Royaume-Uni : les émeutes s'étendent au nord de Londres

Royaume-Uni : les émeutes s’étendent au nord de Londres

10/08/2011 – 09h15
MANCHESTER (NOVOpress) — La mobilisation massive des forces de police dans Londres et sa région, l’annonce de l’autorisation d’emploi de balles en plastique, le manque de cibles à proximité de leurs quartiers d’habitation, ont découragé les émeutiers de la capitale.

En revanche, à Liverpool, à Manchester et dans les Midlands, des douzaines de boutiques ont été pillées par des groupes de jeunes gens masqués. Dans la King Street de Manchester, les émeutiers ont dévalisé des boutiques de luxe comme les magasins Bang & Olufsen ou Diesel. Un peu plus loin, c’est au tour de Louis Vuitton, Selfridges et Harvey Nichols.

Le choix de ces boutiques indique que l’on se trouve en plein dans un phénomène d’«émeutes-shopping».

Si les émeutiers à Londres semblaient en majorité appartenir à des populations afro-caraïbes, ce n’est plus le cas dans le nord du pays. Ici, les événements de la nuit de mardi à mercredi placent sous les projecteurs le déclassement d’une partie de la jeunesse européenne.

Royaume-Uni : les émeutes s'étendent au nord de LondresComme le déclare Garry Shewan, l’adjoint au chef de la police de Manchester : « Ce sont des criminels qui se sont défoulés ce soir. Ils n’ont aucune cause à défendre, rien contre quoi protester. Il n’y a pas eu de fait déclencheur ici. Tout ceci n’a aucun sens, c’est une violence comme je n’ai rien vu de semblable au cours de ma carrière. »

Ce point de vue est confirmé par le député travailliste local Graham Stringer : « Ces événements ont et coordonnée et organisés par des criminels et des gangsters bien connus. Ils ont voulu profiter de la situation. Ce n’était pas spontané. C’était organisé. »

Toutefois, la violence ne s’est pas limitée au pillage. Un commissariat de police à Nottingham a été attaqué par un groupe d’une trentaine d’émeutiers à l’aide d’engins incendiaires.

La composition des bandes, à majorité européenne, explique probablement des attaques à des cibles moins habituelles comme la mosquée Central Jamia à Leeds.

Pour le moment, la majorité des musulmans d’origine pakistanaise semble rester en dehors du mouvement. Les jeunes de cette origine sont pourtant dans une situation sociale qui n’est guère meilleure à celle des jeunes européens déclassés.

D'autres communautés se mobilisent pour défendre leurs biens comme les Sikhs ou les Turcs.

D'autres communautés se mobilisent pour défendre leurs biens comme les Sikhs ou les Turcs.

Cette retenue s’explique probablement par des structures familiales plus fortes qui les aident à se tenir à l’écart. D’autres communautés, bien au contraire, se mobilisent pour défendre leurs biens comme les Sikhs ou les Turcs.

Le pire semble passé et les rues des villes britanniques vont retrouver leur calme habituel, seulement dérangé par les bandes d’ivrognes vomissant dans le caniveau.

Mais ces événements vont contribuer à ouvrir les yeux des Britanniques sur trois phénomènes :le plus visible, la dérive de nombreux jeunes afro-caribéens qui ne trouvent pas de place dans une société industrielle avancée comme celle du Royaume-Uni ; le plus préoccupant, le drame d’une partie de la jeunesse européenne marginalisée par un système éducatif ignorant par préjugé idéologique les besoins spécifiques des jeunes garçons ; enfin, les largesses empoisonnées d’un état providence déboussolé qui maintient des populations entières dans l’oisiveté et attire chaque jour davantage des étrangers à la recherche d’une vie facile.