Pour les agriculteurs, ressemer sa propre récolte sera taxé

Pour les agriculteurs, ressemer sa propre récolte sera taxé

01/12/2011 – 18h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Une proposition de loi UMP, adoptée cette semaine, obligera les agriculteurs français à payer une taxe pour continuer à ressemer les graines de la récolte précédente ! Une situation totalement folle puisque les agriculteurs ont l’habitude, depuis la nuit des temps, de réutiliser les graines d’une année sur l’autre.

Si cette pratique était en théorie interdite, elle était jusqu’à présent largement tolérée : la moitié des céréales cultivées étaient jusqu’ici ressemées par les agriculteurs. Désormais, ils devront s’acquitter d’une redevance de nature fiscale, dont le but est de soutenir les droits des créateurs de variétés végétales, c’est‑à‑dire les entreprises de semenciers.

Il est inquiétant de voir s’accroître la dépendance des agriculteurs auprès des entreprises semencières. Rappelons aussi que la recherche moderne a bénéficié gratuitement de millénaires de recherches paysannes.

Réunion de cohésion des Identitaires du Dauphiné vendredi 2 décembre

Réunion de cohésion des Identitaires du Dauphiné vendredi 2 décembre

01/12/2011 – 16h30
GRENOBLE (NOVOpress) –
Les Identitaires du Dauphiné organisent leur prochaine réunion de cohésion à Grenoble, le vendredi 2 décembre à partir de 19 heures, en présence de Richard Roudier, membre du Bureau exécutif du Bloc Identitaire. Cette réunion, réservée aux adhérents du Bloc Identitaire ainsi qu’aux sympathisants, permettra à chacun de faire mieux connaissance avec le courant identitaire, et de prendre connaissance des perspectives d’implantation du mouvement pour les mois à venir dans la région.

Réunion de cohésion des Identitaires du Dauphiné vendredi 2 décembre

85 % des lieux de culte profanés sont chrétiens

85 % des lieux de culte profanés sont chrétiens

01/12/2011 – 13h30
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Le nombre de profanations de lieux de cultes et de cimetières est en forte progression depuis trois ans. Elles ont doublé en 2 ans, passant de 304 en 2008 à 621 en 2010. Selon un rapport officiel, publié mardi, on comptabilisait 509 affaires de ce type à la fin du mois d’octobre 2011. A l’inverse de ce que l’émotion médiatique laisse présager, en 2010, les profanations concernaient à 85 % des lieux chrétiens, avec 308 églises et 214 cimetières vandalisés !

Ces chiffres sont en augmentation de 33 % par rapport à 2009. Des lieux de culte musulmans et juifs sont aussi touchés, mais dans une bien moindre mesure, le nombre de profanations touchant les établissements juifs est même en baisse en 2010. Dans la plupart des cas, ces dégradations sont faites par des jeunes sous l’influence du satanisme.

[box class=”info”]Crédit photo : DR[/box]

Grand Lyon et SNCF : Une “discrimination positive” déguisée ?

Grand Lyon et SNCF : Une “discrimination positive” déguisée ?

01/12/2011 – 10h00
LYON (NOVOpress Lyon) –
Les chômeurs lyonnais seront étonnés d’apprendre que des emplois proposés lors d’un forum “Rendez-vous égalité et compétences“, organisé le 26 octobre dernier par le Grand Lyon et le groupe SNCF, étaient destinésen priorité aux habitants des Zones urbaines sensibles (ZUS).” D’ailleurs, pour être sûr que des petits malins ne puissent pas profiter de l’évènement pour essayer de trouver un travail, les “CV de demandeurs d’emploi du territoire“, avaient été “identifiés par les missions locales du Rhône, les PLIE, le Pôle Emploi, la Maison de l’Emploi et la Maison du Développement de Pierre-Bénite,” afin d’être “proposés à la SNCF et à Keolis.” Ainsi, 90 candidats sur 133 présents vont poursuivre le processus de recrutement déjà bien engagé.

 

Une “discrimination positive” déguisée ?

La pilule est déjà difficile à avaler pour les chômeurs de se voir discriminer à cause de leur lieu d’habitation, mais elle pourrait être plus douloureuse encore à accepter s’ils comprenaient que c’est peut-être à cause de leur couleur de peau “trop pâle” qu’ils n’ont pas eu accès aux emplois proposés. Evidemment, ni la SNCF ni le Grand Lyon ne pratiquent une discrimination ethnique à l’encontre des “petits blancs“ ! Mais ces deux organismes, “en tant que signataires de la charte de la Diversité“, se sont engagés “à refléter la diversité de la société française et notamment sa diversité culturelle et ETHNIQUE” dans leurs effectifs, aux différents niveaux de qualification. Il y a donc clairement une volonté de leur part de refléter ETHNIQUEMENT les différentes composantes de la société française.

Et comment faire pour recruter en priorité de la “diversité“, nouveau terme de la novlangue médiatique pour désigner principalement les populations “afro-maghrébines“, puisque la loi interdit les recrutements sur des bases ethniques ? Tout simplement en biaisant et en camouflant. Comme le souligne Gwénaële Calvès, auteur du “Que sais-je ?” sur la “Discrimination positive“, les “politiques de discrimination positive (…) ne s’avancent jamais à visage découvert“. Elles sont “partout mises en œuvre sous couvert de mots de code, d’euphémismes et de dispositifs institutionnels en trompe l’œil”.

Chard - Ascenseur socialLe Grand Lyon et la SNCF en s’adressant, comme le souligne le site économique du Grand Lyon, “en priorité aux habitants des Zones urbaines sensibles (ZUS)“, continuent ce que Yazid Sabeg nomme dans son livre “Discrimination positive”, le “cache-cache de la République avec ses minorités“. Les termes “ZUF, les ZEP, les ZUS“, sont là pour “maquiller de façon indirecte et discrète“, les aides apportées “aux populations issues de l’immigration“. “Secret de polichinelle“, selon Gwénaële Calvès, cette pratique de “discrimination positive territoriale“, permet au Grand Lyon et à la SNCF , et ce en “dépit d’un refus affiché de tenir compte de l’origine des individus“,” d’atteindre, sans les nommer expressément et surtout sans les désigner exclusivement, les membres de groupe qui, dans d’autres pays, seraient appréhendés comme des groupes ethniques ou raciaux”.

Il serait intéressant pour éviter toute polémique que le Grand Lyon et la SNCF, puisque le fichage ethnique est interdit par la loi, donnent les prénoms des 90 candidats qui vont poursuivre le recrutement pour voir s’ils reflètent réellement la société française dans son ensemble et afin de s’assurer s’il n’y a pas de sureprésentation communautaire aux dépens des chômeurs “gaulois“. Chiche ?

(1) 27 zones urbaines sensibles du Grand Lyon

  • Bron. Parilly.
  • Bron. Terraillon.
  • Décines-Charpieu. Le Prainet.
  • Fontaines-sur-Saône. Les Marronniers.
  • Givors. Les Vernes.
  • Grigny. Vallon Jayon.
  • Lyon 1er. Pentes Croix Rousse.
  • Lyon 3e et 7e. La Guillotière.
  • Lyon 8e. Etats Unis.
  • Lyon 8e. Mermoz.
  • Lyon 9e. La Duchère. [ZFU]
  • Meyzieu. Les Plantées.
  • Oullins. La Saulaie.
  • Oullins. Le Golf.
  • Pierre-Bénite. Hautes Roches.
  • Rillieux-la-Pape. Ville nouvelle. [ZFU]
  • Saint-Fons. L’Arsenal.
  • Saint-Fons. Les Clochettes.
  • Saint-Priest. Alpes Bellevue.
  • Saint-Priest. Bel Air.
  • Vaulx-en-Velin. Cité Tase, Cité de la Balme.
  • Vaulx-en-Velin. Ex Z.U.P., Grappinière, Petit Pont. [ZFU]
  • Vénissieux. Les Minguettes. [ZFU]
  • Vénissieux. Max Barrel.
  • Villeurbanne. Bel Air, Les Brosses.
  • Villeurbanne. Les Buers.
  • Villeurbanne. Saint Jean.

Hooliblack, ou l’histoire d’un black dans la guerres des gangs à Paris [audio]

Hooliblack, ou l'histoire d'un black dans la guerres des gangs à Paris

30/11/2011 – 18h30
PARIS (NOVOpress) –
Hooliblack est un livre écrit par Mathias C, qui vient de paraitre aux éditions Hugo and Cie.

Hooliblack, ou l’histoire d’un black dans la guerres des gangs à ParisMalgré le titre, il ne s’agit pas d’un énième livre autobiographique sur le hooliganisme. Il s’agit plutôt ici d’un récit de la vie d’un jeune franco-camerounais issu de la classe ouvrière et confronté à la vie en banlieue parisienne dans les années 80. L’auteur y évoque son enfance et sa famille nombreuse, son amour inconditionnel du PSG, mais aussi la guerre des gangs ethniques de l’époque (gangs de noirs contre skinhead ou rebelles blancs) et surtout, il explique comment, années après années, il a plongé dans une spirale sans retour d’ultra-violence (qui coûta la vie à son frère).

Ce livre est aussi une dénonciation des manipulations orchestrées par le Parti socialiste et ses officines (SOS Racisme par exemple) vis à vis des différentes ethnies qui peuplaient les banlieues à l’époque. Enfin, ce livre c’est avant tout l’histoire de Mathias, son ressenti, son analyse de l’évolution d’une société de plus en plus violente au cours des 30 dernières années.

Pourquoi avoir écrit ce livre ? Comment expliquer les créations de gang ethniques dans les années 80 à Paris ? Comment se situe politiquement l’auteur aujourd’hui ? Quel regard porte-t-il sur son passé ? Le monde des tribunes de football est il réellement en relation avec ce livre ?

Entretien audio avec Mathias C.
Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress France.

[MEDIA not found]

Poursuivi pour un important trafic de drogue, il est libéré un mois avant son jugement

Poursuivi pour un important trafic de drogue, il est libéré un mois avant son jugement

30/11/2011 – 17h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – Poursuivi pour une très grosse affaire de trafic de cocaïne un individu a été remis en liberté samedi dernier par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes. Pour une simple erreur de procédure pénale.

Le présumé trafiquant – un homme de 29 ans de nationalité marocaine résidant à Nantes dans le quartier “sensible” des Dervalières – avait déjà condamné précédemment pour trafic de stupéfiants. En janvier 2010 il avait été interpellé suite à la saisie de 350 kilos de cocaïne dans les Antilles françaises, dont la valeur était estimée par les douanes à 14 millions d’euros. La plus grosse saisie de drogue réalisée sur terre aux Antilles.

Le prévenu devait être jugé, avec deux de ses complices présumés, parla Juridiction interrégionale spécialisée de Rennes, compétente en matière de lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière dans des affaires présentant une grande complexité, mi-novembre. Son avocat ayant saisi la Cour de cassation en urgence pour une question procédurale, le procès a été reporté au 2 janvier prochain, report qui a eu pour conséquence d’entraîner un dépassement de la durée maximale de la détention provisoire de 45 jours après le renvoi.

La cour d’appel de Rennes a donc dû prendre la décision de libérer le présumé trafiquant sans contrôle judiciaire. Un de ses complices présumés a eu moins de chance : détenu dans le cadre d’une autre affaire, il restera en détention jusqu’au procès.

Crédit photo : United States Federal Government, domaine public.

 

Le chiffre qui tue : 10 milliards d’€

Le chiffre qui tue : 10 milliards d'€

Comme l’a écrit l’agence d’information économique Ecofin, basée à Dakar (Sénégal), « malgré la crise financière et le plan de réduction des dépenses de l’Etat, les députés français se sont prononcés pour le maintien de “l’aide publique au développement” [des pays du tiers-monde, Ndlr.] » en 2012. Son montant : 10 milliards d’euros !

Et encore a-t-on échappé au pire, puisque la France n’a pas tenu sa promesse de consacrer à cette cause primordiale 0,70 % de son PIB, ce qui aurait porté la somme à plus de 15 milliards! Les 10 milliards correspondent « seulement » à 0,46 % de notre PIB.

Estimant, sur la base d’un sondage réalisé par l’Ifop (qui a dû oublier d’appeler les lecteurs de « Minute ») que « 63 % des Français soutiennent la poursuite de l’aide publique au développement (APD), indépendamment des difficultés budgétaires que connaît la France », le ministre de la Coopération, Henri de Raincourt, pour qui « le développement est en train de devenir l’un des ressorts essentiels de notre action diplomatique », a annoncé, tout content, que « l’Afrique demeure le premier bénéficiaire de l’aide française: près de 60 % de notre APD, tous instruments confondus, se portent en Afrique subsaharienne ».

En effet… Plus d’un tiers de l’APD – 3,5 milliards d’euros – bénéficiera à la seule Côte d’Ivoire, via un contrat de désendettement et de développement de deux milliards, auxquels s’ajoutent un milliard d’annulation de dette et un « engagement exceptionnel » de 400 millions d’euros.

2,7 milliards d’euros seront aussi affectés au soutien de la « transition démocratique » en Tunisie et en Egypte, où les « démocrates » islamistes ont pris ou sont en passe de prendre le pouvoir; ainsi qu’au Maroc et en Jordanie, ce qui établit donc que des monarchies arabes peuvent être « démocratiques. »

Et comme il ne faut fâcher personne, la France, en son immense bonté, versera aussi un milliard d’euros, via l’Agence française de développement (AFD), à des projets de lutte contre le changement climatique en Indonésie, au Mexique et… en Chine ! En somme (sans jeu de mots), on file du fric à la Chine à laquelle on demande par ailleurs de nous sauver de la faillite ! Ça ne fait même pas rire jaune.

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 30 novembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Le chiffre qui tue : 10 milliards d'€

Région Aquitaine : nouvelle hausse du chômage au mois d’octobre

Région Aquitaine : nouvelle hausse du chômage au mois d’octobre

29/11/2011 – 19h30
BORDEAUX (via infos-bordeaux.fr) —
Selon les chiffres communiqués par la préfecture de Gironde, le chômage est une nouvelle fois en hausse dans la région bordelaise. Dans le département de Gironde, le nombre de demandeurs d’emploi s’établit officiellement à 105 069, soit une augmentation de 0,6% par rapport au mois précédent, mais surtout, de 5,3% sur l’ensemble de l’année. La hausse la plus importante concerne les femmes (7,3%), ainsi que les plus de 60 ans : 15,1%.

Au niveau national, les chiffres sont également catastrophiques. Le chômage est au plus haut depuis douze ans, le nombre de personnes en recherche de travail approchant les 4,2 millions de personnes. En janvier dernier, le chef du gouvernement François Fillon s’était déclaré « convaincu par la baisse du chômage en 2011 » !

[box]Dépêche publiée avec l’aimable autorisation d’infos-bordeaux.fr[/box]

Les Identitaires d’Aquitaine s’opposent à la construction d’une mosquée à La Réole (33) [audio]

Les identitaires d'aquitaine s'opposent à la construction d'une mosquée à La Réole (33) [audio]

29/11/2011 – 18h00
BORDEAUX (NOVOpress) – Depuis deux semaines, les militants identitaires d’Aquitaine sont présent sur le marché de la petite commune de La Réole, afin de sensibiliser les habitants au projet de construction d’une mosquée dans la cité médiévale.

En effet, hormis la presse qui s’est fait le relais des actions menées par le Bloc Identitaire, aucune information sur ce projet n’a été communiqué aux habitants, ce qui laisse à penser qu’il y a une volonté délibérée de ne pas faire de bruit et d’ouvrir cette mosquée au nez et à la barbe des résidents de la commune.

Une pétition a également été lancée sur le marché, samedi dernier. Visiblement, cette initiative a été très bien accueillie par la population locale, malgré les tentatives d’intimidation de quelques musulmans locaux (photo ci-dessus).

Alain De Peretti, responsable du Bloc Identitaire Aquitaine, revient sur les évènements des deux dernières semaines.

[box class=”info”]Crédit photo : Bloc Identitaire Aquitaine[/box]

[MEDIA not found]

Marine Le Pen veut une « présomption de légitime défense » pour la police

Marine Le Pen veut une « présomption de légitime défense » pour la police

29/11/11 – 12h45
PARIS (NOVOpress)
– Réagissant aux fusillades meurtrières de Marseille et Vitrolles, la présidente du Front national a proposé que soit reconnue une « présomption de légitime défense » pour les forces de l’ordre,

« Je suis pour la mise en place d’une présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre, parce qu’il faut que les policiers soient capables, mentalement et moralement, d’être dans leur bon droit lorsqu’ils défendent leur peau face à des criminels » a déclaré Marine Le Pen sur la chaîne I-Télé.

Marien Le Pen a même soutenu cette déclaration en affirmant qu’elle assumait « le risque de bavures » que celle-ci pourrait entraîner.

Si, face au grand banditisme et à la racaille, la proposition peut sans doute séduire des citoyens de plus en plus inquiets de l’insécurité galopante, reste, comme toujours en matière sécuritaire, à savoir contre qui serait véritablement utilisée cette « présomption de légitime défense ». Et sur ce point, le tragique précédent de la mort de Julien Quemener laisse planer les plus grands doutes…

Crédit photo : julien.licourt, licence CC.

La dernière fabrique française de bérets pourrait fermer [vidéo]

La dernière fabrique française de bérets pourrait fermer [vidéo]

29/11/2011 – 08h00
Oloron-Sainte-Marie (NOVOpress) – Le béret français en passe de disparaître ? C’est en tout cas ce que laisse entendre Pierre Lemoine, le patron de la dernière entreprise fabriquant les traditionnels bérets français, basée à Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées. Pierre Lemoine est interviewé par la chaîne de télévision BFM TV.

L’Etat serat-il en mesure de sauver ce qui constitue l’un des symboles forts de la France ?

[box class=”info”]Crédit photo : capture d’écran du reportage de BFM TV[/box]

Monsanto à nouveau autorisé en France

Monsanto à nouveau autorisé en france

28/11/2011 – 18h00
PARIS  (NOVOpress) –
Le Conseil d’État a tranché : Monsanto, leader mondial des OGM, pourra de nouveau cultiver du maïs sur le territoire français. Il rejoint ainsi l’avis de la Cour de justice européenne, qui avait remis en question la décision du gouvernement français d’interdire ces cultures OGM.

“Tirant les conséquences de l’arrêt de la la Cour de justice européenne, le Conseil d’État relève que le ministre de l’Agriculture n’a pu justifier de sa compétence pour prendre les arrêtés, faute d’avoir apporté la preuve de l’existence d’un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l’environnement”
, est-il écrit dans le communiqué du Conseil d’État.

Reste à savoir désormais si le gouvernement français prendra une nouvelle clause d’interdiction, rejoignant ainsi le souhait de la majorité des Français, ou bien s’il se soumettra aux puissants lobbys financiers favorables aux OGM.

[box class=”info”]Crédit photo : Union of Concerned Scientists[/box]

Raphaël Enthoven : “La démondialisation est une thèse nationale-socialiste”

Raphaël Enthoven : "La démondialisation est une thèse nationale-socialiste"

28/11/2011 – 14h30
LYON (NOVOpress via le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) – Le philosophe de la “gauche-bobo”, Raphael Enthoven (photo ci-dessus) participait hier, au cours du Forum Libération 2011 à Lyon, à un débat intitulé « Peut‑on se construire sans frontières ?».

Il s’en est pris très violemment au concept de démondialisation qu’Arnaud Montebourg avait mis en avant lors des primaires socialistes. Selon l’ex de Carla Bruni : « La démondialisation est une idée fausse parce qu’elle repose sur l’idée qu’on peut remonter le temps ; elle est arrogante parce qu’elle suppose que la petite France peut changer le monde. Le lexique de Montebourg est douteux, historiquement. Ce ne sont pas des thèses socialistes‑nationales mais nationales‑socialistes ».

Une réduction ad hitlerum que n’aurait pas reniée Bernard‑Henri Botul‑Levy : cela tombe bien, Raphael Enthoven fut jadis son gendre !

[box class=”info”]Crédit photo : Galvezj/Wikipédia sous licence Creative Common[/box]

[Football] OM/PSG : controverses sur les mesures sécuritaires

[Football] OM/PSG : controverses sur les mesures sécuritaires

26/11/2011 – 20h30
PARIS (NOVOpress) —
 Demain, comme deux fois par an en moyenne, l’OM et le PSG joueront une partie de leur honneur. Comme tous les ans, les caméras seront braquées sur l’enceinte du stade Vélodrome, la presse devrait s’exciter toute seule et plusieurs centaines d’hommes seront mobilisés pour assurer la sécurité des 60 000 spectateurs.

Néanmoins, le ministère de l’Intérieur a également pris, ce lundi, un arrêté interdisant « le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club du Paris Saint-Germain ou se comportant comme tel ou ayant appartenu à une association de supporters dissoute du Paris Saint-Germain, […] entre les communes de la région d’Île-de-France et la commune de Marseille. » Toute personne ne respectant pas cet arrêté dimanche est passible de six mois d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.

Cette décision pose pourtant un double problème en matière de liberté. D’une part, comment identifier qu’un Francilien se rendant à Marseille a pour but d’aller supporter le Onze de la Capitale ? Il semblerait que le contrôle au faciès soit admis. Pour peu que vous soyez un mâle entre 15 et 35 ans avec des cheveux un peu courts, préparez vos papiers.
D’autre part, les supporters parisiens ont interdiction de se rendre à Marseille étant donné que la tribune visiteur a été fermée pour l’occasion. Étant donné le contexte (match de gala, gestion d’une partie de la billetterie par les associations de supporters marseillais, vente uniquement via l’OM…), il est peu probable que l’on assiste à un déferlement de fans parisiens.

Enfin, les supporters marseillais du Virage Sud, la tribune la plus chaude du Vélodrome, appellent à faire grève pour dénoncer le climat actuel qui pèse sur le “supportérisme” français.

Vive le foot qu’ils disaient !
Crédit photo : Medhi Drouillon via Flickr (cc)

[Lecture] Cohn-Bendit : « Il faut en finir avec les Verts ! »

Cohn-Bendit : « Il faut en finir avec les Verts ! »

En finir avec les Verts ? Qu’on se rassure, ce mot d’ordre n’est pas de Daniel Cohn-Bendit – l’ancienne icône de Mai 68 devenu le héraut de la mondialisation libérale sous l’étiquette d’EELV – mais de son frère Gabriel, qui vient de publier aux Editions Mordicus « A bas le Parti vert! Vive l’écologie », un petit pamphlet réjouissant et tonique.

Installé à Saint Nazaire depuis près d’un demi siècle, aujourd’hui âgé de 75 ans, Gabriel Cohn-Bendit aura eu en effet un parcours politique et idéologique passablement original : un passage en 1956 au Parti communiste, puis un stage chez les trotskystes, qui sera suivi d’un séjour au PSU, avant d’entrer au groupe « Socialisme ou barbarie » pour aboutir finalement chez les Verts – avant de les quitter. Celui qui se définit comme « un intermittent du spectacle politique » appelait en janvier dernier toute la gauche à se rassembler derrière DSK. Comme il l’a avoué, lucide, à Libération : « Tous les principes auxquels j’ai cru pendant 20 ans se sont effondrés les uns après les autres ».

Professeur d’allemand, il participe en 1981 à la création du lycée expérimental de Saint Nazaire – expérience d’éducation alternative et utopiste à l’origine de multiples polémiques – où il enseignera jusqu’en 1997.

Total non conformiste, G. Cohn-Bendit va prendre dans les années 1980 des positions sur la Seconde Guerre mondiale et la déportation qui sentent le souffre et qui lui vaudront des conflits avec la LICRA, allant même jusqu’à cosigner un livre « intolérable intolérance » avec l’avocat Eric Delcroix. S’il admet aujourd’hui s’être fourvoyé il déclare : « Je ne renie en rien mon point de vue sur l’impérative liberté d’expression ».

En 2002 il dénonce Lutte ouvrière, le parti d’Arlette Laguiller – « qui n’est pas une sainte » -comme étant une secte dirigée par un gourou, avec un fonctionnement hallucinant de moines soldats. Il n’épargne pas non plus le facteur Besancenot dont il décrie le goût du secret et l’angélisme alors qu’il se prétend héritier de Trotsky « qui ne fut que le précurseur de Staline ».

Cécile Duflot : pour G. Cohn Bendit "une carriériste forcenée"

Aujourd’hui c’est donc à EELV « qui n’est plus qu’un cache sexe pour les Verts » que s’en prend l’enseignant nazairien. Qualifiant dans le quotidien Sud Ouest Cécile Duflot et Jean-Vincent Placé de politiciens « carriéristes forcenés, l’exemple des récentes négociations avec le PS est un cas d’école», il estime que ceux-ci ne cherchent qu’à obtenir des députés et des mairies qu’ils distribueront aux plus obéissants. La candidature à la présidentielle d’Eva Joly -« pas plus mauvaise que les autres » – est, selon lui, inutile. Quant au fonctionnement non démocratique du parti de madame Duflot, Gabriel Cohn Bendit multiplie à plaisir les anecdotes – ainsi en Bretagne, lors des dernières Européennes, la candidate qui suivait la tête de liste Yannick Jadot, quoique arrivée largement en tête fut écartée par le « politburo », les votes n’étant que « consultatifs » (sic).

Le frère de “Dany” accuse EELV d’avoir ruiné l’engouement des Français pour l’écologie en avalant plus ou moins de couleuvres. Sur la sortie du nucléaire Gabriel Cohn Bendit regrette que le débat ne s’articule qu’entre pro et ayatollahs anti nucléaire et qu’il se laisse confisquer par des sectes intégristes. Pour lui la sortie « de suite ou dans un délai de 5 ou 10 ans est totalement utopiste…. on n’a pas besoin d’une prédiction mais d’une stratégie il est temps que la France commence sa révolution énergétique en ne se laissant pas enfermer dans une dépendance mono énergétique ».

Gabriel Cohn Bendit milite aujourd’hui pour une nouvelle formation politique « débarrassée des oripeaux sectaires congénitaux » d’EELV en se demandant « comment en sommes nous arrivés là ? » De désillusions en désillusions, « Gaby » finira peut être par trouver les bonnes réponses… C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Novopress Breizh

Crédit photo : Michel Briand Licence CC.

Le projet de l’UMP pour l’Éducation nationale évite les sujets qui fâchent [tribune libre]

Le projet de l’UMP pour l’Éducation nationale évite les sujets qui fâchent [tribune libre]

L’UMP vient de formuler 30 propositions pour réformer l’enseignement. Si les propositions du parti de la majorité présidentielle changent agréablement de la « rengaine des moyens », toujours insuffisants, que les syndicats d’enseignants et le Parti Socialiste rabâchent à longueur de temps, ce programme évite tous les sujets qui fâchent. — Par Alain Mathieu, président de l’association Contribuables Associés.

Ce projet propose de développer l’autonomie  et l’évaluation des établissements, ce qui devrait améliorer les résultats très médiocres de nos dépenses d’enseignement: les résultats actuels, mesurés par les tests PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves, ensemble d’études menées par l’OCDE, ndlr), sont nettement inférieurs  par exemple aux allemands,  pour un coût de l’enseignement  qui est de 41 % plus élevé (6,2% du PIB contre 4,4%).

Développer l’autonomie des établissements, c’est permettre au  principal  du collège ou au proviseur du lycée de choisir ses collaborateurs, enseignants ou autres. Cette autonomie n’ira pas jusqu’au droit de choisir ses élèves, ni les programmes et diplômes, dont l’État doit assurer la « maîtrise complète ». Actuellement 300 établissements sur 65 000 bénéficient de cette autonomie relative. La marge de progression est donc importante.

Prudentes généralités

L’évaluation des établissements et surtout celle des enseignants reste dans de prudentes généralités.

Un nouveau statut est prévu pour les candidats au CAPES, qui devront remplir des « missions d’accompagnement » (orientation, tutorat) en plus des seules obligations d’heures de cours (actuellement, dans le secondaire, 15 heures par semaine pour les agrégés et 18 heures pour les autres). On suppose, mais cela n’est pas dit, que, comme dans la plupart des autres pays, ces nouveaux enseignants devront travailler à plein temps dans leur établissement.

Peut-être même devront-ils faire de la surveillance ou du remplacement de professeurs absents. Cela n’est pas dit. Ce nouveau statut sera également ouvert aux enseignants actuels volontaires, ce qui demandera, pour susciter des vocations, que les salaires y soient supérieurs et que les enseignants actuels voient leur salaire évoluer faiblement. Bien entendu, cela non plus n’est pas dit.

Les dotations de crédits aux universités devraient dépendre des « taux d’insertion professionnelle » de leurs diplômés. L’application de cette intéressante proposition risque de ne pas être immédiate.

Les parents devraient se voir contraints d’envoyer leurs enfants à l’école, sous peine d’une suspension, et non  d’une suppression, des allocations familiales. Les syndicats étant contre cette mesure, seulement 51 suspensions ont été effectuées jusqu’à présent. Une mise en application générale sera sans doute laborieuse.

Pas un mot sur l’enseignement privé

Ce programme de Luc Chatel (l’actuel ministre de l’Éducation, ndlr) a évité tous les sujets qui fâchent :

– Pas un mot sur l’enseignement privé et son développement bloqué par le stupide numérus clausus (pas plus de 20 % des élèves) ;

– Pas un mot sur le statut extravagant et unique au monde de nos chercheurs, embauchés dès l’âge de 30 ans comme fonctionnaires chercheurs à vie, sans qu’on connaisse leurs capacités de recherche, et évalués par des commissions où les syndicats sont prépondérants ;

– Rien sur l’abus des heures supplémentaires qui augmentent sans impôts les rémunérations actuelles des enseignants ;

– Très peu de propositions sur l’utilisation des techniques numériques (rien par exemple sur les cours sur tableaux électroniques).

Mais on ne peut jeter la pierre au prudent ministre : il évolue dans un milieu qui lui est majoritairement hostile.  Il sème donc avec précaution les graines d’une évolution nécessaire de notre ruineux mammouth national.

Alain Mathieu, président de Contribuables Associés

Photo en Une : Luc Chatel le 8 novembre 2011, Convention éducation de l’UMP. Crédit : UMP Photos via Flickr (cc)

Le 3 décembre à Paris : colloque Jeanne d’Arc

Le 3 décembre à Paris : colloque Jeanne d'Arc

Le 3 décembre à Paris : colloque Jeanne d'Arc
15h50 : Ouverture des portes
16h00 : Présentation du colloque par Éric Letty
16h10 : Alain Bournazel, Jeanne d’Arc, chef de guerre : les origines de la légendes
16h35 : Abbé Christian-Philippe Chanut, Jeanne d’Arc à travers les âges de François Villon à Georges Brassens !
17h00 : Olivier Bouzy, Survivistes et batardisants, les artisans d’une légende tronquée
17h30 / 45 : pause, stands, buvette.
17h45 : Olivier Hanne, Jeanne d’Arc et l’opinion publique de son temps
18h15 : Abbé G. de Tanoüarn, Une sainte pour temps de crise, coups de sonde dans la vie spirituelle de Jeanne d’Arc

[box class=info]ESPACE BERNANOS. 4, rue du Havre – 75009 Paris. M° Havre Caumartin ou St-Lazare
Entrée : 5 euros. Adhérents : 2,50 euros. Renseignements : avec_jeanne@yahoo.fr[/box]

Parti socialiste : rififi autour de la diversité !

Parti socialiste : rififi autour de la diversité !

25/11/2011 – 16h45
LYON (NOVLyon) – Au Parti Socialiste, les esprits commencent à sérieusement s’échauffer à l’approche des élections législatives. Après l’attaque brutale de Gérard Collomb à l’encontre de Philippe Meirieu, affublé du sobriquet de « khmer vert » et accusé de pratiquer un certain « terrorisme intellectuel » dans l’agglomération lyonnaise, la lettre adressée (ci-dessous) par Lotfi Ben Khelifa (élu PS et adjoint à la mairie de Vénissieux) à la fédération du Rhône du Parti Socialiste et notamment à son premier secrétaire, Jacky Darne, risque de mettre le feu aux poudres.

Selon l’élu PS de Vénissieux, lors du conseil fédéral du 9 novembre dernier, des « propos indignes » furent échangés entre la « principale collaboratrice » de Jacky Darne et une élue de St-Fons membre de la direction fédérale. Lors d’un débat entre ces deux socialistes sur la réservation de circonscriptions à des élus issus de la diversité lors des prochaines élections législatives, Lotfi Ben Khelifa affirme les avoir entendu dire : « Tu ne vas pas nous faire ton arabe de service » et « Y’en a marre des communautés à qui ont doit réserver des places ».

En tout cas, cette missive montre l’extrême nervosité régnant dans les rangs du Parti socialiste au sujet de la diversité. La semaine dernière, l’accord entre le PS et les Verts concernant une soixantaine de circonscriptions, dont une trentaine gagnables, est très mal passé du côté des instances de la communauté juive. Une petite cuisine électoraliste qui se traduit forcément par des « sacrifiés » du côté PS. A Paris et en banlieue, certains évincés ont même parlé d’antisémitisme.

Selon le président du Crif, Richard Prasquier: « L’effet d’affichage des noms des évincés est désastreux. Il est tentant de parler d’antisémitisme, certains l’ont déjà fait et je me garderai de les suivre. Je pense que nous n’en sommes pas là. Les situations internes des uns et des autres sont différentes, comme le sont d’ailleurs leurs liens avec le judaïsme, la communauté juive organisée ou l’Etat d’Israël. Ce que je sais néanmoins, c’est que plusieurs de ces « évincés » sont garants, dans leur histoire assumée personnelle et familiale, d’une mémoire des persécutions et des luttes communes dont nous ne pouvons accepter qu’elle soit rangée au rayon des vieilles lunes à honorer du bout des lèvres. Plusieurs sont, dans cette agglomération parisienne où la représentation politique juive diminue de façon progressive, des ponts avec la tradition socialiste. Cette tradition historique doit être préservée sans céder aux sirènes de la détestation d’Israël dont malheureusement les Verts ont absurdement fait un de leurs étendards. »