Cologne : « Le rêve ce serait que ce soit l’extrême-droite qui ait fait des violences contre des femmes »

« Le rêve ce serait que ce soit l’extrême-droite qui ait fait des violences contre des femmes » (à 22 minutes dans la vidéo).

19/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Impossible de passer à côté de ce monument de langue de bois dans lequel brille une petite pépite de sincérité. Lors d’une émission sur Arte consacrée aux agressions de masse à Cologne, Valérie Toranian, rédactrice en chef de la Revue des Deux Mondes – un titre qui visiblement survit sur des lauriers bien flétris — se désole que lesdites agressions ne fussent pas commises par de vilains fachos. Décidément, le réel ne fait aucun effort pour se confirmer à la logorrhée bien-pensante de nos « faiseurs d’opinion » autoproclamés.

Publié le

France Télévisions : l’association « France Télés Diversité » contrainte d’arrêter ses activités

Source : OJIM

Dephine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions élue dans la tourmente, trouvait qu’il y avait trop « d’hommes blancs de plus de 50 ans » sur les chaînes de l’audiovisuel public et voulait colorer un peu tout ça. Mais cela ne signifie pas que la cause de la diversité se porte mieux sur les médias qu’elle préside.

En effet, fin décembre dernier, l’association France Télés Diversité, qui assurait la promotion de personnes issues de la diversité et combattait les discriminations sur les chaînes de l’audiovisuel public, annonçait la fin de ses activités. Elle avait été créée il y a 7 ans. Dans une lettre ouverte mise en ligne par la CGC-Médias sur son blog, l’association, qui disposait d’un bureau et d’une adresse mail dédiée, expliquait les raisons qui l’avaient amenée à mettre fin à ses activités.

Dernier épisode en date, après avoir supprimé notre bureau et notre adresse mail FTV, “perdu” notre armoire de dossiers confidentiels, nous subissons la censure systématique de tous nos communiqués mails. Face à ce harcèlement qui touche aussi les responsables de notre association dans leur travail au sein de France télévisions, nous avons fait le choix de clore définitivement France Télés Diversités.

L’association fustige aussi « l’ambiance de peur qui règne sur le groupe », peur alimentée selon elle par les nombreux et réguliers départs de dirigeants, ainsi que les nombreux scandales qui ont été découverts ces derniers mois, de l’élection tourmentée de Delphine Ernotte aux frais de bouche en passant par la dégradation très nette de la situation financière du groupe – sauvé par l’État qui a remis au pot – et l’affaire du fichage illégal des salariés qui entame désormais son volet judiciaire.

BFMTV censure en direct puis en différé

14/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
BFMTV a récemment censuré en direct un de ses propres journalistes qui expliquait le « malaise » de certaines familles de victimes des attentats du 13 novembre face à l’hommage officiel. Mieux, ils ont aussi censuré la séquence sur YouTube. Nous l’avons retrouvé pour vous.

Alors qu’elle intervenait en direct place de la République lors de l’hommage aux victimes des attentats, la journaliste a été coupée en plein milieu pour une raison bidon.
Celle-ci était en train de relater les impressions des familles de victimes du 13 novembre dont beaucoup ont exprimé un malaise par rapport à cet hommage, ressemblant plus à une récupération politique qu’autre chose.
Sous le prétexte d’un « problème technique » alors qu’on l’entendait parfaitement, la journaliste a été coupée avant même d’avoir eu le temps de finir.

Alors que la polémique commençait à enfler sur le Web, BFMTV a aussi supprimé la séquence incriminée de YouTube. Heureusement, les internautes l’ont sauvegardé. La voici :



Lire la suite

Violences migratoires : le New York Times appelle à la démission de Merkel

Source : OJIM
Un éditorial du journal new-yorkais fait remarquer qu’au rythme actuel des migrations, les moins de 40 ans seront bientôt pour moitié originaires de pays musulmans en Allemagne. Avec le risque qu’ils imposent alors leur mode de vie…

Le New York Times classé comme « libéral » aux États-Unis (de gauche en Europe) prend généralement, et presque systématiquement, position pour les clandestins et les migrants. À propos des primaires du camp républicain, le quotidien brocarde ainsi quotidiennement les propositions de Donald Trump sur le sujet. Voir un éditorialiste de ce journal se prononcer clairement pour le rapatriement de la majorité des migrants subis/voulus par l’Allemagne mérite donc attention.

Ross Douthat dans le numéro daté (en ligne) du 9 janvier revient sur les agressions, vols, viols (au moins trois à Cologne) commis non seulement à Cologne, mais aussi à Hambourg, Stuttgart, Stockholm, Helsinki et sans doute d’autres villes européennes. Tout en contestant les positions « conservatrices » qui décrivaient antérieurement l’immigration comme une source de troubles, il admet que les déplacements de population qu’a connu l’année 2015 (plus d’un million de demandeurs d’asile en Allemagne sur l’année et le flot continue) changent le paradigme et font entrer le problème migratoire dans ce qu’il appelle « des territoires inconnus ».

Comme le fait judicieusement remarquer l’éditorialiste « pour l’Allemagne le chiffre important n’est pas la population totale (82 millions en 2013), mais le chiffre de la frange des 20/30ans, moins de dix millions en 2013, et ce chiffre comprend déjà de nombreux immigrés ». Les nouveaux arrivants étant des hommes jeunes (11 hommes pour une femme en Suède) on peut attendre un « effet transformateur » sur une société où les moins de 40 ans seront bientôt pour près de la moitié originaires d’Afrique et du Moyen-Orient… Cette population importera ainsi son mode de vivre, son rapport à la femme et – envisage Douthat – pourra réaliser ce que Michel Houellebecq décrit dans son roman Soumission : l’islamisation du pays.

Sa recommandation est donc sans appel : arrêter immédiatement le flot migratoire et rapatrier les hommes jeunes et en bonne santé dans leur pays d’origine (« beginning an orderly deportation process for able-bodied young men »). Concluant que les « pêchés passés de l’Allemagne ne peuvent être absous par un humanitarisme irréfléchi », il appelle également au départ de Merkel pour que le continent européen ne souffre pas trop de sa folie (« folly »).

Un tel éditorial serait-il publié en France ? Poser la question, c’est malheureusement déjà y répondre.

Recep Tayyip Erdoğan

Attentat à Istanbul: l’étrange réaction d’Erdogan

13/01/2016 – TURQUIE (NOVOpress)
La Turquie est frappée une nouvelle fois par le terrorisme. Cette fois c’est Istanbul qui a été visée par un attentat qui semble porter la marque de l’État islamique.

Les autorités turques tentent d’imposer un black-out médiatique, tandis que le président Erdogan semble décider à mettre l’État islamique et le PKK dans le même sac.


Cologne : même Claude Askolovitch admet que « la réalité correspond exactement au discours de l’extrême-droite »

12/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Après Cologne, la réalité étant trop dure à cacher, même Claude Askolovitch, chien de garde fidèle du système est forcé d’admettre que « l’extrême-droite » a raison.

Décidément, l’affaire des agressions de masse à Cologne et ailleurs fait bouger les lignes. Que Claude Askolovitch, un des plus féroces chiens de garde de la bien-pensance admette que « la réalité correspond exactement au discours de l’extrême-droite » est révélateur. Révélateur que la réalité est trop dure à cacher derrière les beaux discours sur le Vivre-Ensemble, la tolérance et le refus de la stigmatisation et des « phobies » variées. Révélateur d’une prise de conscience européenne massive sur les périls liés à l’invasion migratoire. Révélateur du désarroi des élites, qui après avoir ouvert la boîte de Pandore, s’effarent des conséquences.

Bien sûr, ce qui effraie le plus notre bon commentateur, c’est que « le réel, une partie du réel et nos valeurs vont vers l’extrême-droite ». Il n’en est pas encore à aller au bout de son raisonnement quand il constate, faisant référence à Pim Fortuyn, qu’aux Pays-Bas, « l’extrême-droite est née dans un réflexe de défense de la société ouverte et égalitaire envers les femmes, envers les homosexuels » contre le danger islamiste. Il s’en approche quand il explique que l’extrême-droite prospère sur des « valeurs positives » « précisément les valeurs qui sont au cœur des manifestations du 11 janvier ». Sous-entendu : la défense de nos valeurs, de notre mode de vie face à la barbarie islamiste.

Encore un effort, M. Askolovitch et vous finirez par admettre que ce que vous qualifiez « d’extrême-droite » n’est ni extrême, ni même particulièrement de droite. Il s’agit simplement du réflexe naturel d’un corps social et d’individus brutalement agressés, qui constatent cette agression et y répondent. Les anticorps et les globules blancs ne sont pas « d’extrême-droite », M. Askolovitch.

C.D.


 

Les médias officiels évoquent la préméditation dans la vague d’agressions de femmes européennes

12/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
La préméditation dans la vague d’agressions qui a visé des femmes européennes principalement en Allemagne, mais aussi en Suède, Finlande, ou Autriche fait son chemin. Même les médias bien-pensants, comme L’Express, ou Le Monde ou l’Obs évoquent cette hypothèse. C’est dire…

Terroriste ou déséquilibré ? On se moque de nous

Source : Boulevard Voltaire
Depuis que Sallah Ali s’est effondré les bras en croix, devant le commissariat de la Goutte d’Or, la plupart des médias ont titré : Terroriste ou déséquilibré ?

Depuis que Sallah Ali s’est effondré les bras en croix, devant le commissariat de la Goutte-d’Or, la plupart des médias ont titré : « Terroriste ou déséquilibré ? » Comme ils l’avaient fait et continueront à le faire à chacune des attaques d’un adepte de la religion de paix et d’amour contre des citoyens français.
Pourtant, ces jeunes gens qui lancent une voiture dans la foule ou contre des soldats, qui vous pourchassent avec un couteau ou une hache, qui violent des jeunes femmes dans un train, qui vous décapitent, qui vous assassinent au cri glorieux de « Allah Akbar » savent très bien ce qu’ils font lorsqu’ils accomplissent ces gestes criminels.

 Déséquilibrés ou pas. Conscients ou pas. Demeurés ou pas. Ils suivent les instructions de leur calife chéri, celui qui s’est déclaré successeur de Mahomet que son nom soit béni, Abou Bakr al-Baghdadi, le calife de la haine absolue des infidèles que nous sommes.
Lire la suite

C’est l’anniversaire de Charlie !

08/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)

Hier le journal satirique Charlie Hebdo célébrait le premier anniversaire de la fameuse et tragique tuerie. Pour l’occasion, le journal a sorti un numéro spécial. Sur la une, avec le bon goût que nous lui connaissons, apparaît un Dieu armé à la barbe tâchée de sang, sous-titré : l’assassin court toujours. Charlie, dont les rodomontades n’ont pas accru le courage s’en prend au Dieu des chrétiens, jugés plus placides que les sourcilleux fils du prophète. Ce numéro, tiré à un million d’exemplaires, rend hommage aux victimes, mais ne connaît généralement qu’un succès mitigé.

Comment Charlie a-t-il fait son deuil ?
Charlie n’a pas compris la leçon. Avec des dessinateurs toujours aussi irrespectueux, la feuille de chou a élargi son lectorat. En tout, presque quatre fois plus de lecteurs qu’« avant ». Avant, on le feuilletait pour rire, maintenant, on le lit jusque dans les ministères et les ambassades étrangères. Comme le dit notre ministre de la Culture Fleur Pèlerin dans ce journal : « Charlie, c’est l’insolence érigée en vertu et le mauvais goût en principe d’élégance ».

Peut-être, mais Charlie est également régulièrement désapprouvé
Le journal a déjà essuyé une plainte devant les tribunaux, de la part de Nadine Morano représentée en bébé trisomique. Devant une couverture comme celle d’hier, les mécontentements fusent. Le Vatican s’indigne. Le porte-parole du Kremlin dit simplement « c’est un pur blasphème ». Et depuis quelque temps déjà circule sur les réseaux sociaux le hashtag « jenesuispascharlie ».

Hier, au moment où François Hollande présentait ses vœux à la préfecture de police, un jeune homme d’origine marocaine a tenté d’entrer dans un commissariat de police du XVIIIe arrondissement de Paris.
Il criait « Allah Akbar ». Il ne répondait pas aux sommations de la police, qui l’a abattu. Cet homme était connu des services pour une affaire de vol. On a retrouvé sur son corps un papier sur lequel figure un drapeau de Daech et une revendication non équivoque en langue arabe. Tout le quartier de Barbès a été bouclé, rappelant aux Parisiens de tristes événements qui n’ont malheureusement pas fini de ternir notre quotidien.

Jobards et bobards de la dhimmitude

05/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Le dhimmi du jour est sans conteste le journal Le Monde, pour sa chronique surréaliste de l’état d’urgence, vu par les pôvres musulmans. Il faut dire qu’ils se mettent à plusieurs pour atteindre un tel niveau de dhimmitude.

On n’a pas, ces temps-ci, tant d’occasions de rire. À ceux qui cherchent une lecture franchement désopilante, je recommande sans hésiter « l’Observatoire de l’état d’urgence », où des journalistes du Monde racontent aux bobos éplorés l’effroyable persécution subie par nos chers musulmans de France. Car les musulmans vivent désormais dans la terreur, traqués sans relâche, jour et nuit, par la police et la justice des féroces islamophobes Hollande, Valls, Cazeneuve et Taubira. Les femmes en burqa n’osent plus sortir sans raser les murs.

Les atrocités commises font froid dans le dos. C’est bien simple, « la famille Madiev, des réfugiés tchétchènes », a « cru que les Russes revenaient ». « Dina, dont la religion veut qu’elle couvre ses cheveux en présence d’un homme, s’est retrouvée en chemise de nuit devant les policiers. Ils ne lui ont pas laissé le temps de s’habiller, assure-t-elle. Ils ont marché avec leurs chaussures sur le tapis de prière ». On se demande comment les Madiev acceptent encore de rester en France.
Lire la suite

Le conformisme de « Charlie »

05/01/2016 – MÉDIAS (Présent 8517)
8517P1
Surprise (si l’on peut dire) à la une de Charlie Hebdo un an après la tuerie islamiste, c’est clairement le Dieu des chrétiens que l’on reconnaît en une sous le titre : « Un an après l’assassin court toujours ». Il a beau avoir les traits déformés par la haine, porter une kalachnikov en bandoulière et un habit tout couvert de sang, la représentation iconographique du vieillard à la grande barbe et en sandales, surmonté de l’œil de Dieu ou de la Sainte Trinité, est sans ambiguïté.
Il y a comme une erreur sur le portrait-robot du tueur ! Totalement malhonnête et surtout très conformiste. Comme Charlie l’est finalement toujours. On comprend que Fleur Pellerin ait volontiers prêté la main à ce numéro-anniversaire.

Ils n’ont toujours rien compris. Bravo au dessinateur Riss qui est aussi le directeur du journal : toutes les religions sont également meurtrières. Et ce sont les chrétiens qui ont abattu tous tes potes comme des chiens en criant : « On a vengé le prophète. »

Caroline Parmentier

Un an après les attentats, Charlie Hebdo fustige le Dieu des « culs-bénits » !

Source : OJIM
Un an après l’attaque du 7 janvier 2015, Charlie Hebdo sort un numéro spécial tiré à près d’un million d’exemplaires.

En couverture, point de Mahomet, mais… un Dieu à la barbe blanche, plutôt de type judéo-chrétien, l’habit ensanglanté et armé d’une kalachnikov, avec ce titre : « 1 an après, l’assassin court toujours ». Ce numéro comprend un cahier de dessins des disparus (Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré), mais aussi des contributeurs extérieurs dont la ministre de la Culture Fleur Pellerin (!), des comédiennes comme Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Juliette Binoche, des intellectuels comme Élisabeth Badinter, la Bangladaise Taslima Nasreen, l’américain Russell Banks, et le musicien Ibrahim Maalouf.

Dans un édito, le dessinateur Riss, survivant de l’attaque du 7 janvier 2015, se pose en défenseur de la laïcité contre les « fanatiques abrutis par le Coran », mais aussi « les culs-bénits venus d’autres religions » qui auraient d’après lui souhaité la mort du journal. Rappelons qu’un cul bénit (ou cul béni) est la manière familière et péjorative dont on nomme les Chrétiens… « Les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants », estime Riss.

Dès 2006, quand Charlie Hebdo avait publié les caricatures de Mahomet, « beaucoup espéraient qu’un jour quelqu’un viendrait nous remettre à nos places. Oui, beaucoup ont espéré qu’on se fasse tuer. TU-ER », poursuit Riss.

Sauf qu’à défaut de nommer ceux qui, précisément, ont « tué Charlie », l’hebdomadaire a préféré faire sa une contre les « culs-bénits »… Ou comment faire du business en évitant désormais tout danger !

Trêve des confiseurs pour NOVOpress

23/12/2015 –NOVOpress
Chers lecteurs,
NOVOpress se mete en congés à l’occasion des fêtes de Noël du 24/12 au 04/01/15. Nous vous souhaitons à tous un très joyeux noël, de bonnes fêtes de fin d’année et nous faisons une joie de vous retrouver début 2016, année qui promet d’être riche en événements.
Cependant, si l’actualité l’exige, Novopress postera les informations indispensables à l’éveil des consciences et à la réinformation.
En constante évolution, Novopress a besoin d’augmenter son équipe. Si vous savez rédiger des articles de presse selon les canons de Novopress, mais aussi si vous êtes actifs sur les réseaux sociaux et Internet, en trouvant l’information pertinente, votre place est parmi nous. Contactez nous via ce formulaire : https://fr.novopress.info/contribuez-novopress/

Vous pouvez également aider au développement de Novopress en effectuant un don via ce formulaire : https://fr.novopress.info/aider/

Crédit photo : david humo via Flickr (CC) = Noël à la maison

État d’urgence : le pouvoir ratisse large

22/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis le début de l’état d’urgence, une mise en examen liée au terrorisme, sur 2700 perquisitions et 360 arrêtés d’assignation à résidence. Si les islamistes sont dans le collimateur, ils sont loin d’être les seuls.

Cela fait maintenant un peu plus d’un mois que le gouvernement PS a instauré l’état d’urgence permettant aux services de police et de renseignement de mener des perquisitions et des assignations à résidence de manière discrétionnaire, sans passer par la justice.
L’objectif affiché de lutter contre l’islamo-terrorisme est louable. Mais quant on voit qu’il a fallu attendre un mois d’état d’urgence pour que soit prononcée la première mise en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », l’efficacité du dispositif laisse songeur. Plus encore quand on sait que Issa K., ressortissant tchétchène de 27 ans, était connu des services de renseignement en raison d’un déplacement en Turquie courant 2013, mais qu’il était jusqu’à présent libre faute d’autres éléments.
Avec le nombre de fiché S dont on connaît les voyages en Syrie, il est permis de se demander si les services de sécurité font correctement leur travail, même si depuis une autre enquête préliminaire a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris.

On peut également se féliciter que la police en profite pour faire un peu le ménage dans les banlieues, preuve s’il en était besoin des dysfonctionnements de la justice, qui rend complexe le simple travail de police. Celui-ci est évidemment facilité par l’état d’urgence : saisies de drogues, d’armes, le coup de pied dans la fourmilière a dû gêner un peu les délinquants.

Pour autant, force est de constater que les objectifs de l’état d’urgence vont bien au delà de la lutte contre cette menace. Manuel Valls a déclaré :

Il y a eu, oui, 354 assignations à résidence — au 11 décembre — parce que c’est aussi un moyen de mettre de côté des individus qui peuvent être dangereux pour l’État, pour l’intérêt général et l’ordre public.

Qui donc est « dangereux pour l’État, pour l’intérêt général et l’ordre public » ? Mystère. À date, ce sont plutôt les militants écolo-gauchistes qui ont eu à en pâtir, COP21 oblige. Mais la mouvance patriote est clairement dans le collimateur, avec ce même Valls qui déclare à qui veut l’entendre (et aux autres aussi) qu’il est « prêt à tout » pour lutter contre le FN.

Liée à la multiplication des lois « renseignement », « antiterroristes » et autres mesures de surveillance de masse, l’état d’urgence d’une durée de 3 mois, qui doit être adopté de manière permanente par la modification de la constitution, donne un aperçu du régime orwellien en train de se mettre en place.

Dernier exemple en date : la direction SNCF a annoncé le 16 décembre l’expérimentation en cours dans plusieurs gares de technologies « d’analyse comportementale » fondées « sur le changement de température corporelle, le haussement de la voix ou le caractère saccadé de gestes qui peuvent montrer une certaine anxiété ». Couplé aux quelques 40 000 caméras de vidéosurveillance présentes sur le réseau SNCF, le système fait penser à un Big Brother puissance 10. Là encore, difficile de tracer la ligne entre la louable traque de terroristes at autres délinquants et la surveillance de masse, utilisable aussi bien à l’encontre de mouvements sociaux ou de la contestation politique du régime.
De plus, « La SNCF s’interroge également sur la possibilité d’équiper ses agents de caméras portatives. Elles pourraient à la fois identifier les fraudes ou les comportements suspects, mais aussi, si nécessaire, vérifier a posteriori la conformité de l’action des agents avec le code d’éthique et de déontologie de la SNCF et la loi. » Le flicage des agents se superpose donc à celui des usagers.
Et le climat de peur et de paranoïa généralisé permet de faire passer comme des lettres à la poste des mesures qui susciteraient un tollé généralisé en temps normal.

Charles Dewotine

Crédit photo : audunmb via Flickr (CC) = what are you looking at

Vu sur Facebook

Un journaliste allemand dénonce les manipulations et les mensonges des médias

Publié le

L’Amalgame

17/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)

À quand une assignation à résidence et une condamnation de Marine Le Pen pour apologie du terrorisme islamiste et intelligence avec Daech ?
Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête contre Marine Le Pen sur signalement du ministère de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, parce qu’elle avait publié sur son compte Twitter des photos des atrocités commises par l’EI. Elle répondait en cela à Jean-Jacques Bourdin qui s’est livré mercredi matin sur RMC et BFMTV à une nouvelle comparaison ignoble entre Daech et le FN avançant que la stratégie de l’un consiste à favoriser l’autre et parlant de « communauté d’esprit ».
8506P1
Marine Le Pen a aussitôt réagi sur Twitter : « Le parallèle fait ce matin par Jean-Jacques Bourdin entre Daech et le FN est un dérapage inacceptable. Il doit retirer ses propos immondes. » Elle a alors publié trois photos d’exécutions de l’EI avec le commentaire suivant : « Daech c’est ça ! ».
Avant de déclarer au Figaro :
« Ça suffit. Cela commence à bien faire. Si ces attaques sont désormais la ligne de BFM, puisque Ruth Elkrief a osé le même rapprochement (NDLR : voir notre interview de Gilbert Collard dans Présent du 15 décembre) il est temps que cela cesse. Je dis stop ! Nous avons été comparés à Hitler pendant des années, nous n’allons pas accepter cela une nouvelle fois. Sept millions de Français sont derrière le Front national. Ils ont droit à un minimum de respect. »

Manuel Valls est bien évidemment monté au créneau sur Twitter : « Monstrueuses photos. Mme Le Pen : incendiaire du débat public, faute politique et morale, non-respect des victimes ». Jusqu’à la dénonciation de Cazeneuve auprès de la plateforme Pharos de la direction centrale de la police judiciaire… 130 morts dans Paris il y a un mois, mais le vrai danger c’est le FN.
L’enquête préliminaire pour « diffusion d’images violentes » vise donc Marine Le Pen, mais aussi Gilbert Collard qui avait publié une photo d’exécution et commenté : « L’État socialiste, régime policier pour l’instant, tragi-comique : on laisse filer les terroristes et on persécute leurs pires ennemis ! »

La presse avait été « moins prude pour diffuser massivement la photo du petit Aylan » a rappelé Marine Le Pen en référence au petit garçon syrien échoué sur une plage turque, dont l’image avait été exploitée dans la plus totale indécence.

Qualifiant la réaction de Marine Le Pen d’hystérique, Jean-Jacques Bourdin, en roi des faux-culs qu’il est, n’a cessé de susurrer à ses auditeurs ces deux derniers jours : « J’ai trop de respect pour les électeurs du FN, je vous respecte trop mesdames et messieurs les électeurs pour vous insulter. » En effet ce sont eux qui font ses audiences.
Il sait parfaitement jouer habilement (de moins en moins il semble) sur les deux tableaux : inviter les responsables du Front national qui font exploser ses audiences, donner la parole à un électorat FN de plus en plus nombreux parmi ses auditeurs et combattre le Front national en bon militant médiatique (« l’homme libre » !) ainsi qu’il l’avait rétorqué à Mélenchon en 2014 alors que ce dernier lui reprochait d’inviter tout le temps le FN : « La parole qu’on a donnée au FN c’était une parole critique, les reportages qu’on a faits c’était justement pour critiquer ». On ne s’en serait pas douté…

Caroline Parmentier

Gilles Kepel: la montée du jihadisme et celle du FN sont “deux phénomènes qui se ressemblent”

17/12/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Gilles Kepel estime que le FN et l’État Islamique sont « deux phénomènes congruents, qui se ressemblent, dans les deux cas, il y a une inclusion de plus en plus faible ».
Quand le sociologue de service ressort l’amalgame FN/Daesh, on est sûr de voir ressortir de vieilles lunes marxisantes sur l’explication sociale de la montée aux « extrêmes ». Pathétique.

Publié le