Le protectionnisme est-il de droite ou de gauche ?

16/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Cette vieille question refait surface depuis de récentes déclarations de Laurent Wauquiez. Historiquement, le protectionnisme naît à droite et est, au fil du temps, passé à gauche.

Mais l’opposition n’est peut-être pas tant politique que sociale.

Une vidéo proposée par Polony TV.


Marine Le Pen Bourdin

Réforme de la SNCF – Marine Le Pen : “Est-ce que vous croyez que les sociétés privées vont aller sur les petites lignes ? Non !”

27/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Marine Le Pen, président du Front national, était l’invitée de Marc Fauvelle ce mardi 27 février.

Le gouvernement veut “privatiser la SNCF”. C’est ce que martèle Marine Le Pen la martèle, affirmant que la réforme du système ferroviaire et l’ouverture aux entreprises privées va forcément conduire aux prémices de la fin du service public.

La présidente du Front national, qui appelle à l’éviction de Guillaume Pépy, patron de la SNCF, plutôt qu’à la réforme du statut de cheminot, est persuadée que les petites lignes régionales seront délaissées par les entreprises privées car peu rentables, ce qui conduire, à terme, à leur fermeture.


Une note interne de la SNCF Bordeaux recommande de recueillir des informations sur les migrants à bords des trains

23/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
C’est le fruit d’une initiative personnelle, un salarié de L’établissement SNCF de Bordeaux, a diffusé une note interne destinées aux quelques 600 contrôleurs régionaux expliquant la démarche à suivre lorsqu’ils repèrent la présence de groupe de migrants à bords des trains, et d’en constituer un rapport.

Indignation pour les syndicats, stupéfaction pour la direction de la SNCF, cette note intitulée « Présence groupe de migrants à bord » a provoqué un scandale en interne, note qui n’aurait jamais été validée par la direction régionale de Bordeaux. La CGT accuse l’auteur de la note de stigmatisation pour ceux que l’on accuserait a priori d’être des fraudeurs, et de représenter un danger.

La SNCF a démenti toute forme de discrimination : « Cette note ne reflète en aucun cas la politique nationale de SNCF qui se doit de communiquer les coordonnées des services pouvant aider les populations concernées par la crise migratoire ».

Une nouvelle note interne va être diffusée concernant les « gestes métiers » lors des contrôles anti-fraude.

Macron Plan Banlieues

Macron au Salon de l’Agriculture ? Éric Zemmour, “Pour lui, la terre est une abstraction, un tableau Excel”

22/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Le Salon de l’Agriculture, qui ouvre ses portes samedi 24 février au public, attend la visite du président de la République. Pour Éric Zemmour, Emmanuel Macron incarne à son tour la “soumission au dieu de la concurrence“.

C’est ce qu’on appelle au théâtre un rôle de composition. Le cul des vaches, ce n’est pas vraiment le truc d’Emmanuel Macron. Il ne sait pas faire, même pas faire semblant.
Rien, ni sa génération, ni son milieu social, ni même une longue carrière politique dans une région rurale, ne l’a préparé à cet exercice. N’est pas Chirac qui veut. Déjà, Sarkozy n’avait pu cacher les lacunes d’un élu de circonscription urbaine et bourgeoise.

Mais Macron, c’est Sarkozy au carré. Macron, c’est Bercy. Et Bercy, c’est Neuilly en pire. Macron ne se demande nullement si la terre ment ou pas. Pour lui, la terre est une abstraction, un tableau Excel.


SNCF : l’héritage étatiste et l’ombre communiste, par Jean-Gilles Malliarakis

On a diffusé le 14 février auprès de la presse et du grand public le rapport Spinetta et ses quelque 43 propositions. Il se fixe pour but de sauver la SNCF. Il vient après de nombreux avis, circonstanciés et documentés, mais sans suite, de la cour des Comptes. Et cela pose une fois de plus la question du rapport de l’opinion, des médias et de notre chère classe politico-technocratique à la dépense d’État.

Dès 2011, en effet, aux Assises du ferroviaire un groupe de travail avait conclu à l’insoutenabilité financière du système. Et quand, en 2014, fut votée la plus récente réforme ferroviaire, on promettait une fois encore un nouveau modèle économique.

Il n’a toujours pas vu le jour. Et la ministre actuelle Élisabeth Borne qui connaît bien le dossier, juge impossible le statu quo.

L’une des ritournelles de ces derniers temps consiste donc à demander à l’État de résoudre le problème ferroviaire. Les gros moyens de désinformation semblent même avoir récemment découvert le gouffre de l’endettement de la SNCF.

Il s’agit pourtant d’un secret de Polichinelle. Il y a quelque 20 ans de cela, en effet, le gouvernement Juppé, n’avait entrepris d’en camoufler le montant que pour pouvoir faire semblant de satisfaire aux critères théoriques de l’euro. Et, dans ce but, avait été créée en 1997 une société gestionnaire de l’infrastructure. Faussement séparée du transporteur monopoliste, fut ainsi fondée Réseau Ferré de France. Cette entreprise était dotée, dès la fondation, de plus de 20 milliards d’euros de dettes. Artificiellement soustraite des comptes publics, elle atteint désormais un montant de 45 milliards.

Or, comme la logique d’une gestion de RFF ne pouvait conduire qu’à une tarification plus réaliste de l’utilisation des voies et des gares. Ceci aurait coïncidé avec la remise en cause du monopole ferroviaire. On a donc décidé en 2013 de rebaptiser le gestionnaire d’infrastructures SNCF-Réseau afin qu’il soit bien clair qu’elle serait repassée sous le contrôle de Guillaume Pépy patron demeuré indéboulonnable, malgré ses échecs, de SNCF-Mobilité.

Pour complaire à cette technostructure, l’organisme prétendument indépendant Arafer chargé, au sein de l’État, de réguler les transports, a, discrètement, toujours empêché que soient calculés les péages à hauteur des besoins de l’entretien des voies.

Toutes ces feintes et galanteries ne peuvent plus dissimuler, cependant, que l’héritage étatiste produit chaque année un passif de plus de 3 milliards de dettes supplémentaires, qui, sans mesures drastiques, ne sauraient être remboursées en dépit des subventions auxquelles les régions sont contraintes, sans pouvoir les contrôler.

Parmi les causes de ce déficit, on ne peut pas omettre les très coûteux avantages sociaux concédés aux cheminots.

On n’oubliera pas, dans cette affaire, la place quasi séculaire de l’idéologie marxiste et de l’appareil communiste.

À presque un siècle de distance en effet, loin d’être crédités de l’image de privilégiés qui les entachent aujourd’hui, les salariés des compagnies de chemin de fer passaient pour l’incarnation même de l’exploitation capitaliste.

C’est en 1920 que des grèves très dures sont brisées par le gouvernement, et que la ville emblématique de Saint-Pierre-des-Corps et son maire Robespierre Hénault hébergent le congrès dit de Tours, où se fonde le parti communiste. La SNCF ne sera cependant fondée qu’en 1937, par le gouvernement Chautemps, étatisant et fusionnant les compagnies privées alors concessionnaires dans une société anonyme d’économie mixte dont l’État possédait la majorité du capital.

Le cheminot passe dès lors à l’avant-garde de ce qu’on dénomme désormais modèle social français : retraites, heures ouvrées, emploi à vie, etc. Le statut d’ensemble, sans équivalent dans aucun pays du monde, sera plusieurs fois transformé et toujours aggravé. En 1983, notamment, il reviendra à Fitermann, ministre communiste des Transports du gouvernement Mauroy, de lui donner un caractère toujours plus étatiste et d’y imposer un Comité central d’entreprise contrôlé aujourd’hui encore par la CGT.

Contre les projets gouvernementaux de réformes du secteur public les appareils syndicaux ont annoncé une mobilisation à compter du 22 mars. La direction de la CGT, par la voix de son secrétaire général Martinez, fait actuellement campagne pour intégrer aux manifestations une grève du chemin de fer.

Chacun sent, chacun sait, le rôle structurant du chemin de fer. Il remonte à des temps très anciens. Il a certes été réactivé avec le développement du TGV depuis 1981, qui bouleverse l’espace hexagonal, toujours dans le sens de l’hypercentralisation parisienne. Dès la loi fondatrice de 1842 a été dessiné et pensé un découpage de la France en 7 grandes lignes convergeant à Paris. Surnommé l’étoile de Legrand, du nom du directeur général des Ponts et chaussées de l’époque, ce schéma corseté empêche aujourd’hui encore le décloisonnement des régions de notre pays.

On ne s’en sortira donc que par une réforme radicale à laquelle l’idéologie étatiste et centraliste répugne.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Vu sur Twitter

Du halal aux hôtels avec tapis de prière, Taïwan cherche à attirer les nombreux touristes musulmans venus d’Asie du Sud-Est

Publié le

Plusieurs dizaines de milliers d’hectares de terres cultivables échappent chaque année aux agriculteurs français

21/02/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et les Jeunes Agriculteurs (JA) ont décidé d’anticiper le rendez-vous du salon de l’agriculture à Paris en organisant ce mercredi une journée d’action partout en France pour exposer leurs revendications notamment contre l’arrivée massive de produits d’Amérique du Sud en cours de négociation.

Rappelons que tous les dix ans en moyenne, l’agriculture française perd 50.000 hectares de terres cultivables alors que la loi d’avenir agricole de 2014 visait une réduction par deux de ce phénomène. Au problème d’étalement urbain dû aux grandes surfaces périphériques, s’ajoutent les investissements étrangers (chinois, indiens et saoudiens notamment), qui font en outre monter les prix.


Clandestins à Calais où comment l’insécurité entrave l’économie locale

07/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
L’entreprise Rivet&Verbogh située à Calais, est spécialisée dans la mécanique générale, et emploie une vingtaine de personnes. Problème, l’entreprise est située dans la zone des dunes où l’Etat Français à installé les toilettes et les douches pour les clandestins. Les dommages collatéraux sont nombreux : portail et grillage arrachés, vols de pièces métalliques, voitures cabossées.

Le chef d’entreprise se désole :

En terme d’image, c’est mauvais. Les clients comme certains fournisseurs ne veulent plus venir […] Ils sont là à longueur de journée, jouent au foot ou au cricket au milieu de la rue, la nuit ils dorment dans des tentes dans le bois à côté, les CRS n’interviennent même plus. Quand il y a des bagarres, on doit attendre que ça se calme pour travailler »

Excédé, il a, avec d’autres chefs d’entreprise locaux, rencontré le préfet du Pas-de-Calais vendredi dernier. Ils demandent notamment a être indemnisés et réclame plus une plus grande fermeté judiciaire.


Eric Zemmour Françafrique

Promotion sur le Nutella : “Les nouvelles émeutes de la faim”, selon Éric Zemmour

30/01/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Des bagarres dans une grande surface pour des promotions sur le Nutella ont fait scandale. Le gouvernement a diligenté une enquête pour vérifier si les règles interdisant les ventes à perte ont été respectées.

Ce sont les nouvelles émeutes de la faim. Jadis, on se battait pour du pain. Aujourd’hui, on se bat pour du Nutella. On s’étripait à la porte des boulangeries, parce que le pain était trop cher ou trop rare. On s’étripe dans les supermarchés pour une promotion.

Jadis, on souffrait de disette, voire de famine. On souffre désormais d’obésité et de diabète. Jadis, le pain n’était pas vraiment du pain. Mais les noisettes et le chocolat ne sont pas vraiment des noisettes et du chocolat. La faim frappait surtout les pauvres. La malbouffe, aussi.


Forum économique de Davos : un prix remis en faveur des immigrés clandestins

25/01/2018 – SUISSE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La quarante-huitième édition du Forum économique mondial, plus connu sous le nom de forum de Davos s’est ouverte lundi soir dans la station suisse du même nom. Cette organisation réunissant les plus hauts dirigeants d’Etats, de gouvernements et d’entreprises planifie tout simplement l’évolution de l’ordre mondial des temps à venir. C’est ce que Klaus Schwalb, co-fondateur avec Richard Attias a rappelé dans son discours JE CITE « Nous avons besoin de travailler en équipe : aucune nation, aucune personne, aucune partie prenante ne peut à elle seule faire face à la complexité de l’agenda mondial de manière constructive ».

En guise d’ouverture du forum, un prix remis en faveur des clandestins

Trois prix on été remis pour l’ouverture du forum, dont un attribué à Cate Blanchett pour son action en faveur des clandestins. En recevant son trophée, l’actrice a évoqué la migration prochaine de près de 66 millions de clandestins. Pour elle : « Nous devons accepter notre mission : trouver de nouvelles manières de répondre à la crise des réfugiés »

Emmanuel Macron a pris la parole hier

Déjà présent l’année dernière en tant que ministre de l’économie de François Hollande, Le président français s’est exprimé pendant plus de 40 minutes. Il a évoqué la question environnementale avant de faire la promotion de ses projets de réformes économiques, scolaires et financières pour notre pays. Il appelle à la coopération internationale, exigeant notamment un contrat mondial dans le domaine fiscal.

Un ennemi à ce forum mondialiste : la montée des courants nationalistes

En effet, Angela Merkel et Emmanuel Macron se sont tous deux inquiétés des de l’importance croissante des courants nationalistes. “Le populisme est un poison” haranguait la dirigeante d’outre Rhin tandis que le président français encourageait la salle à prendre des mesures pour que les nationalistes n’emportent pas les élections « dans cinq ans, dans dix ans, dans quinze ans ».

Eric Zemmour Françafrique

Éric Zemmour : “Jupiter Macron va se soumettre aux dieux de l’Olympe de Davos”

24/01/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Emmanuel Macron se rend ce mercredi 24 janvier au 48e Forum économique mondial de Davos, lieu de rendez-vous annuel des grands patrons de la planète.

Pour Éric Zemmour, le chef de l’État “reconnait” qu’il y a des dieux au-dessus de lui.

Ils l’aiment. Ils l’adulent. Ils le plébiscitent. Ils disent “Wonderful !”. Ils disent “Marvelous !”. Ils disent : “France is back !”. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les riches sont comme les autres hommes : ils aiment qu’on les aime. Et Macron leur a sorti le grand jeu.

Déjà pendant sa campagne électorale, il était le seul à parler leur langue, mélange de globish english et de dialecte managérial. Le seul à agiter leurs totems, l’Europe et le monde ouvert. Depuis qu’il est président, il a mis les petits plats dans les grands : il a supprimé l’impôt sur la fortune rien que pour eux, tandis que les imbéciles de la classe moyenne qui mettent leur argent dans la pierre continueront de le payer. Bien fait pour eux, rit-on à Davos !


La France de Macron : de la « start-up nation » à l’ IA nation ?

24/01/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Emmanuel Macron invitait ce lundi 22 janvier 140 patrons de multinationales au sommet « Choose France ! » à Versailles. L’objectif est de promouvoir l’attractivité de la France et d’attirer les investissements. Plusieurs grands noms de la Silicon Valley comme Facebook, Google, Ikea ou Coca ont répondu présents.

Et justement, Facebook parie sur la France pour le futur de l’intelligence artificielle.

Facebook a profité de l’occasion pour annoncer, entre autres, un investissement de 10 millions d’euros supplémentaires dans l’antenne parisienne de FAIR, son laboratoire dédié à l’IA. Par IA, il faut comprendre « Intelligence Artificielle », c’est-à-dire l’ensemble de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence.

Cet attrait n’est pourtant pas nouveau ?

Cela fait des années que Facebook investit dans l’intelligence artificielle afin d’améliorer le réseau social. Il utilise déjà des programmes intelligents dans ses outils de recherche, d’analyse de photos ou de vidéos, l’affichage de publicités personnalisées, etc. Mais Facebook est loin d’être la seule entreprise à investir le secteur : c’est le cas de la plupart des géants du web et des nouvelles technologies. Du réveil aux mails, en passant par le GPS ou la carte bleue, l’IA imprègne notre quotidien.

Google n’est en effet pas en reste

Le géant Google a aussi dévoilé l’ouverture d’un laboratoire consacré à l’intelligence artificielle à Paris. Il s’agit du deuxième centre de recherche en la matière géré par la société américaine en Europe. Ce centre parisien sera l’occasion pour Google d’explorer trois thèmes de recherche : la santé, l’environnement et l’art. Répondant sur les effets néfastes que pourrait avoir l’IA sur nos sociétés notamment pour la destruction d’emploi, le PDG de Google, Sundar Pichai, explique que « l’intelligence artificielle est l’une des choses les plus importantes sur lesquelles travaille l’humanité à l’heure actuelle », plus profonde et vitale que “l’électricité ou le feu“.

L’oligarque financier Patrick Drahi décide de séparer ses activités médias et télécom aux États-Unis et en Europe

10/01/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le financier Patrick Drahi acte le divorce entre ses juteuses activités de télécom américaines et SFR en France. Cette scission est le fruit d’un montage financier artificiel basé sur un transfert d’actions entre filiales. En outre, Patrick Drahi va puiser 600 millions d’euros dans les caisses d’Altice USA pour désendetter SFR et verser 1.5 milliards d’euros de dividende exceptionnel aux actionnaires anxieux. Ces annonces ont donné un coup de fouet à l’action Altice qui a grimpé de 10% à la bourse d’Amsterdam lundi dernier.

Cela va à rebours de l’annonce faite en grande pompe au printemps dernier, dans laquelle Patrick Drahi annonçait vouloir fédérer ses activités dans le monde, pour en faire une « une grande famille ».

En effet, il entendait ainsi contrer ses détracteurs, qui l’accusaient d’être un vorace financier rachetant opportunément des entreprises aux activités disparates, dans l’unique but d’en tirer du profit. Mais la réalité économique l’a rattrapé. Le groupe Altice, assis sur une dette de 50 milliards d’euros, avait perdu 60% de sa valeur seulement 3 semaines, suite à l’annonce des résultats mitigés de SFR.

Ce changement de stratégie laisse à penser que Patrick Drahi ne croit plus en SFR…

Ce qui est sûr en tout cas, c’est que SFR constitue un boulet pour Drahi et freine les ambitions américaines du groupe. Le but de cette scission est clair : protéger les activités américaines de câblo-opérateurs et retrouver la confiance des investisseurs pour les prochaines acquisitions. Drahi l’a annoncé, il veut devenir le numéro un sur le marché des télécoms aux Etats-Unis. Espérons que le financier ne sacrifie pas notre opérateur de télécom français, pas assez rentable à ses yeux, en le cédant au plus offrant après en avoir coupé les branches malades…

La SNCF, urgence nationale, par Caroline Parmentier

Il ne s’est pas passé un mois cette année sans que les usagers de la SNCF ne rêvent de démissionner Guillaume Pepy. Ou pire.

Les images de galères ferroviaires, de quais et de wagons bondés, de familles et d’enfants pris en otage dans des trains qui ne partent pas, envahissent les réseaux sociaux. Tout ça sur fond de billets hors de prix (et qui ne cessent d’augmenter) avec des tarifs parfois supérieurs à ceux de l’avion, un service et une propreté repoussants.

Les incidents à répétition se sont multipliés ces derniers mois : les débrayages, les saturations des trains au départ, les travaux, les surréservations, les usagers en rade, les retards, les trains supprimés, les feuilles d’arbre, les sabotages, les agressions, l’insécurité, les colis piégés. Mais aussi les formidables méga-pannes à chaque période de grands départs cette année (au moment du grand chassé-croisé de juillet, ou du dernier week-end de Noël) auquel il faut ajouter l’épouvantable accident de Millas. Rien d’étonnant à ce que les patrons de l’entreprise, l’insubmersible Guillaume Pepy (à la direction depuis dix ans) et son acolyte Patrick Jeantet, aient été convoqués dans le bureau de la ministre Elisabeth Borne lundi pour une séance d’explications. C’est bien le moins mais ne nous leurrons pas, l’Etat actionnaire partage une grosse responsabilité dans ce fiasco.

Le journaliste économique Gaétan de Capèle rappelle opportunément la liste des « décisions aberrantes imposées depuis des décennies à l’entreprise publique, dictées par des préoccupations strictement politiques ». Comme cette « perle du hollandisme » consistant à lui faire acheter des trains inutiles et inadaptés pour soutenir Alstom en difficulté. La politique au seul profit du tout TGV, ultra-coûteuse et pleine de ratés, a également gravement pénalisé le réseau ferré classique notamment de banlieue et de province qui vit de bricolages depuis trente ans.

La ministre des transports a elle-même publiquement reconnu la responsabilité de l’Etat dans les difficultés de la SNCF. Toutefois selon elle, l’Etat ayant mis la main à la poche à hauteur de 34 milliards sous le précédent gouvernement, c’est au groupe de prendre ses responsabilités. « La répétition de ces situations apparaît incompréhensible et suscite une légitime exaspération, cela alimente un sentiment de perte de maîtrise des fondamentaux du service public ferroviaire », a écrit Elisabeth Borne aux dirigeants en forme d’avertissement.

Les semaines qui viennent à la SNCF diront peut-être enfin quel patron est Emmanuel Macron. Et si alors que l’urgence est criante, quelque chose bouge. Le candidat Macron à la présidentielle avait laissé entrevoir une révolution comme jamais, comme aucun de ses prédécesseurs avant lui : modification du régime spécial des retraites, statut des cheminots, organisation du travail, transformation du fameux « modèle social ». Des sujets tabous et hautement explosifs. Pour le coup, les trains pourraient ne plus circuler du tout.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 9 janvier 2018

L’affaire Lafarge dévoile les liens entre Daech et l’élite dirigeante française

L’enquête sur le financement de Daech (groupe État islamique) par LafargeHolcim souligne le caractère frauduleux de la lutte antiterroriste prétendument menée par la France et ses alliés de l’Otan. Elle laisse entrevoir un financement délibéré sur cinq ans par une entreprise du CAC 40 d‘organisations terroristes responsables d‘attentats dans toute l‘Europe, notamment en France.
Elle pose directement la question du rôle joué par l’État et le gouvernement PS de François Hollande. Le PS a réagi aux attentats meurtriers de janvier et novembre 2015 en France en imposant l’état d’urgence et il a promu le FN en invitant Marine Le Pen à l’Élysée. L’état d’urgence a fourni un faux prétexte à la répression brutale de manifestations contre la loi travail du PS, à savoir que ces luttes gênaient le travail de police nécessaire à la lutte contre le terrorisme et à l’unification de la France autour d’un projet sécuritaire et une lutte contre l’islamisme.

Or, selon les informations ressorties lors de la mise en examen ces deux dernières semaines de six dirigeants du cimentier – dont l’ex-PDG de LafargeHolcim, Bruno Lafont, et l’ex-directeur général du groupe, Éric Olsen – Lafarge finançait le milieu des milices terroristes en Syrie à l’époque où celles-ci commettaient les attentats qui ont servi de prétexte à l’état d’urgence.

Le Monde a traité la mise en examen des patrons de Lafarge de «coup de tonnerre». «C‘est la première fois qu’un patron du CAC 40 est mis en cause pour une infraction terroriste» écrit ce journal.

De plus, Lafarge aurait eu recours au mensonge et à la production de faux pour justifier son financement des groupes terroristes. Le Service national de douane judiciaire (SNDJ), qui a mené les interrogatoires des cadres de Lafarge ayant conduit à leur mise en examen, a estimé que la direction française du groupe avait «validé ces remises de fonds en produisant de fausses pièces comptables».

Les informations fournies par Lafarge invalident son alibi précédent, à savoir que le groupe n’avait versé ces sommes aux milices terroristes que parce que le groupe devait se plier à un «racket» de Daech afin de protéger son usine de ciment située près de Raqqa, dans le nord de la Syrie.

Un rapport de la société d’audit londonienne PricewaterhouseCoopers (PWC), commandité par Lafarge, précise que le groupe aurait versé 13 millions de dollars entre 2011 et 2015 aux diverses milices islamistes en Syrie. Selon ce rapport, ce financement a continué jusqu’en 2015, bien après la fermeture de l’usine en septembre 2014.

Selon les avocats de Sherpa – l‘association qui s‘est portée partie civile dans cette affaire en 2016 pour «mise en danger de la vie d‘autrui» et a ainsi déclenché l’enquête pour «financement d‘entreprise terroriste» menée par trois juges des pôles antiterroriste et financier de Paris – une grande partie de cet argent est allé, indirectement ou directement, dans les poches de Daech.

Un autre rapport rédigé par le cabinet d‘expertise américain Baker McKenzie, lui aussi missionné par Lafarge, révèle que la filiale syrienne de Lafarge aurait à elle seule versé de juillet 2012 à septembre 2014 près de 5,6 millions de dollars aux milices, dont plus de 500.000 dollars à Daech. Le fils de l‘ex-ministre de la Défense syrien, Firas Tlass, aurait servi d’intermédiaire.

Ainsi, alors même que la classe politique française débattait en 2014 et 2015 de l‘opportunité ou non de bombarder Daech en Syrie, Lafarge finançait la milice terroriste. Le gouvernement Hollande a ordonné le premier bombardement des positions de Daech en Syrie juste après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Jusqu’alors, la France ne bombardait que les positions irakiennes de Daech et gardait ainsi la possibilité de profiter des actions de Daech en Syrie.

L‘image ressortant de l’enquête n‘est pas celle d‘une entreprise ayant voulu rester en Syrie pour y représenter la France ou encore rentabiliser un des plus gros investissements français hors pétrole au Moyen-Orient, et aurait donc accepté le «racket» de Daech, comme l’ont prétendu les cadres incriminés. C‘est plutôt celle du financement délibéré d’organisations terroristes que le PS présentait alors comme des forces légitimes dans sa guerre, menée en alliance avec Washington, pour renverser le gouvernement de Bachar al-Assad.

Une lutte intense se poursuit à l’intérieur des milieux officiels français à propos de cette affaire, que suivent manifestement de près les milieux financiers et judiciaires anglo-américains.

Cette semaine, Sherpa a demandé au parquet de lancer une enquête «pour entrave à l’exercice de la justice» et accusé Lafarge d‘avoir voulu «acheter le silence» des six cadres mis en examen et ainsi «devancer les interrogations qui pourraient leur être soumises».

L‘association a réitéré sa demande que les investigations ne se limitent pas à Lafarge mais qu‘elles fassent aussi la lumière sur le rôle des autorités françaises de l’époque. Son porte-parole a évoqué «la frilosité, la complaisance, voire la complicité» des ces autorités. «Qui nous dit qu’entretemps une partie de l’argent versé à l’EI (Daech) n’a pas servi à financer un attentat en France?» s’est interrogée son avocate Marie Dosé.

En fait, l’affaire Lafarge soulève le rôle non seulement de la France, mais des gouvernements de toutes les grandes puissances de l’Otan. A partir de 2011, ces puissances ont organisé avec les monarchies du Golfe le financement de milices islamistes en Syrie à la hauteur de milliards de dollars. Cette guerre a dévasté la Syrie, fait des centaines de milliers de morts, et forcé plus de 10 millions de Syriens à fuir leurs foyers.

Les médias et les responsables politiques des pays de l’Otan ont tenté de cacher autant que possible le caractère politiquement criminel de cette guerre, et notamment le fait que les alliés de l’Otan en Syrie, comme dans la guerre de 2011 en Libye, étaient des milices terroristes liées à Al Qaïda.

L’affaire Lafarge montre aussi le rôle réactionnaire et mensonger des groupes de la pseudo-gauche petite-bourgeoise, comme le Nouveau Parti anticapitaliste en France, qui ont été des partisans et des complices de l’impérialisme dans ces conflits. Ils ont présenté éhontément les groupes djihadistes anti-Assad comme l‘émanation d‘une révolte populaire. Alors que le CAC-40 finançait les différentes milices islamistes sur le terrain en Syrie, ils prétendaient que cette opération était une révolution démocratique syrienne.

Dans ces conditions, il faut poser la question: pourquoi les responsables du gouvernement PS ne sont-ils pas entendus – commencer par l’ex-président Hollande, qui a décidé en 2012 de reconnaître les milices d’opposition en tant que gouvernement de la Syrie? La «demande d‘acte» de Sherpa en octobre avait d’ailleurs exigé que les ambassadeurs français en Syrie et l‘ex-ministre PS des Affaires étrangères Laurent Fabius soient entendus. Toutefois, les médias et la classe politique française font le silence sur cet aspect central de l‘affaire.

Les agissements de Lafarge en Syrie soulignent le caractère politiquement illégitime de l‘état d‘urgence, dont la loi antiterroriste d’Emmanuel Macron a inscrit les dispositions dans le droit commun. Alors que l’impérialisme finançait les terroristes de Daech, il utilisait leurs crimes en Europe pour justifier la répression de l’opposition des travailleurs et des jeunes à la suppression des droits sociaux et démocratiques acquis au cours de plusieurs générations de lutte. Toute cette politique est marquée du sceau du mensonge d’Etat dans l’intérêt de l’aristocratie financière.

Francis Dubois et Alexandre Lantier

Texte daté du 22 décembre et repris du site Polemia

Conquête de terres agricoles françaises par la Chine

19/12/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Il n’y a pas qu’en Afrique que la Chine achète des terres. Après les vignobles et les 1500 hectares de terres dans l’Indre, ce n’est pas moins de 900 hectares que le groupe chinois Hongyang a rachetés dans le Bourdonnais, et ce pour le double de la fourchette haute des prix de la région.

Impossible à la SAFER (la société d’aménagement foncier et d’établissement rural) d’exercer son droit de préemption car le groupe chinois a également pris soin de racheter 98% des parts des sociétés propriétaires des terres.

Difficile de lutter dans le monde actuel contre une telle puissance de financement. La Chine possède actuellement 8% des terres cultivables de la planète pour nourrir 20% de la population mondiale, ce qui explique le caractère très offensif de sa politique d’acquisition.

En s’implantant en France elle pourra ainsi profiter d’un savoir-faire reconnu pour combler le besoin croissant de sa population en produits laitiers.