Des émeutiers si ordinaires

Des émeutiers si ordinaires


11/08/2011 – 14h30
LONDRES (NOVOpress) — Alors que les 805 personnes arrêtées à Londres lors des émeutes commencent à comparaître devant les juges, le public anglais peut se faire une meilleure idée du profil des émeutiers et des pilleurs.

Il est vrai que cet échantillon n’est pas représentatif. On trouve principalement les personnes venues pour voir et qui ont voulu profiter des circonstances, les jeunes malfaiteurs appartenant à des gangs bien organisés ont largement échappé aux forces de l’ordre.

En attendant, les premières identités ont considérablement refroidi les ardeurs des croisés du gauchisme médiatique qui faisaient des émeutiers des combattants de la revendication sociale et des pilleurs des promoteurs de la redistribution égalitaire.

A titre d’exemple, on trouve Laura Johnson, 19 ans, fille d’un riche homme d’affaires. Elle vit dans une luxueuse maison à Orpington dans le Kent, dotée d’un superbe jardin et d’un court de tennis. Même le très rouge ancien maire de Londres Ken Livingstone aura du mal à la faire passer pour une damnée de la terre. Le journal conservateur The Telegraph s’en est donné à cœur joie en détaillant la biographie de cette pauvre malheureuse.

En dégustant ce matin leur petit déjeuner, les lecteur de ce respectable quotidien vont apprendre que cette jeune fille est une étudiante brillante de l’université d’Exeter, après avoir fréquenté les bancs de St Olave’s d’une des quatre écoles publiques les plus cotées d’Angleterre.

Ce fruit du meilleur de l’éducation anglaise a été arrêtée la main dans le sac par la police alors qu’elle volait le Charlton Curry’s superstore, un magasin d’électronique, avec près de 5000 euros de marchandises dans les bras.

En présence de Robert et Lindsay, ses parents consternés, les juges ont libéré sous caution la jeune fille avec des conditions très strictes de mise en liberté.

Certes le cas de Laura Johnson a captivé les médias mais les autres interpelés correspondent davantage au profil attendu des émeutiers. La grande majorité possède un casier judiciaire. En revanche, en grand contraste avec ce que l’on a pu voir dans les rues, la majorité des personnes présentées devant le juge sont des Européens et beaucoup ont un travail.

Selon le défenseur d’un des accusés, la majorité relative d’Européens s’explique par le fait que les personnes arrêtées appartiennent à la seconde vague de pilleurs, des opportunistes qui ont pris les biens laissés par ceux qui ont pénétré de force dans les magasins et quitté les lieux bien avant l’arrivée de la police.