Budapest criminalise l’aide aux « immigrés illégaux» et taxe les ONG immigrationnistes

22/06/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le gouvernement hongrois vient d’introduire un dispositif législatif criminalisant les activités d’aide aux immigrés illégaux commises par des activistes et permettant de prélever une taxe de 25 % sur le financement étranger des ONG soutenant l’immigration illégale. Les sommes ainsi collectées serviront à renforcer la protection des frontières de l’UE. Ce projet vient d’être adopté à une écrasante majorité (160 voix contre 18) par le parlement malgré les mises en garde de diverses institutions telles que l’OSCE, du Conseil de l’Europe et, bien sûr, Amnesty International.

Cet ensemble de mesures, dénommé «Stop-Soros», fait partie d’un plan gouvernemental de lutte contre l’influence des réseaux libéraux-libertaires de George Soros qui jouit de l’appui de la quasi-totalité des 2,3 millions de citoyens hongrois consultés.

Toute organisation soutenant l’immigration illégale grâce à des ressources financières étrangères, sera enregistrée et obligée de rendre compte de son activité.
Une taxe de 25 % sur leurs financements étrangers leur sera alors imposée et les sommes collectées seront investies dans la protection des frontières.
Il sera possible de poursuivre tout participant à l’organisation de l’immigration clandestine. Cette mesure restera en vigueur jusqu’à la fin de la crise migratoire.

Un exemple courageux à méditer…

Migrants : les pays de Visegrad boycottent le mini-sommet

22/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Jeudi, à Budapest, les quatre pays de l’Est européen les plus hostiles aux quotas de migrants ont de nouveau affiché leur unité. Pas question pour eux de se répartir des réfugiés. Les pays du groupe de Visegrad se sont réunis à la veille d’un mini sommet européen consacré à la question migratoire. Un mini sommet qu’ils ont décidé de boycotter.

Viktor Orban, Premier ministre hongrois, a notamment déclaré :

Cela ne vaut pas la peine d’insister sur les questions qui ne font pas l’objet d’un accord, je veux parler des quotas de migrants, parce que ces questions ne déboucheront pas sur une coopération, cela finit toujours en confrontation.

Et Sebastian Kurz, Premier ministre autrichien, d’ajouter :

L’agence (des frontières européennes) Frontex doit être renforcée non seulement en nombre et financièrement mais aussi en terme de pouvoir. Frontex doit être en mesure de lutter contre les passeurs dans un pays tiers pour empêcher les navires de contrebande de quitter les côtes pour se rendre en Europe.


Hongrie : Viktor Orban cible les ONG pro-immigration

21/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
La nouvelle loi hongroise criminalisant les ONG qui aident les migrants a été critiquée mercredi à Bruxelles.

En Hongrie, les ONG sont désormais pénalement et financièrement menacées. Les immigrationnistes y voient une nouvelle provocation de Budapest en pleine journée internationale des réfugiés.

Iverna McGowan, Amnesty international-Europe, a ainsi déclaré :

Les peuples sont confrontés a des facteurs complexes dans toute l’Europe. Or, ils essaient de trouver un bouc émissaire à tous ces problèmes, d’autant que le problème est inexistant en Hongrie. Il s’agit donc d’une campagne de propagande qui vise à stigmatiser les personnes qui défendent les droits, qui défendent la justice, qui défendent ce qui est juste.


Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils boivent la tasse

France 24, télévision de l’État français modestement regardé en métropole mais très regardée dans toute la francophonie où elle est un média de référence, propose un média spécifiquement dédié aux migrants sur son site. Analyse.

France 24 est un média réputé de longue date pour son ancrage dans la pensée dominante, jouant le rôle d’un vecteur de cette pensée hors métropole. Un de ces médias qui diffusent une pensée officielle à l’étranger, au point que la moindre prise de position un peu différente a pu provoquer polémique. N’ayant pas rendu visite à France 24 depuis quelques temps, l’OJIM a été surpris de trouver sur son site, dans le menu de gauche, parmi les onglets des rubriques, un lien vers un étrange site intitulé InfoMigrants. Cliquons.

La voix de la France officielle à l’étranger ?

Le site est mis en œuvre par France 24, RFI, France Médias Monde, Deutsche Welle (la radio internationale allemande qui comporte une surprenante page d’actualités intitulée « racines d’Afrique ») et l’ANSA (Agence Nationale de Presse italienne, l’AFP de la péninsule). France Médias Monde est la version modernisée de l’ancien Audiovisuel Extérieur de la France. Il se compose aujourd’hui de trois médias principaux, France 24 et RFI mais aussi Monte Carlo Doualiya (MCD) la station de radio française « diffusant en arabe, depuis Paris » vers les pays de provenance des migrants musulmans en France, par exemple la Mauritanie ou le Soudan. Une façon de mieux faire connaître nos contrées à ceux qui veulent payer des passeurs pour ensuite risquer leur vie sur des bateaux de fortune. Notons que la « mission » de France Médias Monde, regroupant donc ces divers médias, est annoncée comme ceci : « contribuer à la diffusion et à la promotion de la langue française, des cultures françaises et francophone » dans le monde. La notion de promotion est ainsi clairement affichée, ainsi que cette étrange idée d’une pluralité des « cultures » françaises. Idée étrange, en particulier dans le contexte d’un média d’État. Notons aussi que RFI et France 24 concernent de l’ordre de 40 millions de téléspectateurs ou d’auditeurs chacune dans le monde, MCD de l’ordre de 7 millions. France Médias Monde émet dans 180 pays, et une soixantaine de journalistes travaillent pour lui. Plus qu’un média, une machine médiatique de guerre à destination du monde. C’est cette machine mondiale qui promeut InfoMigrants. Ce fait est d’autant plus intéressant quand il est mis en relation avec celui-ci : « Le 23 mars 2016, FMM signe un partenariat de trois ans avec l’État pour renforcer l’éducation aux médias dans les établissements scolaires. Des journalistes du groupe se rendront dans les écoles pour parler de la différence entre information et propagande et partager leur réflexion sur la liberté de la presse ».

À bras ouverts ?

La question peut se poser. Force est de constater qu’un média clairement financé par les États français et allemands, et donc par les peuples de ces deux pays, pratique l’information à destination des migrants, et sur les migrants, information au sujet des lieux cibles de ces mêmes migrants. Avec l’assentiment démocratique des peuples concernés ? Sans doute les jeunes femmes du jour de l’An de Cologne seront-elles intéressées d’apprendre que certains des migrants les ayant agressées ont peut-être trouvé la route de la gare de Cologne grâce à ce média en forme de site de propagande.

Parcourant le site InfoMigrants, que l’on peut lire en français, en anglais et dans diverses formes de l’arabe, cette même diversité qui est proposée pour apprentissage optionnel dans les écoles de la République française, on apprend nombre de choses édifiantes :

– Les migrants sont appelés à « témoigner », à « partager les expériences », et peuvent envoyer ledit témoignage à la rédaction.
– Une rubrique s’intitule « Comprendre l’Europe » (sous-entendu avant de venir). On y trouve des articles aidant à trouver un logement une fois en Europe, et particulièrement en France, quand on est « à la rue ». Autrement dit, les médias de l’État français informent les personnes vivant à l’étranger sur comment se loger en France, une fois décidées à traverser la Méditerranée au péril de leur vie. La question de savoir qui met concrètement en danger ces populations peut donc légitimement se poser.
– Plus encore, le site fournit toutes les informations dans des rubriques : « Pour vous aider à votre arrivée… » en France, Italie etc… : la page est ici. Il y a entre autres des cours de « vivre ensemble », des informations sur comment trouver de quoi se nourrir, comment accéder à internet… à Calais, et beaucoup d’autres informations très utiles pour toute personne vivant en Afrique et ayant le désir de venir en France. De quoi programmer son arrivée.
– Pour les migrants qui s’inquiéteraient du risque « d’expulsion », des articles expliquent comment les éviter. Autrement dit, des organismes médiatiques d’État expliquent à des délinquants (entrer illégalement dans un pays est un délit) comment utiliser la loi et les administrations afin de contourner le statut de délinquant !
– Autre exemple d’incitation plus ou moins discrète à venir : un article veut rassurer les candidats à la migration qui s’inquiéteraient de l’antisémitisme et de l’homophobie en France. Le lecteur comprend qu’il ne doit pas s’inquiéter, en France la loi le protégera.

Il est bien évidemment impossible de détailler l’ensemble de ce que propose ce site d’incitation à risquer sa vie sur un esquif de fortune ou à la frontière enneigée des Alpes, tant cette incitation est massive, au point de ressembler à s’y méprendre à de la propagande. Quelques exemples supplémentaires intéressants :

– Témoignage : « Je suis arrivé en Espagne analphabète, aujourd’hui j’ai un Master ».
– France 24 : « Refoulement de l’Aquarius et de 629 migrants : un acte contraire au droit européen»
– « Les réfugiés en Europe : étudier, travailler pour s’intégrer»
– « Enfermés avec un fils handicapé : dans l’enfer des centres de rétention en Angleterre»
– « Espagne : la maison barcelonaise des migrants venus du Maghreb »

Une visite sur France 24 et son site d’informations sur et à l’attention des migrants apportera nombre d’autres informations au lecteur intéressé, surtout s’il vit en Afrique et aspire à venir s’installer en Europe. InfoMigrant, un média qui oscille entre deux lignes éditoriales :

– la multiplication d’informations concrètes destinées à aider tout candidat à la migration vers l’Europe à venir dans les meilleures conditions possibles. Y compris au risque de sa vie.
– une dramaturgie digne de la presse sur les affaires criminelles, destinée à émouvoir les européens et à diffuser l’idéologie politique officielle visant à favoriser l’immigration sur le territoire européen.

Texte daté du 19 juin 2018 et repris du site Ojim

I-Média: Bella Ciao Aquarius

21/06/2018 – FRANCE (NOVOpress)
L’Aquarius, bateau de la discorde européenne ! Le navire qui opère en mer méditerranée au « secours des migrants » n’est pas le bienvenu en Italie.

Scandale dans la presse et dans le monde politique. I-Média analyse cette polémique.


Macron-Merkel : l’erreur du couple européen, par Ivan Rioufol

Le “moteur” franco-allemand est en panne. Il a peu de chance d’entraîner l’Europe. Emmanuel Macron et Angela Merkel, qui se sont retrouvés mardi au château de Meseberg, près de Berlin, pour tenter de canaliser le Conseil européen des 28 et 29 juin, sont incapables d’apporter une solution crédible à la crise migratoire qui ébranle l’Union européenne. La raison en est simple : tous deux sont à la source de l’insurrection des peuples, qu’ils n’ont cessé de mépriser dans leurs aspirations à plus de protection. Demander à Macron et Merkel d’apaiser une opinion européenne en rébellion contre les “élites” est aussi loufoque que d’exiger de deux pyromanes qu’ils gèrent les incendies allumés.

Faut-il rappeler, en effet, la faute préalable de la chancelière ? C’est elle qui, unilatéralement, a pris la décision en 2015 d’accueillir un million de réfugiés musulmans, sous les applaudissements de prêcheurs de “l’ouverture à l’Autre”. En septembre 2015, Le Point titrait sur “L’incroyable Madame Merkel”, en ajoutant : “Si seulement elle était française”. Le Monde voyait en elle “la fierté de l’Europe” et réclamait pour elle le prix Nobel de la paix. En 2016, des milliers de femmes se faisaient agresser sexuellement par de jeunes arabes à Cologne et dans d’autres grandes villes. En 2017, l’antisémitisme coranique venait en relève de la souillure nazie dont Merkel pensait s’amender par son geste généreux. Depuis lundi, la CSU bavaroise menace Merkel de rompre son accord de gouvernement si aucune solution de renvoi des clandestins n’est trouvée d’ici quinze jours.

Or c’est cette politique démentielle que Macron a appuyée, en fustigeant les populistes; coupables de mettre en garde contre les difficultés d’intégrer à une culture occidentale des peuples portant une culture islamique. En septembre 2017, à la Sorbonne, son discours sur la refondation de l’UE était tout entier construit sur le rejet des citoyens réclamant davantage de contrôles aux frontières et de vigilance face à l’islam. “Je ne laisserai rien, rien, à ceux qui promettent la haine, la division, ou le repli national”, avait-il lancé dans une inutile véhémence. Son projet, avalisé hier par Merkel, d’un budget commun pour la zone euro est dans la continuité de sa conception comptable et technocratique d’une Union sans affect.

Cette vision glaciale du couple Macron-Merkel, les Thénardier de l’UE, n’entre pas en résonnance avec ce qui s’exprime actuellement, partout en Europe, dans la renaissance des nations et des frontières. Donald Trump est celui qui, en juillet 2017 à Varsovie (Pologne) a le mieux approché la crise identitaire qui reste à résoudre (bloc-notes du 15 juillet). Le président des Etats-Unis s’était alors notamment fait le défenseur de “la grandeur de l’Occident”. Pas étonnant si, lundi, Trump s’est cru autorisé à commenter les difficultés de la chancelière : “Le peuple allemand est en train de se retourner contre ses dirigeants (…) Nous ne voulons pas que ce qui se passe avec l’immigration en Europe se passe avec nous !”. Macron et Merkel peuvent peut-être encore sauver l’UE. Mais sûrement pas avec leurs recettes.

Ivan Rioufol

Texte daté du 20 juin 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Vu sur Twitter

Selon le directeur de l’Ofpra : « Environ la moitié des passagers de l’“Aquarius” veulent demander l’asile vers la France »

Publié le

L’Allemagne devient un enfer pour les femmes, victimes sexuelles de migrants

Ce jeudi 14 juin, un demandeur d’asile d’Afrique de l’Est a frappé massivement et violé, à Ottrau en Hesse, une femme de 39 ans qui l’avait pris en autostop.

L’Allemagne, qui était autrefois un pays réputé pour la sécurité et l’ordre qui y régnait, devient, à la suite de l’ouverture des frontières aux migrants par la chancelière démocrate-chrétienne Angela Merkel au cours de l’été 2015, un enfer au sein duquel les viols, agressions sexuelles et attaques au couteau se multiplient, souvent durant la journée et en pleine rue.

Le samedi 9 juin 2018, à Plauen en Saxe, deux hommes à la peau sombre et parlant une langue étrangère non identifiée ont abordé et agressé sexuellement une femme de 25 ans. La victime a pu s’échapper et est légèrement blessée.

Le dimanche 10 juin, à 4 h 40 du matin, à Heidelberg au Bade-Wurtemberg, une dame de 36 ans, qui revenait d’une discothèque accompagnée d’un individu qu’elle y avait rencontré, a été violée par celui-ci en pleine rue après avoir fumé une cigarette avec lui. L’auteur des faits a des cheveux noirs et la peau sombre.

Le mercredi 13 juin, dans le quartier d’Ottensen à Hambourg, une adolescente de 16 ans a été agressée par derrière et tirée sur le sol. Elle a crié et l’assaillant a pris la fuite après avoir tenté de la violer. La police recherche l’auteur des faits. Il est de type méditerranéen, âgé de 15 à 17 ans, a des cheveux sombres et une stature mince.

Ce jeudi 14 juin, un demandeur d’asile d’Afrique de l’Est a frappé massivement et violé, à Ottrau en Hesse, une femme de 39 ans qui l’avait pris en autostop. L’auteur des faits a été arrêté quelques heures plus tard, après des recherches organisées par les forces de l’ordre.

Au cours de la nuit du 14 au 15 juin, à Fribourg-en-Brisgau au Bade-Wurtemberg, une dame a été suivie par un inconnu qui l’a abordée, puis poursuivie et finalement attrapée et a tenté de l’agresser sexuellement. La victime s’est défendue et échappée. L’assaillant parle un allemand saccadé, a les cheveux sombres et un physique de type arabe.

Ce samedi 16 juin, à Hanovre en Basse-Saxe, une dame de 37 ans a été poignardée en rue par le Turc Bulent Içel. La victime a été transportée à l’hôpital, où elle est décédée.

Pendant ce temps, la Justice s’occupe de divers auteurs de faits graves. À Berlin, Mohammad S., 17 ans, et Wael L., 27 ans, ont été condamnés pour deux affaires de viol. Mohammad S. avait rencontré une fille de 14 ans sur Facebook et avait eu avec elle une relation sexuelle consentie. Il avait alors pris des photos, réalisé des vidéos et fait chanter la victime en la menaçant de publier ces éléments sur Internet. Cette dernière avait alors été contrainte d’avoir des relations sexuelles avec des amis de Mohammad S.

Un an plus tard, Mohammad S. avait saoulé une fille de 16 ans dans un appartement du quartier de Neukölln puis violée pendant que Wael L. filmait à l’aide de son portable. La victime, enfermée dans l’appartement, avait pu attirer l’attention d’un voisin qui avait appelé la police et être ainsi libérée.

Notons également, en Saxe, le procès, à Dresde, d’un demandeur d’asile pakistanais qui avait violé une handicapée mentale, et à Zwickau celui d’un Libyen qui escaladait, durant la nuit, les balcons afin de pénétrer dans les appartements par les fenêtres ou portes ouvertes et d’attaquer des femmes avant d’éjaculer sur elles. L’auteur était déjà connu des services de police pour avoir éjaculé sur des pare-brise et des portes de balcon.

Lionel Baland

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Immigration : l’Italie se ferme, l’Espagne s’ouvre

Il en va de l’espace Schengen comme de la zone euro : il suffit d’un maillon pour ébranler l’ensemble. Sur la route de la Méditerranée orientale, l’Autriche, la Hongrie et les pays des Balkans unissent leurs forces pour prévenir un nouvel afflux depuis la Grèce gouvernée par un parti, Syriza, qui a toujours été favorable à l’immigration de masse et qui s’est contenté, tant qu’il le pouvait, d’assurer vers ses frontières septentrionales le transport des immigrants arrivant illégalement sur ses îles depuis la Turquie. Sur la route de la Méditerranée centrale, l’Italie, longtemps appréciée par les « migrants » pour le laxisme de son gouvernement immigrationniste, s’était finalement entendue, sous la pression d’un électorat de plus en plus hostile à cette invasion-colonisation, avec le gouvernement de Tripoli et probablement aussi certaines milices libyennes, pour freiner le passage des « migrants ». Le nouveau gouvernement « populiste » issu des élections du 4 mars, et notamment le nouveau ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, chef de la Ligue, serre encore la vis en refusant désormais les bateaux des ONG étrangères chargés d’immigrants illégaux récupérés près des côtes libyennes.

Plus sûre que cette route de la Méditerranée centrale en train de se refermer, la route de la Méditerranée occidentale n’était pourtant pas privilégiée par les « migrants ». Ceci pour une raison bien simple : sous les gouvernements du Parti populaire dirigé par Mariano Rajoy, l’Espagne ne faisait pas preuve du même laxisme pseudo-humanitaire de l’Italie ou la Grèce. Dans les enclaves nord-africaines de Ceuta et Melilla, un système de triple clôture surmonté par des barbelés rasoirs rendait le passage difficile. L’Espagne pratiquait en outre, en tout cas jusqu’à sa condamnation par la Cour européenne des droits de l’homme à l’automne 2017, les expulsions « à chaud » de ceux qui parvenaient malgré tout à franchir ces clôtures. En 2012, Madrid avait par ailleurs supprimé la possibilité pour les personnes en situation irrégulière de se faire soigner aux frais des contribuables espagnols. On ne sait que trop bien en France à quel point ces prestations de santé gratuites sont un facteur d’immigration illégale.

Mais avec la formation du gouvernement socialiste ultraminoritaire de Pedro Sánchez avec le soutien de l’extrême gauche et des nationalistes régionaux, qui voient dans l’immigration de masse un moyen d’accroître la proportion d’habitants sans attache avec l’Espagne, la politique menée par Madrid va désormais changer : les barbelés au sommet des clôtures de Ceuta et Melilla vont être enlevés et, sans doute à partir du mois de septembre, les soins de santé gratuits pour les « sans papiers » auront été rétablis, conformément à l’annonce faite la semaine dernière par le porte-parole du gouvernement de Sánchez. Ces annonces, qui sont autant de signaux envoyés aux candidats à l’émigration illégale en Europe, viennent donc s’ajouter à l’accueil de l’Aquarius et aux grandes banderoles avec l’inscription « Bienvenue chez vous » en cinq langues, dont l’arabe, déployées pour accueillir les quelque 630 « migrants » recueillis au large de la Libye par SOS Méditerranée. A l’ère d’Internet et des téléphones portables, le message a certainement déjà été reçu cinq sur cinq de l’autre côté de la Méditerranée !

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 18 juin 2018

Quelles sont les différences de politiques migratoires entre les pays de l’Union européenne ?

20/06/2018 – EUROPE (NOVOpress)
En 2017, 534.000 demandes d’asile ont été refusées par les pays européens, soit 100.000 de plus qu’en 2016.

Pour les deux tiers des pays européens, il y a moins de 5 réfugiés pour 1.000 habitants. ce sont les pays du Nord, et notamment la Suède, qui seraient moins hostiles à l’accueil des réfugiés.

L’Espagne affiche elle un ratio de 0,38 réfugié pour 1.000 habitants. La France accueille elle 5 réfugiés pour 1.000 habitants.


Bienvenida a casa ! L’Aquarius débarque, par Caroline Parmentier

« Bienvenue chez vous » a été inscrit sur une immense banderole installée sur le port de Valence par les autorités régionales de gauche, dans différentes langues, du catalan valencien à l’arabe.

Quand on nous dit que l’Aquarius, c’est « des femmes et des enfants » c’est à nouveau de l’intox. Il y a des femmes et des enfants certes, mais une minorité. Voici la proportion réelle : 450 hommes, 80 femmes dont au moins 7 enceintes, 89 adolescents et 11 enfants de moins de 13 ans. Originaires de 26 pays différents, dont 23 du continent africain. Une arrivée ultramédiatisée avec plus de 600 journalistes accrédités chargés de nous expliquer qu’il y va de notre honneur et de notre dignité d’accueillir les navires d’ONG complices des passeurs.

L’opération médiatique de l’accueil de L’Aquarius par l’Espagne chaleureuse et en liesse sur le port de Valence rappelle les « Welcome » de l’Allemagne de Merkel aujourd’hui sur le point de sauter à cause du chaos migratoire qu’elle a installé en Allemagne et voulu imposer à l’Europe. Plusieurs contre-manifestants espagnols dont personne n’a parlé, ont protesté contre le débarquement. Une banderole des militants de Génération Identitaire a également été déployée sur le port.

A Rome, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini réaffirme qu’il n’y a pas de place en Italie pour les navires d’ONG : « Que ces messieurs sachent que l’Italie ne veut plus être complice du business de l’immigration clandestine, et qu’ils devront donc chercher d’autres ports vers lesquels se diriger. En ministre et en père, je le fais pour le bien de tous. »

En Allemagne, la situation est plus tendue que jamais : « Je ne peux plus travailler avec cette femme », a déclaré le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, à propos d’Angela Merkel, devant des membres de l’Union chrétienne-sociale (CSU). Le site du Bild affirme que la CSU devrait lancer lundi un nouvel ultimatum à la chancelière et lui donner deux semaines pour renvoyer les migrants dans le pays de l’UE où ils se sont inscrits en premier, comme le prévoit l’accord de Dublin.

« Que sommes-nous en train de faire ? »

En Belgique, le secrétaire d’Etat à la migration Theo Francken (N-VA) pose la question : « Parmi les migrants illégaux qui arrivent en Espagne, beaucoup sont originaires du Bangladesh. C’est à 9 000 km de la Libye et il n’y a pas de guerre. Ils volent via la Turquie vers Tripoli avant de partir en bateau vers l’UE. De quel droit entrent-ils dans l’Union européenne ? Que sommes-nous en train de faire ? »

Une partie des migrants de l’Aquarius doivent rejoindre la France. C’est-à-dire « tous ceux qui, une fois appliqués les protocoles du processus d’accueil, exprimeront leur désir de rejoindre ce pays », prévient Madrid. Information confirmée par Gérard Collomb, « conformément au souhait d’Emmanuel Macron ».

« Ils auraient pu débarquer plus tôt en Tunisie ou en Algérie. Sauf qu’on est parti du principe, depuis un certain nombre d’années, que les migrants devaient systématiquement venir en Europe », a réagi Marine Le Pen au « Grand rendez-vous » Europe 1-CNews-Les Echos. « La prochaine fois, les bateaux iront directement dans les ports français. Emmanuel Macron est immigrationniste, on le voit partout, dans ses déclarations, sa filiation idéologique. En matière d’immigration, il n’y a pourtant pas de fatalité, comme l’a montré la décision du gouvernement italien. »

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 18 juin 2018

La politique migratoire, le tombeau du “en même temps” ?, par Philippe Bilger

Que Christiane Taubira “s’indigne” de la politique migratoire du président de la République serait plutôt à mes yeux un gage de la fiabilité et du réalisme de celle-ci : selon l’ancienne ministre pourtant, “indécence, marketing et silence” (JDD). Alors qu’elle célèbre la “lueur” provenant de l’Espagne.

L’Aquarius, les réactions d’Emmanuel Macron, le refus italien, l’accueil espagnol ont mis en lumière, au contraire, l’extrême difficulté d’une politique migratoire qui précisément a pour faiblesse de ne pas être une politique – un réel qu’on affronte et qui contraint à une appréhension non équivoque – mais un humanisme empêtré.

La France, initialement, face au défi posé par l’Aquarius avec ses plus de six cents migrants, ne bronche pas et, à l’exception de généralités généreuses, n’a pas fait mine ni n’a eu l’intention de les accueillir.

En revanche le ministre italien de l’Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, s’étant vigoureusement opposé à cet accueil par l’Italie – à l’encontre du respect du droit international, si on suit l’appréciation de notre président – a été vertement sermonné par ce dernier qui a dénoncé “la part de cynisme et d’irresponsabilité”.

Petits remous diplomatiques. L’Italie est offensée. Matteo Salvini, sur un mode ironique, s’adresse à Emmanuel Macron : “Emmanuel, si ton coeur est si grand que tu le dis, nous te donnons 9 000 personnes à accueillir”.

Apaisement apparent.

Le président de la République reçoit à l’Elysée Giuseppe Conte, le chef du gouvernement italien, et à l’issue de la rencontre un communiqué est publié qui fait état de la parfaite entente, pour la politique migratoire, entre l’Italie et la France (Libération).

Enfin celle-ci accepte d’accueillir certains migrants de l’Aquarius après que leur situation aura été examinée par les autorités espagnoles.

Le moins qu’on puisse souligner est que le processus que j’ai décrit sommairement ne démontre pas une grande cohérence de la position française.

Lire la suite

Angela Merkel fait face à un ultimatum sur la question migratoire

19/06/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En effet, après plusieurs jours de tensions cristallisées par le changement de gouvernement italien, la main tendue à l’Allemagne et à l’Italie par l’Autriche pour coopérer sur la question migratoire et la crise de l’Aquarius, Angela Merkel ne peut plus ignorer l’aile droite de la coalition qu’elle a eu tant de mal à réunir lors des dernières élections. Le parti conservateur bavarois, le CSU, réuni autour du ministre de l’Intérieur, a ainsi adressé un ultimatum de deux semaines à Angela Merkel afin qu’elle restreigne l’accueil des clandestins aux frontières.

Que cela signifie-t-il concrètement pour l’Allemagne ?

D’après les termes de l’ultimatum, passé le délai prévu de deux semaines, si Angela Merkel n’a pas pris de mesures pour refouler aux frontières tous les clandestins déjà enregistrés dans d’autres pays de l’Union Européenne, alors le ministre de l’Intérieur décrètera la fermeture des frontières. D’après une agence de presse allemande, Angela Merkel aurait accepté ce délai qui doit coïncider avec la tenue d’un sommet européen les 28 et 29 juin prochains. Néanmoins la chancelière compte utiliser ce délai pour convaincre sa coalition que l’Allemagne ne doit pas faire cavalier seul, elle a d’ailleurs déclaré ce lundi JE CITE « La manière dont agit l’Allemagne va déterminer si l’Europe va rester unie ou pas. Il s’agit d’un défi européen qui nécessite une réponse européenne. » FIN DE CITATION.

Nous comprenons donc que les enjeux dépassent la question allemande.

Effectivement, cette défiance vis-à-vis d’Angela Merkel, et la perte de pouvoir et d’influence de celle-ci en Allemagne témoigne d’une situation chauffée à blanc à l’échelle de l’Europe. Les partis eurosceptiques et nationalistes sont en progression en Allemagne, poussés par l’arrivée massive de plus d’un million de clandestins entre 2015 et 2016, dans une dynamique qui vient compléter le Brexit, le nouveau gouvernement autrichien, le nouveau gouvernement italien, la quasi-sécession des membres du groupe de Višegrad et un sentiment de défiance qui traverse l’Europe, cristallisé autour de la question migratoire. Dans ce climat où la France paraît tout à coup bien isolée, les prochaines élections européennes pourraient bien voir triompher les partis eurosceptiques et, dans un même mouvement, signer l’arrêt de mort de l’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Comment les « Grooming Gangs » humilient le Royaume-Uni – Anthony Grange (Les Identitaires)

Pour quiconque sait ce qu’il s’y est passé, le nom de Telford, au Royaume-Uni, apparaît comme synonyme d’horreur. De Telford, mais aussi de Rotherham, de Rochdale, de Derby, d’Oxford, de Banbury, de Bristol, d’Aylesbury, d’Halifax, de Newcastle ou Peterborough.

Ces villes anglaises ont connu, pendant des dizaines d’années, des viols de masses sur des adolescentes. On parle d’un total de 4 000 victimes sur toute l’Angleterre.

Vous n’en avez pas, ou peu, entendu parler ? Ce n’est guère surprenant. Car les médias français se sont montrés d’une prudence de Sioux sur ces affaires. Eux, si prompts à dénoncer la moindre blague sexiste, évitent à tout prix d’aborder le cas de ces milliers d’adolescentes violées.

La raison de cette prudence est simple : c’est parce que ces viols ne cadrent pas avec la grille de lecture des féministes progressistes. Car dans ces viols collectifs, les agresseurs sont des hommes issus de l’immigration (notamment pakistanaise), et leurs victimes des jeunes filles de la classe ouvrière blanche.

Les actes commis à Telford, Rotherham ou Rochdale correspondent à ce que les Anglais appellent des « Grooming Gangs ». En français, cela correspond à des viols collectifs, ou à des tournantes, mais avec une dimension supplémentaire.

Comment se passent un grooming ? Prenez une jeune fille de onze ou douze ans. Elle est blanche, issue d’une famille ouvrière prolétarisée par la crise des années 1980. Elle évolue dans un environnement où le chômage, l’alcoolisme, la toxicomanie se développe.

Cette jeune fille va traîner dans la rue. S’initier à la cigarette, peut-être même frayer avec la délinquance juvénile. Et elle va entrer en contact avec un jeune homme, majeur, d’origine pakistanaise. Il va la traiter comme une grande. Lui donner des cigarettes, la faire sortir tard le soir. Lui payer un repas à McDo, lui offrir des petits cadeaux. Lui faire boire de l’alcool. La présenter à ses amis, du même âge.

Et il va la violer.

Et ses amis vont la violer.

La jeune fille va rentrer chez elle, mais le lendemain, elle croisera à nouveau son violeur. Qui l’emmènera encore pour la violer. Il va la battre, pendant des heures. Lui donner de la drogue et la rendre accro au crack. La prostituer.

Elle connaîtra les coups, l’humiliation. Elle n’est qu’une blanche, une salope, une Anglaise. Une « white cunt ». Elle mérite ce qui lui arrive, à cause de son comportement, de la façon dont elle s’habille, de sa couleur de peau.

Elle n’est pas musulmane, elle n’est pas digne de considération. Elle n’est que de la viande. Parfois, on récite des versets du Coran en la violant.

On la menace. « Si tu parles, je violerai ta mère devant toi. » On la force à ramener ses amies, ses sœurs, qui entreront dans le même engrenage infernal.

Les viols se font par plusieurs hommes en même temps, pendant des heures. Les victimes subissent morsures, brûlures, étranglements. On leur urine dessus. Elles sont torturées à coups de couteau, de hachoir, de batte de base-ball, de marteaux.

Lire la suite

Islamisme : l’Autriche agit et la France accueille !

En Autriche, sept mosquées financées par la Turquie ont été fermées et l’expulsion de soixante imams est envisagée.

Pendant que la République laïque accueillait 300 imams étrangers pour combler le manque saisonnier de prêcheurs de tolérance concomitant aux ripailles d’un mois de ramadan victime de son succès grandissant, en Autriche, sept mosquées financées par la Turquie ont été fermées et l’expulsion de soixante imams est envisagée.

« Les sociétés parallèles et les tendances à la radicalisation de l’islam politique n’ont pas leur place dans notre pays », a déclaré Sebastian Kurz. « Ce n’est que le début », renchérit le vice-chancelier et leader du FPÖ, Heinz-Christian Strache. Ça laisse rêveur… Que le jeune chancelier ait ajouté que l’idéologie islamique est, par essence, politique et c’eût été parfait.

Le gouvernement autrichien réagissait ainsi au scandale suscité par la reconstitution de la bataille des Dardanelles, emblématique dans l’histoire de l’Empire ottoman, au sein d’une des principales mosquées de Vienne, la mosquée des Loups Gris, directement liée à la Direction turque des Affaires religieuses et du nom du groupuscule ultranationaliste prônant le panturquisme. Dans cette bergerie, la reconstitution était interprétée par de jeunes garçons habillés en soldats ; camouflage, saluts militaires, drapeaux turcs et, pour la touche réaliste, des enfants enroulés dans le drapeau rouge et croissant dans le rôle des combattants morts au combat égayaient l’innocent décor.

Côté Turquie, les cris d’orfraie pathognomoniques du musulman stigmatisé ne se firent pas attendre : « vague populiste, islamophobie, racisme et discrimination », et ceteri et cetera, piaillait le porte-parole du président Erdoğan pour qui, rappelons-le, « les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les croyants nos soldats, cette armée divine garde ma religion »… Et de dénoncer un ciblage de la communauté musulmane, éternelle victime jamais contente, et une décision constituant une « violation des principes légaux universels, des droits des minorités et de la coexistence éthique ». Grandiose : avec des arguments de ce genre, en les poussant à l’extrême, c’est à croire qu’un musulman envoyé seul sur Mars, se sentira opprimé. À ce stade de mauvaise foi « ès taqya« , ce n’est plus l’hôpital qui se fout de la charité, mais carrément la mosquée qui se fout du djihad armé. Hélas, Erdoğan, pour qui l’« assimilation est un crime contre l’humanité », aboie, mais à Vienne, les imams valsent.

D’Istanbul, en chantre des droits des minorités, celui-ci menaçait encore : « Ces mesures prises par le Premier ministre autrichien sont, je le crains, en train de mener le monde vers une guerre entre les croisés et le croissant. »

Et pendant ce temps, dans la Ville Lumière, après avoir été une salle de spectacle, puis un lieu de massacre commis par les coreligionnaires de M. Erdoğan au nom de leur idéologie commune, voilà que le Bataclan se transforme en mosquée, une mosquée spectacle, où un prosélytisme en rimes sera éructé par une chance pour la France portant le doux sobriquet du deuxième lieu saint de l’islam (Médine), berceau de l’époque la plus sanglante du parcours pacifiste du prophète de la religion d’amour et de paix. Et c’est ainsi que l’Histoire, petit à petit, risque bien, comme le prophétise M. Erdoğan, de se répéter.

Pierre Mylestin

Tribune reprise de Boulevard Voltaire