Martine Aubry, épouse Brochen, se plaint des « rumeurs » : Riposte Laïque persiste et signe !

[box class=”info”]Par Riposte Laïque[/box]

C’est du sérieux ! Les journaux télévisés en parlent, les quotidiens s’emparent de l’affaire, le JDD en fait sa page une, ce dimanche ! Martine Aubry va contre-attaquer durement, sur les rumeurs malveillantes dont son mari et elle seraient l’objet. D’affreux sites internet véhiculeraient des horreurs sur son compte, et sur celui de son malheureux époux, Jean-Louis Brochen. La candidate PS aux présidentielles annonce qu’elle a averti les sites en question, et que si ceux-ci avaient l’outrecuidance de ne pas retirer  leurs articles, ils seraient poursuivis devant les tribunaux !

Naturellement, des journalistes ont affirmé que notre journal ferait partie des premiers visés… France 3, Le Monde, L’ Express, Le Figaro et quelques sites moins connus nous font l’honneur de nous citer, voire de nous attribuer l’origine de certaines de ces rumeurs. (1)

Nous constatons avec amusement que la vérité que colportent des sites comme Riposte Laïque et d’autres, notamment sur la connivence de Martine Aubry avec Amar Lasfar et les islamistes, commence à porter ses fruits, puisque la voilà obligée de sortir du bois, et de rendre publiques ces rumeurs, quitte à leur faire une publicité inespérée, et sans doute contre-productive.

Nous apprenons également que quelques sites ont préféré prendre les devants, et retirer certains articles parlant du mari de Martine Aubry, Jean-Louis Brochen. Nous n’en ferons rien, nous persistons et nous signons, et nous assumons l’intégralité du numéro spécial que nous avions consacré à la secrétaire du Parti socialiste, le jour où elle a annoncé sa candidature (2).

Nous assumons les vidéos publiées (nous en ajoutons même une, ci-dessus), le dessin animé d’un de nos lecteurs, et surtout les articles répertoriés de Fanny Deulin, Chantal Crabère, Christine Tasin, Leila Adjaoud, Jacques Philarchein, Jeanne Bourdillon, Marie-José Letailleur, Alain Dubos Maurice Vidal… et tous les articles publiés sur le bilan et les orientations de celle qui entend, avec son parti, amener notre pays vers « une nouvelle civilisation ».

Le Journal du Dimanche évoque des rumeurs sur la supposée homosexualité de Martine Aubry, ou sur son prétendu alcoolisme. Les avocats de Martine Aubry ne trouveront nulle trace de tels propos dans les dizaines d’articles qu’ils éplucheront sur notre site. Ce n’est pas notre terrain. Ils ne trouveront aucune phrase affirmant que Jean-Louis Brochen est un salafiste converti à l’islam, information que certains autres sites ont relayé à tort. Là encore, la désinformation n’est pas notre terrain, pourquoi raconter des mensonges sur Brochen, quand la vérité est suffisamment accablante ? Pourquoi se priver de remarquer la complémentarité de l’action de l’avocat Brochen, son appartenance à la Ligue des Droits de l’Homme, et la ligne politique de son épouse ?

Qu’on ne nous fasse pas le coup de l’avocat qui ne serait pas d’accord avec les causes qu’il défend, mais se comporterait en amoureux d’une Justice qui se fait un honneur de fournir un défenseur à chaque accusé. Les causes défendues par Brochen (jeunes filles voilées, gang de Roubaix, groupe de rap Sniper) sont éminemment politiques, et se doivent d’être relevées. Si Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen et lui-même avocat, défendait systématiquement des négationnistes ou des antisémites notoires, ne serait-il pas tout aussi légitime de relever ce fait, qui serait loin d’être neutre politiquement, et indolore pour l’image de sa compagne ?

De même, si nous insistons fréquemment sur la filiation de la maire de Lille avec Jacques Delors, c’est parce qu’elle incarne dans la continuité la ligne politique et l’oeuvre européiste de son père, dans une vision politique porteuse de la disparition de notre pays et du détricotage de la République une et indivisible au service d’une Europe fédérale des régions.

Nous ne retirerons donc pas un seul article consacré à Aubry et aux siens. Nous ne nous laisserons pas davantage intimider par les menaces à peine voilées de la première secrétaire du Parti Socialiste  que nous ne l’avions été quand le maire de Trappes, via son avocat, nous avait menacés de poursuites judiciaires pour un article sur sa commune qui lui déplaisait… (3) Et nous ne l’avions été pas davantage quand l’avocat de la Ligue des Droits de l’Homme nous avait, de manière grotesque, sommé de retirer l’interview du 1er avril de Michel Tubiana, estimant que ce poisson d’avril, de tradition gauloise, portait préjudice à son client. (4) Nous remarquons d’ailleurs, avec la multiplication des procès intentés par les organisations dites « anti-racistes », ou par des manifestations débouchant souvent sur des violences physiques, que ce sont aujourd’hui des pans entiers de la gauche qui sont les pires ennemis de la liberté d’expression. Voltaire disait : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». Aujourd’hui, autres temps, autres mœurs, Aubry et certain de ses supporters disent ouvertement : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, et je ferai tout pour que vous ne puissiez plus jamais le dire ! »

Nous ne combattons pas Martine Aubry sur des rumeurs, mais sur sa ligne politique. Cette femme incarne tout ce que nous refusons, sur des dossiers comme l’islamisation de la France, l’immigration, l’insécurité, l’Union européenne au service du mondialisme. Nous la considérons, elle et ses amis du Parti socialiste, comme les pires adversaires de notre modèle républicain, laïque, social et civilisationnel. Nous ne voulons pas du modèle de société multiculturelle qu’elle veut nous imposer, pas davantage du changement de population qu’elle impulse, et nous réclamons la liberté de l’écrire, chaque semaine, dans nos colonnes.

Nous trouvons inquiétant, à l’époque où Nicolas Sarkozy veut museler la liberté d’expression que permet « Internet », de savoir qu’il pourra compter – exactement comme pour la ratification du « traité de Lisbonne » – sur de solides appuis, du côté socialiste. Nous trouvons curieux cette haine qui s’exprime, à l’encontre d’Internet, chez des personnalités aussi diverses que Philippe Val, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Daniel Cohn-Bendit et nombre de journalistes professionnels. Ceux-ci paraissent regretter le temps béni où la liberté d’informer appartenait à une caste médiatique bien en cour, qui décidait, souvent en accord avec le pouvoir en place, ce que le bon peuple devait et savoir et ignorer. Comme ils paraissent nostalgiques de leur petit pouvoir, et en vouloir à une nouvelle presse, souvent constituée de militants bénévoles, qui, par les informations qu’elle donne, rend intenable certains des silences de ceux qui se prennent pour de vrais journalistes, parce qu’ils ont une carte professionnelle…

N’en déplaise à Martine Aubry, nous allons finir cet édito en colportant une autre « rumeur ». Nous donnons raison à Arnaud Montebourg, qui a courageusement publié un rapport sur les pratiques quasi-mafieuses du Parti socialiste et de son chef de file, Jean-Noël Guérini, (5) dans les Bouches-du-Rhône (Arnaud Montebourg parlant de liens avec le grand banditisme). Le dossier, accablant, était sur le bureau de Martine Aubry. Que croyez-vous qu’il advient ? Rien, classé sans suite, par un vote de 26 dirigeants sur 27… Que croyez-vous qu’il va se passer ? Jean-Noël Guérini soutiendra Martine Aubry, lors de la primaire socialiste. Roger Heurtebise résume cet accord Aubry-Guérini : « Touche pas à mon pote Nono, et je soutiendrai ma pote Martine ! ».

Cela n’est nullement une « rumeur », mais la terrible réalité de ce qu’est devenu le Parti socialiste. Cela n’empêchera pas Martine Aubry et les siens de se réclamer de la gôche morale, et de gémir que ceux qui véhiculent des « rumeurs » à son encontre tiennent des propos « nauséeux », qui « rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire » !

Sauf que cela ne trompe plus grand monde, et grâce à ces « rumeurs » rendues publiques par la cheftaine du PS, toute la France connaît à présent la connivence de Martine Aubry avec Amar Lasfar et les islamistes…

Source : Riposte Laïque.

(1) http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/11/aubry-des-rumeurs-anciennes-et-connues-a-lille_1547197_823448.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/martine-aubry-part-en-guerre-contre-les-rumeurs_1010712.html?xtor=x

(2) http://ripostelaique.com/pour-une-france-islamisee-votez-martine-aubry-brochen-nee-delors-bande-dessinee.html

(3) http://ripostelaique.com/Le-maire-de-Trappes-et-son-avocat.html

(4) http://ripostelaique.com/le-proces-contre-rl-ne-suffit-plus-la-ldh-et-tubiana-veulent-maintenant-faire-condamner-nos-poissons-davril.html

(5) http://actu.orange.fr/politique/montebourg-inquiet-que-le-ps-soit-solidaire-d-elus-en-lien-avec-le-grand-banditisme_157228.html

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : les opposants

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : point de discorde de la gauche ?

11/07/2011 – 21h30
NANTES (NOVOpress Breizh) “Vinci, dégage !” La fresque humaine réalisée dimanche matin par les opposants au projet d’aéroport donnait le ton. Réunies ce week-end à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), les quelque milliers de personnes qui avaient fait le déplacement ont pris pour cible le groupe Vinci, retenu il y a un an par l’État pour construire et gérer ce nouvel aéroport nantais. A moins d’un an de la présidentielle, un projet bétonneur qui divise profondément la gauche.

Alors que Nicolas Dupont-Aignan, jugé trop à droite,  n’avait pas été autorisé à venir, la quasi-totalité des partis de gauche non socialistes étaient représentés  au meeting d’opposition qui s’est tenu samedi après-midi : Parti de gauche, Gauche unitaire, Parti communiste français (mais seulement celui de Vendée), Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et Alternatifs étaient présents aux côtés du Modem et surtout d’Europe-Écologie Les Verts (EELV), dont les trois principales figures avaient fait le déplacement. Aux côtés de la patronne Cécile Duflot et du très médiatique faucheur d’OGM José Bové, Eva Joly  – “l’écologiste de la dernière pluie” en passe de représenter le mouvement à la présidentielle – et son concurrent  Nicolas Hulot, qui a reçu samedi un seau d’épluchures (bio ?) sur la tête,  étaient au rendez-vous.

Madame Duflot a réaffirmé la motion d’EELV prévoyant qu’en cas d’accord avec le PS “l’une des conditions incontournables sera l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes”. Une position selon elle non négociable. “C’est une question de valeurs, de choix de société, pas du tout un problème d’aménagement”, a-t-elle affirmé, précisant que “le sujet est éminemment politique et touche au cœur du projet d’alternative à la politique de l’UMP et de Nicolas Sarkozy sur lequel nous travaillons avec l’ensemble des partenaires de gauche.”

Beaucoup plus crédible, Evguenia Tchirikova, était venue apporter son témoignage de la lutte engagée en Russie contre Vinci, opérateur d’un projet d’autoroute entre Moscou et Saint-Pétersbourg qui détruirait la forêt de Khimki. “Vinci, dégage !”, a lancé en français la jeune femme russe, très applaudie. “Nous vaincrons ce monstre qu’est la firme Vinci, liée à Arkady Rotenberg, un ploutocrate ami intime de Poutine, par un montage financier via les îles Vierges, le Liban et Chypre, révélé par l’ONG Bank Watch”, a-t-elle affirmé sous les applaudissements.

L’engagement a été pris en public, devant les journalistes, qu’une alliance des écologistes avec les socialistes serait soumise à un abandon du projet.” Julien Durand, un des porte-parole de l’Acipa, la principale association mobilisée contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, veut y croire. Prudent, il précise “qu’en politique, on sait que rien n’est acquis tant que cela n’a pas été acté. Y compris avec  Europe Écologie-Les Verts”.

Quand on sait que quatre membres d’EELV (Bouchaud, Bringuy, Magnen et Orphelin) exercent sans broncher des fonctions de vice-présidents au conseil régional des Pays de la Loire, aux côtés de Jacques Auxiette (PS) devenu, depuis le 1er juillet, président du syndicat mixte aéroportuaire, on ne saurait lui donner tort.

 

Philippe Vardon et l'Entente Républicaine s'insurgent contre la trahison d'André Chauvet

Philippe Vardon et l’Entente Républicaine s’insurgent contre la trahison d’André Chauvet

11/07/2011 – 15h10
NICE (NOVOpress) – Comme NOVOpress vous l’annonçait en exclusivité dès ce matin, l’élu de Nice André Chauvet, l’un des deux représentants de l’Entente Républicaine (le parti local de Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice), a entériné ce matin son rapprochement avec la majorité UMP de Christian Estrosi. Il a en effet été nommé pour une délégation en tant que représentant du conseil municipal auprès de l’Opéra de Nice. Maigre récompense pour une trahison dans les règles… Si André Chauvet n’a pas encore officialisé son ralliement total à la majorité, et donc la fin du groupe Entente Républicaine (ne restant plus qu’un seul élu sur les onze entrés en 2008 ! ), on s’attend à ce que cela se fasse lors du prochain conseil.
Ce matin, une dizaine de représentants et militants de l’Entente Républicaine, accompagnés du dirigeant identitaire niçois Philippe Vardon, assistaient au conseil municipal et ont symboliquement quitté la salle lors de l’annonce des nouvelles fonctions d’André Chauvet. Lui tournant le dos tout comme lui le tourne aux milliers d’électeurs qui avaient voté pour la liste Peyrat en choisissant une alternative – de droite – au sarko-estrosisme.
Notons que Jean-Claude Mari, dernier élu peyratiste du conseil municipal et beau-frère de l’ancien maire, a voté contre cette nomination, alors même qu’il siégeait encore à côté d’André Chauvet. Christian Estrosi s’est offert la peau d’un opposant à peu de frais, André Chauvet lui ayant à plusieurs reprises causé des soucis par ses actions en justice contre les décisions de la ville de Nice.

Création d'un syndicat nationaliste flamand pour briser le monopole FGTB-CSC-CGSLB

Belgique : création d’un syndicat nationaliste flamand afin de briser le monopole des 3 syndicats du système

Un syndicat nationaliste flamand, le “Vlaamse Solidaire Vakbond” (VSV), a été créé ces tous derniers jours en Belgique. Soutenu par le Vlaams Belang, dont il se défend toutefois d’être l’émanation, il va tenter de briser le monopole syndical dont bénéficient les trois grands syndicats en place (FGTB-CSC-CGSLB), qui correspondent aux trois partis du système. Son président est Rob Verreycken, ancien député du Vlaams Belang. Les prochaines élections sociales belges auront lieux au début de l’année 2012.

[youtube width=500]PyfQwD6QpfU[/youtube]

[box class=info]Sources : lionelbaland.hautetfort.com et europeesnieuws.eu[/box]

e maire de Vaulx-en-Velin remplace le drapeau palestinien par une bâche © vaulx-en-velin.com

Le maire de Vaulx-en-Velin remplace le drapeau palestinien par une bâche

11/07/2011 – 11h00
LYON (NOVOpress) – Le 6 juillet dernier, le maire de Vaulx-en-Velin était contraint, par le tribunal administratif de Lyon, à enlever le drapeau palestinien qui flottait devant la mairie depuis plus d’un an. Vendredi, le drapeau a été retiré et immédiatement remplacé par une bâche. Sur celle-ci, on peut voir les drapeaux de la Palestine, du Nicaragua et de l’Arménie avec cette inscription : “Vaulx-en-Velin solidaire et en coopération avec les villes de Beit Sahour, Sebaco et Artik“. Et le maire, Bernard Genin de déclarer à cette occasion : “Vaulx-en-Velin continuera d’être en rébellion et en révolte”.

Nice : Estrosi s'offre l'un des deux derniers conseillers municipaux peyratistes

Nice : Estrosi s’offre l’un des deux derniers conseillers municipaux peyratistes

11/07/2011 – 10h15
NICE (NOVOpress) – L’élu de Nice André Chauvet, l’un des deux représentants de l’Entente Républicaine (le parti local de Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice), devrait annoncer ce matin lors du conseil municipal qu’il rallie la majorité UMP de Christian Estrosi. Il ne resterait alors plus qu’un seul élu – Jean-Claude Mari – ayant obtenu son siège en étant candidat sur la liste de Jacques Peyrat à ne pas voir cédé aux sirènes estrosistes. Il s’agit du propre beau-frère de Jacques Peyrat ! Ce sont 11 élus qui étaient entrés sous les couleurs de l’Entente Républicaine en mars 2008, et ce sont donc 10 d’entre-eux qui ont oublié que les Niçois les avaient justement élus en se prononçant pour une alternative – de droite – à Christian Estrosi et son équipe.

Ce qui a pu pousser André Chauvet à trahir ainsi son ami Jacques Peyrat (il y a encore quelques semaines, Peyrat retrouvait son activité d’avocats et installait son bureau dans les locaux de son collègue Chauvet) ? Les rumeurs vont bon train dans les rues du Vieux-Nice, et ne sont pas à la gloire d’André Chauvet. Nous devrions en savoir plus dans la journée ou les jours à venir.

Interrogé par NOVOpress ce matin, Philippe Vardon – président de Nissa Rebela qui a conclu un accord avec Jacques Peyrat lors des élections cantonales, en vue d’une liste commune aux prochaines élections municipales – nous déclarait : “Pour vouloir saborder de la sorte un groupe composé de seulement deux élus, Christian Estrosi doit être bien fébrile. Il a bien raison ! Car les conseillers municipaux que nous ferons élire et qu’il devra affronter lors de la prochaine mandature, il ne pourra les acheter d’aucune manière !”

Affaire Robert Boulin : Un témoignage relance la thèse du meurtre

Affaire Robert Boulin : Un témoignage relance la thèse du meurtre

11/07/2011 – 09h15
PARIS (Info-Bordeaux) –  Le mardi 30 octobre 1979, à 8h30, le corps de Robert Boulin, ministre du Travail dans le gouvernement Barre, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, est retrouvé dans un étang de la forêt de Rambouillet, noyé dans 50 centimètres d’eau. La version officielle va soutenir que le ministre s’est suicidé. Trente ans plus tard, le mardi 27 Octobre 2009, à 7h15, France Inter diffuse un reportage de Benoît Collombat qui avance que le ministre a bel et bien été assassiné. Pour ses proches, il pourrait avoir été victime de rivalités au sein de la famille gaulliste à l’approche de l’élection présidentielle de 1981.

En février dernier, le témoignage d’un gendarme contredisait déjà la thèse officielle du suicide. « Je suis catégorique. Robert Boulin n’est pas mort noyé. Ce n’est pas possible. Il était quasiment à quatre pattes. La tête hors de l’eau », affirmait dans 20 Minutes, Francis Deswarte, le gendarme qui avait retrouvé le corps de Robert Boulin.

Ce matin, dans une interview diffusée par le journal Sud-Ouest, le conseiller général socialiste Daniel Jault confirme que la thèse du suicide a désormais du plomb dans l’aile. Pour celui qui a participé à la 2ème autopsie de Robert Boulin, l’hypothèse du meurtre ne fait pas de doute : « On a tous pensé que c’était une liquidation claire et nette ».

En novembre 2009, l’hebdomadaire Minute, en pointe dans cette affaire, demandait l’audition de l’ancien président Jacques Chirac. Devra t-on attendre son décès pour ouvrir enfin les archives d’un des plus grands scandales de la république ?

[box class=info]Source : infos-bordeaux.fr[/box]

Avec les Identitaires et Régionalistes de Jeune Alsace, c'est « ras le radar » !

Avec les Identitaires et Régionalistes de Jeune Alsace, c’est « ras le radar » !

[box class=info]Le mouvement Jeune Alsace nous communique[/box]

Suite à la journée mémorable du 18 juin 2011 pour les défenseurs des libertés routières qui a vu 75 000 motards dans les rues des grandes villes, soit autant que pour les manifestations syndicales du 1er mai, avec, en plus, la bonne humeur alliée à la revendication…

Partout sur le territoire, on a pu voir des radars enveloppés avec des sacs poubelles, des tags sur la route avec un message avertissant les radars ou encore la couverture de ceux ci avec  une tête de cochon rose, le tout à la grande joie des automobilistes qui klaxonnaient à tout rompre lors de leur passage….

Comme annoncé, les manifestants du Bloc Identitaire sont venus soutenir les motards sur une vingtaine de sites partout en France, que ce soit par le déploiement de banderoles sur les ponts enjambant les autoroutes, des distributions de tracts aux péages et même, en certains points, au beau milieu des rassemblements des motards. L’accueil réservé aux militants fut partout excellent.

Dans un communiqué appelant à soutenir ces actions, le Bloc Identitaire avait rappelé qu’en culpabilisant systématiquement les conducteurs, le gouvernement avait franchi la ligne jaune…

Après le succès de ces manifestations, le Bloc Identitaire exige que le gouvernement abandonne sa politique de répression des Français :

    • en suspendant la mise en place de nouveaux radars
    • en rétablissant les panneaux
    • en dérèglementant les avertisseurs de radars
    • en revenant sur l’obligation faite aux motards de repasser un examen après cinq ans d’interruption de conduite et autres mesures discriminatoires.

Jeune Alsace s’associe tout naturellement à cette action coordonnée partout en France pour réclamer la liberté pour les automobilistes, et que l’État s’occupe plutôt de la racaille que des honnêtes citoyens qui dépasseraient la limitation de vitesse de seulement quelques kilomètres heures…

Les identitaires de Jeune Alsace apportent ainsi à leur tour leur goutte d’eau dans la contestation aux intentions du gouvernement visant à supprimer les panneaux avertisseurs de radars.

C’est ainsi qu’on a pu voir fleurir aux quatre coins de l’Alsace des banderoles dont le modèle est visible plus haut. Diverses actions pourraient encore se dérouler à l’initiative des Identitaires si l’État ne recule pas ! No Pasaran pour la loi visant à retirer les panneaux avertisseurs de radars, liberté pour les automobilistes et les honnêtes citoyens. Elsass frei !

Kiosque Courtois – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 9/7/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des biens connus Bulletins de Réinformationde Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles. Novopress a publié dès ce samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “RADIO COURTOISIE – LE BULLETIN DE REINFO” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

FRANCE

La campagne de [high1]Marine Le Pen[/high1] sera davantage marquée par les questions économiques. Après son intervention sur France2 où elle a incontestablement marqué des points, Marine Le Pen confirme le virage économique du Front national. La relocalisation industrielle, le protectionnisme contre les concurrences déloyales, le redéploiement des emplois seront des thèmes majeurs de la campagne de la candidate du Front national. Chers auditeurs de Radio Courtoisie, retenez déjà la date du 24 septembre. Ce jour-là, Laurent Ozon, président de Maison commune, délégué à la Formation et membre du bureau politique du Front national, organisera une table ronde sur un double thème : relocalisation et protectionnisme, avec des invités qui pourraient surprendre. Nous reparlerons de cette initiative de Laurent Ozon et de Maison commune dès la rentrée de septembre.

[high1]L’affaire Strauss-Kahn[/high1] de rebondissement en rebondissement. Ceux qui, le 15 mai dernier, avaient définitivement enterré le désormais mondialement célèbre social-partouzeur français, se sont peut-être réjoui un peu vite. Et ceux qui ont espéré le voir, tel le phénix, renaître de ses cendres après la révélation des « fragilités » de l’accusation, auraient sans doute dû réprimer leur joie. Strauss-Kahn est encore sur la corde raide. Si le procureur new yorkais Cyrus Vance lui a rendu sa liberté et sa caution d’un million de dollars, il ne lui a pas rendu son passeport. L’ex-directeur du FMI reste sous l’inculpation de sept chefs d’accusation, dont celui, gravissime, de tentative de viol, et ne peut quitter les Etats-Unis. Certes Nafissatou Diallo semble avoir menti sur les raisons qui l’auraient poussée à émigrer vers les Etats-Unis, certes il semble qu’elle ait immédiatement flairé le gros poisson, mais il est piquant d’entendre nos socialistes français en conclure que tout cela « blanchit » celui qu’ils présentent volontiers comme victime d’un système judiciaire « inhumain », quand ce n’est pas d’un « complot ». D’autant que DSK est depuis quelques jours sous le coup d’une nouvelle plainte pour tentative de viol, en France cette fois-ci. L’avocat de la plaignante, Tristane Banon, affirme disposer « d’un dossier extrêmement solide et étayé ». Interrogé le 23 mai sur cette nouvelle affaire DSK, le Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande affirme qu’il n’avait « aucune connaissance des faits ». Comme le journaliste lui oppose le témoignage de son directeur de cabinet Stéphane Le Foll, selon lequel Hollande a bien appelé Tristane Banon pour l’assurer de son soutien, Hollande parle de « rumeurs » puis, agacé, finit par lâcher : « Ecoutez, c’était il y a dix ans, je n’en ai pas le souvenir, donc je ne peux pas confirmer cette information ». Une amnésie curieuse pour un candidat qui se veut par ailleurs « normal ».

[high1]Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier[/high1] de retour en France. A peine libérés, les deux compères de France 3 ont écumé les plateaux de télévision pour mettre en cause l’armée française qui ne les aurait pas avertis du danger que présentait leur excursion touristique dans la province de Kapisa. Une réponse, sans doute, aux membres de l’Etat-major et à Claude Guéant qui, au moment de leur enlèvement, avaient pointé les risques inconsidérés pris par les deux journalistes dans cette zone infestée de talibans. Leur libération, qui a mobilisé la DGSE pendant un an et demi, a sans doute nécessité le versement d’une rançon, malgré les dénégations d’Alain Juppé. Une source diplomatique citée par Le Monde évoque plusieurs centaines de milliers d’euros. Dans le dernier numéro de Minute, un dessin représente une jeune femme qui se recueille sur la tombe de son époux, sa petite fille à ses côtés. « Maman, pourquoi on ne parle pas de papa à la télé ? » « Parce qu’il n’était pas journaliste » répond la jeune femme.

[high1]Cyrille Hugodot[/high1] était parachutiste au 1er RCP. Il est mort en Afghanistan ce 25 juin, portant à 63 le nombre de soldats français qui ont payé de leur vie l’engagement par Nicolas Sarkozy des forces armées françaises dans cette guerre américaine.

[high1]Politique migratoire[/high1] : double coup de semonce pour l’UMP. Démission samedi dernier, du secrétaire général à l’immigration Lionel Luca, qui reproche entre autre au parti majoritaire son refus de débattre de la question de la double nationalité. Plus grave, un rapport de la Cour des comptes attribuait jeudi un zéro pointé à Nicolas Sarkozy en matière d’insécurité et d’immigration. A dix mois de la présidentielle, ça l’affiche plutôt mal. Jamais à court d’enfumage, l’UMP vient de publier un catalogue de 23 propositions sur l’immigration illégale, laquelle représente pour la France un coût annuel de 4,6 milliards d’euros. Destiné en tout premier lieu à draguer l’électorat du Front national, ce catalogue de mesurettes est totalement inadapté à l’actuelle déferlante migratoire. Une véritable politique de contrôle de l’immigration passe nécessairement par la sortie de la France de l’espace Schengen et la condamnation des élus qui, comme le maire de Paris, bafouent les lois de la République en encourageant l’immigration clandestine et ses réseaux maffieux. Pour l’UMP, ce énième rapport sur la gestion de l’immigration n’est qu’un énième aveu d’impuissance et d’échec

Pavé dans la mare du [high1]rapporteur général du budget Gilles Carrez[/high1] qui pointe les écarts considérables des taux d’imposition entre les grands groupes du CAC 40 et les PME. Si l’impôt sur les sociétés représente 3% du chiffre d’affaires des PME, il ne représente en revanche que 0,3 % du chiffre d’affaires des grands groupes. La pression fiscale est donc dix fois moindre sur les grosses entreprises que sur les petites. Gilles Carrez propose la mise en place d’un impôt minimum et la limitation de la déductibilité des charges financières. Mais il a peu de chances d’être entendu : à un an de l’élection présidentielle, les grands groupes qui contrôlent les médias ont les moyens de défendre leurs intérêts.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme veille. Il a entre autre épinglé le manuel d’histoire en préparation chez Hachette et destiné aux classes de 1ère. Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France, Richard Prasquier, y a flairé, je cite [high1]une « présentation du conflit israélo-palestinien tout à fait scandaleuse »[/high1]. Le manuel, qui présentait une histoire de l’Etat hébreu non conforme à la vérité officielle, sera donc corrigé en conséquence avant impression définitive.

[high1]La Licra veille[/high1]. Le ministre de l’Education nationale, Luc Châtel, et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme ont signé mardi un « partenariat renforcé » qui vise à prévenir et à combattre, je cite : « le racisme, l’antisémitisme et les discriminations en milieu scolaire ». La Licra participera à la formation des élèves du secondaire et de leurs enseignants, et entre autre, je cite : « à l’exécution des nouvelles mesures de responsabilisation prévues par la réforme des sanctions pour les élèves réprimés pour racisme, antisémitisme ou pour tout acte de nature discriminatoire ».

[high1]La Licra veille, encore et toujours[/high1]. Elle s’est réunie au Havre en fin de semaine dernière sur le thème « Pourquoi le Front national est-il toujours dangereux ? » Son président Alain Jakubowicz (photo) a appelé les partis politiques du Système à refuser tout compromis, stigmatisant, je cite « le fatalisme ambiant qui se résigne à l’idée de la présence au second tour de l’élection présidentielle du représentant d’un parti qui demeure, quel que soit le visage de son leader, raciste, haineux et xénophobe ». Parmi les invités, Jean-Louis Borloo, Noël Mamère, Hervé Morin, Manuels Valls, Jacques Attali, et seulement deux Dominique, Perben et Baudis, le troisième étant sans doute empêché aux Etats-Unis !

[high1]Des agriculteurs en colère interpellent les grossistes à Rungis[/high1]. Jeudi, à Rungis, le plus grand marché de frais du monde, des agriculteurs du Sud-ouest se sont rappelés au bon souvenir des grossistes, qu’ils accusent d’importer massivement des pêches d’Espagne au coût plus faible. « On est déjà obligé de vendre en dessous de notre prix de revient et si on continue comme ça, on ne pourra plus produire en France » accusent les producteurs en colère. Dans un tract, ils interpellent également les pouvoirs publics sur les normes sanitaires des fruits et légumes espagnols. Réponse des grossistes de Rungis, je cite : « Les producteurs se trompent de cible. La vraie raison de l’écart de prix, c’est la différence du coût du travail en France et en Espagne et les grossistes n’y sont pour rien ». Fin de citation. Moralité : l’euromondialisme, c’est la prime au moins disant social, écologique et sanitaire.

MONDE

[high1]Un canton suisse songe à séparer les patients musulmans des non musulmans[/high1]. Cette solution a été officiellement envisagée par le chef des services de santé du canton de Bâle. Du fait d’un nombre toujours grandissant de migrants nécessitant des soins, le canton réfléchit à des modèles de prise en charge spécialement adaptés aux musulmans. A terme, ce sont quelque 400 places en établissements médico-sociaux qui seront réservées à cette population. Outre l’usage exclusif des langues d’origine, on y appliquera la chariah, entre autres : nourriture halal et stricte séparation hommes-femmes.

[high1]Cinq cent mille dollars : c’est le salaire annuel de Christine Lagarde[/high1]. Le Fonds monétaire international (FMI) a publié, mardi 5 juillet, le contrat de travail de sa nouvelle directrice, Christine Lagarde. L’ancienne ministre des finances touchera un salaire annuel de 380.727 euros. Bien entendu non soumis à l’impôt, puisque Christine jouit d’un statut de fonctionnaire international. Le salaire annuel de son prédécesseur, le social-partouzeur Strauss-Kahn, n’était « que » de 360.000 euros par an. La Commission des requêtes de la Cour de Justice de la République vient par ailleurs de repousser au 4 août sa décision au sujet de la demande du parquet général de la Cour de cassation d’engager des poursuites contre Mme Lagarde pour abus d’autorité dans le litige opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais. Christine, qui jouit de puissants appuis, se dit « confiante et sereine »

[high1]Le Danemark rétablit les contrôles à ses frontières[/high1]. Le 10 mai, le Danemark avait annoncé son intention de rétablir les contrôles douaniers à ses frontières avec l’Allemagne et la Suède. Ce souhait a été confirmé en fin de semaine dernière par un vote de la Commission des finances du parlement danois. Il prévoit le redéploiement, d’ici 2014, de douaniers aux frontières du pays ainsi que la mise en place d’installations pour permettre les contrôles. Au grand dam de la Commission européenne qui a annoncé qu’elle examinait la conformité de la décision du parlement danois avec les accords de Schengen qui régissent la libre circulation des biens et des personnes dans 25 pays européens.

[high1]L’hémisphère sud connaît un hiver particulièrement froid[/high1]. Une information que la « grosse presse » ne risque pas de relayer. Depuis plusieurs semaines, l’hiver est particulièrement rigoureux dans l’hémisphère sud. L’Afrique du sud, l’Uruguay ou l’Argentine sont actuellement touchés par une vague de froid sans précédent. Au Chili, le désert d’Atacama, renommé pour ses températures élevées et ses tempêtes de sable, a connu la plus importante chute de neige de ses vingt dernières années. L’épaisseur du manteau neigeux a atteint 80 cm par endroit et les routes ont dû être fermées. Une vague de froid qui ébranle une nouvelle fois la thèse d’un réchauffement global de la planète.

[box class=warning]Amis auditeurs, les équipes des bulletins de réinformation de Radio Courtoisie reprendront du service le jeudi 1er septembre. Nous aurons le plaisir, Catherine et moi, de vous retrouver le samedi 10 septembre pour un nouveau kiosque courtois. D’ici là, bon été à tous ![/box]

José Manuel Durão Barroso, président de la Commission européenne

OGM : C’est au niveau européen qu’il faut une interdiction générale !

[box class=info]Le Bloc Identitaire nous communique[/box]

Beaucoup de commentateurs se félicitent du vote, ce mardi, par les députés européens de la proposition faite par la Commission européenne de fournir aux États membres la possibilité d’interdire la culture d’un ou plusieurs OGM, sur tout ou partie de leur territoire.

En effet, alors qu’actuellement aucun dispositif ne permet aux Etats membres de l’Union européenne d’interdire formellement la culture d’un OGM s’il a été autorisé à l’échelon européen, le Parlement européen a donc demandé que chaque État puisse désormais invoquer des critères environnementaux ou sanitaires pour interdire ce type de culture sur son territoire.

Si ce texte représente indéniablement une avancée face au lobbying intensif des multinationales de l’agro-alimentaire qui veulent à toutes forces imposer la déréglementation, il n’en reste pas moins une demi-mesure, un « pis-aller » qui ne résout en rien le problème sur le fond.

En effet, du fait de l’interpénétration et de l’intensité des échanges entre les pays de l’Union, les fruits des plantations OGM d’un Etat membre les ayant autorisés finiront immanquablement par se retrouver sur le sol et dans les assiettes du ou des pays refusant pourtant la culture OGM. Par ailleurs, étant donnée la concurrence non-régulée des marchés, la production d’OGM, plus intensive et à moindre coût, fera lourdement pression sur les exploitants continuant à travailler traditionnellement et pourrait, à terme, les inciter, par obligation économique, à se ranger sous l’étendard OGM.

Encore une fois, le Bloc Identitaire rappelle le « besoin d’Europe » face à des problématiques dépassant largement l’étroitesse des cadres nationaux et mettant en jeu l’avenir de l’ensemble des peuples de notre vieux continent.

Les villages d’Astérix n’arrêteront pas longtemps la prolifération transgénique à leurs portes, entretenue par leurs voisins.

C’est donc au niveau européen qu’il faut aujourd’hui exiger une interdiction complète, globale et générale des cultures OGM.

[box]Bloc Identitaire – BP 13, 06301 NICE cedex 04
Courriel : info@bloc-identitaire.com
Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
Service Communication : 06 78 79 31 81
Site : <a title=”www.bloc-identitaire.com” href=”http://www.bloc-identitaire.com” target=”_blank”>www.bloc-identitaire.com</a>
<a title=”http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013″ href=”http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013″ target=”_blank”>Facebook</a> / <a title=”http://twitter.com/blocidentitaire” href=”http://twitter.com/blocidentitaire” target=”_blank”>Twitter</a>[/box]

Menacer d’égorger Marine Le Pen coûte six fois moins cher que demander à deux musulmanes de retirer leur voile…

Menacer d’égorger Marine Le Pen coûte six fois moins cher que demander à deux musulmanes de retirer leur voile…

Le sympathique Sébastien Gozlin, alias « Cortex », a été condamné mardi à Paris à 500 euros d’amende pour injures après avoir menacé Marine Le Pen, alors vice-présidente du Front national, de l’égorger » sur une vidéo diffusée en mars sur internet. Le tribunal correctionnel de Paris l’a également condamné à verser 1.000 euros de dommages et intérêts à Marine Le Pen, ainsi que 500 euros de frais de justice.

Pour mémoire, Fanny Truchelut, propriétaire d’un gite de montagne dans les Vosges, a été condamnée dans un premier procès, à Épinal, à 4 mois de prison avec sursis, et à 8.490 euros d’amende pour avoir demandé à deux musulmanes de retirer leur voile dans les parties communes du gite. En appel, elle restera condamnée à 2 mois de prison avec sursis, et à 4.500 euros d’amende ! Bien évidemment, avant cette affaire, jamais cette femme, qui travaille depuis l’âge de 14 ans, n’avait eu affaire à la justice.

Par contre, il faut savoir que le rappeur n’en était pas à son coup d’essai, et qu’il a déjà menacé de la même façon Eric Zemmour et Christine Tasin. Il faut également savoir que, 18 mois après, celle-ci n’a aucune nouvelle de la plainte qu’elle a déposée contre un homme qui, outre les insultes, la menaçait ni plus ni moins de lui couper la langue.

Or, dans ce pays, il n’a fallu que trois mois pour que, suite à une plainte de la LDH, Pierre Cassen et Pascal Hilout ne soient auditionnés par la préfecture de police de Paris, suite à deux articles parus dans Riposte Laïque, et que le procureur décide de les poursuivre, décision qui, à la lecture des deux articles, a surpris nombre de juristes.

On peut parfois s’étonner de quelques autres décisions de justice. Ainsi, un autre multi-récidiviste, Redwane Khiter, petit caïd d’Henin-Beaumont, n’a été condamné qu’à deux mois de prison pour avoir braqué Marine Le Pen, sur un marché de la ville, le 25 septembre 2007. Quant à son complice, il n’a même pas écopé, contrairement à une Fanny Truchelut, de la moindre peine de prison, même avec sursis, se contentant d’une amende de 500 euros !

http://www.dailymotion.com/video/x32arq_fn-marine-le-pen-agression-violence_news

http://www.actualite-francaise.com/depeches/marine-le-pen-agressee-henin-beaumont,4235.html

Manifestement, le rappeur Cortex a été fortement traumatisé par le verdict, à entendre ses premières réactions à la sortie du tribunal.

On s’interroge ce qu’il adviendrait d’un contributeur de Riposte Laïque qui insulterait grossièrement, sur ses vidéos, un leader musulman, voire le menacerait de l’égorger, ou de lui couper la langue… Bref, qui ferait du Cortex !

Il nous étonnerait que ces faits bénéficient de verdicts aussi complaisants, et qu’ils soient si peu médiatisés…

De même, comment ne pas s’étonner que des hommes qui reconnaissent avoir tabassé à mort un malheureux puissent être remis en liberté… quand on a maintenu de longues semaines René Galinier, coupable d’avoir tiré sur deux cambrioleuses qui s’étaient introduites chez lui…

Comment nos concitoyens, à la lecture de tels jugements n’auraient-ils pas l’impression d’une justice impitoyable avec des honnêtes gens comme Fanny Truchelut, et d’un laxisme ahurissant avec des personnages comme Cortex, Redwane Khiter, multi-récidivistes qui, non seulement ne manifestent pas l’ombre d’un remord, mais se moque, pour le premier, ouvertement de la Justice et des juges, sans qu’il n’ait à en subir les conséquences.

De quoi donner raison à Roger Heurtebise qui s’interrogeait : « La justice est-elle toujours rendue au nom du peuple français ? »

Lucette Jeanpierre

[box class=info]Source : Riposte Laïque[/box]

Adoption "halal" – kafala : Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, répond à Fabrice Robert

Adoption “halal” – kafala : Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, répond à Fabrice Robert

Suite à une lettre de Fabrice Robert au sujet du dépôt d’une [high1]proposition de loi par un sénateur permettant l’application de l’adoption islamique (kafala) en France[/high1], Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale (photo), répond : “Monsieur le Président, Vous avez attiré mon attention sur la proposition de loi n° 353 relative à l’adoption des enfants régulièrement recueillis en kafala, déposée par le sénateur Alain Milon. Comme vous le savez certainement, chaque parlementaire est libre de déposer, sur le bureau de l’Assemblée Nationale, ou sur celui du Sénat, le nombre de propositions de loi qu’il souhaite.

Pour autant, ces propositions de lois n’arrivent pas toutes jusqu’à une inscription à l’ordre du jour, dont l’initiative est partagée entre les parlementaires et le Gouvernement. Cette démarche, même si elle ne va pas jusqu’à une discussion dans l’hémicycle, conserve toute sa pertinence, car elle permet de susciter des débats.

Néanmoins, au stade du simple dépôt, elles n’engagent que leurs auteurs. C’est le cas de cette proposition de loi, puisque la Conférence des présidents du Sénat n’a pas prévu l’inscription de cette proposition de loi à l’ordre du jour de son Assemblée.

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.”

Gérard Schivardi impose un couvre-feu dans sa commune

Gérard Schivardi impose un couvre-feu dans sa commune

08/07/2011 – 07h00
MAILHAC (NOVOpress) – Gérard Schivardi (photo), le maire de Mailhac (Aude), vient d’imposer un couvre-feu : les mineurs, non accompagnés, n’ont plus le droit de circuler dans les rues entre 22 heures et 6 heures. Selon l’ex-candidat du Parti ouvrier indépendant aux élections présidentielles de 2007, cet arrêté a été pris “parce que je n’ai pas d’autre moyen de sauvegarder la vie de notre jeunesse. C’est pour moi une décision de bon sens et pas autre chose”, témoigne l’édile sur le site de Ladepeche.fr.

Une décision qui vise à endiguer violences et incivilités. “Si tous les maires faisaient comme moi, il y aurait moins de faits-divers”, remarque Gérard Schivardi. « Depuis que le maire a publié son arrêté, le calme est revenu la nuit dans les rues de Mailhac”, note Ladepeche.fr. L’extrême gauche semble enfin ouvrir les yeux sur les ravages de l’insécurité et de l’immigration sauvage.

Des “pressions des représentants du gouvernement israélien” dénoncées par le maire de Vaulx-en-Velin

Des “pressions des représentants du gouvernement israélien” dénoncées par le maire de Vaulx-en-Velin

07/07/2011 – 17h00
LYON (NOVOpress Lyon) –
Le tribunal administratif de Lyon a ordonné hier au maire de Vaulx-en-Velin d’enlever dans les 48 heures le drapeau palestinien qui ornait le fronton de la mairie depuis plus d’un an.

Malgré les plaintes du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et deux courriers du préfet – Jean-François Carenco –, le maire, Bernard Genin, avait toujours refusé d’enlever le drapeau. Le tribunal a justifié cette décision en précisant que ce drapeau traduisait “une prise de position politique dans le cadre d’un différend entre deux Etats étrangers“, une compétence réservée par la Constitution au seul président de la République.

De son côté, le maire de Vaulx-en-Velin, Bernard Genin, a tenu à dénoncer dans un communiqué, “une décision politique, prise à la demande du préfet et sous des pressions intolérables de ceux qui sont en fait des représentants du gouvernement d’Israël.”

En tout cas, cette affaire risque de faire monter la tension entre les communautés juives et musulmanes dans l’agglomération lyonnaise. Rappelons que le Crif et une enquête de la Licra ont montré que beaucoup de familles juives qui habitaient Vaulx-en-Velin ont été amenées à fuir la ville (voir Novopress).

La Cour des comptes dénonce le fiasco sécuritaire sarkozyste

La Cour des comptes dénonce le fiasco sécuritaire sarkozyste

07/07/11 – 16h30
PARIS (NOVOpress)
– Dans son dernier rapport, la Cour des comptes éreinte la gestion des forces de sécurité françaises et remet également en cause la réalité de la baisse de la délinquance depuis 2002, ce que le bon sens populaire avait, il est vrai, fait depuis bien longtemps.

Ce rapport de la Cour des Comptes n’en représente pas moins un véritable pavé dans la mare sarkozyste qui a suscité la colère du ministère de l’Intérieur.

Dans ce rapport de 250 pages, fruit d’une enquête menée dans une cinquantaine de villes d’Ile-de-France, de Rhône-Alpes ou de Paca, la Cour des Comptes analyse l’action et l’efficience de gestion des forces de Sécurité publique (SP) travaillant dans la rue, soit le gros des troupes de la police et de la gendarmerie (80 000 fonctionnaires chacune).

Pour les sages, les résultats sont largement “contrastés” au regard des statistiques qui ont montré un “recul des atteintes aux biens” mais une “hausse des violences aux personnes”.
Les rapporteurs dénoncent une gestion qui “se fait par objectifs en fonction des statistiques”, avec des “moyens en baisse” mais des “frais de rémunérations en hausse”.

Le rapport fait exploser la supercherie des “statistiques” fièrement excipées par le pouvoir sarkozyste pour prétendre à l’efficacité, en affirmant notamment que la hausse de la délinquance a été évitée en grande partie par le refus des services d’enregistrer des plaintes de victimes.

La Cour des comptes pointe également la “coûteuse et complexe organisation du temps de travail dans la police” et “l’accumulation des heures à récupérer”. Ainsi, en 2009, 30 % du “potentiel théorique” en personnels de la SP étaient “indisponibles pour cause de congés, repos, maladies et autres absences”.

Quartier Notre-Dame (Nice) : Nissa Rebela ne veut pas de "quartier halal"

Quartier Notre-Dame (Nice) : Nissa Rebela ne veut pas de “quartier halal”

07/07/2011 – 16h00
NICE (NOVOpress) –
Lors d’une conférence de presse mercredi 5 juillet, Nissa Rebala, par la voix de Philippe Vardon, est revenu sur l’islamisation croissante du quartier Notre-Dame et notamment sur l’éventualité d’une mosquée en régie municipale : “Après 11 ans d’occupation illégale, sans que l’arrêté d’expulsion ne soit jamais exécuté par l’Etat (on aimerait voir autant de compassion pour les familles françaises expulsées de leur logement), la municipalité de M. Estrosi s’est donc décidée à préempter les locaux faisant office de mosquée rue de Suisse. Mais le but n’est pas d’en finir avec l’islamisation, et par conséquent avec la ghettoïsation de ce quartier, comme ont pu le croire dans un premier temps les riverains. La réalité est qu’une fois préemptée par la mairie, cette mosquée deviendra… une mosquée”.

De plus, Nissa Rebela fait remarquer que “dans le cadre de sa préemption, la municipalité entend prendre part à des guerres intestines au sein de la communauté musulmane, et favoriser l’influence de l’UOIF – Union des Organisations Islamiques de France, incarnée à Nice par l’UMAM – Union des Musulmans des Alpes-Maritimes et le Cheikh Othman, imam de la mosquée de l’Ariane. Rappelons-nous que lorsque les prières de rue avaient cessé, c’était vers la mosquée de la Madeleine – affiliée à l’UOIF et dépendant de la mosquée de l’Ariane – que les musulmans étaient amenés par bus… L’UOIF, dont on ne rappellera jamais assez qu’elle est en France l’une des organisations les plus radicales et est une émanation du réseau international des Frères Musulmans”.

Sans oublier qu’une autre mosquée pourrait être construite dans le même quartier, place Saëtone, malgré le refus de commerçants et de riverains.

Face à cette islamisation du quartier Notre-Dame, Nissa Rebela organisera à la fin du mois une grande manifestation au sein même du quartier Notre-Dame pour dire “Non quartier halal !”

A noter que Jacques Peyrat (photo), ancien Sénateur-maire de Nice, a tenu à participer à cette conférence de presse pour apporter son soutien à l’action De Nissa Rebela. Il a brièvement pris la parole pour rappeler comment, alors qu’il était maire, il s’était fermement opposé à la ghettoïsation du centre-ville. Il avait notamment préempté des locaux pour empêcher la création d’une grande mosquée dans l’autre versant de Notre-Dame, rue Hancy. Eddy Blondeau, candidat FN dans les montagnes niçoises lors des cantonales de mars dernier, est aussi venu apporter son soutien à Nissa Rebela.

Libye : la France renonce aux parachutages d’armes

05/07/11 – 20h00
PARIS (NOVOpress)
– La décision unilatérale de Paris de parachuter des armes aux milices rebelles libyennes avait suscité un grand émoi et l’opposition virulente de la Russie et de la Chine. Face à cette levée de boucliers, la France a annoncé qu’elle n’effectuerait plus ce genre d’opérations.

Les parachutages d’armes à la rébellion libyenne “ne sont plus nécessaires”, a ainsi déclaré le ministre de la Défense, Gérard Longuet (photo), en estimant d’autre part que “l’impatience” des insurgés à fondre sur Tripoli se heurtait à un “principe de réalité”.

En Libye “émerge une organisation politique distincte de celle de Tripoli. C’est la raison pour laquelle les parachutages ne sont plus nécessaires – ils l’ont été il y a plusieurs semaines de cela – parce que des territoires organisent leur autonomie” qui leur permet de s’approvisionner auprès de parties tierces, a-t-il également expliqué lors d’une rencontre avec quelques journalistes.

C'est grave Docteur ?

C’est grave Docteur ?

05/07/11 – 18h30
PARIS (NOVOpress) – Le combat fait rage au sein du parti Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Mais certainement pas celui des idées pour l’instauration d’un vrai courant de pensée de l’écologie dans notre pays.

Nicolas Hulot (photo), amer d’avoir été balayé par sa rivale Eva Joly (photo), cette dernière ayant facilement emporté ce premier tour en rassemblant 49,75 % contre 40,22 %, ne cesse de multiplier les sorties médiatiques afin de clamer haut et fort qu’il demeure le seul candidat valable du partie pour la présidentielle.
Et certaines déclarations sont pour le moins surprenantes. Nicolas Hulot a déclaré ce matin sur France Inter qu’une victoire de sa rivale, Eva Joly, serait “lue comme un repli identitaire” d’Europe Ecologie-Les Verts. Qui l’eût cru ? Et surtout comment se définit le courant identitaire au sein d’EELV ?

Modeste de surcroit, Hulot se décrit comme “celui qui peut faire le point de rencontre entre la France et l’écologie“. Rien de moins. Plutôt cocasse comme déclaration lorsque la curiosité nous amène à examiner de près les noms des sociétés qui financent sa fondation…