Allemagne : Chantage à l’attentat terroriste contre un éditeur « islamophobe »

Allemagne : Chantage à l’attentat terroriste contre un éditeur “islamophobe”

12/10/2011 – 11h30
BERLIN (NOVOpress) –
Comment s’y prend-on si l’on est un conseiller municipal d’extrême gauche et qu’on veuille empêcher le développement d’une maison d’édition qui publie, entre autres, des livres sur les dangers de l’islamisation ?

On commence, bien sûr, par crier au nazisme. C’est ce qu’a fait en mai dernier Albert Bodenmiller (de Die Linke, « la gauche », la formation héritière de l’ancien Parti communiste de RDA) pour contester la décision de la municipalité de Rottenburg am Neckar (photo), dans le Bade-Wurtemberg, de vendre un terrain au Kopp-Verlag, qui pourra ainsi y transférer son centre téléphonique, actuellement à Stuttgart, et faire passer ses collaborateurs de 70 à 100. Las, le Conseil municipal, qui avait voté la vente à une très large majorité, démocrates chrétiens et sociaux démocrates réunis, ne s’est pas laissé impressionner. « Vous racontez à chaque fois les mêmes bêtises », a lancé à Bodenmiller le maire Stephan Neher (démocrate chrétien). « Non seulement vous mélangez les pommes et les poires [nous dirions en français les torchons et les serviettes], mais vous n’êtes même pas capable de distinguer entre les mirabelles et les ananas ». Quant au social-démocrate Hermann-Josef Steur, il a répondu à Bodenmiller : « Vous cherchez depuis longtemps et vous n’avez encore pu produire aucune preuve que cette maison d’édition diffuse réellement des idées d’extrême droite ». Un conseiller municipal dont le propre père avait été arrêté par la Gestapo en 1938 a quitté la séance pour protester contre cette instrumentalisation des victimes du nazisme.

Cette rentrée, alors que les travaux ont commencé, l’élu d’extrême gauche est donc passé à une nouvelle tactique : agiter le risque d’un attentat terroriste, qui, à l’en croire, est bien réel, surtout depuis le drame norvégien de cet été. Voici sa logique, d’après le journal local. « Étant donné, explique Bodenmiller, que l’attentat d’Anders Breivik était dirigé indirectement contre les musulmans, on doit compter que les islamistes vont riposter. Des gens comme le populiste néerlandais Geert Wilders [le Kopp Verlag vend un DVD de son discours de Berlin, NdT] ou encore l’auteur vedette et “idéologue en chef” du Kopp Verlag, Udo Ulfkotte, (son dernier livre est intitulé, Le cauchemar de l’immigration) vont être dans la ligne de mire. De la même manière que les attentats du 11 septembre à New York avaient pour cause le dénigrement de l’Islam, des livres islamophobes, comme ceux que le Kopp-Verlag produit et diffuse, ainsi que l’offense aux immigrés musulmans, pourraient provoquer des attentats violents ».

Bodenmiller affirme même avoir discuté cet été avec de jeunes musulmans de Tübingen, lesquels lui auraient confié que des militants islamistes riposteraient à l’essor du Kopp-Verlag en appliquant « des stratégies intelligentes », à savoir « le principe de la punition sélective avec des frappes chirurgicales ». Concrètement, il ne faut donc pas seulement s’attendre à des incendies volontaires et des attentats à l’explosif, mais encore à des attaques chimiques et bactériologiques. « Étant donné que le futur bâtiment de la maison d’édition est situé dans une réserve d’eau naturelle, le risque d’une contamination de la nappe phréatique est élevé ». Or la région en tire une partie de son eau potable.

Bref, vous avez compris : si une maison d’édition publie quelque part des livres qui critiquent l’islamisation de l’Europe, les immigrés musulmans se vengeront en empoisonnant l’eau de toute la région. Si ça, pour le coup, ce n’est pas de l’islamophobie !

Crédit photo : dierk schaefer Flickr. Licence CC.