Rapatriement d’enfants de djihadistes. Pour Danièle Obono : “C’est à la fois l’honneur et la responsabilité de la France que de les accueillir”

11/06/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Danièle Obono, députée insoumise de Paris, était l’invité de Gilles Bornstein dans l’instant politique.

Danièle Obono considère que c’est un devoir de la France d’accueillir des enfants de djihadistes qui ont combattu notre pays : “c’est à la fois l’honneur et la responsabilité de la France que de les accueillir“…


Irak : les djihadistes français méritent leur sort, par Ivan Rioufol

Onze djihadistes “français” ont été condamnés à la pendaison, ces derniers jours, par la justice irakienne. L’opinion, visiblement, ne s’en émeut guère. Votre serviteur pas davantage. Voici un email que j’ai reçu d’une lectrice, le 29 mai. Elle me demande de ne pas diffuser son nom, qu’elle m’a communiqué. Elle est la mère d’une des 90 victimes du Bataclan. Son fils avait 39 ans, père d’un petit garçon de 7 ans à l’époque. Elle écrit : “Hier, mardi 28 mai, je reçois un SMS qui m’indique “Le Drian assure que la France multiplie les démarches pour éviter la peine de mort aux quatre Français (NDLA : le nombre a augmenté depuis) condamnés à mort en Irak”. Voyez-vous, après trois ans et demi, depuis dix jours, à force d’acupuncture et de bienveillance de la praticienne, non remboursé totalement (séances psychologiques refusées, je refuse les soins conventionnels abrutissants) je recommençais à dormir cinq heures d’affilée, cette séquence semble s’être arrêtée ce matin à trois heures et c’est l’une des moindres tortures que mon entourage et moi-même subissons depuis le 13 novembre 2015. Aussi, peut-être comprendrez-vous que je prenne cette annonce comme un outrage, un sentiment de révolte. Les victimes du terrorisme n’ont pas droit à cette sollicitude de l’Etat (…) Alors OUI, je suis pour que l’on abandonne à leur sort les terroristes et OUI je refuse leur retour en France (…)“.

Non seulement je comprends cette position, mais je l’approuve.

Dans une tribune parue de 3 juin sur Franceinfo.fr, quarante-cinq avocats français, et non des moindres, ont alerté sur “l’immense déshonneur” que serait l’abandon de ces condamnés à leur sort. Leurs arguments sont solides : ils rappellent que ce choix de la peine de mort est “contraire à notre ordre public”, l’article 66-1 de la Constitution (“Nul ne peut être condamné à la peine de mort”) ne souffrant d’aucune dérogation, pas même en matière de terrorisme. J’entends ces raisons de droit. Mais elles ne me font pas oublier que ces “Français”, passés sous la bannière de l’Etat islamique, ont eux-mêmes renié leur nationalité et trahi leur patrie. Ils ont brûlé leur passeport et combattu, en Syrie, contre des soldats français. Il n’est pas envisageable de les voir revenir dans le pays qu’ils détestent. Leurs actes de guerre obligent à des sanctions dégagées du droit commun.

J’observe d’ailleurs que les commanditaires français des attentats du 13 novembre ont tous été éliminés en Syrie, et sans procès, par les renseignements français et américains. D’autre part, la France ne s‘est pas opposée au transfert en Irak des prisonniers en Syrie, sachant ce qu’ils risquaient devant la justice irakienne. Enfin, je trouve qu’il y a beaucoup de condescendance chez ceux qui estiment que la justice irakienne serait de second ordre. Non, désolé, je n’ai aucune compassion pour ces onze salauds.

Ivan Rioufol

Texte daté du 16 mai 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Thibault de Montbrial : “Les femmes djihadistes ont eu un rôle aussi fort que celui des hommes”

05/06/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Thibault de Montbrial éclaire le dessous des négociations entre la France et l’Irak au sujet des sept Français djihadistes qui risquent la peine de mort, mais aussi le cas des logisticiens, des femmes et des enfants djihadistes.

Thibault de Montbrial pointe du doigt le rôle des femmes dans le combat djihadiste :

Les djihadistes occidentaux sont dans une logique de minimisation et de dissimulation de leurs actes pour reprendre la lutte.


Ces avocats qui ont signé une pétition pour « sauver » les djihadistes français de Daech condamnés à mort en Irak

Quarante-cinq avocats ont signé une pétition pour « sauver » les djihadistes français de Daech condamnés à mort en Irak. Ces bonnes âmes, qui ne voient les « déshonneurs » que quand ils sont loins, prétendent imposer leur loi au gouvernement irakien.

Un certain nombre de gens habituellement silencieux sur les guerres sanglantes menées par les États-Unis ou par la France comme en Libye et aussi, il faut le dire, en Syrie, ont jugé utile de prendre la pose et de se prétendre combattants infatigables contre la peine de mort. Des avocats ont en effet lancé une pétition pour demander à la France d’intervenir pour éviter qu’en Irak la peine capitale soit appliquée à des combattants coupables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.
Les avocats des diables

La justice irakienne a donc condamné à mort 11 français qui avaient rejoint Daech pour se livrer sur le territoire d’un pays souverain à une guerre barbare. Nous savons tous les exactions abominables commises par ces gens, qui ont quitté la France précisément pour les commettre et peut-être devrions-nous faire preuve d’un peu de modestie et de moins d’arrogance vis-à-vis d’un pays martyrisé depuis la guerre d’agression commise contre lui par les États-Unis et une coalition internationale que beaucoup de nos belles âmes avaient fermement soutenue. Ce crime relevant de la justice internationale n’a pourtant jamais été puni, alors qu’il a provoqué des centaines de milliers de morts, des centaines de milliers de réfugiés, et était à l’origine directe de la création d’une organisation terroriste qui a porté la mort jusque chez nous.

On notera l’hypocrisie de tous ceux qui restent muets sur la responsabilité de ceux qui ont mis cette région à feu et à sang. Et sur celle de la France, dont il faut rappeler qu’elle a armé les djihadistes en Syrie. L’hypocrisie de ceux qui ne semblent voir aucun inconvénient à la vente d’armes à l’Arabie saoudite pour écraser dans des conditions abominables la population du Yémen. Et qui, bien sûr, ont trouvé parfaitement normale la répression de masse, policière et judiciaire, qui s’est abattue sur les gilets jaunes, à coups de violations des libertés fondamentales. Pour les signataires, tout ceci n’est pas grave, ce n’est pas de nature à porter « une tache sur le mandat d’Emmanuel Macron », mais en revanche, ne pas obtenir le retour des criminels djihadistes en France, ce serait affreux.

Pour lire la suite, c’est ici !

Régis de Castelnau

Article paru sur Causeur daté du 5 juin 2019

Quand l’idéologie transgenre s’oppose à l’égalité homme femme

04/06/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Cece Telfer a été autorisée à participer aux Championnats universitaires d’athlétisme féminin, alors qu’il est né homme. La raison est qu’elle s’identifie comme femme maintenant, et a baissé son taux de testostérone. Elle bat désormais de nombreux records, non sans susciter la polémique.

Depuis le 25 mai dernier, Cece Telfer empile les performances de haut niveau dans les épreuves féminines de sprint du Championnat universitaire d’athlétisme. Des performances qui ne font pas que des heureux, certains estimant que la jeune femme de 21 ans dispose d’un avantage injuste sur ses concurrentes.

Selon les règles de la NCAA, un homme biologique est en effet autorisé à concourir en tant que femme à condition qu’il abaisse son taux de testostérone pendant une année.

Athlète aux résultats plutôt moyens lorsqu’il participait aux épreuves masculines, Cece Telfer a franchi un cap en changeant de catégorie, et se mêle désormais aux meilleures femmes au niveau national.

Quand Nike utilise la philosophie de l’islam dans son slogan “Ne changez pas qui vous êtes, changez le monde”

L’ethnie, rempart face au jihadisme ?, par Bernard Lugan

Bernard Lugan

Dans la BSS (Bande Saharo-Sahélienne) où le jihadisme prospère sur les fractures ethno-raciales, seul le temps long permet de comprendre la complexité de la situation et d’en saisir les véritables enjeux.

Avant la colonisation, les pasteurs saharo-sahéliens (Maures, Touareg, Peul, Toubou, Zaghawa etc.), razziaient les sédentaires sudistes. Après avoir imposé une parenthèse de paix, les colonisateurs se retirèrent et le temps long africain reprit son cours. Avec une nouveauté cependant puisque les anciens prédateurs et les anciennes victimes étaient désormais rassemblés à l’intérieur de frontières artificielles.
Dans ces cadres étatiques plaqués sur les réalités locales, les anciennes fractures furent aggravées par l’ethno-mathématique électorale qui donna le pouvoir aux sudistes puisqu’ils étaient plus nombreux que les nordistes. Dès les années 1960, refusant cette situation nouvelle, ces derniers se soulevèrent et éclatèrent alors les révoltes des Touareg à l’ouest et celles des Toubou-Zaghawa à l’est[1].

Nous sommes là à l’origine des évènements qui ensanglantent actuellement la BSS et que Barkhane n’est évidemment pas en mesure de résoudre.
A supposer que nos forces réussissent à éliminer les jihadistes, la question des rapports entre nordistes et sudistes ne serait en effet pas réglée pour autant puisque le jihadisme n’est ici que la surinfection d’une plaie ethno-raciale millénaire.
Or, cette réalité explique à la fois le succès des jihadistes et l’échec de leur tentative de création d’un califat transnational et transethnique. Pour survivre ou se développer, ils ont en effet été contraints de prendre appui sur certaines ethnies ou tribus.
Ce faisant, ils se sont isolés des autres car ils ont réveillé chez les anciennes victimes les souvenirs des exactions d’avant la colonisation « libératrice ». Quand ils prennent pied dans une région, les jihadistes créent certes un nouveau foyer, mais ils réactivent en même temps les anciennes chaines défensives, les antiques solidarités ethniques. Voilà qui explique les évènements du Macina, du Liptako ou encore du Gourma.

Le cas des Dogon est emblématique. Ce n’est pas par choix qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle, se repliant devant la poussée des cavaliers peul musulmans, leurs ancêtres abandonnèrent les plaines fertiles pour se retrancher dans les falaises ingrates de Bandiagara où ils furent harcelés et assiégés par les chasseurs d’esclaves (voir à ce sujet le numéro du mois d’avril 2019 de l’Afrique Réelle). Aujourd’hui, face à la dilution de l’Etat malien et à l’impuissance de son armée[2], les Dogon sont de nouveau contraints d’assurer leur défense contre le jihadisme porté par certains groupes peul…comme aux XVIIIe-XIXe siècles…

La leçon doit être retenue car le jihadisme va pousser vers le golfe du Bénin, la région guinéenne et la Côte d’Ivoire où, au fur et à mesure de son expansion, vont se réveiller les fronts ethniques d’avant la colonisation. Comme actuellement dans la région de Jos au centre du Nigeria. Comme ce sera alors sur les ethnies que s’organisera la résistance, nos Armées doivent donc dès à présent reprendre à leur compte la célèbre phrase de Kipling : « Le loup afghan se chasse avec le lévrier d’Afghanistan ». Mais encore faudrait-il que de véritables enseignements africanistes soient dispensés à l’ESM de Coëtquidan et à l’Ecole de Guerre.

[1] Cette problématique constitue la colonne vertébrale de mon livre : « Les Guerres du Sahel des origines à nos jours ».
[2] Pour mémoire, durant le seul mois de mai 2019, l’armée nigérienne a perdu 30 morts dans la région de Tillabéry et l’armée malienne plus d’une dizaine dans la région de Mopti.

Bernard Lugan

Texte repris du site Blog de Bernard Lugan

L’Europe peut-elle encore échapper au Grand Remplacement ?

Jean-Yves Le Gallou prenait la parole le 18 mai 2019 aux États-Unis, au Congrès d’American Renaissance, à l’invitation de Jared Taylor. Voici le texte de son intervention.
Le peuplement européen d’origine est resté stable pendant 5000 ans
.

1) Le peuplement de l’Europe, tel qu’il est resté sans changement jusqu’au milieu du XXe siècle, remonte à 5000 ans. Lorsque le peuple européen d’origine a entrepris sa dispersion : en quittant les steppes pontiques vers l’est et la Sibérie, vers le sud, la Perse et l’Inde, et surtout vers l’ouest c’est-à-dire l’Europe.

Les hommes et les femmes de la civilisation de la céramique cordée ont occupé progressivement l’Europe occidentale. Une terre vide d’hommes pour l’essentiel à l’exception d’un petit nombre de chasseurs-cueilleurs du néolithique auxquels les conquérants indo-européens se sont unis.

Là est le fondement ethnique du peuple européen.

Là est aussi l’origine de sa civilisation. De ses langues – slaves, germaniques, celtiques, romanes – toutes dérivant d’une origine commune. De leur vocabulaire, de leur syntaxe. Là est aussi la source d’une cosmogonie partagée. Et d’une organisation sociale structurée autour de la hiérarchisation et de la distinction des fonctions de souveraineté (magico-religieuse) de défense (extérieure et intérieure) et de production et de reproduction. Et d’une conception du monde fondée sur la représentation et sur l’incarnation comme sur le respect dû aux femmes.

2) Pour protéger cet espace les Européens ont dû lutter contre le monde extérieur. Il y eut la lutte de l’Orient contre l’Occident. Avec la victoire des libertés grecques contre l’empire perse. La victoire de la raison romaine face à Carthage. La victoire des Romains et de leurs alliés barbares face aux hordes hunniques venus d’Asie. Puis durant quatorze siècles la chrétienté et l’islam s’affrontèrent à travers la Reconquista de la péninsule ibérique, les Croisades et la lutte contre le Grand Turc.

3) Mais ces conflits incessants n’ont pas changé la substance de la population européenne. Ce qu’on appelle les Grandes invasions- du IVe au IXe siècle – ont certes renforcé l’apport germanique et nordique dans le centre et le sud de l’Europe mais sans changer fondamentalement la substance de l’Europe. A l’intérieur de l’espace européen le peuplement est resté européen. La Horde d’or a marqué de son empreinte la Russie mais les Mongols n’ont laissé aucune trace à l’ouest de l’Europe. Les invasions arabes n’ont que très peu modifiés le peuplement des rives de la Méditerranée. Les traces de gènes subsahariens qui en sont les marqueurs sont quasiment absents d’Europe sauf sur certaines côtes du sud de l’Espagne, de la Sicile ou de Calabre.

4) Bref le peuplement de l’Europe est resté exclusivement européen jusqu’en 1960. A partir de là tout a basculé. Les Européens se sont retirés d’Afrique et du monde indo-pakistanais. Mais le monde africain et musulman a commencé à migrer vers l’Europe.

Ce sont les ex-puissances coloniales qui ont été les premières concernées : France, Grande Bretagne, Belgique, Pays-Bas suivis par l’Allemagne et les pays du nord de l’Europe, la Scandinavie et l’Irlande. On peut distinguer les contours d’une Europe envahie. En voici les causes.

L’Europe envahie : l’Europe de l’ouest et du nord

5) L’immigration est voulue par de puissantes forces économiques et idéologiques. Le patronat a toujours soutenu l’immigration dans laquelle il voit un moyen efficace de peser à la baisse sur les salaires. De leur côté beaucoup d’immigrés espèrent mieux vivre dans les pays européens que chez eux : soit en y trouvant des emplois et/ou en y accédant à des régimes sociaux généreux.

Ces logiques économiques sont servies par l’idéologie dominante fondée sur le socle des droits de l’homme. Chacun individu d’où qu’il vienne et quelle que soit sa nationalité est censé disposer des mêmes droits. Tout homme indépendamment de ses origines – nationales, ethniques, culturelles, religieuses, civilisationnelles est censé être « remplaçable ».

C’est ce que l’écrivain français Renaud Camus nomme le « remplacisme global ».

Tout ceci constitue la base de la doxa de l’Europe envahie qui s’impose par la propagande médiatique et la tyrannie des juges baptisée « Etat de droit ». Le tout sur fond de repentance et de culpabilisation pour le passé guerrier, colonial et esclavagiste des Européens !

Tous ceux – hommes politiques ou journalistes – qui se sont opposés à cela ont été diabolisés.

Les conséquences en sont terrifiantes.

La suite sur : Polemia.com

La “haine” sur internet : éviter l’aveuglement, par Ivan Rioufol

Emmanuel Macron veut traquer les propos “haineux” sur internet. Ce mercredi, il lance dans ce but l’Appel de Christchurch, en compagnie du premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern. C’est elle qui avait eu à gérer l’émotion née de l’attentat contre la communauté musulmane de la ville. Avec d’autres femmes, elle avait fait connaître sa compassion en portant le voile. Le 15 mars, un fanatique d’extrême droite, Brenton Tarrant, d’origine australienne, avait ouvert le feu dans la mosquée Al Noor puis dans un centre islamique, tuant 51 personnes. Il avait filmé le carnage, diffusé en direct sur les réseaux sociaux. Ce mercredi, Facebook a d’ailleurs annoncé avoir décidé de restreindre l’usage de sa plateforme Live de vidéo en direct, dont s’était servi le tueur. Le terroriste était l’auteur d’un manifeste intitulé The Great Replacement, en référence au Grand Remplacement dénoncé par l’écrivain Renaud Camus, adepte pour sa part de la non-violence.

Reste une question : l’Appel de Christchurch, qui se mobilise pour dénoncer la violence meurtrière de l’extrême droite contre des musulmans, est-il prêt à affirmer une même indignation contre les islamistes qui assassinent des juifs, des chrétiens et des mécréants ? La légitime émotion que la tuerie antimusulmane de Christchurch a générée dans l’opinion occidentale devrait être une invite à la réciprocité. A quand un Appel contre ceux qui tuent au nom du Coran ?

L’extrême droite ne doit pas devenir l’alibi des lâchetés face à l’islam conquérant. Ce qui s’est passé en Nouvelle Zélande ne doit pas conduire à renforcer l’hémiplégie intellectuelle consistant à ne vouloir voir de danger que dans ce camp. Cet aveuglement conduit à ne pas s’inquiéter des porosités qui, notamment en France, se font jour entre l’islam révolutionnaire et les mouvements d’extrême gauche. Les premiers mots du secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, lors de l’ouverture du 52e Congrès de la centrale, lundi, ont été pour exprimer notamment sa “solidarité” avec “le peuple palestinien”.

C’est précisément pour ne plus avaliser les dérives communautaristes de La France Insoumise que le mélanchoniste Andréa Kotarac vient de quitter son parti pour soutenir la liste de Jordan Bardella (RN). Il y a un an, de nombreuses personnalités avaient signé, dans Le Parisien, un Manifeste “contre le nouvel antisémitisme” islamique. Il serait utile que l’Appel de Christchurch s’inspire aussi de ce texte. Il demandait “que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et de incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques”. Ces versets sont librement accessibles sur l’internet. Ne seraient-ils pas “haineux” ?

Ivan Rioufol

Texte daté du 15 mai 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Qatar : OPA sur le marché de l’Islam de France

16/05/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Si le Qatar est connu en France pour ses nombreux investissements dans l’industrie, dans l’immobilier, dans les médias ou encore dans le sport, le riche émirat gazier a aussi arrosé, à coups de millions d’euros, l’islam en France. Mais avec quelles réelles intentions et à quels buts ?

Pour répondre à cette question, Sputnik France a reçu le journaliste de France Inter et Grand Reporter, Christian Chesnot. Ce spécialiste du Moyen-Orient a publié en avril dernier chez Michel Lafon, en collaboration avec son compère du Figaro Georges Malbrunot, Qatar Papers: Comment l’émirat finance l’islam de France et d’Europe.


Léa et Florence, veuves exemplaires de deux héros français, par Ivan Rioufol

Léa et Florence seront là, mardi matin, devant les deux cercueils posés dans la cour d’honneur des Invalides. Les compagnes des deux soldats d’élite du commando-marine Hubert, tués au combat au Burkina-Faso, vendredi, lors d’une libération d’otages, sont déjà à la hauteur de la dignité et du courage des deux superbes héros français, Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont. Les deux jeunes femmes ne se connaissent pas. Mais il est frappant de les entendre employer les mêmes mots pour parler, dans leurs larmes, des “valeurs” qui ont poussé les deux militaires d’exception à donner leur vie pour en sauver d’autres. Léa, parlant d’Alain : “Si c’était à refaire, il le referait. Il était là pour remplir sa mission, jusqu’au bout. Il était là pour ça”. Florence, parlant de Cédric : “Il était vraiment un homme de combat. Je sais que si c’était à refaire, il y retournerait”.

Mais les deux veuves disent aussi le même amour qui liait respectivement les deux couples. Léa : “Nous croquions la vie ensemble et nous étions très complémentaires dans une relation fusionnelle (…) C’était un homme parfait et c’était mon soleil”. Florence : “J’ai perdu l’amour de ma vie, je l’attendais depuis toujours. J’ai perdu un homme parfait. Tout le monde a perdu un homme parfait. J’étais prête à l’absence, mais je n’étais pas prête à le perdre”. Le 28 mars 2018, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame avait bouleversé la nation, en prenant la place d’un otage dans un supermarché de Trèbes, avant d’être assassiné par le terroriste islamiste. Ce nouvel acte de bravoure vient rappeler aux cyniques et aux désabusés que rien n’est moins ringard que d’accepter de mourir pour la France, au nom du devoir et de l’honneur.

Emmanuel Macron devait-il pour autant accueillir personnellement, samedi sur la base de Villacoublay, trois des quatre otages libérés, dont les Français Laurent Lassimouillas et son mari Patrick Pique ? C’est l’enlèvement le 1 er mai de ces deux derniers touristes, qui effectuaient leur voyage de noce dans un parc animalier de Penjari, au Benin, qui a déclenché l’opération de sauvetage dans l’urgence, avant que les ravisseurs djihadistes n’atteignent le Mali. Au vu des circonstances, et compte tenu du fait que les lieux visités par le couple étaient considérés comme déconseillés, la présence du chef de l’Etat au pied de la passerelle est difficilement compréhensible.

Lire la suiteLéa et Florence, veuves exemplaires de deux héros français, par Ivan Rioufol

Deux soldats des forces spéciales sacrifiés – pour libérer deux touristes avant les européennes, par Olivier Bault

Disons-le tout net : dans nos cœurs, comme dans ceux de beaucoup de Français et, sans doute, de la quasi-totalité des forces spéciales soumises au devoir de réserve, ce n’est pas seulement la tristesse qui prévaut depuis l’annonce de la mort au combat des maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Mais aussi une immense colère suscitée par la manière absolument scandaleuse avec laquelle le chef de l’Etat a engagé la vie de nos soldats pour délivrer les deux otages français retenus dans le nord du Bénin. Non justifiée parce que ces gens avaient eux-mêmes choisi de s’offrir des sensations fortes en s’asseyant sur les consignes de sécurité du Quai d’Orsay, et non urgente parce que leurs ravisseurs avaient évidemment pour projet de négocier financièrement leur libération. Cette opération, visiblement montée dans la précipitation pour répondre aux pressions de l’exécutif, avait évidemment pour but non avoué de redorer le blason de Macron et du gouvernement à l’approche des européennes.

En « voyage de noces » dans la Pendjari

Il y avait quand même de quoi fulminer, samedi, devant le spectacle affligeant du président de la République, flanqué de Parly et de Le Driant, accueillant solennellement à la descente d’un avion aux couleurs de la République (donc financé avec nos deniers), comme on l’eût fait pour des héros, ce couple d’enseignants gays qui, pour son « voyage de noces », n’avait rien trouvé de mieux que d’aller faire des selfies avec des animaux dans le parc national de la Pendjari, une zone répertoriée par le Quai d’Orsay comme particulièrement dangereuse et « formellement déconseillée » aux voyageurs depuis le 27 avril. Ce faisant, ces deux individus avaient eux-mêmes mis leurs vies en danger et étaient donc seuls responsables de leur capture par des djihadistes. Cette « inconscience », comme l’a désignée Marine Le Pen, aurait dû à elle seule dissuader le gouvernement d’organiser tout accueil officiel. Mais, plus grave encore, l’imprudence du couple Lassimouillas-Picque venait de coûter la vie à deux de nos commandos ! Aussi, nombreux sont ceux qui, au sein de la classe politique et sur les réseaux sociaux, ont fort justement dénoncé l’attitude inadmissible du gouvernement et rappelé, à l’instar d’Hubert Falco, que « nos seuls compatriotes qui méritent aujourd’hui l’hommage de la nation, ce sont […] nos deux soldats varois morts au combat, pour sauver la vie de touristes inconscients ! »

Pressions permanentes de l’exécutif

Mais, dans cette affaire, le scandale est loin de s’arrêter là. En effet, alors que tout chef d’Etat responsable et soucieux de ne pas engager inconsidérément la vie de ses soldats aurait décidé d’abandonner ces deux otages à leur sort, Macron, voyant là une occasion de gagner quelques points dans les sondages, a, dès les premières heures de l’enlèvement, pris en main ce dossier, exigeant de l’état-major qu’il l’informe très régulièrement de l’évolution de la situation et surtout de la moindre opportunité de tenter une libération par la force. Y compris dans la précipitation et au risque de perdre des personnels… Témoin (entre autres) de cette pression exercée sur les militaires et de cette précipitation, la découverte, lors de l’opération elle-même, des deux autres otages : quand on connaît le très haut degré de professionnalisme des équipes de renseignement du commandement des opérations spéciales, il paraît impensable que la présence des deux autres otages ait pu leur échapper.

Aussi, pour cette manœuvre bassement électoraliste et d’un cynisme extrême qui aura coûté la vie à deux de nos meilleurs soldats, souhaitons que Macron soit rapidement appelé à rendre des comptes devant les Français.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 13 mai 2019

Envoi massif d’imams en Europe pour le ramadan

10/05/2019 – EUROPE (NOVOpress)
À l’occasion du ramadan, qui a commencé lundi, le Maroc a envoyé quelques des centaines de prédicateurs officiels dans les pays européens.

Tout d’abord par l’intermédiaire de son ministère des Affaires islamiques, le pays a envoyé 422 prédicateurs officiels : 361 imams et 29 mourchidates, nom donné aux femmes prédicatrices.

C’est ensuite la Fondation Hassan qui en aurait envoyé 253 pour les Marocains résidant à l’étranger.


Autopsie du « Système » algérien et désignation des vrais responsables dans le génocide du Rwanda, par Bernard Lugan

Bernard Lugan

Le coeur du « Système » algérien est formé par une caste d’officiers supérieurs placés à la tête d’une armée qui dévore 25% du budget de l’Etat. Le double de celui de l’éducation. Jusqu’à ces dernières années, les réseaux affairistes militaires contrôlaient intégralement l’économie du pays. Afin de les affaiblir, Abdelaziz Bouteflika injecta dans le « Système » une cohorte de parvenus lui devant leur fortune, les « oligarques ». Au prétexte de lutter contre la corruption, mais d’abord pour tenter de freiner la revendication populaire, l’armée en a fait jeter certains en prison, ce qui lui permet d’éliminer ou de placer sous contrôle des rivaux économiques.

La réaction militaire débuta le 26 mars, quand le général Gaïd Salah, vieil et acariâtre chef d’état-major, décida de sacrifier le président Bouteflika et son clan. Il appela alors à la destitution d’un président dont, jusque-là, il avait été le plus fidèle et le plus inconditionnel soutien, clamant encore haut et fort son appui au « 5e mandat », qualifiant même de traitres à la nation ceux qui s’y opposaient… Quant à son gendre, Abdelghani Zaâlane, ministre des Transports et des travaux publics, il était le directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika pour ce même 5e mandat…
Le sauve-qui-peut des caciques du « Système » prit alors la forme d’une hémorragie. Le RND, parti pourtant servilement associé au FLN, demanda ainsi à son tour la démission du président Bouteflika tout en se précipitant aux pieds du général Gaïd Salah pour l’assurer de sa « loyauté »… Le FLN lui-même fut gagné par ce mouvement.
Cette manœuvre n’ayant pas freiné la contestation populaire, c’est désormais du « Système » tout entier dont la rue veut se débarrasser. A commencer par le général Gaïd Salah et son clan familial incarné par Karim et Adel Gaïd Salah, ses deux fils qui règnent sur la ville d’Annaba où ils possèdent organes de presse, hôtels et sociétés d’import-export.
Face à la rue, le « Système » résiste en pariant sur la division de la contestation et sur un essoufflement espéré durant le prochain ramadan. Le tout dans l’attente de l’inévitable confrontation.

Au début du mois d’avril dernier, les medias déversant ad nauseam leurs habituels mensonges sur la prétendue responsabilité de la France dans le génocide du Rwanda, le président Macron crut devoir recevoir à l’Elysée des associations porte-voix du régime de Kigali. Par pur fait du prince, il leur annonça, sans le moindre débat contradictoire et sans la moindre consultation de la population, qu’en France, le 7 avril serait désormais jour de « commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda ». Reprenant le vocabulaire officiel rwandais, le président Macron a parlé de « génocide des Tutsi » et non pas de « génocide du Rwanda ».

Les Français vont donc devoir commémorer un génocide dans lequel leur pays ne porte pourtant aucune responsabilité. Sauf celle d’avoir accepté le diktat de Paul Kagamé qui était de retirer son contingent militaire du Rwanda, ce qui fut achevé au mois de décembre 1993, soit cinq mois avant le début du génocide.
Les 400 Français furent alors remplacés par plus de 2600 casques bleus de l’ONU. Commandés par l’incompétent et fragile général canadien Roméo Dallaire, ils demeurèrent l’arme au pied, se terrant même parfois dans leurs casernements, laissant ainsi les génocidaires libres d’agir et les hommes de Paul Kagamé libres de conquérir le pays.
Mais c’est la France qui est mise en accusation… non l’ONU…

Bernard Lugan

Texte repris du site Blog de Bernard Lugan