Série Les Kennedy : retour sur le destin d’une famille décadente

Série Les Kennedy : retour sur le destin d’une famille décadente

29/07/2012 – 08h30
DALLAS (NOVOpress) –  Depuis jeudi et jusqu’au 9 août, Arte rediffuse tous les jeudis à 20:30 les huit épisodes de la série Les Kennedy. Ce feuilleton revient sur le destin tragique de la légendaire famille américaine et les grands évènements historiques qui lui sont liés : l’édification du mur de Berlin, la piteuse invasion de la baie des Cochons et la crise des missiles cubains…

L’année dernière, les éditions Omnibus avaient publié un ouvrage passionnant, intitulé Les énigmes Kennedy. En préambule, Laurent Joffrin brossait un portrait significatif de cette descendance « très gauche caviar » avant l’heure. L’analyse est cinglante : « Leur vie publique fut toujours avortée ; leur vie privée une tragi-comédie faite de tromperies, de coucheries et de supercheries ». Pour Laurent Joffrin, ce « mystère Kennedy » révèle une « certaine vérité de l’Amérique ».

Photo : John F. Kennedy, sa femme Jacqueline et leur fille Caroline. Crédit photo : thesmuggler- Night of the Swallow via Flickr (cc)

La jeunesse d’Europe se radicalise – Vu par Arte [vidéo]

La chaine de télévision généraliste franco-allemande de service public Arte a présenté sa vision d’une radicalisation de la jeunesse européenne dans l’émission “Yourope” d’Andreas Korn. Émission du samedi 14 juillet 2012.

Publié le
TV lobotomie : cassez vos télévisions !

TV lobotomie : cassez vos télévisions !

23/07/2012 — 16h00
PARIS (NOVopress) — La nouvelle idée reçue concernant la télévision, serait que depuis l’avènement d’internet, les gens la regarderaient de moins en moins pour consacrer plus de temps à surfer sur la toile. Or, la dernière étude réalisée par Médiamétrie montre exactement le contraire : pour l’année 2011, un nouveau record vient d’être établi : les Français regardent en moyenne la télévision 3h47 par jour. Ce qui est beaucoup. Ce chiffre est en augmentation constante chaque année. En 1993, la moyenne était de 2h56 « seulement ». Les plus « accrocs » sont les personnes âgées qui passent en moyenne 4h59 par jour devant la télé, mais les plus jeunes ne sont pas en reste : les jeunes adultes (15-35 ans) y consacrent une moyenne quotidienne de 2h45 et les enfants (4-14 ans) 2h18 par jour. Ces chiffres ne comptent pas les visionnages de DVD, mais si l’on comptabilise tout, il s’avère qu’un enfant, en 2012, passe plus de temps annuel devant la télévision que dans une salle de classe. Les Français passent donc 11 années de leur vie à regarder la télévision : cela ne peut pas être sans conséquences.

C’est ce qu’a voulu montrer Michel Desmurget dans son livre « TV Lobotomie » (Ed. Max Milo). Directeur de recherche en neurosciences à l’INSERM, Michel Desmurget a compilé dans son livre les résultats des études scientifiques existantes sur les effets de la télévision sur l’être humain. Et le constat est bien plus effrayant qu’on ne l’aurait cru de prime abord, les effets de la télévision aussi bien sur la cognition et l’apprentissage, la santé ou la sociabilité se révélant hautement nocifs.

La première conclusion que l’on peut tirer de « TV Lobotomie » est que regarder trop la télévision rend idiot et provoque d’énormes retards de développement chez les enfants. Détaillons l’étendue du désastre. Une étude des pédopsychiatres allemands Peter Winterstein et Robert. J. Jungwirth a montré sans appel que l’abus de télévision éteignait la créativité chez l’enfant. C’est le « test du bonhomme » : on fait dessiner un bonhomme à deux groupes d’enfants de cinq ans, les premiers ne regardent presque pas la télé, les autres 3 heures par jour en moyenne. Le résultat parle de lui même :

test du bonhomme télévision

D’autres études ont montré qu’une heure de télévision par jour en primaire accroissait de 43% les chances de sortir de l’école sans diplôme. Le lien entre l’échec scolaire et le temps passé devant l’écran est corrélé par une autre étude qui a suivi des adolescents pendant trois ans : ceux qui au cours de la période ont diminué leur « consommation », ont vu leur risque d’échec scolaire diminuer de 50% ; à l’inverse si la consommation augmente, le risque d’échec scolaire double.

La télévision détruit également le mécanisme cérébral qui permet l’attention et la concentration. Explication : il existe deux sortes d’attention, l’attention captée et l’attention dirigée. L’attention captée est innée, elle existe chez les animaux aussi, elle relève du réflexe : quand quelque chose apparaît dans l’environnement l’attention se porte dessus. C’est ce type de réflexe attentionnel que la télévision capte chez l’enfant avec des images rapides et colorées. Mais il faut savoir qu’un réflexe, si il est constamment sollicité, use le potentiel cérébral. Hormis le fait qu’à court terme, il est très difficile pour un enfant de se concentrer sur une autre tâche après avoir regardé la télévision, la mobilisation constante de l’attention captée empêche le développement du circuit cérébral de l’attention dirigée, qui elle doit s’apprendre. Ce mécanisme se développe tout au long de la vie , il permet la concentration, et pour parler clairement, le développement de l’intelligence (hiérarchisation et ordonnancement des informations dans le cerveau). Or une étude a mesuré les effets de la télévision sur l’attention dirigée. Ces effets sont cumulatifs : 1 heure par jour de télévision à trois ans induit une multiplication par deux de probabilités de troubles attentionnels à 8ans ; 1 heure par jour à 8 ans augmente de 50% cette probabilité ; 1 heure par jour à 14 ans augmente ce risque de 44%. Et si un enfant montre des troubles attentionnels à 16 ans, son risque d’échec scolaire est multiplié par 4.

Une autre étude réalisée sur des enfants de 0 à 3 ans a montré que le fait de simplement placer un enfant dans un environnement dans lequel une télévision est allumée (même si il ne la regarde pas), provoque chez l’enfant tous les symptômes de ce que les pédopsychiatres considèrent comme un retard de développement (changement fréquent de jouet, schémas ludiques moins riches, plages de jeu raccourcies, manque de concentration pendant les plages de jeu).

La télévision se révèle également hautement nuisible pour l’acquisition du langage. Le lien entre les troubles du langage et la télévision a été réalisé par une étude aux Etats-Unis. Elle se base sur la moyenne obtenue au test SAT (entrée à l’université) concernant l’épreuve du langage depuis les années 60. Avant l’arrivée de la télévision dans les foyers américains, la moyenne au test était de 550. A la fin des années 60, 30% des foyers sont équipés, la moyenne chute à 540. Vers le milieu des années 70, 93% des foyers possèdent une télévision, la moyenne tombe à 510. Depuis le milieu des années 80, quasiment 100% des foyers sont équipés, la moyenne est tombée à moins de 500. Depuis, elle ne bouge plus.

L’effet nocif des écrans sur l’acquisition du langage concerne également les DVD ou les émissions dites éducatives. Cela a été démontré de la façon suivante. On a pris trois groupes de foyers avec des enfants entre 12 et 18 mois : au premier groupe, on n’a donné aucune consigne, au deuxième on a demandé au parents d’apprendre à l’enfant une liste de 25 mots, au troisième groupe on a donné un DVD éducatif contenant les mêmes mots qui devaient être visionné cinq fois par semaine pendant un mois. Résultat édifiant : les plus performants sont ceux du deuxième groupe qui ont appris par une interaction avec les parents, les enfants qui ont regardé le DVD ont appris moins de mots encore que le groupe témoin, qui pourtant n’a rien fait de particulier. En effet, une autre étude a montré que les programmes éducatifs appauvrissaient le champ lexical de l’enfant d’environ 10%. Car sans interaction avec les parents, un enfant entend 25% de mots en moins chaque jour. Ce retard se cumule pour devenir par la suite impossible à rattraper.

La télévision ne se contente pas de rendre idiot, elle rend aussi agressif

Toutes les publications scientifiques sur la question montrent une corrélation entre la consommation d’images violentes et l’agressivité d’un individu. Il est bon de savoir que 60% des émissions de télévision contiennent des actes de violence. Un téléspectateur moyen voit environ 2600 crimes et 13 000 actes violents par an. Ceux qui veulent minimiser l’effet induit de la violence à l’écran mettent en avant un soit-disant effet catharsis. Les images violentes nous purgeraient des pulsions agressives. Or il n’en est rien. Non seulement aucune étude dans le monde, sur les 3500 réalisées sur la question, ne prouve l’existence de cet effet catharsis mais toutes les études prouvent un lien direct entre ce qui est reçu via l’écran et le développement des pulsions agressives. Il est démontré que le visionnage de programmes violents 1 heure par jour multiplie par quatre les probabilités de comportement asociaux chez l’enfant (mentir, tricher, indiscipline, vandalisme, etc.). L’étude Centerwall a, quant à elle, montré le lien direct et indiscutable entre la violence à la télévision et le taux de criminalité (même si la télévision n’est bien entendu pas le seul facteur à prendre en compte, mais son rôle est réel) : « Si la technologie télévisuelle n’avait jamais été développée, il y aurait aujourd’hui aux USA chaque année, 10 000 homicides de moins, 70 000 viols de moins et 700 000 agressions avec blessures de moins. ».
De plus, visionner quotidiennement des images violentes facilite le passage à l’acte. La zone qui inhibe le passage à l’acte violent se trouve dans le cortex orbito-frontal. Cette zone se développe tardivement, à partir de l’adolescence. Or les enfants qui ont été exposés de manière continue à des images violentes, ont cette zone du cerveau complètement atrophiée. Il n’existe quasiment plus d’inhibiteur cérébral au passage à l’acte.

Bêtisme, langage pauvre, agressivité… Le tableau de l’homme moderne gavé de télévision n’est pas brillant. Heureusement il n’aura pas à subir cela très longtemps. Il est en effet également prouvé que la télévision regardée trop souvent diminue l’espérance de vie. Tout d’abord par des effets périphériques : obésité (la télévision inhibe les mécanismes de satiété), tabagisme (malgré l’interdiction de la publicité, la répétition de scènes dans lesquelles la consommation de tabac est vue de manière positive a pour conséquence que la moitié des adolescents qui fument l’ont fait par un effet à long terme de la télévision), sexualité (comme pour le tabac, la répétition affecte les mécanismes neuronaux du choix, l’abus de télévision multiplie par trois les risques de grossesse précoce chez les adolescentes, et les chances de contracter des MST selon nombre d’études épidémiologiques). Cela paraît exagéré ? On croit toujours avoir son libre choix. Et pourtant…

Une étude réalisée aux îles Fidji est très parlante. On a introduit la télévision sur une île de l’archipel. Avant cela, les rondeurs (des femmes) étaient vues positivement, personne n’était au régime, les troubles du comportement alimentaires n’existaient pas. Au bout de trois ans, les chercheurs ont constaté que 70% des adolescentes étaient au régime et 11% présentaient des troubles graves du comportement alimentaire (boulimie, anorexie…). Mais mieux encore. Une étude épidémiologique australienne très sérieuse montre que par ses effets nocifs en terme de sédentarité, regarder la télé coûte entre 2,5 et 3 ans d’espérance de vie. Regarder la télévision pendant une heure, soit à peu près la durée d’un épisode de série, diminue la vie de 22 minutes. Prouvé scientifiquement, la télé tue ? Littéralement. Toujours envie de regarder Game of Thrones ?

Spoutnik, pour Novopress

Crédit photo : DR

Regard non conforme sur la Russie - Pascal Lassalle ce 22 juillet à 23h sur Méridien Zéro

Regard non conforme sur la Russie – Pascal Lassalle ce 22 juillet à 23h sur Méridien Zéro

22/07/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress) —
Ce soir la webradio Méridien Zéro diffusera de 23h à 0h30 une conférence de Pascal Lassalle sur la Russie.

Cette passionnante conférence a été prononcée à Lille il y a quelques semaines, à l’initiative du Cercle Non Conforme (Nord).
Histoire, géopolitique, religion, civilisation sont autant de marqueurs traités avec pertinence, sans acrimonie ni concession.
Le sieur Wilsdorf a supervisé l’enregistrement et le mixage.

A écouter sur le site http://meridienzero.hautetfort.com/

Regard non conforme sur la Russie - Pascal Lassalle ce 22 juillet à 23h sur Méridien

La grande peur des bien-pensants : Médias, grande offensive contre les "réacs"

La grande peur des bien-pensants : Médias, grande offensive contre les “réacs”

Sale temps pour la presse ! Il semble bien fini, le temps des mousquetaires réacs qui faisaient la une des dossiers de « Marianne », du « Figaro magazine » ou de « Valeurs actuelles ». Le grand nettoyage des journalistes de droite a commencé dans les médias

«Les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux… » chantait Brassens. Il avait bien raison ! Personne ne peut dire s’il s’agit de pressions du pouvoir, de l’effervescence des lobbys ou d’un conformisme médiatique qui précéderait les désirs supposés de l’Elysée… Mais une chose est sûre: à la rentrée de septembre, le ménage aura été fait dans les rédactions et les journalistes de droite ou tout simplement libres y seront une espèce en voie de disparition.

Fin juin, Eric Zemmour a été placardisé à RTL. Ses fameuses Chroniques du matin, qui permettaient aux patriotes de se lever du bon pied, ont été éjectées de la grille des programmes. Pour éviter les accusations de soumission au pouvoir, le patron de la chaîne, Yves Bigot, n’a pas évincé le journaliste, mais a fait le choix plus subtil de le remiser dans la tranche du weekend, quand les Français font tout, sauf écouter la radio! Face au vent de protestation qui s’est levé, la direction de la radio a finalement transigé: Zemmour restera bien à l’antenne et dans la matinale, mais seulement deux fois par semaine…

Coïncidence ou pas, cette voie de garage a été annoncée peu après un éditorial au lance-flammes, dans lequel Zemmour accusait le tout nouveau ministre de la Justice, Taubira, d’avoir « choisi ses victimes, ses bourreaux. Les femmes, les jeunes des banlieues sont dans le bon camp à protéger, les hommes blancs dans le mauvais. »

Dans le même genre, début juillet, nous apprenions la disparition de la revue « Médias » (image en Une), de Robert Ménard. Depuis deux ans, celui-ci a perdu 80 % de ses annonceurs, qui trouvaient le ton du magazine trop « sulfureux »: autrement dit, trop à droite ! Car au lieu d’ouvrir ses colonnes exclusivement à la gauche, Ménard a cru qu’il pouvait aussi donner la parole à des personnalités non-conformistes. Sans pour autant les ménager, il a ainsi interrogé notre ancien dessinateur, Konk, l’écrivain Denis Tillinac, la journaliste Elisabeth Lévy, mais aussi – dans le dernier numéro – l’historien Reynald Secher, le chroniqueur du « Figaro » Ivan Rioufol ou le philosophe Alain de Benoist… Un tableau de chasse qui n’empêchait pas Ménard de donner la parole à des parangons de conformisme comme Pascale Clark, Jamel Debbouze, Serge July ou Marc-Olivier Fogiel. Hélas, c’était déjà trop: les annonceurs ne passent leur pub qu’à condition de voir couler le robinet d’eau tiède.

Par ailleurs, les malheurs du fondateur de Reporters sans frontières ne sont pas terminés: le 12 juillet, il a appris que son émission quotidienne « Ménard sans interdit », qui faisait le succès d’iTélé, était également supprimée. Le journaliste n’invoque pas de pressions directes du pouvoir, mais plutôt la lâcheté régnant au sein de sa corporation: « Le manque de courage, la peur de déplaire, les pressions éventuelles. L’ère du temps est au conformisme, pas à l’impertinence. Ils veulent des débats, mais sans les risques du débat, de l’impertinence mais sans les risques de l’impertinence, de la liberté mais sans les risques de la liberté. »

Il se pourrait que la décision de liquider l’émission ait été prise à la suite d’un entretien saignant avec Louis-George Tin, le 18 juin. Le président du CRAN s’y était littéralement fait pulvériser sur les questions de « diversité » à l’Assemblée nationale. Durant l’émission, le militant de la cause noire avait déclaré: « Je crois que le quota de Ménard est dépassé ». A-t-il été exaucé par la direction d’iTélé ?

Condamnations sur les non-dits

La chaîne d’information nie toute démarche « politique » ou liberticide et se défend en brandissant le maintien, à la rentrée, d’Eric Zemmour ou du mou Alexis Brézet, nouveau directeur des rédactions du « Figaro » Sauf que ces deux-là ne seront que des débatteurs, et en aucun cas des interwieveurs ou des animateurs. La nuance est de taille.

Dans un autre genre, c’est Radio Courtoisie qui vient d’être mise en demeure par le CSA pour une émission du 21 mai, dans laquelle Henry de Lesquen, président de « la radio de toutes les droites », aurait « affirmé l’existence de “races inférieures” et de “races supérieures” », remettant en question « les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République ». En réalité, alors que les associations antiracistes reprochaient à François Hollande de se référer à Jules Ferry, Henry de Lesquen s’était contenté de citer le fameux discours prononcé par l’homme de gauche devant la Chambre des députés, le 28 juillet 1885: « Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures… (…) Elles ont le de voir de civiliser les races inférieures. »

Sans valider la thèse de Ferry, le patron d’émission avait ensuite répondu aux lobbys antiracistes expliquant le retard de l’Afrique par la colonisation et sa prétendue exploitation par les Blancs. Il avait notamment cité une étude parue en 2008 dans la célèbre revue scientifique « Medical Hypotheses » où Arthur R. Jensen, un des spécialistes mondiaux de l’intelligence humaine, exposait les importantes différences de QI entre « Noirs d’Afrique », « Noirs américains » et « Blancs d’Europe ou des Etats-Unis » « sachant, détaillait Henry de Lesquen, que le QI est très corrélé à la réussite éducative ». Mais les précautions oratoires, les arguments et les nuances ne valent rien quand on se retrouve dans la ligne de mire des bien-pensants. La décision du CSA le condamne donc pour appel à la discrimination en vertu d’un raisonnement au troisième degré : bien qu’il n’ait pas formellement appelé à la discrimination, il aurait tenu des propos « nourrissant des stéréotypes raciaux », lesquels sont « susceptibles d’encourager des comportements discriminatoires. » C’est, comme disait si bien Zemmour, du temps qu’il avait encore le droit de l’ouvrir, « la police des arrière-pensées »! Il faudra s’y faire.

En tout cas, une qui ne se plaindra pas de l’arrivée de la gauche au pouvoir, c’est Audrey Pulvar. Si la compagne du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a fort légitimement perdu son poste de chroniqueuse politique à « On n’est pas couché », sur France 2, le moins qu’on puisse dire est que, contrairement à ses confrères de droite, elle retombe plutôt bien sur ses pieds: Matthieu Pigasse, directeur général de la banque Lazard et propriétaire des « Inrockuptibles », vient de lui offrir… la rédaction en chef du magazine des bobos branchouilles. Une véritable autoroute pour faire carrière à l’heure socialiste.

Patrick Cousteau

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 18 juillet 2012 reproduit avec son aimable autorisation. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Crédit image en Une : copie d’écran d’une partie de la page d’accueil de la revue Médias dont il est question dans l’article.

La grande peur des bien-pensants : Médias, grande offensive contre les "réacs"

Sortie du numéro 144 d'“Eléments” : La diabolisation continue !

Sortie du numéro 144 d’“Eléments” : La diabolisation continue !

18/07/2012 — 17h00
PARIS (Novopress) — Le dernier numéro d’Eléments vient de sortir.

sommaire

Dossier
Néo-réacs: combien de divisions ?, par Pascal Eysseric,
La doxa libérale du PS passée au crible de la « gauche populaire », par Pierre Le Vigan,
Le combat pour la littérature française, par Michel Marmin et Rémi Soulié,
Contre, tout contre Muray, par François Bousquet,
Comment résister à l’idéologie du progrès sans devenir « réac », par Luc-Olivier d’Algange,
Renaud Camus : « réac de toujours », propos recueillis par Pascal Eysseric.

Entretien : Maurice Cury : Le concept de « culture nationale ».

Rubriques
Retour à Jean-Jacques Rousseau, par Michel Marmin
• Le polar vu par Pierric Guittaut
• La chronique cinéma de Ludovic Maubreuil
Comment reconnaître un con à l’heure d’Internet ?, par Armand Grabois
Une fin du monde sans importance, par Xavier Eman
• Économie, religions, philosophie…, par Alain de Benoist
• Sciences, par Bastien O’Danieli
Alain de Benoist : un demi-siècle d’engagement, par Jean-Marcel Zagamé, Alain Lefebvre, François d’Orçival, Ludovic Maubreuil et Olivier François
La Corée du nord, derrière les mots de la propagande, par David L’Épée
La main invisible contre le peuple, éloge d’Edward P. Thompson, par Olivier François
L’écologisme de marché, par Jean de Lavaur
Pacifisme intégral ? Plus que jamais !, par Robin Turgis et Flora Montcorbier
Georges Mathieu et moi, par Michel Marmin

« Parlons de l’islam » : les Français se lâchent sur la religion musulmane

« Parlons de l’islam » : les Français se lâchent sur la religion musulmane

18/07/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress) – Le documentaire « Parlons de l’islam » de John Paul Lepers sera diffusé le lundi 23 juillet à 15h20 sur Planète+ No Limit, puis le 6 août à 1h05. Sa première apparition à l’écran date de 2010 sur France 4. Au volant de son camping car, le journaliste a sillonné l’Hexagone afin de recueillir l’avis des Français sur la religion musulmane. Le projet avait pour but de présenter l’islam sous un bon jour. Dans le même esprit que le film que John Paul Lepers avait réalisé sur les gens du voyage en 2009.

Sur son camping-car, John Paul Lepers n’a pas osé écrire le titre initial du reportage : « Qui a peur de l’islam ? », mais a opté pour un plus sobre : « Parlons de l’islam ».

Pourtant, la réalité a rattrapé les bons sentiments. Les témoignages des Français sont virulents sur les dangers de l’islam en France. Tandis que certains mahométans livrent le but de leur combat. Comme Rachid Gacem, trésorier et chargé de communication dans une mosquée de Roubaix, qui défend la lapidation devant les caméras de John Paul Lepers.

Faits & Documents n°339 du 15 juillet au 1er septembre 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (IV)

Faits & Documents n°339 du 15 juillet au 1er septembre 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (IV)

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 15 juillet au 1er septembre 2012 vient de paraître. Au sommaire, les portraits du gouvernement Ayrault (4ème partie). Extrait.

Voici la suite des biographies du pléthorique gouvernement de Jean-Marc Ayrault, même si les véritables leviers de commande ne sont détenus que par quelques ministres. On voit dans la prolixité des titres (aux termes parfois énigmatiques), la représentation systématique de tous les courants socialistes, la diversité régionale, l’équilibre entre le Sénat et l’Assemblée nationale, la présence du PRG et des Verts, la volonté de François Hollande d’éviter tout affrontement direct avec les élus socialistes alors même que la crise financière et économique connaîtra, sans nul doute, une accélération avant la fin de l’année.

Faits & Documents n°339 du 15 juillet au 1er septembre 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (IV)GAROT Guillaume. Ministre à l’Agroalimentaire. Permanent politique, né le 29 mai 1966 à Laval (Mayenne). Il est le fils d’une infirmière et d’un gros agriculteur, Georges Garot, qui fut syndicaliste agricole dans la Mayenne, membre du Conseil économique et social (notamment membre de la section de l’agriculture et de l’alimentation de 1985 à 1986). Délégué général du Parti socialiste à l’agriculture dès 1984, il dirigea son secteur agricole jusqu’en 1994, avant d’entrer au Parlement européen en 1997 (à la suite de diverses démissions). Il sera encore député européen de 1999 à 2004. Curiosité, il est le cousin de Pierre Méhaignerie, ancien ministre et député UDF puis UMP. L’assistante parlementaire de son fils, Rachel Méhaignerie, est d’ailleurs la nièce de ce dernier. Guillaume Garot est passé par le lycée Douanier Rousseau (Laval), Chateaubriand de Rennes (hypokhâgne), Lakanal de Paris (khâgne), avant d’intégrer Paris I-Panthéon-Sorbonne, où il décrochera une maîtrise d’histoire. Il est également diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. Durant la même période, il sera chargé d’études au Centre d’information sur la formation professionnelle et au Centre de rencontres et d’initiatives pour le développement local (1992-1995). Chef de cabinet (1995-1997) puis directeur de cabinet (1997-2000) de Daniel Vaillant à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris, il suit ce dernier au ministère des Relations avec le Parlement et au ministère de l’Intérieur (2000-2002). Chargé de la rédaction des discours du maire de Paris Bertrand Delanoë (2002-2005), il devient ensuite conseiller politique de Christophe Caresche, maire adjoint à la sécurité. Faits & Documents n°339 du 15 juillet au 1er septembre 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (IV)En parallèle, il poursuit une carrière politique, profitant de l’implantation de son père. Conseiller municipal d’opposition de Laval à partir de 2001 (il conduisait déjà la liste de la gauche plurielle), ce membre du PS depuis 1985 est battu dès le premier tour par François d’Aubert, maire de Laval, aux élections législatives de 2002 dans la 1re circonscription de la Mayenne. Il devient également conseiller général en 2004 et accède rapidement à la présidence du groupe socialiste au conseil général. Premier secrétaire départemental du PS à partir de 2003, il l’emporte (50,6 %), à la surprise générale, en 2007, sur François d’Aubert. Il le bat également en 2008, s’emparant de la mairie de Laval (50,24 %). Ce célibataire endurci est l’un des rares maires à saluer les Gay Pride dans sa commune (cf. Têtu, juillet 2009). Durant les primaires socialistes, il soutient Ségolène Royal, dont il sera le porte-parole. En juin, il est réélu avec 58,5 % face à l’UMP Samia Soultani-Vigneron. Comme l’a indiqué Le Figaro (22 juin 2012), sa nomination doit être perçue comme « un signe (NDA : envoyé par François Hollande) à l’ex-candidate » Ségolène Royal, battue à La Rochelle. Après son entrée dans le gouvernement Ayrault 2, il est remplacé au Palais Bourbon par sa suppléante, Sylvie Pichot, née en juillet 1955, institutrice retraitée et maire de Bais depuis 2008.

CAZENEUVE Bernard. Ministre aux Affaires européennes. Cadre bancaire, né le 2 juin 1963 à Senlis (Oise). Il est issu d’une famille de gauche, son père, instituteur à Senlis, étant l’un des principaux responsables de la fédération du PS de l’Oise. Diplômé de Sciences-Po Bordeaux en 1985, il a échoué au concours de l’Ena. Président de la fédération de Gironde des jeunes radicaux de gauche, membre du comité directeur dès 1982 et de son bureau national de 1985 à 1987, il rejoindra finalement le PS. Il cofondera et présidera le petit club d’influence discrètement mitterrandien, Avenir-Démocratie et sera l’un des animateurs du cercle fabiusien Micromégas de Thierry Coudert (que l’on retrouvera dans les eaux sarközystes de gauche). Chargé de mission à la caisse centrale des Banques populaires (fief maçonnique) de 1987 à…

[box class=”info”]Lire la suite : abonnez-vous à Faits & Documents, Lettre d’informations confidentielles d’Emmanuel Ratier – Abonnements France métropolitaine : 78 euros / an. Abonnements étranger et outre mer : 93 euros / an. En savoir plus : www.faitsetdocuments.com[/box]

Photo en Une : Crédit Parti Socialiste (cc) via Flickr

Les Gaulois à l'honneur du “Spectacle du monde”

Les Gaulois à l’honneur du “Spectacle du monde”

15/07/2012 — 14h00
PARIS (NOVOpress) —
Le numéro de juillet-août 2012 de la revue Le Spectacle du monde est en kiosque. Le dossier est consacré aux Gaulois. On pourra y lire, notamment, des articles de Philippe Conrad (“La Gaule redécouverte”, “La Gaule romanisée” ), de Jean-Louis Bruneaux (“Sanctuaires, druides et dieux”), de Michel Thibault (“Druides d’hier et d’aujourd’hui”), de Yann Le Bohec (“La conquête de César”), de Mickaël Fonton (“Les deux batailles d’Alésia”), de Jean Kappel (“Comment ils sont devenus nos ancêtres”), de François-Laurent Balssa (“Pourquoi ils ne sont plus nos ancêtres”) et de François Bousquet (“Henri Vincenot, le dernier Gaulois”).

Crédit photo Une : antmoose/Wikipédia sous licence CC.

Spectacle du monde Gaulois

Méridien Zéro reçoit Robert Ménard et la rédaction d'“Eléments” ce dimanche 15 juillet à 23 heures

Méridien Zéro reçoit Robert Ménard et la rédaction d’“Eléments” ce dimanche 15 juillet à 23 heures

15/07/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress) —
Pour l’émission n°105 : “DIABOLISATION, NOUVELLE INQUISITION, PENSEE UNIQUE …”, l’équipe de Méridien Zéro convie à écouter un invité de marque en la personne de Robert Ménard.

Emission dirigée par monsieur PGL, accompagné de Jean-Louis Roumegace, Georges Feltin-Tracol et Lord Tesla à la technique. Méridien Zéro reçoit Robert Ménard, journaliste (I-télé, Sud Radio), fondateur de Reporters sans frontières, directeur de la rédaction de la revue Médias, ainsi que Pascal Esseyric et Patrick Péhèle pour la sortie du N° 144 d’Eléments.

[box class=”info”] A écouter sur les sites :

http://meridienzero.hautetfort.com/
– ou http://www.radiobandieranera.org/
– ou http://europaradio.hautetfort.com/ [/box]

Emission 105 avec ROBERT MENARD

Le mariage gay expliqué à vos enfants

Le mariage gay expliqué à vos enfants

«Mon quotidien » est un journal d’actualité pour les 10- 14 ans qui, depuis le rétablissement de la lumière à l’Elysée, se pique de donner son avis sur les « questions sociétales », comme on dit chez les grands. Edité depuis 1995 par le groupe Play Bac Presse – qui publie, dans la même veine, « Le Petit Quotidien » (pour les 6-10 ans) et « L’Actu » (à partir de 14 ans), déclinant ainsi dans toutes les tranches d’âge le concept de quotidien d’information pour enfants – le petit canard remporte un vrai succès d’audience. De nombreuses écoles, publiques ou privées, y sont abonnées. En classe de CM1 et CM2, « Mon quotidien » a même bien souvent statut d’outil pédagogique sur lequel s’appuient chaque matin les institutrices.

Sur la dernière page, on y trouve toujours la réponse simple mais détaillée à une question que se posent les écoliers, symboliquement représentés par l’un d’entre eux, sacré « rédacteur en chef du jour » (photo poupine dans un petit encadré).

Ces interrogations sont habituellement assez enfantines: « Pourquoi les lettres du clavier de l’ordinateur ne sont-elles pas dans l’ordre alphabétique? », « Quel était le plus grand des dinosaures? », « Comment font les imitateurs pour changer de voix? ».

Mais récemment, on est un peu sorti du registre Flipper le dauphin ou le nouvel I-phone. La question – essentielle, on en conviendra pour les 10-14 ans – était en effet: « Les homosexuels peuvent-ils se marier en France? ». Pour répondre à cette question cruciale, « Mon quotidien » a choisi de donner la parole à Caroline Mécary, sobrement présentée comme une avocate ayant « défendu des homosexuels qui voulaient se marier ». Une notice un peu succincte pour cette marraine de la Marche des fiertés, conseillère régionale écolo d’Ile-de- France que d’aucuns surnomment « la Gisèle Halimi des homos ». Il est vrai que c’est une cause qui lui tient particulièrement à cœur, puis qu’elle a confié récemment au quotidien « Libération » être elle- même pacsée avec une certaine « Fleur ».

Mécary, un interlocuteur neutre et parfaitement objectif

SOS-homophobie lui a du reste décerné le 13 novembre 2010, à Madrid, le « Tolerantia Preis », prix européen de la tolérance qui distingue chaque année une personnalité s’illustrant « dans la défense des droits lesbiens, gay, bi et transexuels ». Une récompense bien méritée eu égard aux combats menés par cette adepte du gazon maudit en faveur de l’autorisation pour les homosexuels de se marier, d’adopter et même de donner leur sang.

Le mariage gay expliqué à vos enfantsCaroline Mécary était donc vraiment l’interlocuteur neutre et parfaitement objectif pour répondre à la question posée par « Mon quotidien » via sa rédactrice en chef d’un jour, la petite Léonie, 9 ans et demi, élève de CM2. Laquelle devait se sentir, comme on s’en doute, vachement « concernée » par les problèmes de lesbiennes et de travelos en goguette.

Pour illustrer son propos, « Mon quotidien » a choisi une jolie photo: l’échange des alliances d’un couple d’homosexuels américains souriants et endimanchés, spécialement venus au Canada pour se marier. Un trajet que les amis de la jaquette pourraient bien finir par s’épargner puisque, comme le précise « Mon quotidien » en guise de préambule, « le Président des Etats- Unis vient de dire qu’il était pour l’autorisation du mariage entre deux personnes du même sexe ». Et Caroline Mécary de conclure l’entretien en précisant que le nouveau président François Hollande veut lui aussi autoriser le mariage homosexuel. Alors n’est-ce pas, si tous les gens bien sont d’accord… Papa et maman ont intérêt à numéroter leurs abattis s’il leur prenait l’idée saugrenue de ne pas être assez ouverts. D’esprit, s’entend.

Gabrielle Cluzel

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 11 juillet 2012 reproduit avec son aimable autorisation. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Le mariage gay expliqué à vos enfants

« Il tire à l’arme de guerre sur un intrus »

« Il tire à l’arme de guerre sur un intrus »

L’Association Marnaise Christianisme et Société présente sur son site un bel exemple de désinformation auquel s’est livré le quotidien L’Union / Ardennais, Champagne Ardenne Picardie, dans sa livraison numérique du 7 juillet 2012 à 18h43. Il s’agit d’un fait divers, hélas devenu banal, rapporté par le journal en quelque mots suffisamment appropriés, sans qu’il y ait le moindre travestissement des circonstances, pour transformer la pensée du lecteur, orienter son interprétation et, pourquoi ne pas le dire, sa réaction émotionnelle.
Polémia

_______________________________________________

 

Mieux que la propagande des pires pays totalitaires: la transformation homéopathique de la pensée par les mots (ou le mécanisme de la désinformation).

Prenons connaissance de cet article de l’Union,

CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Vendredi soir, un habitant du quartier de Manchester a ouvert le feu sur trois personnes qui s’étaient aventurées en pleine nuit dans sa cour. L’un des intrus a été grièvement blessé à la cuisse.

Vendredi soir, un homme d’une quarantaine d’années – domicilié quartier Manchester – a ouvert le feu à l’arme de guerre sur trois individus qui s’étaient introduits dans la cour de sa maison. Il aurait tiré à trois reprises avec un revolver allemand de type Mauser de la seconde Guerre Mondiale, blessant grièvement à la cuisse un des intrus. Cloué au sol par le projectile, la victime – âgée de 18 ans – a été conduite au centre hospitalier par les secours.

Les deux autres intrus – mineurs – ont été interpellés.
Le tireur présumé a lui aussi été placé en garde à vue.

Analyse:

Le titre: « Il tire à l’arme de guerre sur un intrus »

Certes il y a le substantif « intrus » (« …qui s’introduit quelque part sans avoir la qualité pour y être admis » écrit une édition du Petit Larousse), mais le titre est tout de même porteur d’une disproportion entre « arme de guerre » (non ce n’est pas la Kalashnikov répandue dans les quartiers aux mains de « chances pour la France »), mais un pistolet tirant du 9mm, soit une arme classée en première catégorie.

Le corps du texte est dans le même registre :

« Il aurait tiré à trois reprises avec un revolver allemand de type Mauser de la seconde Guerre Mondiale, blessant grièvement à la cuisse un des intrus » : oui, si on tire avec une arme, quelle qu’elle soit et a fortiori avec un gros calibre, on peut blesser grièvement, mais le problème est-il là, ou dans le fait que trois individus (dont on aimerait connaître les noms ou au moins les prénoms) se sont introduits chez un citoyen, de nuit et que celui-ci a fait usage d’une arme au regard de ce que l’on risque lorsque des malfrats s’introduisent chez vous, par ailleurs nuitamment, aujourd’hui où on tue dans la rue pour une cigarette non donnée ?

Il aurait probablement dû s’adresser à eux en leur disant « Messieurs » (car on ne tutoie plus les truands de par les nouvelles consignes de l’actuel gouvernement) « je vous serais obligé de sortir de chez moi et j’appelle votre attention sur le fait qu’au cas où vous ne le feriez pas je téléphonerai à la police pour vous inviter à sortir » .

« Cloué au sol par le projectile, la victime – âgée de 18 ans – a été conduite au centre hospitalier par les secours ». L’expression « cloué au sol » est ici volontairement employée. Son sens figuré est évidemment puissant et sert à émouvoir les âmes sensibles. Notons d’ailleurs que ce n’est plus un des malfrats qui est « cloué au sol », mais « une victime », et par ailleurs « de 18 ans » ( pauvre garçon !!!). Que les âmes sensibles se rassurent : elle a été conduite au centre hospitalier de secours (ses jours ne sont donc pas en danger).
[NDLR : “trois personnes qui s’étaient aventurées” n’est pas mal non plus, elles voulaient sans doute simplement vivre des aventures nocturnes]

[…]

Il faut dénoncer ces mots qui travestissent en permanence la réalité modifient notre pensée de façon homéopathique à travers la presse aux ordres et la télévision, donc sans qu’on s’en rende compte. Il convient de leur dire qu’ils commencent à nous casser les pieds tous ces manipulateurs (seul un électrochoc par les mots nous permettra de sortir de notre torpeur mortifère, de notre sida mental).
[…].

Pierre Falconetti.
Association Marnaise Christianisme et Société
8/07/2012

[box class=”info”] Article repris à partir de Polémia. [/box]

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

[box]Le samedi, une revue de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio du Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Plans sociaux en cascade : l’Etat‑PS face aux réalités économiques

Les plans sociaux, retardés le temps de la campagne présidentielle, se succèdent à un rythme effréné. Le 12 juillet prochain, PSA Peugeot Citroën réunira un comité central extraordinaire, qui devrait annoncer la fermeture d’un certain nombre de sites du constructeur, dont le site historique d’Aulnay-sous-Bois, ainsi que la suppression de quelque 10.000 emplois, rien que sur le territoire national.
Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Arnaud Montebourg (photo), ministre du très orwellien « Redressement productif », a annoncé la mise à l’étude dans les prochains jours d’un plan d’aide pour notre industrie automobile sinistrée. Avec Air France qui va réduire ses effectifs de plus de 5.000 postes d’ici décembre 2015, c’est le plus important plan social en préparation. D’autres plans sociaux d’importance sont également prévus.

Sanofi annonçait jeudi une réorganisation de ses activités de recherche‑production et de son administration centrale. Aucune précision d’impact sur l’emploi n’a été faite par le groupe, mais la CFDT, premier syndicat de l’entreprise, estime que 1.200 à 2.500 postes sont concernés. Le laboratoire pharmaceutique a déjà supprimé près de 4.000 postes en France entre 2009 et 2011. Hewlett‑Packard, SFR et Bouygues, ont également annoncé des plans de restructuration drastiques. Et l’hécatombe ne semble pas près de s’arrêter…

A la veille de la conférence sociale des 9 et 10 juillet, la CGT vient de réévaluer à 75.000 le nombre d’emplois supprimés dans les prochains mois.

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Mme Pellerin, ministre déléguée chargée des PME.

Mais les licenciements opérés par les grosses entreprises sont en fait l’arbre qui cache la forêt : les PME, qui forment le premier employeur de France, sont en première ligne sur le front du chômage, avec à la clé, des licenciements massifs bien que beaucoup moins spectaculaires que ceux d’Air-France ou de Peugeot. Selon les chiffres officiels, le chômage frappe déjà trois millions de salariés, soit 10 % de la population active

L’audit de la cour des comptes remis lundi au Premier ministre estime qu’il faut trouver 33 milliards d’euros pour passer de 4,4 % de déficit budgétaire à 3 %. Le gouvernement entend y parvenir par de nouvelles hausses d’impôt. Des hausses qui vont logiquement se traduire par une contraction du pouvoir d’achat, donc par de nouvelles faillites d’entreprises et donc par une aggravation du chômage. Inquiets d’une situation économique très dégradée, les marchés internationaux vont renchérir les taux d’intérêt des prêts qu’ils accordent à la France, ce qui aura pour effet d’obérer nos déficits publics. Un nouveau décrochage budgétaire que le gouvernement s’ingéniera à pallier par… de nouveaux impôts ! Une logique socialiste folle au bout de laquelle se profile le spectre de la Grèce.

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Sachant qu’il faut une croissance supérieure à 1 % pour créer de l’emploi et supérieure à 1,5 % pour commencer à réduire le chômage, l’Etat-PS ne bénéficie en fait d’aucune marge de manœuvre : l’objectif des 3 % de déficit public en 2014 ou en 2015 est totalement surréaliste. Il est naturellement hors de question que nos mondialistes, colorisés en rose depuis deux mois après le bleu pâle de l’ère Sarkozyste, touchent à leurs traditionnelles vaches sacrées.  Ainsi l’an dernier, sous la précédente administration de l’oligarchie, quelque 34 milliards d’euros de subventions ont été accordées à des associations par l’Etat et les collectivités territoriales. Nul doute que ce poste de dépenses ne continue de grimper, dans une logique toute clientéliste : il s’agit d’arroser généreusement les communautarismes ethniques, religieux et sexuels, et d’acheter la paix civile dans les banlieues de l’immigration.

Autre vache sacrée, précisément : l’immigration, dont le coût a été évalué par Jean-Paul Gourévitch à quelque 40 milliards d’euros par an, auxquels il faut rajouter l’immigration clandestine d’un poids de 5 milliards par an. Le démographe Yves-Marie Laulan estime quant à lui le coût global de l’immigration à 70 milliards d’euros par an. Mais pour le nouveau ministre de l’intérieur, hors de question de restreindre le volant d’immigration de la précédente administration, soit 200.000 entrées par an, un million pour le quinquennat.
Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit La doctrine socialiste en la matière est celle du cercle de réflexion Terra Nova, dont le président Olivier Ferrand (photo) vient hélas de nous quitter, pour lequel les immigrés sont des électeurs en puissance du parti à la rose. Avec toujours plus d’immigrés, le PS bâtit donc une assise électorale qui peut lui assurer une reconduction indéfinie au pouvoir. Un PS qui n’hésite donc pas à programmer la destruction de la France pour s’assurer une pérennité par ailleurs bien illusoire, miné qu’il sera par un communautarisme et un islamisme dont les actuels éléphants blancs du parti, mâles ou femelles, seront les premières victimes…

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Illustration de ce que l’on vient de dire : Marisol Touraine (photo), ministre des Affaires sociales, a annoncé que les clandestins ne seront plus obligés de s’acquitter d’une franchise de 30 € par an afin de bénéficier de l’aide médicale d’Etat (AME). En 2011, 220.000 clandestins ont bénéficié de l’AME, un chiffre en hausse de 185 % depuis 2000. Le coût de cette mesure est passé de 75 millions d’euros en 2000 à 588 millions d’euros aujourd’hui. Commentant cette mesure, Nicolas Bay, membre du bureau politique du Front national et conseiller de Marine Le Pen a déclaré, je cite : « Le gouvernement Ayrault préfère accorder un “coup de pouce” aux immigrés clandestins plutôt qu’aux Français les plus modestes ! ». On ne saurait en effet mieux dire. Par ailleurs, la mairie socialiste de Paris annonçait jeudi que les seniors et les handicapés ne bénéficieraient plus de la gratuité des transports publics dans la capitale. Rassurez-vous, les clandestins pourront, eux, continuer à voyager à l’œil.

Autres dégâts, non chiffrables, et plus graves : les dégâts sur l’identité française. L’association des directeurs de ressources humaines, fortement travaillée par la franc-maçonnerie, vient ainsi de proposer de mettre fin à trois jours fériés de tradition chrétienne, pour que chacun puisse les remplacer par les dates de son choix.
Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Une proposition communautariste dont on s’est naturellement réjoui du côté du CFCM (Conseil Francais du Culte Musulman), du CRIF et autre CRAN. D’autre part, le nombre de faits divers sanglants directement imputable à la diversité est en hausse exponentielle. On ne compte désormais plus les Mohamed Mehra, Abdallah Boumezaar, Fayçal Mokhtari et autre Souleymane. Dans la récente fusillade de Lille où deux personnes ont trouvé la mort, l’arme utilisée n’est qu’une des 4.000 armes de guerre qui circuleraient en France, selon Le Figaro.

La France est devenue la colonie de ses anciennes colonies. Le 5 juillet 1962, l’Algérie a célébré l’indépendance que lui a accordée la France par les accords d’Evian, alors même, faut-il le rappeler, que le FLN était vaincu militairement sur le terrain. Une indépendance qui débuta dans le sang, celui des Européens et celui des harkis : on a pu estimer à 150.000 le nombre de morts dans les rangs de ceux qui avaient choisi de servir loyalement la France, que ses dirigeants du moment abandonnèrent à une mort atroce, les égorgeurs de FLN pratiquant un islam rigoureux dans ses raffinements de torture.

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Mais comme le dit Dominique Venner, l’Histoire est le lieu de l’imprévu : alors que nous commémorons le cinquantième anniversaire de l’un des plus grands nettoyages ethniques de l’histoire contemporaine, celui qui a vu un million deux cents mille Pieds-noirs choisir la valise plutôt que le cercueil et franchir la Méditerranée du sud vers le nord, qui peut assurer qu’un jour un autre exode plus massif encore n’aura pas lieu, mais cette fois-ci du nord vers le sud ?

Pendant ce temps-là, les cerveaux continuent de quitter la France. Selon le site d’information contrepoints, l’augmentation du nombre de Français à l’étranger s’explique par l’exil de cadres, d’ingénieurs ou d’entrepreneurs fuyant la pression fiscale, le manque d’opportunités ou encore les persécutions administratives à l’encontre des créateurs de richesse. En 16 ans, le nombre de Français de l’étranger a augmenté de façon régulière de 80 %.

 

MONDE

Le Maroc inonde l’Europe en drogue

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Cannabis

Selon l’ONUDC (Office des Nations unies contre la drogue et le crime), le Maroc demeure l’un des plus grands producteurs au monde de cannabis et le premier exportateur vers l’Europe. Le royaume chérifien abrite 47.500 hectares de culture de cannabis, produit 760 tonnes de résine et 38.000 tonnes d’herbe de cannabis. Des chiffres sans doute a minima puisque le Maroc ne permet plus à l’ONUDC d’enquêter sur le terrain. Le cannabis (photo) est cultivé dans le nord du Maroc, dans la région du Rif avec la complaisance du pouvoir. Un trafic contrôlé par des mafias locales qui ont largement essaimé dans les banlieues de l’immigration de France et d’Europe.

Les mouvements contre la monnaie unique ne cessent de s’étendre en Europe.

Ainsi du Mouvement 5 Etoiles en Italie, du Parti pour la liberté en Hollande ou encore du parti des Vrais Finlandais. Le front anti-euro et l’opposition aux “diktats” des eurocrates s’étendent maintenant à l’ensemble des pays de l’euroland qui devrait enregistrer une nouvelle contraction, voire une récession de son économie aux deuxième et troisième trimestres 2012. Tous ces mouvements ne sont pas nationalistes, populistes ou d’extrême droite, comme les médias de l’oligarchie tentent de le faire croire.

En Italie, le chef de file du Mouvement 5 Etoiles vient de faire une entrée fracassante sur la scène politique. Ce Parti “antisystème” fondé, en 2009 a créé la surprise en mai lors des municipales, remportant quatre villes, dont Parme (190.000 habitants) avec 60 % des voix dans cette ville minée par les affaires de corruption. Une lutte qui repose sur la dénonciation de l’affairisme des partis politiques traditionnels et des mesures d’austérité du gouvernement de Mario Monti.

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit De son côté Geert Wilders (photo), fait du retour au florin sa priorité. Le Parti de la Liberté prospère sur la vague des nouvelles mesures d’austérité du gouvernement du libéral Mark Rutte que Wilders a fait chuter le 21 avril en lui retirant son soutien parlementaire. Le président du parti des Vrais Finlandais affirme, quant à lui, je cite : « Notre parti n’est pas favorable à une sortie immédiate de la zone euro. Mais nous sommes hostiles à la mise en place de tout nouveau mécanisme d’aide dans le cadre de ce système ». Les Vrais Finlandais anticipent d’ores et déjà la sortie à terme de la Finlande de l’Euroland.

Au sein des sept pays de l’Est qui s’apprêtent à adopter l’euro (Bulgarie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque et Roumanie), la monnaie unique ne fait plus rêver. Selon un sondage, 55 % des Polonais pensent que l’introduction de l’euro ne sera pas bénéfique à leur pays. Un rapport de la Banque centrale européenne (BCE), publié le 30 mai, estime qu’aucun de ces Etats ne remplit les critères économiques pour adopter l’euro. L’euroland n’en finit décidément pas de couler. Après le dernier sommet européen de la dernière chance au chevet de l’euro, sommet qui s’est clôt dans un unanime concert de louanges de la grosse presse, la seule question pertinente qui se pose est la suivante : « A quand le prochain sommet de la dernière chance ? »

Les délocalisations vers la Chine ne seraient plus aussi intéressantes

Kiosque Courtois du samedi 7/7/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Drapeau chinois

Civitas, groupe de réflexion britannique, a effectué une intéressante étude sur les délocalisations vers la Chine. Intitulée « Vers la fin du Made in China », l’étude pointe une relocalisation d’industries vers la Grande‑Bretagne. Les produits chinois ont vu leurs prix grimper du fait de l’augmentation des salaires. Le coût des transports s’est quant à lui envolé ces dernières années à la suite de l’augmentation du prix du pétrole. Civitas souligne également des problèmes de qualité, le manque d’ouvriers qualifiés en Chine, la faible productivité de l’Empire du Milieu, ainsi que le vol de technologies. Tout cela rend les entreprises occidentales de plus en plus méfiantes. Cette étude confirme le non‑sens de l’ultra-libéralisme. Proximité, qualité, stabilité, doivent rester les principes de base de toute production à taille humaine. Reste à savoir, pour la France, si le contexte fiscal que nous prépare le gouvernement sera de nature à encourager les relocalisations…

“Prussiens et Français : différents et pourtant si proches…” par Dominique Venner

“Prussiens et Français : différents et pourtant si proches…” par Dominique Venner

[box class=”info”]Edito de la Nouvelle Revue d’Histoire n°61 – juillet-août 2012[/box]

Français et Prussiens, un couple moins improbable qu’on ne le croit… Pour preuve en 1784, l’Académie de Berlin institua un prix pour récompenser la meilleure réponse à une curieuse question : « À quoi faut-il attribuer l’universalité de la langue française ? » Antoine de Rivarol obtint le prix. Le travail pour lequel il avait concouru lui valut également une flatteuse épître de Frédéric le Grand. Ce dernier parlait et écrivait le français beaucoup mieux que l’allemand, langue qu’il réservait, disait-il, à ses chevaux. Retenons  que, cinq ans avant la Révolution française, la Prusse, en la personne de son monarque et de ses meilleurs esprits, voyait dans la France comme une sœur aînée. Cette sympathie admirative fut écornée par les conquêtes napoléoniennes, sans cesser vraiment, au moins dans la partie éclairée des deux nations. Pendant une grande partie du XIXème siècle, l’Université française regarda avec admiration sa sœur prussienne. On sait ce que fut l’influence prolongée de Kant, Hegel, Schopenhauer, et plus tard Nietzsche ou Heidegger. Il fallut la catastrophe de 1870-1871 pour que l’ancienne amitié fût brisée. Renan l’a dit mieux que personne : « La guerre entre la France et l’Allemagne est le plus grand malheur qui puisse arriver à la civilisation. L’harmonie intellectuelle, morale et politique de l’humanité est rompue. » En ce temps-là, comme à l’époque antique, on confondait volontiers l’humanité et l’Europe. À cette réserve près, c’était bien vu.

Il faut rendre grâce au général de Gaulle, longtemps hanté par l’idée de la Revanche propre à sa génération, d’avoir compris sur le tard que « l’essentiel, c’est que les deux peuples [les Français et les Allemands], dans leurs profondeurs, exorcisent les démons du passé ; qu’ils comprennent maintenant qu’ils doivent s’unir pour toujours. […] Les Français et les Allemands doivent devenir des frères » (1).

Certes, le général de Gaulle ne parlait pas des Prussiens, mais des Allemands. Cependant, aux yeux des Français, les Prussiens, ont souvent fait figure d’une sorte de condensé d’Allemands, ce qui était flatteur avant 1870.

Au XVIIIème siècle, la Prusse du Grand Frédéric apparaissait déjà comme l’État le plus moderne d’Europe. Plus tard, on a pu dire que cet État était sorti de l’Ancien Régime sans passer par la Révolution. Il représentait un modèle longuement commenté par Renan dans sa « Réforme intellectuelle et morale de la France » écrite au lendemain de 1870 pour conjurer les tares et défauts ayant conduit à notre défaite. Au risque d’anachronisme, on serait presque tenté de dire que l’essai de Renan anticipait sur les travers et carences ayant également produit la défaite de 1940 (2).

La Prusse s’était construite sur un peuple d’élite issu de toutes les régions allemandes et aussi de la France huguenote. Mais au-delà, elle avait été forgée par un style et des principes s’apparentant au stoïcisme. Au temps du Grand Frédéric, elle apparaissait comme un État où les grandes contradictions de monde moderne avaient pu se résoudre. La liberté de l’esprit ne s’y opposait pas à la discipline, la volonté historique n’avait pas été rongée par l’esprit de tolérance, la conscience nationale s’accordait avec le patriotisme monarchique. On ne peut ignorer non plus qu’avant 1932 la Prusse fut un môle de résistance au mouvement hitlérien. C’est elle encore qui a fourni le plus gros contingent de la conjuration du 20 juillet 1944. Non par préjugés aristocratiques, comme on l’a souvent dit, mais au nom d’une autre idée de l’Allemagne, peut-être utopique, accordée au « socialisme prussien » théorisé par Spengler, autoritaire, non libéral et fermé au grégarisme de masse. Et cette idée exigeante avait sans doute moins le pouvoir de nourrir un projet politique qu’une éthique personnelle. Mais, comme on le sait, c’est l’éducation intérieure des consciences qui peut conduire à une réforme de la société plutôt que l’inverse.

Crédit photo : Luciani/Wikipédia sous licence GNU.

Notes :
1)Propos tenus le 27 juin 1962. Ils ont été rapportés par Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Editions de Fallois/Fayard, 1994.
2) Dans son n° 10 (janvier/février 2004), p. 50, La Nouvelle Revue d’Histoire a rappelé ce que furent le contenu et la portée de l’essai de Renan.

Faits & Documents n°338 du 1er au 15 juillet 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (III)

Faits & Documents n°339 du 1er au 15 juillet 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (III)

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 1er au 15 juillet 2012 vient de paraître. Au sommaire, les portraits du gouvernement Ayrault (3ème partie). Extrait.

Faits & Documents n°338 du 1er au 15 juillet 2012. Portraits : Le Gouvernement Ayrault (III)Voici la troisième partie des biographies des membres du nouveau gouvernement socialiste, qui demeure homogène, tous les ministres candidats ayant été élus au premier ou au second tour. S’y ajoutent quatre nouveaux ministres qui seront traités par la suite.

Kader Arif. Ministre aux Anciens combattants. De son véritable prénom Abdelkader, Kader Arif est né le 3 juillet 1959 à Alger (Algérie française). Aîné de quatre enfants, il est le fils d’un harki qui devait réussir à rejoindre la métropole (il avait alors 3 ans et demi). Son père (qui sera ouvrier agricole, bûcheron, ouvrier du bâtiment) était du Sud-Ouest algérien, sa mère de la Mitidja. La famille habitait Maison-Carrée (devenu El-Harrach). Ses parents, tous deux décédés, étaient analphabètes. Il semble qu’il ne soit pas marié, mais vivrait en concubinage (avec ses trois filles). Il a fait ses études à Castres et à Toulouse. Il sera notamment employé d’un cabinet d’architectes (1992-1995) et directeur régional d’une agence de voyages, Nouvelle Liberté (1995-1999). En 1999, à 40 ans, il intègre la faculté de Toulouse, y décrochant semble-t-il aussitôt une maîtrise de communication en faisant valider son expérience professionnelle. Fort de ses amitiés politiques, il est engagé dans la foulée comme cadre d’administration universitaire de Toulouse-Le Mirail (1999-2001). Il aurait par ailleurs été salarié d’un « établissement public d’aide aux rapatriés » (Marianne, 24 novembre 2003). Il semble qu’il ait milité dans les milieux antifascistes toulousains dans les années 1970, le déclencheur étant le putsch anticommuniste du général chilien Augusto Pinochet. Il s’engage aux élections municipales de 1977 puis finit par rejoindre le Parti socialiste en 1983. Il figure aussi parmi les fondateurs de France Plus, l’un des premiers lobbies politiques de l’immigration. Il doit toute sa carrière à Lionel Jospin, dont il devint le chauffeur lorsque ce dernier se parachuta en Haute-Garonne en 1988 comme conseiller général de Cintegabelle. Par la suite, après la défaite de 2002, c’est avec Arif que Jospin réapparaîtra pour la première fois dans un meeting, aux européennes de 2004. De même, à l’été 2006, Arif sera l’un des très rares à plaider pour une nouvelle candidature de l’ancien Premier ministre. Devenu l’un de ses assistants parlementaires, il se voit confier la direction de la fédération du département (la 4e de France en nombre d’adhérents) en 1999 (qu’il dirige jusqu’en 2008). Conseiller municipal (chargé des sports) de Castanet-Tolosan, dans la banlieue de Toulouse, de 1995 à 2001, il entre au bureau national du PS en 2000 (sur demande de Lionel Jospin à François Hollande, qui conservera le poste de premier secrétaire jusqu’en 2008), puis au secrétariat national en 2002 (en charge des relations internationales, puis de la mondialisation). En 2004, il conduit la liste européenne socialiste dans le Sud-Ouest et devient député européen (réélu en 2009). À Bruxelles, il siège en particulier aux assemblées parlementaires mixtes Euromed et UE-Turquie (ainsi que vice-président de l’intergroupe rugby, sport qu’il a pratiqué au début des années 80 comme talonneur de Castres). Il s’est officiellement prononcé pour l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne (La Turquie dans l’Union européenne ? C’est toujours oui !, tribune libre dans Le Monde, 21 février 2008). En 2009, cet antisioniste a proposé, pour soutenir les Palestiniens de la bande de Gaza, qu’un euro soit prélevé sur chaque cotisation d’adhérent, proposition aussitôt rejetée. En 2005, il devient le n°3 de l’appareil socialiste en tant que secrétaire aux fédérations. C’est à ce titre qu’il préside la commission chargée du décompte final des bulletins lors de l’élection au poste de premier secrétaire qui opposera vivement Ségolène Royal et Martine Aubry (ce qui sera tout bénéfice pour Hollande, avec une Royal écartée et une Aubry trop politisée…). Dans l’équipe de campagne de François Hollande, il est responsable des relations avec le Parlement européen et de l’Europe lors des primaires, puis responsable du pôle Coopération. En juin 2012, celui qui est conseiller municipal de Toulouse depuis 2008 est imposé comme « candidat de la diversité », se présentant pour la première fois à une élection au suffrage universel, obtenant au premier tour 30,84 % dans la 10e circonscription de la Haute-Garonne, face à l’UMP-Parti radical Dominique Faure (24,41 %) et deux candidats socialistes dissidents, tous deux conseillers généraux, Daniel Ruffat, maire de Sainte-Foy d’Aigrefeuille depuis 2001, et Gilbert Hébrard, maire de Vendine depuis 1983. Sa suppléante, qui va donc le remplacer à l’Assemblée nationale (où il a été réélu en juin 2012 avec 57,78 % face à Dominique Faure), est Emilienne Poumirol, fille de militants anarchistes espagnols réfugiés outre-Pyrénées…

[box class=”info”]Lire la suite : abonnez-vous à Faits & Documents, Lettre d’informations confidentielles d’Emmanuel Ratier – Abonnements France métropolitaine : 78 euros / an. Abonnements étranger et outre mer : 93 euros / an. En savoir plus : www.faitsetdocuments.com[/box]

Photo en Une : Crédit Parti Socialiste (cc) via Flickr

Méridien Zéro rencontre ADSAV ce 1er juin à 23h

Méridien Zéro rencontre ADSAV ce 1er juillet à 23h

Dans le cadre de son cycle “Patries Charnelles” et en ouverture de celui-ci, la webradio Méridien Zéro s’est rendu en pays de Bretagne pour y rencontrer Padrig Montauzier, fondateur et président d’honneur d’ADSAV, le parti du peuple breton, et Eric Alhinc, secrétaire national de ce même mouvement.

Emission de 23h à 0h30, animée par Gérard Vaudan et Jean-louis Roumégace, sous la férule technique d’Igor.

[box class=”info”] A écouter sur les sites :

http://meridienzero.hautetfort.com/
– ou http://www.radiobandieranera.org/
– ou http://europaradio.hautetfort.com/ [/box]

Méridien Zéro rencontre ADSAV ce 1er juin à 23h

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

[box]Le samedi, une revue de la semaine des “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio du Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

Le quotidien Le Monde, candidat aux prochains Bobards d’or

Vendredi avant-dernier, Kylian, 13 ans, était froidement assassiné par un garçon de 16 ans dans l’enceinte d’un collège de Rennes. Ce fait divers, tragique, aura été l’occasion d’un festival de désinformation. A propos de cet assassinat, les médias du système (La Croix, 20mn, France-soir, Ouest-France, etc., ont parlé à l’unisson d’une « bagarre » entre collégiens, reprenant les termes d’une dépêche AFP.

La vérité, telle qu’elle s’est fait jour à travers les témoignages publiés sur les réseaux sociaux, est que l’assassin, qui pratiquait les sports de combat, terrorisait ses « camarades » du haut de ses 1m80, ce que la grosse presse a traduit par cette formule sibylline : « Il jouait de sa stature athlétique pour en imposer aux autres collégiens ». Le Monde nous dit, parlant de la victime et de son meurtrier, je cite, que « leurs regards se sont croisés ».

Bel exercice de Novlangue, souligne le site Polemia.com. La vérité est que Kylian est mort parce qu’il n’a pas baissé les yeux devant son assassin. Autre désinformation : il a fallu plus de 48h pour que lesdits médias fassent allusion à ce qu’on pouvait lire partout sur Internet : l’assassin est le fils de réfugiés politiques tchétchènes et il est musulman. Toute la journée de dimanche, des jeunes de la nombreuse communauté tchétchène de Rennes se sont regroupés devant la cité judiciaire, attendant la décision des magistrats. « Par solidarité avec notre ami » a expliqué benoîtement l’un d’eux. Jean-Jacques Bourdin qui avait « fait la bourde » de citer à l’antenne de RMC le prénom de l’assassin, Souleymane, fut vite rappelé à l’ordre par l’avocat de ce dernier.

La palme de la désinformation revient au susnommé Monde qui, dans un article en ligne du 25 juin, a délibérément changé le nom du tueur, « Souleymane » devenant « Vladimir ».

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Copie d’écran du Monde. Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Le choix de ce prénom de substitution n’est pas anodin. Vladimir est le prénom du président Poutine, régulièrement cloué au pilori par la grosse presse depuis qu’il a mené contre les oligarques prédateurs de l’économie russe sous Gorbatchev et Eltsine (les Abramovitch, Fridman et autres Vekselberg), l’efficace politique que l’on sait. Sa politique de fermeté face au terrorisme tchétchène, une politique plébiscitée par le peuple russe, est également systématiquement dénoncée par les médias de l’oligarchie au nom des « Droits de l’homme ».
Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit
Le quotidien vespéral, qui satisfait ainsi ses deux principaux propriétaires, le mondialiste Matthieu Pigasse (photo), de la banque Lazard, et Pierre Bergé, co-fondateur de SOS-Racisme, vient officiellement d’être désigné comme candidat aux prochains Bobards d’Or par la Fondation Polémia, organisatrice de cette élection parodique destinée à brocarder la servilité de la grosse presse face à l’idéologie cosmopolite du politiquement correct.

Politiquement correct, Le Mondel’est incontestablement. Mais il a aussi le sens du ridicule. C’est ainsi que, le 26 juin, dans son article en ligne, le faux prénom « Vladimir » était changé en la simple lettre « S ».

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Copie d’écran. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

En occultant le prénom de l’assassin, la grosse presse a voulu ne pas alimenter l’« islamophobie » de l’opinion publique française. Mais c’est le contraire qui s’est passé, relève Robert Ménard dans son blog. Les médias alternatifs, Polémia, Fdesousche, Novopress, Le Salon Beige, etc., ont pleinement joué leur rôle de vecteur de vérité dans le monde orwellien des médias du Système.

Portrait d’Abdallah Boumezaar, meurtrier présumé des gendarmes à Collobrières

Abdallah Boumezaar, qui a été mis en garde à vue après le meurtre des femmes gendarmes à Collobrières, est, je cite notre grosse presse : « un jeune homme défavorablement connu des services de police depuis son adolescence ». Ce trentenaire a séjourné à plusieurs reprises en prison pour trafic de drogue, vols, violences. Après six ans passés derrière les barreaux, Abdallah Boumezaar a retrouvé la liberté en septembre dernier. Le 13 juin, il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Toulon pour une violente agression contre sa mère. A la barre, cette dernière confiait : « Il m’a frappée, fracassé la tête contre une porte. J’ai porté plainte. Il voulait me tuer ». Le tribunal avait finalement prononcé une peine a minima de six mois avec sursis, une mise à l’épreuve et une obligation de soins. Le profil de ce tueur démontre qu’il était possible de sauver les deux gendarmes assassinées froidement dans le Var.
Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Intoxication alimentaire : où l’on reparle de la viande halal

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

En fin de semaine dernière, trois enfants ont été hospitalisés durant plusieurs jours à Bordeaux à la suite de la contamination de steaks hachés par une souche de bactérie Escherichia Coli. D’après le Figaro Santé, ces intoxications sont assez fréquentes, à raison d’une centaine de cas par an. Cette bactérie très pathogène, parfois mortelle, est présente naturellement dans les intestins des bovins et peut contaminer ainsi la viande, s’il y a contact. Or c’est pratiquement toujours le cas en cas d’abattage rituel, halal ou casher. En Belgique, il y a deux semaines, une vingtaine de personnes ont été victimes de cette bactérie. Trois ont dû être hospitalisées. La viande provenait de l’abattoir halal de Genk, à l’est du pays.

Politique migratoire : valse‑hésitation du nouveau ministre de l’Intérieur

Dans un entretien qu’il a donné mercredi au Monde, le nouveau ministre de l’Intérieur Manuel Valls s’est naturellement employé à ne pas décevoir les attentes de l’électorat immigré, très favorable au Parti socialiste — on rappellera que, parmi les musulmans qui ont voté au second tour de la récente élection présidentielle, 93 % se sont prononcés en faveur de François Hollande. La doctrine actuelle du Parti socialiste en matière d’immigration est celle de Terra Nova, son principal cercle de réflexions. Dans son rapport « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? », paru en mai 2011, Terra Nova était formel : le Parti socialiste doit s’appuyer sur les immigrés extra‑européens s’il veut gagner les élections. Une prédiction qui s’est superbement réalisée en mai et juin derniers.

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Mais le ministre (photo) ne saurait ignorer le principe de réalité et la profondeur de la crise dans laquelle s’enfonce notre pays. Des immigrés en tant qu’électeurs du Parti socialiste, d’accord, mais aussi de futurs chômeurs et allocataires de l’un des systèmes de protection sociale parmi les plus généreux du monde, alors que les caisses sont vides et que la dette explose… D’où la valse‑hésitation du ministre dans son entretien. « Aujourd’hui, la situation économique et sociale ne permet pas d’accueillir et de régulariser autant que le voudraient certains » affirme‑t‑il, ajoutant : « Il n’y aura pas de régularisation massive des sans‑papiers (sic). Etre de gauche, ce n’est pas régulariser tout le monde et se retrouver dans une impasse ».

Pour Marine Le Pen, l’ancienne et la nouvelle majorité présidentielle mènent exactement la même politique migratoire. « 30.000 régularisations de clandestins par an, c’est ce que faisait le gouvernement Sarkozy, 200.000 entrées d’étrangers par an, c’est ce que fera le gouvernement socialiste, et c’est ce que faisait le gouvernement Sarkozy », a-t-elle lancé jeudi sur BFMTV, attendant du ministre qu’il explique aux Français, je cite « comment, dans un quinquennat, on loge [et] on soigne un million de personnes nouvelles » « Ils travaillent où ces gens-là ? », a-t-elle demandé, estimant que « la situation économique et sociale exige l’arrêt de l’immigration » et déplorant que le gouvernement, je cite encore, ne veuille « pas faire d’économies sur l’immigration », alors qu’il s’apprête à plonger le pays dans « l’austérité » et à procéder à des coupes claires dans les « effectifs de la fonction publique », appauvrissant ainsi « les services rendus à ceux qui paient de plus en plus d’impôts ».

 

MONDE

Belgique : six terroristes islamistes condamnés

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Six terroristes spécialisés dans le recrutement de nouveaux membres viennent d’être condamné à Bruxelles. Ali Tabich, 38 ans, était leur chef « charismatique », il aurait combattu en 2005 en Irak pour Al‑Qaïda. Abdel Rahman Ayachi, le fils d’un imam bruxellois emprisonné pour terrorisme en Italie, était spécialisé dans la communication sur Internet via des sites islamistes. Samer Azouagh, travaillait pour les services de sécurité du Parlement européen à Bruxelles et avait été envoyé en Syrie par Ali Tabich. Les trois autres terroristes étaient des hommes de mains. Les recruteurs fréquentaient assidument le « Centre islamique belge » de Molenbeek, une banlieue totalement islamisée de Bruxelles. Etant donné le profil de la population carcérale d’Europe, on ne doute pas que nos islamistes pourront tranquillement continuer à recruter.

Un tribunal allemand interdit la circoncision

Les Allemands viennent une nouvelle fois de se faire des amis. Ainsi, selon le jugement délivré mardi dernier par le tribunal de grande instance de Cologne, la circoncision d’un enfant pour des motifs religieux constitue une blessure corporelle passible d’une condamnation. Le tribunal a en effet estimé, je cite, que « Le corps d’un enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision (…) et que cette modification est contraire à l’intérêt de l’enfant qui doit décider plus tard par lui‑même de son appartenance religieuse ». Avec cette jurisprudence, le droit de l’enfant au respect de son intégrité physique prime sur le droit des parents. Cette décision a été immédiatement dénoncée par le Conseil central des juifs d’Allemagne qui y voit, je cite : « Une intervention insensible, gravissime et sans précédent dans les prérogatives des communautés religieuses ».[ Le Conseil de coordination des musulmans en Allemagne (KRM) a également protesté.]

Israël : l’opération « Retour à la maison » bat son plein

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Les autorités israéliennes estiment à plus de 60.000 le nombre d’immigrés africains – venus essentiellement du Soudan, du Soudan du Sud et de l’Erythrée – qui se trouvent actuellement illégalement en Israël. Deux cent quarante Sud-Soudanais ont déjà regagné cette semaine leur pays à bord de deux avions affrétés par les autorités de l’Etat hébreu. Le ministre israélien de l’Intérieur, Elie Yishaï (photo), a adressé hier un ultimatum aux clandestins originaires de Côte d’Ivoire. « Ils ont jusqu’au 16 juillet pour quitter le pays, a ainsi annoncé le ministre dans un communiqué. Ceux qui partiront avant cette date obtiendront un pécule tandis que les autres seront expulsés ». Fin de citation.

Elie Yishaï, dirigeant du parti talmudique Shass, a précisé que les Ivoiriens qui partiront volontairement toucheront 500 dollars par adulte (soit 400 euros) et 100 dollars par enfant. Des enfants qui, donc, ne seront pas séparés de leurs parents. « Il s’agit d’une étape importante pour le rapatriement des clandestins et le retour d’un sentiment de sécurité pour les habitants de localités israéliennes », a souligné le ministre.

Déjà expert en matière de construction de mur (ainsi du mur de plus de 700 km qui sépare Israël de la Samarie‑Judée, érigé à partir de 2002 sur une idée du travailliste Yitzhak Rabin), l’Etat hébreu édifie actuellement un nouveau mur le long de la frontière égyptienne, celui‑ci pour tenter d’empêcher les infiltrations d’immigrés passant par le Sinaï. Quelque 170 km sur les 250 prévus sont déjà construits et l’ouvrage devrait être achevé d’ici la fin de l’année 2012.

En mai dernier, une manifestation contre l’immigration d’origine sub-saharienne, plus violentes que les autres, avait dégénéré en progroms anti-africains dans le sud de Tel-Aviv. Mises à part quelques réticences du côté des associations de droits de l’homme, cette politique musclée anti-immigrés reçoit l’approbation d’une très large majorité de l’opinion publique juive.

Selon des chercheurs américains, le “racisme” serait « programmé » dans le cerveau humain

Kiosque Courtois du samedi 30/6/2012 – L’actualité de la semaine en écrit Selon une étude menée par des chercheurs américains et publiée dans la revue Nature Neuroscience, le “racisme” serait directement lié à des mécanismes du cerveau. Cette étude affirme que le fait de considérer une personne comme appartenant à un groupe ethnique singulier est régi par certaines régions du cerveau, en interaction avec d’autres, qui permettent de ressentir des émotions et d’en déduire des jugements. Cette connectivité induirait une forme de jugement automatique envers quelqu’un de différent. Le “racisme” serait donc en partie « programmé » dans le cerveau humain.