Nantes : la caravane des primaires du PS attaquée par des militants anti-aéroport

Nantes : la caravane des primaires du PS attaquée par des militants anti-aéroport

Nantes : la caravane des primaires du PS attaquée par des militants anti-aéroport23/08/2011 – 08h30
NANTES/NAONED (NOVOpress Breizh) — Le débat entre les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et le PS tourne au vinaigre. Hier matin la caravane des primaires du PS a en effet été attaquée par des militants anti-aéroport qui reprochent au PS son soutien total au projet. « L’Airaultport » continue de faire des vagues.

Hier en fin de matinée, à Nantes, le camion de la caravane des primaires du PS, qui arrivait de Saint-Marc-sur-mer, a été attaquée par une trentaine de personnes masquées ou encagoulées. Après avoir crevé les pneus du véhicule et arraché des morceaux de carrosserie, les agresseurs ont peint des slogans hostiles au projet d’aéroport et jeté du purin à l’intérieur de la cabine du chauffeur, tentant sans succès de retourner la caravane.

Celle-ci a pu être dépannée rapidement et en début d’après-midi les militants socialistes étaient installés dans le centre-ville, en présence de Jacques Auxiette président (PS) de la « région » dite des Pays-de-la-Loire. Ce dernier, comme Jean-Marc Ayrault, maire (PS) de Nantes et Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil général de Loire-Atlantique, est un farouche partisan de ce projet – très controversé –  d’aéroport.

Dans un communiqué, la fédération socialiste de Loire-Atlantique a déclaré qu’elle avait porté plainte après ces « actes inqualifiables ». De son côté Benoît Hamon, porte-parole du PS, a affirmé qu’un jeune militant aurait été « violenté » lors de l’agression, et que cette dernière « ne resterait pas impunie ».

Franck Louvrier, le monsieur communication de Nicolas Sarkozy et accessoirement  conseiller régional UMP des Pays de la Loire, a également « condamné fermement cette attitude totalement ahurissante de violence et de bêtise ». Partisan, comme le PS, du projet, il en  profite au passage pour interpeller les membres d’Europe Écologie Les Verts, fidèles alliés régionaux du PS mais adversaires résolus de Notre-Dame-des-Landes, leur demandant d’en faire autant…

Ségolène Royal sur les traces de Jacques Tati

Ségolène Royal sur les traces de Jacques Tati

22/08/2011 18h00
SAINT NAZAIRE (NOVOpress Breizh) –
Profitant du passage de la caravane des Jeunes Socialistes, Ségolène Royal était hier, à Saint-Marc-sur-Mer, cette station balnéaire de Saint-Nazaire où Jacques Tati tourna en 1951  Les vacances de Monsieur Hulot. Et où la municipalité a dû fermer des plages, pour cause d’algues vertes.

Accueillie par Philippe Grosvalet, président du Conseil général, Marie-Odile Bouillé  députée de Loire-Atlantique et Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement des jeunes socialistes, la candidate aux primaires du PS  a fait un petit tour sur le marché local avant de se rendre sur la plage dominée par la statue de Jacques Tati. Joël Batteux, le maire de Saint-Nazaire, qui soutient François Hollande, n’avait pas jugé utile de se déplacer. Il est vrai qu’aucun des hiérarques socialistes du département ne s’est prononcé en faveur de la présidente de la région Poitou-Charentes.

A propos des algues vertes, Madame Royal, reconnaissant que le système productiviste a poussé les agriculteurs à produire sans se soucier de l’environnement, estime qu’il faut réformer les aides pour les « encourager à produire propre ».

La candidate aux primaires du PS a également rencontré des représentants syndicaux des chantiers navals STX, ce qui lui a permis de se dire « concernée » par la question de la navale – un « fleuron industriel d’une grande valeur ». Evoquant sa volonté de faire de la France « un pays d’entrepreneurs » elle a émis l’idée de l’entrée de l’État au capital des entreprises stratégiques. Se déclarant favorable à une réorientation générale de l’investissement bancaire au profit de l’économie réelle, elle a suggéré la création d’une banque publique pour le financement rapide de l’innovation et des PME. Des mesures d’aménagement du système actuel, une remise en cause du mondialisme marchand ne lui venant manifestement pas à l’esprit.

En mai dernier, Ségolène Royal avait tenu à marquer sa  différence  au sein du PS par rapport à la question de l’immigration, estimant que l’Etat n’avait « pas à accepter d’immigration illégale » et qu’il fallait donc « raccompagner » les clandestins  dans leurs pays d’origine. Selon elle l’immigration risquait en effet de peser « sur les conditions de travail et de vie des gens déjà les plus défavorisés de notre société ». Cela ne l’a pas empêché, mardi dernier, d’être à Marseille pour rompre symboliquement le jeûne du ramadan avec des associations musulmanes du quartier Saint Barthélémy. Un quartier considéré depuis des décennies comme l’un des bastions du trafic de drogue de la cité phocéenne.

Près de 80 % des Français opposés à la guerre en Afghanistan

Près de 80 % des Français opposés à la guerre en Afghanistan

22/08/11 – 10h30
PARIS (NOVOpress)
– Alors que la liste des soldats français morts au combat en Afghanistan ne cesse de s’allonger, 76% des Français se déclarent opposés à cette intervention militaire et une large majorité d’entre eux souhaite un retrait rapide de ce pays, selon un sondage Ifop.

Les personnes interrogées sont 41% à se dire “plutôt opposées” et 35% “tout à fait opposées” à l’intervention en Afghanistan.

C’est parmi les sympathisants du Front national (88%) et de la gauche (84%) que l’on trouve le plus grand nombre d’opposants à la guerre américaine en Afghanistan, mais même au sein de l’UMP, l’opposition au conflit est majoritaire (54%).

Seuls 38% des personnes interrogées pensent que la présence française a permis de faire progresser l’Afghanistan vers la démocratie, alors que 87% estiment qu’il y a un vrai risque d’enlisement des troupes occidentales.

Rappelons qu’en octobre 2001, au début du déploiement des forces internationales en Afghanistan, 55% des sondés se déclaraient favorables à cette initiative militaire.

Quelque 130 000 soldats étrangers, aux deux tiers américains, sont actuellement déployés au sein de la coalition internationale en Afghanistan sous commandement de l’Otan.

« Tu seras mon fils » : le drame se joue dans le bordelais

« Tu seras mon fils » : le drame se joue dans le bordelais

22/08/2011 – 13h30
SAINT-ÉMILION (via Info-Bordeaux) — Tourné à Saint-Émilion, au château Clos Fourtet, ce film met en scène une succession qui tourne au drame, sur fond de conflit entre un père et son fils. Il est actuellement à l’affiche dans la plupart des cinémas bordelais avec notamment Niels Arestrup, Patrick Chesnais et Lorànt Deutsch.
[box class=”warning”]En salle le 24 août[/box]

On ne choisit ni ses parents, ni ses enfants ! Paul de Marseul, propriétaire d’un prestigieux vignoble à Saint-Émilion a un fils, Martin, qui travaille avec lui sur le domaine familial. Mais Paul, vigneron exigeant et passionné, ne supporte pas l’idée que son fils puisse un jour lui succéder. Il rêve d’un fils plus talentueux, plus charismatique… plus conforme à ses fantasmes de père ! L’arrivée de Philippe, le fils de son régisseur va bouleverser la vie de la propriété. Paul tombe en fascination devant ce fils idéal. Commence alors une partie d’échec qui se jouera à quatre : deux pères, deux fils, sous le regard impuissant des femmes qui les entourent. Et au moins l’un d’entre eux n’a plus rien à perdre…

[box class=”info”]Crédit photo : Universal pictures[/box]

Meurtre des touristes françaises : l’horreur se dévoile peu à peu

Meurtre des touristes françaises : l'horreur se dévoile peu à peu


22/08/2011 – 11h30
BUENOS AIRES (NOVOpress) — Alors que le juge d’instruction a fini par obtenir des aveux de Gustavo Lasi, le suspect incriminé par les traces ADN, les enquêteurs pensent que les personnes impliquées dans cette affaire ne sont pas encore toutes sous les verrous.

Selon les policiers chargés de l’enquête, les suspects appartiendraient à une bande organisée spécialisée dans l’attaque des touristes, nombreux dans cette région de Salta, une des principales destinations des visiteurs en Argentine durant l’hiver austral.

Les enquêteurs ont relevé un grand nombre de plaintes déposées auprès de la police locale par des touristes victimes d’attaques à main armée ou de vols à l’arrachée. La plupart des affaires ont été classées sans suite car les touristes ne voulaient qu’un récépissé de plainte pour leurs assurances.

L’astuce des criminels étant de limiter l’usage de la force et de voler de petits objets de valeur de sorte que les chances de déclencher une riposte policière étaient nulles. Le crime dont ont été victimes les deux jeunes femmes venues d’Europe a changé la donne et contrait la police à déployer les grands moyens pour retrouver les coupables.

L’horreur de l’attaque a suscité une vive émotion dans un pays pourtant habitué à des faits divers particulièrement cruels. Les photos des corps prises à l’institut médico-légal de Salta ont frappé les journalistes locaux qui ont reconstitué le fil des événements à partir des informations glanés à la porte du cabinet du juge et dans les couloirs fréquents par les policiers en charge de l’enquête.

De retour d’une partie de chasse et de pêche, les suspects ont aperçu les jeunes femmes et décidé de les agresser sur le parcours de visite. Mais la résistance des jeunes femmes a étonné les criminels et l’agression sexuelle s’est transformée en tragédie sanglante.

Largement alcoolisés durant l’après-midi au cours d’une partie de pêche et de chasse, les suspects ont brutalisé les Françaises dans un crescendo dramatique. Ils les ont frappées à coups de poing à de multiples reprises, couvrant leurs corps d’hématomes.

Dans un jeu sadique, ils les ont laissées s’enfuir à travers les buissons épineux ou même remonter des pentes abruptes car leur connaissance du terrain et leur force physique ne laissait aucune chance aux jeunes femmes. Une des victimes, Houria, avait ses ongles pratiquement retournées dans sa tentative de fuite.

Ne s’arrêtant pas là, une fois à terre les agresseurs ont brisé les jambes des jeunes femmes à coups de pied, l’une de ces fractures étant ouverte, un témoignage irréfutable de la violence des coups et de la volonté de faire souffrir les victimes.

Lassés par ce jeu cruel, les tortionnaires ont finalement abattu les jeunes filles avec les armes à feu emportées pour leur expédition cynégétique.

Les journalistes argentins, jamais avares de détails morbides, ajoutent dans leurs articles que les employés des pompes funèbres chargés de préparer les corps pour leur retour en France ont été horrifiés par l’étendue des blessures vaginales et anales des victimes.

Poussant le stylo très loin, dans El Tribuno, un des principaux quotidiens locaux, on lit : « la femme musulmane chargée de laver trois fois le corps de sa coreligionnaire s’interrompait régulièrement dans son travail en raison de vomissements incontrôlés et pour pleurer désespérément. »

Mince consolation pour les familles, c’est une procédure pénale inspirée par la tradition française qui a permis l’arrestation des coupables et une gestion plus tropicale du secret de l’instruction qui a permis aux journalistes de suivre pratiquement en direct les progrès de l’enquête.

Le Bloc comme sujet de roman pour Jérôme Leroy ?

Le Bloc comme sujet de roman pour Jérôme Leroy ?

22/08/2011 10h00
PARIS (NOVOpress) – Le 6 octobre prochain, dans la fameuse collection la Série noire (qui malheureusement tient plus désormais de la police de la littérature que de la littérature policière) sortira le nouveau roman de Jérôme Leroy : Le Bloc. Paradoxalement, ce roman ne parle pas du Bloc Identitaire, mais en réalité traite du FN et de Marine Le Pen. Cependant, au vu de certains éléments qui décrivent l’ouvrage, le Bloc Identitaire aurait bien inspiré l’auteur d’où peut-être aussi le choix du titre.

L’histoire est basée sur la négociation d’une femme dirigeante d’un parti de la droite nationale avec le pouvoir pour obtenir des postes ministériels, et de l’amitié suivie de la trahison à cause des négociations entre deux proches de la dirigeante du parti.

Jérôme Leroy, écrivain et chroniqueur pour le magazine Causeur, reprend ainsi le chemin du nouveau roman policier français, où par exemple Manchette et Fajardie font cohabiter réalité politique et sociale et intrigue policière.

Identarisation des esprits : Eva Joly prône la relocalisation des industries

Identarisation des esprits : Eva Joly prône la relocalisation des industries

22/08/2011 08h30
PARIS (NOVOpress) – Les Identitaires deviennent-ils la boîte à idées d’une partie de la gauche française ? Derrière cette question iconoclaste apparaît une évolution des discours et des valeurs de cette gauche qui va dans le sens du combat des Identitaires. Notamment autour de la question de la relocalisation des activités économiques. Après le soutien des militants du Projet Apache à la candidature d’Arnaud Montebourg à la primaire socialiste, c’est au tour d’Eva Joly, la candidate écolo, de prôner la relocalisation des industries.

C’est ce qui ressort du discours qu’elle a prononcé avant-hier lors de la côture des Journées d’été d’Europe Ecologie – Les Verts à Clermont-Ferrand. Certes, même s’ils militent pour la défense de l’environnement et la relocalisation, les Identitaires ne partagent pas tous les délirs des Verts quant à l’immigration.

Cela risque cependant d’alimenter les articles de dénonciation de Paul Ariès dans les colonnes de la Décroissance, où ce petit flic de la décroissance passe son temps à combattre les Identitaires leur déniant toute légitimité sur ce thème. Dernier exemple en date, un article intitulé “Les identiverts ? Non merci!”

SOS Racisme connaît des difficultés financières

SOS Racisme connaît des difficultés financières

21/08/2011 15h30
PARIS (NOVOpress) – Ligue de vertu de la police de la pensée, l’Association SOS Racisme dispose d’un budget de près d’un million d’euros, dont près de la moitié est issue… de subventions, donc des poches des contribuables. De plus, SOS racisme obtient régulièrement de l’aide matérielle des collectivités locales. Comme pour le concert que l’association a organisé le 14 juillet dernier au Champ de Mars à Paris. SOS Racisme bénéficiant de l’aide de la mairie de Paris : “160 000 euros de subvention pour le concert, plus 30 000 euros pour le ‘village dédié à SOS Racisme’ et enfin 40 000 euros pour le fonctionnement de l’association, sans parler de la mise à disposition du Champ de Mars”, comme le rappelle le quotidien l’Union.

La lettre de Dominique Sopo pour demander une aide financière
La lettre de Dominique Sopo pour demander une aide financière

Seulement voilà, certains partenaires et parrains de SOS Racisme semblent avoir fait faux bond, grevant ainsi les finances de l’association. A tel point que Dominique Sopo, le président de SOS Racisme s’est fendu d’une lettre (ci-contre) appelant à la générosité des ses parrains et marraines ainsi que des… ministères.

Mais au-delà de l’indélicatesse supposée de sponsors de SOS Racisme, on peut s’interroger sur la gestion de l’association. En effet, la Cour des comptes avait signalé de “graves insuffisances de gestion et de rigueur” pour les budgets de 1997 à 2000. De plus, comme le rappelaient les magistrats de la rue Cambon, “l’association n’aurait pas pu échapper à la mise en redressement judiciaire sans des concours financiers publics de caractère exceptionnel, subventions au titre de la réserve parlementaire de 1998, 1999, 2000, sur le budget de l’Éducation nationale et surtout en 2001, subvention des services du Premier ministre au titre des fonds spéciaux.”

Les faits de violence ont augmenté de près de 2 % en France

Les faits de violence ont augmenté de près de 2 % en France

20/08/2011 10h10
PARIS (NOVOpress) – Selon un rapport de de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), publié hier vendredi 19 août, le nombre de faits de violence a augmenté de 1,832 %. Cet accroissement “est composée pour plus des trois quarts de violences physiques crapuleuses, c’est-à-dire de vols avec violences”, selon le rapport.

Alors que les vols commis sans violences n’augmentent que légèrement (+ 0,38 %), le nombre des cambriolages continue d’augmenter, progressant de 6,21 %.

Et selon l’ONDRP, le nombre d’affrontements entre bandes pour le premier semestre 2011 a baissé de 18,12 % par rapport à la même période en 2010.

Rassemblement à La Défense samedi 20 août contre le projet de barrage de Belo Monte (Brésil)

Rassemblement à La Défense samedi 20 août avec le chef Raoni contre le projet de barrage de Belo Monte (Brésil)

19/08/2011 17h25
PARIS (NOVOpress) – Nous vous avions déjà fait part du combat du chef Raoni et des peuples autochtones d’Amazonie contre le projet de barrage de Belo Monte au Brésil. Un rassemblement contre ce projet de barrage aura lieu demain samedi 20 août à La Défense, de 15 heures à 18 heures devant la Grande Arche.

Ce rassemblemest est organisé dans le cadre des journées mondiales d’action contre le barrage de Belo Monte et soutenue par le chef Raoni, France Libertés, Survival France et l’ONG américaine Amazon Watch.

Le but de ce rassemblement est de demander l’abandon définitif du projet Belo Monte, la suspension de tout autre projet de barrage en Amazonie allant à l’encontre du respect des droits des peuples autochtones et de la biodiversité et la recherche d’une alternative énergétique non destructrice pour l’environnement.

[box class=”info”]Pour tout renseignement : contact@raoni.fr[/box]

L’écrivain Michel Mohrt est décédé

L'écrivain Michel Mohrt est décédé

19/08/2011 – 15h55
LOCQUIREC (NOVOpress Breizh) –
« Dans quel monde va-t-on vivre demain ? Je viens de fêter mes 90 ans et je n’ai qu’une envie c’est de m’en aller lorsque je vois où nous en sommes arrivés ! » Le romancier et académicien Michel Mohrt, décédé mercredi à Paris, à l’âge de 97 ans, aura finalement été exaucé.

Né à Morlaix en 1914 dans une famille bretonne où la tradition avait un sens, Michel Mohrt fera son entrée dans le monde de la littérature dès l’âge de 14 ans en illustrant de bois gravés Gorsedd Digor, une pièce satirique de l’écrivain breton Jakez Riou. Après des études de droit à Rennes, il ouvrira  en 1937 un cabinet d’avocat à Morlaix. Trois ans plus tard la guerre le trouvera à la tête d’une section d’éclaireurs-skieurs à la frontière des Alpes, où sa brillante conduite – il repoussera une attaque italienne – lui vaudra d’être décoré de la croix de guerre.

Après un séjour à Vichy durant une partie de l’Occupation – il était proche de l’Action Française –, il s’installera aux États-Unis en 1947, enseignant la littérature française à Yale et autres universités prestigieuses. En pleine vogue de l’existentialisme, ses étudiants découvriront ainsi Montherlant, Drieu, Morand, Chardonne, Brasillach ou Jouhandeau, écrivains proscrits – pour des raisons politiques – dans les universités françaises. Devenu un grand spécialiste de la littérature anglo-saxonne, il sera à partir de 1952 responsable des traductions aux éditions Gallimard. Essayiste, critique littéraire et historien de la littérature, il traduira notamment William Styron et publiera Le nouveau roman américain (1955) et L’air du large (1970).

Élu à l’Académie Française en 1985, Jean d’Ormesson le recevra en ces termes « Vous êtes breton, catholique et sauvage. J’aurais voulu vous saluer dans votre langue natale qui fut celle d’un Renan, d’un Charles Le Goffic ou d’un Jean Guéhenno : “Aotrou, ni a zo laouen oc’h heti d’eoc’h digemer vad e breuriezveur ar galleg” (Monsieur, nous sommes heureux de vous souhaiter la bienvenue à l’Académie française). »

L’auteur d’Au Plaisir de Dieu avait vu juste. Incontestablement l’œuvre de Michel Mohrt est marquée par son enfance bretonne : « J’ai passé toute mon enfance au bord de la mer, soumis à ses caprices, à l’horaire des marées, au régime des vents. Très tôt, je me suis émerveillé que la langue bretonne n’ait qu’un seul mot : “glas”, pour désigner le bleu et le vert, couleurs de la mer… » (La maison du père 1979). Très attaché à son pays natal, il séjournera très souvent dans sa maison de Locquirec, dans la baie de Lannion.

Du Répit (Albin Michel 1945) jusqu’à Jessica ou l’amour affranchi (Gallimard 2002), en passant par La prison maritime (Gallimard 1961) pour lequel il reçut le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1962 – « un livre étonnant, avec un côté adolescent, bourré de force, de camaraderie et d’aventure » (Erik Orsena in Le Télégramme) – Michel Mohrt aura créé une superbe œuvre romanesque. Sous sa plume, à la fois élégante et classique, des aventures de guerriers et de marins, pleines de sel et d’embruns, prennent vie pour le plus grand bonheur de ses lecteurs.

Conscient des problèmes de l’époque, lui qui confiait, dans un entretien accordé en 2004 à la revue Réfléchir & Agir « ne penser que du mal du monde moderne »,  n’hésitait pas à déclarer à propos de la question de l’immigration : « Malheureusement j’ai bien peur qu’il ne soit trop tard. On s’est battu à Poitiers et l’Espagne a retrouvé sa terre après la Reconquista. Mais là, nous vivons une autre conquête de manière pacifique.» Lucide et désabusé.

 

CV anonyme : le fiasco confirmé par un rapport officiel

CV anonyme : le fiasco confirmé par un rapport officiel

19/08/11 – 14h15
PARIS (NOVOpress)
– Le CV anonyme, gadget démagogique destiné prétendument à lutter contre de supposées « discriminations » à l’embauche, est aujourd’hui lourdement épinglé dans un rapport remis par le pôle Emploi et validé par Yazid Sabeg, le commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances, pourtant originellement favorable à cette mesure.

Le bilan réalisé par le Pôle Emploi est tellement accablant que le CV anonyme ne devrait pas être rendu obligatoire, contrairement à ce que prévoit une loi de 2006.

Pôle Emploi a en effet expérimenté le CV anonyme auprès de 1 000 entreprises de 50 salariés ou plus dans huit départements (Nord, Bas-Rhin, Seine-Saint-Denis, Paris, Hauts-de-Seine, Loire-Atlantique, Rhône, Bouches-du-Rhône) entre novembre 2009 et novembre 2010. L’étude portait sur des recrutements en CDI ou en CDD d’au moins trois mois

Si l’enquête affirme que « le CV anonyme agit contre la tendance des recruteurs à privilégier des candidats du même genre qu’eux », elle conclut « qu’il n’a pas d’effet détectable sur les chances d’accès à l’emploi » et son impact sur la réduction des discriminations est « en moyenne neutre ou négatif ».

Cerise sur le gâteau, selon l’organisme public, les candidats issus de l’immigration et/ou résidents de Zone urbaine sensible (ZUS) ou bénéficiares de Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) seraient même plus lésés par le CV anonyme que lorsqu’ils donnent ouvertement leur état-civil.

Conflits, “camp du bien” et manipulations d’opinion : l’exemple de la Serbie [vidéo]

Conflits, "camp du bien" et manipulations d'opinion : l'exemple de la Serbie [vidéo]

La diabolisation de l’adversaire est une vieille constante des conflits qui ont secoué le monde. Allemands mangeurs d’enfants en 1871 ou 1914 ; Serbes “nazis” en 1992 ; Irakiens chimiques en 2003 ; snipers Syriens tirant depuis les toits sur des manifestants innocents en 2011, etc. poursuivent un but similaire : fédérer derrière soi une opinion publique en vue de préparer un conflit. À stratégies égales, époques – et donc techniques – différentes : celui qui dispose du plus grand nombre de chaînes de télévision peut d’ores et déjà être déclaré vainqueur.

Si les causes des guerres sont restées les mêmes (peu reluisantes : expansions stratégiques ou contrôles des ressources naturelles et des matières premières…), il convenait donc pour les tenants du “camp du bien”, avides de guerres humanitaires et de “libération”, d’y mettre les formes. La modification sémantique aidant (ministère de la Guerre devenu “de la Défense”, la “bataille” cédant le pas à “l’intervention”, le “bombardement” au terme plus policé de “frappe”), les manipulations les plus grossières pouvaient être données en pâture aux opinions occidentales qui ne demandaient qu’une chose : avoir bonne conscience.

L’actualité syrienne et libyenne nous poussent ainsi à nous souvenir d’un trucage médiatique, modèle du genre, dont les conséquences terribles furent la mise au ban des nations de la Serbie à partir de 1992, lors du conflit yougoslave, et le bombardement de cette même Serbie par l’OTAN en 1999 lors de la crise du Kosovo. Les trois vidéos ci-dessous sont issues d’une émission de la chaine de télévision serbe RTS, qui démontre le trucage des photos du camp de prisonniers d’Omarska et de réfugiés de Trnopolje en 1992, trucage réalisé à l’époque par une ONG atlantiste ayant pignon sur rue, à tel point qu’elle en fit des affiches pour recruter de nouveaux donateurs. Ces photos, qui ont fait le tour du monde, sont encore utilisées de nos jours pour faire passer les Serbes pour des bourreaux nazis.

[tribune libre] “Faut-il partir en vacances ?” par Sarah Brunel

[tribune libre] Faut-il partir en vacances ? par Sarah Brunel

Embouteillages, vacanciers ramassés à la petite cuillère après collision avec un 38 tonnes, plages bondées, sales et bruyantes, rosé trafiqué, merguez trop cuites, piqûres de méduses, poilus en débardeurs et concurrentes en mini-shorts exhibant des petits c… à vous complexer pour 10 ans… Lorsque l’on a passé l’âge des boites de nuit, des malibu ananas et du petit coup sympa dans les dunes, on peut franchement et légitimement s’interroger sur la nécessité de s’infliger tous ces supplices pour sacrifier à cette transhumance rituelle qu’on accomplit désormais sans plus s’interroger sur son sens ou son utilité.

Il FAUT partir en  vacances, c’est comme ça, mécanique, systématique, presque obligatoire. Et non seulement il faut partir en vacances mais il faut partir en vacances AU SOLEIL. Parce que, voyez-vous, le soleil c’est super, c’est cool, c’est même INDISPENSABLE à notre équilibre et notre épanouissement. Bien sûr, ceux qui ont du soleil – et du bien implacable! – gratuitement et toute l’année ont plutôt tendance à le fuir et à sacrifier à un certain tropisme nordique. Mais ceci est une autre histoire…

En fait, les « vacances », comme toutes les autres dimensions de l’existence humaine, ne sont dorénavant qu’un énième « marché » et ne se justifient plus que par le « chiffre d’affaires » qu’elles génèrent.

Les « vacances » qui devraient être rupture, liberté et occasion de se recentrer sur l’essentiel (famille, culture, réflexion…) sont aujourd’hui très exactement le contraire : continuité (un entassement balnéaire remplace l’entassement urbain, une consommation « ludique et festive » remplace une consommation « ordinaire », Sms et Facebook sont dégueulés jusqu’au cœur des vagues…), bougisme hyper-actif « organisé » (sports, casinos, boites, clubs, dégustations, folklore, visites…) et superficialité (gamins au club Mickey, séances de cuisson sur la plage, shopping…).

Je ne connais pourtant pas, pour ma part, de vacances plus enrichissantes et profondes que l’ouverture d’un livre sans avoir à jeter de coups d’oeil nerveux et inquiets sur sa montre, pas de vacances plus dignes et utiles que celles consacrées à ces activités militantes et associatives que l’on a repoussé toute l’année « faute de temps », pas de vacances plus légères et drôles que ce temps consacré à visiter des amis et des proches, pas de vacances plus riches et exaltantes que celles passées à travailler non pas à une tâche alimentaire et imposée mais à un projet personnel…

Pour tout cela, nul besoin d’être à Saint-Tropez ou en République Dominicaine… Alors, suivez mes conseils : Be free and proud, boycott the sea !

[box class=”info”]Source : belle-et-rebelle.com[/box]

Zahia à la conquête d’Hollywood [vidéo]

Zahia à la conquête d'Hollyood

“Dans le futur, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale.” On peut même dire, en reprenant cette citation d’Andy Warhol, que désormais chacun désire son quart d’heure de célébrité mondiale. Dernière pseudo-idole en date, Zahia, qui après être devenue célèbre pour ses relations tarifées avec des joueurs de l’équipe de France de football, avait été choisie comme modèle par les artistes Pierre & Gilles pour incarner la nouvelle Ève (sic).

C’est désormais au tour du célèbre magazine de mode Vanity Fair, ni plus ni moins, de proposer à l’escort-girl de partir à la conquête d’Hollywood. La preuve en images, où le noir et blanc ne cache pas une “certaine” vulgarité… À chacun de se faire sa propre opinion.

“Les lumières du ciel”, nouveau roman d’Olivier Maulin

« Les lumières du ciel », nouveau roman d’Olivier Maulin

“Travailler devant un écran, se divertir devant un écran, mourir devant un écran ! Au secours !”

Paul-Emile Bramont n’est pas un foudre de guerre. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne voue pas au travail la vénération exigée par l’époque. Prince des ratés, il explore avec élégance et sérénité les bas-fonds de l’ambition, passant d’un hôtel miteux à un boulot minable et d’une combine louche à une tentative lamentable de braquage.

Accompagné de son copain Momo, DJ de patinoire de son état, et Bérangère, la femme d’un chirurgien plasticien – sa maîtresse du moment –, ils partent rejoindre un hameau dénommé Jérusalem, un lieu où la loi du marché n’existe pas. On y boit sous les étoiles, on y lance des grenades pour combattre des chimères et les nuits sont enchantées. Ils y croiseront un curé anarchiste, un clochard amoureux des armes à feu et un militant primitiviste radical, tous en guerre contre le monde moderne et toute forme de production.

Observateur fidèle de la déliquescence générale, Olivier Maulin nous livre un roman drôle et cruel et laisse entrevoir qu’un autre monde est possible, un monde auquel il faut d’ores et déjà se préparer. “Car qui sait s’il ne sera pas bientôt plus important de savoir traire une vache que de tracer des lignes de codes” ?

“Les lumières du ciel”, d’Olivier Maulin
Éditions Balland – 252 p – ISBN 9782353151295
20 euros