Changement sur le front de l’immigration : l’Italie rallie l’Autriche et le V4

Le propre de ces gouvernements « populistes » qui font passer les intérêts nationaux avant ceux de l’oligarchie mondialiste, c’est qu’ils s’opposent forcément là où leurs intérêts nationaux divergent. C’est pourquoi l’Italie et le groupe de Visegrád sont en désaccord complet sur la réforme du règlement de Dublin en vertu duquel un immigrant ne peut demander l’asile sur le territoire de l’Union européenne que dans le premier pays de l’Union où il a mis les pieds. Les premiers pays d’arrivée comme l’Italie voudraient supprimer cette règle qui les oblige théoriquement à reprendre des centaines de milliers d’immigrants illégaux. D’autres pays, avantagés par cette règle, souhaiteraient au contraire l’appliquer strictement. C’est pourquoi les ministres de l’Intérieur réunis mardi en Conseil de l’Union européenne à Luxembourg n’ont pas pu se mettre d’accord sur cette question.

Un autre point de divergence entre le nouveau gouvernement « populiste » italien et les gouvernements « populistes » de Pologne, de Hongrie et d’Autriche, c’est la question de la relocalisation obligatoire des demandeurs d’asile dans toute l’Union européenne. L’Italie y est, bien entendu, favorable, le V4 y est opposé depuis le début, tandis que l’Autriche, qui prendra la présidence du Conseil de l’Union européenne à partir du premier juillet, a demandé que l’on abandonne ce projet qui divise l’Europe.

En revanche, les quatre pays du groupe de Visegrád (Pologne, Tchéquie, Slovaquie et Hongrie), l’Autriche et désormais l’Italie sont d’accord sur une chose : il faut fermer les frontières à l’immigration illégale. Le nouveau ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, a déjà discuté de la question avec le Premier ministre hongrois Viktor Orbán. Comme le V4 et désormais l’Autriche, l’Italie parle non seulement de rapatriements et d’accords avec les pays d’origine mais aussi de refouler vers les côtes d’Afrique du Nord ces immigrants clandestins qu’on appelle des « migrants » dans le novlangue des médias. Au Conseil de l’Union européenne de mardi, cette question des refoulements a même été évoquée par le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration belge Theo Francken, qui a plaidé pour leur réinstauration, en rappelant qu’ils « étaient pratiqués en Europe avant leur interdiction par la Cour européenne des droits de l’homme en 2012 ».

La Hongrie va très probablement adopter très prochainement un paquet de lois intitulé « Stop Soros » pour lutter contre ces ONG qui favorisent l’immigration illégale. Il y aura des interdictions de séjour à proximité de la frontière et même des peines de prison à la clé pour les membres de ces organisations qui aideraient des immigrants à pénétrer ou rester illégalement sur le territoire national. En Italie, Giorgia Meloni, la leader du parti nationaliste Fratelli d’Italia qui avait formé une alliance des droites avant les élections du 4 mars avec le parti Forza Italia de Berlusconi et la Ligue de Salvini, a annoncé que son parti allait proposer une loi du même type « pour stopper Soros ». En Autriche, les missions confiées jusqu’ici aux ONG pour l’aide aux « migrants » vont bientôt être prises en charge par des agences de l’État.

L’Italie, comme le fait déjà la Hongrie, va construire de nouveaux centres de détention pour y maintenir tous les immigrants qui n’ont pas droit à l’asile en attente de leur expulsion. L’Autriche et le V4 veulent déplacer les contrôles de Frontex sur les côtes nord-africaines, sur le modèle australien, et le soutien de l’Italie à cette initiative est aujourd’hui assuré. Pour vraiment dissuader les candidats à l’immigration illégale, il resterait encore à faire comme l’Australie depuis 2013 : frapper d’une interdiction de séjour à vie toute personne entrée illégalement dans l’Union européenne et refuser d’examiner les demandes d’asile déposées sur le territoire de l’Union européenne par des immigrants qui ont passé la frontière illégalement.

Olivier Bault

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Éric Zemmour : “Immigration, PAC : le système européen ne fonctionne plus”

eric-zemmour

07/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Après l’échec du sommet au Luxembourg de l’Europe sur les migrants, l’Europe semble en panne sèche. Mais il y a d’autres sujets de discorde, assure le polémiste Éric Zemmour.

On nous avait dit “l’Europe protège”. On nous avait dit “l’union fait la force”. On nous avait dit “la France est notre patrie, l’Europe est notre avenir”. Pas un jour où tous ces beaux slogans ne montrent pas leur inanité. Migrants, agriculture, euro, défense, Gafa, Iran, Russie, commerce international. Pas un sujet, où l’Europe ne déploie pas son incapacité à tenir ses promesses.

Europe bloquée, Europe divisée, Europe impuissante. Ce n’est plus une simple crise, mais une crise du système. Ce ne sont plus des limites ou des insuffisances, mais un vice de fabrication. Un péché originel.
L’Europe s’est bâtie sur deux piliers, le marché et le droit. Le marché concurrentiel pour faire prospérer les européens ; le droit pour réguler une société ouverte et démocratique. Ces deux piliers de la construction européenne sont aujourd’hui défaillants.


La Norvège ne veut pas de ses ressortissants djihadistes

07/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Que faire des citoyens de l’Union Européenne qui se sont engagés dans le djihadisme en Syrie ou en Irak ?

Le débat agite aujourd’hui de nombreux pays européens, en France bien-sûr, mais aussi en Norvège, dont une centaine de ressortissants sont allés combattre auprès de Daech.…


La politique migratoire Merkel, à nouveau pointée du doigt en Allemagne

07/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Rainer Wendt, chef de l’un des plus grands syndicats de police d’Allemagne, a affirmé que les révélations concernant le scandale à l’Office des migrations, lequel a accordé indûment l’asile à des milliers de migrants, n’étaient que la pointe émergée de l’iceberg.

Rainer Wendt a ainsi déclaré :

Le sentiment de sécurité s’effondre et maintenant les gens ont l’impression que l’Etat a perdu le contrôle. Il y a des centaines de milliers de migrants ici dont nous ne savons pas qui ils sont.

C’est un énorme risque. Aucun pays au monde ne tolérerait cela.

Italie : Lorenzo Fontana, un ministre de la Famille sans langue de bois

06/06/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
A peine nommé ministre de la Famille en Italie, l’ex-député européen de la Lega, proche de Matteo Salvini et fervent catholique, a déclenché l’ire des progressistes en raison de ses positions sur l’idéologie du genre et le lobby LGBT ainsi que de sa ferme opposition à l’avortement.

Pas du genre à se laisser intimider, le ministre a répliqué avec fermeté. Il a ainsi déclaré au quotidien Corriere della Sera : “Les familles arc-en-ciel n’existent pas dans la loi italienne.” Lors de son arrivée au palais du Quirinal avec sa petite fille dans les bras et sa femme à ses côtés, il a enfoncé le clou : “Les familles sont celles qui sont naturelles, où un enfant doit avoir un père et une mère (…). La famille naturelle est attaquée. [Les homosexuels] veulent nous dominer et effacer notre peuple.

Quant à la question de l’avortement, Lorenzo Fontana s’est dit déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour « mettre en œuvre des politiques visant à réduire le nombre d’avortements. »

Le Mouvement 5 Etoiles n’aurait guère apprécié ces propos à tel point que Matteo Salvini a rappelé que le contrat de coalition n’a pas mis ces questions à l’agenda. Il a tout de même précisé qu’il est, je cite : « soucieux qu’un enfant grandisse entre un père et une mère. »

Italie : Matteo Salvini demande aux migrants clandestins de faire leurs valises

Matteo Salvini Ligue du Nord

06/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Alors que Giuseppe Conte a exprimé sa volonté de voir mis en place un système de répartition des demandeurs d’asile à l’échelle de l’Union européenne, Matteo Salvini lui a promis de réduire le nombre d’arrivée de réfugiés, et de lancer le processus d’expulsion des migrants illégaux. Une politique qui divise la société italienne.


Tommy Robinson, un journaliste en prison, par Ivan Rioufol

Silence dans la presse française. Un journaliste anglais, Tommy Robinson, a été incarcéré pour 13 mois dans l’indifférence des défenseurs de la liberté d’expression. Mieux : c’est la “fachosphère” qui est accusée par la classe médiatique de s’indigner de cette atteinte à la démocratie. Jusqu’alors, seuls des pays comme la Chine, la Turquie ou la Russie osaient arrêter et mettre au trou des journalistes dissidents. Mais le tort de Robinson, fondateur de l’English Defence League, est apparemment de militer “contre l’islamisation de l’Angleterre” et l’extrémisme musulman. Alors que le journaliste diffusait en direct sur Facebook live, le 25 mai devant le tribunal de Leeds, les arrivées des protagonistes au procès d’un gang indo-pakistanais soupçonné de crimes pédophiles, des forces de l’ordre sont venues l’arrêter en direct. Déféré immédiatement devant la justice, Robinson (déjà condamné avec sursis) a écopé de 13 mois fermes, applicables dans l’instant.

Cinq heures se seront écoulées entre son arrestation et son incarcération. Les juges ont condamné Robinson pour “outrage” ; en fait, pour avoir enfreint l’interdiction judiciaire de faire de la publicité sur ce procès de présumés proxénètes musulmans. Dans une démocratie aussi exemplaire que celle de l’Angleterre, cette mise au silence d’un journaliste, présenté comme un lanceur d’alerte par ses amis, a toutes les apparences d’une dérive judiciaire liberticide. La presse ferait bien de se réveiller.

Le politiquement correct, qui vient d’embastiller Tommy Robinson en imposant de surcroît l’omerta, est une prison intellectuelle dont les journalistes doivent s’échapper s’ils veulent rester crédibles dans leur rôle de contre-pouvoir. La France est à la merci d’un pouvoir politique qui cherche à contrôler toujours plus l’information, en profitant de l’endormissement de ceux qui sont supposés la défendre. La proposition de loi sur les “fake news”, qui sera discutée jeudi devant l’Assemblée nationale, est de ces dangers qui doivent être dénoncés par la profession. Les députés macronistes, qui oeuvrent à répondre au souhait du chef de l’Etat lui-même, proposent cette définition pour la “fausse information” : “Allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable“. Mais un tel flou peut permettre toutes les censures, au bon vouloir d’une parole officielle et d’une justice qui aurait à dire ce qui est vrai et ce qui est faux.

Comme le rappelle L’Opinion de ce lundi, la proposition de loi accorde aussi au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), plus flic de la pensée que jamais, la possibilité de “débrancher” les sites internet de médias étrangers soupçonnés de mauvais sentiments. Non, tout ceci n’est pas à la hauteur de la France qui prétend donner des leçons de liberté d’expression à la Russie, à la Turquie ou à la Chine.

Ivan Rioufol

Texte daté du 4 juin 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Nouvelles manifestations de soutien à Tommy Robinson

05/06/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Pour rappel celui-ci a été arrêté, condamné et emprisonné la semaine dernière pour avoir couvert le procès d’un gang de proxénètes pakistanais et indiens qui sévissait dans l’Angleterre rurale. Après la manifestation de samedi dernier, les soutiens continuent d’affluer.

En effet ce lundi à l’initiative du Conseil National de la Résistance Européenne de Karim Ouchikh et Renaud Camus, une nouvelle manifestation a pris place à Paris, devant la statue de Winston Churchill. Les deux organisateurs y ont pris la parole, tout comme Jean Yves Le Gallou, fondateur de Polémia et cadre du milieu de la réinformation.

Des événements similaires ont également pris place à Belfast, à Manchester, l’affaire étant même évoquée par la presse américaine. L’embargo médiatique imposé par la justice anglaise n’a donc pas suffi à empêcher de nombreux européens de dénoncer cette incarcération.


Les gardes frontières européens en Afrique

Sebastian Kurz

05/06/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Lu sur The New Observer Online, c’est la proposition du chancelier autrichien, Sebastian Kurz, d’occuper le terrain par les gardes frontières de FRONTEX en Afrique afin d’empêcher l’immigration de masse vers l’Europe.

Kurz a déclaré dans un entretien accordé au journal allemand Welt am Sonntag, qu’il y aurait besoin d’un mandat politique clair auprès des gouvernements nord africains pour arrêter le trafic d’êtres humains et éviter les traversées dangereuses au bord d’embarcations non fiables.

Le chancelier suggère que les agents de FRONTEX, dont le nombre devrait augmenter sensiblement, pourraient arrêter les clandestins en dehors du territoire européen et les expédier dans leurs pays respectifs.

Au mois de juillet l’Autriche prend la présidence de l’Union européenne, attendons voir si elle pourra influencer la politique européenne dans ce sens.

“Anti-Soros” : le slogan électoral qui veut devenir loi en Hongrie

04/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban vient d’entamer son troisième mandat. Le Fidesz, son parti conservateur, a obtenu lors des récentes législatives la majorité qualifiée au Parlement, où il contrôle désormais 67 % des sièges.

Pièce centrale de cette campagne électorale victorieuse : une virulente rhétorique “anti-Soros”, du nom de ce milliardaire américain d’origine hongroise favorable à l’invasion migratoire de la Hongrie.

Alors que les ONG soutenues par la fondation Soros sont sous pression, la rhétorique “anti-Soros” pourrait bientôt devenir une loi du même nom, sur fond de mise au pas des médias et des voix discordantes.


Manifestation en faveur de Tommy Robinson à Paris ce weekend

04/06/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Tommy Robinson, le fondateur de l’English Defense League, un parti de droite nationale britannique, a été condamné à 13 mois de prison la semaine dernière. On lui reproche d’avoir couvert le procès du gang de proxénètes indien et pakistanais de la ville de Telford qui ont violé des jeunes anglaises pendant des années.

Malgré l’interdiction donnée à la presse de parler de cette condamnation, la nouvelle a fait le tour de l’Europe grâce aux médias dissidents. Une pétition a déjà recueillie plus de 500 000 signatures pour la libération de Tommy Robinson. Une manifestation de soutien était organisée ce samedi à Paris, dans le 15ème arrondissement !


Législatives en Slovénie : le candidat anti-immigration Janez Jansa en tête

04/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Nous avons fait un premier pas pour une Slovénie forte et responsable en Europe“, a relevé dans un tweet Janez Jansa, 59 ans, qui a mené une campagne forte autour du danger migratoire. Viktor Orban, le dirigeant hongrois qui l’a soutenu, a salué ce résultat en qualifiant Janez Jansa de “garant de la survie du peuple slovène“.

Omniprésent sur la scène politique slovène depuis l’indépendance en 1991 de cette ex-république yougoslave, M. Jansa, un ancien dissident, voit son Parti démocrate slovène (SDS) obtenir 25% des voix après décompte de plus de 99% suffrages.

Voici un extrait de l’analyse proposée dans le Bulletin de réinformation : “La question migratoire agit ainsi comme un révélateur. Pour une fois, les résultats de la politique européenne sont nettement visibles. Pour une fois aussi, une volonté de Bruxelles se heurte à un refus catégorique d’États de plus en plus nombreux. C’est le moment de comprendre pour de nombreux Slovènes que leur élite politique gère plus qu’elle ne gouverne, et de la façon la plus docile vis-à-vis de Bruxelles. 60.000 migrants seraient en transit pour l’Europe occidentale via les Balkans.1.300 tentatives d’entrée illégales ont déjà été relevées de janvier à avril 2018, soit quatre fois plus qu’en 2017 à la même période. Depuis que la Hongrie protège sur sa frontière sud l’intégrité de l’espace Schengen, l’accès à ce dernier par la route des Balkans se fait par la Slovénie. On comprend que cette problématique ait été au centre de la campagne électorale.”


Matteo Salvini en Sicile pour marteler son discours anti-immigration

04/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
A peine désigné, déjà sur le terrain. Le nouveau ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini est venu en Sicile ce dimanche. Objectif : marteler son discours anti-immigration. A l’occasion d’une réunion de soutien à ses candidats aux municipales du 10 juin, il en a dit un peu plus sur sa politique.

Comme ministre, je travaillerai avec nos partenaires européens et avec les pays africains pour empêcher des milliers de personnes désespérées de nourrir l’illusion qu’en Italie, il y a du travail et un un toit pour chacun. En Italie, le coût de chaque demandeur d’asile est le plus élevé d’Europe. Le temps d’examen des situations est le plus long d’Europe. Il est temps d’agir.


Le Danemark interdit le voile intégral dans l’espace public

01/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Comme la France et la Belgique, le Parlement danois a banni le voile intégral, c’est-à-dire le niqab ou la burqa de l’espace public. Dès le 1er août prochain, toute personne portant l’une de ces tenues, ou bien une cagoule, une fausse barbe ou autres accessoires qui dissimulent le visage, sera sanctionnée d’une amende de 134 euros.

Amnesty International a fustigé la loi. Comme les manifestants réunis devant le parlement danois, elle estime que cette interdiction viole les droits à la liberté d’expression et de religion…

La France a été le premier pays d’Europe à interdire le voile intégral dans l’espace public, avec une loi “interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” promulguée en octobre 2010 et appliquée depuis avril 2011.


“Benchmarking” des migrants : “Gérard Collomb a raison” selon Robert Ménard

01/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Invité de RTL, le maire de Béziers a apporté son soutien au ministre de l’Intérieur, qui affirme que les migrants procèdent à des études de marché de l’asile en Europe.

Les gens qui fuient leur pays regardent les conditions d’accueil dans un certains nombre de pays, ils choisissent là où c’est le plus facile, le plus ouvert, là où il y a des avantages et des communautés pour les accueillir“, a poursuivi Robert Ménard.

Vous prenez les gens pour des crétins, vous croyez que les réfugiés sont des imbéciles qui vont au petit bonheur la chance ?