Des policiers devenus islamistes

14/10/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Si la pratique d’une religion est tout à fait possible pour un policier, il n’est cependant pas tolérable qu’elle puisse nuire à son métier, voir qu’elle rende le gardien de la paix potentiellement dangereux.
C’est à cet effet qu’a été créé en 2015 le FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste).
Aujourd’hui, ils seraient « une trentaine » à faire l’objet d’une attention particulière. Une « cellule spéciale » de l’IGPN (la police des polices), créée en 2016, est chargée de les surveiller de près. Il s’agit aussi d’aider les chefs de service à identifier « les pratiques religieuses des agents qui sont incompatibles avec l’exercice de leur mission » ou qui « heurtent le principe de neutralité et de laïcité du service public », tout en respectant le droit des fonctionnaires d’exercer leur religion.

Comment faire pour déceler la radicalisation ?

Pour cela, il est nécessaire d’appliquer une certaine surveillance sur les forces de l’ordre, d’anticiper. Il ne s’agit donc pas de retirer des responsabilités à un fonctionnaire sous prétexte qu’il mange hallal, mais de trouver des critères objectifs de radicalisation. Aussi, sur les trente fonctionnaires suspectés, une vingtaine, d’entre eux présentent une « pratique religieuse un peu dérangeante » et une petite dizaine se trouvent en contact avec des réseaux salafistes identifiés.

Quelles sont les possibilités légales suite aux soupçons qui s’exercent sur ces policiers ?

Les dispositions de la justice sont en pleine évolution sur ce sujet, dans le cadre du projet de loi antiterroriste. Le gouvernement a déposé un amendement début septembre à l’Assemblée, qui demande que l’on puisse rapidement muter, voire radier les fonctionnaires chargés de missions de sécurité, si une enquête administrative conclut à leur radicalisation. Seront concernés les policiers, gendarmes, militaires, douaniers et le personnel pénitentiaire.

Angleterre. Suppression de « Avant – Après Jésus Christ » pour ne pas « offenser » les musulmans

Mais jusqu’où ira l’Angleterre en matière de soumission aux populations musulmanes qui vivent et/ou arrivent sur son sol ? La question est posée avec cette nouvelle mesure consistant à supprimer, dans des écoles de l’East Sussex pour débuter, toute référence à Jésus Christ dans la chronologie historique.

Ainsi, le Telegraph rapporte que de plus en plus d’écoles suppriment les références « Avant Jésus-Christ » et « Après Jésus-Christ » sur les frises chronologiques notamment, afin de ne pas heurter « les non-chrétiens » (traduction non orwelienne : les musulmans).

B.C., Before Christ, « avant Jésus-Christ ». A.D., Anno Domini, « dans l’année du Seigneur ». Ces termes ne serviront donc plus de repères pour les écoliers anglais. On parlera désormais de B.C.E.(Before Common Era), « avant l’ère commune » et C.E., « ère commune ». Une folie de plus, puisque de surcroit, la naissance de Jésus demeure l’événement historique qui sert de repère.

Un certain nombre d’autorités ont déjà adopté cette mesure, tandis que plusieurs autres envisageraient de rendre obligatoire le passage de la forme chronologique traditionnelle à la forme politiquement correcte.

Les conseils consultatifs permanents pour l’éducation religieuse (SACRE) de Brighton et Hove dans le Sussex de l’Est sont parmi ceux qui ont récemment recommandé que ces mentions soient retirées des cours d’éducation religieuse afin d’éviter « d’offenser » les élèves non chrétiens.

Pour se justifier, voici ce que déclare l’institution SACREs (Standing Advisory Councils for Religious Education) de East Sussext : « Beaucoup de chrétiens perçoivent les termes B.C.E et C.E comme un affront au christianisme. Cependant ceux-ci deviennent une norme de l’industrie parmi les historiens. Les élèves doivent être en mesure de reconnaître ces termes lorsqu’ils les rencontrent ».

Les SACREs sont composés de quatre comités, représentant l’Église d’Angleterre, d’autres groupes religieux, des organisations d’enseignants et des représentants de l’autorité locale. Ils sont chargés de réviser le programme tous les cinq ans. A noter que même les représentants des communautés juives et musulmanes ont confié ne pas comprendre ces modifications;

Le Royaume-Uni ne cesse de se renier mois après mois ; il est vrai que le Grand Remplacement prend forme petit à petit notamment en Angleterre, où certaines grandes villes sont désormais à majorité musulmane ou en passe de l’être.

Texte repris du site Breizh-infos

Eric Zemmour Cohen

I-Médias : Patrick Cohen contre Eric Zemmour entre censure et mépris

13/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Eric Zemmour et Eric Naulleau étaient invités de « C à vous » sur France 5. Pendant 25 minutes, Anne Elisabeth Lemoine comme Patrick Cohen ont tout fait pour isoler et blâmer Eric Zemmour. Deux visions du journalisme se sont affrontées : la liberté d’expression d’un côté et la censure au service du politiquement correct de l’autre. Tel est le thème principal de ce nouveau numéro d’I-Médias, l’émission de Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés, dont le sommaire comporte aussi les sujets suivants.

14:21 Le zapping d’I-Média – Individualisme poussé à l’extrême…

Dimanche 8 octobre, dans l’émission Salut les terriens, le youtubeur Jeremstar a annoncé qu’il allait se marier avec… lui-même : « Je pense que finalement je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi extraordinaire que moi-même ». La blague est d’autant plus gênante que le narcissique Jeremstar s’est mis en scène en essayant des robes de mariée.

24:44 Dove victime de l’hystérie « antiraciste »

Une publicité pour le savon Dove s’attire les foudres du politiquement correct. Un photomontage enflamme Twitter, les médias suivent en dénonçant une publicité raciste… Une femme de couleur se transformerait en femme blanche sous l’effet du gel douche. Mais la publicité a été volontairement tronquée pour y voir un message haineux et les médias sont tombés dans le panneau de l’hystérie « antiraciste ».

30:04 Les tweets d’I-Média – Bertrand Cantat en Une des Inrocks,

L’ancien membre du groupe Noir Désir revient sur la scène médiatique et fait la couverture du journal bobo. Le chanteur y fait la promotion de son nouvel album dans lequel il vante l’immigration de masse et l’accueil des clandestins. Une leçon de morale difficile à entendre venant de l’homme qui a massacré à coup de poings sa compagne Marie Trintignant.

35:28 Attentat de Marseille – Opération diversion, le préfet limogé.

Attaque terroriste à Marseille par un clandestin tunisien délinquant. Le gouvernement fait croire à des dysfonctionnements administratifs. Une version reprise en cœur par les journalistes qui n’ont pas pris la peine de lire le rapport de l’Inspection Générale de l’Administration. La paresse journalistique au service de la communication gouvernementale.

Le tueur communiste Cesare Battisti bientôt extradé vers l’Italie ?

Cela fait quarante ans que Cesare Battisti, le tueur italien des Prolétaires armés pour le communisme, nargue ses victimes et les autorités de son pays, grâce à l’active complicité de la gauche internationale. Mais le Brésil semble prêt à le livrer enfin à la justice italienne.

Pendant la période dite des années de plomb, Cesare Battisti fut l’un de ces assassins d’extrême gauche (généralement en cheville avec des services secrets d’Europe de l’Est) qui laissèrent leur marque sanglante dans leur pays. On pense, en France, à Action directe, en Allemagne à la Bande à Baader, en Italie aux Brigades rouges etc. En Italie, d’ailleurs, les tueurs communistes se déchaînèrent plus qu’ailleurs, et pas uniquement par le biais des sinistres Brigades rouges. Il y eut ces Prolétaires armés pour le communisme, qui mêlaient étroitement idéologie marxiste et vols et meurtres de pur droit commun. Policiers, militants du MSI, commerçants, et jusqu’au président du conseil des ministres, le démocrate-chrétien Aldo Moro : les victimes de ce terrorisme rouge sang se comptent par centaines, car il y eut aussi des attentats sanglants.

Battisti fut de ces tueurs. Il fut même l’un des plus déterminés. Il avait été condamné pour le meurtre direct ou la complicité du meurtre de quatre hommes : un gardien de prison, en 1978 et, en 1979, un bijoutier, un boucher, un policier (ci-dessous). Par ailleurs, lors de l’assassinat du policier, Andréa Campagna, il laissa pour mort son jeune fils, aujourd’hui paraplégique.

C’est dire si ce Battisti était une canaille de la pire espèce.

cesare battisti victimes

Arrêté, il s’évade en 1981 grâce à une opération des PAC. Bénéficiant de nombreuses complicités au sein de la gauche mondiale, il avait réussi à rester en liberté, ou à ne faire que de courts séjours en prison, et surtout il avait réussi à échapper à l’extradition vers l’Italie jusqu’à ce jour, soit pendant près de 40 ans.

La protection de Lula

Il a publié quelques romans policiers, ce qui a donné au tueur un vernis intellectuel suffisant pour susciter les soutiens de nombreuses personnalités : Mitterrand, alors président de la République, s’était engagé à ce que les anciens militants d’extrême gauche ne soient pas livrés à la justice italienne.

Parmi ses soutiens, on trouvait l’abbé Pierre, François Hollande, pas encore président de la République, Bernard-Henry Lévy, Fred Vargas, Bertrand Delanoë etc. Toute la gauche bobo avait les yeux de Chimène pour le tueur communiste.

Battisti s’était réfugié en France. Mais quand la droite française est revenue au pouvoir, Battisti s’est enfui au Brésil, où il a bénéficié de la protection du Parti des Travailleurs et du président Lula (lui-même désormais en froid avec la justice de son pays, pour corruption). Le nouveau gouvernement brésilien, de centre droit, ne se sent aucunement en solidarité avec le tueur, même si l’opposition de gauche brésilienne continue à lui apporter son soutien, considérant que « la motivation de la persécution de M. Battisti est de nature politique ».

Mais il paraît difficile de soutenir que l’Italie n’est qu’une dictature bananière. Les derniers soutiens de Battisti, nostalgiques de la révolution mondiale ou au moins « tricontinentale », s’étiolent. Battisti le sentait, et vient d’être arrêté à la frontière avec la Bolivie, où il tentait de se réfugier (1). Son extradition vers l’Italie pourrait bien clore 40 années de cavale et de complaisance de la gauche à l’égard de ses tueurs.

Francis Bergeron

(1) Note de Novopress – Un juge a ordonné sa remise en liberté et il est libre de ses mouvements à l’intérieur du pays. Il a d’ailleurs donné une interview où il affirme : « Je suis un immigrant, avec un visa permanent dans le pays. Je peux quitter ce pays comme je veux et quand je veux. » Selon Le Monde, son extradition est toutefois l’hypothèse la plus probable : « Si la Cour suprême tardait à s’exprimer, le chef de l’Etat pourrait passer outre son jugement en formulant un avis présidentiel permettant de remettre Cesare Battisti à l’Italie. »

Article paru dans Présent daté du 14 octobre 2017

Éric Zemmour considère que “Les Républicains sont morts”

13/10/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Éric Zemmour considère que la structure des partis actuels est totalement changée et que les partis traditionnels sont voués à disparaître : “Les Républicains sont morts“. Nicolas Domenach estime lui “qu’en politique rien ne meurt, tout se transforme”. Il affirme au micro de RTL que “Les Républicains ne sont donc pas complètement morts”.

Éric Zemmour et Nicolas Domenach s’accordent sur une chose : autrefois la droite centriste était dominé par une droite gaulliste. Mais le désaccord se situe sur le diagnostic actuel, Éric Zemmour considère que la droite d’aujourd’hui est en fait une droite centriste, “qui fait semblant d’être de droite, et quand elle gouverne, gouverne au centre gauche. C’est ce qu’ont fait Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et c’est ce que fera Laurent Wauquiez.”


Substitution de population : davantage de naissances en Seine-Saint-Denis qu’à Paris

13/10/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
L’Insee a publié en août dernier ses statistiques sur les naissances en France par département pour l’année 2016. Ces chiffres montrent que le nombre de naissances en Seine-Saint-Denis est supérieur d’un millier à celui constaté à Paris intra muros, soit environ 29 000 naissances contre environ 28 000.

C’est surprenant, car avec 2,2 millions d’habitants, Paris compte 600 000 habitants de plus que la Seine Saint Denis ?

Cela révèle tout simplement un taux de natalité sensiblement plus élevé dans le « 93 » : 18 pour mille contre 13 pour mille à Paris, soit presque moitié plus. Sur Atlantico, le géographe Laurent Chalard explique ce phénomène par la croissance démographique en Seine Saint Denis et le fait que « les nouveaux arrivants sont issus de l’immigration internationale, ce qui a un impact (…) sur la fécondité ».

En clair, les immigrés extra-européens font davantage d’enfants que les bobos parisiens ?

Le taux de fécondité était en 2015 de 1,54 enfant par femme à Paris intra muros alors qu’il était de 2,46 enfants par femme en Seine Saint Denis. C’est presque un enfant de plus ! Selon Laurent Chalard, ce différentiel s’explique par « la surreprésentation des familles d’immigrés extra européens, en particulier originaires des pays les plus féconds de la planète (dont d’Afrique subsaharienne) ». A quoi il faut ajouter le fait que la ville de Paris accueille une population étudiante importante, qui a encore peu d’enfants, mais est trop chère pour les familles des classes moyennes.

Localement, le phénomène de « grand remplacement » est donc incontestable

Laurent Chalard ajoute : « Au fur et à-mesure du temps la population [de la Seine Saint Denis] est, de plus en plus composée uniquement d’immigrés extra européens et de leurs descendants ».
Il estime enfin que les autorités ne s’adaptent pas à ce « grand remplacement » et aux difficultés qu’il suscite, comme l’émergence de tensions entre communautés ethniques.

Philippot Marine Le Pen

Florian Philippot face à Marine Le Pen dans « L’Emission politique » ?

13/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ce n’est pour l’heure qu’une hypothèse mais elle est sérieusement étudiée : Florian Philippot pourrait être « l’invité mystère » face à Marine Le Pen dans L’Emission politique, jeudi prochain sur France 2. Alors que le fondateur du mouvement Les Patriotes accentue ses critiques à l’égard du Front national, parlant de « revirement extraordinaire » sur la construction européenne, ce serait une façon, pour France 2, de continuer à « mettre Marine Le Pen devant ses contradictions », l’explication avancée en février dernier quand, à la surprise générale, Patrick Buisson avait été l’« invité mystère » face à Marine Le Pen durant la campagne présidentielle. Attaquée sur sa droite en février et sur sa gauche en octobre ?

Rowling

Terrorisme : pour J. K. Rowling, l’auteur d’Harry Potter, l’islam n’y est pour rien !

13/10/2017 – ROYAUME-UNI (NOVOpress) : On ne lui demandait rien, à J. K. Rowling, mais l’auteur de la série des Harry Potter n’a pas pu s’empêcher d’intervenir… pour dédouaner l’islam de toute responsabilité criminelle dans la campagne djihadiste de l’Etat islamique !

Après la tuerie de Las Vegas, sur Twitter, la chanteuse américaine Ariana Grande a demandé un contrôle plus strict des armes. « Et pas un contrôle plus strict de l’islam radical après l’attaque de votre concert à Manchester ? », lui a renvoyé un internaute, en référence à l’attentat-suicide du 22 mai dernier, revendiqué par l’Etat islamique, qui a fait 22 morts et plus d’une centaine de blessés.

C’est là que J. K. Rowling est intervenue :

« L’islam ne tue pas les gens. Des gens tuent des gens. »

En janvier 2015 déjà, après le massacre commis par les frères Kouachi à Charlie Hebdo, l’auteur de Harry Potter avait signalé que le « soi-disant (sic) terrorisme islamiste » avait tué bien plus de musulmans que de chrétiens.

D’ici à ce que Pouillard devienne une école coranique…

Front national Congrès

EXCLUSIF Le Front national lance l’élection de son prochain comité central

12/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : La refondation du Front national prend un tour étonnant : alors que Marine Le Pen elle-même a reconnu le week-end dernier que la structure du parti qu’elle préside est héritée de celle du Parti communiste et qu’il convient d’en changer, Steeve Briois, secrétaire général du FN en charge du congrès, vient de lancer la procédure d’élection de son nouveau comité central.

Dans une lettre aux adhérents publiée sur le nouveau site dédié au XVIe congrès du Front national qui se tiendra les 10 et 11 mars 2018 à Lille, Steeve Brois écrit : « D’ici là, vous serez, comme l’ensemble des adhérents, appelés à voter par correspondance pour renouveler deux instances dirigeantes essentielles : la Présidence et le Comité central. Le Comité central est l’organe représentatif des adhérents. Il compte 120 membres, dont 100 sont élus directement par l’ensemble des adhérents à jour de cotisation au vendredi 2 février 2018. »

Le « calendrier électoral », qui figure en pièce jointe, annonce au menu du dimanche 11 mars, journée de clôture donc du congrès :

« Proclamation des résultats à l’élection du Comité central lors du congrès de Lille. Présentation au Comité central par le Président du nouveau Bureau politique pour approbation. Discours du nouveau Président. »

Le nouveau parti, avec de nouvelles structures, aboutissement de la « refondation », n’est donc pas pour le congrès de mars ? Ou bien ne s’agit-il que de se conformer aux statuts actuels, afin d’éviter que Jean-Marie Le Pen, que l’on sait procédurier, n’engage une action en justice ? Etrange.

Flic Quai de Valmy

Quai de Valmy : les incendiaires gauchistes s’en tirent bien, très très bien !

Chard Quai de ValmyPour avoir tenté d’assassiner un policier et sa collègue en incendiant leur véhicule, les casseurs du Quai de Valmy écopent de peines deux fois plus légères que les réquisitions du Parquet. Ces antifas ultra violents des beaux quartiers, représentés par Antonin Bernanos, ne vont vraisemblablement pas faire beaucoup plus de prison que leur préventive.

Le jugement est tombé sous les protestations et les insultes de leurs partisans rassemblés devant la salle. Deux des prévenus, Angel Bernanos et Bryan Morio, accusés de « participation à un groupement en vue de la préparation de violences volontaires », ont été relaxés. Le second a été condamné à une amende de 1000 euros pour refus de prélèvement ADN ce qui est assez commode pour ne pas savoir s’il s’est rendu coupable de violences.

Léandro Lopes, poursuivi pour la même raison, a écopé d’un an de prison avec sursis. Aucune interdiction de manifester n’a été retenue contre lui. 

En état de récidive, puisqu’il avait été condamné en 2013 pour des « violences aggravées », le chef de file, Antonin Bernanos, petit-fils de l’écrivain, accusé d’avoir porté des coups au policier Kevin Philippy alors qu’il était encore dans la voiture, prend cinq ans de prison (dont deux avec sursis). 

« Ce sont des faits d’une extrême gravité et il existe un risque de réitération au vu de votre absence de regrets »a déclaré le président.

Au cours du procès, Antonin Bernanos a en effet formellement refusé de condamner moralement l’agression. Le policier blessé, Kevin Philippy, avait alors demandé au président de reprendre la parole : « J’ai failli mourir, j’espère qu’ils prennent conscience de la gravité de leurs actes. »

Pour le ministère public, Antonin Bernanos, qui ne « se remet pas en cause », présente « clairement un risque de réitération ». [Il a été] condamné sans mandat de dépôt. Ce qui laisse planer un doute sur le fait qu’il fera bien ces années de prison. 

Tout comme Thomas Richaud, condamné à deux ans de prison (dont un avec sursis), pour avoir mis des coups de pieds et de poing dans le véhicule. David Bault alias « Kara », transgenre américain, reconnu coupable d’avoir jeté un plot métallique sur le pare-brise avant de la voiture alors que les policiers se trouvaient encore à l’intérieur, est condamné à quatre ans de prison (dont 2 avec sursis). Ari Rustenholz, accusé d’avoir blessé les policiers, a pris 5 ans de prison (dont 4 ans et demi avec sursis).

Au final, le principal accusé sur lequel pèse la plus lourde charge, celle d’avoir jeté le cocktail Molotov qui a entièrement brûlé la voiture de police, ne payera pas pour ses crimes. Il est en fuite et ne s’est pas présenté au procès. Condamné à 7 ans de prison, un mandat d’arrêt a été prononcé à son encontre.

Et bien sûr toujours aucun démantèlement en vue de ces milices d’extrême gauche, ces groupuscules criminels qui ont perturbé les délibérations du tribunal, tentant d’intimider les magistrats, obligeant les audiences à être reportées. En plus de leurs faits d’armes habituels : saccages, violences, pillages, harcèlement et agressions des forces de l’ordre. 

Caroline Parmentier

Article et dessins de Chard parus dans Présent

Danièle Obono : un cadeau fait aux islamistes

12/10/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Députée France Insoumise de Paris, Danièle Obono se fait connaître pour des positions problématiques. Tout semble bon pour prouver qu’il n’y a pas de problème avec un islam radical mais que la France serait islamophobe.

Dans sa chronique, Natacha Polony considère que Danièle Obono est en quelque sorte, un cadeau fait aux islamistes.


Eric Zemmour

Eric Zemmour : « La mondialisation est forcément libérale »

12/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Emmanuel Macron, président des riches ? Et si c’était un peu plus compliqué que ça, s’interrogeait Eric Zemmour ce matin sur RTL, en relevant les contradictions du discours de la gauche à ce sujet : « On pourrait appeler ça le coup du Sarko : vous coller l’étiquette infamante de “président des riches“, parce que vous voulez réduire l’impôt des plus favorisés. Nicolas Sarkozy ne s’en était jamais remis. Pour ne pas subir le même opprobre […], François Hollande avait massivement augmenté les impôts, des riches mais aussi des moins riches. Il était devenu le président des impôts. »

« Il y a six mois, nos médias nos élites, tous les relais d’opinion n’avaient pas de mots assez louangeurs pour vanter le discours d’Emmanuel Macron sur l’ouverture, l’Europe, la mondialisation, rappelle l’éditorialiste, et de se moquer des partisans du “repli frileux“ disaient-ils, des “apôtres ringards de la ligne Maginot“. » Mais…

« Mais l’ouverture veut dire aussi l’ouverture pour les capitaux […] La mondialisation est forcément libérale et favorise depuis trente ans les plus riches des pays riches et les plus riches des pauvres, au détriment des classes moyennes des pays riches. C’est injuste, mais c’est ainsi. »

Si on veut changer cela, explique Eric Zemmour, il faut alors tout changer, remettre les frontières et en finir avec l’euro. Si on refuse, alors il faut s’adapter, « c’est-à-dire baisser les impôts pour ceux qui ont la faculté de mettre leur argent en dehors de nos frontières » :

« On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, la satisfaction morale de l’ouverture et de l’universalisme, et la satisfaction intellectuelle de la lutte contre les inégalités. »

Comme on ne peut pas mener, en même temps, la lutte contre le chômage et la lutte contre la précarité :

« Tous les pays occidentaux ont réduit leur chômage en augmentant le nombre des emplois précaires. La France a préféré augmenter son chômage, et son assistanat, et son endettement. »

Le CSA est-il un organe de contrôle de la propagande immigrationniste ?

12/10/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le 5 octobre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a publié une série de décisions. Au moins deux d’entre elles amènent à questionner la véritable mission du CSA.

La chaîne Mayotte Première a été épinglée par le CSA pour un reportage diffusé en décembre 2016

Ce reportage visait « les comités de décasage ». Il s’agit d’actions de délogement menées par des Mahorais contre des clandestins comoriens, accusés de délinquance et d’invasion.

Le CSA a qualifié ce sujet de « controversé » et son traitement aurait été trop peu équilibré. Or, selon le cahier des charges du groupe France Télévisions, qui est imposé par le CSA, une expression pluraliste des points de vue est nécessaire.

Par ailleurs, la chaîne CNews a été rappelée à l’ordre, car l’éditorialiste Ivan Rioufol avait affirmé que « 28 % des musulmans français se réclamaient, au bout du compte, de l’Etat islamique ».

Ivan Rioufol s’était alors appuyé sur une enquête menée par l’Ifop pour l’Institut Montaigne. Celle ci qualifiait pudiquement d’« autoritaires » ces musulmans qui estiment que la charia passe avant les lois de la République. Cette interprétation par le polémiste, au lendemain de l’attentat sur les Champs Elysées, a été regrettée par le CSA car contraire à « l’obligation de promotion des valeurs d’intégration et de solidarité ».

Le CSA accomplit-il pleinement sa mission de garantir l’exercice de la liberté de communication audiovisuelle ? On peut se demander si cette liberté fonctionne dans les deux sens.

Nous attendons les décisions du CSA regrettant l’absence de pluralité d’opinions lors de reportages favorables à l’immigration clandestine ou minimisant l’islam « autoritaire » en France.

Chers lecteurs, lorsque vous assistez à de tels reportages, n’hésitez pas à les signaler au CSA. Vous pouvez le faire en ligne sur le site de l’institution.

Mamadou Libye

Mamoudzou, migrant : « Je ne peux conseiller à personne d’entrer en Libye. Vous mourrez pour rien »

12/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Le témoignage de Mamoudzou Oba, migrant guinéen rescapé de son passage en Libye et de la Méditerranée, est publié par le site du UNHCR, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Il est édifiant. Depuis le Dattilo, navire des garde-côtes italien, il « prévient ceux tentés de fuir la pauvreté et les conflits en Afrique subsaharienne des dangers sur les routes terrestres et maritimes menant vers l’Europe » :

« Je ne peux conseiller à personne d’entrer en Libye. Vous mourrez pour rien, » a-t-il dit aux sauveteurs.

Mamoudzou Oba raconte « qu’il a été enlevé, privé de nourriture et battu pendant trois semaines avant de quitter la Libye » : « Il dit que les personnes sont achetées et vendues pour des montants aussi faibles que 300 dollars. »

« Si tu restes, ils viennent tous les jours te maltraiter. Un jour, un jour, un jour, ils te tueront. »

« Le témoignage de Mamoudzou, ajoute le Haut Commissariat, est corroboré par le médecin volontaire de la Garde côtière italienne, Lucia Guidolin. Elle dit que la plupart des réfugiés et migrants qu’elle a examinés suite à leur sauvetage en Méditerranée ont subi de graves sévices physiques et psychologiques. »

« Lucia Guidolin a été confrontée à un cas de ce type parmi les passagers du Dattilo. Abdullah Touré, un Ivoirien, lui a raconté qu’il avait été enlevé et torturé par des gangs de rue pendant des mois » :

« Ils nous ont menacés pour qu’on leur donne de l’argent. Sinon, ils nous tueraient. Ils ont pris une arme et ont tiré près de mes oreilles. Pan ! Pan ! Pan ! Maintenant, je n’entends plus. Je suis arrivé dans cet état aujourd’hui. »

Mélenchon

Témoin de la scène, il confirme : Mélenchon a bien traité Manuel Valls de nazi

12/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « Jean-Luc Mélenchon a traité Manuel Valls de nazi », a confirmé ce matin sur RTL le député socialiste des Pyrénées-Atlantiques David Habib, qui a assisté à la scène relatée par le Canard enchaîné. « Il était dans une bulle de violence », a-t-il ajouté, racontant également que lorsqu’il a voulu calmer le leader de La France insoumise, Manuel Valls lui a dit : « Laisse, laisse, il est fou »…

Dans son numéro paru hier, Le Canard enchaîné avait rapporté cette scène surréaliste survenue au Sénat le 3 octobre dernier en fin d’après-midi, dans la salle de la commission des lois. « Moi, je ne m’assieds pas à côté de ce nazi ! », s’était exclamé Mélenchon, avant de lancer à Manuel Valls : « Tu n’es qu’une ordure ! un pauvre type ! une merde ! »

L’apostrophe de Minute à Danièle Obono : « Mais qu’on la fasse taire, bordel ! »

11/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ulcéré par les saillies indécentes et idiotes de Danièle Obomo, l’hebdomadaire Minute n’y va pas par quatre chemin en titrant cette semaine sur une photo de « l’afri-féministe » de Mélenchon : « Mais qu’on la fasse taire, bordel ! », ce dernier mot étant accompagné, en petits caractères, de cette précision malicieuse : « ©Macron ». Extraits de l’un des articles consacrés, dans ce numéro, à la porte-parole de la France insoumise.

Minute Danièle ObonoOn peut, comme Jacques Prévert, dire « tu » à tous ceux qu’on aime. A « Minute », on tutoierait plutôt ceux qu’on n’aime pas, mais alors pas du tout. Parce que « ta gueule ! », ça résonne un peu mieux que « je vous demande de vous arrêter ». Danièle Obono, député de Paris et porte-parole nationale de la France insoumise, les enfile, les collectionne, les arbore, fière d’elle, fière de son « afro-féminisme » agrémenté d’« islamo-gauchisme », en boucle sur les télés. Alors oui, ferme-la, plutôt que de débiter connerie sur connerie.

Oui, c’est con de refuser de dire « Vive la France », surtout quand on est un élu, surtout qu’on a été gentiment accueilli et tout aussi gentiment naturalisé français, et qu’on se retrouve député parce que dans ce pays raciste qu’est la France, on peut être gabonais et tout de même député français.

Oui, c’est con, très con, ce parallèle « entre toutes les religions » qui toutes auraient « une idéologie discriminante », la preuve par les djihadistes et par… la Manif pour tous ! Lis ci-contre, ça t’instruira, toi qu’on aurait presque envie de plaindre d’avoir été élevée dans un milieu si religieux puisque, à t’en croire, ton papa croyait (il était protestant, le bougre !), ta maman croyait (elle était catholique), une de tes sœurs avait un papa (un autre, c’est compliqué chez vous) qui croyait aussi, mais lui en Allah, et « tout ce petit monde était aussi animiste » as-tu confié à « Libération ».

Oui, c’est con de dire qu’un chauffeur de bus qui ne veut pas prendre le volant après une femme est un « sexiste pas forcément radicalisé ». Mais non, Obono, ce n’est pas un sexiste. Un sexiste, c’est juste les femmes son problème. Ton chauffeur de bus, son problème, c’est tout ce qui n’est pas islamiste. Tu comprends la différence ou il faut te le dire en anglais ?

Oui, en anglais, parce que ton idéologie, ce n’est pas la France, et, comme dirait Manuel Valls, ce n’est pas la république non plus. Ton idéologie, c’est l’Amérique, et pas celle des cow-boys, celle de la guerre des races, celle des dingos du KKK et des tarés de la Nation of Islam. Et ne me dis pas, Obono, que tu ne vois pas ce que je veux dire. Ton blog, « camaradobono », devrait être sous-titré. La moitié des articles est en anglais. Et que je te cite Malcom X, tu sais le gars sympa qui voulait qu’on bute des Blancs, et que je te cause des Black machin, et que je discute pour savoir si les femmes africaines peuvent être représentées par une femme à la peau noire claire,

Non mais tu crois vraiment que tu as été élue pour ça ? Au passage, je te remercie. Si, il faut. Tu as éliminé au premier tour un sacré sectaire, Ian Brossat du parti communiste. Tu étais sa suppléante à l’élection précédente et là, tu lui as piqué la vedette. Un petit remplacement en quelque sorte… Bien joué, Obono !

Danièle Obono MélenchonTu es fière d’être noire ? Pas de problème. Manquerait plus que tu en aies honte. Mais là, c’est de l’obsession. Tu t’es fait tatouer une carte d’Afrique sur la peau. Après tout, pourquoi pas. A l’origine, tu es gabonaise. Tu n’es française que depuis 2011. Les racines, c’est important, je comprends. Mais là, tu es en France. Tu as été élue par des Français et donc pas que des Africains même s’il y en a de plus en plus qui votent, comme cela n’a pas dû t’échapper, et certainement pas des Américains.

Tu dis que tu n’as jamais adhéré aux Indigènes de la République. Tu sais, ceux qui veulent lutter contre une « Europe impériale blanche » (ah les mythos !). Pourquoi l’aurais-tu fait ? Tu ne serais jamais devenue député. Comme ça, tu dépasses ton papa qui n’a jamais réussi à faire mieux que 0,5 % à l’élection présidentielle gabonaise en 1998. Comme quoi, la France « blanche et impérialiste », elle vote plus Obono que le Gabon.

A propos de ton papa, il a été un cadre important de la banque Paribas-Gabon. Un point commun entre toi et la plupart des gauchistes blancs. Tu es une fifille à papa de la bonne bourgeoisie. Quand il t’a envoyée en France faire tes études à Montpellier – c’était paschezles curés au moins ? –, tu n’as pas eu besoin d’entrer clandestinement. Tu es peut-être venue avec Air Gabon où maman travaillait.

Tout ça pour dire quoi ? Que tu n’es pas une fille de la banlieue mais bien un pur produit de la mondialisation qui réussit. Tu fantasmes sur Malcolm X, mais la société qui t’a produit politiquement, c’est Arnold et Willy.

Tu vois, Obono, pour nous le problème, ce n’est pas que tu sois noire, que tu sois une femme, que tu sois cultivée comme un champ de patates pour disette intellectuelle. Le problème est que, au fond, ce que tu dis est bête, que c’est une insulte à la classe ouvrière que Jean-Luc, ton patron, prétend défendre.

Quand tu dis […]

Extrait d’un article de Philippe Martin à lire en intégralité
dans Minute n° 2842 daté du 11 octobre 2017

Faux mineurs migrants

Après les algues vertes, les faux migrants mineurs envahissent la Bretagne

11/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : L’article publié par Le Télégramme de Brest est titré : « Mineurs étrangers. Le SOS des élus bretons ». Un appel au secours car, « en 2010, ils étaient au moins 4 000 pris en charge par les conseils départementaux français. À la fin de cette année, ils devraient être 25 000 ». Et la Bretagne est particulièrement débordée, avec 1 316 mineurs non accompagnés ou prétendu tels au 31 août dernier, alors qu’ils n’était qu’« une poignée » auparavant. Qui plus est, ces « mineurs » sont de plus en plus souvent des majeurs qui ne s’ignorent pas mais qui le cachent. Extraits.

« Au niveau national, en 2013, 70 % des personnes se présentant comme mineures et sans famille étaient reconnues comme telles. Le chiffre actuel est désormais de 40 % (rapport d’information du Sénat du 28 juin 2017). En Ille-et-Vilaine, ce taux a même chuté à 25 % (30 % dans le Finistère, 45 % dans le Morbihan, 50 % dans les Côtes-d’Armor) en 2017. »

Le problème, explique Le Télégramme, est celui de l’évaluation de l’âge. « Elle a été confiée… aux Départements, qui n’avaient pas les compétences et les moyens pour assurer cette mission (et qui ont dû mobiliser des personnels et les former). »

« Pour évaluer les arrivants, l’État a estimé que cinq jours suffisaient (il ne rembourse la prise en charge que pour cette période). Dans la réalité, ce délai a explosé : d’une « quinzaine de jours » dans le Finistère, jusqu’à « 60 à 90 jours » dans les Côtes-d’Armor.

Résultat : « Pendant ce délai (non pris en compte par la cellule nationale, qui continue d’envoyer des mineurs déclarés), impossible de signifier la fin d’une prise en charge à un faux mineur. Et “impossible aussi de proposer un accompagnement de qualité aux vrais mineurs, dont la plupart arrivent souvent déjà extrêmement traumatisés par leur parcours“, déplore un observateur avisé souhaitant garder l’anonymat. Second résultat : des coûts de prise en charge qui s’envolent »