Pour l’histoire

Pour l’histoire

[box class=”warning”]Vu depuis le Québec par Mathieu Bock-Côté.[/box]

C’est une des caractéristiques majeures de notre époque : le présentisme. Comment le définir ? Le présentisme consiste à croire que le présent se suffit à lui-même. Il repose sur l’oubli de l’histoire, comme si le passé n’avait rien à nous apprendre, comme si nous n’avions pas reçu de nos ancêtres un héritage à préserver, à faire fructifier. Pourtant, le culte exclusif du présent ne manque pas de failles. J’en examine ici certaines.

Première faille du présentisme : à cause de lui, nous ne comprenons tout simplement plus le monde dans lequel nous vivons. Prenez le conflit israélo-arabe. Si vous évacuez l’histoire de votre explication, vous vous contenterez d’y voir un tourbillon irrationnel et meurtrier. Deux peuples en guerre, sans raisons véritables, alors qu’ils devraient vivre en paix. Non ? Certes. Mais pour faire la paix, encore faut-il connaître les causes de la guerre. L’ignorance historique mène à l’angélisme. Et ici, comme dit le proverbe, qui fait l’ange fait la bête.

Deuxième faille : sans conscience historique, plusieurs ont le sentiment que tous les problèmes sont techniques, sans dimension philosophique. Prenez le problème de l’éducation au Québec. Si on ne comprend pas comment le système d’éducation a connu une longue dérive depuis les quarante dernières années, on ne comprendra jamais l’ampleur des réformes nécessaires pour le réparer et le refonder. Pire encore : on se contentera de pelleter de l’argent supplémentaire dans le système sans apercevoir que son problème est moins budgétaire que philosophique.

Troisième faille : nous oublions les vertus de l’enracinement. Combien sont-ils à vouloir comme seul passeport celui de « citoyen du monde ». Dans l’angle mort de cette vision, toutefois, on trouve une terrifiante superficialité : celui qui aime toutes les cultures n’entretient-il pas finalement un rapport de consommateur avec chacune d’entre elles en se contentant de les explorer en surface ? Ce n’est pas parce qu’on est allé un jour à Zaghreb qu’on est familier avec la culture croate. Ce n’est pas parce qu’on aime les mets brésiliens que l’Amérique du Sud n’a plus de secrets pour nous.

Évidemment, il ne faut pas se cloîtrer dans le passé. C’est le privilège des vivants d’être maîtres de leur destin, de se délivrer de ce qui peut être mort dans l’héritage qu’on leur laisse. Nous ne devons pas considérer cet héritage avec l’œil sévère d’un notaire scrupuleux. Maître de notre avenir parce que maître de notre passé ? Oui. Encore faut-il le connaître pour savoir qu’en faire.

[box class=”info”] Source : bock-cote.net[/box]