Une centaine de voyous d’extrême gauche arrêtés à Varsovie

Une centaine de voyous d'extrême gauche arrêtés à Varsovie

13/11/11 – 16h00
VARSOVIE (NOVOpress)
– Une petite centaine de ressortissant allemands, membres de divers groupuscules d’extrême gauche venus agresser les militants nationalistes défilant pour l’anniversaire de l’indépendance polonaise, ont été arrêté par les forces de l’ordre, selon un communiqué officiel des autorités polonaises.

Coupables d’avoir malmené et insulté des passants puis de s’en être pris aux policiers, ces activistes d’extrême gauche, appelés en renforts par les organisations « antifascistes » locales pour s’opposer aux manifestations patriotiques, ont été isolés des manifestations puis arrêtés par les forces anti-émeutes.

Le premier ministre polonais Donald Tusk a ainsi dénoncé “les commandos d’importation en provenance d’Allemagne mais aussi d’autres pays”.

Les manifestations patriotiques de vendredi dernier ont débouché sur de nombreux heurts et, au total, 210 personnes ont été interpellées.

Photo en Une : Jason Hargrove via Flickr (cc)

[Kiosque étranger] Varsovie : manifestations pour l’anniversaire de l’indépendance [vidéos]

[Kiosque étranger] Varsovie : manifestations pour l'anniversaire de l'indépendance

13/11/2001 – 12h00
VARSOVIE (NOVOpress) –
Plusieurs dizaines de milliers de patriotes polonais ont défilé avant-hier dans les rues de Varsovie afin d’honorer le 93e anniversaire de l’indépendance de la Pologne.

Déclarée illégale par la mairie de la capitale à la suite d’échauffourées entre manifestants honorant l’indépendance, et contre-manifestants anarchistes, elle a toutefois été autorisée à nouveau pour permettre à ses participants d’évacuer les lieux en fin d’après-midi. Par ailleurs, des affrontements violents ont opposé les patriotes polonais et les forces de l’ordre à la fin de manifestation, au total, 186 personnes ont été interpellées et onze policiers blessés.

Italie : Les débarquements de clandestins reprennent depuis la Libye

Italie : Les débarquements de clandestins reprennent depuis la Libye

13/11/2011 – 08h30
AGRIGENTE (NOVOpress) –
C’était promis, juré : sitôt la guerre en Libye terminée, la crise de l’immigration prendrait fin. De fait, à en croire les médias, « après la chute du raïs de Tripoli et l’effondrement de son régime, les débarquements s’étaient arrêtés ». Les dernières arrivées à Lampedusa depuis la Libye (312 clandestins) remontaient au 16 août dernier. Même si le relais avait été pris presque aussitôt par la Tunisie (650 Tunisiens avaient par exemple débarqué en 48 heures les 10 et 11 septembre), la presse ne parlait plus de débarquements depuis plusieurs semaines. Les gogos commençaient presque à y croire.

La prétendue « trêve » est officiellement terminée. Un canot pneumatique chargé de 44 clandestins – les médias s’obstinent à les appeler encore « réfugiés » – a été secouru par la Marine militaire dans la nuit de vendredi, alors qu’il était à la dérive dans le canal de Sicile. Les immigrés, tous Somaliens, ont été transférés sur le patrouilleur Foscari. Ils ont raconté qu’ils étaient partis quatre jours plus tôt des côtes libyennes. Ils avaient lancé mercredi un SOS par téléphone satellitaire – car tous ces « réfugiés » sont munis de téléphones satellitaires – en se disant en difficulté.

Parmi eux, une femme partie au dernier stade de la grossesse et qui avait trouvé moyen d’accoucher sur le canot pneumatique. Elle a été immédiatement transportée en hélicoptère à l’hôpital d’Agrigente, où l’on a mobilisé pour elle tout le département de gynécologie et d’obstétrique. L’épisode a permis à la télévision régionale de tourner un reportage propre à faire pleurer dans les chaumières. Rassurons-nous, « la maman somalienne » et le bébé se portent bien. « C’est une course de solidarité pour apporter des vêtements et des couches à la petite fille nouveau-née, comme c’est déjà arrivé en d’autres occasions analogues à Lampedusa ».

Les clandestins ont été recueillis alors qu’ils se trouvaient à 55 milles au sud de Lampedusa, en zone de compétence maltaise, ce qui a créé un incident entre Malte et l’Ialie. Le port le plus proche était celui de Lampedusa. Mais Lampedusa, on s’en souvient, a été déclaré « port non sûr » depuis que les Tunisiens l’ont mise à feu et à sang fin septembre. Le Foscari a donc voulu se diriger sur La Valette mais les autorités maltaises ont refusé d’accueillir les clandestins. Comme toujours, c’est l’Italie qui a fini par céder. Le patrouilleur a fait route vers le port d’Augusta en Sicile, où il a débarqué les Somaliens hier matin. Ils seront transférés dans « le village de la solidarité » de Mineo (théâtre de violentes émeutes immigrées cet été, avec occupation de la route nationale, incendies et dégradations diverses).

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a exprimé sa gratitude à la Marine militaire italienne pour avoir secouru le bateau quoiqu’il se trouvât dans les eaux maltaises. Le Haut Commissariat a cependant déploré le retard des secours, « après deux jours de demandes d’aide lancées depuis la Méditerranée par téléphone satellitaire », ce qui a comporté de grands risques pour les clandestins.

La Tunisie continue de son côté à envoyer son contingent. Toujours dans la nuit de vendredi, les gardes-côtes ont secouru un bateau chargé de 14 jeunes Tunisiens au large du cap Teulada, au sud de la Sardaigne. Ces Nord-Africains, « transis de froid mais en bonne santé, malgré les longues heures passées en mer » (comme s’apitoie le journal local) ont été emmenés dans le centre de premier accueil de l’île. Ajoutons, pour faire bonne mesure, que, au même moment, un bateau chargé de 37 immigrés afghans, kurdes, pakistanais et turcs, accompagnés par deux passeurs, était bloqué par une vedette de la Guardia di Finanza sur les côtes du Salento.

L’English Defense League victime du zèle policier

L’English Defense League victime du zèle policier

12/11/2011 – 14h00
LONDRES (NOVOpress) –
La police britannique vient une nouvelle fois de s’illustrer en arrêtant préventivement près de deux cents membres de l’English Defense League réunis le 11 novembre 2011 à Londres pour rendre hommage aux morts de la Grande Guerre.

Dans cet article de Chris Greenwood publié par le Daily Mail, on voit les militants de l’EDL arrêtés par la police à leur sortie du Red Lion pub où ils s’étaient donné rendez-vous.

Le prétexte avancé par la police est leur volonté de préserver la dignité de la commémoration.

Dans la mesure où aucun Britannique n’aurait avalé tout cru le prétexte cousu de fil blanc que l’EDL aurait envisagé de manquer de respect aux morts, le patron de la police londonienne, Bernard Hogan-Howe, a sorti de son chapeau une rumeur repêchée sur internet affirmant que des membres de l’EDL avaient l’intention de s’en prendre au campement d’indignés devant la cathédrale anglicane de Saint Paul.

Les photographies publiées par la presse mettent en évidence la mauvaise foi de la police, car les membres de l’EDL ont été arrêtés dans des tenues incompatibles avec des combats de rue et nombreux étaient ceux qui avaient des bouquets de fleurs à la main. Difficile de croire qu’il s’agissait d’armes par destination.

[box] Image en Une : copie d’écran de la page d’accueil du site de l’EDL pour le 11 novembre 2011. [/box]

Politiquement correct : l’Université d’Oxford se donne mauvais genre

Politiquement correct : l’Université d’Oxford se donne mauvais genre

11/11/2011 – 18h30
OXFORD (NOVOpress) –
La théorie américaine du genre, qui n’en est encore qu’aux premiers stades de son importation en France, est solidement installée en Angleterre, particulièrement dans les universités. Comme toujours, une poignée de militants profitent du désintérêt général pour prendre le contrôle des associations étudiantes et y faire voter tout ce qu’ils veulent.

La campagne « Oxford sans genre »  a été lancée en mai dernier pour « rendre l’université aussi gender-neutral que possible, c’est-à-dire aussi trans*- friendly qu’il est possible de l’être » – le Grand Dictionaire terminologique de nos cousins du Québec recommande de rendre gender-neutral par « indépendant des considérations de sexe » ; trans*- friendly, avec l’astérisque pour laisser toutes les possibilités ouvertes, paraît intraduisible. Le but est de « stopper l’exclusion des personnes trans-identifiées et non-binaires de genre ». Il s’agit par exemple de supprimer toutes les cases « homme/femme » à cocher sur les formulaires et de les remplacer par un blanc où chacun pourra écrire ce qu’il veut : « de cette manière, toute personne qui n’est pas mâle ou femelle peut s’identifier explicitement et être reconnue comme telle ». Tous les bâtiments universitaires devront à l’avenir se doter de toilettes et de vestiaires gender-neutral, pour éviter à « ceux qui ne savent pas quelle pièce sexuée utilisée » de se sentir discriminés.

Politiquement correct : l’Université d’Oxford se donne mauvais genre
Le Lièvre de mars et le Chapelier cherchent à mettre le Loir dans la théière : illustration de Sir John Tenniel pour Les Aventures d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll (Charles Lutwidge Dodgson, professeur de mathématiques à Oxford)

Frances Watson, délégué(e ?) Trans de l’Association étudiante LGBTQ (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender and Queer, Queer étant censé couvrir tous « ceux qui mettent en question leur identité sexuelle », , fait du lobbying auprès des Junior Common Rooms (BDE) des différents collèges de l’Université pour qu’ils votent une motion en faveur des personnes « trans-identifiées ». À ce jour, dix collèges (sur 38) ont accepté, le dernier en date, cette semaine, étant Corpus Christi (dont le nom renvoie à d’autres temps et d’autres mœurs : il fut fondé en 1517 par l’évêque de Winchester).

La motion prescrit de bannir tout langage qui ne soit pas gender-inclusive. Ainsi, les organisateurs des soirées étudiantes ne devront plus écrire « robes pour les filles, costumes pour les garçons », mais « costumes et robes ». Toutes les publications du BDE seront épluchées pour éliminer « le langage sexuellement marqué ». En outre, « tous les événements gender-specific (particuliers à un sexe) organisés par le BDE devront être ouverts à toute personne qui s’identifie comme de ce genre » – en clair, un garçon qui s’identifie comme fille doit pouvoir venir à un thé de charité pour jeunes filles.

Des étudiants du collège interrogés par « Cherwell », le magazine étudiant , se sont montrés plutôt sceptiques. Pour une étudiante en droit de première année, « l’affaire montre une fois de plus combien certaines campagnes de l’association étudiante sont déphasées par rapport aux préoccupations des étudiants. Ce sont des mesures politiquement correctes de police de la pensée qui se prétendent inclusives et qui n’ont servi qu’à insulter et irriter une bonne partie du BDE, et à faire perdre un temps précieux qui aurait dû être consacré à la discussion du budget pour le sapin de Noël ». Un autre étudiant se dit favorable à l’esprit de la motion mais déplore que les termes employés « paraissent recommander une forme de censure ».

L’adoption en France de ces merveilleux progrès sociaux ne saurait tarder. Elle ouvre des perspectives fascinantes : ainsi, un homme qui met en question son identité sexuelle pourra-t-il se rendre en burkini aux séances réservées aux femmes de la piscine municipale de Lille ?

L’armée américaine égare des morceaux de ses morts

L’armée américaine égare des morceaux de ses morts

09/11/11 – 17h00
WASHINGTON (NOVOpress)
– C’est une information particulièrement macabre qui a été révélée par un rapport du Pentagone sur la gestion de la morgue par laquelle transitent les corps des militaires américains morts au combat. Des restes humains ont été égarés ou mélangés par l’organisme mortuaire.

L’enquête sur la gestion de la morgue militaire avait été initiée en 2010, suite aux témoignages de plusieurs employés dénonçant de « mauvaises pratiques ».

Depuis 2003, plus 6300 corps de soldats morts en Irak ou en Afghanistan ont transité via cet organisme.

L’enquête avait alors mis à jour une « mauvaise gestion flagrante », ayant entraîné des situations extrêmement déplorables comme la perte de morceaux de corps de soldats morts et mutilés au combat.

Plusieurs responsables de la morgue ont donc été sanctionnés, mais aucun n’a été renvoyé, le rapport estimant qu’ils n’avaient pas agi « délibérément ».

[box class=”info”]Crédit photo : stef_dit_patoc/Flickr sous licence Creative Common[/box]

Scandale « islamophobe » en Suède : une contrôleuse demande son billet de train à un musulman

Scandale « islamophobe » en Suède : une contrôleuse demande son billet de train à un musulman

09/11/11 – 08h00
STOCKHOLM (NOVOpress) –
La dernière abomination islamophobe a eu lieu en Suède et a bouleversé les musulmans dans toute l’Europe. Des sites comme « Islamophobia Watch »  et « Islam in Europe. The premier source for news about the Muslim community in Europe »  s’en sont immédiatement fait l’écho, sous le titre terrifiant « Un musulman jeté hors d’un train pour avoir prié ».

Figurez-vous qu’un « pieux musulman » qui retournait en train de Stockholm jusqu’à Flen (dans la banlieue de la capitale suédoise), où il réside, « a eu besoin d’accomplir certaines de ses prières quotidiennes. Pour ne pas déranger ses compagnons de voyage, il s’est rendu dans un compartiment calme et isolé, comme il l’avait déjà fait plusieurs fois dans le passé ».

C’est alors que l’horreur a commencé. Comme l’a raconté notre dévot au site d’information suédois Nyheter24, « J’ai commencé à prier mais la contrôleuse est arrivée et m’a poussé trois fois dans le dos. Elle a failli me culbuter. Puis elle m’a dit : “Montrez-moi votre billet !” ». Le musulman a refusé de montrer son titre de transport « car il estimait qu’il ne pouvait pas interrompre ses prières une fois qu’il les avait commencées ».

On l’a alors averti qu’il aurait à descendre du train à la station suivante et, comme il refusait, les contrôleurs ont appelé la police. Le musulman a finalement dû retourner à Stockholm et « pour ne pas être contraint d’errer dans les rues de la capitale, il s’est rendu dans une mosquée où il a passé la nuit ».

Le musulman s’est plaint auprès du service clientèle des Chemins de fer suédois, qui lui ont envoyé en dédommagement un bon de transport de 1.000 couronnes (environ 100 euros). Il n’entend pourtant pas en rester là et a dénoncé les Chemins de fer à l’équivalent suédois de la Halde, les Diskrimineringsombudsmannen, une agence gouvernementale qui emploie 90 personnes pour lutter contre toutes les formes de discrimination.

La ville de Flen comprend une importante communauté musulmane, qui a récemment pu transformer en mosquée une ancienne église chrétienne (pentecôtiste), les pentecôtistes ayant voulu ainsi « montrer leur amour chrétien vis-à-vis des musulmans ». Une vidéo en arabe montre la transformation et souligne, sur fond de prière du muezzin, la disparition de la croix qui ornait auparavant la façade (à partir de 03:50 et particulièrement à partir de 04:35).

Photo : train en Suède. Crédit photo : Floflo, licence CC.

(Kiosque étranger) De la diversité en Amérique [vidéo]

(Kiosque étranger) De la diversité en Amérique [vidéo]

08/11/2011 – 19h00
WASHINGTON (NOVOpress) – La diversité est-elle le plus grand atout des États-Unis ? Dans une remarquable vidéo en anglais (ci-dessous), Jared Taylor, le président de la fondation American Renaissance, dissipe quelques mythes sur les avantages de la « diversité ». À l’appui de sa démonstration, il appelle quelques vérités d’évidence pour ceux qui veulent bien ouvrir les yeux sur la réalité des rapports ethniques aux États-Unis. Un avant-goût de ce qui nous attend ?

“Hiver chrétien” en Égypte : l’eurodéputé FPÖ Franz Obermayr soutient les Coptes

"Hiver chrétien" en Égypte : l'eurodéputé FPÖ Franz Obermayr soutient les Coptes

08/11/2011 – 14h30
VIENNE (NOVOpress) — Le 25 octobre dernier, des Coptes de toute l’Europe s’étaient réunis devant le Parlement européen à Strasbourg pour une manifestation, afin d’attirer l’attention de l’Union Européenne sur la dramatique situation des chrétiens d’Égypte et les persécutions dont ils sont victimes.

Après un rassemblement public, les Coptes européens ont présenté un manifeste au président du Parlement de l’UE, Jerzy Buzek, dans lequel ils ont demandé un engagement accru de l’UE pour la sécurité des chrétiens égyptiens.

L'eurodéputé Franz Obermayr (FPÖ)
L'eurodéputé Franz Obermayr (FPÖ) se distingue pour son engagement public en faveur des chrétiens d'orient. Crédits photo : europa.eu

Ils ont pu compter notamment sur le soutien du député européen Franz Obermayr (Autriche, FPÖ). “Il est intolérable quand à la frontière de l’Europe les chrétiens soient massacrés, que l’UE détourne le regard. Ce n’est pas un cas isolé, mais un état permanent qui a atteint son paroxysme depuis la révolution de janvier dernier. L’UE a suffisamment d’opportunités pour exercer des pressions en matière de politique étrangère, nous devons enfin avoir le courage d’exploiter ces opportunités” a-t-il déclaré.

Entre autres choses, Obermayr a exigé la suspension de l’aide de l’UE à l’Égypte s’il n’est pas mis un terme aux violences contre les chrétiens. Le “printemps arabe”, si populaire en Europe, est bien en train de se transformer en “hiver chrétien”. Reste à savoir si les européens sont encore en mesure de soutenir les chrétiens d’orient, ou non.

Photo en Une : le parlement européen à Strasbourg. Crédit : Cédric Puisney.

Russie : l’armée russe abandonne son légendaire AK-74 Kalashnikov

Russie : l’armée russe abandonne son légendaire AK-74 Kalashnikov

08/11/2011 – 12h50
MOSCOU (NOVOpress) — Le ministère de la défense russe a décidé de ne plus s’approvisionner en fusils d’assaut de type AK-74, arguant que celui-ci est aujourd’hui dépassé. Le fabricant, Izhmash, a déclaré dans la foulée qu’une nouvelle version du fusil devrait être présentée sous peu au public.

L’AK-74 est la troisième génération de fusils d’assaut inventés par l’ingénieur soviétique Mikhail Kalashnikov. Le fusil et ses variantes sont devenus le standard chez les troupes soviétiques, et plus tard russes, depuis 1974, année de sa sortie.

Toutefois, après bientôt 40 années de service, cette arme légendaire est désormais considérée comme dépassée. Le ministère de la défense russe n’a pas acheté un seul AK-74 en 2011 et a annoncé ne pas avoir l’intention de le faire pour les années à venir.

Selon le général Nikolay Makarov, l’armée russe a déjà un stock suffisant d’AK-74, dont le nombre se chiffrerait à plusieurs millions. “Nous devons d’abord utiliser les armes que nous avons en stock et les nouveaux modèles devront nous permettre plus de mobilité” a-t-il déclaré.

Une arme de nouvelle génération

Le 100 Series, arme de nouvelle génération de l'armée russe
Le 100 Series, arme de nouvelle génération de l'armée russe. Crédit photo : gunalizer.com

La nouvelle arme de l’armée russe sera la quatrième génération de Kalashnikov, connue sous le nom de 100 Series. Plus petit, il est aussi plus équilibré et plus sophistiqué. Ces nouveaux modèles se reconnaissent à leur garde main en plastique et leur poignée noire.

Dans le même temps, Izmash a dévoilé un nouveau concept d’arme qui serait aussi fiable que l’AK-74 mais également plus précis et avec une portée plus grande. Cette cinquième génération de Kalashnikov sera donc dévoilée avant la fin de l’année selon le PDG d’Izmash, Maksim Kuzyuk.

“Les principales améliorations toucheront l’ergonomie du fusil, sa modularité, sa facilité de prise en main ainsi que l’amélioration de la dispersion des tirs” explique Maksim Kuzyuk.

L’homme derrière le fusil

Mikhail Kalashnikov en 2009
Mikhail Kalashnikov en 2009. Crédit photo : Kremlin (cc)

Mikhail Kalashnikov, aujourd’hui nonagénaire, a commencé sa carrière dans la conception d’armes à feu en 1941 alors qu’il était soigné à l’hôpital pour des blessures reçues lors de la bataille de Bryansk. Alors en convalescence, il a entendu plusieurs dizaines de soldats soviétiques se plaindre des armes alors utilisées. Une fois remis, il fut assigné à la section de conception des armes de l’Armée rouge. Il commença à travailler sur un nouveau fusil en 1945, plus ou moins inspiré du Sturmgewehr 44 allemand, et en sortit une version finale en 1947. Le fameux AK-47 était né.

Il attira immédiatement l’attention pour sa fiabilité, sa facilité d’utilisation et sa puissance de feu, devenant l’arme la plus populaire au monde avec un nombre de productions, légales et illégales, atteignant des dizaines de millions.

Un grand nombre de dérivés de la plateforme originale de l’AK-47 furent fabriqués durant les années qui ont suivi. Ceux-ci sont encore utilisés dans plus de 70 pays à travers le monde et non seulement dans les ex-républiques soviétiques, mais aussi dans d’anciens pays ennemis de l’URSS.

Photo en Une : AK-74 Kalashnikov. Crédits : Jonathan Mallard via Flickr (cc)

Russie : les nationalistes défilent dans plus de 60 villes

Russie: les nationalistes défilent dans plus de 60 villes

07/11/11 – 08h00
MOSCOU (NOVOpress)
– C’est une démonstration de force réussie pour les mouvements nationalistes anti-Poutine et « anti-caucasiens ».

Ils étaient en effet plus de 15000 à Moscou pour participer à la « Marche russe », ainsi que plusieurs centaines ou milliers dans plus de 60 autres villes, démontrant l’existence d’une réelle « opposition de droite » à Vladimir Poutine et son parti « Russie unie ».

Les manifestants exigeaient de « rendre la Russie aux Russes » et réclamaient des élections « libres et démocratiques ».

Dénonçant la corruption supposée du parti au pouvoir et fustigeant les sommes englouties pour ces « républiques du Caucase jadis séparatistes et désormais rongées par l’islamisme », la foule, essentiellement jeune et masculine, a défié de ses slogans anti-gouvernementaux un impressionnant dispositif policier déployé pour l’occasion.

Crédit photo : koraxdc via Flickr (cc)

Extrémisme religieux : des soldats israéliens refusent d’assister à un spectacle où jouent des femmes

Extrémisme religieux: des soldats israéliens refusent d'assister à un spectacle où jouent des femmes

05/11/11 – 15h30
TEL-AVIV (NOVOpress)
– Neuf élèves officiers de l’armée israélienne ont quitté un spectacle organisé par l’armée au cours duquel des femmes soldats devaient interpréter diverses chansons et ont refusé d’y retourner malgré les ordres de leurs chefs. Quatre d’entre eux ont été renvoyés de l’école militaire après avoir refusé de s’excuser pour l’incident.

Cette affaire a suscité un vive polémique dans le pays, le grand Rabbin Yona Metzger déclarant que l’armée devait s’assurer que les soldats religieux ne sont pas forcés d”assister à des spectacles interprétés par des chanteurs féminins, ni même à seulement les écouter.

L’ancien chef du Mossad Efraim Halevy a pour sa part condamné cet extrémisme religieux qu’il voit comme une “inquiétante dérive” avertissant que “le vrai danger existentiel d’Israël vient de l’intérieur“, ajoutant même que l’extrémisme religieux juif était un péril plus important pour Israël que le programme nucléaire de l’Iran.
Quand j’étais dans Bnei Akiva (l’école militaire, NDLR), il y avait des garçons et des filles Est-ce que nous n’étions pas religieux ? Est-ce que les rabbins n’étaient pas alors religieux ? Qu’est-ce qui nous est arrivé ?” a-t-il ensuite conclu.

Crédit photo : Afps14 via Flickr (cc)

Intégration : les jeunes Allemands doivent apprendre le turc à la maternelle, selon un membre du SPD

Intégration : les jeunes Allemands doivent apprendre le turc, selon un membre du SPD

05/11/2011 – 08h00
BERLIN (NOVOpress) — Si la maîtrise de la langue du pays d’accueil est une des conditions universellement reconnues pour une bonne intégration de populations nouvellement installées, il semble que ce ne soit pas le cas pour tout le monde.

Bernhard Witthaut, membre du SPD (socialiste) et nouveau président du syndicat de police GdP depuis janvier, a eu une révélation : afin de combattre les préjugés que les jeunes Allemands pourraient avoir vis-à-vis de la communauté turque, ils doivent apprendre le turc, et ce dès la maternelle…

Dans les grands centres comme Berlin, il faudrait donc qu’à l’avenir l’on puisse proposer aux petits enfants âgés de 3 à 5 ans un enseignement du turc, pour limiter les tentations communautaristes des populations “migrantes”, liées à la langue et à la religion : « Fritz saura alors ce que Mohamed est juste en train de dire sur lui ».

L’on se rappelle que le PS avait souhaité l’enseignement de la langue arabe au collège. En cas de panne sèche d’idées pendant la campagne présidentielle, celui-ci pourra toujours se tourner vers son équivalent d’Outre-Rhin.

Crédit photo : Thorben Geyer via Flickr (cc)

Suisse / élections fédérales : l’UDC appelle à un renouveau du “principe de concordance”

Suisse : l'UDC appelle à un renouveau du "principe de concordance"

04/11/2011 – 11h30
GENÈVE (NOVOpress) —
Dans un communiqué du 1er novembre 2011, le secrétaire général de l’Union Démocratique du Centre, Martin Baltisser, a défendu avec vigueur le maintien, sinon la réintroduction du principe de concordance dans le système politique Suisse. Ce principe, apparu dans les années 30 et durablement introduit depuis 1959 à la suite de crises politiques, repose non sur le principe de majorité comme en France, mais sur “la recherche d’accords à l’amiable et de compromis largement acceptés par l’ensemble des partis” (Dictionnaire historique de la Suisse).

Techniquement, cela signifie que les trois premiers partis par le nombre de leurs électeurs ont traditionnellement droit à deux sièges au gouvernement et le quatrième parti à un siège. Un débat semble toutefois avoir été lancé, notamment par la gauche, à l’occasion des prochaines élections fédérales suisses (le 14 décembre prochain) quant à la nécessité d’attribuer de nouvelles règles, visant à intégrer de nouveaux partis dont les scores ne justifieraient toutefois pas l’importance.

Débat jugé inutile par Martin Baltisser. Selon lui,  le système de concordance “a fait ses preuves” et “reste toujours le meilleur garant d’une stabilité politique au long terme”, “permettant une implication à part entière des forces politiques les plus importantes dans toutes les décisions”.

L’UDC fait de la défense du système de concordance l’un de ses cheval de bataille dans le cadre des élections générales au Conseil fédéral du 14 décembre 2011 et appelle les autres partis à “ne pas s’adonner à des jeux de pouvoir.”

Photo en Une : vue aérienne de Genève. Crédits : Wikipédia Commons

Norvège : le Parti du progrès veut restreindre le droit d’asile

Norvège : le Parti du progrès veut restreindre le droit d'asile. Crédit photo : FRP

03/11/2011 – 14h45
OSLO (NOVOpress) — Nouveau porte-parole pour la politique d’immigration du Parti du progrès (Fremskrittspartiet, droite, devenu premier parti d’opposition depuis 2005 en Norvège, et disposant de 41 sièges au parlement après les dernières élections législatives en 2009), Morten Ørsal Johansen veut fermer les frontières aux demandeurs d’asile en Norvège, et ce avant “une complète asphyxie du pays”, et le maintien en détention des demandeurs d’asile. Cette mesure devrait s’appliquer aux personnes provenant de pays hors de l’UE et de l’espace Schengen.

Selon Johansen, les municipalités norvégiennes croulent sous un afflux constant de réfugiés, chaque année plus nombreux. Il pointe aussi du doigt la politique d’immigration et d’intégration norvégienne et prône l’instauration d’un tribunal spécial dont la décision ne peut pas être remise en question. Il souhaite à ce que les procédures d’examen des demandes d’asile soient entièrement revues et ne puissent être remises en question.

Respecté sur les questions d’immigration, Johansen, connu pour son franc parler, n’hésite pas à employer le terme “islamisation rampante” pour qualifier la situation que vit la Norvège. Une proposition de loi est en cours.

Israël envisage des frappes contre l’Iran

Israël envisage des frappes contre l’Iran

02/11/11 – 13h30
TEL-AVIV (NOVOpress)
– Il ne s’agit plus d’une vague éventualité, régulièrement évoquée par les médias, mais bel et bien d’un débat acharné au sein du gouvernement israélien. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense, Ehud Barak, tentent actuellement de venir à bout de l’opposition d’un grand nombre de ministres à une attaque visant les installations nucléaires iraniennes.

Déjà, en début de semaine, certains médias israéliens avaient affirmé que la « décision était prise », malgré l’opposition des responsables de l’armée et du renseignement. Des affirmations démenties par le chef du gouvernement.

Légitimement inquiets des graves conséquences d’une telle opération militaire, la majorité des principaux ministres seraient encore opposés à cette option, seuls Netanyahu, Barak et le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, la défendant avec opiniâtreté.

Pour les autres membres du gouvernement, ce sont encore les pressions économiques et diplomatiques qui doivent prévaloir.

Pour la plupart des observateurs, le rapport de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) à propos du programme nucléaire iranien, qui doit être rendu public le 8 novembre,  aura « une influence décisive » sur les décisions du gouvernement israélien.

[box class=”info”]Crédit photo : Alexandre Prévot sous licence Creative Common[/box]

Hongrie : 8ème congrès du parti Jobbik

Hongrie : 8ème congrès du parti Jobbik

Le député européen Krisztina Morvai
Le député européen Krisztina Morvai (crédit : Barikad.hu)

02/11/2011 – 09h30
BUDAPEST (NOVOpress via Lionel Baland) — Le 29 octobre 2011, le parti nationaliste hongrois Jobbik (“Mouvement pour une meilleure Hongrie”) tenait son 8èmecongrès à Budapest. Dans son allocution, son président, Gábor Vona, a informé les quelques 600 délégués réunis sur place, et venant de toute la Hongrie, du travail parlementaire accompli lors de l’année écoulée. Le député européen Krisztina Morvai (photo ci-dessus) a quant à elle parlé du travail réalisé par les députés du Jobbik au sein du Parlement européen.

En passe de gouverner la Hongrie

Selon Gabor Vona, le Jobbik monte progressivement en puissance et s’apprête à gouverner le pays. “Le Jobbik doit, en tant que parti, devenir une force de gouvernement et, en tant que mouvement, construire une société organique basée sur des valeurs, prendre le pas sur les structures sociales en train de se désintégrer”.

À l’instar de ce qui existe en Russie, le Jobbik souhaite créer les institutions qui fourniront à la Hongrie ses cadres de demain : une académie destinée aux jeunes gens talentueux, “les Petits-enfants d’Attila”. Ces jeunes seraient soutenus par des subventions et des bourses d’études et formés par les meilleurs universités du le pays.

Hongrie : 8ème congrès du parti JobbikFaisant face à des critiques semble-t-il émises en interne, Gabor Vona a insisté sur le fait que le Jobbik n’a pas renoncé à quelque part que ce soit de sa “radicalité” depuis qu’il est devenu membre du Parlement hongrois, qu’il n’a pas édulcoré son programme. Selon ses propres termes, le Jobbik reste toutefois partisan de la « coexistence pacifique » des Hongrois et des Tsiganes, sans traitements de faveur ou discrimination : “nous devons créer un pays dans lequel deux choix seront présentés à ceux – Hongrois et Tsiganes – qui n’envisagent pas leur place dans le monde du travail, du droit et de l’éducation : soit la prison, soit l’émigration.”

Le Jobbik a décrété l’année 2012 comme “l’année d’Attila” et souhaite organiser le premier congrès mondial pantouranien (relatif à l’ensemble des peuples du Turkestan et de la Russie méridionale).

Photo en Une : le 8ème congrès du Jobbik à Budapest, crédits : Barikad.hu

En représailles à l’adhésion de la Palestine à l’Unesco, Israël accélère la colonisation

En représailles à l'adhésion de la Palestine à l'Unesco, Israël accélère la colonisation

02/11/11 – 08h00
JERUSALEM (NOVOpress)
— La riposte des autorités israéliennes, furieuses du début de reconnaissance internationale que représente l’adhésion de la Palestine à l’Unesco, ne se sera pas faite attendre. Le gouvernement israélien a en effet annoncé l’accélération de la colonisation, illégale au regard du des résolution de l’ONU, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Pour les palestiniens et de nombreux observateurs internationaux, cette décision représente une « accélération de la destruction du processus de paix » puisque l’arrêt des colonisations est le préalable à une reprise des négociations bilatérales.

Israël a annoncé la constructions de plus de 2.000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie , ainsi que le gel provisoire des transfert de fonds dus à l’Autorité palestinienne.

Les autorités palestiniennes en appellent donc au Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, ONU, Russie) pour faire pression sur Israël et obtenir le retrait de cette décision « provocatrice » aux conséquences imprévisibles.

« Israël doit admettre qu’aucune loi n’oblige l’ensemble de la communauté internationale à se soumettre à ses desiderata. Le vote de l’Unesco, à une très large majorité (107 vois pour, 14 voix contre) est totalement conforme aux règles de fonctionnement de cette institution démocratique »  a notamment commenté un responsable palestinien.

Crédits photo en Une : afps14 via Flickr (cc)