François Hollande va dans le sens du lobby gay

François Hollande va dans le sens du lobby gay

11/01/2012 – 15h00
PARIS (NOVOpress) – Le candidat socialiste François Hollande a rendu sa copie à la communauté homosexuelle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses propositions font froid dans le dos !

En décembre dernier, François Hollande a répondu aux dix‑sept questions du club de réflexion « Homosexualité et Socialisme ». Un entretien malheureusement passé inaperçu car il donne une toute autre image du patelin maire de Tulle. Ce ne sont pas des réformes qu’il propose mais une véritable révolution des mœurs. Un exemple : pour François Hollande, « dès le plus jeune âge, l’éducation devra faire une place aux questions de genre et d’orientation sexuelle pour changer la perception sociale de l’homosexualité. » L’intervention des associations homosexuelles en milieu scolaire devra « être soutenue. » Pour lutter contre ce que la novlangue médiatique appelle les discriminations, Hollande propose la création d’une « Autorité indépendante chargée de lutter contre les discriminations et de promouvoir l’égalité ». Sur le modèle de la défunte HALDE, cette Autorité aura « un rôle de sensibilisation, d’alerte, de conseil, d’accompagnement des victimes (y compris sur le plan judiciaire) et pourra émettre des recommandations aux acteurs sociaux ».

François Hollande veut révolutionner la famille !

Au moins les choses sont claires, le candidat socialiste promet aux homosexuels l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, la possibilité d’adopter, l’autorisation de l’assistance médicale à la procréation, la reconnaissance du statut du beau‑parent, l’amélioration du PACS et des textes sur la fin de vie des personnes transsexuelles et l’introduction de « l’identité de genre » dans les motifs de discriminations punis par la loi ! Cerise sur le gâteau, même la diplomatie française devra « défendre les droits des homosexuels et combattre l’homophobie. »

Crédit photo : DR

Les socialistes s’attaquent à la politique familiale

Bretagne : Primaires socialistes, ne pas confondre sympathisants et militants

11/01/2012 – 12h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Le quotient familial est une mesure de justice, mise en place après la seconde guerre mondiale par un gouvernement en partie chrétien social. Il s’agit de réduire les impôts payés par ceux qui élèvent des enfants, ce qui apporte de nouveaux citoyens au pays. L’idée est de réduire la perte de revenus des familles avec enfants par rapport à celles qui n’en ont pas.

Que proposent les socialistes ?

François Hollande veut supprimer le quotient familial, et le remplacer par un apport d’argent pour les familles pauvres. Cela revient à dire que la politique familiale n’est plus une mesure de justice, mais une forme de redistribution. L’Etat décidant qui doit recevoir l’argent des impôts et qui en serait privé ? Rappelons aussi que François Hollande a un programme très favorable aux revendications du lobby homosexuel.

Quelle a été la réaction des libéraux du gouvernement ?

C’est une réaction globalement clientéliste. Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse affirment, à juste titre que c’est une mesure défavorable aux « classes moyennes aisées ». Ce qui souligne leur cible électorale au lieu de défendre un principe de justice.

Quelles ont été les autres réactions face à cette annonce ?

Sur le site Atlantico, Christine Boutin critique cette proposition et affirme qu’il faut maintenir le quotient familial et l’étendre à la contribution sociale généralisée. Elle propose sa mesure de revenu de base pour aider les personnes pauvres, et en particulier celles qui ont des enfants.

Les associations familiales catholiques dénoncent une individualisation des droits qui dissoudrait encore plus les liens familiaux.

François Hollande tient-il compte de ces réactions ?

Comme pour toute mesure mal venue et mal préparée, l’annonce est suivie d’un recul. On ne parle plus de suppression, mais de modulation, ce qui compliquerait encore plus notre système social.

Crédit photo : DR

Le Grand Lyon et la SNCF appliquent bel et bien la discrimation positive à l’embauche

Le Grand Lyon et la SNCF appliquent bel et bien la discrimation positive à l'embauche

10/01/2012 – 16h30
LYON (NOVOpress) – Nous avions, dans un précédent article, pointé du doigt les méthodes de recrutement pratiquées par la SNCF et le Grand Lyon, nous demandant si la sélection de candidats issus « en priorité des Zones urbaines sensibles (ZUS) » n’était pas un moyen détourné pour ces deux organismes de faire un recrutement sur des bases ethniques, afin de privilégier les candidats issus de la « diversité », nouveau terme de la novlangue médiatique pour désigner principalement les populations « afro-maghrébines ».

Après enquête, la réponse est clairement oui !

Oui, cette méthode de recrutement est un moyen détourné pour recruter en priorité des « Afro-Maghrébins » et ce au détriment des « Français de souche ».

Oui, le Grand Lyon mène une politique de « discrimination positive » afin de privilégier « les Français issus de l’immigration » en pratiquant une sélection territoriale des candidats.

Ces méthodes de « discrimination positive territoriale » ont été clairement explicitées dans un rapport public datant de 2006, « Renouvellement démographique de la fonction publique de l’Etat : vers une intégration prioritaire des Français issus de l’immigration ? ». L’auteur, Gwénaële CALVES, présente les pistes suivies par la SNCF et le Grand Lyon (avec beaucoup d’autres organismes et entreprises !) cinq années plus tard dans certaines sessions de recrutements.

Et comme toujours en France, il faut s’astreindre à un véritable exercice de décodage de la novlangue étatique et éclairer les zones d’ombre pour comprendre le mécanisme mis en place afin de privilégier les populations « afro-maghrébines » au détriment des « Français de Souche ».

Car l’exercice est périlleux voire même explosif pour une République si sourcilleuse sur l’égalitarisme : comment faire pour que, dixit Nicolas Sarkozy, « le fils de Mohamed et Latifa » soit « plus aidé que celui de Nicolas et Cécilia » (1) sans que cela ne s’ébruite ? Comment recruter sur des bases ethniques lorsque la loi l’interdit alors que dans le même temps la SNCF et le Grand Lyon en tant que signataires de la « Charte de la diversité » se sont engagés à refléter « la diversité ethnique de la société française » dans ses effectifs ?

« La discrimination positive territoriale » pour privilégier les « Afro-Maghrébins »

Il suffit tout simplement d’intensifier « la discrimination positive territoriale » afin de cibler « en priorité les habitants des Zones urbaines sensibles (ZUS) » comme lors du forum « Rendez-vous égalité et compétences » à Lyon en octobre dernier ! Comme le note l’auteur du rapport, « les politiques de discrimination positive territoriale peuvent, de manière générale, s’analyser comme des politiques de discrimination positive indirecte au bénéfice des personnes issues de l’immigration ».

Mais pas n’importe quelles personnes issues de l’immigration : exit donc les descendants d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais, etc. et même les Français en règle général puisque « nous sommes tous des enfants d’immigrés ».

Non, les entreprises françaises et l’Etat veulent faire du recrutement ethnique, mais sans le dire ! Car « le critère du lieu de résidence » et « la catégorie administrative jeunes des quartiers sensibles » ont permis « au cours des dernières années, la mise en place de diverses mesures de discrimination positive. Il s’agit d’une catégorie “à double fond”, qui permet aux politiques publiques d’intégrer implicitement un critère de désignation des individus qui, dans d’autres pays, serait qualifié d’« ethnique ». Le critère de la localisation géographique cible une population définie par des caractéristiques socio-économiques, mais il fonctionne aussi comme un mot de code qui permet de designer, de manière implicite et non exclusive, les jeunes issus de l’immigration ».

Le Grand Lyon fait la promotion des « Français issus de l’immigration »

Et c’est exactement le chemin suivit par le Grand Lyon depuis plusieurs années, comme le prouve la note du centre de Ressources Prospectives du Grand Lyon, Millénaire 3, intitulée : « Comment lutter contre les discriminations raciales ? Des pistes d’action dans les secteurs du logement, de l’éducation et de l’emploi ». L’auteur de cette synthèse datant de 2006, Caroline Januel, préconise de « promouvoir et aider l’accès à la fonction publique territoriale, des Français issus de l’immigration » (à travers le ciblage des quartiers de la politique de la Ville, ce qui lève toute difficulté juridique) afin de « de mieux prendre en compte la diversité au sein des collectivités locales. »

Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, s’est attelé depuis sa première élection en 2001 à promouvoir la « diversité ». Pierre angulaire de cette politique (2), Georges Képénékian, adjoint délégué à la Culture et aux Droits des citoyens, coordonne cet imposant dispositif. Il est aidé en cela par cinq autres adjoint(e)s : Marie-Odile Fondeur (RH) ; Anne-Sophie Condemine (Emploi – Insertion) ; Thérèse Rabatel (Egalité femmes – hommes, handicap) ; Jean-Louis Touraine pour les services au public ; Louis Lévêque pour la politique de la ville et le logement.

La SNCF : Zone urbaine sensible et recrutement ethnique

La SNCF, comme la ville de Lyon, pratique depuis de nombreuses années une politique de recrutement favorisant la « diversité ». Elle a d’ailleurs instauré des quotas dans ses embauches, avec l’objectif d’avoir 15% de candidats provenant des Zones Urbaines Sensibles(3). Le président de la SNCF, Guillame Pepy, ne s’en cache même pas : « Ce n’est pas une politique de quotas ou d’emplois au rabais mais la SNCF doit représenter la diversité. 15 %, cela correspond à ce que nous devrions retrouver dans le processus d’embauche normal. Comme les candidats ne viennent pas à nous, nous allons vers eux à travers des forums de l’emploi ou des offres »(4).

Le Grand Lyon et la SNCF sont l’arbre du « recrutement ethnique » qui cache la forêt des discriminations frappant la « majorité visible » des « petits blancs ». Tout cela au nom de « l’idéologie antiraciste », véritable machine de guerre contre les « Français de souche ».

(1) Nicolas Sarkozy avait déclaré lors d’une visite dans une ville de la banlieue lyonnaise : « le fils de Mohamed et Latifa doit être plus aidé que celui de Nicolas et Cécilia » http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20040213.OBS4261/sarkozy-traite-de-facho-par-des-jeunes.html
(2) (2) Voir Lyon citoyens Mars 2011
(3) « 15 % d’embauches en zone urbaine sensible pour la SNCF » http://www.leparisien.fr/pantin-93500/15-d-embauches-en-zone-urbaine-sensible-pour-la-sncf-03-01-2009-360517.php
(4) En bref – La SNCF veut recruter dans la diversité http://www.mden-reunion.fr/general/en-bref-la-sncf-veut-recruter-dans-la-diversite/

(Màj) En mars, sortie d’un livre écrit par les organisateurs de l’Apéro saucisson-pinard [vidéo]

En mars, sortie d'un livre écrit par les organisateurs de l'Apéro saucisson-pinard

10/01/2012 – 15h00
PARIS (NOVOpress) – Une vidéo de présentation du livre est désormais disponible. N’oubliez pas de pré-commander (informations ci-dessous).

05/01/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress) – C’est un communiqué qui nous l’annonce, “le journaliste et écrivain André Bercoff a demandé à rencontrer les trois animateurs les plus médiatisés, Pierre Cassen, Christine Tasin et Fabrice Robert. Il voulait comprendre pourquoi trois militants aux origines politiques aussi différentes – l’un est passé par la LCR, l’autre par le Parti socialiste, le troisième anime le Bloc identitaire – ont ils senti la nécessité de mener de concert une initiative (l’apéro saucisson-pinard, note de Novo) qui a suscité beaucoup de polémiques, certains y voyant une provocation malvenue teintée de racisme ?”

Ainsi, “tout au long de ce livre de 240 pages, intitulé ‘Apéro saucisson pinard’ et sous-titré ‘L’islam, un débat qui rassemble’, André Bercoff, qui anime la discussion, cherche à approfondir les questions posées par cette alliance encore bien improbable quelques mois auparavant. Pierre Cassen, Christine Tasin et Fabrice Robert n’esquivent aucune question, et ne se réfugient jamais dans la langue de bois.”

D’autant que “parfois, sur certains sujets, le ton monte, les passions s’exacerbent, mais toujours dans le respect de l’autre et l’amour du débat.”

Le livre sortira le 16 mars 2012 et une soirée officielle sera organisée le 15 mars à Paris, pour le présenter et le dédicacer. L’ouvrage sera vendu 17 euros.

Vous pouvez d’ores et déjà le commander à des conditions très avantageuses.
Jusqu’au 31 janvier : 15 euros, frais de port compris (4,50 euros).
Jusqu’au 15 mars : 18 euros, frais de port compris.
A partir du 16 mars : 21 euros, frais de port compris.

Envoyez vos chèques à l’ordre de Bloc identitaire – BP13 06301 Nice cédex 04. Il est également possible de commander en ligne via paypal.

Crédit photo : DR

BHL mis en examen, suite aux propos tenus au lendemain des assises sur l’islamisation – Par Riposte Laïque

BHL mis en examen, suite aux propos tenus au lendemain des assises sur l’islamisation - Par Riposte Laïque

L’année ne commence pas bien pour le vaillant philosophe de la rive gauche parisienne. La France entière se moque de lui, suite à ses exploits en Libye, où ses pressions ont réussi à installer un régime islamiste à la place de Kadhafi ! Sa créature, Caroline Fourest, a eu beau monter au créneau, pour défendre la politique de son génial maître à penser, cela ne marche pas !

Chose terrible, même les Guignols de l’Info, pourtant bobos parmi les bobos, font rire de lui, dans un sketch intitulé « BHL charia express »

Outre le fait qu’il est plus que jamais la risée des rieurs, le sort paraît s’acharner sur le malheureux. Il est en effet mis en examen, suite à ses propos tenus dans un article du « Point » au lendemain des « Assises internationales sur l’islamisation de nos pays ». S’étant mis en tête de « défendre l’honneur des musulmans » (sans doute jugés incapables de le faire eux-mêmes), il avait en effet qualifié le Bloc Identitaire de groupuscule « neo-nazi ». Ces derniers n’ont guère apprécié le qualificatif, et voici donc notre ministre de la défense-bis mis en examen, ainsi que le directeur de publication, Frantz-Olivier Giesbert.

Il n’est pas inutile de rappeler l’ensemble du dossier, qui dépasse très largement l’accusation diffamatoire de Bernard-Henri Lévy contre l’organisation présidée par Fabrice Robert.

Notre vaillant philosophe avait naturellement été indigné par les Assises de Charenton, le 18 décembre 2010. Il n’avait que « racisme » « extrême droite » et « rouge-brun » à la bouche. Mais, voulant se « farcir » Bernard Cassen, il avait confondu le fondateur d’Attac, journaliste au Monde Diplomatique, avec notre rédacteur en chef Pierre Cassen, ce qui fait quand même quelque peu désordre, et interroge quant au sérieux professionnel du philosophe, et de l’hebdomadaire qui l’a publié ! Naturellement, en plus du droit de réponse que Le Point avait dû accorder à l’homonyme de Pierre, Bernard Cassen avait décidé de traîner BHL devant les tribunaux, n’ayant pas apprécié d’être qualifié, entre autres, de « rouge-brun ». Cyrano avait tenu, le 27 décembre, à avertir nos lecteurs de l’énorme bourde commise par une de nos têtes de turc préférés, pour le remercier de la publicité inespérée qu’il nous avait faite.

Naturellement, la bévue du père spirituel de Caroline Fourest avait mis tous les rieurs de notre côté, comme le montrent les articles des Inrocks et d’ Arrêts sur Images, qui, pourtant, ne portent pas notre journal dans leur cœur…

Si BHL n’existait pas, ne faudrait-il pas l’inventer ?

[box class=”info”] Source : Riposte Laïque. [/box]

Crédit photo : Itzike, licence CC.

Rétrospective Diane Arbus à la Galerie nationale du Jeu de Paume (Paris)

Rétrospective Diane Arbus à la Galerie nationale du Jeu de Paume (Paris)

09/01/2012- 20h00
PARIS (NOVOpress) – A Paris, la Galerie nationale du Jeu de Paume consacre jusqu’au 5 février prochain une rétrospective événement à la photographe américaine Diane Arbus (1923-1971). L’occasion de découvrir ou de revoir une œuvre qui n’a rien perdu de sa puissance singulière, 40 ans après la disparition de son auteur.

Diane Arbus (photo-ci-dessus) s’est fait connaître dans les années 60 grâce à une série de photos consacrées à ceux qu’elle nommait avec affection les « freaks » : phénomènes de foire, travestis, transsexuels, nudistes, handicapés… Issue d’une riche famille juive new-yorkaise, sa prédilection pour les bas-fonds peuplés de monstres et de marginaux tient à la fois de la fascination et de la répulsion. Toutefois, l’excentricité, voire parfois la difformité de ses modèles, ne constitue pas le thème central de ses photos. En donnant à voir leur mal-être, leur solitude, leur détresse affective, leur fêlure, c’est le mystère de notre unicité, de notre identité, que la photographe interroge. En cela, on peut dire que Diane Arbus a dynamité les codes du grand reportage social américain hérités de Walker Evans pour explorer une veine plus métaphysique et personnelle, imposant une vision inédite de l’Amérique.

L’accrochage de l’exposition, dans laquelle les photographies sont présentées sans fil chronologique ou thématique précis, permet au spectateur de se confronter à la force et à la modernité de son œuvre. Seule son ultime série, plus connue sous le nom d’« Untitled », réalisée peu avant son suicide, est présentée dans une salle à part. Ici, l’inquiétante étrangeté qui habite ses séries précédentes a laissé place à un sentiment d’angoisse face à des visions hallucinées et fantomatiques d’handicapés grimaçants et masqués qui évoquent celles d’un Goya ou d’un Ensor.

Diane Arbus a élevé la photographie au rang d’art majeur et exercé une influence durable sur la génération suivante de photographes, notamment sur Nan Goldin, qui, comme elle, s’attache à documenter l’intimité.

Crédit photo : DR

Indécence capitaliste : 37 milliards de dividendes versées en 2011 par les entreprises du CAC 40

Indécence capitaliste : 37 milliards de dividendes versées en 2011 par les entreprises du CAC 40

09/01/12 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– Alors que la « crise économique » justifie chaque jour de nouveaux sacrifices aux classes moyennes et populaires, l s sociétés du CAC 40 vont verser plus de 37 milliards d’euros de dividendes pour 2011.

Si ces sociétés peuvent verser de si somptuaires dividendes à leurs actionnaires, c’est parce que leurs bénéfices pour 2011 – d’un montant de plus de 86 milliards d’euros – sont en fait restés stables par rapport aux exercices précédents.

Une situation qui laisse à penser que la « crise » est décidément à géométrie très variable, selon que vous soyez du bon ou du mauvais côté du capital.

Seul le secteur bancaire devrait voir ses dividendes distribués sensiblement réduits en 2011.

Crédit photo : tangi_bertin/Flickr sous licence CC

Bernard-Henri Lévy mis en examen pour diffamation à l’encontre du Bloc Identitaire

Bernard-Henri Lévy mis en examen pour diffamation à l'encontre du Bloc Identitaire

09/01/2012- 16h45
PARIS (NOVOpress) – Victoire juridique pour le Bloc Identitaire. Si aucune condamnation n’a été encore prononcée, toujours est-il que Bernard-Henri Lévy a été mis en examen pour diffamation à l’encontre du Bloc.

Rappel des faits, selon le communiqué du Bloc Identitaire : “Dans un article paru dans Le Point à la fin de l’année 2010, Bernard-Henri Lévy prétendait défendre ‘l’honneur des musulmans’ menacé par l’organisation des Assises contre l’islamisation de la France. Pour ce faire, il n’hésitait pas à qualifier le Bloc identitaire de ‘groupuscule néo-nazi’.

Le Bloc Identitaire avait porté plainte. Et après un an d’instruction, Bernard-Henri Lévy, ainsi que Franz-Olivier Giesbert – le directeur du Point –, a été mis en examen. De plus, BHL devra passer “devant un tribunal correctionnel d’ici quelques mois pour répondre de l’infraction de diffamation publique envers le Bloc Identitaire”.

Entretien avec Christophe Madrolle, secrétaire national adjoint du Modem [audio]

09/01/2012 – 12h
PARIS (NOVOpress) –
Alors que la consultation interne a été lancée pour savoir si le Bloc Identitaire allait ou pas appeler à voter pour un candidat aux élections présidentielles, un des choix proposés par ce parti à pu faire “bondir” de nombreux électeurs de ce mouvement tout comme il a suscité l’interrogation parmi bon nombres d’observateurs de la politique française : le choix d’appeler à soutenir la candidature de François Bayrou.

Il nous a paru intéressant d’interroger un responsable du Modem sur les positions de Mr Bayrou par rapport aux régions, à l’Europe,  à l’immigration , à l’Islam, au protectionnisme économique notamment. Christophe Madrolle, secrétaire national adjoint du Modem, a accepté de nous répondre, restant très “politiquement correct” et laissant présager au final peu de “révolution” si François Bayrou venait à accéder à la plus haute marche de l’Etat.

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress

[MEDIA not found]

 

Des catholiques franciliens ont soufflé les 600 bougies de Sainte Jeanne d’Arc

Des catholiques franciliens ont soufflé les 600 bougies de Sainte Jeanne d'Arc

08/01/2012 – 17h40
PARIS (NOVOpress) –
A l’occasion du 600ème anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc, environ 600 catholiques ont participé vendredi soir à la procession organisée par l’Institut Civitas.

Le défilé, fortement encadré par les forces de police, s’est déroulé au rythme des chants religieux et des prières entre l’église de Saint Nicolas du Chardonnet et la statue de la sainte patronne de la France située dans le XIIIème arrondissement de Paris.

A l’issue de la procession, Alain Escada, secrétaire de l’Institut Civitas et M. l’abbé Xavier Beauvais, ont pris la parole afin d’exhorter les catholiques à prendre exemple sur la sainte lorraine pour sauver la France.

Des catholiques franciliens ont soufflé les 600 bougies de Sainte Jeanne d'Arc

Des catholiques franciliens ont soufflé les 600 bougies de Sainte Jeanne d'Arc

Des catholiques franciliens ont soufflé les 600 bougies de Sainte Jeanne d'Arc

Des catholiques franciliens ont soufflé les 600 bougies de Sainte Jeanne d'Arc

Personnalités préférées des français selon le JDD et l’IFOP : l’art de la manipulation

Personnalités préférées des français selon le JDD et l'IFOP : l'art de la manipulation

07/01/2012 – 08H00
PARIS (NOVOpress) – Yannick Noah, devant Zinedine Zidane et Omar Sy. Telles sont, selon un sondage réalisé par l’IFOP pour le Journal du Dimanche, les personnalités préférées des Français pour l’année 2011

Voilà de quoi donner du grain à moudre à toute une partie de la bienpensance, qui voit dans ce sondage l’amour immodéré qu’ont les Français pour “la diversité”.

En revanche, ce qui n’est pas expliqué, c’est sur quelle base a été réalisé ce sondage : et là, surprise, les 995 personnes interrogées (sur quels critères ?)  ont eu à choisir parmi une série de 50 noms définis au préalable. Cette liste n’étant réactualisé qu’avec les personnalités de l’année ayant fait le “buzz”, il n’est donc pas incroyable de retrouver, encore et toujours, Yannick Noah en tête du sondage. On en viendrait même à se demander si les 995 personnes interrogées ne sont pas en partie les mêmes, années après années.

L’art de la manipulation médiatique n’est, avec ce sondage réalisé sur mesure à quelques mois d’échéances électorales de premier ordre, encore une fois plus à démontrer en France.

 

 

Présidentielles 2012 : les adhérents de Nissa Rebela se prononcent pour le soutien à Marine Le Pen

Présidentielles 2012 : les adhérents de Nissa Rebela se prononcent pour le soutien à Marine Le Pen

06/01/2012 – 19h
NICE (NOVOpress) – C’est à l’occasion de la traditionnelle galette des rois et de la présentation de ses vœux que Philippe Vardon-Raybaud a dévoilé ce soir le résultat de la consultation locale organisée auprès des adhérents de Nissa Rebela. En effet, en tant que mouvement associé au Bloc Identitaire mais néanmoins autonome, Nissa Rebela – au même titre qu’Alsace d’Abord – s’est vu offrir la possibilité de se positionner dans le cadre des élections présidentielles indépendamment de la consultation organisée au niveau national. Une belle démonstration de démocratie interne, de souplesse organisationnelle et de maturité politique de la part de l’ensemble du mouvement identitaire.

Si la direction d’Alsace d’Abord a choisi de ne soutenir aucun candidat, il en sera donc tout autrement des identitaires du Pays Niçois. Ce sont 79 % des adhérents qui se sont prononcés pour un soutien à la candidature de Marine Le Pen. Cette position avait été défendue par le bureau dirigeant du mouvement niçois, mettant en avant la volonté affichée par Marine Le Pen d’en finir avec le droit du sol et le regroupement familial (“de véritables mesures de salut public” selon le courrier envoyé aux adhérents) mais aussi la défense par la candidate de mesures de démocratie directe et participative. Un résultat sans appel donc, et pouvant être vu comme tout à fait significatif car Benoît Loeuillet – secrétaire général de Nissa Rebela – a indiqué que plus de la moitié des adhérents s’étaient prononcés dans le cadre de cette consultation. Parmi les autres propositions, l’alignement sur la position qu’exprimera nationalement le Bloc Identitaire a recueilli 9 % des suffrages, et le choix de ne soutenir aucun candidat 12 %. La proposition d’un soutien à Frédéric Nihous, candidat de la ruralité, n’a recueilli aucun vote. Le leader de Chasse-Pêche-Nature-Traditions payant certainement un manque de notoriété et de visibilité dans cette campagne.

Des cadres locaux du Front National ainsi que de l’Entente Républicaine, le parti de Jacques Peyrat (le maire de Nice étant représenté par sa secrétaire générale Catherine Garcia), étaient présents lors de cette galette des rois et Philippe Vardon-Raybaud en a profité pour réaffirmer sa candidature dans la 5ème circonscription aux élections législatives, en appelant au soutien de “tout le camp anti-mondialiste” dans son duel face à Christian Estrosi.

Ce soutien de Nissa Rebela ne préfigure pas forcément le résultat de la consultation nationale organisée par le Bloc Identitaire qui se clôturera le 17 janvier. En effet il reflète aussi une situation locale et des enjeux bien particuliers.

Marseille : le neveu du caïd Saïd Tir mis en examen

Marseille : le neveu de Saïd Tir mis en examen

06/01/2012 – 12h00
MARSEILLE (NOVOpress) – L’influence de l’immigration maghrébine sur le banditisme en France est une réalité douloureuse. Un nouvel exemple en provenance de Marseille. L’homme mis en examen pour le meurtre d’un mineur de 17 ans, le 22 décembre dernier dans une cité de Marseille, était le neveu de Saïd Tir, tué en avril 2011 et surnommé le « parrain des quartiers Nord ».

Il a été mis en examen mercredi soir pour meurtre en bande organisée, tentative de meurtre en bande organisée, association de malfaiteurs et détention d’arme. Le suspect, « très défavorablement » connu de la justice, notamment pour des affaires de vols et trafic de stupéfiants, a expliqué à la police qu’il faisait l’objet de coups et de brimades de la part de la victime, prénommée Kamel. Ce dernier aurait porté un coup de cutter à un ami (un certain Seyni), du tireur présumé qui se serait ainsi vengé à l’arme de guerre : Kamel avait été exécuté le mois dernier de sept balles de kalachnikov. Des pratiques banalisées par le banditisme issu de l’immigration.

Photo : Moshe Revudin via Flickr, licence CC.

L’hôpital public gangréné par les emprunts toxiques

L'hôpital public gangréné par les emprunts toxiques

05/01/2012 – 20h00
PARIS (NOVOpress) – A l’instar de nombreuses collectivités territoriales, les hôpitaux publics sont au bord de l’asphyxie. C’est le constat d’un rapport de la commission d’enquête sur les produits financiers à risque. Les établissements avaient en effet contracté 3,3 milliards d’emprunt toxique, plongeant nombre d’entre eux dans une crise financière majeure. Sur les 1.180 contrats souscrits par les hôpitaux, la commission a relevé 5,964 milliards d’euros de prêts structurés sur un encours total de 24 milliards d’euros. Sur ces emprunts, 3,3 milliards (55,3%) sont considérés comme étant à risque, dont 2,689 milliards (45,1%) sont même très risqués.

La principale raison de cet endettement réside dans le financement des différents plans d’investissement, en particulier Hôpital 2007. Un constat confirmé par Frédéric Boiron, président de l’association des directeurs d’hôpital, pour qui   « il était une époque où tout le monde, y compris les autorités publiques, nous encourageait à financer nos investissements par emprunt : le plan Hôpital 2007 en est un exemple ». Parmi les institutions financières complices de cette gabegie, figure en bonne place la banque Dexia, qui concentre plus de la moitié des emprunts à risque contractés (55,6%), suivi de la BPCE (18,1%), et du Crédit agricole CIB (12,1%). Parmi les victimes, on compte une multitude de centres hospitaliers et d’hôpitaux locaux qui participent à l’ancrage de l’offre de soins dans les territoires. C’est le cas notamment du centre hospitalier spécialisé de Sevrey (Saône-et-Loire) ou encore de l’hôpital d’Ajaccio.

Le rapport met en évidence l’isolement des directeurs d’hôpital qui ont pris seuls la décision de contracter des emprunts encouragés par des banques peu scrupuleuses : « Nombre d’entre eux ne disposaient ni des compétences nécessaires, ni de l’appui de services financiers suffisamment formés. ». Cela à conduit le gouvernement a publié tardivement le 14 décembre dernier au JO un décret « relatif aux limites et réserves du recours à l’emprunt par les établissements publics de santé ». Autre élément coercitif de ce décret, l’octroi d’un emprunt est subordonné à l’autorisation préalable du directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS). En outre, le décret interdit aux établissements de santé de souscrire des emprunts « dont le taux d’intérêt variable peut, durant la vie de l’emprunt, devenir supérieur au double du taux d’intérêt nominal ». Des mesures mal ressenties par le Syndicat des manageurs publics de santé (SMPS), qui fustige le rôle de pompier-pyromane de l’Etat en affirmant que « c’est l’Etat qui a poussé les hôpitaux à accroître leu endettement dans le cadre du plan Hôpital 2007. Et qui a continué à le faire avec Hôpital 2012. »

Credit Photo

Présentation de la revue socialiste révolutionnaire “Rébellion”, par Louis-Alexandre [audio]

Présentation de la revue socialiste révolutionnaire "Rébéllion", par Louis-Alexandre [audio]

05/01/2012 – 12h15
TOULOUSE (NOVOpress) –
Le 51ème numéro de la revue Rébellion, bimensuel de l’organisation socialiste révolutionnaire européenne, est sorti. Cette revue, fondée au début des années 2000, étonne par sa longévité et surtout par sa régularité et son augmentation constante de lectorat. Farouchement anti-capitaliste, Rébellion réussit à s’élever au dessus des clivages politiques, afin de proposer une alternative totale au système mondialiste.

Quelle est l’essence de la revue ? Quelle est son audience réelle ? A quel réseau appartiennent les bénévoles de Rébellion ? C’est à ces questions que Louis-Alexandre, un des rédacteurs, a bien voulu répondre, tout en revenant sur l’actualité (Hongrie, islam, capitalisme notamment) avec Yann Vallerie au micro de Novopress.

Pour plus d’informations et pour commander la revue, rendez vous sur le site Internet de la revue : http://rebellion.hautetfort.com/

[MEDIA not found]

Personnalités préférées ou politquement correctes ? Par Philipe Randa [tribune libre]

Personnalités préférées ou politquement correctes ? Par Philipe Randa [tribune libre]

[box class=”info”]Nous reproduisons ci-dessous avec son autorisation l’éditorial du site Internet de Philippe Randa[/box]

Le classement des personnalités préférées des Français, réalisé par l’Ifop pour Le Journal du Dimanche, est, paraît-il, attendu chaque année avec impatience. Ah bon !

La cuvée 2012 est toutefois surprenante. D’abord, les trois premiers noms : Numéro 1 (à nouveau), Yannick Noah. Numéro 2, Zinedine Zidane. Numéro 3, Omar Sy… Ceux qui doivent être heureux  sont les obsédés de l’anti-racisme : ce classement est la concrétisation de tous leurs rêves… ou de leurs fantasmes : pas un « de souche »(1) ne vient semer le « trouble de la repentance » sur les premières marches du podium. Voilà une société comme ils la désirent tant. Elle est là… du moins dans les réalisations tarifées de l’Ifop.

Les noms suivant dans la liste déparent à peine : Gad Elmaleh, Jean Dujardin, Jamel Debbouze, Dany Boon et Florence Foresti… Seuls des esprits chagrins pourraient demander : « Pourquoi Jean Dujardin et Florence Foresti ? » Pourquoi pas !

Ce classement dont le résultat a été largement diffusé dans les médias laisse perplexe. Sauf à imaginer que le « politiquement correct » ait justifié toutes les « corrections » nécessaires au nom du « lourd fardeau de l’homme blanc », tel que l’avait défini voilà déjà longtemps Rudyard Kipling et si donc, ce classement correspond à la réalité, y a-t-il vraiment de quoi s’enthousiasmer au-delà de toute considération politique ? Car ces personnalités « préférées » s’avèrent être exclusivement des sportifs et des saltimbanques. Loin de moi l’idée de mépriser les premiers comme les seconds, mais il est tout de même difficile de croire que les noms qui viennent spontanément à l’esprit des citoyens soient ceux d’un joueur de tennis dont les prouesses sur les cours remontent tout de même à 1983 (tournoi de Roland-Garros), 1991 et 1996 (victoire en Coupe Davis de l’équipe de France dont il était capitaine)… Ce n’est pas rien, mais date tout de même de plus de 16 ans ! La chansonnette dans laquelle il s’est reconverti depuis, pas trop mal d’ailleurs, peut difficilement expliquer la pérennité d’un tel engouement.

De même, d’un joueur de football, certes exceptionnel, mais dont la fin de carrière reste entachée par une expulsion en finale de Coupe du monde sur carton rouge pour un coup de tête au thorax à un joueur adverse. Pour beaucoup, cela priva la France de la victoire… Et ses prestations, depuis, dans de multiples spots publicitaires ne font guère envisager sa reconversion possible sur les planches pour jouer du Shakespeare.

Plus stupéfiant encore est le troisième « élu », le comédien Omar Sy, bien rigolo avec son complice Fred dans les sketchs TV « Service après-vente des émissions », dont le talent n’est, lui aussi, pas en cause encore une fois, mais qui ne doit sa soudaine « starisation » qu’au succès d’un film sorti en salle à peine 9 mois plus tôt.

C’est bien connu grâce à Blaise Pascal, « le cœur a ses raisons que la raison ignore », mais il fut une époque où les personnalités d’un tel classement avaient noms Cousteau, commandant de son surnom, ou même Pierre, Abbé de son état… Quoi que l’on pense d’eux, le premier a permis au grand public de découvrir le monde de la mer et ses mystères, ce qui n’est pas tout à fait rien… et le second, même si ses prestations finissaient par irriter jusqu’aux plus tolérants, a contribué a soulager bien des misères…

Ni l’un, ni l’autre n’étaient mes personnalités « préférées », mais je conçois qu’elles l’aient été pour beaucoup… La cuvée 2012, non, finalement, me laisse vraiment dubitatif.

Enfin, je souhaite tout de même une très bonne nouvelle année à tous ceux qui ont la faiblesse de lire mes « chroniques barbares »(2)… et s’il y a  parmi eux des sportifs et des saltimbanques, j’espère qu’ils ne me tiendront pas trop rigueur de mon très mauvais esprit !

 Notes

(1) Ou « souchiens », selon la bien peu délicate expression d’Houria Bouteldja, porte-parole du parti des Indigènes de la République, qui a été, pour cela, mise en examen pour racisme anti français et injure raciale à l’égard des Français sur plainte de l’AGRIF (association contre le racisme anti-blanc et anti-chrétien –  http://lagrif.fr) devant le tribunal de Toulouse.

(2) Je leur promets de faire tout mon possible pour laisser passer le moins de fautes d’étourderie possible… même si, hélas ! on sait tous trop bien ce que valent les bonnes résolutions de début d’année. La preuve, sans doute, avec cette première chronique de 2012.

Les « Droits de l’Homme », fondement de la politique étrangère de Nicolas Sarkozy

Les « Droits de l’Homme », fondement de la politique étrangère de Nicolas Sarkozy

04/01/2012 – 18h30
BREST (NOVOpress Breizh) –
« La France doit défendre partout et en tout lieu le respect du droit international et la liberté de l’Homme ». Nicolas Sarkozy était hier à l’École navale de Lanvéoc-Poulmic (Finistère) pour présenter ses vœux aux armées. Une occasion pour lui de rappeler sa conception de l’emploi de l’armée française dans les conflits internationaux. Une conception fondée sur l’idéologie des « Droits de l’Homme », à l’opposé de la realpolitik, fondée sur la défense des intérêts géopolitiques de la France.

Arrivé à 11 heures dans une presqu’ile de Crozon battue par la pluie et le vent, le président de la République, après avoir passé en revue les troupes et assisté à une démonstration des commandos marine, s’est adressé aux 1 800 militaires et 500 invités présents, parmi lesquels on remarquait la présence de Jean-Yves Le Drian, président (PS) de la région administrative Bretagne.

Nicolas Sarkozy  a commencé son allocution en exprimant sa « pensée émue » pour les deux légionnaires morts en Afghanistan au mois de décembre, dans la région de Kapisa, rappelant le sens de l’intervention française dans ce conflit : « Pour que des petites filles qui n’étaient pas les leurs puissent tout simplement aller à l’école et ne soient pas mariées de force à 12 ans… pour que des femmes qui n’étaient pas les leurs ne soient pas échangées comme des marchandises… pour que des hommes et des femmes qui ne parlaient pas leur langue puissent échapper aux ténèbres d’un obscurantisme médiéval… ».

Constatant que « c’est en Afghanistan, que nos troupes sont aujourd’hui confrontées au travail le plus délicat (sic) » il a confirmé que les troupes françaises quitteraient le pays en 2014, date à laquelle « les Afghans assumeront la responsabilité de leur sécurité ». Ce qui n’est, semble-t-il, pas évident. Selon une étude de Michel Lhomme publiée par  Métamag,  près de 24 000 soldats afghans auraient déserté au premier semestre 2011, soit 8% des effectifs ! Pour le seul mois de juin 2011, 5 000 hommes auraient quitté l’armée, soit 3% des troupes nationales composées de 170 000 hommes. La question demeure aussi, pour rester dans la logique sarkozienne, de savoir si à cette date le statut des femmes et des petites filles se sera amélioré, échappant aux « ténèbres d’un obscurantisme médiéval ».

Concernant la Lybie, le chef des Armées a rappelé que l’intervention française avait pour but d’ « empêcher un massacre programmé et proclamé La France peut être fière de s’y être opposé, a-t-il poursuivi. La France fut la première à dire son indignation. La France fut la première aux avant-postes. L’armée française fut, une fois encore, l’armée de la liberté. » 

Depuis la « libération » de ce pays – où la charia est désormais la source du droit – les différentes factions rebelles, comme le rappelle le professeur Bernard Lugan dans son blog, s’affrontent violemment entre elles. Des combats ont ainsi opposé mardi dans le centre de Tripoli des groupes rivaux, faisant quatre morts et au moins cinq blessés, selon le chef du Conseil militaire de Tripoli, Abdelhakim Belhaj.

Evoquant la situation en Syrie, le Président de la Républiquea invité la « communauté internationale » à prendre  « les sanctions les plus dures ». « Le Président syrien doit quitter le pouvoir et laisser son peuple décider librement de son destin. (…) C’est ce à quoi nous allons travailler d’arrache-pied », a-t-il martelé. Un prochain engagement pour les troupes françaises ?

Crédit photo : John Wagner sous licence Creative Common

Le site Internet de la Redoute a diffusé une image avec des enfants où apparaît un homme nu

Le site Internet de la Redoute a diffusé une image avec des enfants où apparaît un homme nu

04/01/2012 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –  Une image choc pour faire vendre ? Telle est l’impression qui ressort de la vision d’une photo diffusée sur le site Internet de la Redoute (la société de VPC du milliardaire François Pinault, le généreux mécène de Jeff Koons et autre Murakami). Sur cette photo, où au premier plan de jeunes garçons vantent les produits  de la collection printemps-été, on voit un homme nu sortir de l’eau. La preuve en image ci-dessous.  Pour info, la photo a été retirée du site Internet.

image homme nu Redoute