Alain Chouet

« Au coeur des services spéciaux / La menace islamique : fausses pistes et vrais dangers » de Alain Chouet

Voilà un livre fait par l’ancien chef du service de renseignement de sécurité à la DGSE (direction générale de la sécurité extérieure) l’un des principaux services secrets français [Alain Chouet à droite sur la photo). Ce livre a un immense mérite : l’auteur parle vraiment sans aucune langue de bois. On peut ne pas partager toutes ses idées (il souhaiterait que la Turquie intègre l’Union européenne, par exemple) mais ses analyses nous permettent de mieux voir la réalité loin du politiquement correct.

Le rôle des Etats-Unis dans la montée de l’islamisme lui semble essentiel : tout se noue au départ avec l’accord entre le président des Etats-Unis Roosevelt revenant de Yalta et le roi de l’Arabie saoudite Ibn Saoud signé sur le « Quincy », un bateau de guerre américain en 1945. Les Américains obtiennent des concessions pétrolières et s’engagent à protéger le régime arabe. Or, celui-ci est wahhabite (une secte rigoriste islamique) et ne cesse depuis lors de financer l’islam extrême partout dans le monde.

« Au coeur des services spéciaux / La menace islamique : fausses pistes et vrais dangers » de Alain Chouet Le chef des Frères musulmans après la pendaison du fondateur Hassan El Banna en 1949 est Sayyid Qutb (1906-1966) qui a adhéré à la confrérie après avoir fait ses études aux Etats-Unis où il avait bénéficié d’une bourse du gouvernement américain. Les Frères musulmans jouent depuis lors un rôle considérable de radicalisation de l’Islam non seulement en Egypte où ils ont nés mais dans tout le monde musulman.

En 1980, les Soviétiques envahissent l’Afghanistan et la résistance islamiste va être financée par l’Arabie Saoudite et pilotée par les services du Pakistan, allié des Etats-Unis alors sous le régime islamiste du général pro américain Zia Ul Haq. Ben Laden sera un agent américain d’origine saoudienne qui combattra les communistes.

Les penseurs américains auront et ont encore tendance à penser que l’islamisme est un allié puisqu’il n’est pas socialiste. La lutte contre le terrorisme suite à l’attentat de New York du 11 septembre 2001 ne changera pas cette orientation. Selon M. Chouet, « les gens de Princeton, l’université où a été formé le vice président de l’époque Dick Cheney, pratiquent un mélange d’extrême sérieux universitaire, d’angélisme désarmant et d’inculture historique pyramidale ». Ce sont ces gens qui pousseront à l’attaque de l’Irak par les USA en 2003.

« Faire garder le poulailler par les …renards »

Les Américains avaient déjà favorisé la chute du chah en Iran ; ils ont eu l’imam Khomeiny à la place ! En Indonésie, ils ont aidé le gouvernement à utiliser les islamistes extrémistes contre les communistes mais aussi contre les séparatistes chrétiens de Timor. Au Soudan, ils ont lutté contre Nimeiry proche des communistes pour mettre en place les Frères musulmans. En Algérie, le rapport Graham Fuller de la CIA laisse entendre que les Islamistes sont incontournables. Avec Israël, les Américains favorisent le Hamas islamiste palestinien contre l’OLP trop socialiste. Pour l’auteur, les Américains ont le chic de faire garder le poulailler par les renards.

Résultat : beaucoup de régimes musulmans modérés « éprouvent une méfiance instinctive à l’égard des projets de recomposition américains au Moyen Orient. Pour eux, la « démocratie » venue d’Amérique même sous la bannière d’un prétendu « printemps arabe », c’est la quasi certitude de se retrouver avec les islamistes au pouvoir. Les exemples de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Somalie, du Pakistan sont là pour le leur rappeler tous les jours. A qui le tour demain ?

Selon Alain Chouet, nos services savaient que la Tunisie était instable depuis 2001 mais les politiques n’ont rien voulu voir. « Le chef d’état major de l’armée tunisienne, le général Rachid Ammar, (…) était en voyage de travail aux Etats-Unis quand les émeutes ont commencé et il a ordonné à l’armée de ne rien faire sinon chasser Ben Ali. En Egypte de même, l’armée sous la pression de Robert Gates, secrétaire américain à la défense, a lâché Moubarak. Ce ne sont donc pas les peuples mais le retournement de l’armée qui a été déterminant. Quant à Khadafi, selon le ministre français Roland Dumas, depuis des années, les USA demandaient à la France d’intervenir militairement contre lui. Mitterrand et Chirac refusèrent à la différence de Sarkozy. Les principaux chefs de l’opposition libyenne sont des islamistes formés à Londres ou Washington. En Syrie, selon l’auteur, les Frères musulmans jouent un grand rôle contre le régime. Or, les think tanks (clubs de pensée) américains, notamment Freedom House « préconisent depuis longtemps un encadrement des sociétés musulmanes par l’association des Frères musulmans présentés comme modérés ».

A Bahrein, par contre l’Occident laisse l’Arabie saoudite massacrer l’opposition chiite à l’émir sunnite. L’Occident tolère des dictateurs au Zimbabwe ou au Turkménistan et tolère le régime autoritaire de l’Arabie saoudite. On n’attaque que les dictateurs que l’Arabie Saoudite déteste ! « Renverser un dictateur par la force avec des chars d’assaut et le pendre au bout d’une corde peut se révéler contre-productif (…) L’Irak est ainsi devenu un boulet infernal, tout comme l’Afghanistan. Il y a eu plus de morts civils en Irak depuis 10 ans que Saddam n’en avait fait pendant ses trente années de pouvoir (…) Obama a seulement choisi de mettre la stratégie américaine en œuvre de façon plus subtile et acceptable que son prédécesseur. Au lieu de jeter les dictateurs dehors en envoyant ses forces, il les fait jeter aux orties par leur propre armée (Tunisie et Egypte) ».

La fable du « printemps arabe »

L’auteur ne croit pas du tout que les printemps arabes vont déboucher sur des démocraties. Selon lui, « dans la foire d’empoigne et les ingérences étrangères qui succèdent aux mouvements de foule, il faudra bien se rendre à l’évidence qu’un demi siècle d’oppressions diverses, d’enrôlement forcé dans la confrontation Est-Ouest, d’influence des Frères musulmans, stimulés par les wahhabites d’Arabie, n’a guère laissé de place à l’expression et au développement de forces politiques démocratiques, libérales et tolérantes. Celles-ci ont été laminées et il ne faudra pas moins de deux générations pour les reconstruire. Les extrémistes musulmans savent bien qu’ils ont tout intérêt à faire le profil bas en ce moment (…) Toute la stratégie des islamistes radicaux visait à isoler le monde musulman pour pouvoir s’en emparer sans que l’Occident intervienne ; Ils sont servis au-delà de leurs espérances. L’Occident n’intervient pas contre eux, mais contre leurs adversaires !

Le Janus islamique

Et l’auteur conclut : « Quand les Occidentaux auront fini de sortir de leur besace des personnels aussi peu crédibles et légitimes que ceux qu’ils ont mis en place en Irak et en Afghanistan (devenu premier producteur mondial de cocaïne et d’héroïne), (…) les islamistes radicaux pourront sortir du bois pour réclamer le pouvoir. Et comme ils sont malins, ils le demanderont par les urnes. Et ils l’obtiendront comme en Turquie, au Soudan, ou à Gaza. Ce jour-là, quel argument les Occidentaux donneurs de leçons de démocratie auront-ils à leur opposer ? » Pour l’auteur, les causes de la violence islamiste sont dans l’alliance des USA avec l’Arabie saoudite qui finance partout les salafistes, et dans « la croyance naïve de nos intellectuels que la violence djihadiste peut se dissoudre dans l’islamisme modéré des Frères musulmans alors que ce sont là les deux faces d’un même Janus qui joue partout la même tragédie dévastatrice. ». L’Occident étant aveugle, ses interventions ne feront que faciliter la victoire des « barbus » dans tout le monde musulman.

Yvan Blot

* Alain Chouet, entretiens avec Jean Guinel, Au cœur des services spéciaux / La menace islamique : fausses pistes et vrais dangers, éditions La Découverte, Collection Cahiers Libres, 2011, 320 pages.

Voir aussi :

La Libye, de la « libération » à la somalisation
– « Révolutions arabes » : les cocus de l’AN I
– Révolutions arabes ? Non révoltes ethniques et religieuses !
– Le lotus et le jasmin sont-ils déjà fanés ?

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

Crédit photo : Sénat, via Flickr, licence CC.

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

[box]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté aujourd’hui par Cécile Lorrain et Marc Rocher..

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Nicolas Sarkozy était en campagne dimanche dernier à Villepinte

Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Nicolas Sarkozy s’est exprimé pendant une heure à Villepinte. Une prestation attendue mais le président-candidat n’a pas convaincu les Français. Pour 65 % d’entre eux, le discours de Nicolas Sarkozy n’a pas été convainquant selon un sondage publié sur le Figaro.fr. Ce rassemblement aurait coûté, selon le Parti socialiste et le Front national, près de 3 millions d’euros. Le discours dominical n’aurait donc pas influencé les intentions de vote des Français. Le Figaro précise que 55 % des Français ont trouvé le discours « trop à droite ».

Cette rencontre publique a été toutefois l’occasion, pour l’UMP, de courtiser activement l’électorat musulman. Des « bus halal » transportant de manière séparée des hommes et des femmes auraient, selon le Canard enchaîné, été affrétés à Montreuil pour se rendre à la réunion publique. Patrick Karam, « responsable diversité » de la campagne Sarkozy, a apporté un correctif à cette information. Selon lui, « à aucun moment, nous n’avons pratiqué ce type de séparation. Nous avons simplement mis à disposition des bus spécifiques pour certaines associations musulmanes ». Ces figurants musulmans auraient été attirés par des imams ayant trouvé « dix bonnes raisons de ne pas voter Hollande », parmi lesquelles figuraient le mariage homosexuel défendu par le candidat socialiste.

Quant à la position de Sarkozy sur l’abattage rituel des viandes, c’est à n’y plus rien comprendre ! Sarkozy avait commencé à emboîter le pas à Marine Le Pen sur la question de l’abattage halal. Alors que depuis des années, la France s’oppose au niveau européen à l’étiquetage de la viande, Sarkozy se prononçait le 3 mars pour  : « l’étiquetage de la viande en fonction de la méthode d’abattage ». Mais le 6 mars, il ne préconisait plus qu’un « étiquetage sur la base du volontariat », jugeant l’étiquetage obligatoire, « stigmatisant et discriminant ». Le 8 mars, Sarkozy désavouait son ministre de l’Intérieur, déclarant que « faire le lien » entre le vote des étrangers aux élections locales et la viande halal était « excessif ». Et enfin, mercredi dernier, en visite à la Grande mosquée de Paris, le chef de l’Etat demandait « à nos concitoyens musulmans qu’ils ne se sentent pas blessés par des polémiques qui n’ont pas lieu d’être. »

François Hollande veut supprimer le mot « race » de la constitution et créer un « congé engagement » !

Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Lors d’une conférence organisée pour l’outremer, le candidat François Hollande a déclaré vouloir supprimer le mot « race » de la cinquième constitution. Rappelons que le premier article de la constitution affirme : « La France assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». Cette suppression de mot est un classique en dialectique : lorsque quelqu’un ou quelque chose dérange, on en supprime le mot, tout simplement ! Aussi François Hollande a-t-il proposé de créer un « congé engagement » permettant aux bénévoles qui sont présidents ou trésoriers d’association, de pouvoir bénéficier d’une disponibilité pour effectuer leurs missions d’intérêt général. Un congé financé par ceux qui travaillent. On peut résumer cette mesure à « Travailler moins pour gagner autant » !

Jean‑Pierre Chevènement se rallie à François Hollande

Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Le président du Mouvement Républicain et Citoyen s’est affiché cette semaine au Quartier Général de Hollande qu’il soutient désormais après avoir retiré sa candidature. Pourtant, François Hollande est fort éloigné des positions républicaines et souverainistes de Jean‑Pierre Chevènement. Ce dernier s’est longtemps battu pour une France indépendante, un Etat jacobin fort, et une laïcité exigeante. Or, le candidat socialiste ne jure que par l’Union européenne et l’euro, et multiplie les démarches communautaristes et régionalistes. En réalité, le programme de Chevènement est bien plus proche de celui de Dupont‑Aignan, de Marine Le Pen voire de Mélenchon : dénonçant les conséquences du traité de Lisbonne, et le libéralisme des institutions européennes. Un accord passé avec le Parti socialiste promettait à Chevènement une dizaine de circonscriptions aux prochaines législatives.
Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Marine Le Pen est qualifiée pour les présidentielles

Les électeurs frontistes et, plus généralement les Français partisans d’un véritable débat politique, sont soulagés : le Front national est parvenu, non sans mal, à rassembler les 500 parrainages d’élus indispensables pour se lancer dans la course à l’Elysée. Marine Le Pen a annoncé la bonne nouvelle dans un discours enflammé dans lequel elle a cité Henri IV : « L’immense amour que je porte à la France, m’a toujours tout rendu facile ».
Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Notre choix pour déclarer la phrase de la semaine est sans appel, il s’est porté sur Jean‑Luc Mélenchon (photo)

Le candidat du Front de gauche a dit : « Non, les communistes n’ont pas de sang jusqu’au coude, le seul qu’ils aient, c’est celui de l’envahisseur qu’ils ont repoussé.»  100 millions de victimes du communisme ne sont que … quelques gouttes de sang versé. Voilà qui aurait pu lui valoir un bobard d’or.
Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Nicolas Dupont‑Aignan dépose 708 parrainages au Conseil constitutionnel

Après Marine Le Pen et Philippe Poutou, c’est au tour du candidat gaulliste de déposer les précieux parrainages pour les présidentielles. Nicolas Dupont-Aignan a fait une belle récolte ! 708 parrainages récompensent les dix‑huit mois à la rencontre des maires de France.
Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Et de son côté, Dominique de Villepin jette l’éponge.

Faute de parrainages, il ne sera pas candidat à la présidentielle. L’ancien premier ministre a dénoncé des « pressions ». Je le cite : « C’est sans doute moins de risque pour certains maires que de donner leur parrainage à un ancien premier ministre. La république des partis choisit les candidats. C’est difficile de se frayer un chemin » fin de citation.

Coté éducation, Irions-nous vers une réforme du bac ?

Le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, propose de réformer “en profondeur” le baccalauréat. Rappelons que 65 % des jeunes Français obtiennent cet examen, dont un peu plus de la moitié un bac général. Mais surtout, près de 84 % des admis dans l’enseignement supérieur le sont sur dossier bien avant les résultats du baccalauréat.

Une réforme du BAC pourquoi pas, mais pourquoi ne pas se poser la question de sa suppression ?

Le Sénat songe à abolir les décrets exterminateurs de 1793

Le sénateur UMP et président du Conseil général de Vendée Bruno Retailleau a déposé une proposition de loi au Sénat visant à abroger deux décrets des 1er août et 1er octobre… 1793 toujours en vigueur. Ces textes font froid dans le dos. Le premier texte dit « d’anéantissement de la Vendée », prévoit l’exécution des hommes pris les armes à la main et la déportation des femmes, des enfants et des vieillards. Le second décret ajoute à l’anéantissement matériel de la Vendée l’extermination de ses habitants. Ces textes ne sont plus appliqués aujourd’hui mais ils n’ont jamais été abrogés et font toujours partie de notre corpus de loi. Une abrogation permettrait de mettre en lumière ces crimes de la Révolution dite française.

 

Monde

Le fossé se creuse entre Américains et Afghans

Dimanche dernier, un soldat américain a massacré 16 villageois près de Kandahar, dans le sud du pays. Ce n’est pas la première fois que les Américains dérapent. En février dernier, des militaires avaient brûlé par erreur des corans. Peu après, c’est la diffusion d’une vidéo où l’on voyait des soldats uriner sur des cadavres talibans, qui avait déjà provoqué la colère de la population. Ce nouveau dérapage est d’une gravité exceptionnelle. Les relations entre soldats américains et population afghane sont des plus mauvaises. En dix ans de présence, les Américains n’ont pas réussi à reconstruire le pays comme ils l’avaient promis. Pire, les Afghans ne leur font plus confiance. Ce nouvel épisode pourrait même remettre en question le plan de retrait des troupes de l’OTAN, prévu pour 2014.

Le président syrien convoque des élections législatives

Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Bachar el‑Assad a annoncé mardi que des élections législatives se tiendraient en Syrie le 7 mai prochain. Il a promis un vote « libre et transparent ». Tous les partis politiques seront à priori autorisés à concourir, en dehors des partis confessionnels, ethniques ou liés aux Frères musulmans. Les rebelles du CNS soutenus par le Qatar et l’Arabie saoudite appelleront à ne pas participer au scrutin. Mercredi, d’importantes manifestations de soutien à el‑Assad ont eu lieu dans la plupart des grandes villes syriennes. Les manifestants soutiennent les réformes démocratiques, la restauration de la stabilité et de la sécurité dans le pays, et s’opposent à tout diktat extérieur et ingérence étrangère.

Pourtant, la France est impliquée jusqu’au cou en Syrie… La télévision publique syrienne a confirmé début mars que l’armée nationale syrienne a fait prisonniers 19 agents français. La presse française reste pourtant silencieuse… Comme en Côte d’Ivoire et en Libye, les spécialistes de la guerre secrète de l’armée française préparent le terrain avant une intervention militaire internationale. Une nouvelle fois, la France et son peuple sont engagés dans une guerre à leurs corps défendant et sans même le savoir.

Nouvelle polémique pour la Goldman Sachs suite à la démission d’un de ses cadres

La banque américaine Goldman Sachs a encore vu sa réputation écornée cette semaine par la démission tonitruante d’un de ses cadres qui a dénoncé une culture d’entreprise “toxique” qui sacrifie l’intérêt des clients. Ces critiques ne sont pas nouvelles. En 2009, cette banque avait déjà été épinglée sur le niveau des rémunérations de ses employés en pleine crise, alors même qu’elle avait reçu une aide gouvernementale. L’année suivante, l’autorité américaine des marchés a poursuivi Goldman Sachs, l’accusant d’avoir vendu sciemment à des investisseurs des titres adossés à de l’immobilier à risque. A la suite d’une audition des dirigeants de la banque par le Congrès, le litige avait alors été réglé à l’amiable moyennant la bagatelle de 550 millions de dollars d’amende.

Poutine veut développer la Russie

Selon son porte-parole, Poutine a un plan clair de développement de la Russie. Il a déclaré à la presse que “Le premier et le deuxième mandat de Poutine représentaient respectivement la réanimation et la restauration de la Russie. Maintenant, on entame le développement physique et spirituel du pays, de son économie et de tous les autres domaines”. En attendant, le président Medvedev a présenté mardi un projet de loi pour lutter contre la corruption. Tout fonctionnaire qui n’arrive pas à justifier l’excédent de ses dépenses par rapport à ses revenus pourrait être limogé.

Shahbas Bhatti béatifié ?

Kiosque Courtois du samedi 17/3/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Au Pakistan, les catholiques demandent l’ouverture de la cause de béatification du ministre Shahbaz Bhatti (photo), en tant que martyr de la foi, rapporte « Eglises d’Asie », l’agence des Missions étrangères de Paris. Ministre fédéral des minorités, Shahbaz Bhatti a été assassiné il y a un an par un mouvement proche des talibans, alors qu’il était opposé à la loi anti‑blasphème. Pour avoir défendu sa foi et la liberté de religion dans son pays, il est considéré par les catholiques pakistanais comme un martyr de la foi chrétienne. Ce ministre assassiné, comme des milliers en cette terre d’Islam, serait de fait, le visage des souffrances des chrétiens d’Orient.

Le premier Américain était d’origine européenne

L’on savait que les Vikings avaient découvert le Groenland et l’Amérique du Nord à la fin du 1er millénaire de notre ère.. De récents travaux archéologiques tendent aujourd’hui à démontrer que l’homme européen avait déjà découvert ce continent dans un passé encore plus lointain ! Ce sont des outils de facture européenne, de culture solutréenne et datant de plus de 19 000 ans, qui ont été découverts. Ces traces concrètes corroborent des analyses génétiques effectuées sur les populations amérindiennes, qui révèlent des ancêtres européens. Ces derniers auraient profité de l’ère glaciaire pour rejoindre le nouveau continent, avant les Asiatiques venant de Sibérie. Cependant, ils auront eu accès à l’Amérique pendant une période plus courte que les Sibériens, qui les ont supplantés par la suite.

 

Un américain, Jared Taylor aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Une liberté de ton presque impossible pour un Français et en plus dans un très bon français, samedi dernier Jared Taylor (fondateur et rédacteur de American Renaissance) est intervenu lors des assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité – La France en danger” qui se sont  déroulées à Paris.

Jared Taylor est une des personnalités les plus attachantes du vaste univers des think tanks conservateurs américains.
Son histoire en fait un des hommes les plus ouverts sur le monde de la capitale américaine. Né au Japon dans un petit village de campagne, il parle un japonais parfait ainsi qu’un excellent français, perfectionné à l’université de Yale et à l’Institut d’études politiques de Paris
À la fin de ses pérégrinations en Europe, après avoir longtemps séjourné en Afrique, il rentre aux États-Unis

C’est en partant d’une comparaison avec le peuple japonais qu’il connaît parfaitement et les sociétés traditionnelles qu’il a appris à apprécier durant son étape africaine, qu’il a perçu le rôle croissant du dogme de la «diversité» dans le détricotage du tissu social américain.

Un américain, Jared Taylor aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Catherine Blein, organisatrice des Assises, entourée de gauche à droite de Jean-Yves Le Gallou, Jared Taylor et Fabrice Robert

Véritable religion civile des États unis à partir du président Johnson, l’idéologie de la « diversité » tend à justifier les choix des élites financières et politiques américaines du libre échange des personnes quelque en soit le prix à payer par les citoyens américains ordinaires.

Un américain, Jared Taylor aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Vue d'une partie de la salle.

Les quelques voix comme celle de Jared Taylor qui osent crier que le roi est nu avec des arguments solides, puisés tout autant dans l’actualité, les statistiques officielles que dans les travaux les plus avancés de la génétique, mettent à mal les défenseurs de la « diversité » qui, faute d’idées, en sont réduits à la politique du « name calling ».

C’est ainsi que Jared Taylor est devenu, pour certains à gauche, le visage souriant des suprématistes blancs ou la version moderne du vieux colonialisme, pour d’autres à droite, il serait un vrai dissident américain qui dénonce sans peur les « tabous tribaux » contemporains.

Quoi qu’il en soit, Jared Taylor et le laboratoire d’idées qu’il anime occupent une place originale dans une Amérique traditionnellement conformiste. Sa critique du principe cardinal de la société américaine d’aujourd’hui, le dogme des bienfaits de la « diversité », est d’autant plus douloureuse pour l’intelligentzia progressiste de la côte Est et pour l’establishment financier qu’elle s’appuie sur des faits que tous les Américains connaissent et sur des données scientifiques difficiles à réfuter.

Vingt jours avant les Assises “La France en danger”, Jared Taylor avait accordé une interview exclusive à Novopress.

[box] Novopress a déjà publié en vidéo 3 autres interventions de ces Assises :
Jean-Yves Le Gallou aux Assises “La France en danger” [vidéo]
Filip Dewinter, du Vlams Belang, aux Assises “La France en danger” [vidéo]
Démographie de l’immigration : Y-M Laulan aux Assises “La France en danger” [vidéo] [/box]

Crédit photos : Novopress, licence CC.

Tunisie : « Pas de constitution sans la charia »

Tunisie : « Pas de constitution sans la charia »

17/03/2012 – 08h00
TUNIS (NOVOpress) –
La loi islamique (charia) étend son ombre en Tunisie. Plusieurs milliers de manifestants ont manifesté hier devant le siège de l’Assemblée nationale constituante à Tunis afin de réclamer l’application de la charia dans la future constitution du pays. « Le peuple veut l’application de la charia de Dieu ! », scandaient les manifestants. Ou encore :  « Pas de constitution sans la charia » et « Ni laïque ni scientifique, la Tunisie est un Etat islamique ».

Ces appels au totalitarisme islamique ont lieu alors que l’Assemblée nationale constituante, sous domination du parti islamiste Ennahda, planche sur un projet de référence à la charia comme « source principale de la législation ». Un nouvel épisode peu reluisant du « printemps arabe », encensé par la presse occidentale l’année dernière.

Crédit photo : Amine Ghrabi, via Flickr, licence CC.

Démographie de l'immigration : Y-M Laulan aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Démographie de l’immigration : Y-M Laulan aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Le 10 mars 2012 à Paris, intervention d’Yves-Marie Laulan, démographe, lors des Assises “La France en danger” organisées par l’association Nationalité, Citoyenneté et Identité, présidée par Catherine Blein.

Démographie  de l'immigration : Y-M Laulan aux Assises “La France en danger” [vidéo]La carrière d’Yves-Marie Laulan, universitaire de longue date à Sciences Po, à l’université de Paris II, mais aussi à l’ENA et à l’École supérieure de guerre, l’a amené dans des horizons très divers. Après un passage dans les cabinets ministériels au temps du général de Gaulle, il a occupé le poste de haut fonctionnaire international à l’Otan pendant la Guerre froide. Il a également assumé les fonctions d’économiste en Afrique au service du développement durable et de banquier attaché au crédit social au service des plus déshérités. Par ailleurs, il est fort d’un engagement actif dans la vie associative en faveur des jeunes.

Il est l’auteur d’une bonne quinzaine d’ouvrages, dont plusieurs ont été primés, ainsi que de centaines d’articles dans la presse française ou étrangère. Mais n’évoquer que sa carrière bien remplie serait oublier un autre parcours : celui d’alpiniste de haut niveau, qui compte une tentative d’ascension de l’Everest en hiver ainsi que des expéditions au Groenland et au mont Kenya entre autres.

Yves-Marie Laulan est aujourd’hui consultant et président de l’Institut de géopolitique des populations.

Crédit photos : Novopress, licence CC.

Syrie : la France impliquée jusqu’au cou

Syrie : la France impliquée jusqu’au cou

16/03/12 – 15h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinfo de Radio Courtoisie) –
En Syrie, la télévision publique du pays a confirmé début mars ce que l’on supposait depuis longtemps : l’armée nationale syrienne a fait prisonniers 18 agents français à Homs et un 19e à Azouz.

Syrie : la France impliquée jusqu’au cou Cette confirmation indique que les négociations engagées entre Paris et Damas se sont soldées par un échec et que la Syrie a décidé d’augmenter la pression sur la France en portant l’affaire sur la place publique. La presse turque a confirmé l’arrestation du 19e agent français en expliquant que quatre agents turcs avaient été arrêtés avec lui, ceci alors même qu’Ankara s’était engagé le 7 février à retirer tous ses agents en échange de la restitution de 49 prisonniers. La télévision libanaise Al‑Manar a rapporté un échange entre le ministre français des Affaires étrangères et son homologue saoudien en marge de la conférence de Tunis. Le prince saoudien déplorait que la France n’ait pas reconnu le Conseil national syrien comme seul représentant légitime de la Syrie. Alain Juppé lui aurait alors répondu : « Si je le fais, qui nous rendra nos soldats ? »

La presse française reste donc silencieuse alors que ces informations sont maintenant publiques au niveau international

Cette attitude atteste du rétablissement de la censure militaire en France. La question qui se pose est de savoir si le président Sarkozy a rétabli la censure militaire pour des motifs d’intérêt national ou pour des raisons personnelles, c’est‑à‑dire pour éviter de devoir rendre compte à ses concitoyens de la guerre secrète qu’il conduit contre la Syrie en violation de la Constitution.

On se dirige donc vers un scénario à la libyenne

Comme en Côte d’Ivoire et la Libye, les spécialistes de la guerre secrète de l’armée française préparent le terrain avant une intervention militaire internationale. Il ne fait plus de doute que sans le soutien de la Russie et de la Chine, le régime syrien ne serait plus qu’un lointain souvenir. En tout cas, une nouvelle fois, la France et son peuple sont engagés dans une guerre à leurs corps défendant et sans même le savoir.

Crédit image : The World Factbook, domaine public.

Internet : l’extension « .bzh » bientôt validée ?

Internet : l’extension « .bzh » bientôt validée ?

16/03/2012 – 13h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – La région administrative Bretagne a annoncé le 14 mars qu’elle avait adressé à l’ICANN un courrier affirmant son entier soutien au projet de domaine Internet de premier niveau « .bzh » (pour « Breizh ») porté par l’association wwwpointbzh. Un soutien concrétisé par la prise en charge du financement du dossier auprès de cet organisme, d’un montant de 235.000 euros. L’autorisation d’obtenir l’extension demandée pourrait intervenir dès 2013
.

Dans un communiqué, la Région justifie cette décision en affirmant que cette extension contribuera ” à l’attractivité de la Bretagne.” Elle estime en effet que le « .bzh » constitue un marqueur identitaire fort qui donnerait « une visibilité nouvelle aux activités économiques, sociales, culturelles liées à la Bretagne. Il permettra aux institutions, entreprises, associations et particuliers souhaitant manifester leur attachement à leur région ».

Fondée à la suite d’une directive du Département du Commerce américain l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, en français « Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet ») est une autorité de fait américaine de régulation de l’Internet. Elle seule peut aujourd’hui allouer de l’espace des adresses de protocole Internet, attribuer les identificateurs de protocole (IP), gérer le système de nom de domaine de premier niveau pour les codes génériques (gTLD) et les codes nationaux (ccTLD), et assurer les fonctions de gestion du système de serveurs racines. Un monopole US qui pourrait d’ailleurs, pour des raisons géopolitiques évidentes, être remis en cause dans l’avenir.

L’idée d’une extension internet .bzh a été lancée en 2004 par le député de la 6ème circonscription du Finistère Christian Ménard (UMP). En 2008, l’association wwwpointbzh a été mise en place, avec le soutien financier de la région Bretagne, pour constituer le dossier de candidature, réunir les fonds nécessaires à son dépôt et assurer la promotion du”.bzh” dans la communauté bretonne.

S’inspirant de l’exemple du « .cat » catalan, l’association wwwpointbzh s’est donc concentrée sur un travail d’information et de proposition auprès des instances de l’ICANN, en lien avec les autres projets d’extensions culturelles et linguistiques européens (« .gal », « .scot »,) réunis au sein du réseau ECLID (European Cultural and Linguistic Internet Domains). La pétition lancée par l’association bretonne a recueilli à ce jour 20.385 signatures.

Depuis juin 2011, l’ICANN a décidé d’assouplir les conditions de candidature et mis en place le processus permettant de nouvelles extensions qui pourront désormais être liées à des régions, villes ou entreprises. Le calendrier prévoit le dépôt des dossiers entre le 12 janvier et le 12 avril 2012. L’examen des candidatures se fera jusqu’en novembre 2012, date à laquelle seront rendues officielles les nouvelles extensions autorisées. Si l’extension « .bzh » est validée, les premiers enregistrements des nouvelles adresses pourront débuter début 2013.

Filip Dewinter, du Vlams Belang, aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Filip Dewinter, du Vlaams Belang, aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Intervention de Filip Dewinter (photo) lors des assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité – La France en danger” qui se sont déroulées samedi dernier à Paris.

Filip Dewinter, du Vlams Belang, aux Assises “La France en danger” [vidéo] Né le 11 septembre 1962, Filip Dewinter est marié et père de trois filles. Depuis 1987, il est député pour le Vlaams Blok/Vlaams Belang, d’abord au parlement fédéral, puis au parlement flamand comme chef de groupe. Depuis 2009, Filip Dewinter est également sénateur et membre du bureau du parti et président du groupe Vlaams Belang au conseil communal de la ville d’Anvers. Il est le président de l’association des Villes contre l’islamisation, fondée sur son initiative en 2008, et qui regroupe diverses organisations venues non seulement des villes d’Anvers et de Bruxelles, mais aussi de Barcelone, Copenhague, Cologne, Londres, Berlin, Vienne et Paris.

Il a déjà publié neuf livres sur des thèmes politiques et les problèmes de la société actuelle : Eigen volk eerst (« Mon peuple d’abord », 1989), Weg met ons ? (« À bas nous-mêmes ? », 1990), Een tegen allen (« Un contre tous », 1991), Immigratie de tijdbom tikt (« Immigration, la bombe à retardement est lancée », 1996), Baas in eigen huis (« Maitre chez soi », 2000), Zerotolerantie tegen kriminaliteit (« Zéro tolérance contre la criminalité », 2005), Antwerpen troef (« Anvers, l’atout », 2006), Zeggen wat u denkt (« Dire ce que vous pensez », 2006) et Inch Allah, de Islamisering van Europa (« Inch Allah, l’islamisation de l’Europe », 2009). Le dernier livre a été traduit et publié en allemand (2010) et en anglais (2012).

Crédit photos : Novopress, licence CC.

Les quatre pôles de l'identité - Par Yvan Blot

Les quatre pôles de l’identité – Par Yvan Blot

[box class=”info”] Intervention d’Yvan Blot (Président d’Agir pour la Démocratie Directe, photo aux assises ci-dessus) lors des assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité – La France en danger” qui se sont déroulées samedi dernier à Paris. [/box]

Aristote dans sa métaphysique évoque les quatre causes des choses qui nous entourent : par exemple, un temple a une cause matérielle, la pierre ou le bois sans lesquels il n’y aurait pas de temple. La cause formelle est le plan de l’architecte : c’est une idée qui va être imposée à la matière. La cause motrice, ce sont les hommes qui s’activent sur le chantier. La cause finale est toutefois la plus importante : c’est la religion qui donne son sens, sa signification, donc son « être » au temple et qui fait de lui ce qu’il est.

Heidegger a repris ces outils mais les appelle, la terre, le ciel, les hommes et la divinité. C’est ainsi qu’un touriste qui ignore la religion grecque ne connaîtra pas la « vérité » ou « l’essence » de ce temple et n’en aura donc qu’une expérience très superficielle (au mieux esthétique).

On peut appliquer cette grille à l’identité nationale.

Les quatre pôles de l'identité - Par Yvan Blot

Une partie de l'assistance des Assises.

La cause matérielle de l’identité nationale est la FRONTIERE : en effet, la frontière définit le territoire de la nation. A l’intérieur de la frontière vit le peuple. Des étrangers y vivent aussi : certains ont été appelés (par des mais ou pour travailler par exemple) par des nationaux mais d’autres sont venus sans être appelés. C’est pourquoi le danger identitaire, du point de vue de la cause matérielle, du point de vue de la terre de France pour parler comme Heidegger, est l’IMMIGRATION.

La cause formelle (juridique et politique) de l’identité nationale est la SOUVERAINETE POLITICO-MILITAIRE. En effet, c’est le peuple souverain qui va décider de la teneur des lois, du système juridique national, des règles de vie en société. La préservation de l’identité s’accomplit ainsi politiquement par la démocratie authentique où le peuple est réellement souverain grâce à la démocratie directe (référendums d’initiative populaire) comme en Suisse. Le danger suprême est ici celui de l’OLIGARCHIE. Il y a l’oligarchie intérieure qui fait les lois sans consulter le peuple en connivence avec les medias, les syndicats et l’appareil bureaucratique d’Etat. Mais il y a aussi l’oligarchie internationale composée des organisations internationales (union européenne, cour européenne des droits de l’homme, UNESCO, ONU etc.. que le général de Gaulle appelait des « machins ». Il n’y a rien de moins démocratique que ces organismes internationaux dans leur recrutement et leur idéologie. Enfin, la démocratie est d’origine militaire. Les Assemblées de guerriers des Grecs ou des Germains ou des Suisses en témoignent. L’oligarchie qui menace aujourd’hui et qui est spirituellement américanisée est marchande.

La cause motrice de l’identité nationale, ce sont les hommes donc la langue qu’ils parlent, la culture qui les animent. C’est la cause CULTURELLE OU ETHNIQUE. Cette dimension de l’identité nationale fait la personnalité, l’âme comme disait De Gaulle, de chaque nation. Elle est menacée par l’anglais et la culture AMERICAINE MARCHANDE. L’Amérique nous menace culturellement parce qu’elle a gagné des guerres mondiales et que le vainqueur fait de ses alliés moins puissants des satellites. Notre identité a été forgée par la religion catholique et par l’aristocratie militaire. Il en est de même des Russes car l’orthodoxie est proche du catholicisme. L’identité américaine est différente : c’est celle du protestantisme dissident et il n’y a jamais eu d’aristocratie : ce sont des marchands qui dominent comme autrefois à Carthage ou au Liban. L’Amérique a démilitarisé l’Europe spirituellement et matériellement avec sa propre complicité d’Etats vaincus.

La cause finale de l’identité nationale est à chercher dans l’HISTOIRE, le ROMAN NATIONAL. Dans cette histoire identitaire, le fait RELIGIEUX est central, même si la société se sécularise plus tard (cette sécularisation n’est pas sans danger éthique et démographique). Les jeunes apprennent le patriotisme dans l’histoire de France. Les jeunes Grecs de l’antiquité apprenaient leur identité grecque et religieuse dans Homère. La menace qui plane sur l’identité nationale du point de vue de la cause finale est celle du DERACINEMENT SPIRITUEL. Lorsque les jeunes générations sont privées de leur héritage historique, le patriotisme qui suppose d’être capable de mourir pour la patrie, se défait. Le lien social s’effrite par excès d’égocentrisme. L’idéologie des droits de l’homme efface les repères éthiques indispensables à l’identité nationale, comme l’a notamment écrit le patriarche de Moscou.

Ainsi, les menaces sur l’identité nationale peuvent être représentées sur un graphique en croix avec les quatre causes matérielles (en bas) formelles (en haut) motrice (à droite) et finales (à gauche) :

Les quatre pôles de l'identité - Par Yvan Blot

A l’inverse, on peut tracer le graphique de l’identité nationale :

Les quatre pôles de l'identité - Par Yvan Blot

Une politique de protection et de développement de l’identité nationale doit donc assurer la protection des frontières, notamment contre l’immigration de masse, assurer la souveraineté politique et militaire du pays, protéger la culture nationale contre le multiculturalisme et transmettre la mémoire historique et religieuse de la patrie.

Crédit photos : Novopress, licence CC.

Les agences de renseignement occidentales ont infiltré la Syrie

Les agences de renseignement occidentales ont infiltré la Syrie

15/03/2012 – 17h30
PARIS (NOVOpress via unzensuriert.at) — Les rebelles syriens, représentés dans les médias occidentaux comme les victimes innocentes d’une “dictature” sanguinaire, ne sont pas seulement impliqués dans des jeux de pouvoir internationaux – ils sont aussi infiltrés et lourdement équipés par des états étrangers, d’après le gouvernement syrien. Assad ne se défendrait donc contre son propre peuple, mais bien contre des agitateurs étrangers.

Environ 700 combattants armés ont en effet été arrêtés lors de la capture du bastion rebelle Babar Amr il y a une semaine. Leur provenance : pays arabes, la Turquie, et “certains pays européens comme la France”, a déclaré Salim Harba, expert syrien en stratégie. Il a également confirmé que, au Qatar, dans un “Bureau de coordination” parrainé par les Américains et les Arabes se réunissent les responsables du renseignement américain, français et arabe, des agents de la CIA, du Mossad et de Blackwater avec les membres du Conseil transitoire syrien.

En Syrie, dans des tunnels et des camps des rebelles, de nombreuses armes et d’autres équipements ultra-sophistiqués de provenance israélienne, européenne et américaine ont été trouvées – certains n’ayant même pas encore été testés dans leur pays de fabrication. De même, un courriel américain a été intercepté, qui a confirmé que le territoire syrien a été violé par les troupes de l’OTAN. Au début du mois de mars, 13 officiers français qui se trouvaient parmi les rebelles auraient été arrêtés.

Photo : Elizabeth Arrott via wikimedia (cc)

« L'imprévu dans l'histoire : Treize meurtres exemplaires », de Dominique Venner

« L’imprévu dans l’histoire : Treize meurtres exemplaires », de Dominique Venner

Dans son nouveau livre, Dominique Venner revient sur l’un de ses thèmes forts : l’imprévu dans l’histoire, à l’occasion de la réédition enrichie d’un ouvrage paru en 1988 et consacré au meurtre politique. Ce livre offre des récits vifs et ouvrent de vastes horizons à la réflexion.

Car le meurtre politique est singulier. Celui qui va donner la mort sait qu’il va mourir parce qu’il ne peut réussir son « coup » qu’en sacrifiant ses chances de fuite. Et sa cible, celui qu’il veut tuer, sait aussi qu’il risque de mourir, parce que l’engagement politique expose inévitablement (et même dans les périodes calmes) à risquer sa réputation, sa liberté et sa vie. Pierre Stolypine, premier ministre du tsar, assassiné à Kiev en 1911, disait adieu aux siens à chaque fois qu’il sortait de sa maison et leur disait : « Je veux être enterré là où je serai tué ». Ce qui fut fait. Et en quittant son pays pour un voyage officiel en France qui lui fut fatal, en 1934, le roi Alexandre de Yougoslavie dit à la reine Marie : « Allons, ma chère, braver les attentats ne fait-il pas partie du métier de roi ? »

Le meurtre politique a inspiré les auteurs antiques, comme les philosophes de la fin du Moyen Age et de la Renaissance qui ont développé la théorie du tyrannicide. Cette théorie était encore invoquée en 1962 par le polytechnicien Bastien-Thiry, fusillé après avoir tenté d’assassiner le général De Gaulle.

« L’imprévu dans l’histoire : Treize meurtres exemplaires », de Dominique Venner Des auteurs contemporains se sont intéressés à l’étude du meurtre politique. Dans une vaste fresque parue en 1990 Franklin L. Ford s’interroge sur l’efficacité du procédé à travers 2500 ans d’histoire. Pour son préfacier, Pierre Chaunu : « L’histoire enseigne que le meurtre politique a presque toujours manqué son but. » Cette conclusion rejoint le principe d’hétérotélie analysé par Jules Monnerot dans Les lois du tragique et L’Intelligence du politique : le résultat d’une action politique est souvent en décalage par rapport à l’intention initiale.

Pas toujours, toutefois ! Dans Le Couteau et le Poison, paru en 1997, Georges Minois étudie l’assassinat politique en Europe de 1400 à 1800. Certes, tout ne marche pas toujours selon les souhaits des assassins. Le meurtre d’Henri III par le moine Jacques Clément débouche sur l’avènement d’un prince protestant et relaps, ce qui ne correspondait pas aux vœux de la Sainte Ligue. Ravaillac réussit mieux son coup ! Les effets de l’assassinat d’Henri IV sont plus importants : c‘est le report – au moins pour quelques années – de la guerre contre les Habsbourg. A contrario quelques années plus tôt l’assassinat d’Henri de Guise, en 1588, a peut-être sauvé la monarchie capétienne : « acte de justice du roi », le meurtre du Balafré rétablit l’ordre naturel de la monarchie.

Le propos de Dominique Venner est différent : il montre que treize meurtres du XXe siècle ont fait surgir l’inattendu dans l’histoire. Pas tous, d’ailleurs. L’assassinat de Kennedy – le premier sous l’œil des caméras – fut aussi spectaculaire qu’énigmatique mais il ne changea pas grand-chose au cours de l’histoire. Tel ne fut pas le cas de l’attentat contre l’archiduc François Ferdinand à Sarajevo : « Un coup de pistolet, neuf millions de morts ».

Il n’y avait pourtant pas de fatalité à cette montée aux extrêmes : plusieurs crises – dans les Balkans ou au Maroc – furent dénouées sans conflagration dans les années précédentes. Mais Dominique Venner pointe deux meurtres antérieurs qui ont joué – hasard malheureux – leur rôle dans le déclenchement de la Grande Guerre, deux meurtres qui ont éliminé deux hommes de haute vue qui auraient – peut-être – pu s’opposer aux bellicistes : Stolypine en Russie (assassiné en 1911) et Caillaux en France (sorti du jeu politique à la suite de l’assassinat, par Madame Caillaux, de Gaston Calmettes, le directeur du Figaro en mars 1914).

Certes, la Guerre de 1914 fut sans doute le produit de la fatale nécessité des alliances ; mais le hasard a joué son rôle dans la manière dont les hommes en place ont fait face à des circonstances exceptionnelles. En tout cas, le 28 juin 1914 nul ne pouvait imaginer l’ampleur incroyable des changements qui allaient suivre.

Voilà qui doit conduire – et c’est le message de Dominique Venner – à bien mesurer les limites du déterminisme historique. Les situations qui paraissent les mieux établies peuvent être bouleversées par un caprice du destin. Pour le pire, souvent, pour le meilleur parfois !

Jean-Yves Le Gallou

Voir aussi les articles sur Polémia :

– « Le choc de l’histoire » de Dominique Venner : un livre lumineux
– Entretien avec Dominique Venner, « Le Choc de l’Histoire. Religion, mémoire,identité » Propos recueillis par Laure d’Estrée
– « Le Siècle de 1914 / Utopies, guerres et révolutions en Europe au XXe siècle » de Dominique Venner

A lire :

– Dominique Venner, L’imprévu dans l’histoire, Treize meurtres exemplaires, Pierre Guillaume de Roux, 2012
– Crimes d’État et scandales politiques, la Nouvelle Revue d’Histoire, n°59, mars – avril 2012.
– Franklin L Ford, Le Meurtre politique, du tyrannicide au terrorisme, PUF, 1990
Georges Minois, Le couteau et le poison, L’assassinat politique en Europe (1400-1800), Fayard, 1997

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

Agenda : "Jeanne d'Arc une figure politique pour aujourd'hui" le 31 mars à Paris

Agenda : “Jeanne d’Arc une figure politique pour aujourd’hui” le 31 mars à Paris

Alors que l’élection présidentielle voit les partis politiques s’entre déchirer et diviser chaque jour un peu plus les Français, l’association “Avec Jeanne” (www.avecjeanne.fr), présidée entre autres par l’Abbé Guillaume de Tanouärn, propose le 31 mars prochain un rendez-vous au Forum de Grenelle, placé sous la figure unitaire de Jeanne d’Arc.

Premier “Grenelle johannique”, ce colloque intitulé “Jeanne d’Arc une figure politique pour aujourd’hui” verra se succéder à la tribune des intervenants de renom, tels Jean de Viguerie, Frédéric Rouvillois, Rémi Soulié, Éric Letty, Gérard Leclerc…

Trois temps forts rythmeront l’après midi : l’histoire politique de Jeanne, le symbole politique d’une Jeanne nationaliste et chrétienne et enfin les “mots d’ordre johanniques”. La journée se clôturera autour de verres de vins et de cochonnailles.

[box class=”info”]Où : Forum de Grenelle 5 rue de la Croix Nivert 75015 Paris
Quand : le samedi 31 mars de 14h à 20h
Contact et renseignements : jeannedarc2012@yahoo.fr / www.avecjeanne.fr / Avec Jeanne, 23 avenue Rapp 75007 Paris
Entrée : 9 euros (5 euros pour les étudiants, 7 euros en prévente)[/box]

Une centaine d'enfants français mourraient chaque année à cause de la viande halal

Viande halal : plus d’une centaine d’enfants en meurent chaque année en France

Et souvent les parents de savaient pas que la viande qu’ils donnaient à leurs enfants était halal.

En refusant d’étiqueter la viande halal et en accordant une dérogation aux normes d’hygiène européennes pour l’abattage, le gouvernement français est responsable de morts qui pourraient être facilement évités… s’ il écoutait les scientifiques plutôt que les islamistes.

Documentaire de France 5 ‘La vérité si je mange’ du 11/03/2012 :

 

Extraits de ce documentaire :

Selon la législation européenne, l’abattage doit se faire après étourdissement de la bête et la tête en bas, l’œsophage est ligaturé justement pour éviter que le contenu de l’intestin ne se répande sur la viande. Mais il y a une dérogation européenne pour l’abattage rituel. Un rapport d’expert avait déjà attiré notre attention et souligne les risques liés à l’abattage rituel. Il est mis en évidence que “l’impossibilité matérielle de ligaturer l’œsophage des animaux est très préjudiciable à la salubrité des produits obtenus, car elle se traduit par une souillure massive du bas des carcasses (dont la tête) occasionné par l’abondant épanchement à travers la section béante de l’œsophage des matières stercoraires en provenance de l’estomac“.

Dans le documentaire, commentaire du toxicologue Jean-Louis Thillier :Cette augmentation de la contamination des steaks hachés par l’Escherichia coli (NDLR : bactérie pouvant être mortelle) me parait [corrélée] avec l’augmentation de la consommation de la viande halal ou casher (…) avec toutes les bactéries susceptibles d’être pathogènes pour l’homme.

Il ajoute: “ça atteint les jeunes, soit définitivement, soit ce sont des infections mortelles, soit des transplantation rénales, c’est inadmissible. On a eu 26 décès de la vache folle, ou de la variante Creutzfeldt-Jakob chez nous en France. Et chaque année on a plus d’une centaine d’enfants qui meurent de ces beefsteaks hachés“.

Question du documentaire:Mais comment à l’heure de la traçabilité ces viandes à risque se retrouvent-elles commercialisées sans aucune mention spéciale et sous la forme de steaks hachés ?A cause de la soumission de l’UMP aux islamistes, dont la direction demande d’abandonner aux députés qui voudraient l’étiquetage..

Selon la Fédération vétérinaire européenne: « l’abattage des animaux sans étourdissement préalable est inacceptable en toute circonstance ».

[box class=”info”] Source : Observatoire de l’islamisation. [/box]

Assises de la "France en danger", propositions des identitaires pour temps de crise - Par Lionel Humbert

Assises de la “France en danger”, propositions des identitaires pour temps de crise – Par Lionel Humbert

[box class=”info”] Les assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité – La France en danger” de samedi dernier, dans l’hebdomadaire Minute : [/box]
Les Assises de la France en danger, le 10 mars, se sont déroulées au terme de multiples péripéties. Au final, l’événement conforte le Bloc identitaire, qui pilotait l’opération, dans sa stratégie métapolitique.

Samedi 10 mars, à l’espace Charenton de Paris, un millier de participants étaient réunis pour les assises « La France en danger », organisées par l’association « Nationalité, citoyenneté, identité » (NCI). Le but était d’élaborer un corpus doctrinal sur le refus d’accorder le droit de vote aux étrangers et de proposer une refonte du code de la nationalité.

La manifestation, qui rappelle les Assises sur l’islamisation de 2010, s’est soldée par un franc succès, même si les identitaires, qui pilotaient l’opération en sous-main, ont bien cru ne jamais arriver au bout de leurs peines!

De fait, côté communication, Ca therine Blein, présidente de NCI, se heurte très vite au mutisme des grands médias, qui refusent de parler des assises… même en mal. Les organisateurs doivent donc mettre en marche leur propre machine de communication pour contourner le mur du silence: trente mille courriers personnalisés, deux cent mille courriels, publicité dans la presse patriotique, dont « Minute », matraquage sur les ondes de Radio courtoisie comme sur les sites de la réinfosphère… Ne manquaient que le tam-tam et les signaux de fumée ! Mais jusque-là, rien d’anormal.

La première réaction surprenante vient de personnalités supposées proches de la mouvance. Ainsi de Laurent Ozon, écologiste passé de la Nouvelle droite au Front national, avec un crochet chez les Verts et les Identitaires. Marginalisé à la suite de ses claquages de portes successifs, il lui restait visiblement des comptes à régler avec les organisateurs des assises – au point de contacter les orateurs inscrits au colloque pour les sommer de ne pas cautionner la présence d’« extrémistes » pouvant déconsidérer la juste lutte contre l’immigration.

On n’est jamais si bien trahi que par les siens…

Dans sa ligne de mire, Jared Taylor, avocat américain diplômé de Yale et de Sciences-Po, polyglotte distingué (il parle à la perfection japonais et français) et consultant international.

A en croire l’ex-écolo de Marine Le Pen, loin d’un Yankee bien propre sur lui, Taylor serait en réalité un ponte du Klu Klux Klan et son site, American Renaissance, une caisse de résonance du suprématisme blanc le plus échevelé…

A ce portrait au vitriol, Ozon ajoute quelques accusations de révisionnisme, armes par destination que l’on croyait réservées aux gauchistes liberticides plus qu’aux intellectuels non-conformistes.

En réalité, ainsi qu’il l’a expliqué à l’agence Novopress, Jared Taylor est à couteaux tirés avec l’extrême droite américaine, notamment le Ku Klux Klan. Et il bénéficie du soutien influent de membres de la communauté juive américaine, en phase avec les idées défendues par American renaissance. Loin des fantasmes délirants, Taylor est simplement un défenseur de la communauté blanche, dans un pays où cette dernière a le droit d’être un lobby comme un autre.

Après le Ku Klux Klan, les nervis gauchistes !

Après cette péripétie, les choses sérieuses commencent pour Catherine Blein quand, dans la nuit du 6 mars, quatre jours avant la réunion, des casseurs d’extrême gauche attaquent la salle de conférences à coups de barres de fer, faisant éclater toutes les vitres.

Assises de la “France en danger”, propositions des identitaires pour temps de crise – Par Lionel Humbert

Deux jours plus tard, la police interpellera encore onze gauchistes énervés. Pour empêcher d’autres émules de la nuit de Cristal de s’en prendre au bon déroulement des assises – voire à l’assistance –, la préfecture de Paris met alors en pla ce un impressionnant dispositif policier.

Résultat, le 10 mars au matin, une petite foule tranquille (près de 700 entrées payantes au long de la journée) se presse pour assister à une première table ronde sur l’histoire de la citoyenneté, animée par l’historien Philippe Conrad et le spécialiste de la démocratie directe, Yvan Blot. Une autre table ronde, dirigée par le président de Polémia, Jean-Yves Le Gallou, est consacrée à l’immigration et au droit de la nationalité. Elle aurait plongé l’auditoire dans un pessimisme noir, nourri par les chiffres alarmants des démographes Yves-Marie Laulan et Jean-Paul Gourevitch, sans le « one man show » d’Henry de Lesquen, président du Club de l’Horloge, qui a remonté le moral de la salle en exposant avec beaucoup de pédago gie qu’il est possible d’arrêter la pompe à immigration grâce à des me sures législatives très simples, dès lors qu’existe une volonté politique: affirmation de la loi française sur la législation européenne, préférence nationale, abrogation des lois antiracistes, organisation de la ré émigration de deux millions en cinq ans, notamment en fermant les pompes aspirantes…

Le député flamand du Vlaams Belang, Filipp Dewinter, se taille en suite un franc succès avec une vigoureuse intervention pour dénoncer les dangers de l’islamisation de l’Europe. Enfin, toute la salle attend Jared Taylor, pour voir s’il porte oui ou non la tunique et capuche blanches du KKK. Déception pour les amateurs de folklore: c’est dans un élégant costume-cravate qu’il dé crit les conséquences tragiques et parfois loufoques du multiculturalisme aux Etats-Unis, avant d’appeler les Français à ne pas commettre les erreurs des Américains, qui ont trop cédé aux sirènes du melting pot.

Assises de la "France en danger", propositions des identitaires pour temps de crise - Par Lionel HumbertFabrice Robert (photo), président du Bloc identitaire, clôture les assises en jouant à domicile. Dans une salle chauffée à blanc, il martèle sa conviction que la lutte pour l’identité sera le grand combat du XXIe siècle. Il reste cependant persuadé que la tâche dépasse nos frontières et que les identitaires européens ont le devoir d’aider les autres peuples cherchant à rester eux-mêmes.

Les principales conclusions formulées par les experts et invités de prestige – Jean Raspail, Jean Bothorel, Oskar Freysinger (en visioconférence), etc. – seront prochainement remises aux divers candidats à la présidentielle. Le Bloc, lui, sort de ces assises conforté dans sa stratégie métapolitique.

D’abord parce qu’en cette période de surmédiatisation électorale, il parvient tant bien que mal à faire passer ses thématiques dans le débat public. Ensuite avec pas mal d’imagination et un peu d’esbroufe, le petit poucet de la droite radicale se maintient de ce fait dans la cour des grands.

Lionel Humbert

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 14 mars 2012 reproduit avec son aimable autorisation. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Assises de la "France en danger", propositions des identitaires pour temps de crise - Par Lionel Humbert

Soirée de lancement du livre "Apéro saucisson-pinard", ce soir 15 mars à Paris

Soirée de lancement du livre “Apéro saucisson-pinard”, ce soir 15 mars à Paris

Pierre Cassen,Christine Tasin et Fabrice Robert, responsables des trois mouvements qui ont défrayé la chronique en 2010-2011 avec leurs “apéros” laïcs à base de vin et de saucisson répondront à vos questions et dédicaceront le livre « Apéro saucisson pinard ».

Soirée de lancement du livre "Apéro saucisson-pinard", ce soir 15 mars à ParisVous pourrez rencontrer les trois auteurs, l’éditeur Slobodan Despot et André Bercoff, ce soir 15 mars à partir de 18 heures, au Café du Pont Neuf, 14, quai du Louvre, Paris (Métro Pont Neuf).

Pourquoi et comment des républicains, des féministes, des gens « de droite » ou « de gauche » ont ils décidé et sont-ils parvenus à s’unir, au-delà de leurs différences, pour faire face à un modèle religieux et social qui cherche à gagner toujours plus d’influence au sein de la vie française ?

Ce livre d’explication et de débat clarifie les positions des uns et des autres et soulève un grand nombre de questions relatives à la survie du modèle laïc français. Il va à la rencontre de préoccupations partagées par une large majorité de la population en France comme dans le reste de l’Europe.

Les “bonnes feuilles” de ce livre sont lisibles chez l’éditeur, Xenia. Pour commander le livre voir ici.

ssises "Nationalité, Citoyenneté, Identité" - Reportage en direct [audio]

Assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité” – Reportage en direct [audio]

Lors des assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité – La France en danger” qui se sont déroulées samedi dernier à Paris devant plus de 700 personnes, Radio Courtoisie dans le Libre Journal des Lycéens a diffusé un reportage en direct en interrogeant des orateurs mais aussi des personnes dans l’assistance. Nous vous proposons d’écouter ou de réécouter ce reportage.

Ces assises étaient également diffusées en direct en vidéo par Internet, en particulier par Novopress.

Photos de Novopress

Baskets « Black and Tans » : la gaffe de Nike

Baskets « Black and Tans » : la gaffe de Nike

14/03/2012 – 15h00
DUBLIN (NOVOpress Breizh) – En lançant, à la veille de la Saint-Patrick, une nouvelle collection de baskets dénommée « Black and Tans », la célèbre firme américaine Nike n’a manifestement pas été très inspirée.

Les responsables marketing du géant de la chaussure de sport croyaient pourtant bien faire, « Black and Tans » faisant pour eux référence à la bière mixte (brune et blonde). Ils avaient simplement oublié que c’était également le nom d’un groupe paramilitaire britannique qui vint en aide à la Royal Irish Constabulary dans les années 1920, lors de la guerre d’indépendance irlandaise.

Recrutés pour la plupart d’entre eux parmi d’anciens combattants britanniques démobilisés après la Première Guerre mondiale, les Black and Tans (Noirs et Fauves) tirent leur nom à la fois de la couleur kaki et vert-sombre de leur uniforme et d’une célèbre race de chiens de chasse de Limerick.

Représailles, assassinats et incendies de villages : se comportant comme une armée d’occupation, cette troupe, qui compta jusqu’à 19.000 hommes, s’illustra rapidement par ses méthodes particulièrement brutales vis-à-vis de la population civile irlandaise. Le sac de Balbriggan, un village côtier au nord de Dublin en septembre 1920 et l’incendie de Cork dans la nuit du 11 au 12 décembre 1920 font partie des hauts faits de cette formation tristement célèbre. Inutile de dire que les Irlandais n’ont pas du tout apprécié.

« Autant appeler ses baskets des ‘Al-Quaeda’ », a fait remarquer la centrale de Nike en Irlande. La direction américaine de la firme de l’Oregon a bien sûr présenté ses excuses pour cette bavure qui témoigne d’une méconnaissance certaine de l’histoire irlandaise. Résultat de l’opération : les baskets se retrouvent en solde à peine lancées, bradées à 90 dollars et une image de marque dégradée durablement en Irlande et dans la diaspora irlandaise.

Crédit photo : Kameraad Pjotr, licence CC.