Désislamisation

Entre soumission et désislamisation, il faut choisir

Désislamisation BeziersDésislamiser l’Europe ? Vaste programme en cette période de submersion migratoire des populations de religion musulmane sur le vieux continent européen. Si l’on y ajoute la sidération de certains à l’égard de l’islam et la volonté d’une majorité de « bien-pensants » à trouver des accommodements raisonnables et surtout des points de convergence avec la religion d’Allah, on pourrait croire que c’est mission impossible.

Pourtant, à entendre les principaux intervenants du colloque organisé à Béziers samedi 4 mars par Alain Wagner sur ce thème, il serait facile de désislamiser, à condition, tout d’abord, de considérer cette action « comme un concept politique », seul moyen de permettre l’arrêt de la propagation de la charia dans notre vie quotidienne. Une charia qui s’est sournoisement installée en Europe depuis que l’Organisation de coopération islamique (OCI) a mis au point un programme méthodique de conquête des pays chrétiens, aussi bien dans le domaine de la finance que dans celui de la culture, des habitudes alimentaires ou de l’éducation. Etabli à Doah en 2000, il a permis notamment à Najat Vallaud-Belkacem de prendre les clefs de l’éducation dans notre pays. Avec les conséquences désastreuses que l’on connaît.

Les aberrations de la charia

Enseignement revisité par la loi islamique, réécriture des manuels d’histoire, promotion de la finance islamique, progression de l’implantation du halal dans l’ensemble de la sphère alimentaire, il n’est pas un domaine qui échappe à l’installation de la charia dans notre pays, aussi bien d’ailleurs qu’en Suisse ou en Belgique, comme ont pu le souligner les différents intervenants. On retiendra les propos de Gérard Couvert qui a montré comment la charia s’est imposée dans notre système éducatif avec la complicité des islamo-gauchistes de connivence qui sont légion dans l’enseignement.

Les solutions ? Former les enseignants à la connaissance de le charia et extirper des programmes de l’Education nationale tout ce qui favorise l’islam. Mais aussi couper les pompes aspirantes des subventions et notamment tout ce qui permet à des associations musulmanes d’organiser de véritables camps d’entraînement avec notre argent.

Présidente de l’Association suisse Vigilance Islam, Mireille Vallette a dressé l’état des lieux de l’islam en Suisse. Un islam bien présent dans ce pays de démocratie directe, où pétitions et recours au référendum d’initiative populaire permettent cependant d’éviter le pire. Elle a souligné les progrès de l’islamisation rampante qui se manifeste notamment par une recrudescence des mariages de jeunes mineures (multipliés par cinq en l’espace de dix ans), mais aussi par des actes de maltraitance des enfants dans les écoles coraniques dépendant des mosquées.

Fondateur de Vigilance Hallal, Alain de Peretti a martelé que cette vigilance était le « cœur nucléaire » de la lutte contre l’islamisme. Une lutte essentielle quand on se rappelle les propos du Grand Mufti de Bosnie-Herzégovine pour lequel le halal « permettrait de conquérir le monde » : une conquête à coups de milliards, afin de s’attirer les bonnes grâces du monde de la viande et des grandes surfaces.

Des solutions ?

Jean-Yves Le Gallou a proposé le rétablissement du pluralisme dans les médias, le remplacement du CSA par un Conseil supérieur de la diversité politique et intellectuelle, mais surtout l’abrogation de la loi Pleven qui muselle la liberté d’expression et a rétabli le délit de blasphème pour le plus grand profit des lobbies antiracistes. Le général Piquemal a dénoncé la soumission des plus hautes autorités de notre pays, civiles et religieuses, à la charia, et regretté que la loyauté du citoyen à la Nation ne soit pas l’apanage de quantité de jeunes musulmans qui obéissent aux lois de la charia.

Sourates à l’appui, l’abbé Pagès a montré le vrai visage de l’islam et appelé à une vraie désislamisation dans notre pays, où l’Eglise officielle est complaisante avec l’islam. Principal organisateur de ce colloque, Alain Wagner a souligné à de nombreuses reprises la spécificité du « système insécable » qu’est l’islam, avec ses obligations rituelles, ses règles fiscales, sa justice spécifique, sa violence et sa pratique, jamais abandonnée, de l’esclavage. Il a également fait le procès de la charia dont Karim Ouchik veut empêcher l’extension en France.

La désislamisation qu’Alain Wagner appelle de ses vœux ne se fera cependant pas sans un inventaire rigoureux du droit national et international existant et sans le soutien d’une majorité politique prête à faire preuve d’un réel courage politique. Enfin, une vraie politique de désislamisation devra s’accompagner d’un mouvement de remigration – le hijra pour les musulmans pratiquants – des populations qui se refuseraient à observer les nouvelles mesures mises en place. Il en va du succès futur de cette désislamisation.

Françoise Monestier

Article paru dans le quotidien Présent

Marion Maréchal-Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen : « Avec Macron, nous aurons une majorité socialiste »

12/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Invitée hier du journal de 13 heures de TF1, Marion Maréchal-Le Pen a expliqué que si Emmanuel Macron était élu, nous aurions le mois suivant – et pour cinq ans – une majorité socialiste. Tandis que si Marine Le Pen était élue, les Français, « par souci de cohérence », lui donneraient une majorité pour gouverner, laquelle ferait entrer à l’Assemblée des candidats issus de la « société civile » ainsi que des candidats d’ouverture, comme dans le Var, où un maire sans étiquette est soutenu par le Front national – il s’agit de Pierre Jugy, maire de Tourtour, candidat dans la 8e circonscription du Var. L’élue du Vaucluse n’exclut pas que soient nouées « des alliances avec un certain nombre de candidats, des sortants », qui seraient « compatibles » avec la vision de la France que porte Marine Le Pen.

Immigrés Somalienne Etats-Unis Canada

Des immigrés fuient l’Amérique de Trump pour demander asile au Canada !

immigrés pakistanais Etats-Unis Canada12/03/2017 – ETATS-UNIS (NOVOpress) : Présentés au journal de 20 heures de France 2 comme des « réfugiés », ce sont des immigrés, qui, ayant migré aux Etats-Unis, ont compris que l’élection de Donald Trump risquait de leur valoir un aller simple pour leur « pays d’origine ». Contrairement à ce qui était accepté sous Obama, où les « sans papiers » pouvaient travailler « et savaient que leur situation se “régulariserait“ un jour », comme l’explique le journaliste Jacques Cardoze.

Pakistanais, Somaliens ou autres, ils ont donc décidé de fuir les Etats-Unis, en bravant «  des conditions météorologiques particulièrement rigoureuses » (sic), pour s’en aller se faire arrêter au Canada et y demander asile. Et ça marche ! A Winnipeg, au Canada, des centres les accueillent.

On découvre à cette occasion que, là aussi, il y a des « passeurs » qui en ont fait un business. Depuis Minneapolis, des voitures arrivent par le Dakota du Nord et déposent les migrants à proximité de la frontière canadienne, dépourvue de toute surveillance. Le coût : de 500 à 900 euros selon l’importance des familles.

Mais, comme le reconnaît France 2, l’opinion publique canadienne ne voit pas ses arrivées d’un très bon œil, et « s’inquiète d’une arrivée massive au printemps ».


Ces migrants qui fuient l’Amérique

Marine Le Pen Au nom du peuple

Marine Le Pen accuse BFMTV de soutenir Macron « de manière éhontée »

Source : OJIM – Marine Le Pen accuse BFMTV de soutenir Macron « de manière éhontée »

Invitée sur BFMTV le 5 mars dernier, Marine Le Pen a accusé directement la chaîne d’information en continu de soutenir Emmanuel Macron.

Parfois surnommée « BFMacron » sur les réseaux sociaux, la chaîne détenue par le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi est souvent accusée de favoriser le candidat d’« En Marche ». Ainsi dernièrement l’hebdomadaire Marianne avait-il mis en évidence la surexposition de Macron sur BFM TV par rapport aux autres candidats. En effet, depuis sa déclaration de candidature, l’ancien ministre de François Hollande a vu tous ses meetings diffusés en intégralité sur la chaîne info, cumulant 440 minutes d’antenne, soit plus que François Fillon, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon réunis !

Profitant de sa présence sur le plateau de BFM Politique, la présidente du Front National a donc accusé plusieurs médias, dont BFMTV et RMC, d’être des « soutiens de M. Macron ». Face aux protestations du journaliste, celle-ci a tout d’abord évoqué le passage de Bernard Mourad de la branche médias d’Altice (multinationale fondée par Patrick Drahi) à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Qui plus est, le rachat de SFR par Altice, refusé dans un premier temps par Arnaud Montebourg, a ensuite été autorisé lors de l’arrivée de l’ancien banquier d’affaires au ministère de l’Économie. « Tout le monde sait que les médias de Patrick Drahi, dont BFMTV, soutiennent Emmanuel Macron de manière éhontée », a-t-elle ajouté avant de sortir quelques chiffres pour le prouver.

« Il ne faut pas prendre les Français pour des idiots. Ils voient bien aujourd’hui la tonalité qui fait que M. Macron est le chouchou des médias », a-t-elle poursuivi.

Benoit Hamon

Benoît Hamon, c’est l’homme invisible

11/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Pour Tanguy Pastureau, le candidat du Parti socialiste fait la campagne la plus discrète de l’histoire, et personne n’entend parler de lui : Benoît Hamon, c’est l’homme invisible.

À 40 jours de l’élection, Hamon est invisible, tel un hétéro en manque de sexe à la gay-pride de San Francisco. Il y a eu l’affaire Fillon, donc on n’a pas parlé de lui, puis Macron a présenté son programme, donc on n’a pas parlé de lui, puis Marine Le Pen a dit un truc, donc on n’a pas parlé de lui, et là ça se calme, mais on ne parle pas de lui. Hamon fait la campagne qu’aurait faite le Mime Marceau s’il s’était présenté, on ne l’entend pas, à côté Zidane c’est Marina Kaye.

Il faut dire que Hamon, c’est Hollande 2, il est normal, tout pépère, avec la même énergie qu’une huître malade et l’envie de gagner d’un cul-de-jatte qui se lancerait dans le fétichisme des pieds. Moi à chaque fois que je le vois je vais me pieuter, Hamon c’est le médicament générique du Stillnox. Les gens vulgaires lui diraient de se sortir les doigts du uque, mais ce ne sont pas les doigts qu’il a mis, c’est tout le bras jusqu’en haut de l’épaule, il n’y a que sur le port d’Arcachon qu’on va pouvoir le décoincer avec un couteau à huître.


Vu sur Twitter

Identité de la France : le double discours d’Emmanuel Macron

Publié le

Robert Ménard : “J’ai du mal à imaginer que je serai condamné”

11/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Robert Ménard dénonce les accusations ignominieuses qui ont été portées contre lui par les six associations qui lui reprochaient ses propos sur le nombre d’enfants issus de l’immigration dans certaines écoles de Béziers.

Il n’a fait que décrire une réalité qu’en tant que maire il essaie sans relâche d’améliorer.

Il rappelle que sa vie a été consacrée à secourir des journalistes injustement emprisonnés.

Après ce nouveau procès éreintant, il “espère que la présidente va faire preuve de bon sens“.



Robert Ménard : "J'ai du mal à imaginer que je… par bvoltaire

Les contradictions de l’idéologie dominante – par Guillaume Faye

11/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

L’idéologie dominante (qui n’est pas ”majoritaire” mais minoritaire et hégémonique) dans laquelle les ingrédients de gauche sont les plus présents, multiplie les contradictions internes, insurmontables et comparables à des oxymores. Voici les plus énormes, dans plusieurs domaines : économie, immigration, islam, féminisme, éducation, justice, etc.

La gauche et la finance internationale sont objectivement alliées

* Les socialistes défendent l’endettement national et combattent une imaginaire « austérité », méprisant l’équilibre des comptes publics qui serait de l’ « ultralibéralisme ». Pourtant, la ”finance internationale” tant honnie se réjouit de l’endettement croissant de sa débitrice, la France, à 100% de son PIB. Socialistes et spéculateurs internationaux marchent sur le même trottoir.

* La gauche anticapitaliste est donc favorable au déficit budgétaire chronique, pour des raisons ”sociales” et, en même temps déteste la ”finance internationale”. Or cette dernière, qui finance le déficit (pour l’instant) espère que ces prêts lui rapporteront de plus en plus. La gauche anticapitaliste est donc la vache à lait de son ennemie. Mais tout cela est en partie truqué. Pourquoi ? Parce que des emprunteurs politiques de gauche touchent des commissions des créanciers pour endetter le pays.

On pourchasse un ”ultralibéralisme” imaginaire alors que la France crève du collectivisme

* Un peu partout, on s’en prend à l’ « ultralibéralisme » et à l’ « austérité » alors que la France vit dans une économie collectiviste avec plus de 57% du PIB absorbé par les dépenses publiques les plus fortes du monde ; avec un endettement qui nous rapproche de la faillite, le régime fiscal le plus lourd et confiscatoire pour les classes moyennes et les entreprises, surtout les PME et les TPE.

* La France est un pays collectiviste, à l’économie administrée, surréglementée et surtaxée, avec la proportion de fonctionnaires parmi les plus importantes au monde ; notre pays a, de ce fait, les plus mauvais résultats (chômage, endettement, commerce extérieur, croissance) de toute l’Union européenne.

L’idéologie antiraciste est raciste

* Les antiracistes soutiennent des musulmans noirs et arabes qui sont, eux-mêmes, racistes et antisémites. Comme par exemple Mehdi Meklat (qui est allé jusqu’à souhaiter un nouvel Hitler pour exterminer les juifs), le tweeter admiré par les médias de gauche ou, proche de lui, Oulaya Amamra (sacrée meilleure espoir féminin à la remise des César), auteur de tweets racistes anti-Blancs et homophobes, excusée en raison de ses origines ethniques protégées, comme l’a remarqué Ivan Rioufol (Le Figaro, 04/02/2017).

* Le racisme anti –Blancs, bien que généralisé, n’est pas poursuivi, car il est nié ; le racisme n’est inquiété que s’il touche des personnes ”issues de la diversité” et provient d’auteurs blancs. Les cas en sont d’ailleurs rarissimes et, en général, falsifiés.

* L’antisémitisme et le négationnisme ne sont pas poursuivis s’ils proviennent de musulmans (cas très fréquents) ; ils ne le sont que s’ils proviennent d’Européens de souche (cas assez rares).

* Le racisme, retenu comme motif aggravant d’un crime ou délit, ne s’applique qu’aux Blancs dans la pratique des tribunaux.

* Officiellement, les races n’existent pas mais, contradiction juridique, le racisme est qualifié de délit. Comme si l’on disait : les vélos n’existent pas mais il est interdit de circuler à vélo.

* Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) n’est pas considéré comme raciste (bien qu’il le soit de par sa dénomination) alors qu’un Crab (Conseil représentatif des associations blanches) ne serait pas enregistré en préfecture et ses créateurs poursuivis pour racisme.

* Le terme ”Afrique noire” est politiquement correct et autorisé. Le terme ”Europe blanche” est interdit.

* Le racisme anti–Blancs, majoritaire, n’est jamais poursuivi. Le racisme contre les ”minorités visibles”, quasi inexistant, est traqué. Il est souvent inventé même s’il n’existe pas.

Discrimination positive et racisme d’État (anti Blancs)

* La ”discrimination positive”, c’est-à-dire accorder des privilèges, passe–droits et dérogations et faveurs des ”personnes de couleur” pour compenser leur supposée ”discrimination négative”, n’est pas, comme dans les universités américaines (« affirmative action »), légalisée en France mais elle s’applique dans les faits : embauche prioritaire voire systématique de personnes issues de la ”diversité”, pour les emplois peu qualifiés ou de niveau moyen, dans les grandes entreprises et les fonctions publiques, aides sociales supérieures et absence de sanctions des fraudes, accès facilité au logement social dont les Français de souche sont pratiquement exclus, etc.

Lire la suite

Macron Drahi Pigasse : petits arrangements entre amis

11/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
14 milliards d’euros de cadeaux fiscaux généreusement offerts par Macron à l’oligarque Patrick Drahi ?

Mais ce dernier n’est pas un ingrat. Depuis des mois, les médias dont il est le propriétaire, entre autres BFM, RMC, Libération, L’Express, etc. sont devenus de véritables tribunes de propagande pour le leader d’En marche. L’histoire remonte au rachat, en 2014, du groupe SFR par le groupe Altice dont Patrick Drahi est propriétaire. Alors ministre de l’Industrie, de l’Economie et du Numérique, Arnaud Montebourg s’était opposé à la transaction, arguant du fait que la situation fiscale de Drahi est particulièrement trouble. Les entreprises de ce dernier sont en effet domiciliées dans des paradis fiscaux, et Drahi lui même est résident suisse. Montebourg avait d’ailleurs diligenté plusieurs enquêtes fiscales contre l’oligarque.

Avec l’arrivée de Macron à Bercy en octobre 2014, changement de décor

Sans doute, conseillé par son ami David de Rothschild, Emmanuel Macron s’empresse en effet d’autoriser le rachat de SFR par Altice, permettant ainsi à Drahi de s’emparer de l’un des fleurons français des télécoms. D’ailleurs à crédit, mais qu’importe : dans le monde de la finance apatride, on est surtout riche de ses dettes. Deux ans après, Drahi réalise le plus grand plan social de l’année 2016 en licenciant d’un seul coup d’un seul 5 000 salariés du groupe SFR. Merci Macron.

D’autres « petits arrangements » ?

En 2016 également, Bernard Mourad, le banquier conseil de Drahi, qui avait joué un rôle clé dans l’opération SFR Altice, Mourad donc devient conseiller spécial, devinez de qui ? D’Emmanuel Macron. Par ailleurs, la banque d’affaires à la manœuvre lors de cette opération fut la banque Lazare dont le directeur de la filiale française n’est autre que Mathieu Pigasse, par ailleurs propriétaire du journal Le Monde, autre grand véhicule de la propagande macronienne. Le monde est décidément bien petit…

François Fillon Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou décrypte la défaite des médias contre François Fillon

10/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : François Fillon est le personnage principal de cette dernière édition d’i-Média, l’émission hebdomadaire de décryptage des médias par Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés, qui analyse longuement le lynchage médiatique dont le candidat a fait l’objet, et qui avait pour but de le contraindre à se retirer.

01:14 Trocadéro – Fillon : victoire par K-O Fillon allait-il laisser la place à Juppé ? Les médias n’en démordent pas : le candidat des Républicains est isolé et les 40 000 militants place du Trocadéro ne leur font toujours pas voir la réalité.

Sur le plateau de France 2, le soir de la manifestation, alors que François Fillon démontre avec force le soutien de la base militante, Laurent Delahousse interroge à nouveau le candidat des républicains sur la possibilité du retrait de sa candidature.

19:31 Le zapping d’I-Média. RCF fait dans le point Godwin : Rudy Blanchard, l’animateur d’une émission musicale sur la radio chrétienne déclarera à propos du Front national : « Faites attention, avant d’être bleu marine, les chemises étaient marron »…

Dans 28 Minutes sur Arte, quand, Julie Graziani parle de trisomie 21 et dénonce une discrimination, évoquant même un « racisme chromosomique », la réaction des journalistes est unanime : vous ne pouvez pas dire cela.

29:11 Fillon, Macron – Temps de parole dans les médias. Débat présidentiel : le CSA tire la sonnette d’alarme sur le déséquilibre du temps de parole. Le temps à l’antenne toujours compté de manière quantitative et non qualitative : alors que Marine Le Pen et François Fillon occupent leur temps d’antenne à se défendre contre les attaques médiatiques, aucune affaire n’est publiée sur le candidat d’En Marche !, qui peut exposer tranquillement son « programme ».

37:23 Les tweets de la semaine. « Athènes va (enfin) accueillir sa première mosquée », c’est le titre d’un article du Figaro. Le titre neutre pour ce type d’information devrait être : « Une mosquée va être construite à Athènes ». Entre le mot « accueillir » et « « enfin », le Figaro prouve son manque d’objectivité.

42:25 Troadec : dans la famille des coupables, je demande le fils. Meurtre de la famille Troadec à Orvault : quand la police soupçonne le fils Sébastien, la presse le désigne comme coupable. Les médias vont passer au peigne fin la vie de Sébastien. Il faut prouver sa culpabilité : casier judiciaires, amis réseaux sociaux, tout est interrogé. Dans cette histoire morbide, les médias n’ont qu’un désir : trouver un nouveau Dupont de Ligonnès.

Eric Zemmour

Eric Zemmour : « Le PS pourrait tout à fait disparaître »

10/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « Le PS pour moi n’est pas menacé de disparition mais de scission », explique Alain Duhamel : « Il n’a jamais été aussi faible depuis 1969, lorsque Gaston Defferre avait eu 5 % à la présidentielle » « Et puis, ajoute Duhamel, Emmanuel Macron est un phénomène complètement nouveau sur la scène politique, et ce qui me paraît évident, c’est que dans la prochaine Assemblée nationale, il y aura un groupe socialiste orthodoxe et il y aura, petit ou gros selon le résultat de l’élection, un groupe Macron. Il y aura donc un Parti socialiste et un groupe social-libéral. »

Pour Eric Zemmour, en revanche, il y a deux façons d’approcher ce problème « La première, c’est de dire “il y a toujours eu des affrontements idéologiques terribles à gauche“, et en particulier au sein de la famille socialiste […] À l’aune de ça, les querelles entre Macron, Mélenchon et même Hamon paraissent relatives. » Mais la deuxième façon, c’est de prendre en compte le « phénomène de dextrisation, le mouvement qui va vers la droite ». Ce mouvement fait que Macron « est au centre-gauche alors qu’il y a trente ans, il aurait été à droite. Je pense que dans cette évolution-là, le PS pourrait tout à fait disparaître ».

Düsseldorf

Düsseldorf : encore un « maboul » ?

L’« épidémie » de mabouls, de déséquilibrés, d’agités du bocal, de fêlés, de malades mentaux, n’en finit plus de faire des victimes. Que ce soit en France ou dans un autre pays de leur Europe si accueillante, pas une semaine où presque sans qu’un « perturbé » du mental ne fasse parler de lui. Jeudi soir, c’est une nouvelle fois l’Allemagne de « maman » Merkel qui a eu droit à son « fait divers », comme ils disent, perpétré par un homme atteint de « troubles psychiatriques ».

Le « fait divers » en question s’est déroulé en gare centrale de Düsseldorf. Aux alentours de 21 heures, un homme est descendu d’un train de banlieue avec à la main, non pas un attaché-case, mais une hache. L’individu, un homme de 36 ans originaire d’ex-Yougoslavie, s’en est alors pris aux voyageurs présents dans la gare. Tel bûcheron déboussolé, il frappe au hasard parmi les usagers se trouvant sur son passage. Bilan : « sept blessés dont trois graves et quatre légers ». Après avoir pris la fuite et s’être grièvement blessé en sautant d’un pont, l’homme, présenté comme souffrant « apparemment de troubles mentaux », est interpellé par la police mais ne sera pas en état d’être interrogé dans l’immédiat, précisent les autorités.

Peter Altmaier, chef de la chancellerie et proche conseiller d’Angela Merkel, a aussitôt réagi en apportant son soutien aux victimes du fou furieux. « Quoi qu’il se soit passé à la gare centrale de Düsseldorf, notre compassion et nos pensées vont aux personnes innocentes blessées. » Même compassion pour Thomas Geisel, maire de la ville dont les « pensées vont aux victimes et à leurs proches ». Des pensées qui, on s’en doute, font une belle jambe aux victimes et à leurs proches, tout comme au peuple allemand.

Un peuple allemand de plus en plus sous le choc et sur le qui-vive à force d’être confronté à des « mabouls » et à une menace djihadiste qui pèse sur le pays, notamment depuis l’attentat terroriste au camion bélier – revendiqué par les barbus du groupe Etat islamique – en décembre dernier à Berlin.

Pierre Malpouge

Article paru dans Présent daté du 11 janvier 2017

La mosquée de Fréjus pourrait être détruite

10/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
En pleine bataille judiciaire entre la mairie de Fréjus et l’association El Fath, le tribunal administratif a jugé illégal le permis de construire de la mosquée de la ville. L’association a deux mois pour faire appel.

Le permis de construire de la mosquée n’était plus valide lorsque les travaux ont commencé. L’édifice pourrait donc être détruit. En février 2016, un jugement avait déjà été rendu par le tribunal correctionnel de Draguignan. Ce jugement ne suivait pas les réquisitions du Parquet qui suggérait la démolition du bâtiment, mais le Parquet avait fait appel.

Le tribunal administratif doit maintenant se prononcer sur l’ouverture définitive de la mosquée.


Marine Le Pen

La Commission européenne parie sur la défaite de Marine Le Pen à l’élection présidentielle

10/03/2017 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En cas de victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle, la Commission européenne n’a pas de plan B. Pierre Moscovici, commissaire européen a en effet déclaré :

« Je fais de la politique depuis plusieurs années et mon expérience politique me dit : il ne faut pas préparer de plan B. Si vous le faites, c’est que vous ne croyez plus au plan A. Notre plan A est qu’elle perdra. Et j’espère qu’elle perdra à grand fracas. Ceci serait un signe important que les Français ne l’ont pas laissée les séduire. »

La sortie de la zone euro que propose le FN engendrerait-elle un scénario noir pour la France ? C’est en tout cas ce qu’affirment les médias dominants, sans plus d’arguments. Le Brexit pourrait même selon eux détruire l’Union européenne et créer en France une crise financière et bancaire sans précédent. Crise prédite aussi en cas de victoire de Trump que l’on attend toujours aux Etats-Unis. Une chose est à peu près sûre, la victoire de Marine Le Pen serait « la fin de l’Europe que nous connaissons », comme le dit Pierre Moscovici.

Pourquoi ce commissaire européen tient il tant à l’Union européenne ?
L’Union européenne permet de mieux s’opposer aux Russes et aux Américains selon Pierre Moscovici. Ainsi, donc, selon lui Marine Le Pen sert les intérêts des Russes et des Américains. Elle leur permettrait de ne plus s’opposer à un bloc d’Etats, mais à 27 Etats dispersés lors des négociations.

Arrêt de l’émigration africaine : l’ONU rejoint les Identitaires ?

10/03/2017 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
C’est un premier pas vers l’arrêt de l’émigration africaine que l’ONU, à travers l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (plus connue sous l’acronyme HCR), vient de franchir. Afin de sensibiliser les « migrants » aux dangers du voyage et notamment de la traversée en mer, le HCR a publié un clip de mise en garde [ainsi que Novopress l’a révélé. Ndlr]. Sous le titre de « Dangereuses traversées », plusieurs vedettes africaines de la chanson tentent de décourager les candidats à l’exil.

« Partir comme ça, c’est tragique / Rester au loin, le cœur brisé / Mais malgré les risques / La marée monte, désespérée / Comme un enfant tombé du nid / Loin de la maison et de tout ce qui est familier / Combien de larmes vont couler ? / Combien de cœurs vas-tu casser ? » / « Avez-vous reçu les nouvelles tragiques ? / Ne vous ont-ils pas fait les récits ? / Avez-vous vu les victimes ? / […] Qu’est-ce qui t’attend dans les pays étrangers ? / Mon frère, mon frère / Pourquoi devez-vous partir ? / »

Pour l’heure, cette mise en garde ne concerne que la traversée de la Mer rouge et l’émigration vers le Yémen en guerre. On peut espérer qu’à terme l’ONU découvre que la traversée de la Méditerranée est également dangereuse et que l’Europe n’est pas le paradis que les « migrants » imaginent.

Pour autant, cette initiative accrédite pleinement non seulement que l’arrêt de l’émigration africaine est possible mais qu’elle est souhaitable au point d’être prônée par l’ONU. Encore un effort et elle sera contrainte de reconnaître qu’une politique de remigration est la seule souhaitable pour le bien et la dignité de tous les peuples.

Un communiqué des Identitaires

Macron Las Vegas

Emmanuel Macron se paye Las Vegas

Le Canard Enchaîné affirme que l’Inspection générale des finances soupçonne Macron d’un délit de favoritisme impliquant une grosse somme d’argent : le Parquet national financier n’ouvre pas d’enquête. Normal !

Comme pour Fillon, c’est Le Canard Enchaîné qui balance. Comme pour Fillon, l’hebdo est sûr de ses infos. Sa source c’est l’IGF. Le 6 janvier 2016, Emmanuel Macron, alors qu’il est ministre de l’Economie, se fait ovationner par plus de 500 entrepreneurs, personnalités et dirigeants français de start-up, en plein Consumer Electronics Show de Las Vegas, aux Etats-Unis, grand-messe planétaire de l’innovation technologique.

« Cette opération de séduction, montée dans l’urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l’organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé », révèle Le Canard Enchaîné.

« La commande de la prestation Havas est susceptible de relever du délit de favoritisme », souligne l’IGF après enquête. Et le palmipède met la patte sur le coût coquet de la soirée : « 381 759 euros, dont 100 000 rien que pour l’hôtel, où la moindre chambre était facturée plus de 300 euros la nuit ».

Reprenant les conclusions de l’IGF, le Canard révèle que Business France, ou certains de ses salariés, « pourraient être incriminés pour favoritisme » et Havas France ou ses dirigeants « au titre de la complicité ou du recel ».

Mais quand ça concerne Emmanuel Macron, il n’y a jamais le feu au lac. Le parquet national financier a déclaré mercredi à l’AFP attendre « plus d’informations » pour envisager « des suites éventuelles à donner ». Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Sapin, a passé la consigne : « Emmanuel Macron et son cabinet sont totalement hors de cause ». Pas un peu. « Totalement ». Comme pour les 120 000 euros de frais de bouche détournés du ministère de Bercy pour sa campagne présidentielle, les trois millions d’euros touchés chez Rothschild disparus dans la nature ou sa déclaration de patrimoine largement sous estimée. Le chevalier blanc du système doit rester couleur beurre frais le plus longtemps possible.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 10 mars 2017

eric-zemmour

Éric Zemmour : “Comme les Dalton, les candidats à la présidentielle ont leurs boulets”

09/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
De nombreuses tractations entre partis politiques se déroulent au cours de cette campagne présidentielle. Certains candidats en oublient de parler aux électeurs.

Pour Éric Zemmour, nos candidats à la présidentielle ressemblent aux frères Dalton, chacun a ses boulets :

C’est un des gags qui reviennent sans cesse dans les bandes dessinées de Lucky Lucke : quand les frères Dalton parviennent à s’échapper du pénitencier où ils cassent des cailloux, ils conservent aux pieds les boulets qui entravent leur course.

Évoquant Benoît Hamon, Éric Zemmour note qu’après avoir négocié en sa faveur le retrait de l’écologiste Yannick Jadot, le socialiste “passe désormais ses journées à tenter de retenir les bataillons d’élus qui frappent à la porte de Macron“. François Fillon a subi la trahison de l’UDI qui lui a planté un couteau dans le dos et courait déjà chez Juppé ? “Cela n’empêche pas le miraculé du Trocadero de leur ouvrir grand ses bras“, raille Éric Zemmour.


Juliette Volcler Taddeï

Incroyable mais vrai : nous sommes tous l’objet de manipulation sonore !

Juliette Volcler Contrôle manipulation sonore09/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Hier soir, dans Hier, aujourd’hui, demain, sur France 2, Frédéric Taddeï recevait Juliette Volcler pour son livre Contrôle – Comment s’inventa l’art de la manipulation sonore (éditions La Découverte). Fascinant autant qu’effrayant. Juliette Volcler y expose comment le son et la musique ont été utilisés – et le sont bien sûr toujours – pour manipuler les émotions des travailleurs et des consommateurs que nous sommes !

Contrôle raconte comment Harold Burris-Meyer (1902-1984), ingénieur et homme de théâtre, fut à la fois l’inventeur de dispositifs sonores et un expérimentateur en sciences du comportement.

« De l’acoustique théâtrale à la musique dans l’industrie en passant par l’élaboration de leurres sonores employés pendant la Seconde Guerre mondiale contre les troupes allemandes et italiennes, il s’employa toute sa vie à montrer l’influence profonde du son sur les réactions et les émotions de l’homme. »

Ci-dessous un extrait de l’entretien.

L’intégralité de l’entretien avec Juliette Volcler est à visionner ici (à partir de 1 h 36 mn).