Faits & Documents n°374 du 15 avril au 15 mai 2014 - Portrait : Patrick Drahi

Faits & Documents n°374 du 15 avril au 15 mai 2014 – Portrait : Patrick Drahi

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 15 avril au 15 mai 2014 vient de paraître, avec (entre autres) un portrait de Patrick Drahi, l’homme d’affaire israélien et résident suisse qui a racheté SFR.

Avec l’annonce du rachat de l’opérateur français SFR par Numericable le 5 avril, Patrick Drahi, jusque-là inconnu, s’est retrouvé au coeur de toutes les attentions. Ce milliardaire a bâti sa fortune à coup de fusions-acquisitions dans le secteur du câble, devenant en moins de dix ans la 215ème fortune mondiale avec un actif net évalué à 6,3 milliards de dollars selon le magazine Forbes. S’il était français, il serait la 14ème fortune du pays. Mais voilà, l’homme ne l’est pas. Au grand dam d’Arnaud Montebourg qui déclarait au micro d’Europe 1 (14 mars 2014) : « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! » Et Najat Vallaud-Belkacem d’exprimer, avec une fausse naïveté certaine, sa crainte de voir SFR « devenir une entreprise suisse ». Si Drahi est effectivement résident depuis quinze ans en Suisse, c’est pour Israël que son cœur bat. Au plus fort des tractations pour le rachat de SFR, un fait est passé totalement inaperçu : le 12 mars dernier, celui qui allait devenir quelques jours plus tard le nouveau propriétaire de SFR organisait la soirée d’inauguration d’I24News, « une chaîne multilingue internationale avec un regard israélien ».

Lire la suite

Vu sur Facebook

Du steak aux résidus de bonbons

Publié le
Le socialiste Pascal Lamy prône la suppression du Smic

Le socialiste Pascal Lamy prône la suppression du Smic

12/04/2014 – PARIS (Bulletin de réinformation) – Pascal Lamy, membre du Parti socialiste et proche de François Hollande, souhaite voir appliquer les recommandations de Goldman Sachs. – La semaine dernière, l’ancien commissaire européen Pascal Lamy déclarait : « Il faut, à ce niveau de chômage, aller davantage vers la flexibilité et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au Smic. Un petit boulot, c’est mieux que pas de boulot ».

Pascal Lamy, ancien patron de l’Organisation mondiale du commerce et participant régulier à la conférence de Bilderberg est un ultra‑libéral totalement assumé. En 2009, en pleine crise financière, il n’avait pas hésité à réclamer une augmentation de 32 % de son salaire de directeur de l’OMC. Il est membre du Parti socialiste depuis 45 ans ainsi que du comité d’orientation scientifique de A gauche en Europe, club de réflexion fondé par Michel Rocard et Dominique Strauss‑Kahn.

La déclaration de Pascal Lamy est à mettre en parallèle avec le rapport fourni par la banque Goldman Sachs à la commission européenne début 2013. Dans ses recommandations, la banque d’affaires prônait une baisse de 30 % des salaires des Français « pour une meilleure compétitivité face à leurs voisins européens », allemands entre autres.

Crédit photo : Pascal Lamy via Wikimedia (cc)

Agriculture, déficits budgétaires : nuages à l’horizon entre Paris et Bruxelles

Agriculture, déficits budgétaires : nuages à l’horizon entre Paris et Bruxelles

10/04/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le discours de Manuel Valls à l’Assemblée nationale a laissé entrevoir un renoncement du gouvernement à respecter la règle budgétaire des 3 % de déficits. Il semblerait qu’au vu des économies et des baisses de charge annoncées, le bilan penche en faveur de quinze milliards d’euros de dépenses supplémentaires.

Comment le gouvernement socialiste espère‑t‑il obtenir l’indulgence de Bruxelles ?

Liés par les accords européens, le gouvernement sera obligé d’aller mendier à Bruxelles un nouveau délai auprès de la Commission européenne. Rien n’indique cependant que la France l’obtiendra. D’ores et déjà, François Hollande et Manuel Valls ont perdu le soutien de l’Italie. Le gouvernement de Matteo Renzi avait envisagé de dépasser les 3 % de déficits en 2014. Finalement, l’objectif des autorités d’outre‑monts se situent bien en‑deçà.

Ce n’est pas le seul sujet de friction que Manuel Valls devra éclaircir avec Bruxelles

Lire la suite

Vu sur Twitter

En Espagne, les anti-expulsions bloquent des succursales de Banco Popular

Publié le
Vu sur Twitter

Un vigneron condamné à 500 euros d’amende pour avoir refusé de traiter ses vignes

Publié le
Vu sur Twitter

Un robot humanoïde au salon de Hanovre, dédié à la technologie industrielle

Publié le
Vu sur Facebook

Pendant ce temps le budget de l’AME qui prend en charge à 100% les clandestins, grimpe

Publié le

Dette, crise, chômage : qui crée l’argent ?

05/04/2014 – VIDÉO – La monnaie fait partie de notre quotidien. Elle est au cœur de nos économies : elle permet les échanges des biens et des services. Pourtant, personne ne sait vraiment qui la fabrique, ni comment elle fonctionne. En partant de ce que tout le monde connait, ce document explique les fondements des systèmes monétaire et bancaire, et en décrypte certaines conséquences. Car c’est bien l’incompréhension du système monétaire par la majorité des citoyens, des journalistes, des politiciens et de nos élites au sens large, qui permet à la finance et aux banques de régner sans entraves. Un documentaire vidéo pédagogique de Gabriel Rabhi, fils de Pierre Rabhi.

Publié le
Environnement : les océans transformés en décharges à ciel ouvert...

Environnement : les océans transformés en décharges à ciel ouvert…

05/04/2014 – PERTH (NOVOpress) – Les recherches en cours au large de la côte Ouest de l’Australie, dans l’océan Indien, n’ont pas encore permis de localiser l’avion disparu de la Malaysian Airlines, le désormais tristement célèbre Boeing 777-200, mais elles ont une fois de plus attiré l’attention sur les monceaux de détritus flottant dans les océans, rendant les recherches encore plus ardues.

Les éléments qui composent ces décharges flottantes vont de la taille d’une bouteille en plastique à celle d’un conteneur maritime, qui se transforment en plaques de déchets, littéralement appelées “soupes de plastique”, d’un poids équivalent à plusieurs millions de tonnes, emportées par les cinq grands gyres océaniques.

Lire la suite