Face à la crise, Israël accélère la colonisation

Face à la crise, Israël accélère la colonisation

21/07/11 – 09h45
TEL-AVIV (NOVOpress)
– L’État israélien fait actuellement face à un mouvement qui peut être comparé à celui des « indignés » espagnols.

En effet, depuis une semaine plusieurs dizaines de tentes sont érigées sur le boulevard Rothschild, dans un quartier huppé de Tel Aviv, pour protester contre l’envolée des prix de l’immobilier. Le mouvement semble prendre de l’ampleur et relance le débat sur la pérennité de l’économie du pays, qui connaît des difficultés malgré une croissance annuelle de 5 %.

Pour répondre à cette contestation, Israël a annoncé lundi son intention de construire 294 nouveaux logements dans deux colonies de peuplement de Cisjordanie occupée, une initiative visant à faire baisser les prix des logements qui ont grimpé ces dernières années et à apaiser ainsi la colère de l’opinion, bien que ces nouvelles occupations soient illégales au vue des résolutions de l’ONU et représentent un nouvel obstacle dans d’hypothétiques négociations de paix.

La Ligue du Nord vote pour l’arrestation d’un proche de Berlusconi / crédit photo : camera.it

La Ligue du Nord vote pour l’arrestation d’un proche de Berlusconi

21/07/11 – 09h32
ROME (NOVOpress)
– Nouvelle déconvenue pour le « cavaliere » : la Chambre des députés a autorisé l’arrestation d’Alfonso Papa, un député du parti de Silvio Berlusconi et proche de ce dernier, pour son implication dans une affaire de corruption.

Ce vote favorable à l’arrestation a bénéficié des voix de la Ligue du Nord, nouveau signe des graves divisions qui agitent actuellement la majorité.

Au cours d’un vote à bulletin secret, 319 députés ont voté en faveur de l’arrestation du député tandis que 293 ont voté contre.

Ce vote est un nouveau revers pour le chef du gouvernement Silvio Berlusconi qui avait appelé à voter contre l’arrestation d’Alfonso Papa impliqué dans une vaste affaire de corruption et de conflits d’intérêt.

[box class=”info”]Crédit photo : camera.it[/box]

« Extrême droite »… de l’art de cultiver « une marque épouvantail »

Avec les prémices de la campagne pour les présidentielles refleurissent en cet été frémissant, tels les droseras affamés dans les tourbières, les concepts épouvantails, les bûchers de l’Inquisition et les procès en sorcellerie. Vidée de sens et remplie de haine, l’accusation d’ « extrémisme de droite » est ainsi à nouveau largement utilisée pour brocarder de façon systématique tous ceux qui se situent en dehors du champ des « partis de gouvernement », bien loin donc du Fouquet’s et du Sofitel… donc extrêmement populistes, extrêmement populaires, extrêmement ordinaires.

Des mots inquiétants…

Il convenait de s’arrêter, l’espace d’un instant, sur cet étrange et vieux réflexe afin d’imaginer (ou tout au moins tenter à nouveau de le faire) la réponse qui doit lui être opposée.

Tout d’abord un passage obligé : le bref rappel historique qui contextualise mais n’instruira pas grand monde. La formule « extrême droite » est née au milieu du XIXe siècle dans les tabernacles d’une gauche fustigeant par ces mots inquiétants l’antiparlementarisme et la nostalgie de l’Ancien Régime. Nous le retrouverons bien plus tard pour qualifier les antidreyfusards, puis le défilé du 6 février 1934 qui comprenait pourtant des ligues d’horizons bien différents, depuis les Camelots du Roi jusqu’à l’Association des anciens combattants communistes !

Les deux partis phares de la collaboration, le PPF (Parti populaire français) et le RNP (Rassemblement national populaire) respectivement dirigés par Jacques Doriot (issu du Parti communiste !) et Marcel Déat (issu de la SFIO !) furent étrangement tatoués à la Libération de cette estampille sulfureuse alors même que les mouvements plus ou moins issus de « l’extrême droite » du cru XIXe s. (L’Action française de Charles Maurras ou les résistants Croix de Feu du colonel de La Rocque) avaient pour leur part assez clairement marqué leur distance avec Vichy et l’occupant.

Pas un mot sur les origines intellectuelles du national-socialisme né à l’évidence dans les éprouvettes fumeuses d’une certaine gauche. Pas un mot sur certains socialistes (parfois lumineux bien que loin des Lumières) : Proudhon, Sorel, Barrès, Vacher de Lapouge, qui ont mis, sans le vouloir vraiment, leur grain de sel à ce grand bouillon d’avant-guerre.

Tout cela fut étonnamment et définitivement « packagé » sous l’horrible et sanguinolente enseigne « d’extrême droite ». L’ombrelle diabolisante sera, bien entendu, à nouveau utilisée lors de la guerre d’Algérie pour qualifier l’OAS et la mouvance nationaliste de l’époque.

Avec le renouveau du nationalisme dès la fin des années 1970 et ses deux ou trois casseroles aux couleurs lessivées de l’Algérie française et aux sonorités un brin CIDUNATI, nous devions nous attendre (bien qu’il n’y ait pas eu de filiation véritablement établie) à une nouvelle et puissante expression de « l’art de cultiver la marque épouvantail ». Nous n’avons pas été déçus ! Et nous ne retracerons pas ici – les bons ouvrages existent sur le sujet – tout l’historique des campagnes de diabolisation auxquelles se sont ralliés, par ailleurs, la plupart des hommes politiques et intellectuels par facilité et conformisme, parfois même à leurs dépens.

Raviver le Diable, c’est mettre le Purgatoire sous pression…

La réalité qui doit être enfin posée est que ce processus est pour la gauche une prodigieuse machine à dominer le monde des idées en lui assurant de façon récurrente une redoutable capacité à choisir ses adversaires. Raviver le Diable, c’est mettre le Purgatoire sous pression et désigner le Diable, c’est procéder à l’exclusion du débat démocratique, à l’excommunication d’une partie de ses opposants. On ne discute pas avec le Diable ! Climat de délation, manichéisme, vigilance sur les dissidences, pensée sous préservatif… tout le paysage politique de droite s’est ainsi retrouvé piégé par les nouveaux Grands Inquisiteurs. Tout le paysage, car lorsqu’est prononcée la terrible formule « extrrrême drrroite », que l’on croirait sortie de la gueule d’un berger allemand en colère un soir de novembre à Birkenau, est lâché du même coup le mot « drrroite » ; en filigrane, dans la droite en général se profilerait la possibilité d’une dérive droitière voire ultra droitière donc diabolique (la vision d’un monde ultra bourgeois ou bien d’un monde fascisant serait en gestation chez ces gens de droite finalement réactionnaires et, au bout du compte intellectuellement peu fréquentables).

Nous sommes bien loin de la douceur et des cimes humanistes vers lesquelles nous propulse le circonflexe de la Gôôôche !

Au-delà des chiens de garde institutionnels et des procès d’intention caricaturaux et sectaires à la Caroline Fourest, attardons-nous sur des exemples moins grossiers mais tout aussi pernicieux. Ainsi la thématique du mariage gay brandie à présent par « les forces de progrès » peut faire partie de ces régénérateurs insidieux de la « marque-épouvantail ». En cherchant à officialiser et sacraliser ce qui mérite tout au plus un « droit à l’indifférence » sont créées les conditions de l’amalgame, toute opposition à cette revendication étant susceptible d’être vécue comme l’expression d’une certaine homophobie, penchant révélateur d’une dérive droitière latente. Le piège est tendu. Il n’y a plus qu’à attendre que les « extrémistes » de tout poil ou les « assimilés » maladroits mais bien à droite façon Brigitte Barèges s’y prennent les pieds.

La gauche a plus à gagner de ce type de régénération que de la cause elle-même qui pourrait bien, du reste, ne pas trouver l’écho escompté.

Ce drapeau que nous tend l’adversaire…

Comment, dès lors, se situer à partir d’un vocabulaire galvaudé, truqué, manipulé, au service du jihad de la bien-pensance gauchiste ? Comment accepter en guise d’étendard le drapeau que vous tend, narquois, l’adversaire !?

L’accepter par facilité de langage ou provocation n’est pas la solution : la provocation c’est, certes, la garantie de trouver un fonds de commerce mais c’est aussi la certitude de demeurer dans une niche.

Imaginons un instant une entreprise apposant sur ses produits une marque généreusement concoctée puis cédée gracieusement par son principal concurrent !

Une marque repoussoir est définitivement disqualifiée, disqualifiante, dégradante, déshumanisante. Dire de quelqu’un qu’il est « d’extrême droite » doit être désormais considéré comme une injure et devrait valoir et justifier à ce titre dès que possible une plainte en justice au même titre que l’injure « raciste ».

« Droite », « Nouvelle Droite », « Extrême Droite » sont des mots grillés dès le départ, inventés ou cultivés par l’adversaire, constamment détournés et massacrés. L’un des essais les plus brillants et décapants du XXe siècle, l’excellent Vu de droite d’Alain de Benoist salué par l’Académie française, ne venait pas de l’extrême droite pas plus d’ailleurs que de la droite ; une seule chose lui aura fait défaut : un bon titre. Car en exprimant ainsi une vision du monde au-delà de la gauche, les instruments de torture étaient offerts avec l’ouvrage à la Police de la pensée qui dès lors n’avait même plus à s’attarder sur son contenu. Nouvelle Droite, un rejeton de l’hydre enfin disponible pour relancer l’ affaire.

Comme le remarque François Bousquet : « La Nouvelle Droite est une marque déposée, mais l’initiative n’en revient curieusement pas à ses pères fondateurs ».

Se réapproprier ce que l’on est vraiment : vivent les néologismes !

Voilà donc une remarquable entreprise de marketing idéologique menée de longue date avec une constance étonnante, un terrorisme intellectuel terriblement efficace se régénérant sans cesse, qui contraint ceux qui aujourd’hui représentent une certaine avant-garde aux antipodes de l’antiparlementarisme, porteurs d’une vision du monde alternative, d’un souffle démocratique véritable et d’un sentiment d’appartenance profondément enraciné, à inventer de nouveaux mots : les mots de l’intelligence après la gauche. Identitaires, nouveaux résistants, différentialistes, éco-localistes, néo-européens, euro-protectionnistes, ou, plus intello : post-modernes ou archéofuturistes, intéressant, pas totalement satisfaisant… Il y a encore beaucoup de place au tableau pour les orages d’esprit les plus créatifs. L’heure est à la production de concepts nouveaux pour nous réapproprier ce que nous sommes vraiment et le faire savoir.

Loin des phonèmes piégés, les néologismes peuvent avoir cette incroyable capacité à montrer le monde tel qu’il vient de surgir, tel qu’il a toujours été et à préfigurer ce qu’il pourrait être.

J.H. d’Avirac

[box class=”info”]Source : Correspondance Polémia[/box]

Voir aussi :

Dictionnaire de Novlangue
Dictionnaire de la réinformation
Marine Le Pen entre diabolisation, normalisation et banalisation
Petite histoire des campagnes de diabolisation

Tristane Banon / DSK : une affaire politique selon François Hollande [vidéo]

Tristane Banon / DSK : une affaire politique selon François Hollande [vidéo]

21/07/2011 – 07h00
PARIS (NOVOpress) — Derniers rebondissements dans “l’affaire DSK/Banon” : à l’issue de son audition par la police, François Hollande a dénoncé “une opération politique visant à mettre {son} nom dans la presse” et menacé de poursuites judiciaires ceux qui tenteraient de l’y impliquer. Au final, il n’y a qu’au Parti Socialiste où les frasques sexuelles de l’ancien directeur du FMI et présidentiable Dominique Strauss-Kahn étaient ignorées. Vidéo © BFM TV

Quand Arnaud Lagardère fait rire le web [vidéo]

Quand Arnaud Lagardère fait rire le web [vidéo]

21/07/2011 – 06h00
PARIS (NOVOpress) — Parfois, bien peu de choses suffisent sur internet pour vous donner une célébrité malheureuse dont les bénéficiaires se passeraient volontiers. C’est ce qui est arrivé au millionnaire et chef d’entreprise Arnaud Lagardère et à sa nouvelle compagne Jade Foret, à partir d’une vidéo tournée pendant un “shooting” : soucieux de mettre en scène leur nouvelle idylle pour le périodique belge Soir Magazine, les tourtereaux ont gratifié malgré eux les internautes d’une vidéo insolite, qui est en train de faire le tour de la planète et suscite les commentaires peu affables des journalistes comme des internautes. Nous laissons le soin aux lecteurs de Novopress d’en juger par eux-mêmes…

[youtube width=500]JQ3aQUBoFPs[/youtube]

David Lasar du FPOe (Autriche) revendique son attachement à Israël

Pour David Lasar du FPOe (Autriche), son parti est proche du Likoud (Israël)

20/07/2011 – 21h00
VIENNE (NOVOpress) – Le conseiller municipal de la ville de Vienne et membre du FPÖ David Lasar (au centre sur la photo à droite de Heinz-Christian Strache, avec des lunettes noires et portant la gerbe de fleurs, note de Novopress) revendique également son attachement à Israël et affirme qu’il ya des points d’accord entre le Likoud (parti de la droite israélienne et du Premier ministre actuel Benyamin Netanyahou) et le FPÖ.

C’est en tout cas ce qu’il a indiqué via une lettre parue sur le site du Likoud : “Je suis né à Vienne en tant que fils de survivants de l’Holocauste. Mon père, Siegfried, (…), a servi comme président du parti Hérout [une des branches du Likoud, note de Novopress] à Vienne jusqu’au milieu des années soixante-dix (…). J’ai appris de mon père l’existence du Parti de la Liberté [le FPÖ, note de Novopress] et sa place dans la politique autrichienne. Il m’a encouragé à rejoindre et à m’intégrer à ce parti. Le Parti de la Liberté a ses racines idéologiques dans la révolution démocratique et civile de 1848 et incarne à la fois le libéralisme et le nationalisme.”

De manière volontaire, David Lasar utilise le terme hébreu “Hérout” (“liberté”) tant pour le parti israélien que pour le FPÖ.

De plus, son père n’a jamais été un membre du FPÖ, seulement du Hérout.

Quant à la lettre, elle a été une réponse cinglante à M. Muzicant, le président de la communauté religieuse juive de Vienne (connu pour sa relation étroite avec le SPÖ, parti au pouvoir à Vienne), qui avait écrit à Netanyahou, quand il a appris la visite surprise à Israël d’une délégation FPÖ en décembre 2010, pour le mettre en garde contre Heinz-Christian Strache et le FPÖ.

La presse israélienne a commenté ironiquement en indiquant que “le Premier ministre n’a pas encore eu le temps de lire la lettre de M. Muzicant”.

Quant au site Hagalil, très critique à l’égard du FPÖ, il précise : “David Lasar, bien sûr, a été particulièrement enthousiaste d’avoir organisé la réunion FPÖ-Israël avec ses contacts du Likoud. Moins que Lieberman [ministre des Affaires étrangères israélien et chef de la droite nationaliste israélienne, note de Novopress], c’est Netanyahou qui est partenaire de Mölzer et Strache. […] Et qui a soutenu Israël dans la crise de la flottille de Gaza ? Le Likoud sait comment traiter ses amis.”

Les écologistes britanniques reprochent au couple Beckham d'avoir eu un quatrième enfant

Les écologistes britanniques reprochent au couple Beckham d’avoir eu un quatrième enfant

20/07/11 – 19h30
LONDRES (NOVOpress)
– La plupart du temps, la naissance d’un enfant est source de joie, notamment quand il s’agit d’un quatrième. Et plus particulièrment quand cet enfant vient agrandir la famille de personnes mondialement connues tels les Beckham, Victoria et David.

Mais, patatras, les écologistes britanniques ne se réjouissent guère de cette naissance. Ainsi, le quotidien britannique The Guardian indique que la député écologiste Caroline Lucas souhaiterait briser “l’absurde tabou de la taille des familles britanniques”. Caroline Lucas précisant même : “Nous devons débattre de la démographie, savoir si nous devons nous concentrer sur la nécessité d’améliorer le contrôle des naissances, ou réduire les inégalités, et à nouveau réfléchir à nouveau à notre façon d’aborder la tension sur nos ressources naturelles.” D’autres écolos britanniques abondent dans son sens.

D’autant que ce n’est pas la seule écologiste à invoquer une politique malthusienne pour réduire les pollutions d’origines humaines et leur impact sur l’environnement. En France, il y a la fondation Terra Nova pour proposer un contrôle des naissances digne de la Chine actuelle. Sans oublier le député vert Yves Cochet, qui avait indiqué un jour, lors d’un colloque organisé par la revue décroissante Entropia, qu’un enfant européen avait “un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York” (sic). Précisant même que les prestations familiales devaient baisser à partir du troisième enfant.

Plus préoccupés du maintien d’un sytème économique défaillant par principe, même en réduisant le nombre d’habitants sur la Terre, que de l’avenir de l’Europe et des Européens, ces écologistes ne font qu’accompagner la déliquescence moderne. A aucun moment, ils ne remettent en cause les voyages en avion à bas coût, le tourisme de masse, les circuits longs de provenance des produits (même bios), etc.

De plus, leur antihumanisme s’accompagne d’un colonialisme bien paternaliste dans les pays sous-développés où, face à la misère, ces écolos ne prônent pas des circuits d’échanges locaux permettant une indépendance alimentaire et économique, mais la haine des Européens, expliquant que rien ne doit empêcher ces populations d’atteindre notre “niveau de vie”.

Rétablir les frontières pour le bonheur des peuples

Rétablir les frontières pour le bonheur des peuples

[box class=”info”] Article repris du site Zentropa[/box]

La frontière. A ce seul mot, on frémit. On pâlit même. La frontière, c’est l’enfermement, la séparation, l’exclusion!

Inutile de le nier, la frontière a mauvaise presse. Et cela n’a rien d’étonnant puisque sa disparition totale de la surface de planète est l’une des conditions sine qua non de l’accomplissement final du règne de la marchandise. Le «village global » n’est rien d’autre que le nom poétique du « supermarché global », horizon rêvé du système capitaliste.

Car la frontière, en réalité, n’est pas ce qui « exclut », c’est ce qui différencie ; ce n’est pas ce qui « rejette » mais ce qui distingue ; ce n’est pas ce qui « isole » mais ce qui régule ; ce n’est pas ce qui « enferme » mais ce qui organise.

Or la marchandise ne tolère que l’uniforme et le dérégulé.

Une frontière est une porte. Fermée, ouverte, entrouverte, gardée, libre… elle intègre diverses « possibilités » qui sont autant de garde-fous à la fluidité incontrôlable du marché. Comme cette cloison qui nous sépare de l’appartement contigu, la frontière nous protège et assure notre indépendance sans jamais nous empêcher d’échanger, de débattre ou de nous lier avec notre voisin.

Le sans-frontièrisme utopique de trop d’anticapitalistes en fait aujourd’hui les alliés objectifs de cette « société ouverte » (improprement nommée d’ailleurs puisque rien ne peut être « ouvert » quand il n’existe plus d’extérieur, plus de différence entre ici et ailleurs…), sans borne, limite ni régulation qui est l’espace rêvé de développement du totalitarisme marchand, comme l’avait d’ailleurs bien compris Jean Jaurès, lorsque par exemple il écrivait au Congrès de la Paix de Lausanne : « “Je n’ai jamais été un partisan bien vif des idées et des principes du cosmopolitisme. Ils ont quelque chose de trop vague, de trop idéal, malgré certains côtés brillants et spéciaux, je crois que leur effet le plus certain est d’effacer ou de trop amoindrir l’amour de la Patrie et le devoir de la responsabilité civique.”

Car il n’existe pas, il ne peut pas exister, de « libre circulation absolue des hommes » qui n’induise pas la même libre circulation pour les marchandises, les capitaux, les appétits financiers et les trafics de tous ordres. L’abaissement des frontières, ce n’est pas la fraternité universelle et l’enrichissement culturel réciproque, c’est la délocalisation et le dumping social. Quand les rêves, si beaux et généreux soient –ils, tournent immanquablement au cauchemar quand ils sont transposés dans le réel, il convient de rompre avec eux, sous peine de voir son aveuglement se muer en complicité. Le néo-esclavagisme contemporain se goinfre quotidiennement d’idiots utiles au cœur généreux et au poing levé défilant pour la régularisation des clandestins et l’ouverture des frontières, employant ainsi toute leur belle énergie militante à fournir au Capital une main d’œuvre bon marché, corvéable à l’envie et exerçant une pression à la baisse sur les salaires locaux.

Droit des peuples à disposer d’eux mêmes, à vivre sur leur sol selon leurs lois et leurs traditions, dans la dignité et la paix, droit de vivre et travailler au pays, droit à l’autonomie et à l’indépendance, voilà quels sont quelques uns des principes à opposer à la frénésie uniformisatrice du capital marchand et non une naïve et faussement festive promotion du chaos ethnico-culturel produit par des flux migratoires gigantesques qui baladent la misère du monde sur l’ensemble le globe au grès des besoins des Thénardiers de la finance internationale !

La charité mal comprise et mal appliquée mène toujours aux plus grandes catastrophes, surtout quand elle se nourrit de motivations pas toujours aussi nettes et pures que les discours pourraient laisser paraître. Il y a en effet dans le sans-frontiérisme contemporain et son corollaire « immigrationniste » d’indiscutables relents de mauvaise conscience post-colonial, étrangement mêlé d’un néo-paternalisme doublé d’un occidentalo-centrisme qui ne disent pas leur nom. Pour les promoteurs de ces tendances, en effet, point de salut hors de l’occident ! Il faut faire venir à nous, « élever » jusqu’à notre merveilleux modèle, ces peuples du sud, victimes perpétuelles, accablés par l’histoire autant que par la géographie, et dont la rédemption ne peut passer que par une installation sous nos latitudes, à l’ombre d’une grande surface et d’une enseigne de restauration rapide. Laissez-venir à nous les petits enfants africains ! Qu’ils peuplent nos arrières-cuisines de restaurants, nos chantiers de BTP, qu’ils gardent nos entrées de discothèques, ramassent nos poubelles ou qu’ils sombrent dans la drogue, la violence et la délinquance… Peu importe, ils seront toujours mieux ici que chez eux, puisque ici c’est le paradis « civilisé » !

Réglons donc la facture de ce passé colonial qui a tant de mal à passer par un contrat d’apprentissage de 6 mois payé à 80% du smic !

L’occident étant l’eldorado et la société de consommation l’horizon indépassable de l’humanité, il convient donc – c’est un devoir quasi religieux ! – de s’ouvrir au maximum pour faire bénéficier de tous nos bienfaits la planète entière qui ne saurait trouver de voie de salut sans être guidé par nous, « nous » s’exprimant généralement par la plume d’un éditorialiste de Libé ou la voix d’une actrice milliardaire mais « impliquée ».

Il est d’ailleurs « signifiant », comme disent les psychanalystes, de noter que les plus farouches contempteurs de l’idée de frontière se recrutent dans les catégories sociales les plus élevées, les castes aisées qui sont les principales bénéficiaires du règne marchand, cette « hyper-classe » qui confond son nomadisme de luxe, sa dromomanie aseptisée faite de voyages en first class, d’hôtels de charme, de cocktails et de visites de musées, avec l’arrachement et la déculturation, ponctués de drames sans nom, parsemés de cadavres, que représentent les migrations imposées.

Sport et identité : L’équipe de Bretagne n’a pas été invitée au Tour de France

Sport et identité : L’équipe de Bretagne n’a pas été invitée au Tour de France

A l’heure où les équipes cyclistes professionnelles ressemblent à des multinationales, certains font de la résistance. Les Basques espagnols ont créé l’équipe Euskadi-Euskaltel. Et en France, Bretagne-Schuller a pour ambition de constituer une formation 100 % bretonne, avec des coureurs qui défendent les valeurs de la région. Ce qui ne plaît pas aux organisateurs du Tour de France : ils ont refusé d’inviter les Bretons…

Jeudi 14 juillet, c’était la fête nationale, mais sur le Tour de France, dans les Pyrénées, lors de l’ascension menant à Luz-Ardiden, c’était le pays basque qui tirait un feu d’artifice. Sur le bord de la route, des milliers de spectateurs portaient un tee-shirt orange. C’est la couleur du maillot de l’équipe « espagnole » Euskadi-Euskaltel. Créée en 1994 par Euskadi, la communauté autonome du Pays basque, elle a pour particularité de n’être composée que par des coureurs basques, ou formés dans la région.

Magie du sport : au sommet, c’est Samuel Sanchez, coureur d’Euskadi, qui a remporté l’étape ! Il est rassurant de voir gagner une équipe qui cultive son identité, à l’heure où le cyclisme s’est mondialisé, où certaines formations sont des mosaïques dont l’argent est l’unique ciment. Chez Leopard-Trek, l’équipe de Andy et Fränk Schleck (deux frères luxembourgeois qui visent la victoire à Paris), on trouve ainsi deux Allemands, un Hollandais, un Suisse, un Danois, un Belge, un Australien… Se dessine pourtant une réaction. Cette année, Katusha aligne une équipe 100 % russe. Régionalisme avec Euskadi, nationalisme avec Katusha, certains rabat-joie voient dans cette tendance l’expression d’une volonté politiquement incorrecte.

Ils ont la mémoire courte. Jusqu’en 1961, avant que la publicité et les sponsors ne transforment les coureurs en hommes-sandwiches, il y avait sur le Tour des équipes nationales. Coppi et Bartali défendaient les couleurs de l’Italie, Koblet et Kubler arboraient la croix helvétique, Louison Bobet était le leader de l’équipe de France. Et participaient également des équipes régionales : l’Ile-de- France, le Nord, le Sud-Est… et même, au début des années 50, une sélection d’Afrique du Nord ! Il y a une région où l’on n’a pas oublié cette époque héroïque, c’est la Bretagne. En 1947, sous le maillot de l’équipe bretonne de l’Ouest, Jean Robic a gagné le premier Tour d’après-guerre. Bien que né dans les Ardennes, il avait passé toute son enfance à Radenac, dans le Morbihan, où son père tenait un magasin de cycles. Après sa disparition en 1980, la mairie lui a consacré un musée, et une rue porte son nom.

Les organisateurs jouent un mauvais Tour à la Bretagne

En Bretagne, pays de tradition, on a ainsi décidé de renouer avec les grandes heures du passé. Dès 2005, le conseil régional a soutenu l’équipe amateur Jean Floc’h, qui est aujourd’hui devenue l’équipe professionnelle de Bretagne, parrainée par le distributeur automobile Schuller (photo de l’équipe 2011 en haut de l’article). Patron de l’équipe et vice-président de Schuller, Joël Blévin n’a qu’un objectif, composer une équipe 100% bretonne. Le maillot donne le ton : du noir et du blanc, les couleurs du drapeau de Bretagne. L’entraîneur, Emmanuel Hubert, est un Breton de Fougères. Et sur les 16 coureurs de l’effectif, on compte déjà 10 Bretons « pure souche ». Parmi lesquels Johan Le Bon, né en 1990 à Lannion dans les Côtes-d’Armor.

Sport et identité : L’équipe de Bretagne n’a pas été invitée au Tour de FranceGrand espoir du cyclisme français, il a été champion du monde junior en 2008. Le rêve, pour l’équipe Bretagne-Schuller, c’est de participer au Tour de France. Cette année, ça se présentait bien – après un départ en Vendée, trois étapes se disputaient en Bretagne. Mais les organisateurs n’ont pas invité l’équipe Bretagne-Schuller. Ils ont préféré sélectionner la formation hollandaise Vacansoleil, dont le leader, l’italien Riccardo Ricco, a en février dernier frôlé la mort après s’être autotransfusé ; ou encore l’équipe italienne Lampre, dont 13 coureurs font l’objet d’une enquête judiciaire pour dopage ! Aussi, quand le Tour est passé en Bretagne, sur le bord de la route des banderoles sont apparues pour exprimer la déception de tout un peuple : « Bretagne : terre de vélo… Quand Bretagne-Schuller sur le Tour ? ». Seuls les organisateurs ont la réponse.

Pierre Tanger
[box class=”warning”]Article paru ce mercredi dans “Minute” du 20 juillet. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Hanoï Jane rattrapée par son passé

Hanoï Jane rattrapée par son passé

20/07/2011 – 16h00
PARIS (NOVOpress) — L’actrice et ancienne militante d’extrême-gauche américaine Jane Fonda, qui durant la guerre du Viêt-Nam avait choisi le camp communiste, a été de nouveau exclue il y a quelques jours d’un programme de télévision à la suite d’une campagne de protestations de téléspectateurs.

Prime Time : Making the Most of Your Life

Prime Time : Making the Most of Your Life

Jane Fonda était en effet invitée le samedi 16 juillet 2011 à un programme de la chaîne QVC pour faire la promotion de son livre Prime Time : Making the Most of Your Life. Devant la levée de boucliers suscitée par sa venue auprès des téléspectateurs, la chaîne a déprogrammé l’entretien.

A partir des années 1980, la pasionaria de la gauche américaine a progressivement abandonné son engagement dans la lutte des classes pour redécouvrir les avantages du capitalisme le plus effréné. Son parcours n’est pas sans parallèle avec celui des militants d’extrême-gauche français issus de mai 1968, qui aujourd’hui siègent dans les conseils d’administration et payent l’impôt sur la fortune.

Alors qu’en France et plus généralement en Europe les libertaires recyclés en libéraux bénéficient d’une impunité morale totale, ce n’est pas le cas aux États-Unis.

Une enquête discrète menée par la chaîne auprès d’un échantillon de téléspectateurs mécontents a révélé que Jane Fonda reste associée auprès de nombreux Américains avec l’image de la militante qui, au cours d’un voyage à Hanoï, s’est laissée photographier sur l’affût d’un canon antiaérien tirant sur les avions de l’US Air Force et de la Navy.

Peut-être un jour en Europe demandera-t-on des comptes à ceux qui, de longues années durant, ont été aux côtés des bourreaux qui torturaient et tuaient sans scrupule des millions de victimes.

La pièce de théâtre sur l'immigration de l'UMP va continuer

La pièce de théâtre sur l’immigration de l’UMP va continuer

20/07/11 – 14h45
PARIS (NOVOpress)
– Le politologue Jean-Yves Camus est venu confirmer, dans un entretien au site lexpress.fr, ce que bon nombre de déçus de la politique de Nicolas Sarkozy pensent pensent désormais tout haut : “Sur l’immigration, la droite n’a jamais pu aller au-delà des déclarations de principe : la France est liée par des traités internationaux et par son appartenance à l’Union européenne. L’UMP sait en outre que les milieux économiques et patronaux ne sont pas favorables à une restriction de l’immigration, encore moins à son arrêt. [souligné par Novopress]”

Avant d’ajouter : “la frange la plus droitière de l’électorat veut bien plus : elle souhaite que certaines catégories d’étrangers, en raison de leur identité même, ne puisse plus devenir français. Selon eux, la nationalité ne doit plus s’acquérir par un acte de volonté mais seulement par la transmission. Or, pour aboutir à cela, il faudrait une révolution juridique qui constituerait une rupture majeure du pacte démocratique. L’UMP ne prendra pas ce risque mais elle ne peut pas le dire à ses électeurs droitiers. Pas plus qu’elle ne peut dire l’inverse aux centristes.”

Rupert Murdoch a failli être entarté

Rupert Murdoch a failli être entarté [vidéo]

Interrogé hier par une commission du parlement britannique, le magnat des médias Rupert Murdoch a failli être entarté. Mais il y a échappé de peu. En tout cas, une tentative qui n’a pas été du gôut de l’épouse de Rupert Murdoch, qui a soufflé l’entarteur. Les images

Ecologie : Les grandes marques occidentales complices de la pollution des eaux chinoises

Ecologie : Les grandes marques occidentales complices de la pollution des eaux chinoises

20/07/11 – 13h00
PARIS (NOVOpress)
– Le rapport établi par l’association Greenpeace et intitulé « Dirty Laundry », détaillant comment certaines grandes marques internationales travaillent avec des fournisseurs chinois qui polluent les rivières en rejetant des produits chimiques toxiques, a récemment jeté un nouveau pavé dans la mare des multinationales occidentales.

Le rapport révèle notamment que ces rejets toxiques entraînent, entre autres maux, des problèmes hormonaux et des cancers au sein de la population qui utilise et consomme quotidiennement ces eaux polluées

Confrontées à ces révélations, la plupart des grandes marques citées dans le rapport ont dû reconnaître qu’elles entretenaient bel et bien des liens commerciaux avec les usines polluantes incriminées. Seuls Nike et Adidas ont refusé de reconnaître leurs responsabilités.

Pour Sylvain Tardy, directeur des campagnes de Greenpeace France : « Les conclusions de notre enquête sont catégoriques. Nike, Adidas et toutes les autres marques comme Lacoste ou Calvin Klein portent une part de responsabilité dans la pollution des eaux en Chine. Elles font appel à des sous-traitants qui empoisonnent l’eau en rejetant des produits chimiques toxiques dans les rivières. Ces enseignes doivent prendre leurs responsabilités et faire pression sur leurs fournisseurs pour qu’ils mettent fin à ces pratiques dangereuses à la fois pour la santé et pour l’environnement ».

La liste des marques concernées, accusées de fermer les yeux sur les agissements de leurs fournisseurs à bas prix, est particulièrement longue, puisqu’on y trouve, outre Nike et d’Adidas, Li Ning, Puma, Lacoste, Converse, Bauer Hockey Abercrombie & Fitch, Calvin Klein, PVH Corp, Cortefiel, H&M, Meters/bonwe et Youngor.

A Saint-Pol-de-Léon, la mission évangélique laisse de nombreux dégâts

A Saint-Pol-de-Léon, la mission évangélique laisse de nombreux dégâts

20/07/2011 – 12h30
SAINT-POL-DE-LÉON (NOVOpress Breizh)
–  Une nouvelle fois, des gens du voyage ont installé de force leurs 250 caravanes près de Saint-Pol, occasionnant de nombreux dégâts. L’appellation mission évangélique couvre parfois de pures voies de fait au détriment des collectivités locales et de leurs habitants.

Chaque année, une centaine de « missions évangéliques » des gens du voyage, réunissant parfois plus de mille personnes, parcourent la France. Pour une raison ou une autre, elles tiennent surtout à évangéliser les régions touristiques. On en voit donc beaucoup en Bretagne. L’une d’elles s’est installée le 10 juillet à Lanvérec, au Sud-est de Saint-Pol-de-Léon. Ses 250 caravanes ont été installées de force, sans la moindre autorisation, sur le terrain du centre équestre du Mouster.

Les missionnaires ne se sont pas contentés d’une violation de propriété : les pâturages et la piste d’exercice des poneys ont été endommagés. En quittant le site avant-hier, ils l’ont laissé jonché d’immondices. Des installations communales voisines ont servi de latrines. Le docteur Nicolas Floch, maire de Saint-Pol, estime à 4 500 euros les frais occasionnés à la commune, qui a fourni eau et toilettes mobiles.

« L’appellation “mission évangélique” est un coup marketing de génie », peste un élu d’une autre commune investie par un rassemblement analogue. « Pour les bonnes âmes, elle évoque paix universelle et tolérance mutuelle. En fait, la tolérance est à sens unique. Les missions sont devenues pour les collectivités locales un problème estival récurrent, à l’instar des algues vertes. » De fait, la même mission s’était déjà installée au même endroit en 2006, dans les mêmes conditions d’illégalité, avec les mêmes dégradations et la même absence de réaction des pouvoirs publics – si sourcilleux pourtant sur la régularité de l’organisation des fest-noz et autres festivals de plein-air.

La "ligne verte" de démarcation au nord de Nicosie - crédit photo : Matthias Kabel

Turquie / UE : gel des relations pendant la présidence chypriote de l’UE

20/07/11 – 11h35
PARIS (NOVOpress)
– La position du gouvernement turc sur la question chypriote est sans appel : le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan envisage de geler les relations de son pays avec l’Union européenne, quand Chypre assumera la présidence de l’Union Européenne au second semestre 2012. « Pendant six mois, il n’y aura pas de relations entre la Turquie et l’UE », a déclaré hier R. T. Erdogan.

Les relations entre la Turquie et l’Île de Chypre, coupée au Nord avec une “République turque de Chypre du Nord” uniquement reconnue par la Turquie, se posent donc clairement comme un obstacle à la poursuite du rapprochement entre la Turquie et l’UE.

La recherche d’un « accord global »

Selon le droit international, si Chypre est membre de l’Union européenne depuis 2004, les règles de l’Union ne s’appliquent pas actuellement à la partie nord de l’île, occupée par la Turquie. Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a donc exigé qu’un « accord global » sur les modalités d’une réunification de l’île soit trouvé d’ici la fin de l’année. L’objectif est que Chypre puisse assumer la présidence de six mois de l’Union européenne comme un État unifié en juillet 2012.

Si les résolutions de l’ONU exigent la réunification de l’île comme un État fédéral « bi-zonal et bi-communautaire », le responsable de la partie turque exige quant à lui une « confédération de deux États » plus souple.

L’uranium plus abondant que jamais ?

12/07/2011 – 11h30
NEW DELHI (NOVOpress) –
Un des arguments des écologistes à l’encontre de l’énergie nucléaire est que les faibles réserves mondiales en minerai d’uranium peuvent conduire rapidement à une hausse considérable du coût du combustible si les prévisions d’ouverture de nouvelles centrales viennent à se réaliser.

Le 19 juillet 2011, le président de la Commission de l’énergie atomique de l’Inde a annoncé qu’une étude de quatre années de la mine de Tumalapalli, près de la ville d’Hyderabad, vient de se conclure et révèle que ce site peut contenir 150 000 tonnes d’uranium.

Si ces estimations se confirment, la mine, où les opérations d’extraction vont commencer cette année, sera dotée des plus grandes réserves en minerai d’uranium dans le monde.

Ces dernières années, pour sécuriser les approvisionnements d’un ambitieux programme de développement de l’énergie nucléaire, l’Inde avait conclu des accords d’approvisionnement avec la France, le Kazakhstan et la Russie.

Opérant quatorze centrales (plus huit à caractère militaire), l’Inde envisage l’ouverture de trente nouveaux réacteurs d’ici à 2050 afin que la part de l”énergie nucléaire dans le total de l’énergie produite passe de 3 à 30 % au cours des trente prochaines années.

La découverte des réserves de la mine de Tumalapalli peut se révéler cruciale pour l’approvisionnement du pays en combustible nucléaire et, indirectement, pour contribuer à alimenter le marché international dans lequel la France joue un grand rôle.