Parrainages : Brigitte Bardot vole au secours de Marine Le Pen

Parrainages : Brigitte Bardot vole au secours de Marine Le Pen

22/02/12 – 13h00
PARIS (NOVOpress)
– Nouvelle prise de position courageuse et iconoclaste pour l’ancienne star du cinéma français.

Brigitte Bardot a en effet écrit “une lettre en forme d’appel aux élus” pour qu’ils apportent leur parrainage à la candidate du Front National, Marine Le Pen.

Dans sa missive, Brigiette Bardot se dit “scandalisée que des maires de France soient à ce point frileux“.

L’ancien sex-symbol leur demande donc de “donner leur voix à Marine Le Pen qui fait partie d’une équipe de tête de la présidentielle, qui défend les animaux et a le courage de redonner à notre pays ‘la France’ la place qu’elle doit occuper dans le monde“.

Je leur demande donc d’avoir un peu de courage pour une fois dans leur vie et d’assumer enfin leur devoir ” conclut enfin l’actrice.

Crédit photo : John McNab via Flickr (cc).

Pour le « Monsieur Sécurité » du PS, « les chiffres de l’immigration ne veulent pas dire grand-chose »

Pour le « Monsieur Sécurité » du PS, "les chiffres de l’immigration ne veulent pas dire grand-chose"

22/02/2012 – 11h15
QUIMPER (NOVOpress Breizh) – Ce n’est pas vraiment une surprise. Pour le député (PS) du Finistère Jean-Jacques Urvoas les chiffres concernant l’immigration « ne veulent pas dire grand-chose ». Pour ce mondialiste, il s’agit là en effet d’un phénomène normal, inévitable, finalement peu important et somme toute bénéfique pour la France. Oubliant juste que celle-ci a aussi un coût, qu’il se garde bien d’évoquer.

Dans un texte publié dans son blog le 11 février dernier, celui qu’on présente habituellement comme le « Monsieur Sécurité » du PS conteste les chiffres présentés par Nicolas Sarkozy dans le Figaro Magazine (11/02/12) en matière d’immigration régulière, estimant – à juste titre – que celle-ci, loin de diminuer durant le dernier quinquennat, a au contraire marqué une hausse sensible.

Loin de critiquer cet état de fait, J.J. Urvoas estime au contraire qu’il s’agit d’un phénomène naturel et inévitable dans le cadre de la mondialisation que les responsables politiques doivent se borner à accompagner. Selon lui: « les chiffres ne veulent pas dire grand-chose. La réalité est qu’au-delà des fluctuations conjoncturelles, l’immigration régulière est stable en France et s’établit un peu en dessous de 200 000 entrées régulières depuis 10 ans, dont les 2/3 sont des entrées pérennes. (…) Il (N. Sarkozy) n’a pas le courage de dire qu’il existe une immigration incompressible, stable, celle d’un pays qui est et entend demeurer ouvert sur le monde, avec une maîtrise normale de ses flux. Ceux-ci ne représentent que 0,3 % de la population métropolitaine. Ils sont donc relativement modestes au regard de la moyenne de l’OCDE (0,67 %) et équivalents à ceux de l’Allemagne…».

Si pour ce représentant finistérien de l’oligarchie mondialiste ces chiffres sont « relativement modestes » et « ne veulent pas dire grand-chose », Jean-Yves Le Gallou, animateur de la Fondation Polémia, est d’un avis tout différent. Contrairement au député socialiste, cet énarque aime bien les chiffres. Intervenant le 16 février dernier dans un colloque organisé par l’Institut de géopolitique des populations sur le thème : « Peut-on raisonnablement calculer les coûts de l’immigration ? », J.Y. Le Gallou estime en effet à dix-huit milliards d’euros le coût de l’immigration supplémentaire qui s’installe chaque année en France.

Selon lui, les 200.000 étrangers supplémentaires s’installant légalement chaque année en France – soit 0,3% de la population, 0,4% de la population scolaire et 5% de la population étrangère déjà présente en France – génèrent 3 milliards d’euros en dépenses de fonctionnement des services publics et en redistribution sociale (soit 0,3% de 1.000 milliards).

Rappelant ce qu’avait souligné le prix Nobel Maurice Allais – l’arrivée d’une population nouvelle suppose de puiser dans l’épargne (ou de creuser le déficit) pour réaliser les équipements nécessaires à leur accueil – Le Gallou indique que cela génère aussi et surtout 15 milliards de dépenses d’infrastructures, réparties comme suit : établissements scolaires (1 milliard) ; logements (7 milliards) ; transports urbains régionaux (4 milliards) ; prisons (100 millions) ; universités (400 millions) ; hôpitaux (700 millions) ; autres réseaux nationaux et locaux (2 milliards).

A ces sommes, précise l’animateur de Polémia, il faut aussi ajouter les dépenses d’assurance chômage. « Dans un pays qui a 15% de chômeurs, un étranger de plus ce n’est pas un emploi de plus c’est un chômeur de plus (français ou étranger, d’ailleurs, puisque le taux de chômage des étrangers et des enfants d’immigrés est, selon les statistiques officielles, deux à trois fois plus fort que le taux de chômage moyen). » Il évalue le coût de l’indemnisation de ce sur-chômage à 500 millions d’euros.

Et J.Y. Le Gallou de conclure : « Au total (cela représente) plus de 18 milliards d’euros : près du quart du déficit budgétaire. En période de crise, il est clair que la France n’a plus les moyens de poursuivre sa politique d’immigration ou que, si elle la poursuit, cela ne peut se faire qu’au détriment des services rendus à la population, de son niveau de vie et de sa qualité de vie.» Un aspect de la question de l’immigration qui n’intéresse manifestement pas le député du Finistère pour qui la France « est et entend demeurer ouverte sur le monde ». Quel qu’en soit le prix.

[Tribune libre] Pourquoi l’UMP veut récupérer le Bloc identitaire – Par Lionnel Humbert

[Tribune libre] Pourquoi l’UMP veut récupérer le Bloc identitaire

Dans sa logique de « droitisation », l’UMP emprunte moins d’idées au FN qu’au… Bloc identitaire, jugé « sarkocompatible ». La majorité irait même jusqu’à faire des propositions indécentes au petit poucet de la droite nationale.

Le 13 février, à la suite des jugements de valeur du ministre de l’Intérieur Claude Guéant sur les civilisations, Olivier Bobineau et Sylvie Taussig, chercheurs au CNRS, ont écrit, sur le site « Saphir News », que « cette hiérarchisation des civilisations [plaçait] clairement Guéant à la droite du Front national, à proximité des différentialistes du GRECE ou encore du Bloc identitaire » Pour insultant que se veuille cet amalgame, il n’est pas si éloigné de la vérité. Car à écouter Nicolas Sarkozy en campagne, on a clairement l’impression que son équipe a moins emprunté d’idées au Front national, jugé trop à gauche et trop hexagonal, qu’au Bloc identitaire, apparemment plus « sarko-compatible ». Au point qu’à l’approche des législatives, une partie de l’UMP ferait même de drôles de propositions au Bloc identitaire !

Mais parlons d’abord des idées. Les plus criants emprunts de l’UMP au Bloc identitaire sont évidemment liés à l’opposition aux prières de rue dans le XVIIIe arrondissement de Paris. C’est à la suite de l’agitation des identitaires, en 2010, que l’UMP s’est emparée du sujet, interdisant (théoriquement) l’occupation sauvage de l’espace public. [Photo en Une : l’apéro saucisson-pinard organisé par le Bloc Identitaire place de l’Etoile à Paris le 18 juin 2010 après l’interdiction de celui qu’il avait prévu à la Goutte d’Or]

Plus symbolique, en septembre dernier, la Droite populaire (DP), branche « dure » de l’UMP, avait carrément organisé un apéro saucisson-pinard pour fêter son premier anniversaire ! Un « hommage » transparent, qui avait fait tousser.

Sur le terrain, un rapprochement conjoncturel se fit même sur la question de la légitime défense, médiatisée à l’occasion de l’affaire Papy Galinier. On se souvient du pauvre vieillard qui, en août 2010, avait fini en prison pour avoir tiré sur deux jeunes Tsiganes venues le cambrioler. Ainsi que le notait alors le site Rue 89, « les identitaires sont parmi les plus actifs dans le soutien de “Papy la gâchette” (sic) ». Mais très vite, le député de l’Hérault Elie Aboud (UMP-DP) était intervenu. En lien avec le Comité Galinier, proche du BI, il avait visité le papy incarcéré, faisant remonter l’affaire jusqu’à l’Elysée, obtenant finalement, après deux rejets, la mise en liberté sous contrôle judiciaire de René Galinier.

Aujourd’hui, la campagne « droitière » de Nicolas Sarkozy se poursuit assez éhontément sur les thématiques du BI. Outre la lutte contre l’immigration et l’islam, communes au Front national, les têtes chercheuses de l’UMP ont, ainsi que le notent Bobineau et Taussig, fait un hold-up sur le concept spécifiquement identitaire de « défense de la civilisation européenne ».

Il faut peut-être n’y voir qu’une coïncidence, mais il est également frappant de constater que le programme économique de Sarkozy reprend certaines idées explorées et présentées par les identitaires en décembre 2010, au colloque sur le localisme, en présence de l’économiste Hervé Juvin. Citons le protectionnisme déguisé par le biais d’une TVA sociale, la taxation des transactions financières, ou encore la relocalisation et le maintien en France de l’emploi, dont Sarkozy, pris par sa logique ultralibérale, n’avait jamais parlé auparavant.

Sans parler de copie, la sarkocompatibilité du BI est encore manifeste sur la question de la France face à l’Europe. Le Bloc identitaire bataille en effet pour un protectionnisme européen, non spécifiquement français. Et les régionalistes identitaires, hostiles à l’Etat centralisateur, sont sans doute ravis lorsque Sarkozy défend la « souveraineté européenne » par le biais de la collaboration franco-allemande (sans mauvais jeu de maux) !

Comment des élus UMP tentent de séduire le Bloc

Voilà peut-être pourquoi, sur le plan tactique, des contacts entre dirigeants du BI et représentants de l’UMP pourraient avoir lieu prochainement, au cours des Assises nationales contre le droit de vote des étrangers [Assises « La France en danger »], thématique aussi chère au Bloc qu’à la Droite populaire. Encore plus fort : certains élus de droite, dans le Sud et l’Est de la France, auraient même proposé de financer des candidatures identitaires, avec l’objectif évident de rogner les scores du Front national. Contacté par « Minute », Fabrice Robert, président du Bloc, ne nie pas ces contacts: « Nous ne sommes pas responsables des propositions honnêtes ou malhonnêtes que l’on nous fait ! Mais si vous savez cela, vous savez aussi que nous avons refusé. Toutefois, comme n’importe quelle formation politique, nous avons évidemment des contacts avec les autres partis, il n’y a rien d’étonnant. J’ai par exemple plusieurs fois proposé à Marine Le Pen d’envoyer des signaux – sur l’identité, l’Europe, le régionalisme, etc. – hélas, sans résultat. Pour être clair, concernant nos relations avec les autres structures, vous devez comprendre que le BI n’est l’auxiliaire d’aucun parti: ni de l’UMP, ni du FN! »

Dans une période aussi cruciale, en terme électoral, le Bloc n’est-il pas, alors, réduit à l’impuissance ? « Nous poursuivons nos propres objectifs, sachant que la course électorale n’est qu’un moyen de mener le combat, pas un but. Nous croyons à la force des stratégies d’influence. Ainsi, nous préférons provoquer un débat et mobiliser l’attention de l’opinion publique autour des prières de rue ou de la légitime défense, plutôt que d’avoir deux conseillers régionaux impuissants dans une assemblée hostile. Notre véritable objectif est de populariser nos opinions. Même si elles sont portées par d’autres, le plus important, c’est que nos idées s’imposent dans le débat public ! »

Lionnel Humbert

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 22 février 2012 reproduit avec son aimable autorisation. En kiosque dès demain ou sur Internet.[/box]

« L’enfer vert des Bretons »

« L’enfer vert des Bretons », sur FR3 Bretagne

21/02/2012 – 18H15
RENNES (NOVOpress Breizh) – « L’enfer vert des Bretons », le tout récent film documentaire que Mathurin Peschet a réalisé sur le fléau des algues vertes qui envahissent chaque été depuis trente ans les côtes bretonnes, sera diffusé demain à minuit sur FR3 Bretagne. Ce documentaire devrait être ensuite disponible sur le site Internet de France 3 Bretagne et rediffusé le 19 mars à 8h50.

«La Bretagne doit se considérer comme un immense élevage de viande et de lait !», déclarait solennellement dans les années 1960 le ministre de l’Agriculture Edgar Pisani. Il aura été entendu. Avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui.

Alors que le phénomène s’est considérablement aggravé ces dernières années – la mort d’une harde de sangliers sur une plage de Morieux (Côtes d’Armor) avait défrayé la chronique l’été dernier – et que les traitements mis en place s’avèrent aussi coûteux qu’inefficaces, Mathurin Peschet, un jeune réalisateur breton, a décidé d’enquêter sur les causes de cette catastrophe écologique.

Qui sont les responsables de cette pollution ? L’agriculture hyper-productiviste et les élevages intensifs sont-ils les seuls responsables de celle-ci ? Mathurin Peschet est convaincu que c’est bien dans le monde agricole que se trouve la solution, par l’adoption d’un nouveau modèle de production respectueux de l’environnement.

Un documentaire intelligent, clair et nuancé, qui expose en 52 minutes tous les aspects de ce problème environnemental majeur de la Bretagne d’aujourd’hui.

«L’enfer vert des Bretons», une coproduction Mille et Une.Films/France Télévision. Réalisation Mathurin Peschet. Mercredi 22 février 2012 à minuit et le 19 mars à 8H50 sur FR3 Bretagne. Le film sera également diffusé dans plusieurs salles de cinéma en Bretagne par l’association Daoulagad Breizh en présence du réalisateur.

Crédit photo : Thesupermat, licence CC.

Parrainages : Un obstacle insurmontable pour Frédéric Nihous ?

Parrainages : Un obstacle insurmontable pour Frédéric Nihous ?

21/02/2012 – 15h30
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Candidat pour la deuxième fois consécutive à l’élection présidentielle, le conseiller régional d’Aquitaine et président de CPNT (Chasse, Pêche, Nature et Tradition) peine à rassembler les parrainages des maires. Sur les 500 nécessaires, Frédéric Nihous a admis vendredi n’en avoir réuni que la moitié (environ 260).

Donné à moins de 1% dans tous les sondages, il pourrait annoncer son soutien à Nicolas Sarközy, après les ralliements successifs de Christine Boutin et d’Hervé Morin. Non seulement son positionnement sur la ruralité ne semble pas avoir de prise auprès des électeurs, mais son opposant favori, Eva Joly est elle aussi en perdition dans les sondages.

En décembre dernier, lors de l’interview d’Infos Bordeaux, il affirmait être « tout à fait confiant » : « Je suis d’ailleurs sur ce plan en avance sur mon tableau de marche de 2007, lors de la précédente campagne présidentielle ». Trois mois plus tard, le ton a changé et l’ancien permanent du RPR admet être « très inquiet ».

NDLR – Le conseil constitutionnel rend ce jour à 17h sa décision indiquant si la règle imposant de rendre publics les 500 parrainages d’élus pour concourir à la présidentielle est maintenu. Si l’anonymat devenait la règle cela faciliterait l’obtention des parrainages pour les candidats qui ne sont pas soutenus par des partis au pouvoir, les élus des petites communes ne craignant plus les rétorsions des pouvoirs.

Viande halal : les Français doivent être informés !

Viande halal : les Français doivent être informés !

21/02/2012 – 11h45
PARIS (NOVOpress) — Lors d’un déplacement à Lille samedi, Marine Le Pen, s’appuyant sur le dernier numéro d’Envoyé spécial a affirmé : « Il s’avère que l’ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l’insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal. Tous les abattoirs d’Ile-de-France vendent du halal, sans exception. Que du halal ». L’Ile-de-France compte quatre grands abattoirs ovins et bovins. Sur ces quatre abattoirs, trois pratiquent un abattage exclusivement rituel : Ezanville, dans le Val-d’Oise, et Jossigny et Meaux, en Seine-et-Marne. Le quatrième est un abattoir de porcs. La totalité de la viande ovine et bovine produite en Ile-de-France est donc halal.

« Pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France…». On estime que la viande ovine et bovine consommée en Ile-de-France est halal à 80%

Sur les 200.000 tonnes consommées annuellement en Ile-de-France, 5.000 tonnes, soit 2,5%, sortent de ces trois abattoirs. Certains en ont conclu un peu rapidement que seuls 2,5% de la viande consommée dans la région-capitale serait halal. Ce qui est évidemment faux. Les 195.000 tonnes complémentaires viennent des grands bassins de production français, Normandie, Bourgogne, Pays-de-Loire, Bretagne, auxquels s’ajoutent la viande d’importation. Or, selon Gilbert Mouthon, professeur à l’École Vétérinaire de Maison Alfort (94) et expert auprès des tribunaux : « pour des raisons économiques, tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal. Et le phénomène est en train de gagner toute la France, où on estime que 80% des moutons sont abattus selon les méthodes halal ». Quant aux viandes d’importation, on peut estimer qu’elles sont en majeure partie halal si l’on en croit ce document de 2004 (la situation a largement empiré !) sur le halal-business qui précise entre autre : « Il est remarquable que les principaux exportateurs de viandes et produits halal soient essentiellement les pays sans tradition musulmane comme l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Brésil, l’Argentine, les États-Unis, le Canada et également quelques pays européens comme l’Irlande, le Danemark (…) ». (p 15)

« Le consommateur est en droit de savoir. »

Pour le Dr Jean-Louis Thillier, auteur de nombreux rapports officiels sur la sécurité sanitaire, le scandale du halal « c’est celui du non-respect des normes d’hygiène, conduisant à une augmentation des contaminations à l’Echerichia Colli, ces terribles bactéries qui provoquent tant d’insuffisances rénales chez les enfants. Au cours de ce type d’abattages rituels, le contenu de l’œsophage et des intestins des animaux risque de souiller la viande, particulièrement les quartiers avant qui finissent dans les steaks hachés. Voilà pourquoi l’étiquetage indiquant comment les animaux ont été abattus est si important. Le consommateur est en droit de savoir. »

Le consommateur a en effet le droit de refuser d’être malade, le droit de refuser d’acheter de la viande provenant d’un animal condamné à souffrir de longues minutes après égorgement, et le droit de refuser de subventionner l’implantation sur notre sol d’une volonté politique et cultuelle exogène, puisque les bêtes estampillées halal le sont moyennant une redevance aux mosquées !

Henri Dubost pour Novopress France

Crédit photo : BrotherMagneto via Flickr

Silence ! En France on étouffe les libertés

Silence ! En France on étouffe les libertés

Les gouvernants français aiment à se poser en défenseurs des libertés. Mais ils multiplient les textes et les pratiques liberticides. Explications.

LOPPSI : la prison pour les opposants aux maires

Votée en 2011, la LOPPSI est une loi censée améliorer la sécurité des Français. Mais au hasard d’un article elle protège les maires des contestations bon enfant. Interrompre un conseil municipal, fût-ce quelques secondes, est désormais un délit passible de lourdes peines d’amende, de la déchéance des droits civiques et de la prison. Les Identitaires angevins en ont fait l’expérience. Pour s’être introduits en avril dernier au conseil municipal d’Angers pour protester contre un projet de construction de mosquée, ils ont subi les foudres de la police et de la justice : écoutes téléphoniques, gardes à vue, mises en examen et condamnations. On objectera qu’ils ont eu tort d’agir ainsi mais comment se faire entendre contre un projet contesté quand l’opposition officielle au maire n’ose rien dire ? C’est précisément parce qu’il n’y a plus de pluralisme dans les assemblées que les citoyens sont contraints de trouver des moyens de se faire entendre. Un chahut n’est pas un crime ! Le procureur l’a d’ailleurs admis tout en précisant que c’est à cause de l’objet de la manifestation qu’il avait poursuivi les auteurs. Il s’agit donc bien là de justice politique.

Loi sur le « génocide arménien » : la prison pour délit d’opinion historique

Après la loi Pleven (prison pour délit d’opinion sociologique) voici une extension des lois mémorielles (prison pour délit d’opinion historique). Après la loi Gayssot sur la « Shoah » et la loi Taubira (sur la « Traite atlantique »), voici la loi Boyer sur le « génocide arménien ». Certains événements deviennent ainsi protégés par une vérité officielle. Une atteinte aux libertés en même temps qu’une formidable régression civilisationnelle : car dans la tradition européenne, ne peut être dit vrai que ce qui est librement réfutable.

Un universitaire censuré à la télévision

La direction d’Itélé a censuré, en décembre dernier, un entretien que Robert Ménard avait enregistré avec l’africaniste Bernard Lugan dans le cadre de son émission quotidienne Ménard sans interdit. Bernard Lugan avait été invité pour présenter son essai Décolonisez l’Afrique. L’émission a été enregistrée puis déprogrammée. C’est le fond des propos de Bernard Lugan qui a été censuré. Il est interdit de dire sur une télévision française que « Les Africains ne sont pas des Européens pauvres à la peau noire », que « la repentance européenne + la victimisation africaine débouchent sur une Afrique immobile » ou que « l’ingérence humanitaire est un impérialisme hypocrite » et que « le Printemps arabe fut un miroir aux alouettes ». Il est vrai que Bernard Lugan fut l’un des rares analystes à avoir douté que le « Printemps arabe » donnerait naissance à des démocraties à l’anglaise… Impardonnable !

ACTA, le traité liberticide contre Internet

L’Accord commercial anti-contrefaçon est un traité international multilatéral concernant les droits de propriété intellectuelle et les infractions au droit d’auteur sur Internet. Cet accord négocié par l’Union européenne vise à mettre en place un système de contrôle systématique de l’Internet en obligeant les fournisseurs d’accès à surveiller les paquets de connexions. Il devient alors extrêmement facile d’appliquer une censure non plus sur des contenus protégés, mais sur des idées indésirables. Et il s’agirait là d’une censure privée mise en œuvre par de puissants intérêts commerciaux ou idéologiques.

Persécutions policières et judiciaires contre François Desouche

François Desouche est le navire amiral de la réinfosphère sur Internet. Ce blog reçoit près de 100.000 visiteurs par jour. Mais François Desouche est dans l’œil du cyclone. Le lobby antiraciste a sorti l’artillerie lourde contre lui. Des poursuites ont été engagées par Arezki Dahmani, un militant antiraciste mis en cause dans diverses escroqueries, et par France Terre d’asile, une association immigrationniste subventionnée. Une police et une justice zélées ont prononcé deux mises en examen d’un internaute arbitrairement mis en cause.

Pour Pierre Sautarel, le but est clair, je cite : « On veut l’étouffer financièrement et psychologiquement sous une accumulation de procédures diverses et variées tout en essayant de compliquer [ses] relations avec [ses] proches ». « Chacun doit savoir que le maintien en ligne du blog se fait au prix de gros ennuis et de graves pressions policières et judiciaires. »

Tentatives de trucage de l’élection présidentielle ?

Chacun est libre de son appréciation sur l’histoire du Front national et le positionnement de Marine Le Pen. Mais enfin les questions qu’elle pose (sur l’euro, sur le protectionnisme, sur l’école républicaine, sur l’immigration) correspondent à de vrais enjeux et le courant dont elle se trouve la porte-parole représente de l’ordre de 20% des électeurs français. Dans ces conditions on ne peut être qu’éberlué de la manœuvre à la fois politique et médiatique qui cherche à la priver des parrainages nécessaires à sa présence à l’élection présidentielle. Au-delà de l’attitude des médias qui ont joué leur partition naturelle – léchage hier, lâchage aujourd’hui (en attendant le lynchage si les signatures de maires venaient à manquer) –, c’est la question du pluralisme politique qui est posée. Certes, les Français pourraient choisir entre M. Sarkozy et M. Hollande. Le problème, c’est qu’ils sont d’accord sur à peu près tout… et que leurs amis s’entendent fort bien quand il s’agit d’attenter à nos libertés.

[box class=”info”] Source : éditorial de février 2012 de Polémia. [/box]

Image : Lois et traités liberticides. DR

Assises “La France en danger” : ils prendront la parole le samedi 10 mars à l’espace Charenton, à Paris (3)

De mauvaise foi, des députés UMP s'insurgent contre le projet du PS de donner le droit de vote aux étrangers extra-communautaires

[box class=warning]L’association Nationalité Citoyenneté Identité nous communique[/box]
Les assises « La France en danger » , qui se tiendront le samedi 10 mars à Paris, Espace Charenton (327 rue de Charenton, métro Charenton), suscitent l’intérêt notamment par la qualité et la diversité des orateurs qui vont se succéder tout au long de la journée à la tribune. Nous vous présentons aujourd’hui trois nouvelles personnalités qui seront à la tribune le samedi 10 mars.

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou
Jean-Yves Le Gallou

Il a été lauréat du Concours général en géographie puis en histoire et est diplômé d’études supérieures de sciences économiques et de l’Institut d’études politiques de Paris. Il a été co-fondateur en 1974 et premier secrétaire général du Club de l’Horloge, laboratoire d’idées politiques. Il est également co-fondateur et animateur de l’association Fondation Polemia depuis 2003, et créateur du Bulletin de réinformation sur Radio Courtoisie.

Auteur de nombreux ouvrages, notamment Les Racines du futur (Masson, 1977, réédition 1984) ; La Préférence nationale : réponse à l’immigration (Albin Michel, 1985, réédition 1988) ; Être Français, cela se mérite (Albatros, 1987) ; Rapport d’enquête sur le budget européen (Les Presses bretonnes, 1996) ; Le défi gaulois, carnets de route en France réelle (Libraire nationale, 2000).

[box class=info]Retrouvez-le sur le site de la fondation Polemia : www.polemia.com[/box]

Yvan Blot

Yvan Blot
Yvan Blot

Ancien élève de l’ENA, docteur ès sciences économiques, ancien député du Pas-de-Calais et ancien député européen, il est à présent membre de l’un des grands corps d’inspection de l’État. Ayant été élu et fonctionnaire, il a par cette double expérience mesuré le fossé entre la classe oligarchique et le peuple.

Admirateur du régime de la Suisse, il a créé l’association Agir pour la démocratie directe, qui demande que l’on applique enfin intégralement les articles 6 et 14 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qui autorisent le peuple à voter directement par référendums les lois et les impôts.

[box class=info]Son site internet : www.democratiedirecte.fr[/box]

Henry de Lesquen

Henry de Lesquen
Henry de Lesquen

Henry de Lesquen, 57 ans, marié, cinq enfants, est fonctionnaire au ministère des Finances depuis trente ans.

En parallèle, il a commencé par créer avec quelques amis le Club de l’Horloge en 1974, qui est un cercle de pensée politique, parfaitement indépendant des partis, et dont l’objectif est de développer un corps de doctrines pour la droite tout entière.

[box class=info]Le site Internet du club de l’horloge : www.clubdelhorloge.fr[/box]

Infos pratiques

[box class=”success”]Prix d’entrée : 10 euros (billetterie ouverte de 9h à 18h) – Espace Charenton – 327 rue de Charenton – 75012 PARIS
Métro : Porte de Charenton (ligne 8, Balard-Créteil)
Stands dédicaces, restauration et buvette.
Contact : nationalite.nci@gmail.comSuivez-nous sur Facebook. Les journalistes souhaitant couvrir l’événement doivent obligatoirement demander une accréditation presse à nationalite.nci@gmail.com[/box]

Plan d’accès

METRO : ligne 8 direction Balard/Creteil. Station « Porte de Charenton » sortie Espace Charenton (à 180 m.) / ou ligne 6 direction Nation/Charles de Gaulle-Étoile. Station « Dugommier » (à 10 mn à pied de l’Espace Charenton).
BUS : PC 2 et  BUS 111. Arrêt « Porte de Charenton » (à 250 m de l’Espace Charenton) ou  BUS 87  arrêt « Les Jardiniers  » (à 50 m.)
VOITURE :  Périphérique extérieur, sortie « Porte de Charenton  » (à 2 mn)
ou Périphérique intérieur, sortie » Porte Dorée  » (à 3 mn)
ou Autoroute A 4, sortie « Bercy  » (à 3 mn)
PARKINGS : 57 Bd Poniatowski  (à 250m)
ou Place  Lachambaudie  (à 600 m)
GARES : Gare de Lyon, Gare de Bercy et Gare d’Austerlitz à proximité. Depuis la Gare de Lyon, prendre le Bus 87 (10 mn trajet pour arrêt Les Jardiniers). Depuis Gare Montparnasse, prendre métro Direction “Nation”, descendre à station  “Dugommier” (15 mn trajet puis 5 mn à pied)

N’oubliez pas de signer la pétition contre le droit de vote des étrangers en cliquant ici

Le Crif fait interdire un colloque sur Israël

Le Crif fait interdire un colloque sur Israël

20/02/12 – 11h30
PARIS (NOVOpress)
– Dans un courrier daté du 17 février 2012, le président de l’université Paris 8 a informé les organisateurs du colloque « Des nouvelles approches sociologiques, historiques et juridiques à l’appel au boycott international : Israël, un État d’apartheid ? », prévu les 27 et 28 février prochains, qu’il retirait l’autorisation qu’il avait accordée à cette initiative.

Le prétexte de cette censure est, comme toujours, d’éventuels « troubles à l’ordre public ». La direction de l’université a donc décidé d’annuler deux journées de conférences-débats réunissant des spécialistes venus, entre autres, de France, d’Italie, de Belgique et de Grande-Bretagne. Universitaires, journalistes, membres du Tribunal Russel sur la Palestine.

Ce retournement de la direction de l’université qui, dans un premier temps, avait non seulement accordé son autorisation mais également soutenu l’initiative en lui attribuant un financement du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes (FSDIE) fait suite à la publication par le Conseil représentatif des institutions juives de France d’un « communiqué » dénonçant l’organisation du colloque avec véhémence, n’hésitant pas à parler de « provocation à la discrimination nationale, raciale ou religieuse ».

Appuyant son appel à l’interdiction de ces rencontres universitaires par des menaces à peine voilées ( « De par sa nature, ce colloque pourrait être susceptible de provoquer des troubles manifestes à l’ordre public » peut-on lire notamment dans le communiqué), le Crif a donc obtenu gain de cause, l’université se soumettant au diktat de l’institution communautaire.

Crédit photo : Rmoris via Flickr (cc)

Le coût de l’immigration annuelle supplémentaire : 18 milliards d’euros

Le coût de l'immigration annuelle supplémentaire : 18 milliards d'euros

Article reproduit avec l’aimable autorisation de la Fondation Polémia.

[box class=”info”] Dix-huit milliards d’euros, tel est le coût de l’immigration supplémentaire annuelle (1), selon l’analyse présentée par Jean-Yves Le Gallou le 16 février 2012 au Colloque de l’Institut de géopolitique des populations sur le thème : « Peut-on raisonnablement calculer les coûts de l’immigration ? ». Présentation résumée et texte complet.
Polémia
[/box]

On peut estimer à 200.000 le solde des étrangers supplémentaires s’installant chaque année en France, soit 0,3% de la population, 0,4% de la population scolaire et 5% de la population étrangère déjà présente en France.

1 – Cela génère 3 milliards en dépenses de fonctionnement des services publics et en redistribution sociale (soit 0,3% de 1.000 milliards).

2 – Cela génère aussi et surtout 15 milliards de dépenses d’infrastructures. Comme l’avait souligné le prix Nobel Maurice Allais, l’arrivée d’une population nouvelle suppose de puiser dans l’épargne (ou de creuser le déficit) pour réaliser les équipements nécessaires à leur accueil.

Ces dépenses se décomposent ainsi :

  • • Etablissements scolaires : 1 milliard ;
  • • Logements : 7 milliards ;
  • • Transports urbains régionaux : 4 milliards ;
  • • Prisons : 100 millions ;
  • • Universités : 400 millions ;
  • • Hôpitaux : 700 millions ;
  • • Autres réseaux nationaux et locaux : 2 milliards.

3 – Cela génère aussi des dépenses d’assurance chômage : dans un pays qui a 15% de chômeurs, un étranger de plus ce n’est pas un emploi de plus c’est un chômeur de plus (français ou étranger, d’ailleurs, puisque le taux de chômage des étrangers et des enfants d’immigrés est, selon les statistiques officielles, deux à trois fois plus fort que le taux de chômage moyen). Le coût de l’indemnisation de ce sur-chômage c’est 500 millions.

Au total plus de 18 milliards d’euros : près du quart du déficit budgétaire. En période de crise, il est clair que la France n’a plus les moyens de poursuivre sa politique d’immigration ou que, si elle la poursuit, cela ne peut se faire qu’au détriment des services rendus à la population, de son niveau de vie et de sa qualité de vie.

(Tous les chiffres sont étayés dans le document complet, cliquer ici.)

Jean-Yves Le Gallou
Colloque de l’Institut de géopolitique des populations du 16/02/2012.

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

(1) Ce coût s’ajoute bien sûr au coût des immigrés déjà sur place.

Xavier Cantat (Europe-Ecologie) : « Je me fiche pas mal de la France »

Xavier Cantat (Europe-Ecologie) : « Je me fiche pas mal de la France »

19/02/2012 – 11h30
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Le bordelais Xavier Cantat, frère du chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, était l’invité jeudi de l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC info.

Interrogé sur le slogan choisi par Nicolas Sarközy « la France forte », celui qui est également le « compagnon » de la secrétaire générale des Verts, Cécile Duflot, a donné une surprenante réponse : « Je me fiche pas mal de la France. La France est un hasard historique (…) je ne me sens pas plus Français que Sénégalais » !

Après les propos controversés d’Eva Joly, cette déclaration de celui qui est maire adjoint à la culture et à la jeunesse de Villeneuve St Georges et militant des Verts, jette un doute sur les réelles motivations politiques d’Europe-Écologie.

[Tribune libre] Le Grand Soir est pour aujourd’hui mais j’ai piscine – Par Marie-Thérèse Bouchard

[Tribune libre] Le Grand Soir est pour aujourd’hui mais j’ai piscine – Par Marie-Thérèse Bouchard

[box class=”info”] Une critique au vitriol, une ironie féroce, dans cet article de Marie-Thérèse Bouchard. C’est évidemment exagéré mais ça réveille et peut rendre meilleur. [/box]

Ça y est ! La goutte d’eau qui fait déborder le vase vient de tomber dans la piscine. Fdesouche, le site fédérateur de toutes les droites est menacé, et bien comme il faut. On entend déjà au loin les tiroirs qui grincent dans des milliers d’appartements pour délivrer leurs précieux trésors : cagoules et poings américains en veux-tu en voilà. La guerre civile prévue pour 2010 arrive enfin !

Parviennent aux esgourdes mélange confus de cris de sangliers et de menaces de PMU, pas très distinctement, y faudrait quand même pas se fâcher avec les collègues à l’heure de la cantine et de l’andouillette-purée. Décision est prise avec Cochondu69, François Dupont et Charlesmartelle de réfléchir à une pétition de soutien et à une vidéo où l’on apparaîtrait un quart de seconde déguisé en Vercingétorix avec casque en plastique et épée en bois volés au petit dernier (neveu).

 

Dieu que c’est drôle, le masque tombe enfin.

Un quotidien flique sans se cacher des centaines de petits blogs que personne ne lit et qui ne présentent aucun danger, tenus malgré eux de servir de preuve ultime de la renaissance du Troisième Reich en France. Personne ne semble s’inquiéter des prémices de la délation légalisée, comme au bon vieux temps de Staline, le papy moustachu que les réacs débiles dont la culture politique avoisine le négatif idolâtrent comme un « réactionnaire enraciné » ou un « identitaire assumé » (je me perds parfois dans les formules). Quelle solution face à cette annonce de purge staliennienne avance la Réacosphère ? Grande question.

Certains s’en réjouissent comme de bons élèves tout fiers de leur premier bonnet d’âne, espérant sans doute que celui-ci les mette sous la protection du gang des cancres de la cour de récré (« hey regardez les mecs, j’suis un paria, c’est über-kül »). D’autres continuent à se branler sur des photos d’écolières nippones ou mannequins anorexiques justifiant leur nullité par le retournement perpétuel de leurs positions (« le Beau c’est mainstream », « la culture dominante est laide », « nous sommes l’élitent », « c’est la gauche, le sérieux, nous sommes fiers d’être inutiles »), d’autres, parachutés dans un bureau grâce à l’émission en masse de faux-diplômes rigolent la clope au bec : si la dictature de Gattaca se met progressivement en place, ils seront les premiers à pouvoir baiser Uma Thurman.

Leur incapacité à se concentrer plus de trente secondes, à émettre des avis construits autrement que sur des slogans et leur propension à se contenter de la moindre brève de l’AFP les placent, bien entendu, dans la liste des « wanted » en cas d’instauration d’une élite génétiquement supérieure. Inconscients de leur nullité, et que leur rêve se résume à une perpétuité dans un bunker, leur nihilisme de salon est la preuve ultime que leur amour du terroir est aussi crédible que l’amour de la liberté des jeunesses communistes.

Pose. Pose. Pose. Un ramassis de névrotiques et d’impuissants qui attendent avec hâte la guerre civile dans laquelle ils seraient tués au bout de cinq minutes, une capsule de P’tit Louis tombant d’un balcon sur leur crâne suffisant à leur faire faire une hémorragie cérébrale dans la seconde.

Je fais également l’impasse sur les blogs réacs qui aiment Jeanne d’Arc warholisée, les Beatles, les taille-crayons en forme de pomme, les dérouleurs de pécul Bob l’éponge et les lampes de chevet Bécassine, amoureux du vintage et de la mode comme les assemblées que l’on peut trouver dans les bars du troisième arrondissement un vendredi soir.

Idem pour les cathos obsédés de l’avortement qui attendent sagement l’autorisation de défiler une fois par an contre ce qu’ils considèrent être un « meurtre », cautionné alors passivement les 364 autres jours de l’année.« Si l’on pense réellement que l’avortement est un meurtre, et qu’il y a vraiment une usine à meurtres au coin de la rue, il n’y a qu’une manière d’agir pour un honnête homme », et je ne pense pas qu’il s’agisse de se mobiliser pour exiger le droit à un député de dire que «250 000 interruptions volontaires de grossesse c’est peut-être beaucoup ».

Idem bis pour les cathos « tradis » qui définissent qui ils doivent fréquenter ou fuir en fonction des critères émis par la gauche, ayant moi-même dernièrement reçu un mail d’une maman-tout-ce-qui-se-fait-de-mieux-en-matière-de-mère-au-foyer-inquiète-pour-l-avenir-de-ses-enfants qui me disait ne pas vouloir parler d’un site catho sur son blog parce que ce dernier émanait d’une organisation catholique ayant « mauvaise presse ».

On va faire la Révolution avec ce matos humain. Oui, les mecs. Autant dire que jouer du Mendelssohn avec un triangle aurait plus de chance d’aboutir à un truc qui a de la gueule.
Tous les amoureux du grand soir sont infoutus de commencer à se poser trente secondes pour avoir une vue d’ensemble sur des événements qui n’annoncent rien de bon : la traque de Sautarel et la mise au pilori de Vanneste en première position.

Toujours soucieux des étiquettes, le « réac » de base votera quand même Sarkozy en avril « parce qu’il est de droite » même s’il valide la thèse orwelienne qu’un gusse puisse être détruit du jour au lendemain sans présomption d’innocence pour avoir tout simplement énoncé une vérité historique. Le blogueur étant un post-moderne comme un autre, il aura oublié ce fait divers dans deux semaines, pendant que la purge politique fera son œuvre.

Des Fabrice Robert par dizaines seront menacés financièrement (pressions sur les employeurs ou sur les clients dans le cas d’entrepreneurs), leurs comptes surveillés (votre banquier a l’obligation de vous demander d’où proviennent vos fonds en cas de gros mouvements sur votre compte, nul doute que Xavier Dugenou à la BNP de la Courneuve y consacre ses journées !), les proches mis en garde à vue, pendant que des gens qui se complaisent dans cette situation boiront une manzana sur fond de jazz éthéré en disant :

« vivement le grand soir, j’attends un signe »

[box class=”info”] Source : reproduit avec l’aimable autorisation du blog Marie-Thérèse Bouchard. [/box]

Crédit photo : Brice Bonneau via Flickr. Licence CC.

L’hebdomadaire VSD condamné pour diffamation envers Marine Le Pen

L’hebdomadaire VSD condamné pour diffamation envers Marine Le Pen

17/02/12 – 15h30
PARIS (NOVOpress)
— L’hebdomadaire populacier VSD a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir publié le 23 décembre 2010 un article diffamatoire sur Marine Le Pen intitulé “Les secrets d’une fille à papa”.

La 17ème chambre du tribunal correctionnel a condamné VSD à une amende de 1000 euros et à verser à Marine Le Pen 2 euros symboliques de dommages et intérêts. En outre, le titre devra s’acquitter de 3.000 euros de frais de justice.

Dans l’article condamné, la revue politiquement correcte dressait un portrait de la présidente du Front National qui la présentait comme une fêtarde, buvant parfois plus que de raison. Ajoutant la vulgarité à la diffamation, le folliculaire ayant commis l’article écrivait même “Paradoxalement, c’est une fille qui aime manger, boire et baiser comme son père“.

S’il n’a pas accordé les 600 000 euros de dommages et intérêts réclamés par l’avocat de Marine Le Pen, le tribunal a estimé que l’article incriminé imputait bien à Marine Le Pen “un comportement excessif et incontrôlé qui apparaît attentatoire à la considération”.

Crédit photo : staffpresi-esj via Flickr (cc)

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

17/02/2012 – 11h10
NUMERAMA
 Oops. Il faut désormais penser à tout lorsque l’on est communicant, même aux petits détails que l’on croyait invisibles. L’équipe du candidat Nicolas Sarkozy a dévoilé mercredi soir l’affiche de campagne de l’actuel président de la République, qui promet “La France Forte” aux électeurs. Mais @shloren révèle qu’en fait de France, le paysage marin qui se cache derrière Nicolas Sarkozy n’est autre que la mer Égée, en Grèce. Une trouvaille d’autant plus gênante s’agissant d’un pays dont le Smic vient d’être raboté à moins de 40 % du salaire minimum français, et qui se situe au bord de l’insurrection et du chaos financier.

La découverte a été permise par la diffusion du fichier numérique de l’affiche, qui révèle les données EXIF du fichier. On voit que la description de l’image de fond n’a pas été changée, et qu’il s’agit d’une photo de la banque d’images Tetra Images intitulée “Greece, Clouds over Aegean See”. On la retrouve effectivement sur le site de l’agence :

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

La France Forte de Nicolas Sarkozy est en fait grecque !

[box]Auteur : Guillaume Champeau pour Numérama. Article original de Numérama publié le 16/02/2012. Licence cc[/box]

Christian Vanneste participera aux assises du samedi 10 Mars “la France en danger”

Chasse aux sorcières à l’UMP : Christian Vanneste victime de l’historiquement correct
[box]L’association nationalité citoyenneté identité nous communique[/box]
Un nouvel orateur pour les assises “La France en danger” : Christian Vanneste (communiqué du jeudi 16 février 2012)
 Il devait être annoncé dans quelques jours, aux côtés des maires et élus qui participeront aux assises “La France en danger”, le samedi 10 mars à l’espace Charenton :
L’actualité nous conduit à annoncer dès aujourd’hui la présence du député Christian Vanneste, qui interviendra lors d’une table ronde aux assises sur la nationalité, la citoyenneté et l’identité.
En effet, à l’heure où, pour quelques propos bien ou mal interprétés, une tempête médiatique s’emballe contre lui, à l’heure où ses proches amis de l’UMP le lâchent un à un, pour ne pas subir les foudres de la police de la pensée, il nous paraissait fondamental de renouveler à Christian Vanneste notre engagement de l’accueillir à ces assises.
Il pourra ainsi, devant des centaines de personnes présentes dans la salle mais aussi devant les centaines de milliers d’internautes qui visionneront les interventions en direct, apparaître non pas sous le portrait diabolique que tout un chacun cherche à dresser de lui aujourd’hui, mais sous les traits d’un patriote, réfractaire à la pensée unique, un homme libre comme il en manque cruellement aujourd’hui en France.
Oui, nous lui offrirons une tribune, comme nous offrirons une tribune à toutes les victimes d’un système qui, au quotidien, tend à bannir toute forme de liberté d’expression au profit de lobbys et de groupes d’influence.
Catherine Blein
Présidente de l’association Nationalité Citoyenneté Identité

Assises “La France en danger”, samedi 10 mars 2012

Prix d’entrée : 10 euros
Espace Charenton – 327 rue de Charenton – 75012 PARIS
Métro : Porte de Charenton (ligne 8, Balard-Créteil)
Stands dédicaces, restauration et buvette.
Contact : nationalite.nci@gmail.com
Suivez-nous sur Facebook : http://fr-fr.facebook.com/pages/La-France-en-danger/250091775063932
Les journalistes souhaitant couvrir l’événement doivent obligatoirement demander uneaccréditation presse à nationalite.nci@gmail.com

N’oubliez pas de signer la pétition contre le droit de vote des étrangers en cliquant ici 

affiche annonce4

Chasse aux sorcières à l’UMP : Christian Vanneste victime de l’historiquement correct

Chasse aux sorcières à l’UMP : Christian Vanneste victime de l’historiquement correct

16/02/2012 – 13h30
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinfo) — Depuis mardi soir, le député UMP du Nord et philosophe, est victime d’un nouveau lynchage politico médiatique.

Interrogé par le site libertepolitique.com au sujet de sondages indiquant qu’une majorité de Français est favorable au mariage homosexuel, il répond que ce résultat est le fruit d’un « bourrage de crânes ». Selon lui, les homosexuels sont surreprésentés dans le monde médiatique, leur permettant de faire progresser leurs idées en pratiquant la « déformation systématique des faits ». Il prend alors l’exemple de « la légende de la déportation des homosexuels en France »« en dehors des trois départements annexés (d’Alsace Moselle), il n’y a pas eu de déportation homosexuelle ».

Il n’y a là aucun propos homophobes. Quelles ont été les réactions politiques ?

Elles ont été violentes, y compris au sein de son parti. Hier, l’UMP aurait décidé d’exclure le député et de lui retirer son investiture dans le Nord. On l’a accusé d’être un « multirécidiviste de la droite extrême » et même de « négationnisme »

Cela paraît invraisemblable, d’autant plus que les propos de Christian Vanneste semblent exacts.

Même l’historien spécialiste de ces questions, Mickaël Bertrand, a admis que Christian Vanneste à factuellement raison. Il a recensé en France 62 cas de déportations d’homosexuels français vers l’Allemagne en raison de leur homosexualité, dont seulement sept cas hors d’Allemagne et d’Alsace Lorraine. Mais aucun n’a reçu le triangle rose.

Il n’y a donc aucun motif valable d’exclusion, puisqu’il n’a fait que citer des faits…

[box class=info]Article reproduit avec l’aimable autorisation du Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie[/box]
Crédit photo : UMP Photos via Flickr (cc)

Le soutien de Philippe Poutou à un militant du Jihad islamique !

Le soutien de Philippe Poutou à un militant du Jihad islamique !

16/02/2012 – 12h00
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Le candidat du NPA à l’élection présidentielle ne décolle toujours pas dans les sondages. Donné à moins de 1%, le syndicaliste de l’usine Ford à Blanquefort (Gironde) peine à exister dans cette campagne, tant il est vrai que ses quelques apparitions médiatiques se sont révélées être de véritables désastres.

Mais le dernier communiqué de presse du candidat d’extrême-gauche a laissé de nombreux internautes dubitatifs. En effet, intitulé « Libération immédiate de Khader Adnan ! », celui-ci exige la liberté pour un militant (photo) d’un mouvement considéré comme terroriste dans de nombreux pays du Monde, dont l’Union Européenne. « Khader Adnan, du Jihad islamique en Cisjordanie, a été arrêté le 17 décembre lors de l’invasion nocturne de sa maison dans un village, près de Jenine, par des soldats masqués de l’armée israélienne…Il est urgent de briser le silence sur le sort de ce militant » !

Après la polémique sur la présentation d’une femme voilée aux dernières élections régionales, ce soutien à un militant intégriste, dont le mouvement est responsable de la mort de nombreux civils au Proche-Orient, pourrait être interprété comme un pas de plus vers l’électorat musulman. Paradoxalement, Philippe Poutou comme le NPA, n’hésite pas à participer à des manifestations contre le mouvement Pro-Vie à Bordeaux (photo ci-dessous).

Celui-ci risque pourtant de retourner plus tôt que prévu dans l’anonymat le plus complet. Selon Olivier Besancenot, son prédécesseur en 2007, Philippe Poutou aurait le plus grand mal à récolter les 500 parrainages nécessaires pour se présenter au 1er tour de l’élection présidentielle.

[Littérature] Sortie du « Dernier contrat » d’Olivier Maulin

Sortie du « Dernier contrat » d’Olivier Maulin

16/02/12 – 10h00
PARIS (NOVOpress)
– Olivier Maulin, écrivain iconoclaste et romancier populaire très peu « politiquement correct » nous livre un polar de haute volée avec « Le dernier contrat » aux éditions la Branche.

Dans un futur étrangement proche, un prêtre révolutionnaire et un tueur à gage en pré-retraite jouent ensemble aux redresseurs de torts nationaux. Laminée par une crise économique et politique sans précédent, la France est plongée dans le chaos. Frère-la-Colère, un moine charismatique et exalté, émerge de la confusion, fédérant bientôt les rebelles de tout le pays pour renverser le pouvoir en place et hâter l’effondrement général. Prêt à tout, Frère-la-Colère engage un tueur à gages, un pro sur le retour, dépressif et alcoolique. Son contrat : assassiner le président de la République le samedi 14 juillet, pendant le défilé. L’avenir de la Rébellion ne dépend plus désormais que d’un seul homme…

Olivier Maulin est né en 1969. Avec son premier roman, « En attendant le roi du monde », il s’est imposé d’emblée comme un auteur à suivre de près, en remportant notamment le prix Ouest-France/Étonnants Voyageurs en 2006. Il a depuis publié quatre romans, dont Les Lumières du ciel qui vient de paraître aux Éditions Balland (finaliste Prix de Flore 2011).

« Le dernier contrat », Ed. La Branche, Collection “Vendredi 13”. 192 p. Version papier et numérique.