Quand un (éventuel) futur ministre régale ses amis aux frais du contribuable

15 juillet 2011 | France, Politique

En cas de victoire de la gauche en 2012, trois députés élus en Bretagne peuvent espérer se retrouver ministres : Jean- Marc Ayrault, Jean-Jacques Urvoas et Marylise Lebranchu. Cette dernière, député de Morlaix, est une grande amie de Martine Aubry, ce qui lui donne de sérieuses chances de retrouver un maroquin.

En 2000, le premier ministre de l’époque, Lionel Jospin, l’avait nommée ministre de la justice bien qu’elle fût entièrement ignorante en la matière.

Depuis les élections législatives de 2007, Madame Lebranchu a hérité au Palais-Bourbon d’un job qui nourrit bien son homme : questeur. Les questeurs assurent la gestion de la maison, ce qui leur procure une indemnité « renforcée » et primes diverses et variées. Mais ce sont surtout les avantages en nature qui assurent un train de vie confortable aux questeurs. En particulier la mise à disposition d’un bel appartement qui permet de « recevoir ».

C’est ainsi que le soir même de l’annonce de la candidature de Martine Aubry à la primaire socialiste, les parlementaires amis étaient invités à fêter l’évènement à la questure de l’Assemblée nationale dans les appartements de Marylise Lebranchu. Aux frais du contribuable, évidemment.

La députée de Morlaix fera partie d’un « comité stratégique » chargé de veiller à « l’orthodoxie » (sic) de la campagne du maire de Lille. Tout naturellement Marylise Lebranchu croit beaucoup aux chances de sa copine : « Martine Aubry a montré ce qu’elle est capable de faire quand les choses sont extrêmement complexes et très difficiles ».

Effectivement, lorsqu’on a été capable de se faire élire Premier secrétaire au congrès de Reims, il n’y a rien qui soit « complexe » ou « difficile »…

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.