totalement incompréhensible aux yeux du plus grand nombre.

Quelques exemples de messages ? « C’est le plus beau jour de ma vie. Je suis très très content » (Samir Bouafia) ; « dommage y avait pas de juifs à l’intérieur. On aurait pu faire un bon coup » (Majunali75) etc. Une déferlante ? En tout cas, plusieurs centaines de messages de ce genre ont envahi la toile. Et il continue à en tomber.

« Délire de petits blancs »

Mais plus grave encore, si l’on peut dire : des dirigeants de l’Unef, le syndicat étudiant de gauche, subventionné, marchepied des carrières politiques au PS ou à la France insoumise, ont envoyé des messages qui laissent sans voix, par leur stupidité, leur méchanceté, leur haine de la France et leur racisme : « Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris comme je me fiche de l’histoire de France. Jsp quoi, allez-y mentionnez-moi jusque les gens ils vont pleurer pour des bouts de bois. Wallah vs aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement. C’est votre délire de petits blancs » (Hafsa Askar). La direction de l’Unef a apporté son soutien (un peu gêné, tout de même) à ces dérapages immondes. L’avocat William Goldnadel annonce pour sa part qu’il va porter plainte. Il y a donc les islamistes qui se réjouissent, et les gauchistes qui se moquent du chagrin des défenseurs du patrimoine universel.

Mais voici la cohorte de ceux qui encouragent les incendies d’églises, les anarcho-communistes, les black blocs. Depuis quelques heures, un tee-shirt se vend comme des petits pains sur les sites anarchistes. Il porte le slogan suivant : « la seule église qui illumine est celle qui brûle ». Il s’agit d’une citation de l’un des pires tueurs anarchistes de la guerre d’Espagne, le dénommé Buenaventura Durruti. Le professeur de faculté Thierry Lodé, habitué de France Culture, admirateur de Durruti, et bien d’autres de ses congénères, ont contribué à propager ce genre d’ineptie, au nom de l’anarchie. Le problème étant qu’ils s’expriment en toute liberté dans nos établissements d’enseignement et sur les radios d’Etat, véritables gourous des black blocs et autres tueurs en puissance. Cet incendie, qui présente les apparences d’un accident, risque de susciter des vocations de pyromanes chez ces gens-là.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 17 avril 2019

Eric Zemmour : “L’islam est en train de coloniser l’Europe chrétienne”

18/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
C’est sur la chaîne israélienne I24news qu’Eric Zemmour a déclaré : “L’islam est en train de coloniser l’Europe chrétienne“.

Reprenant l’expression titre d’un de ses anciens ouvrages, Eric Zemmour craint que le « suicide français » ne s’accélère sous l’effet d’une islamisation galopante, le plus souvent tolérée par les Occidentaux.

Nous ne serions alors pas loin de la « partition » évoquée naguère par François Hollande.

Crise migratoire : l’Union européenne pourra mobiliser 10 000 garde-frontières d’ici 2027

Frontex

18/04/2019 – EUROPE (NOVOpress)
L’Union européenne disposera d’ici 2027 d’un contingent permanent de 10.000 garde-frontières et garde-côtes pour mieux protéger ses frontières extérieures face aux migrations irrégulières, selon une législation adoptée mercredi par le Parlement européen.

Le texte voté à une large majorité (403 voix pour, 162 contre, 44 abstentions) renforce les pouvoirs et les moyens de l’agence européenne Frontex, afin qu’elle puisse épauler des pays confrontés à un afflux de migrants, comme la Grèce en 2015.

Les garde-frontières européens pourront notamment «vérifier les documents d’identité, autoriser ou refuser l’entrée à des points de passage frontaliers, estampiller les documents de voyage, patrouiller aux frontières et arrêter les personnes qui franchiraient une frontière de façon irrégulière» selon Dimitris Avramopoulos, commissaire européen en charge des migrations.


L’effet Notre Dame, par Jean-Gilles Malliarakis

Notre Dame de Paris

L’inspirateur des erreurs communes nous murmure, qu’après un événement comme l’incendie de Notre Dame, rien ne redeviendra comme avant. Cette illusion d’optique réapparaît dans chaque circonstance analogue, durant les quelques jours de sidération et de chagrin. On chante Mémoire éternelle à la fin des liturgies et des offices des morts. Et, trop souvent, on s’empresse de n’y plus penser.

Qu’on se souvienne, pour ne citer qu’un seul exemple, des attentats islamo-terroristes de 2015, à la suite desquels le public parisien manifesta quelques jours son enthousiasme pour nos courageux policiers. On a même pu lire dans tel journal allemand très sérieux l’éloge de la grandeur de peuple français. Bientôt, tout est redevenu comme avant. Le jeu des gendarmes et des voleurs attire plus de monde dans la deuxième catégorie. Et les bons esprits médiatiques accordent toujours plus de crédit à la version des voyous, des gauchistes et des casseurs qu’à celle des forces de l’ordre.

Reste cependant, d’abord, certains souvenirs. Ils s’enfouissent au profond des mémoires. Mais ils n’en demeurent pas moins autant de marqueurs importants pour le futur. À la commémoration du bicentenaire de la révolution de 1789, a correspondu un courant d’intérêt renouvelé pour sa dimension historique. Un nombre non négligeable de nos compatriotes, en cette occasion, aura pu mesurer le caractère sanglant et funeste de cette séquence. N’a-t-elle pas été trop souvent saluée et enseignée comme la fondatrice indépassable de nos républiques, pourtant malencontreuses, successivement apparues en 1792, 1848, 1873, 1946 et 1958, maintes fois traversées par des révisions chaotiques.

Par le feu dramatique ayant embrasé ce 15 avril la grande église de nos rois, le grand public a pu soudain se souvenir qu’elle n’a été réhabilitée, reconstruite sous la direction de Viollet le Duc, chantée par un Victor Hugo, lui-même encore royaliste, qu’après 40 ans de déréliction, de profanation et d’abandon.

De nombreuses réactions publiques mériteraient d’être citées et, nous devons l’espérer, pourront bientôt se trouver rassemblées. Évoquons seulement ici celle d’un Fabrice Luchini[1] : “On pourrait presque penser à un signe…” et il ajoute “Charles Péguy et sa passion chrétienne nous ont plongés dans une communion dont je ne mesurais pas la puissance. Notre Dame de Paris, c’est un symbole d’Occident. Même si on n’est pas chrétien, même si nous ne sommes plus chrétiens : la France est chrétienne. C’est un fait. Moi-même je suis frappé en plein cœur. Hébété. Quelque chose de supérieur est venu perturber les calendriers.”

Dans les messages privés et commentaires reçus, le rédacteur de cette chronique trouve celui d’un de ses plus vieux amis. Réfléchissant à cette idée de “reconstruire”, titre de L’Insolent du 16 avril[2] juge le mot inapproprié. En effet, tout le monde s’en est vite rendu compte, l’édifice ne sera que difficilement “rebâti” à l’identique et l’on entend déjà certains vieux progressistes parler de quelque chose de plus moderne. En réalité on sait par exemple, qu’en dépit du merveilleux mouvement de petites municipalités retrouvant leurs vieux fûts de chênes centenaires, même les matériaux n’existent plus à disposition d’architectes et d’artisans qui n’arrivent guère à la cheville de ceux du Moyen Âge. Or, ce lieu que nous avons admiré en notre temps, ne correspondait qu’en partie à la cathédrale construite sur 107 ans entre le XIIe et le XIIIe siècle commencée sous Louis le Pieux pour être achevée sous saint Louis. Le vandalisme des jacobins, puis le style tant décrié des Restaurateurs étaient passés par là.

L’éternel retour deviendrait la plus désespérante des idées, Nietzsche sait le faire comprendre dans son écriture poétique, s’il ne s’agissait que d’une réapparition à l’identique.

“Reconstruire”, dans l’esprit du rédacteur, cela s’applique à la société française et à la civilisation européenne. En quelques heures, des sommes privées considérables ont été souscrites, que la cause du patrimoine, étouffée par la fiscalité, ne parvenait pas à réunir jusque-là. Ce simple rassemblement arithmétique des moyens matériels de notre pays montre qu’il existe une vie en dehors de l’étatisme.

La rumeur d’une intention présidentielle, qui pourrait se voir bientôt confirmée, d’une suppression salutaire de l’Ena, vient ici comme une cerise sur le gâteau. Sauf si l’idée devait sombrer dans quelque réforme aggravante, cette réponse à la crise des gilets jaunes pourrait nous donner, elle aussi, une raison d’espérer.

Retroussons donc nos manches en sachant que rien ne nous sera donné sans effort.

[1] Publiée par Le Figaro, Figarovox, le 16 avril.
[2] cf. L’Insolent du 16 avril 2019.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent