Des casseurs sachant casser, par Jean-Gilles Malliarakis

blacks blocs

Nous assistons en France, en ce moment, à une remise en cause systématique des élites. À de nombreux égards, cette chronique pourrait s’en réjouir, se séparant de la pensée unique commune à nos technocrates et oligarques. Plus encore que les bobos et autres adeptes de la bourdieuserie gauchiste nous nous consacrons à la critique de l’idéologie dominante.

Certains pourraient donc se contenter du constat des blocages et des fractures de notre société. Mais on invoque trop souvent ces raisons pour excuser l’inacceptable, et notamment certaines formes de contestation indignes d’un pays libre.

Aujourd’hui, la crise ouverte par les gilets jaunes se voit récupérée par les blacks blocs. On tombe par où l’on penche. Et ce qui pourrait ne sembler, désormais, qu’un pathétique psychodrame entend ouvertement devenir la répétition d’un processus révolutionnaire.

Or, le succès de tout scénario insurrectionnel suppose, comme préalable, la liquidation, le discrédit et la démoralisation des forces susceptibles de lui résister. Un casseur sachant casser, un pilleur sachant piller doit pouvoir détruire sans policier pour l’entraver, sans juge pour appliquer effectivement le Code pénal. Il s’agit d’une condition nécessaire, quoique non suffisante, pour aboutir au fameux “coup de poing à un paralytique”.

On ne citera ici qu’un seul exemple. On peut le considérer comme le premier d’une longue série au fil de ce que nous appelons l’Histoire moderne. En Angleterre, la dictature de Cromwell, ne devint possible, après 15 années d’opposition à l’impôt, qu’en 1640, date de la condamnation du ministre Strafford, éxécuté avec le contreseing du roi. En 1642, le malheureux Charles Ier, qui avait lâché son principal conseiller, fut lui-même chassé de Londres. Il mourra sur l’échafaud en 1649. Son dernier mot devrait retentir aux oreilles de quiconque entend s’opposer à la dictature, à la destruction et aux guerres civiles : Remember.

Les conservateurs, contrairement à la légende qui les dépeint en hommes du passé, oublient trop facilement. Ils souhaitent réconcilier, ils entendent reconstruire, ils pardonnent et s’emploient à rassembler. Au contraire, la mémoire gauchiste n’efface rien des expériences antérieures des grands ancêtres, qu’elle vénère. Les erreurs des prédécesseurs ? Leurs crimes ? Ils sont supposés ne pas correspondre à l’Utopie. “Ce n’était pas cela le vrai communisme”. Toute la suite de cette chaîne de mouvements semblables, fonctionne comme une répétition et une réplique, proprement démoniaque[1]. Un Dostoïevski l’annonçait. Dès 1871, il pouvait décrire par avance le régime totalitaire qui fut imposé à la Russie de 1917 à 1989, et le processus qui allait conduire, à son avènement sanglant.

Il suffit de lire aujourd’hui l’efficace, l’insidieuse et fielleuse propagande, produite chaque jour par les médias sous couvert d’une information toujours biaisée, autour des violences de ces dernières semaines, pour s’en rendre compte.

Un nouveau tournant s’est ainsi précisé ce 20 avril, 23e samedi consécutif de manifestation des gilets jaunes, par conséquent au 5e mois de leur mobilisation multiforme et interminable.

Ne sous-estimons pas les déprédations, à nouveau commises ce jour-là. Brûler des scooters, après avoir brisé des vitrines ou pillé des épiceries, revient à s’en prendre la plupart du temps au moyen de transport et de travail d’un jeune travailleur, d’une infirmière, d’un Français ordinaire, dont on se moque d’empoisonner la vie : ce simple mépris de la vie d’autrui[2] augure bien la nature du régime tyrannique qu’on projette de substituer à un pouvoir, effectivement médiocre, mou et flou.

Ne perdons, non plus, pas de vue, que ces actes, viennent très clairement de l’ultragauche. Ils signent l’évacuation[3] par celle-ci de ce qu’on appelle l’ultradroite, dont les méthodes et les perspectives restent fondamentalement antagonistes[4]. Même le quotidien de la pensée unique Le Monde se voyait contraint de le reconnaître, la veille de cet acte XXIII.

Car, en ce beau samedi, est apparu l’affreux slogan “Suicidez-vous“. Il fut lancé aux policiers, scandé par un groupe de bolcheviks vêtus de jaunes. Il aura mérité de marquer l’opinion au moins autant que telles autres violences.

Ce mot d’ordre a suscité l’indignation légitime, exprimée, de tous bords, face à l’ignominie de cette nouvelle montée de haine comme la France en a trop connu depuis le XVIIIe siècle, temps des Lumières, dit-on. D’Éric Ciotti à Christophe Castaner en passant par la présidente du RN, tous ont su trouver des mots à peu près justes.

La formulation de Mme Nathalie Loiseau[5] paraît cependant curieuse. Elle met en parallèle le slogan avec l’un des lieux – place de la République – où il fut exprimé : « Comment tenir de tels propos, fait-elle mine de se demander, là où si souvent les Français se sont rassemblés dans la dignité et en hommage à la République ? Cette foule n’est pas le peuple. » Elle semble donc ignorer comme sont nées, en France, les républiques qui se sont succédé depuis plus deux siècles.

Déjà en 1762, Jean-Jacques Rousseau, observait dans le Contrat social : “Quand l’État se dissout, l’abus du Gouvernement quel qu’il soit prend le nom commun d’anarchie. En distinguant, la Démocratie dégénère en ochlocratie.” Ce mot savant désignait par avance la dictature de la foule des sans-culottes. Car, 30 ans plus tard, à partir d’août 1792, sa prophétie se réalisa et aboutira en septembre à la proclamation de la Première république.

Madame Loiseau, ancienne directrice de l’ENA, peut bien manifester son ignorance de l’Histoire. Les émeutiers la lui rappelleront.


[1] Lire la meilleure traduction, par Boris de Schoelzer, “Les Démons”. Le roman, véritable testament politique de Dostoïevski, étant ordinairement connu sous le titre des “Possédés” qu’a retenu Albert Camus en le mettant à la scène. Disponible en poche, on doit regretter que l’excellente introduction écrite en 1955 par Pierre Pascal pour la Pléiade, ait été remplacée, par la collection Folio, en 1997, par une préface psychanalytique nullissime, politiquement plus correcte, signée de Mme Marthe Robert.
[2] cf. sur l’Allemagne de l’Est , le film “La Vie des autres”
[3] cf. article “Gilets jaunes : moins mobilisés, toujours aussi visibles, 5 mois après, où en est le mouvement ?”
[4] cf. article “Gilets jaunes : le 1er décembre, le jour où tout a basculé avec la « prise » de l’Arc de triomphe”
[5] Objet, par ailleurs, d’une polémique ridicule dans laquelle elle s’enferre.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Éric Zemmour : « le XVIIIe arrondissement de Paris c’est devenu Dakar : y’a plus un blanc ! »

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Lors d’une conférence récemment donnée à Marseille à l’invitation de Stéphane Ravier, sénateur RN, Éric Zemmour a fait le constat que « le XVIIIe arrondissement de Paris c’est devenu Dakar : y’a plus un blanc ! ».

Des paroles qui ont eu le don d’agacer Justine Henry, référente LREM dans cet arrondissement de Paris.

Selon elle, ce « constat grossier est faux et profondément irrespectueux des habitants de Paris XVIII ». Et pour cause, elle y voit pour sa part « un village aux mille visages et aux mille histoires de vie. Cette diversité humaine est une source d’énergie incroyable, un joyau à faire rayonner ».


Incendie de Notre-Dame : nouveaux éléments, nouvelles polémiques en perspective

La cathédrale Notre-Dame de Paris victime d’un terrible incendie

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le dramatique incendie qui a ravagé la toiture de la cathédrale de Paris et fragilisé une part importante de l’édifice n’a pas fini de faire parler de lui. Les premiers éléments de l’enquête commencent à fuiter. Ils révèlent d’importantes failles de sécurité et une série d’erreurs humaines qui ont retardé l’intervention des pompiers, prévenus seulement 35 minutes après le retentissement de la première alarme. Par ailleurs, la Brigade criminelle écarte désormais les deux pistes qu’elle privilégiait jusqu’ici : celle du point chaud ainsi que celle du court-circuit lié aux ascenseurs menant en haut des échafaudages ou aux boîtiers électriques nécessaires aux travaux. Il n’y avait pas de point chaud sur le chantier, hormis les cigarettes des ouvriers. Les ascenseurs se trouvent trop loin de la flèche d’où est parti le feu.

Quelle serait donc la nouvelle piste privilégiée par les enquêteurs ?

Selon Le Canard Enchaîné, la flèche dont la charpente était en pin, bois très inflammable, abritait trois cloches, remises en service en 2012, au moment de la rénovation des grandes cloches des beffrois. L’origine du feu serait imputable à ces cloches électrifiées, qui n’étaient pas supposées être là et dont les câbles courraient dans les combles. Avec le chantier en cours, la probabilité que les ouvriers aient pu les endommager est bien réelle, provocant un court-circuit fatal. Les enquêteurs devront déterminer qui de l’architecte de la cathédrale, du clergé ou de l’Etat est responsable.

Si l’origine du feu déchaîne les passions entre les tenants de différentes thèses, le montant des dons pour la restauration de la cathédrale ne laisse pas indifférent.

Pour l’Observatoire du patrimoine religieux, cet élan de générosité ne doit pas faire oublier les 500 édifices religieux menacés et les plus de 5.000 sites mal entretenus. Selon La Fondation du ­patrimoine, « Il existe de nombreuses petites Notre-Dame à sauver à travers la France. ». Même les 87 cathédrales propriétés de l’Etat ne sont pas toutes bien conservées. David Nicolas, le référent patrimoine de l’Association des maires de France regrette que « Les restrictions budgétaires nous obligent à faire des choix. Nous préférons donc ­investir dans les écoles, les équipements sportifs ou les voiries. » L’Etat consacre 40 millions d’euros par an aux cathédrales. C’est insuffisant, de même que les moyens consentis par les communes, notamment à Paris.

Michel Thooris : “Suicidez-vous ! : un slogan d’une infime minorité qui fait de la haine du flic son fonds de commerce !”

Samedi dernier, lors de l’acte XXIII des gilets jaunes, certains individus ont scandé ce slogan « Suicidez-vous » à destination des forces de l’ordre. Un phénomène nouveau ? Propre aux gilets jaunes ? Qui sont ces individus qui manifestent ainsi leur hostilité envers la police et les gendarmes ?

Réaction de Michel Thooris, secrétaire général du syndicat France Police, au micro de Boulevard Voltaire.

Des Gilets jaunes ont crié ‘’ suicidez-vous’’, lors du dernier acte. Comment avez-vous réagi en voyant cette séquence ?

Il faut remettre les choses dans leur contexte. Je ne pense pas qu’on puisse parler de Gilets jaunes, mais plutôt d’individus qui s’infiltrent et qui profitent du mouvement des Gilets jaunes pour faire entendre leur petite musique. Cela me rappelle étonnamment les slogans des événements que nous policiers avons connu au moment du mouvement de Nuit debout et des manifestations contre la loi El Khomri en 2016. Un noyau de personnes était toujours présent dans ces mouvements. Il insultait la police, appelait au meurtre contre la police et accusait la police nationale de tous les maux de cette société. Ces individus-là sont exactement les mêmes qui opèrent au sein du mouvement des Gilets jaunes. Une infime minorité de personnes, de crasseux n’ont d’autres buts dans la vie que de faire entendre leur petite musique extrêmement perverse et dangereuse pour la démocratie.

Cette ‘’haine du flic’’ est une constante dans toutes les manifestations. Elle n’est pas imputable à la manifestation elle-même, mais plutôt à des groupes isolés ?

Des groupes de personnes mènent un combat contre la police nationale. Ces individus s’infiltrent lors des manifestations, quelles qu’elles soient, pour faire entendre leur petite musique. Cela concerne une certaine classe politique, une certaine élite au niveau du show-business. Ils exploitent systématiquement le moindre événement d’ampleur médiatique pour essayer de faire entendre à l’opinion publique que la police serait violente, commettrait des bavures et serait anti-républicaine.

Vous ne nommez pas de groupuscules, mais on serait tenté de penser que vous faites allusion aux Blacks blocs…

Le black blocs en tant que tel n’est pas un courant de pensée, philosophique ou politique. C’est une technique de guérilla urbaine pour affronter des forces de l’ordre. Les blacks blocs sont composés de courants politiques ou philosophiques. Ils regroupent les antifas, les anarchistes, etc. Toute cette mouvance radicale de gauche va constituer le black bloc. Au sein de cette mouvance radicale, des différents groupes, des individus parmi les plus radicaux, font de la ‘’ haine du flic’’ un de ses principaux fonds de commerce de leur petite boutique.

Pourrait-on imputer la hausse des suicides dans la police à la sur-sollicitation des forces de l’ordre en raison de la multiplication des manifestations ?

La pression mise sur les collègues est inédite sous la Ve République. Ils subissent une pression extrêmement forte en termes d’horaire ou en termes d’exécution des missions. Ils sont toujours en porte à faux par rapport à l’obligation de répondre aux ordres qui leur sont donnés et dans le même temps le risque de mise en cause individuelle pour faute lorsqu’ils appliquent les ordres de l’autorité préfectorale.
S’ajoute à ce contexte-là, les problèmes récurrents de la police nationale. Je veux parler du manque de moyens et d’effectifs connus depuis des années et les problèmes de management et de rapport entre la hiérarchie et les collègues de base. Ce cocktail explique l’explosion du nombre de suicides au sein de notre profession.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Montpellier : un professeur propose des clips de rap pour ne plus faire de fautes de français…

rap professeur de français

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Un professeur de français de Montpellier a décidé de tester une nouvelle méthode pour ses élèves : leur faire retenir les règles d’orthographe et de grammaire grâce à des clips de rap auxquels ils participent….

Bientôt des clips du rappeur islamiste Médine pour apprendre l’histoire de France ?


Européennes : le Rassemblement national en tête

Rassemblement national

Nous sommes à un mois tout juste du scrutin, et le sondage quotidien de Paris Match vient de placer la liste du Rassemblement national en tête. Les réflexes de vote utile commencent à jouer, alors que le RN, malgré le pari osé de mettre à la tête de sa liste un tout jeune militant, peu connu, réussit sa campagne.

Les sondages ne sont que des sondages. Quand ils sont bons, on les met en exergue, quand ils déçoivent, on rappelle que le seul sondage qui compte est celui des urnes. Mais l’enquête quotidienne de Paris Match a précisément la vertu d’être quotidienne et de refléter une certaine réalité. Cette enquête plaçait systématiquement le RN derrière LREM. Les courbes viennent de se croiser dans les chiffrages de vendredi. Certes l’enquête ne prend pas en compte « l’effet Notre-Dame ». Et d’autre part l’écart est encore faible : 0,5 %. Rien n’est donc définitif. Le RN est donné à 22,5 %, LREM à 22 %, LR à 14 %. Puis on trouve le peloton des « petites listes » susceptibles de décrocher des élus, actuellement dans l’ordre suivant : Ecologistes (8,5 %), « Insoumis » (7 %), PS (6,5 %), Debout la France (4,5 %). Toutes les autres listes sont néantisées.

Ce sondage est évidemment prometteur pour le RN dans un contexte où le gouvernement a hystérisé l’affrontement entre « progressistes » et « nationalistes ». Que le « camp du mal » batte au poteau le « camp du bien » serait davantage qu’un symbole.

D’autre part cette inversion des courbes risque de favoriser le vote utile. Et c’est sur ce terrain que les choses pourraient encore bouger, cristallisant les opinions sur les deux listes de tête. Le sondage peut réveiller les abstentionnistes, du fait de l’enjeu fort de cette première place, ce qui devrait profiter au RN, dont l’électorat est nettement plus jeune, moins fidèle au rituel des urnes. L’enquête de Paris Match retient l’hypothèse d’une liste Gilets jaunes, créditée de 3 % des voix. Rien ne dit qu’une telle liste sera constituée, et, dans une perspective de confrontation Macon-Le Pen, le vote utile risque là aussi de jouer en faveur de la liste RN. De même le décrochage des « insoumis » peut libérer au profit du RN des suffrages anti-Macron.

Se déroule simultanément un combat pour le leadership à gauche

Il y a enfin la problématique Debout la France. Le mouvement de Dupont-Aignan avait bien démarré sa campagne, réussissant à constituer un pôle souverainiste attractif, avec le CNIP et les chrétiens-démocrates. Mais l’élimination de sa liste d’Emmanuelle Gave, puis de Poisson, a brouillé son image de rassembleur. Le vote utile peut détourner vers le RN, voire vers les Républicains, une partie de ses électeurs. Le sondage semble traduire l’amorce de cette captation de voix : la liste n’est plus assurée d’attendre les 5 % qui donnent des élus.

Et le vote utile en faveur de LREM ? En principe il pourrait venir des électeurs centristes. Mais la liste UDI (sorte de MoDem bis) ne décolle pas de son insignifiance électorale. Il pourrait venir de la gauche, mais se déroule simultanément un combat pour le leadership à gauche, qui polarise l’électeur militant et décourage les autres. Les atouts de LREM, pour un vote utile d’électeurs LR ou au PS en sa faveur, se situent dans la capacité de Macron à gérer les dossiers de l’incendie de Notre-Dame et de fin du grand débat, à gérer sa communication, surtout.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 23 avril 2019

Nathalie Loiseau proche de la droite nationaliste estudiantine dans sa jeunesse

Nathalie Loiseau

24/04/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Voilà une révélation bien gênante pour celle qui se présentait comme un rempart contre le Rassemblement national. Mises à jour par le site Mediapart hier soir, des archives très détaillées de l’Institut d’Étude Politique de Paris prouveraient une accointance entre la tête de liste LREM aux élections européennes et la droite nationaliste estudiantine.

En effet, Nathalie Loiseau aurait donc, dans les années 80 lors de ses études à Science Po Paris, fait partie d’une liste de l’UED, l’Union des Étudiants de Droite, pour des élections étudiantes. L’UED était à l’époque le syndicat étudiant nationaliste de Science Po créé pour rassembler le Groupe Union Défense et le Groupe d’Action Jeunesse au sein de l’IEP.

Pour se défendre, la candidate LREM aux élections européennes affirme « avoir complètement oublié cette épisode », se rappelle « avoir dit oui à une initiative voulant accentuer le pluralisme à Science Po et cherchant des femmes ». Et d’admettre, « J’aurais sans doute dû regarder de plus près de quoi il s’agissait ».

Lilian Thuram s’indigne qu’on pleure plus sur Notre-Dame que sur les morts en Méditerranée

Lilian Thuram

Lilian Thuram est plus convaincant quand il joue au ballon rond que quand il joue au moraliste. Selon L’Équipe, à l’issue de rencontres avec des collégiens et lycéens corses, il s’est étonné devant la presse que « des hiérarchies s’installent dans l’émotion ». S’il trouve normal que l’incendie de Notre-Dame de Paris ait suscité une vague immense de solidarité, il regrette que, lorsque « des gens […] meurent en voulant traverser la Méditerranée », le monde ne soit pas aussi ému.

On ne savait pas que l’émotion pouvait aussi être un objet de compétition. Encore que le rapprochement entre ces deux événements ne soit pas évident. D’un côté, une cathédrale presque millénaire, ravagée par un incendie, un symbole de la religion chrétienne, une partie de l’Histoire de France ; de l’autre, des migrants fuyant la guerre ou en quête d’une vie meilleure. Faut-il peser au gramme près l’émotion que méritent ces deux tragédies ? L’une est comme un signe du destin ou un avertissement de Dieu, l’autre est le résultat de la politique internationale des pays occidentaux et de la cupidité des passeurs.

D’aucuns diront que, pour donner des leçons, il faut soi-même donner l’exemple. Le grand combat de Thuram, c’est aujourd’hui le combat contre le racisme, sous toutes ses formes. Depuis plusieurs années – avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale –, il appelle les élèves à s’interroger sur les « injustices » et les « hiérarchies » construites entre les sexes, les couleurs de peau ou les religions. Mais lui-même semble faire des distinctions.

Il aime inviter son public à « sortir de [ses] prisons identitaires », répéter qu’« on ne naît pas raciste, on le devient ». Oubliant que l’antiracisme peut se métamorphoser dans son contraire. S’il est prompt à dénoncer le racisme, le sexisme ou l’homophobie, sa dénonciation est à sens unique. Ainsi, quand il déclare, comme l’an dernier, sur LCI, qu’« on parle des personnes qui sont discriminées mais on oublie de dire que par voie de conséquence certains sont avantagés, et qu’ils ont tout intérêt à faire en sorte que cela ne change jamais », il présente une vision binaire de la société, divisée en exploitants et exploités, qui n’est pas sans rappeler la vision marxiste.

En 2010, il avait signé un « manifeste pour une République multiculturelle et postraciale ». Avec Rokhaya Diallo, déjà ! Tout un programme, qu’Éric Zemmour nommait, à l’époque, « Vers une France multiraciale, mais post-culturelle ». Le grand fautif, vous l’avez compris, c’est l’homme blanc, ce colonialiste, cet esclavagiste, ce coupable de tous les maux ! Il faut réparer cela, donner mauvaise conscience à l’homme occidental. D’où la nécessité de la repentance, de la discrimination positive, de tous ces lieux communs à la mode qui ont perverti les esprits.

On aimerait que Lilian Thuram combattît avec autant de détermination le racisme anti-blanc, antichrétien ou antijuif. Puisqu’il intervient dans des établissements scolaires, le ministre devrait vérifier ses compétences. N’est-il pas urgent qu’il complète sa culture ? Qu’il sache, notamment, que les Arabes ont pratiqué la colonisation et l’esclavage, bien avant les Occidentaux. Et que des États africains reconnaissent les progrès que la colonisation leur a permis d’accomplir. Ce n’est pas avec du parti pris et de l’inculture qu’on corrige des préjugés.

Philippe Kerlouan

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

53% des Français pensent que les médias ont mal couvert le mouvement des gilets jaunes

enquête gilets jaunes et médias

Le Journal du Dimanche du 9 mars 2019 a publié une enquête (commune avec France Télévisions et Radio France) sur le traitement des gilets jaunes par les médias, un bilan peu flatteur révélé par le sondage de Viavoice.

Trop favorable à l’exécutif

Plus du tiers des sondés (35%) pensent que les médias ont donné plutôt la parole à l’exécutif. Par ailleurs 15% comprennent les agressions dont ont été victimes les journalistes dans les manifestations. Remarquons au passage que les agressés sont souvent des journalistes reporters indépendants ou en CDD qui se trouvent au bas de l’échelle de la profession et n’ont strictement aucune influence sur les images qui sont passées à l’antenne.

Confiance et attentes

71% des sondés font confiance à l’information qu’ils ont trouvé eux-mêmes dans les médias, confirmant la défiance instinctive devant ce qui leur est proposé. Les deux tiers attendent en priorité que les médias vérifient les informations et la moitié attendent des informations utiles au quotidien et révélant des faits choquants ou illégaux. Près du quart estiment inutile de lire les médias officiels en ligne et s’informent sur les réseaux sociaux.

Critique des médias

Les deux tiers des sondés pensent que les journalistes sont trop près des pouvoirs politiques et économiques comme des actionnaires des médias. Plus intéressant encore quasi les trois quarts pensent que les médias ne donnent pas la parole à tous les points de vue de manière équitable. Il n’est pas absolument certain que les Assises du journalisme qui viennent de se terminer à Tours (et où ces résultats ont été présentés) tirent tous les enseignements de cette étude, mais on peut toujours espérer.

Texte repris du site de l’OJIM

[vidéo] Interdit d’interdire – Catholicisme : vers sa disparition ou sa résurrection ?

23/04/2019 – EUROPE (NOVOpress)
Dans cette nouvelle émission dédiée au Catholicisme, Frédéric Taddeï reçoit :
– Véronique Margron, théologienne
– Yann Raison du Cleuziou, sociologue
– Guillaume Cuchet, historien
– Paul Piccarreta, directeur de la Revue Limite


Avec Notre-Dame, reconstruire la France, par Ivan Rioufol

Notre-Dame

Marie saura-t-elle rassembler les Français divisés ? Ce serait là un miracle pour l’Église éreintée et pour la nation déchristianisée. Néanmoins, force est de constater la sidération collective née de l’incendie de Notre-Dame de Paris, dédiée à la Vierge. Dès les premières flammes, la vie politique s’est effacée derrière la puissance intacte d’une mémoire millénaire. Le feu a jailli, lundi à 18 h 50, d’une partie de la charpente en chêne posée il y a huit cent cinquante ans. L’enfer a ravagé la toiture de la cathédrale, symbole de la chrétienté en Europe depuis le XIIe siècle. Emmanuel Macron, qui devait distiller à 20 heures ses premières mesures après le grand débat, a judicieusement choisi de différer ses annonces. Les partis ont également suspendu leurs joutes en perspective des élections européennes. La soudaine vulnérabilité de Notre-Dame, gravement défigurée en une poignée d’heures, est venue rappeler, comme un châtiment, la fragilité d’une nation quand elle devient oublieuse de son passé et de sa culture. Dans la soirée, le président a appelé, “tous ensemble”, à rebâtir l’édifice. Pour une fois, Macron a su être enthousiasmant.

Il faut parfois des tragédies pour sortir les peuples décadents de leur frivolité amnésique. Le temps dira si la douleur causée par la blessure d’un chef-d’œuvre, sorti des mains de générations d’anonymes inspirés par la quête du beau et du bien, saura se transformer en une renaissance. C’est pour avoir orgueilleusement négligé la mémoire et la lente expérience, au profit de la jouissance immédiate, que la modernité a renoncé à s’identifier à un idéal partagé. Le cheap, le toc, le bagou accompagnent son sillage. Rien n’est donc plus disruptif – ce mot macronien – que de tenter d’être à nouveau à la hauteur des humbles bâtisseurs du Moyen Âge. Lundi, une souscription nationale a été lancée pour faire renaître Notre-Dame de ses cendres. Beaucoup des plus grandes fortunes de France ont rapidement offert près d’un milliard d’euros. De nombreuses autres familles les suivront, sachant où ira leur argent.

L’occasion est donnée aux Français, éduqués dans l’illusion créative de la table rase et de l’homme nouveau, de retrouver le goût de la conservation, de la transmission, du respect des racines.

Ivan Rioufol

Texte daté du 18 avril 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Reportage : Des militants «antiracistes» réclament l’interdiction de l’exposition Toutânkhamon

exposition Toutânkhamon

19/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
L’exposition Toutânkhamon à Paris fait l’objet d’une polémique : des militants afrocentristes réclament l’interdiction de l’exposition de la Villette sous-prétexte que les égyptologues et commissaires d’exposition tenteraient de cacher l’origine africaine du pharaon.


Abdelkader Merah reconnu complice de son frère, condamné à 30 ans de prison

[vidéo] Interdit d’interdire : Les sondages nuisent-ils à la démocratie ?

19/04/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Dans cette nouvelle émission, Frédéric Taddeï reçoit : Mathias Reymond, journaliste, animateur d’Acrimed ; Ludovic Torbey, co-fondateur de la chaîne Osons Causer ; Marie Gariazzo, directrice adjointe du département opinion de l’IFOP ; Bruno Jeanbart, directeur général adjoint de l’institut de sondage OpinionWay


Notre-Dame de Paris, l’arbre qui cache la forêt

Incendie à Notre-Dame

19/04/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
L’attention est, à juste titre, focalisée sur le tragique accident qui a touché Notre-Dame de Paris. L’actualité ne résonne que de ça : la cathédrale a failli partir en fumée. L’émotion est forte, on pleure la disparition d’une des merveilles de Paris, d’un symbole national, d’un pan de notre histoire commune. Mais soyons optimiste, pensons le futur et rebâtissons ! Et déjà les millions affluent. A quoi bon ?

A quoi bon rebâtir Notre-Dame ?

C’est la question induite par le cri d’alarme lancé par Odon Vallet, historien des religions et médiéviste. « Communes, départements, régions : Gardez vos sous ! » s’écrie-t-il. Parce qu’à quoi bon rebâtir Notre-Dame, si partout ailleurs nos églises continuent de mourir dans l’indifférence générale ? Sauver Notre-Dame est une évidence, mais il plaide pour que l’on redonne du sens à l’action. Or aujourd’hui, si nos collectivités territoriales offrent généreusement leur concours aux collectes de dons, c’est au détriment de leur églises locales qui pour beaucoup, sont déjà vouées à disparaître. Car les budgets ne sont pas extensibles et allouer l’argent à ce projet se fera au détriment d’autres. C’est d’ailleurs aussi ce que souligne Madame Sobczak, présidente de la fondation Urgence Patrimoine. Le patrimoine de la chrétienté doit être une cause unique, et faire l’objet d’un traitement harmonieux. Pour cela, il faudra redonner leur sens à ces édifices qui parsèment la France.

Rebâtir Notre-Dame pour retrouver notre identité

Aujourd’hui Notre-Dame de Paris, c’est d’abord un vestige du passé, devenu en cela un haut lieu de tourisme. Elle est la première attraction de la capitale avec ses douze millions de visiteurs annuels, la deuxième attraction française après Disneyland, et même la première dans le classement mondial si l’on y retire les parcs à sensations. Les touristes fréquentent plus la cathédrale que les chrétiens. Elle est plus un musée qu’un lieu de culte. Ne soyons pas naïfs, Notre-Dame est devenue la vitrine commerciale d’un passé révolu et détesté. Alors rebâtir Notre-Dame, une question d’attractivité ou une question d’identité ?

Incendie de Notre-Dame : les islamistes applaudissent, les gauchistes en rient, les anarchistes encouragent

Incendie Notre Dame

En reprenant l’histoire de Notre-Dame, on réalise à quel point ce vaisseau de pierre, chéri par les Français et même bien au-delà, considéré comme un élément essentiel du patrimoine universel, a aussi suscité à toutes les époques, mais spécialement à l’époque moderne, la haine destructrice d’une petite minorité.

Il n’est donc pas surprenant que des voix s’élèvent aussi – surtout sur internet – pour se réjouir de l’incendie. La plupart de ces tweets, la plupart de ces messages de haine, proviennent d’extrémistes musulmans, qui applaudissent cette « punition d’Allah ». Messages d’autant plus grotesques que si Notre-Dame de Paris est un symbole d’abord religieux pour les chrétiens – les catholiques en premier chef –, elle est sans doute surtout un marqueur de l’identité parisienne et française, pour beaucoup de nos concitoyens, au même titre que la tour Eiffel et l’Arc de Triomphe. Et elle est, pour le monde entier, un élément du patrimoine universel, comme les pyramides d’Egypte, par exemple, qui, pour le coup, sont les témoignages d’un culte mort. Aussi la joie de certains fidèles d’Allah est-elle totalement incompréhensible aux yeux du plus grand nombre.

Quelques exemples de messages ? « C’est le plus beau jour de ma vie. Je suis très très content » (Samir Bouafia) ; « dommage y avait pas de juifs à l’intérieur. On aurait pu faire un bon coup » (Majunali75) etc. Une déferlante ? En tout cas, plusieurs centaines de messages de ce genre ont envahi la toile. Et il continue à en tomber.

« Délire de petits blancs »

Mais plus grave encore, si l’on peut dire : des dirigeants de l’Unef, le syndicat étudiant de gauche, subventionné, marchepied des carrières politiques au PS ou à la France insoumise, ont envoyé des messages qui laissent sans voix, par leur stupidité, leur méchanceté, leur haine de la France et leur racisme : « Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris comme je me fiche de l’histoire de France. Jsp quoi, allez-y mentionnez-moi jusque les gens ils vont pleurer pour des bouts de bois. Wallah vs aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement. C’est votre délire de petits blancs » (Hafsa Askar). La direction de l’Unef a apporté son soutien (un peu gêné, tout de même) à ces dérapages immondes. L’avocat William Goldnadel annonce pour sa part qu’il va porter plainte. Il y a donc les islamistes qui se réjouissent, et les gauchistes qui se moquent du chagrin des défenseurs du patrimoine universel.

Mais voici la cohorte de ceux qui encouragent les incendies d’églises, les anarcho-communistes, les black blocs. Depuis quelques heures, un tee-shirt se vend comme des petits pains sur les sites anarchistes. Il porte le slogan suivant : « la seule église qui illumine est celle qui brûle ». Il s’agit d’une citation de l’un des pires tueurs anarchistes de la guerre d’Espagne, le dénommé Buenaventura Durruti. Le professeur de faculté Thierry Lodé, habitué de France Culture, admirateur de Durruti, et bien d’autres de ses congénères, ont contribué à propager ce genre d’ineptie, au nom de l’anarchie. Le problème étant qu’ils s’expriment en toute liberté dans nos établissements d’enseignement et sur les radios d’Etat, véritables gourous des black blocs et autres tueurs en puissance. Cet incendie, qui présente les apparences d’un accident, risque de susciter des vocations de pyromanes chez ces gens-là.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 17 avril 2019