Catastrophe de l’Erika : Total jugé responsable et coupable par la Cour de cassation

Catastrophe de l’Erika : Total jugé responsable et coupable par la Cour de cassation

26/09/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress Breizh) – Dans son arrêt rendu ce mardi la Cour de cassation a confirmé la condamnation pénale de Total pour la marée noire provoquée sur les côtes bretonnes par le naufrage du pétrolier Erika en 1999. Une décision accueillie avec soulagement par les parties civiles victimes de la plus grande catastrophe écologique qu’ait connu les côtes bretonnes et poitevines.

Lire la suite

Folie de la consommation, cinq millions d’iPhones 5 vendus en trois jours

Folie de la consommation, cinq millions d’iPhones 5 vendus en trois jours

Photo : La queue à New York pour acheter l’iPhone 5.
25/09/2012 — 16h00
PARIS (NOVOpress, en partie via le Bulletin de réinformation) —
L’iPhone 5 est vendu depuis vendredi dans neuf pays, dont la France. Entre vendredi matin et dimanche soir, Apple a vendu cinq millions d’iPhones a annoncé le groupe dans un communiqué. Selon Tim Cook, PDG d’Apple, la demande pour l’iPhone 5 a été « incroyable » et a excédé les stocks disponibles.
Lire la suite

[Tribune libre] « Ecologie, la fin » de Christian Gérondeau, analysé par Pierre Milloz

[Tribune libre] « Ecologie, la fin », de Christian Gerondeau, analysé par Pierre Milloz

Article reproduit avec l’aimable autorisation de la Fondation Polémia.

Au cours des mois précédents, Polémia a publié de nombreux textes traitant de l’imposture du réchauffement climatique dû aux agissements inconsidérés de l’homme. On en trouvera en fin d’article plusieurs liens.
Christian Gerondeau, polytechnicien et expert indépendant, travaille depuis plus de dix ans sur les questions environnementales. Il vient de publier un livre, Ecologie, la fin : Vingt ans de décisions ruineuses, particulièrement incorrect, dans lequel il démontre, vingt ans après le premier sommet de Rio, que le monde entier a été trompé sur le changement climatique. Il dénonce les trompeurs, ainsi que les gaspillages par centaines de milliards de dollars et d’euros dont ils sont les promoteurs.
Pour lui, tout cela est bientôt fini, car la crise dévoile petit à petit les mensonges pseudo-scientifiques.
Pierre Milloz, dans la note de lecture qui suit, présente le livre avec le sérieux que nous lui connaissons, en éclairant le lecteur sur ce « désastre national ».
Polémia

Lire la suite

Le gouvernement japonais annonce une sortie du nucléaire sur 30 ans

Le gouvernement japonais annonce une sortie du nucléaire sur 30 ans

16/09/12 – 08h00
TOKYO (NOVOpress)
– Le drame de Fukushima et la mobilisation populaire anti-nucléaire qui l’a suivi auront finalement conduit le gouvernement japonais à annoncer, vendredi, une sortie progressive de nucléaire échelonnée sur 30 ans.

Le gouvernement va instaurer toutes les mesures possibles pour amener la production nucléaire à zéro pendant les années 2030“, indique le nouveau plan énergétique japonais communiqué à la presse internationale.

Cette annonce est un grand défi politique et sociétal visant à «créer un nouveau futur » selon les termes du document officiel.
Lire la suite

Une fumée à Fessenheim pour cacher Notre-Dame-des-Landes

Une fumée à Fessenheim pour cacher Notre-Dame-des-Landes

07/09/2012 – 12h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
François de Rugy n’a pas tardé à briser le silence que Novopress soulignait avant-hier. Mais au lieu de parler de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, il a tenté de monter en épingle un incident minime survenu à Fessenheim (photo ci-dessus).

Toute la presse a évoqué l’incident survenu hier à la centrale nucléaire de Fessenheim – qui du coup a pris des proportions considérables. Pourtant, il était parfaitement anodin. Le site web officiel de la centrale le décrit ainsi : « Le 5 septembre 2012 à 15h00, lors d’une manutention d’eau oxygénée dans la partie nucléaire de l’installation, un déversement du produit a provoqué un dégagement de fumée conduisant à l’intervention des secours EDF et des pompiers ».
Lire la suite

Salles de shoot : « Et dire qu’il y a des neuneus qui croient que c’est une bonne idée ! »

Salles de shoot : « Et dire qu’il y a des neuneus qui croient que c’est une bonne idée ! »

29/08/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) –
Le député socialiste, Jean-Marie Le Guen, veut que le gouvernement autorise la création de salles d’injection de drogue. Pour ce représentant du PS, un signe ne trompe pas pour encourager cette légalisation : « Aujourd’hui, il y a urgence. La consommation d’héroïne augmente à Paris. Le nombre de seringues utilisées dans les distributeurs automatiques progresse de 7% au premier semestre 2012 par rapport à la même époque en 2011 », explique-t-il dans une interview accordée au Parisien. Peut-être faudrait-il alors supprimer ces distributions automatiques de seringues ? Ce qui fait dire au vice-président du Front national, Florian Philippot : « On préfère à l’UMP et au PS s’adapter à une  situation devenue catastrophique en raison de l’inaction des gouvernements successifs plutôt que d’en combattre les causes ».
Lire la suite

José Bové partisan de tuer les loups [audio]

03/08/2012 — 08h00
MILLAU (NOVOpress) – Dans un enregistrement audio que l’association le Klan du Loup a adressé à Novopress, on entend José Bové, membre d’Europe Ecologie-les Verts (EELV), être partisan de sortir le fusil en cas d’attaque de troupeau par un loup. José Bové poursuit en indiquant que la défense de la biodiversité – thème pourtant fondamental pour EELV – ne doit pas se faire au détriment des paysans. Propos tenus le 17 juillet dernier sur Radio Totem, une radio lozéroise.

Le Klan du Loup a décidé de porter plainte plainte contre X auprès du procureur de la République de Mende, pour incitation au braconnage et à la destruction d’espèce protégée.

Crédit photo : Chris Muiden/Wikipédia sous licence GNU

Publié le
Japon : 100 000 personnes dans la rue contre le nucléaire

Japon : 100 000 personnes dans la rue contre le nucléaire

19/07/12 – 14h30
TOKYO (NOVOpress)
– Plus de 100 000 manifestants anti-nucléaires ont défilé dans les rues de Tokyo lundi pour clamer leur opposition à l’énergie atomique et tenter de faire pression sur le Premier Ministre du Japon, Yoshihiko Noda.

Dans un pays encore traumatisé par la catastrophe de Fukushima et marqué historiquement par une conscience aigüe des drames nucléaires, il s’agissait de la plus grande manifestation depuis que Yoshihiko Noda a déclaré le mois dernier que le Japon avait besoin de redémarrer les réacteurs fermés pour des raisons de sécurité afin d’éviter les pénuries d’électricité qui pourraient affecter l’économie.

« Le Japon va se détruire lui-même en construisant des centrales nucléaires dans un pays tellement sujet aux séismes » clamait notamment l’un des manifestants

L’ensemble des 54 réacteurs nucléaires (qui fournissaient 30% de l’énergie du pays) ont été débranchés du réseau après le séisme et le tsunami du 11 Mars 2011, mais deux réacteurs devraient être redémarrés au cours du mois pour éviter des pénuries d’électricité cet été.

Cette décision a été considérée comme une victoire par l’industrie nucléaire du Japon, encore très puissante dans le pays où pourtant les sondages montrent que 70% de la population souhaite l’abandon de la production nucléaire d’électricité.

Credit Photo : ~Pil~ via Flickr (CC)
L’impact sanitaire de la pollution de l’air s’élèverait à près de 30 milliards d’euros par an

L’impact sanitaire de la pollution de l’air s’élèverait à près de 30 milliards d’euros par an

16/07/12 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – C’est le résultat annoncé par une étude du ministère de l’Ecologie, non encore publiée, sur le coût sanitaire de la pollution de l’air en France.

La conclusion du document est, en effet, sans appel : « Les polluants de l’air extérieur sont notamment impliqués dans les pathologies respiratoires (asthme, insuffisance respiratoires, cancers) et cardio-vasculaires et occasionnent chaque année des coûts pour la société. Ces coûts peuvent être estimés, a minima, entre 20 et 30 milliards d’euros par an pour la France métropolitaine ».

L’ensemble des coûts sont abordés par l’étude, qu’il s’agisse des coûts marchands (du coût des soins, de la perte de revenus liée à l’absentéisme) ou des coûts non marchands (perte de bien-être lié à l’inquiétude, à l’inconfort ou à la restriction des activités de loisir ou domestiques).

L’évaluation de ces coûts reste néanmoins fort complexe, car se basant en grande partie sur « la valeur statistique de la vie humaine » qui fixe un « prix » à la vie humaine, établi ici à 504.000 euros pour la mortalité liée à la pollution atmosphérique.

Crédit photo : EnvironmentBlog via Flickr (CC)

Notre-Dame-des-Landes au cœur de la résistance écologique européenne

Notre-Dame-des-Landes au cœur de la résistance écologique européenne

09/07/2012 – 14H00
NANTES (NOVOpress Breizh) – ” Save the planet, GPII Stop!”. Le message – « in English » ! – de la fresque humaine était clair : sous un ciel plus que maussade, 3.000 personnes s’étaient réunies hier à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pour marquer une nouvelle fois leur opposition au projet du futur aéroport Grand Ouest. Une manifestation qui intervient dans le cadre du 2ème « Forum européen des grands projets inutiles imposés » (GPII) qui se tient ici jusqu’au 11 juillet.

Notre-Dame-des-Landes au cœur de la résistance écologique européenne

Venus de France et d’Europe, des membres de groupes s’opposant dans toute l’Europe à des projets similaires ont installé des stands pour faire connaître leurs luttes. A côté des Espagnols de « Eurovegas no » qui contestent la construction d’un gigantesque complexe hôtelier et touristique, on trouve les Allemands de « Stuttgart 21 ist überall » qui s’opposent à l’agrandissement d’une gare ferroviaire, les Italiens de « No Tav » qui sont opposés à la mise en place de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin ou encore les Finlandaises de « Women against Nuclear Power », hostiles à un projet de réacteur nucléaire de troisième génération (EPR) conçu et développé par Areva.

Parmi les quelques 300 intervenants prévus lors du Forum, Susan George, la présidente d’honneur d’Attac et Gustavo Massiah, l’un des créateurs du Forum social mondial devraient prendre la parole. Outre la quinzaine de délégations étrangères attendues, des représentants français contre des « projets inutiles », ainsi que des partis politiques comme Les Alternatifs ou le Parti de Gauche, ont également annoncé leur participation.

A partir d’aujourd’hui et pendant trois jours, les thèmes des transports, de l’agriculture, de l’énergie, de l’aménagement du territoire seront au programme sous les différents chapiteaux. Bien que participant au Gouvernement de Jean-Marc Ayrault – l’un des partisans les plus résolus du projet d’aéroport – Europe Ecologie-Les Verts sera également de la partie, malgré une crédibilité sérieusement entachée. « Les écologistes qui ont progressé dans les institutions à tous les étages démocratiques (sic) devaient maintenant s’atteler à retrouver la société et les militants perdus.» déclarait récemment le député (EELV) Noël Mamère. Ils auront manifestement du pain sur la planche.

Entrée en vigueur du nouvel étiquetage des produits « bio »

Entrée en vigueur du nouvel étiquetage des produits « bio »

03/07/12 – 19h00
PARIS (NOVOpress)
– Après deux ans de période transitoire pour mise en conformité, le nouvel étiquetage des produits issus de l’agriculture biologique est entrée en vigueur le 1er juillet 2012 au niveau européen.

Le nouveau logo biologique de l’Union européenne (UE), uen feuille composée d’étoiles (voir illustration ci-dessus) sera désormais obligatoire sur toutes les denrées alimentaires préemballées biologiques, qui ont été produites dans les États membres. Ce logo indiquera aux consommateurs le respect des normes en vigueur. Le numéro de code de l’organisme de contrôle et le lieu de production des matières premières agricoles devront également impérativement apparaître sur les emballages.

Côté français, le ministère de l’Ecologie a rappelé la mise en place d’un motion « sans OGM » ou « nourris sans OGM » valable pour les produits ne contenant pas plus de 0,1% d’ADN génétiquement modifié.

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

29/06/2012 — 14h50
MOUGINS (NOVOpress via Cannes Identitaire) –
“Dans ce petit coin de nature,…” tout le monde connait cette ritournelle publicitaire.

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger Cet été, ce petit coin de nature qu’est L’Etang de Font Merle, situé en bordure du parc départemental de la Valmasque sur la commune de Mougins (Alpes-Maritimes), lieu de détente et de promenade dominical bien connu des cannois et des mouginois, aura perdu de sa tranquillité. En effet, depuis avant-hier, cette zone de promenade est le théâtre d’un triste spectacle : près de 200 caravanes et voitures se sont installées dans la plus grande illégalité sur la prairie et côtoient (voir vidéo en bas de l’article) la réserve ornithologique protégée de l’Etang de Font Merle.

Le constat est étonnant : une absence totale des forces de l’ordre pouvant empêcher de nouvelles arrivées (il y a encore de la place sur ces 5 hectare de verdure) et l’état du terrain où sacs poubelle et détritus sont laissés un peu partout.
Les chiens sont attachés aux arbres et des piscines gonflables installées à côté de ces “petites caravane”s tractées par des véhicules “1er prix”…
http://www.cannes-identitaire.com/894/2012/06/letang-de-fontmerle-en-danger/

Aux dernières nouvelles un accord aurait été passé entre les gens de la « communauté » et la préfecture. Les occupants devraient partir le 8 juillet. Qu’en sera-t-il ? En particulier de l’état du terrain…

 

Le Bloc Identitaire Mougins – Cannes s’est insurgé contre cette occupation sauvage qui saccage une réserve naturelle.
Il appelle ceux qui veulent protéger notre patrimoine écologique, à faire entendre leur voix, avec courtoisie mais avec fermeté aussi. Leurs armes : le téléphone, le fax, le courrier électronique :
Mairie de Mougins – Tél. 08 99 69 75 89– Fax : 04 92 92 89 71
Courriel : cabinet@villedemougins.com

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

Infections à e-coli dans le Sud-Ouest : abattoir halal ?

Infections à e-coli dans le Sud-Ouest : abattoir halal ?

27/06/2012 – 16h40
BORDEAUX (NOVOpress via Riposte Laïque) – Cette affaire émerge dans la presse. « Les trois jeunes gens hospitalisés à Bordeaux — une fillette de 8 ans originaire des Pyrénées-Atlantiques, une enfant en bas âge de 2 ans et demi et un adolescent de14 ans, originaires de Gironde —, ont très probablement été infectés par la bactérie Escherichia coli. Leur maladie est sans doute liée à la consommation de steaks hachés de viande bovine française vendus dans les enseignes Intermarché et Netto. »

[L’infection par la bactérie E.Coli vient d’être confirmée par des analyses pour un des enfants. Les autres analyses sont en cours.]

On sait même maintenant avec certitude quel est le fournisseur de cette viande infectée : la Société des viandes élaborées (SAVIEL) d’Estillac dans le Lot-et-Garonne. Mais la SAVIEL n’est pas un abattoir, seulement une entreprise de découpe et de conditionnement de la viande.

Il existe d’ailleurs plusieurs SAVIEL en France. Ce sont des filiales du groupe SVA Jean Rozé, qui compte également plusieurs abattoirs. On en compte 4 sur sa page web de présentation historique, mais il peut y en avoir davantage. C’est difficile de savoir combien, puisque sur la cartographie des établissements du groupe, les établisssements « SVA Jean Rozé » sont présentés comme « base logistique » et non comme « abattoir ».

Combien de ces abattoirs seraient « traditionnels » ou « rituels » ? La liste de l’OABA des « abattoirs classiques » (donc ni halal ni casher) ne mentionne que deux abattoirs du groupe SVA Jean Rozé qui en compte au moins quatre.

De plus, dans une interview datant de février dernier, Dominique Langlois, président du groupe SVA Jean Rozé, déclare : « nous attendons l’agrément de la Malaisie. J’espère qu’on l’aura : ce pays de 50 millions d’habitants est la référence des États musulmans. »

Par conséquent il est clair que SVA Jean Rozé vise le marché halal, voire commercialise du halal (officiel ou recyclé). On peut également raisonnablement penser que la SAVIEL d’Estillac se fournit chez sa maison-mère. La viande infectée proviendrait-elle de bêtes abattus rituellement et recyclées ? L’hypothèse est plausible, quand on sait que l’abattage halal augmente les risques de contamination par la bactérie Escherichia coli (1).

Il appartient désormais aux autorités sanitaires et judiciaires de faire la lumière sur cette affaire. Et aussi aux journalistes d’investigation de faire leur travail jusqu’au bout.

Roger Heurtebise

 

(1) La bactérie Escherichia coli, habite l’intérieur des intestins des bovins.
Dans un rapport transmis aux autorités en septembre 2010, l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA) alertait sur le risque de contamination par l’égorgement rituel (halal et kasher) des bêtes (image en Une) car l’impossibilité matérielle de ligaturer l’œsophage des animaux entraîne un « épanchement de matières stercoraires en provenance de l’estomac qui s’écoulent à travers la section béante de l’œsophage ».

De même, par exemple, en février dernier le Dr Jean-Louis Thillier, auteur de nombreux rapports officiels sur la sécurité sanitaire, indiquait que “Le problème posé, le scandale même” est que “Au cours de ce type d’abattages rituels, le contenu de l’œsophage et des intestins des animaux risque de souiller la viande, particulièrement les quartiers avant qui finissent dans les steaks hachés. Voilà pourquoi l’étiquetage indiquant comment les animaux ont été abattus est si important. Le consommateur est en droit de savoir.”

Cancer du sein: le travail de nuit, facteur de risque aggravant ?

Cancer du sein : le travail de nuit, facteur aggravant de risque

24/06/12 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– Le travail de nuit des femmes semble avoir une incidence sur la probabilité de développer un cancer du sein. C’est en tout cas ce que semblent démontrer les résultats d’une toute nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Inserm (Unité Inserm 1018 centre de recherche en épidémiologie et santé des populations).

Etonnante et inquiétante, l’étude publiée dans l’International Journal of Cancer, réalisée en France et baptisée CECILE, a comparé le parcours professionnel de 1200 femmes ayant développé un cancer du sein entre 2005 et 2008 à celui de 1.300 autres femmes.

« On a observé que les femmes qui avaient travaillé de nuit dans leur vie avaient un risque augmenté de 30% de cancer du sein par rapport à celles qui n’avaient jamais travaillé de nuit. Ceci en tenant compte de tous les «facteurs de confusion» possibles (c’est à dire de la consommation d’alcool, de l’âge des premières règles, du nombre d’enfants, etc.). Par ailleurs, c’était inattendu, mais on observe que moins le nombre de nuits travaillées par semaine est important et plus le risque est accru. En fait, on peut considérer qu’il y a une perturbation plus importante du rythme biologique, car elles passent plus souvent d’un rythme de jour à un rythme de nuit », ont notamment expliqué les chercheurs de l’Inserm.

Un résultat qui confirme de précédentes études qui démontraient que le rythme circadien (contrôlant l’alternance veille-sommeil) régulait de très nombreuses fonctions biologiques et était altéré chez les personnes travaillant la nuit où avec des horaires décalés.

On se souvient que c’est sur pression des institutions européennes que, au nom de « l’égalité professionnelle Hommes/femmes », a été réintroduit en 2000 le travail de nuit des femmes en France, alors qu’il était jusque là interdit par le Code du travail.

Crédit photo : Jessie Romaneix via Flickr (CC)
Bien se nourrir, condition de la survie d'un peuple - Par Louis Tode

Bien se nourrir, condition de la survie d’un peuple – Par Louis Tode

La nourriture nous définit, témoigne de qui l’on est, de nos goûts et de nos origines. C’est elle qui nous fait vivre et grandir, qui nous apporte les éléments nécessaires pour être en bonne santé et accomplir nos tâches, et qui par conséquent nous permet de nous développer et de nous reproduire : « dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es ».

Pourtant, des maladies se développent à une vitesse fulgurante : le cancer, véritable maladie du XXe siècle, poursuit son ascension : hausse du nombre de cancers du sein, de la prostate et du colon ; cas de diabète de plus en plus graves et, surtout, de plus en plus jeunes (dès 6 ans aux Etats-Unis) ; obésité galopante, non plus cantonnée à l’Amérique mais en France aussi (1 enfant sur 5 dans l’Hexagone) ; culte de la malbouffe de la rue au réfrigérateur ; perte de recettes, de plats régionaux et enracinés, témoins d’une culture et d’un savoir-vivre ; expansion du hard discount dans l’alimentation, etc.

Lorsque même la nourriture est touchée par les fléaux du monde moderne, c’est la disparition annoncée des peuples.

Nous voyons depuis quelques décennies se développer toutes sortes de techniques visant non plus à nourrir les populations, mais simplement à atteindre des productions optimales et des niveaux de profit exceptionnel.
Les révolutions vertes et industrielles nous ont fait perdre des savoir-faire ancestraux ; ceux-ci savaient allier efficacité de production et respect de la nature et de l’environnement, pouvant ainsi se perpétuer durant des siècles : désormais la machine a remplacé l’homme, et nous avons abandonné le juste équilibre entre forêts, cultures et bétail, pour laisser place à la spécialisation et à la désertification, à l’appauvrissement des sols qui sont de moins en moins riches en nutriments. Ces nutriments sont pourtant ceux qui, en nourrissant les végétaux, sont garants de la vie humaine.
La qualité des aliments baisse de manière drastique : notre alimentation devient une véritable bombe à retardement au vu du développement des maladies et des dépenses de sécurité sociale de demain.

Les multinationales de l’agroalimentaire et des OGM ôtent leur souveraineté aux agriculteurs, corrompent les gouvernements pour que les OGM entrent dans le pays et infectent les autres cultures non OGM (Amérique latine, Inde), trafiquent les études scientifiques, achètent les agences sanitaires et y placent leurs propres experts. Ce travail de sape, rondement mené par une guerre médiatique et intellectuelle, fait rêver des agriculteurs et des marchés entiers qui ne se rendent pas compte qu’ils deviennent pieds et poings liés aux multinationales. Ce terrorisme sournois, plus doux qu’une kalachnikov mais bien plus efficace, cause le suicide de centaines d’agriculteurs et en fait vivre des milliers d’autres dans la peur. Et quiconque, scientifique ou autre, souhaite dire un peu de vérité et balayer cet écran de fumée se retrouve sur les bancs des accusés et/ou est prié de se taire.
Les intérêts économiques ont pris le dessus sur l’intérêt des populations, et il devient de plus en plus difficile de dire la vérité, tant le lobbying est puissant. Les associations ou scientifiques voulant que celle-ci apparaisse au grand jour s’y cassent les dents (UFC-Que choisir concernant l’obésité, Pierre Méneton et les dangers du sel, etc.).

Nous devons retrouver une alimentation saine, locale, naturelle, en famille, sans plats préparés ou malbouffe bourrée de sucres, de graisses, sels, édulcorants et autres additifs cancérigènes, pris devant la télévision avec des sodas et des bonbons. Et nous devons surtout faire connaître ce danger qui plane au-dessus de nous et nous menace grandement.

Louis Tode

Liens :

Travaux de Pierre Méneton
Vidéos de l’agronome Claude Bourguignon
– Marie Monique Robin :
Du poison dans nos assiettes
Le monde selon Monsanto

Image : En particulier, la nourriture peut agir sur l’expression de nos gènes : nous sommes ce que nous mangeons, et nos enfants aussi !!!

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

Rome: Casapound s'oppose à la nouvelle décharge publique et dénonce l'absence de recyclage

Rome: Casapound s’oppose à la nouvelle décharge publique et dénonce l’absence de recyclage

08/06/12 – 20h00
ROME (NOVOpress)
– Alors que la quasi totalité des grandes villes européenne est déjà passée depuis plusieurs années au tri et au recyclage de ses déchets, la capitale italienne continue à se borner à les déverser sans distinction puis à les enfouir. Cette pratique a entrainé la saturation des divers sites de déversement et le projet récent d’ouverture d’une nouvelle décharge publique géante dan le quartier de Riano, suscitant l’inquiétude et la colère des habitants du lieu.

Rejoignant la mobilisation citoyenne contre ce projet anti-écologique, anachronique et économiquement aberrant (de nombreux détritus triés pourraient être revendus à des entreprises pour réutilisation), les militants de Casapound œuvrent depuis plusieurs jours à la dénonciation d’une décision politique inique et néfaste au bien être de la population et à la protection de l’environnement. Ils participent notamment, nuit et jour, à l’occupation du lieu choisi pour installer la nouvelle décharge. Une trentaine de jeunes militants du mouvement ont également bloqué la route de Flaminia, à l’entrée de Riano, en exhibant des banderoles proclamant “Les déchets tuent” ou encore “les habitants de Riano veulent continuer à vivre“.

Le mouvement Casapound réclame la suspension du projet et la mise en place d’une politique ambitieuse de tri sélectif et de recyclage.

Comme l’a déclaré le vice-président de Casapound, Andrea Antonini : “Nous ne voulons pas simplement que la décharge soit déplacée, nous exigeons un système plus adapté à l’époque, plus protecteur de l’environnement et des populations. Nous ne voulons pas compromettre notre vie, notre économie et la santé de nos enfants simplement parce que Monsieur Allemanno (NDLR: l’actuel maire de Rome) n’a pas tenu ses promesses électorales et a préféré distribuer à tort et à travers l’argent public”.

Crédit photo : un.2vue via Flickr (CC)

Pêche: des flottes extra-européennes menacent le thon rouge en Méditerranée

Pêche: des flottes extra-européennes menacent le thon rouge en Méditerranée

04/06/12 – 15h00
PARIS (NOVOpress)
– Deux importantes flottes extra-européennes auraient été repérées ces 15 derniers jours en Méditerranée dans une des principales zones de reproduction du thon rouge.

Une situation qui inquiète particulièrement l’association environnementaliste WWF car cette présence laisse à penser que certains bateaux pourraient opérer en toute illégalité et en dehors de toutes les lois internationales de conservation du thon rouge.

Cette présence de navires extra-européen apparaît d’autant plus inacceptable que les thoniers français ont atteint leur quota de prises de thon rouge le 31 mai dernier, ce qui met normalement fin à la saison de pêche pour cette année.

Treize navires chinois et une flotte de pêche battant pavillon inconnu auraient ainsi été repérés. Les autorités chinoises n’ont pas commenté cette information.

Crédit photo Nicolas Lannuzel via Flickr (cc)