« La Fachosphère » de Doucet et Albertini : une occasion manquée

« La Fachosphère » de Doucet et Albertini : une occasion manquée

Source : Ojim.fr — Grosse promo pour les journalistes David Doucet (Les Inrocks) et Dominique Albertini (Libération) qui ont fait la une de Libération, un passage chez Bourdin et un autre sur le plateau de Yann Barthès. Ils ne pouvaient rêver meilleure publicité pour la sortie de leur livre enquête sur le « côté obscur » de l’information sur internet. Entre décembre 2013 et le printemps 2016, les deux complices, déjà auteurs d’une Histoire du Front national, ont réalisé une centaine d’entretiens pour dresser le portrait de la « fachosphère ». Disons le d’entrée, le titre racoleur (et fait pour diaboliser la cible) dévalorise le contenu alors que le livre ne sombre pas dans la paranoïa et dresse un panorama sur tout un pan de l’information et du combat politique mené sur internet On pourra cependant regretter la conclusion militante et l’absence d’une réflexion plus poussée sur le modèle de presse indépendante basée sur le don privé…

La « fachosphère » c’est quoi ?

Les auteurs – qui ont réalisé leurs interviews en annonçant un livre sur la « réinfosphère » – justifient leur choix dans le prologue. Ils désignent par là « l’extrême droite dans sa diversité : identitaires et maurrassiens, frontistes et disciples du gourou Alain Soral, néofascistes et “cathos tradis” ». Tant pis pour tous ceux – comme l’Ojim – qui ne se retrouveraient pas dans la liste !

Autres points communs établis entre les différents acteurs du web ainsi visés : « une opposition commune à la modernité libérale et à son idéal de société ouverte » et un rejet de la décadence. Comprenez : la société « ouverte » est moralement supérieure à une société « fermée », figée, quasi morte. Plus globalement, le sous-titre de l’ouvrage clarifie le sujet : « comment l’extrême droite remporte la bataille du net », on l’aura compris : fachosphère = extrême droite. À travers cette « extrême droite », notion pas beaucoup plus claire que celle de « facho », les auteurs visent, en gros, tout ce qui dépasse les limites fixées par l’élite journalistique en place.

Une approche historique parfois pertinente

Les deux complices, au cours des quelque 300 pages, font le tour du web politiquement incorrect, passant de supports « tout public » comme Fdesouche ou TV Libertés à des éléments plus radicaux comme les Youtubeurs Hervé Ryssen ou Boris Le Lay. Ils évitent cependant l’écueil complotiste qui voudrait que tout ce petit monde mange à la même table. A contrario, les auteurs n’hésitent pas à s’intéresser aux rapports qu’entretiennent ces médias et leurs acteurs. Car il n’est pas question seulement des médias de réinformation mais aussi de ceux qui pensent les médias autrement (Jean-Yves Le Gallou), des critiques des médias comme l’Ojim, de ceux qui fabriquent les médias alternatifs (un chapitre est consacré au fondateur de Fdesouche Pierre Sautarel), d’électrons libres, d’auteurs faisant la promotion de leurs ouvrages par le biais de vidéos Youtube et même de la bataille du net lancée par le Front National à l’aube du 21ème siècle.

L’approche historique du récit permet de se replonger dans les balbutiements du web. Une nouvelle technologie qui a immédiatement profité à l’objet de l’étude des auteurs. Dès son apparition en France fleurissent des sites plus ou moins radicaux de libre parole dont le vaisseau amiral fut « SOS Racaille ». L’enquête menée sur ce premier phénomène internet est d’ailleurs menée avec pédagogie. Comment les auteurs expliquent-ils cette prise d’assaut du web par ce qu’ils nomment l’extrême droite ? Par le manque de visibilité (voire l’absence totale) de certaines sensibilités politiques non représentées dans les médias alors vieillissants : presse papier, radio, télévision…

La presse subventionnée a-t-elle peur ?

Peu coûteux, le modèle internet ouvre des perspectives nouvelles à ceux qui n’ont pas le soutien de Matthieu Pigasse le milliardaire propriétaire des Inrocks ou de Patrick Drahi autre milliardaire propriétaire lui de Libé (les deux médias dont sont issus les auteurs de l’ouvrage).

C’est donc bien une concurrence qui dérange les médias établis et déclinant depuis maintenant vingt ans avec l’arrivée d’internet. D’où un épilogue involontairement éclairant dans lequel chercheurs et historiens déplorent (mais si, mais si) le pluralisme né d’internet… Le sociologue Gérald Bonnet dénonce par exemple la « dérégulation du marché de la connaissance », Michel Winock s’inquiète pour sa part des « extrêmes » qui font un bruit disproportionné avec l’état numérique de leurs troupes… Vient alors la question fatidique : « Comment répondre à la fachosphère ? » Une question qui inquiète jusqu’au secrétaire d’État chargée du numérique Axelle Lemaire qui s’interroge sur « l’équilibre entre la liberté d’expression et l’ordre public ». On sait malheureusement comment se termine généralement ce genre de réflexions…

Sont finalement préconisées : la répression par le cadre légal (merci pour eux mais le titre annonçait déjà le bâton) mais aussi une réaction sur internet, sur le « terrain de l’extrême droite », une réponse qui pour le moment n’est pas à la hauteur selon les auteurs. Une chose est sûre, la « fachosphère » est un mal, un mal moral et il faut le combattre.

Avec une forme d’arrogance de classe inconsciente, les auteurs n’hésitent pas à expliquer la réussite des nouveaux médias par l’existence de « nouveaux publics, moins dotés en capital culturel [et qui] y trouvent une réponse à la crise du sens du monde contemporain… ». Entendre les internautes alternatifs sont des crétins qui ne sont pas allés à la faculté et les lecteurs de Libé (de moins en moins nombreux par ailleurs) des humanistes et autres Prix Nobel… Si Les acteurs et les médias auxquels s’intéressent les deux compères font systématiquement l’objet de références biographiques, ce qui permet d’avoir un point de vue global intéressant on pourra regretter l’absence d’index. Ajoutons pour le côté cocasse les deux derniers chapitres hauts en couleur : « Porno natio ou l’extrême droite classée X » et Les « youtubeurs de l’extrême », qui prêtent à sourire à quiconque dispose d’un peu d’humour…

Une occasion manquée

Si le contenu, réalisé à partir de nombreux entretiens, est souvent de qualité, on peut regretter que les auteurs n’aient pas mieux analysé la principale différence entre les médias dominants établis (ceux de leurs patrons, riches et subventionnés) et les médias alternatifs : le financement. En ayant recours au don et à la solidarité (puisque souvent privés et de publicité et de subsides publics) les médias alternatifs se placent dans une démarche résolument en rupture avec le modèle des médias auxquels appartiennent les auteurs, une démarche qui garantit non une objectivité absolue, mais une certaine forme d’indépendance. Une chose est sûre ces deux modèles ne sont pas prêt de cohabiter, les éditions Flammarion ont interdit aux auteurs d’accorder des interviews aux médias mis en cause…

Voir aussi

À propos de

La Fachosphère (par Dominique Albertini et David Doucet), éd. Flammarion (21 septembre 2016). 336 pages.

Fabrice Robert : « Nous avons imposé les slogans d’un peuple qui ne veut pas mourir »

Entretien avec Fabrice Robert (Directeur national des Identitaires) paru dans le journal Présent (numéro 8718) le 20 octobre 2016.

Fabrice Robert, le 13 juillet dernier, vous avez annoncé la transformation du Bloc Identitaire en un mouvement associatif baptisé Les Identitaires. Quelle portée à cette transformation ? A quels objectifs répond-elle ?

Ce n’est pas la première fois que le mouvement identitaire connaît une telle mue afin de s’adapter au mieux à une situation nouvelle. Du côté des jeunes militants identitaires, la résistance s’est incarnée, dès 2002, à travers les Jeunesses identitaires. Puis sont venues L’Autre Jeunesse et, enfin, Génération Identitaire.

Dans le domaine de l’action politique, le réel impose sa loi : la suivre, c’est être en mouvement. Là est la seule condition de l’efficacité. A chaque fois, les mues – au sein du mouvement identitaire – répondent à un impératif de développement dans un contexte différent.

Le Bloc identitaire s’est transformé en parti politique en 2009. Mais, au fond, cela ne correspond pas à notre ADN. Plus qu’un parti, nous sommes avant tout un réseau, une communauté. Depuis quelques années, nous avons cessé toute confrontation électorale avec le Front National. Nous avons refusé de persister dans une concurrence sans issue tout en mettant en avant notre complémentarité. Partout, nos militants ont agi là où les militants du FN ne le pouvaient. Cette complémentarité est essentielle. Quand nous montons sur le toit d’un chantier de mosquée à Poitiers, nous donnons des voix à marine Le Pen. Quand celle-ci parle à la télévision, elle éveille des consciences qui, parfois, viendront à nous pour des questions de caractères. Le mouvement identitaire ne vaincra pas seul. Mais personne ne vaincra sans nous. Personne ne vaincra si nos méthodes, nos mots d’ordre ne sont pas repris.

Pour mieux coller au réel et continuer à jouer un rôle politique, nous avons considéré que le temps était venu de transformer le Bloc identitaire en un mouvement baptisé Les Identitaires. Les Identitaires sera une centrale d’agitation et de formation. Seule habilitée à décerner un label identitaire, elle sera la rampe de lancement des principales offensives identitaires, qu’elles relèvent de l’agit-prop ou de la pénétration de nos idées dans la société française.

Les Identitaires sont dirigés par 2 directeurs nationaux : Jean-David Cattin et moi-même.

Lire la suite

Migrants de Calais : Ils vont partout

Malgré tous les efforts des médias militants, les images des clandestins de Calais embarquant dans les bus ne mentent pas. Où sont les familles syriennes, où sont les femmes enceintes, où sont les réfugiés politiques ?

On ne voit en très grande majorité que des Africains, jeunes ou dans la force de l’âge. Des migrants économiques. Alors qu’ils devraient être expulsés, ceux qui ne relèvent pas du droit d’asile et ceux qui en ont été déboutés arrivent par bus entiers dans les villages français. Plus de 12 000 immigrés en situation illégale envoyés aux quatre coins du pays. 6 000 depuis le début octobre et 6 500 d’un coup cette fois-ci. Ou comment transformer 12 000 clandestins en 12 000 immigrés de plus, près de chez vous. La jungle de Calais est de toute façon condamnée à repousser de plus belle. Rien n’est résolu : plus de 2 000 clandestins par jour arrivent en ce moment sur les côtes italiennes.

Il y a une semaine, une interprète accompagnant des journalistes de France 5 a été violée sous la menace d’un couteau par trois clandestins à Calais. Comme le demande le Front national de Saône et Loire qui appelle à manifester samedi 29 octobre à 15 heures devant la mairie de Digoin contre l’arrivée des clandestins : « Ceux qui arrivent dans nos villes sont-ils du même tonneau ? » De ceux qui pillent, cassent et agressent et violent comme à Cologne ? Ou de ceux qui infiltrent pour le compte de Daesh ?

Lire la suite

Twitter, un outil au service de la dissidence politique

25/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
À quelques mois de l’élection présidentielle, Twitter livre une étude sur le comportement de ses utilisateurs en termes de consommation de contenus liés à la politique mais aussi, de manière plus large, sur l’importance du réseau dans un contexte d’élection auprès de l’ensemble des Français.

L’information politique diffusée sur Twitter a une portée bien supérieure à l’audience présente sur Twitter.

Auprès de l’ensemble des internautes français, plus d’un sur deux (53%) déclare avoir déjà consulté ou entendu des Tweets sur le thème de la politique, que ce soit sur Twitter ou sur d’autres médias (auprès des Français sur Twitter ce chiffre monte à 85%).

Les Français utilisent Twitter à la fois pour consommer et relayer du contenu ou leurs opinions politiques :

– 58% suivent des comptes de personnalités ou formations politiques ;
– 52% recherchent des informations sur Twitter ;
– 44% Retweetent des personnalités ou formations politiques ;
– 44% Tweetent des articles ou vidéos traitant de politique ;
– 43% Tweetent à propos de leurs opinions politiques.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Frédéric Encel : « Quand la patrie est en danger, il faut d’autant plus se battre »

Publié le

Éric Zemmour pourrait il revenir sur iTélé ?

20/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
La direction du groupe Canal s’est réunie hier lors d’une assemblée générale. Les journalistes d’iTélé peinent à se remettre de l’arrivée de Jean Marc Morandini sur leur antenne, ils hésitent dans ce contexte à y réintégrer Eric Zemmour. Celui ci était, rappelons le resté plus de 10 ans sur la chaîne avant de se faire évincer pour ses opinions.

Le journaliste est pour le moment visé par une enquête du parquet de Paris pour “apologie du terrorisme” pour avoir déclaré qu’il respectait les gens qui meurent pour ce qu’ils croient dans les lignes du magazine Causeur.

Étrangers et minima sociaux : la ridicule « désintoxication » du Monde

Source : Boulevard Voltaire – “Étrangers et minima sociaux : la ridicule « désintoxication » du Monde “

Un gouvernement responsable doit demander à la Cour des comptes un rapport honnête sur le coût réel de l’immigration.

Le Monde, tout à ses idéaux pro-migrants, vient de publier six articles pour « désintoxiquer » les Français de leurs a priori anti-étrangers. Or, les chiffres qu’il fournit à l’appui de ses thèses favorables aux immigrés les démolissent, en fait, complètement !

Pour lutter contre le « préjugé » selon lequel « les migrants ne viennent en France que pour percevoir des allocations », ce journal nous apprend que les étrangers extra-communautaires constituent 13 % des bénéficiaires du RSA et 30 % de ceux du minimum vieillesse. Le quotidien de gauche triomphe : voyez ! Les étrangers ne volent pas les minima sociaux des Français.

Mais leur conclusion bizarre laisse perplexe tout observateur de bonne foi car les étrangers hors de l’Union européenne ne représentent que 4,6 % de la population française ! Il y a donc, malgré les certitudes du Monde, un gros problème.

Allons plus loin. Les chiffres sur lesquels je me suis appuyé sont tirés de l’INSEE, de la CAF et des sites gouvernementaux. En cas de doute ou d’imprécisions, j’ai choisi systématiquement l’option la plus favorable aux migrants.

Lire la suite

La famille résiste

La Manif pour tous a réussi son pari dimanche et compte bien peser plus que jamais dans les débats des présidentielles.

200 000 manifestants ont répondu présent, alors que la communication n’avait pas été aussi importante que les années précédentes. La province est venue grossir en nombre les rangs des Franciliens. Bien entendu, la préfecture de police minimise toujours autant en ne dénombrant que 24 000 personnes. L’éternelle guerre des chiffres, au profit du gouvernement socialiste qui fait tout pour dérouler son agenda mortifère avant la déroute annoncée de 2017 (voir notre entretien du 17 septembre avec la présidente de LMPT, Ludovine de la Rochère) : PMA sans pères, GPA en passe d’être légalisée de fait, idéologie du genre à l’école, prélèvement de l’impôt à la source, suppression du statut d’ayant droit, célébration systématique du PACS en mairie, privatisation du divorce par consentement mutuel… Cette sinistre liste à la Prévert est en passe d’être inscrite dans le marbre, la gauche sachant pertinemment que la droite classique ne revient jamais sur ces « avancées » une fois de retour aux affaires.

Mais les défenseurs de la famille traditionnelle ne s’y trompent plus. LMPT, considérée comme plus ou moins affiliée à l’ex-UMP, notamment via Sens Commun, a pour la première fois élargi son spectre politique en donnant accès à la tribune à des représentants de la droite nationale. Particulièrement bien accueillie dans le cortège aux côtés notamment de Louis Aliot et de Gilbert Collard, Marion Maréchal-Le Pen a été plébiscitée place du Trocadéro lorsqu’elle a évoqué le combat du Front national pour la souveraineté de la France, afin de mieux défendre notre identité face à l’islamisation d’une part, et aux intérêts économiques incluant l’humain dans un monde du tout-marchand d’autre part. Agnès Marion, conseillère régionale FN, a pu également présenter le Cercle Fraternité dont elle est présidente (voir notre entretien page 4).

Les ténors des Républicains n’ont pas subi le même accueil. Guillaume Peltier, soutien inconditionnel de Nicolas Sarkozy, a été copieusement sifflé tout au long de son allocution, la foule lançant des « Trahison! » et autre « Abrogation! » De même Valérie Boyer, député LR, a été mal reçue lorsqu’elle a appelé à voter pour François Fillon. Quant à Hervé Mariton, son ralliement à Juppé ne l’a pas empêché de marcher toute honte bue dans les rangs, alors que son candidat a rappelé lundi matin sur Europe 1 qu’il ne remettrait en cause ni le mariage, ni l’adoption par les personnes de même sexe. Les militants de LMPT ont-ils enfin compris que les tenants de l’UMPS sont les fossoyeurs de leurs intérêts et positions ?

Lire la suite

Quand des « antifas » agressent une famille qui se rend à La Manif Pour Tous

Source : Boulevard Voltaire – “Quand des « antifas » agressent une famille qui se rend à LMPT”

Des « antifas » agressent un père de famille de La Manif pour pous (en compagnie de son épouse et de ses enfants) se rendant à la manifestation cet après-midi, aux cris de « On va vous pendre, bande de bâtards ! »



Quand les fascistes "antifa" agressent une… par bvoltaire

François Hollande Terra Nova

«Un président ne devrait pas dire ça» : ce livre empêchera-t-il François Hollande de se présenter ?

15/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Fabrice Lhomme, co-auteur de l’ouvrage «Un président ne devrait pas dire ça…», a répondu aux questions de la chaîne de télévision RT. Cet entretien apporte des précisions sur le personnage Hollande et la manière dont s’est construit ce livre polémique.

Extraits choisis :

RT :Comment se fait-il que certaines de ces informations n’ont pas été rendues publiques avant ?

F. L. : Il y a beaucoup d’informations qu’on a publiées qui sont confidentielles et qui avaient vocation à le rester, seulement notre travail et notre spécialité, à Gérard Davet et à moi-même, c’est que nous nous donnons pour mission de publier des informations confidentielles, secrètes.

RT :Y-a-t-il des phrases qui ne sont pas en adéquation avec les discours médiatiques du président ?

F. L. : Tout-à-fait. Si le livre fait scandale, c’est notamment parce qu’il y a de très nombreuses déclarations de lui qui ne correspondent pas forcément à son discours formaté, relu, amendé qu’il sert habituellement dans ses discours officiels ou dans des déclarations pour d’autres journaux. C’est bien pour cela que le livre est fort, parce qu’on a la vérité d’un homme qui, accessoirement, est le président de la sixième puissance mondiale.

RT France : Pensez-vous que certaines de ses phrases puissent changer son avenir politique ?

F. L. : C’est possible. Certaines de ses phrases peuvent nuire au président de la République, peut-être l’empêcher de se présenter.


Guillaume le Conquérant: l’homme qui dompta l’Angleterre

15/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
L’émission “7 Jours en France” propose de nous emmèner dans le Calvados, sur les traces de Guillaume le Conquérant. Un voyage dans le passé, il y a 950 ans exactement, lorsque celui qui est alors Duc de Normandie embarque avec ses troupes pour l’Angleterre et remporte la bataille d’Hastings.

Nous sommes au XIe siècle et ce descendant du peuple viking, fils bâtard du duc Robert le Magnifique, va changer le cours de l’histoire médiévale.


Affiche sur les migrants à Béziers : La réponse magistrale de Robert Ménard

12/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
L’affiche qui annonce aux habitants de Béziers que l’Etat IMPOSE l’arrivée de migrants AU COEUR DE VILLE sans demander l’avis du maire ni du conseil municipal fait déjà grand bruit.

Robert Ménard, Maire de Béziers, à l’origine de cette campagne de communication, répond aux Grandes Gueules.



Migrants : Robert Ménard répond aux Grandes… par bvoltaire


Deux France

Oui, deux France : celle de Vincent, 28 ans, qui était fier de porter l’uniforme et qui le paye de sa vie. Et celle de la Grande Borne, l’un des endroits les plus dangereux du pays, 3 600 logements pour environ 12 000 habitants, le quartier d’enfance d’Amédy Coulibaly, notamment, le tueur de l’Hyper Cacher.

Vincent est entre la vie et la mort. Brûlé à 30 % au visage, aux mains et aux poumons, ce jeune adjoint de sécurité a été grillé vif dans son véhicule de police samedi par des assaillants de la cité de la Grande Borne qui ont bloqué les portières tandis qu’il hurlait à l’intérieur. Ces tueurs hyperviolents, aux mœurs de barbares, Cazeneuve les a qualifiés de « sauvageons », il est dans les aventures de Fripounet et Marisette. Toujours cette volonté de minimiser, ce déni, ce handicap à ne jamais nommer ni identifier l’ennemi et finalement à ne jamais le combattre à la hauteur de ce qu’il est. Que fait-on de « sauvageons » ? On les renvoie chez eux après leur avoir tiré les oreilles ?

Vincent travaillait chaque jour pour passer son concours de gardien de la paix. Ses collègues disent qu’il était particulièrement fier de porter l’uniforme de la police française. Face à lui une autre France : celle des cités, gangrenées par les trafics et l’islamisme. La France de la Grande Borne.

« Ces individus ont voulu tuer vos collègues, je vous l’atteste », a déclaré Manuel Valls sur les lieux de l’agression, comme pour contrebalancer l’effet désastreux des déclarations de Cazeneuve. Avant d’avancer cette réplique digne du Père Noël est une ordure : « Il n’y a pas de zone de non-droit, il y a des territoires particulièrement difficiles » (cf. : « Thérèse n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile. »)

Lire la suite

Le musulman Aurier mime un égorgement, mais l’apologiste, c’est Zemmour !

Source : Boulevard Voltaire – “Le musulman Aurier mime un égorgement, mais l’apologiste, c’est Zemmour ! “

Comment mieux résumer la France de Hollande-Valls-Cazeneuve, où tout est bon, même le grotesque, pour se livrer à la chasse au patriote…

Décidément, Serge Aurier est un bon client ! J’avais, dans un texte récent, signalé les récentes prouesses du seul joueur ouvertement musulman du PSG : insulte à arbitre sur les réseaux sociaux, vidéo injuriant son entraîneur et quelques équipiers à la veille du match de l’année, quatre flagrants délits de conduite sans permis, agression d’un policier à Paris, qui vient de lui coûter deux mois de prison ferme…

Actuellement, il joue la Coupe d’Afrique pour la Côte d’Ivoire. Il vient de se distinguer à nouveau en mimant, après un but de son équipe, un égorgement, ce qui, dans le contexte actuel, et du fait de la religion assumée du joueur, pourrait, en France, passer pour de l’apologie du terrorisme. Surtout dans un pays où un prêtre a été égorgé dans son église aux cris d’Allah Akbar, et où Hervé Gourdel et Hervé Cornara ont été tous deux décapités par des coreligionnaires de Serge Aurier.

Pourtant, à ce jour, l’explication qui est véhiculée est fort différente. Il paraîtrait que le défenseur du PSG aurait mimé le gorjaï, geste de nombreux jeunes Ivoiriens, qui se voudrait symbole de force et de virilité !

Donc, quand un musulman simule un égorgement sur un stade de football, cela n’aurait rien à voir avec une incitation à la violence contre les non-musulmans, comme le réclame la sourate 8, verset 12. « Je suis avec vous : affermissez donc les croyants.
Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez (avec une épée) donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts.
»

Lire la suite

La charge des associations bienpensantes contre Bernard de la Villardière

Source : OJIM – “La charge des associations bienpensantes contre Bernard de la Villardière”

Le « Dossier tabou » sur l’islam, diffusé récemment sur M6, n’est pas passé inaperçu, dans un sens ou dans l’autre.

Intitulé « L’islam en France, la République en échec », le sujet présenté par Bernard de la Villardière montrait les dérives du communautarisme musulman en France, traduisant une tendance palpable à la radicalité. D’un côté, beaucoup de téléspectateurs se sont révoltés contre cet état des lieux accablant, où des femmes en venaient par exemple à refuser d’être traitées par un médecin homme à l’hôpital. De l’autre, des élus de gauche et des associations « antiracistes » sont montés au créneau pour dénoncer une réalité travestie ou manipulée.

Dès le lendemain de la diffusion de l’émission, le socialiste Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, une association chargée « d’aider le gouvernement à faire respecter la laïcité », a adressé une lettre ouverte à M6 et Bernard de la Villardière. Dans celle-ci, il constate certes un « repli communautaire » et des « provocations contre la République » dans certaines zones, mais il estime que « la généralisation des difficultés telle que présentée par ce reportage donne une vision déformée de la réalité ».

Aussi, « le chiffre avancé par le reportage de « 45 % d’habitants de la Seine-Saint-Denis » qui seraient de « confession musulmane » n’a aucune base scientifique », précise-t-il. En effet, la loi française interdit toute statistique ethnique ou religieuse… Mais cela n’enlève rien à ce constat qui saute aux yeux de tous, sauf à ceux qui s’évertuent à nier la réalité. « Je regrette tout traitement sensationnaliste de sujets aussi fondamentaux que la laïcité et la gestion des faits religieux. Notre responsabilité à tous est d’être pédagogues en rappelant quelles sont les libertés mais aussi quels sont les limites et interdits indépassable dans un cadre laïque », a-t-il conclu.

Lire la suite