Éric Zemmour : “Entre Ryad et Téhéran, ce n’est pas encore la guerre”

05/01/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
L’exécution d’un imam chiite par l’Arabie Saoudite a provoqué des manifestations très hostiles à Téhéran, avec qui Ryad a rompu les relations diplomatiques.

“Ce n’est pas la guerre entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Enfin, pas encore”, affirme Éric Zemmour. “L’ambassade saoudienne à Téhéran brûle et Ryad rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran, mais ce n’est pas la guerre, pas encore”, insiste le journaliste, pour qui la guerre est pourtant “dans les têtes et dans les cœurs : une guerre de mille ans entre chiites et sunnites, une guerre civile au sein de la nation musulmane”. Il explique que si l’Iran est une république et si l’Arabie est une monarchie, “seul le Coran fait loi”.

Pour le journaliste, “la révolution iranienne de 1979 a refait de la religion le moteur politique du monde arabo-musulman”.

Depuis lors, les deux rivaux s’affichent comme le meilleur musulman, le plus cher à Allah, le plus respectueux de son message divin, même quand il s’agit d’occire les infidèles.

Pour Éric Zemmour, Téhéran comme Ryad ont fait de l’islam “un message mondialisé, le seul qui depuis la chute de l’Union soviétique s’oppose à sa version occidentale”.


L’État islamique menace la Grande-Bretagne

05/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Une vidéo postée par l’État Islamique met en scène l’exécution de cinq espions britanniques et des menaces contre l’Angleterre et David Cameron.

Les cinq victimes de Daesh confessent leurs activités : transmission de documents sur les conditions de vie à Raqqa, ou d’informations sur les déplacements de l’État islamique. Vêtus de la fameuse tenue orange, ils attendent leur exécution d’une balle dans la tête pendant le discours d’un des djihadistes. Celui-ci s’adresse en anglais au Premier ministre britannique. Il le menace d’envahir la Grande-Bretagne pour instaurer la charia. Il met également en garde les militaires anglais qui viendraient combattre l’État islamique.


Publié le

Nous venons en paix… mais nous volons la quête de la messe de minuit !

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / « Bisounours »… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, retour en Italie, où un curé a été agressé par des immigrés et dépouillé du produit de la quête de la messe de minuit… destinée aux enfants africains.

Triste sortie de messe de minuit pour la paroisse de Mezzana, dans la commune de Prato, près de Florence. Comme le raconte le quotidien local, Il Tirreno, lorsque le curé, l’abbé Massimo Malinconi, est rentré au presbytère après la célébration, il est tombé sur quatre cambrioleurs, qui l’ont jeté par terre et frappé à la tête. « Ils parlaient un italien approximatif, c’étaient des étrangers mais je ne pourrais pas dire de quel pays ils étaient ».
Les immigrés sont finalement partis en emportant tout l’argent qu’ils ont pu trouver : environ deux cents euros, produit d’une quête « pour les enfants africains ». Peut-être se sont-ils dits que, puisque l’Afrique était désormais chez elle en Italie, elle pouvait bien se servir directement.

L’exécution d’un dignitaire chiite par l’Arabie saoudite provoque une grave crise avec l’Iran

04/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

47 prisonniers du régime saoudien sunnite ont été exécutés par balle ou par décapitation, vendredi dernier après la prière. L’Arabie saoudite avance qu’il s’agit de terroristes. Pourtant parmi les exécutés seuls deux étaient membres d’Al-Qaida. De nombreux autres étaient membres de la minorité chiite. Parmi lesquels le cheikh Nimr Baqer al Nimr, condamné à mort pour sédition contre le régime.

Comment le monde chiite a-t-il réagi ?
Des manifestations ont eu lieu à Beyrouth, Ankara, Bagdad, jusqu’au Pakistan et au Cachemire. À Bahreïn, de violents affrontements ont opposé les manifestants et la police. À Téhéran, les manifestants ont pris d’assaut l’ambassade saoudienne samedi soir et l’ont incendiée au cocktail Molotov.

Des responsables chiites se sont également exprimés
Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a prévenu « le sang du cheikh Nimr, poursuivra la famille des Saoud dans le monde et dans l’au-delà ». Il a également appelé à la condamnation des Saoud pour leur soutien au terrorisme. Il a insisté sur le combat pacifique du cheikh Nimr et a rappelé la responsabilité du Hezbollah dans l’évitement d’un conflit chiite-sunnite. L’ayatollah Khamenei, guide suprême iranien, a quant à lui averti que la main divine vengerait ce crime.

L’Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a annoncé hier la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran. Tous les diplomates iraniens ont 48 h pour faire leurs bagages et rentrer à Téhéran. Il accuse le régime de passivité envers les manifestants. Il a également accusé l’Iran d’ingérence dans les affaires du royaume et de créer des cellules terroristes sur le sol saoudien.

Crédit photo : WikiCommons (CC) = cheikh Nimr Baqer al Nimr

Ukraine : les services secrets français dénoncent les mensonges de l’OTAN

23/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
Les services secrets français n’ont constaté aucun préparatif militaire de la Russie en vue d’un invasion de l’Ukraine, contrairement aux allégations de l’OTAN et notamment les américains. Ces mensonges visaient en fait à justifier la montée en puissance diu dispositif américaine en Europe de l’Est.

Le directeur du renseignement militaire français, le général Christophe Gomart, a critiqué la prépondérance américaine sur l’OTAN dans les questions relatives aux informations militaires. Il contredit aussi la doctrine officielle de l’OTAN, selon laquelle la Russie aurait fait des préparatifs massifs pour envahir l’Ukraine. Gomart explique textuellement : « En réalité nous avons constaté que les Russes n’ont ni installé des centres de commandement, ni pris des mesures logistiques, comme par exemple l’installation d’hôpitaux de campagne. Il n’y a eu aucune activité qu’on aurait dû trouver dans le cas de préparatifs pour une invasion militaire. Dans le deuxième rang du commandement il n’y a pas eu non plus d’ordres donnés dans ce sens. »

On ne saurait être plus clair.

On n’est pas à une contradiction près : la France et la Russie collaborent contre le terrorisme

22/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
Aucune ligne de conduite et parfois heureusement : c’est ainsi que l’on peut résumer la politique extérieure française. Alors que l’on applique des sanctions à l’encontre de la Russie, nous n’hésitons plus à collaborer avec ce pays pour lutter contre le terrorisme.

Opprobre généralisé, refus de vendre les frégates Mistral au nom des droits de l’homme bafoués en Ukraine, sanctions économiques reconduites pour les mêmes motifs, officiellement, la Russie est un État peu fréquentable.
Pourtant, depuis les attaques islamo-terroristes du 13 novembre, la Russie, pas rancunière, a tendu la main à la France, ordonnant par exemple à sa marine de se mettre au service de la protection de notre porte-avions Charles de Gaulle.

Un minimum de réalisme a conduit la France à ne pas refuser cette main tendue comme elle avait naguère refusé l’offre d’échange de renseignements sur les djihadistes des services secrets syriens. Ainsi, les deux pays ont-ils conclu un accord le 26 novembre visant à coordonner leurs frappes contre l’État islamique. C’est dans ce cadre que les ministres de la Défense russe, Sergueï Choïgou, a reçu son homologue Jean-Yves Le Drian.
« Nous avons convenu de renforcer nos échanges dans le domaine de l’information militaire, à la fois sur le bilan de nos frappes et la localisation »
des groupes terroristes, a déclaré Jean-Yves Le Drian à l’issue de cette rencontre.
La réunion a également révélé une vision commune de la situation en Libye. Les ministres ont aussi exprimé leur inquiétude à propos de l’intensification de l’activité de Daech dans la région de l’Afrique du Nord.

Crédit photo : Pymouss via WikiCommons (CC) = Jean-Yves Le Drian

En un an, l’État islamique aurait perdu 14% de son territoire

22/12/2015 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Selon l’institut spécialisé IHS Jane’s, l’État islamique aurait perdu – en 12 mois – le contrôle de 14% de son territoire en Syrie et en Irak en 2015. Les Kurdes syriens auraient au contraire presque triplé leur zone (+186%) qui s’étendait mi-décembre à 15.800 km2.

Toutefois, les djihadistes ont aussi conquis de nouveaux territoires importants. Leurs prises les plus significatives en 2015 ont été leur avancée dans l’ouest de la Syrie, via Palmyre et la prise du centre-ville de Ramadi.


Genève toujours en état d’alerte terroriste

19/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
À Genève, les forces de sécurité continuent de rechercher quatre personnes signalées comme proches de l’État Islamique. Les contrôles renforcés, déclenchés jeudi, ont par ailleurs permis d’interpeller deux Syriens. Ceux-ci n’auraient aucun lien avec les individus recherchés.

Publié le
Vu sur Twitter

Non à la Turquie dans l’UE !

19/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Comme le dit si justement Robert Ludovic, la Turquie est le trait d’union de l’Europe avec L’Etat Islamique… ET comme le montre bien le dessin, c’est la Russie qui dévoile que derrière Erdogan, c’est Daesh qui nous attend.

Publié le

Vladimir Poutine aurait une démarche de porte-flingue

19/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
La prestigieuse revue British Medical Journal (BMJ) publie chaque année son lot d’étude loufoques et en 2015 le sujet de l’une d’elles n’était autre que la démarche de Vladimir Poutine qualifiée de «démarche du flingueur». Enseignée par le KGB, elle permet d’avoir un accès rapide à son arme. Mais saviez-vous qu’elle remonte à la conquête de l’Ouest sauvage ?

Publié le

Le Su-24 russe abattu ne présentait aucune menace pour la Turquie

18/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
Sous les yeux d’experts internationaux et de la presse, les Russes ont ouvert la boîte noire du SU-24 qui a été descendu par des chasseurs turcs. Les Russes affirment détenir la preuve que leur bombardier ne représentait aucune menace pour la Turquie.

La boîte noire du bombardier russe abattu par la chasse turque est endommagée, mais elle sera exploitable, selon les autorités russes. Celles-ci ont invité des experts de 14 pays afin de participer au déchiffrage de la « boîte noire » du Su-24. Néanmoins, seuls les représentants de la Chine, de la Grande-Bretagne et des États-Unis ont consenti à y participer.

« Pour le moment, nous avons toute la base de preuves nécessaires, confirmant l’absence de violation de l’espace aérien turc par l’avion russe », a dit le porte-parole des Forces aérospatiales russes Sergueï Dronov.

boite_noire_su-24

La boîte noire du SU-24 russe abattu par les Turcs en corus de démontage devant la presse et des experts internationaux.

Si cette information se trouvait confirmée de source indépendante, ce serait la preuve flagrante de la forfaiture turque, qui ne fait dès à présent guère de doute. Cela placerait Erdogan, que Wikileaks accuse de préméditation dans cette affaire, documents à l’appui, dans une position très délicate par rapport à la Russie, mais aussi à ses alliés, notamment américains.


Face à Donald Trump, Michael Moore lance une campagne: “Nous sommes tous musulmans”

18/12/2015 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Le réalisateur américain Michael Moore a trouvé le moyen de manifester son hostilité à Donald Trump. Le mercredi 16 décembre, il s’est rendu devant la Trump Tower à New York avec un panneau portant le message suivant “We are all muslim”.


La Turquie multiplie les provocations à l’encontre de la Russie

16/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
Deuxième incident naval en 24 heures : des bateaux civils venus de Turquie effectuent des manœuvres dangereuses contre des navires russes.

Multiplication de provocations, tests de la fermeté de la marine russe ou succession de bourdes ? Tout laisse à penser que la multiplication des incidents entre navires turcs et russes ne doit rien au hasard.
Hier, en mer Égée, un chalutier turc s’est approché à environ 600 mètres du destroyer russe Smetlivy, obligeant l’équipage, après de multiples appels radio et visuels, à tirer des coups de semonce pour stopper la course du bateau de pêche turc. La Turquie a d’ailleurs annoncé suite à cet incident que « sa patience avait des limites », estimant la réaction russe disproportionnée. Côté russe, on estime au contraire que la tension entre les deux pays justifie les mesures prises, par ailleurs en plein accord avec le droit international.
Aujourd’hui, c’est un navire de commerce en provenance de Turquie qui a entravé la marche d’un convoi russe en mer Noire.
Deux installations gazières étaient déplacées vers une nouvelle zone d’exploitation à l’entrée des eaux territoriales russes. C’est alors qu’un vaisseau naviguant sous pavillon turc a croisé la route du convoi, « Agissant en violation des règlements internationaux pour prévenir les collisions en mer et des conventions de navigation généralement reconnues, le vaisseau turc n’a pas laissé passer le convoi naviguant perpendiculairement et essayé de s’arrêter sur son chemin, provoquant une situation de collision », a fait savoir Chernomorneftegaz dans un communiqué ajoutant que le capitaine du bateau turc gardait le silence malgré les tentatives d’entrer en contact par radio.
Un croiseur russe est intervenu pour chasser l’intrus tandis qu’un remorqueur venait au secours du convoi particulièrement peu manœuvrable.

La Turquie, qui a abattu un bombardier russe voilà trois semaines, est entrée illégalement en Irak il y a quelques jours, qui frappe sur les Kurdes au lieu d’attaquer Daesh — qu’il soutient en sous-main —… est en train de devenir un fauteur de guerre de première importance. Rappelons que c’est ce même pays que Merkel et l’UE veulent faire rentrer dans l’Europe de Bruxelles.


Crédit photo : Tostan via WikiCommons (CC) = destroyer Smetlivy

Les femmes chrétiennes prennent les armes contre l’État islamique

16/12/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Face aux exactions perpétrées quotidiennement par l’État islamique à l’encontre des chrétiens, en Irak et en Syrie, un bataillon de femmes-soldats a vu le jour en Syrie, nommé : « les forces de protection des femmes de Mésopotamie ». Ce dernier est composé de femmes syriaques, décidées à défendre l’existence de cette minorité chrétienne face à l’Empire islamique. Aujourd’hui, une cinquantaine de combattantes ont répondu à l’appel.


Ils osent tout : l’Arabie Saoudite à la tête d’une coalition islamique anti-terroriste

15/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
L’un des principaux bailleurs de fonds du fondamentalisme et des mouvements terroristes Islamiques prend la tête d’une … coalition de pays musulmans pour lutter contre le terrorisme. Les indépendantistes corses n’ont qu’à bien se tenir.

L’Arabie saoudite fait partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, est supposée combattre l’État islamique en Syrie et en Irak. A croire que cela ne suffit pas à blanchir son image de grand financier du fondamentalisme et des mouvements terroristes Islamiques, puisque Ryad a formé une coalition, comprenant 34 pays, notamment l’Égypte, la Turquie et le Pakistan ou encore le Sénégal, destinée à combattre “toute organisation terroriste” par des opérations militaires.
A la question de savoir si la nouvelle coalition va se consacrer à la lutte contre l’EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien, a souligné qu’elle allait combattre “toute organisation terroriste”. Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad pour “soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme”, selon les communiqués officiels de Ryad.

F16 saoudiens engagés au Yémen

F16 saoudiens engagés au Yémen

En attendant, cette coalition ne rassemble(1) que du beau linge, la Turquie étant connue pour son soutien financier (par le trafic de pétrole) et logistique (par l’acheminement de matériel et d’hommes via son territoire) à l’État Islamique. Le Pakistan, de son côté, a créé, formé et développé le mouvement taliban…avec les fonds saoudiens et le soutien américain. Si l’Égypte est le berceau des Frères Musulmans, l’une des matrices du fondamentalisme révolutionnaire sunnite, il fait bien avouer que le pouvoir égyptien est le seul parmi les grand pays arabes de cette coalition à souffrir du terrorisme et à le combattre.
Parmi les autres membres de cette intéressante coalition, le Soudan est depuis longtemps un foyer terroriste, de même que la Somalie ou la Palestine. Quant à la Libye, elle est partagée depuis la brillante intervention occidentale entre factions plus extrémistes les unes que les autres, laissant l’État Islamique prendre peu à peu le contrôle du pays.
Lire la suite

L’Unité 732, des Français qui combattent l’État islamique en Irak

15/12/2015 – IRAK (NOVOpress)
Fred, Kim et Pascal font partie de l'”unité 732″, un groupe de combattants volontaires français venus se battre contre le groupe jihadiste Etat islamique à Doqouq, au nord de Bagdad, intégrés dans les rangs des peshemergas kurdes avec leur petit drone civil.



« Nous venons en paix », mais en Italie, le Père Noël doit céder la place à Mahomet

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants »/« réfugiés »/Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, passage par l’Italie, où une fête du père Noël pour les enfants de Civitanova a dû, sur injonction des autorités, céder la place à un cortège en l’honneur de Mahomet. Les « migrants » viennent bien en paix, du moment qu’on leur cède tout.

C’est une de ces anecdotes comme il y en a des centaines tous les jours à travers l’Europe et qui illustrent le Grand Remplacement en cours. Voilà pourquoi, parce qu’elle est exemplaire, non seulement le journal local, Il Resto del Carlino , mais le quotidien national Il Giornale lui ont consacré un article.

À Civitanova Marche, dans la région des Marches, en Italie centrale, devait avoir lieu dimanche 13 décembre l’arrivée du Père Noël, organisée pour les enfants par l’Assistance publique (Croce verde) et la Capitainerie du Port. Le Père Noël devait débarquer à 10 heures du matin dans le port sur une vedette de la Garde côtière – pour une fois qu’elle ramenait autre chose que des immigrés clandestins –, et traverser la ville sur un traîneau chargé de cadeaux. Cette fête des enfants devait se terminer devant l’Hôtel de Ville, sur la place centrale (la place du Vingt Septembre, ainsi nommée d’après le 20 septembre 1870, achèvement de l’unité italienne).

Mais « la communauté pakistanaise » avait décidé d’organiser juste à la même heure un cortège pour « l’anniversaire de la naissance du prophète Mahomet ». Du fait de la position centrale de Civitanova, des délégations de toutes les Marches et même des régions voisines étaient attendues. Et les musulmans tenaient à traverser la place centrale avant de se rendre au Palais des Sports de la ville « et de se recueillir en prière ».

Que croyez-vous qu’il arriva ? La Préfecture, invoquant « les attentats terroristes en France et la situation de tension que l’on vit aussi en Italie », a jugé impossible que le Père Noël puisse croiser les musulmans. Elle a donc « mis son veto » au cortège du Père Noël, repoussé loin du centre. La manifestation musulmane, elle, s’est déroulée comme le voulaient les organisateurs, sous haute protection policière, avec drapeaux verts et haut-parleurs hurlant « Allah akbar ». Les rues du centre-ville avaient été fermées à la circulation pour permettre son bon déroulement.
Ils sont chez eux chez nous, c’est bien connu.

La COP21 se termine sur un accord, mais un accord non contraignant

14/12/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Tous les diplomates de la planète se congratulent : un accord a été conclu. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et président de la conférence sur les changements climatiques 2015 l’a annoncé samedi. Il s’agit d’un véritable succès diplomatique après l’échec de la COP15 qui s’est déroulée, en 2009, à Copenhague.

Ce succès diplomatique s’est fait au prix du contenu de l’accord
187 pays ont signé l’accord. C’est effectivement considérable. Un tel unanimisme ne pouvait avoir lieu qu’en sacrifiant les objectifs affichés, il y a deux semaines à l’ouverture de cette conférence.

Que contient cet accord ?
Cet accord contient le maintien du réchauffement climatique au-dessous de 2 °C, par rapport aux niveaux préindustriels. Cet objectif n’indique pourtant pas de délai précis, si ce n’est « dans les meilleurs délais ». Le préambule de l’accord prévoit même de poursuivre les efforts pour réduire l’augmentation à 1,5°. Cette concession était nécessaire pour obtenir la signature des petits États insulaires. Il en est de même pour la fin de l’utilisation du pétrole, repoussée sine die. Ceci pour ne pas froisser le Venezuela et l’Arabie saoudite.

Il y a en revanche un grand absent de cet accord
Ce que ne contient pas cet accord, c’est la question des cycles climatiques. Les cycles climatiques désignent l’alternance de périodes glaciaires et de réchauffements, de plus ou moins grande amplitude, constatés tout au long de l’histoire de la Terre. Les puissances de ce monde prennent pour acquises les conclusions du GIEC : l’origine anthropique du réchauffement climatique.

Le fait que cet accord ne soit pas contraignant signe l’échec du mondialisme vert
Un accord contraignant, c’était la grande promesse de François Hollande à l’ouverture de la conférence. Les chefs d’États et de gouvernements se sont finalement mis d’accord sur une pétition de principe. Le climat ne pourra donc pas être un prétexte à sanctions internationales contre les États.